vendredi 22 juillet 2016

Munich




“ Sur cents Hommes, dix ne devraient même pas être la, quatre-vingt ne sont que des cibles, neuf sont de vrais combattants, et nous sommes chanceux de les avoir avec nous car ils font la bataille.
Ah, mais celui la, celui la est un guerrier, et il fera que les autres puissent rentrer chez eux vivant. “
― Heraclitus


Hier Nice, Orlando, Paris, Tunis, Los Angeles, Istanbul, Bruxelles…
Aujourd’hui Munich.
Demain ?

On a compris.

Quels que soient les enjeux politiques, quels que soient les raisons, les dynamiques sociales, économiques, religieuses…le citoyen, et peu importe sa couleur de peau, sa religions, son parti politique, son orientation sexuelle ou sa patrie, se retrouve malgré lui systématiquement aux premières lignes de carnages et de violences abjectes.

La guerre est dans nos villes. Dans nos restaurants, nos aéroports, nos boites de nuits, nos métros, nos salles de concert, nos cinémas, nos rues…



Il est donc temps, si cela n’a pas déjà été fait, de se confronter aux questions suivantes:

> Si ça m’arrive…vais-je avoir les moyens et la force de protéger mes proches ? Vais-je avoir les moyens et la force de protéger mes gosses ? Ceux des autres ? Vais-je avoir les moyens et la force de m'en sortir ? Vais-je avoir les moyens et la force de faire partie de la solution ? De venir en aide ? De porter secours a une victime ? Vais-je avoir les moyens et la force de faire la différence ?…

Quand bien même la plupart d’entre nous ne sommes pas des guerriers ni même des combattants, et qu’il est, psychologiquement parlant, extrêmement difficile de se préparer a faire face a ce genre d’atrocité, nous pouvons sans aucun doute mettre un peu plus de chance de notre coté:

- C’est porter des vêtements et surtout des chaussures confortables pour se donner les moyens physiques de pouvoir bouger, escalader, sauter, courir, et peut être combattre si cela est nécessaire. 


- Qu’il soit question d’un cinéma, d’une gare, d’un restaurant, d’une boite de nuit ou d’un musé, c’est repérer a l’avance les issues de secours.

- C’est être vigilant et faire attention a notre environnement.

- C’est aussi savoir éviter certains environnements.

- C’est formuler et intérioriser, même rapidement, même grossièrement, un micro plan d’urgence adapté au lieu que nous fréquentons: Fuir / Se cacher / Se battre.

- C’est faire des formations aux soins d’urgence, et intégrer a nos sacs a dos, a nos sacs a mains et a nos poches un matériel médical d’urgence capable de faire la différence.

- C’est respirer une certaine mentalité combative dans des zones a risque: c’est a dire en dehors du domicile familiale.

- C’est peut être mettre en place une palette de petits outils du quotidien capables de limiter la panique en nous donnant les moyens de pouvoir répondre, même modestement, a une situation catastrophique.

Ces outils peuvent largement varier selon les personnes, les capacités et les environnements de chacun, mais les bases sont souvent les mêmes:

> Téléphone portable + chargeur externe:

- Pour rester en contact avec nos proches (dans une situation de retranchement, comme par exemple coincé dans une cage d’escalier pendant des heures - Bataclan - il est important d’intégrer un petit chargeur externe).
- Pour appeler a l’aide / prévenir.
- Pour faire une photo ou filmer un plan d’évacuation dans un immeuble, un musé…
- Pour faire un peu de lumière.

> Une petite lampe torche / frontale:

- Pour signaler notre position, la position d’une victime.
- Pour quand il n’y a plus la lumière, et qu’il faut quand même venir en aide a une victime.
- Pour éblouir ou désorienter un attaquant.

> Un Sharpie:

- Pour noter l’état physique et psychologique d’une victime en attendant les secours.
- Pour laisser un message sur n’importe qu’elle surface: béton, bois, peau, pare-brise.
- Pour noter l’heure de la pose d’un garrot ou d’un pansement compressif.
- Pour un outil d’impact.

