jeudi 16 juin 2016

Les Histoires de Julien - Recherche et Sauvetage




Salut l'ami!

En regardant la vidéo, je me suis aperçu que je suis parti en tangente et que je n’ai pas du tout répondu à ta question de départ, qui portait sur le matériel !

Pour cette avalanche, pas de sac à dos parce qu'on devait accéder à des espaces confinés pour sonder efficacement et entièrement les décombres. Juste pelle et sonde à la main.

Pas de matériel médical non plus, parce que pour quatre sondeurs, on avait à proximité 8 paramedics et 2 médecins urgentistes en mesure d'intervenir immédiatement avec le matériel contenu dans 4 ambulances.

Les hélicos ne volaient pas ce jour là en raison de la météo.

Sinon, le matériel que j'emporte sur moi lors d'un secours varie en fonction de la nature du secours (distance / difficulté d’accès), de la saison (météo, température, neige ou pas) et de l'environnement (forêt, montagne, lac ou rivière).

J'ai dans le coffre de la voiture un sac type expé avec tout ce dont je pourrai avoir besoin, dans lequel je prends ce qu'il faut pour mon sac à dos d’intervention en arrivant au point de départ, en fonction des informations disponibles.

Par exemple, pour une recherche + secours de personnes vivantes et blessées en forêt escarpée ce soir (18 Juin 2016), avec au moins quatre heures de marche estimées, j'aurai au minimum:

Sur moi:

- Sac à dos (Deuter guide 35+)
- Casque d'escalade et frontale (Petzl)
- Chest radio harness (Conterra) avec radio
- Couteau pliant (emerson)
- Bear spray
- Boussole
- Sifflet
- Lightstick
- Gants en nitrile
- Sharpie
- Carnet "rite in the rain"
- Piles de rechange pour la frontale.

Dans le sac à dos:

- 2 sacs poubelles 42 gallons "heavy duty" Gorilla
- 1 Emergency Blanket Grabber
- 1 Kit Médical similaire à celui qu'on a déballé avant-hier, mais allégé (Vidéo a suivre...)
- 1 rechange complet, le tout en laine: sous-vêtements longs haut et bas fins + haut épais (midlayer), chaussettes, gants légers, bonnet, cagoule et buff
- Gants en cuir Kinco + gants chaud et imperméables type ski.
- Goretex: pantalon + veste avec capuche
- 1 blouson léger en duvet avec capuche
- 10m de Tubular Webbing
- 2 mousquetons à vis
- 15m de Paracord 550
- 10m de Accessory Cord fine
- Zipties
- 2 Ziplocs
- 1 Multitool (Leatherman)
- 1 scie pliante (Bahco)
- 1 couteau lame fixe (Gerber)
- 2 lightsticks, 1 miroir, 1 rouleau de flagging tape rose fluo, 1 rouleau de duct tape aplati
- 1 Kit Feu dans sac étanche: 2 briquets, allumettes tempête UCO dans boite étanche, Firesteel, boules de coton vaselinées, allumes-feu Coghlan Fire Lighter
- 1 lampe de poche HL + piles de rechange
- 2L d'eau potable
- 1 flacon d'Aquamira pré-mixé
- Trail mix, viande séchée, fromage et pain, éventuellement un réchaud + gaz et quart en métal + sachets de thé
- ABC: 2 garrots (1 SOFTT et 1 CAT Dernière Génération), 2 pansements occlusifs, 2 MDI microshields rapidement accessibles dans la poche extérieure du sac

Ça c'est le matériel personnel, auquel il faut ajouter éventuellement le matériel collectif nécessaire en fonction du secours (GPS, litières, doctor down, baudriers, cordes, ancrages, poulies...) et parfois une arme de poing si probabilité de croiser un laboratoire ou une plantation clandestine.

Merci, prends soin de vous, à tout de suite,
Julien



11 commentaires:

  1. Amazing stories and man. Thanks for your work and dedication.

    RépondreSupprimer
  2. Extra cette vidéo ! ;-)
    ça fait plaisir de voir des gens qui exercent avec passion leurs métiers en s'impliquant autant(émotion)
    Mais et l'équipement alors ?

    RépondreSupprimer
  3. Vidéo et personne très intéressante. Hâte de voir la suite. Continuez comme cela :)

    RépondreSupprimer
  4. Rex super intéressant sur son métier. Julien est Francophone d'origine ?

    RépondreSupprimer
  5. Très touchant.Démontre que les secouriste ne sont pas des homme sans émotions. Pour avoir travailler en centre hospitalier pendant 35 ans, je peux vous assurer qu'on n'oublie jamais une situation de crise. On oublie jamais une seul cas de décès. ni, non plus un sourire de reconnaissance.

