dimanche 3 juillet 2016

Le Garrot - Quand et Comment Poser un Garrot ?

32 commentaires:

  1. Salut, où peut-on se former en France (quel organisme)
    Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'ensemble des associations agréées de Sécurité Civile peuvent vous former. Vous pouvez consulter la préfecture de votre département ou rechercher les organismes assurant la formation au premiers secours civiques de niveau 1 par exemple.

      Supprimer
    2. Salut Célestin. Pour se former, en Belgique la Croix Rouge donne 15h de formation pour le BEPS = brevet européen de 1er secours, ça existe en France aussi.

      Supprimer
    3. le premier formateur accessible :
      http://www.croix-rouge.fr/Je-me-forme/Particuliers
      En France cela s'appelle AFGSU niveau 1 pour n'importe qui, niveau 2 pour les employés d'hopitaux (obligatoire dans leur cas).
      Pour ceux qui ont des employeurs soucieux de l'avenir de leurs employés sachez que certains hôpitaux publics, certaines mairies, proposent aussi des formateurs en tous genre qui viennent vous former sur vos lieux de travail (incendie, premier secours).
      Depuis les attentats du bataclans l'état a lancé un grand plan de formation pour les fonctionnaires des hôpitaux entre autres. C'est un droit et une obligation pour certains. Renseignez vous directement auprès de vos DRH et sinon Croix Rouge !
      Stay safe ;)

      Supprimer
    4. Merci pour vos réponses ;)
      Ces formations sont-elles accessibles en tant que mineur ?

      Supprimer
    5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    6. L'AFGSU est dédié aux professionnels de santé (http://www.secourisme.net/spip.php?mot66).

      Pour le grand public, vous pouvez viser le PSC1 (age minimum 10 ans). Attention aux programmes de formation : le garrot tourniquet étant un outil, il est considéré n’être employé que dans le cadre d’équipes de premiers secours (formation Premiers Secours en Equipe -PSE1 et PSE2 - age mini 16 ans), il n'est pas enseigné en PSC1 (mais vous apprendrez a arrêter une hémorragie je vous rassure).

      Plusieurs associations peuvent une fois encore vous renseigner : Protection civile, fédération nationale des sapeurs pompiers, ordre de malte, SNSM, croix blanche, FFSS... les antennes sont légions en France, je suis sur que vous trouverez votre bonheur.

      La formation PSC1 vous permettra d'apprendre les gestes qui sauvent en une journée seulement et pour un prix modique.

      Vous pouvez également, dans le cadre de votre entreprise, être formé en tant que Sauveteur Secouriste du Travail (SST)- les gestes sont les mêmes.

      Supprimer
    7. oups oui Air-one les formations ont des noms différents, j'oublie souvent un peu vite qu'en dehors des hôpitaux les choses ne s'appellent plus de la même façon :)
      Célestin, à priori le début des formations 10/11 ans pour la croix rouge. Mais j'ai formé mes enfants de 9 à 6 ans à la PLS entre autre, et avec plusieurs sessions ils sont plus disciplinés et attentifs que les adultes, et restituent de façon très bonne les gestes (s'entrainer encore et encore).

      Supprimer
  2. bonjour et merci à vous deux pour cette série de vidéos.
    on entend toujours que, médicalement parlant, quand on sait pas faire, on s'abstient. là, le risque de mort étant rapide, si on a pas encore pu se former quelle est la meilleure action à effectuer ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      C'est une décision personnelle qui va sans doute dépendre du contexte.

      Supprimer
    2. hé oui, toujours difficile de répondre à une telle question sans avoir tous les éléments.
      merci.

      Supprimer
    3. Bonjour the dooi,
      Un geste qui sera toujours bénéfique est l'application de pression manuelle directe, forte et précise sur le site de l'hémorragie. Ne pas oublier de mettre des gants!
      Merci,
      Julien

      Supprimer
  3. Super série de vidéos, merci Julien, merci Vol West, c'est vraiment intéressant, et marteler qu'il faut se former = génial ! Encore merci. (Lol pour le garrot autour du cou qui est "déconseillé" ;)

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour, excellente la série de vidéos!

    J'ai une questions à 2 francs à ce sujet:

    Morsure de serpent, garrot or not garrot??

    Merci d'avance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Bonjour Volwest,

      Pour meilleur contextualiser ma question:
      Un crotale( Bothrops jararaca par exemple), une morsure sur un membre inférieur et l'hôpital plus proche est à 3 heures de marche + 2 heures de voiture.
      Ce scénario est bien commun en Amérique du Sud. Dans ma jeunesse scout le garrot était conseillé pour ce type de contexte, mais aujourd'hui je remarque une diabolisation du garrot, soi en France ou au Brésil...