> Un outil coupant:

- Pour couper une ceinture de sécurité, pour couper un vêtement…
- Pour visser, dévisser, enfoncer, trouer, percer, faire levier, gratter et couper.

> Une petite bombe lacrymogène:

- Pour décourager, freiner ou stopper une attaque violente et immédiate sur notre personne, un proche ou un tiers.
- Pour contaminer une pastille stratégique comme un ascenseur, un couloir ou une cage d’escalier si nous sommes poursuivit.

> Une paire de gants en Nitrile:
>> Pour éviter la contamination de maladies durant la prise en charge d’un blessé:

- Pour venir faire pression sur une hémorragie.
- Pour apporter un soutien psychologique a une victime en lui tenant la main.




Nous sommes des marins qui refusent d'apprendre a nager…sur une mer déchirée.

Mes pensées aux victimes.
Aux équipes d'intervention.
Force et résilience.

20 commentaires:

  1. "On devrait vivre comme un navire, ayant à son bord tout ce qu'il y a de nécessaire, et toujours prêt au combat."
    — Ernst Jünger, Jeux Africains

    Merci pour tes articles. Un jour, un lecteur sauvera des vies grâce à toi.

    RépondreSupprimer
  2. un article bien écrit, entre hommage et pragmatisme.. sur 100 hommes, combien se sont jetés à l'eau pour apprendre à nager?.. espérons qu'ils soient de plus en plus nombreux.. passionné de secours, habitué de sacs avec matos en urbain et agent de l'État, "aurais je les moyens et la force" est une interrogation qui ne me quitte pas, merci Volwest!

    RépondreSupprimer
  3. Merci VolWest super article plein de fait reel et, esperons le, permettra a un plus grand nombre de "prendre conscience"
    Merci pour ton blog et ta chaine.
    Merci pour ton travail

    RépondreSupprimer
  4. Merci encore pour tes articles Vol, celui-ci est partagé !
    Et pour ma part j'espère que cette année mes amis qui lirons ton article préparerons autrement les Fêtes de Bayonne cette année ;)
    Stay safe

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour tout ces articles aussi intéressant les uns que les autres.
    C'est le moment de vraiment s'équiper pour faire face !
    Courage.

    RépondreSupprimer
  6. Salut à toi Vol West et merci pour le partage.
    Pardonnes moi mais j'ai peur de ce qu'il se passe en France et dans le millieu survivaliste, en réaction à tous ces malheurs le racisme augmente.
    Qu'allons nous tous devenir ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un prepper et pas un tueur ;(
      Comment peut on dire qu'il y a des ''races inferieur'' comme dans certains sites survivaliste ?

      allons nous perdre notre humanité pour les athées et notre âme pour les croyants ???

      Supprimer
  7. Un café et un article de volwest et la réflexion se met en place... merci pour ton boulot qui nous permet de faire constamment évoluer nos préparation (matériels, physique et surtout mental !) paix

    RépondreSupprimer
  8. Je découvre seulement le blog.
    j'aime bcp cet article parce qu'il me rassure pas mal : quand je suis dans un lieu public, surtout avec ma famille, je cherche toujours ou me placer en réfléchissant comment évacuer au besoin, chercher où se trouvent les issues de secours,... je le dis à chaque fois à ma femme, qui rigole mais bon, au moins elle a l'info ;) je lui dis même : si quelque chose, tu prendre Alexe, je prends Elisa, comme ça même pas besoin de savoir qui a tel enfant, c'est déjà fait d'avance. elle me prend pour un cinglé, mais... je m'en fous ;)

    RépondreSupprimer
  9. Autre petit conseil. En lieu public, si vous êtes avec enfants et que vous aussi vous avez l'habitude de checker les sorties de secours, mettez-vous d'accord avec le conjoint sur qui prend quel enfant en k2kk :)

    RépondreSupprimer