lundi 25 juillet 2016

Le County Fair


Le County Fair, soit un mélange de fête foraine et de salon de l’agriculture, est depuis le 19ème siècle un événement annuel très important dans la culture étasunienne. Ces County Fair de deux, trois voir cinq jours, sont une combinaison de compétitions agricoles pour récompenser le travail des producteurs locaux, et un moyen pour les familles rurales de faire du lien social.

Les County Fair organisés en milieu urbain offrent aux citadins la possibilité d’un lien direct avec la vie rurale et la production de nourriture.

La plus belle vache, le plus beau cochon, le plus beau lapin, la plus belle poule, la plus belle dinde, le plus beau cheval ou la plus belle chèvre sont votés par la communauté. Ces animaux sont le plus souvent élevés par les enfants des agriculteurs, qui, avec le plus grand sérieux, s’investissent dans le bien être de leurs animaux…


vendredi 22 juillet 2016

Munich




“ Sur cents Hommes, dix ne devraient même pas être la, quatre-vingt ne sont que des cibles, neuf sont de vrais combattants, et nous sommes chanceux de les avoir avec nous car ils font la bataille.
Ah, mais celui la, celui la est un guerrier, et il fera que les autres puissent rentrer chez eux vivant. “
― Heraclitus


Hier Nice, Orlando, Paris, Tunis, Los Angeles, Istanbul, Bruxelles…
Aujourd’hui Munich.
Demain ?

On a compris.

Quels que soient les enjeux politiques, quels que soient les raisons, les dynamiques sociales, économiques, religieuses…le citoyen, et peu importe sa couleur de peau, sa religions, son parti politique, son orientation sexuelle ou sa patrie, se retrouve malgré lui systématiquement aux premières lignes de carnages et de violences abjectes.

La guerre est dans nos villes. Dans nos restaurants, nos aéroports, nos boites de nuits, nos métros, nos salles de concert, nos cinémas, nos rues…



Il est donc temps, si cela n’a pas déjà été fait, de se confronter aux questions suivantes:

> Si ça m’arrive…vais-je avoir les moyens et la force de protéger mes proches ? Vais-je avoir les moyens et la force de protéger mes gosses ? Ceux des autres ? Vais-je avoir les moyens et la force de m'en sortir ? Vais-je avoir les moyens et la force de faire partie de la solution ? De venir en aide ? De porter secours a une victime ? Vais-je avoir les moyens et la force de faire la différence ?…

Quand bien même la plupart d’entre nous ne sommes pas des guerriers ni même des combattants, et qu’il est, psychologiquement parlant, extrêmement difficile de se préparer a faire face a ce genre d’atrocité, nous pouvons sans aucun doute mettre un peu plus de chance de notre coté:

- C’est porter des vêtements et surtout des chaussures confortables pour se donner les moyens physiques de pouvoir bouger, escalader, sauter, courir, et peut être combattre si cela est nécessaire. 


- Qu’il soit question d’un cinéma, d’une gare, d’un restaurant, d’une boite de nuit ou d’un musé, c’est repérer a l’avance les issues de secours.

- C’est être vigilant et faire attention a notre environnement.

- C’est aussi savoir éviter certains environnements.

- C’est formuler et intérioriser, même rapidement, même grossièrement, un micro plan d’urgence adapté au lieu que nous fréquentons: Fuir / Se cacher / Se battre.

- C’est faire des formations aux soins d’urgence, et intégrer a nos sacs a dos, a nos sacs a mains et a nos poches un matériel médical d’urgence capable de faire la différence.

- C’est respirer une certaine mentalité combative dans des zones a risque: c’est a dire en dehors du domicile familiale.

- C’est peut être mettre en place une palette de petits outils du quotidien capables de limiter la panique en nous donnant les moyens de pouvoir répondre, même modestement, a une situation catastrophique.

Ces outils peuvent largement varier selon les personnes, les capacités et les environnements de chacun, mais les bases sont souvent les mêmes:

> Téléphone portable + chargeur externe:

- Pour rester en contact avec nos proches (dans une situation de retranchement, comme par exemple coincé dans une cage d’escalier pendant des heures - Bataclan - il est important d’intégrer un petit chargeur externe).
- Pour appeler a l’aide / prévenir.
- Pour faire une photo ou filmer un plan d’évacuation dans un immeuble, un musé…
- Pour faire un peu de lumière.