      Supprimer
    3. Bonjour Antonio,

      Mes deux cents sur la question: De manière générale, une envenimation n'est pas traitable sur le terrain. Il faut évacuer la victime vers l'hopital aussi rapidement que possible. Le seul traitement réellement efficace est l'anti-venin injectable, dont de nombreuses doses sont parfois nécessaires.
      Ce que nous recommandons chez Aerie, et qui s'applique aux espèces d'Amérique du Nord et d'Amérique Centrale, est:
      Les 3 R : Rest, Reassure, Rapid evac!
      - Reposer, c'est à dire si possible porter la personne plûtot que de la faire marcher
      - Rassurer, afin de minimiser l'agitation et l'élévation du rythme cardiaque
      -Evacuation Rapide, c'est le plus important, pour la raison indiquée plus haut
      Ce sont les trois facteurs qui minimisent objectivement, bien que de manière limitée, les risques d'amputation ou de mort par envenimation. Encore une fois, c'est l'anti-venin qui fera le travail. Plus il sera injecté tôt, plus il sera efficace, donc 5 heures d'évacuation, ça pue.
      Nous (Aerie) déconseillons systématiquement l'application d'un garrot dans le cas spécifique d'une envenimation. Cela a pour effet de concentrer le venin sur une zone réduite et donc d'en démultiplier les effets, augmentant les risques de nécrose et d'amputation liés à l'effet du venin. C'est valable pour les espèces Nord et Centre Américaines, je ne suis pas sûr que ça s'applique à l'espèce dont vous parlez, qui est Sud Américaine, et dont le venin provoque des coagulopathies en plus des effets nécrotiques sur les tissus. Une chose à envisager pourrait d'envelopper l'extrémité dans un bandage élastique, mais je ne suis pas certain du bénéfice objectif.
      La meilleure option serait d'emporter l'anti-venin, mais le coût est très élevé et sa conservation est souvent contraignante. A prévoir également, le risque de réaction allergique grave au venin, donc épinéphrine injectable également.
      Bonne chance!
      Merci,
      Julien

      Supprimer
    4. @Julien : travailles-tu avec le bilan ABCDE comme au PHTLS ?

      Supprimer
    5. Bonjour Air One,
      Oui. Aux USA, c'est systématiquement la première évaluation dont bénéficie le patient, et qui a pour but d'identifier et de corriger ou mitiger d'éventuelles menaces vitales immédiates.
      Merci,
      Julien

      Supprimer
  5. Excellent conseil de vous deux !! Merci

    RépondreSupprimer
  6. Excellent conseil de vous deux !! merci

    RépondreSupprimer
  7. Je ne connaissais pas la notion du garrot veineux, merci. Apparemment, le garrot élastique avec lequel je me balade depuis des mois serait problématique... Dommage car une fois enroulé dans un morceau de chambre à air, il était super pratique à caler dans la poche ou au bout d'une dragonne de lampe :(
    Je me pose donc une question : vaut-il mieux utiliser un garrot élastique avec le risque de garrot veineux ou tenter de faire et tenir un point de compression (franchement pas évident) ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou...une autre solution...acheter et porter le bon garrot !!!
      :)

      Supprimer
  8. Je suis actuellement en formation AFGSU (Attestation de Formation aux Gestes et Soins d'Urgence) et nous avons vu pas plus tard qu'avant hier le garrot. nos formateur nous recommande le garrot en cas d'urgence. Cette formation est vraiment intéressante et je recommande à TOUS d'être former aux geste d'urgence !

    Stay safe.

    RépondreSupprimer
  9. Yo,

    Super suite de vidéos, vraiment!

    Suite de mes questions cons (enfin, juste une cette fois): le mode opération (une fois l'évaluation de la situation générale faite et qu'on est en état d'intervenir (EPI,etc ) évaluer la blessure, effectuer une pression directe, poser le garrot, protéger la personne de l'hypothermie et la rassurer en attendant les équipes médicales (donc pré-suppose alerte lancée). Toutefois faut il protéger la plaie (compresse ou un ou deux tours de gaze), sans, biensûr, cacher le garrot?

    Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et une dernière question:

      Dans ta pose de garrot CAT, je suppose qu'à un moment ou un autre, tu vas venir sécuriser ta bande scratch dans les crochets qui servent également au blocage du bâtonnet de façon à ce que le scratch ne soit pas défait?

      Supprimer
    2. Bonjour Hurgoz,

      Merci pour tes questions.
      Effectivement, une fois le bâtonnet/tourniquet du garrot CAT serré et bloqué, on repasse la bande velcro entre les crochets qui le bloquent avant de refermer le velcro blanc au-dessus du tout et d'y inscrire l'heure de pose.
      Aux USA, on dissocie le contrôle d'une hémorragie potentiellement mortelle (allez, HPM, pour faire court!) des soins apportés à une plaie. Si il y a HPM, on se focalise sur l'arrêt de l'hémorragie et ont considère que les soins à la plaie sont secondaires et donc seront donnés plus tard, après hospitalisation et chirurgie éventuelle. Si on s'occupe d'une plaie (nettoyage, pansement, bandage, prévention de l'infection et favorisation de la cicatrisation) c'est qu'il n'y a pas d'HPM à controler.
      Je ne vois pas d'inconvénient à protéger une plaie comme tu le décris après la pose d'un garrot, si ce n'est qu'un bandage posé sur la plaie pourrait masquer ou retarder l'identification d'une éventuelle reprise de l'hémorragie.
      La meilleure option reste la transition rapide (à la première occasion sous 2 heures) du garrot vers un bon pansement compressif SI :
      - L'extrémité du patient n'est pas amputée ET
      - Le patient n'est pas en choc circulatoire ET
      - On peut surveiller efficacement une éventuelle reprise de l'hémorragie

      Cette option est efficace tant sur le plan du controle continu de l'hemorragie que sur le plan de la protection de la blessure.

      Merci,
      Julien

      Supprimer
  10. Bonjour Volwest et Julien. Dans la video à 12:25, Julien dit qu'on peut poser un garrot sur un bras, avant-bras, cuisse, mollet. J'ai toujours lu qu'un garrot se posait au dessus du coude et du genou uniquement. On peut avoir plus d'info Julien ? Par exemple en cas de pied arraché, il vaut mieux poser le garrot sur le mollet ou la cuisse ?

    RépondreSupprimer