> Une petite lampe torche / frontale:

- Pour signaler notre position, la position d’une victime.
- Pour quand il n’y a plus la lumière, et qu’il faut quand même venir en aide a une victime.
- Pour éblouir ou désorienter un attaquant.

> Un Sharpie:

- Pour noter l’état physique et psychologique d’une victime en attendant les secours.
- Pour laisser un message sur n’importe qu’elle surface: béton, bois, peau, pare-brise.
- Pour noter l’heure de la pose d’un garrot ou d’un pansement compressif.
- Pour un outil d’impact.

> Un outil coupant:

- Pour couper une ceinture de sécurité, pour couper un vêtement…
- Pour visser, dévisser, enfoncer, trouer, percer, faire levier, gratter et couper.

> Une petite bombe lacrymogène:

- Pour décourager, freiner ou stopper une attaque violente et immédiate sur notre personne, un proche ou un tiers.
- Pour contaminer une pastille stratégique comme un ascenseur, un couloir ou une cage d’escalier si nous sommes poursuivit.

> Une paire de gants en Nitrile:
>> Pour éviter la contamination de maladies durant la prise en charge d’un blessé:

- Pour venir faire pression sur une hémorragie.
- Pour apporter un soutien psychologique a une victime en lui tenant la main.




Nous sommes des marins qui refusent d'apprendre a nager…sur une mer déchirée.

Mes pensées aux victimes.
Aux équipes d'intervention.
Force et résilience.

vendredi 15 juillet 2016

Le Pansement Compressif - Israélien




Le Pansement Compressif - Pose et Discussion

Nice



Je ne porte pas ces outils parce que c’est cool.
Je ne porte pas ces outils parce que j’ai peur.
Je porte ces outils pour ces moments de cauchemars, ces réalités insoutenables de violence et d’horreur.
Je porte ces outils pour peut être sauver ne serait-ce qu’une vie, par l’intervention médicale, ou si cela est nécessaire par la force.


Mes pensées aux victimes.
Aux Samaritains.
Aux équipes d'intervention.
Force et bienveillance.
 

mardi 12 juillet 2016

La Serre de Mme Seringue…


Mme seringue est médecin anesthésiste-réanimateur a l’hôpital local. Il y a quelques années, elle a eu l’occasion d’acheter une terre de 16 hectares dans la vallée qui, au fil des rencontres, des coïncidences et finalement des séminaires s’est petit a petit transformée en intention de Homestead sur des principes de Permaculture.

Par exemple, Sepp Holzer est venu faire un séminaire de quelques jours chez elle, avec notamment la mise en place de Hugelkultur, et le développement d’un jardin-forêt.

Poules, cailles et canards sont aussi de la partie.



Cependant, l’âme de son intention d’autonomie alimentaire par le développement de méthodes de production permanentes et durables est sa serre...



L’hiver dans le Montana est long et brutal, avec des températures pouvant descendre jusqu’à -40C.

La serre, construite collectivement avec des matériaux de récupération se tient seule a l’ouest de la maison principale. Orientée plein sud, son sol est 2 mètres sous terre.

La face nord de la serre est un mur en béton épais capable d’emmagasiner la chaleur ambiante pour la restituer la nuit. Il sert aussi a isoler la serre des vents du nord. 


Le mur abrite un réservoir d’eau imposant ou vit quelques poissons…une passerelle a été installée sur toute la longueur du mur pour sécher les plantes.



Pour une autonomie en eau fiable et généreuse Mme Seringue a ajouté un système de récupération des eaux de pluie qui repose sur des tonneaux de 190 Litres chacun (les tonneaux alimentaires en métal sont a l’origine utilisés pour l’importation d’huile d’olive en provenance d’Italie), capables de venir alimenter le réservoir principal.

La serre contient aussi deux petites marres ou vivent salamandres et grenouilles.

Elle produit toute l’année.