    RépondreSupprimer
  6. merci pour cette article, merci pour ce témoignage touchant.je me suis posé une question concernent le matérielles de recherche en avalanche .n'existe il pas un moyen de balayage d'une zone par cameras thermique pour déterminer l'emplacement a sonder.je ne dénigre pas bien aux contraire les technique de recherche de secours en montagne , ces technique qui m'ont été appris pendant mont service aux 27° BCA en 1992. je me dit que depuis avec les avancer technologique,drone ex..... merci

    RépondreSupprimer
  7. merci pour la liste
    il y a beaucoup de plantations ou de laboratoires clandestins chez vous?
    j'ai toujours utiliser des sangles plates en escalade ou alpinisme ; quel est l' intérêt de la sangle tubulaire?
    Hors mission, que reste t'il lorsque tu sors en nature?
    ALain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Alain,
      Pas énormément, mais plus qu'il n'en faut! Il est déjà arrivé (pas à moi) qu'une équipe de secours ou des randonneurs se fassent tirer dessus sans sommation. Depuis, le bureau du Sheriff surestime intentionnellement ce genre de risque lors des secours. Nous sommes prévenus lors du briefing, et personne n'est tenu d'y aller. A ceux qui se portent volontaire, il est recommandé d'emmener une arme de poing (qui peut éventuellement être fournie) afin de pouvoir riposter si nécessaire. Dans un tel cas (rare), nous sommes également accompagnés par au moins un/e deputy équipé(e) de protection ballistique, d'une carabine semi-automatique, et qui ouvre la marche.
      Le principal avantage des sangles tubulaires par rapport aux sangles plates est leur souplesse. Ca permet de mieux les nouer et de travailler plus facilement sur des ancrages et avec des litières. Ca réduit aussi le risque qu'un noeud "glisse" quand il est mis sous tension. Elles sont également plus comfortables à porter comme baudrier improvisé, et résistent mieux à l'abrasion. Par contre, elles sont légérement moins résistantes que les sangles plates. Nos tubulaires standard de 1 inch résiste à 20kN (kiloNewton) de tension contre environ 25kN pour une plate de même largeur. Sachant que 20kN = environ deux tonnes, c'est plus que suffisant pour l'utilisation qu'on en fait.
      Ca dépend ou je vais et avec qui. Seul, pour une ballade en forêt d'une journée par beau temps, je prends de quoi passer une nuit dans des conditions acceptables au cas ou je me blesse ou me perds. En gros:
      Sac à dos
      Petit kit médical d'urgence
      Nourriture, 2 litres d'eau, de quoi en purifier plus
      Rechange de sous-vêtements longs+chaussettes/gants/bonnet
      Goretex haut et bas+haut chaud
      Sac poubelle+sac "bivvy"
      Kit feu, scie pliante, couteau lame fixe
      Frontale+piles, mirroir, sifflet, lightstick, boussole, bear spray
      Ca fait beaucoup, et je ne m'en suis jamais servi,c'est l'idée!
      Merci,
      Julien

      Supprimer
  8. bonjour merci pour cette article.merci pour ce récit plein d'humanité.je me suis posé une question concernant le matériels d'intervention en zone d'avalanche.pour définir une zone précise de sondage le balayage a la caméras thermique avantagerait il les recherche?. non pas que je dénigre les technique de recherche des secours en montagne, technique que j'ai apprise pendant mon service aux 27° BCA en 1992.avec les avancer technologique actuelle de nouveaux outils peuvent augmentais les chance de recherche.DRONES,SATELLITES THERMIQUE. DES MOYEN UTILISÉ PAR L'ARMÉ POURQUOI PAS POUR LA RECHERCHES DE CIVILES.MERCI

    RépondreSupprimer
  9. Salut géremiko,
    L'imagerie thermique n'est malheureusement pas très efficace pour une recherche de victimes d'avalanche, même à des profondeurs d'enfouissement relativement faibles. Les petits appareils portatifs des pompiers n'ont rien donné ce jour là. Pas surprenant puisqu'ils sont conçus pour détecter des "points chauds" sur des cloisons fines.
    Le GPR (géoradar?) aéroporté marche très bien, mais n'est pas couramment utilisé car les survols en avion ou hélico coutent très cher, et sont soumis à la météo.
    Merci,
    Julien

    RépondreSupprimer
  10. Merci a vous pour cette video tres instructive sur le sauvetage en conditions extrêmes . En espérant une suite sur le matériel choisi ainsi qur les choix logistiques et le pourquoi .et pourquoi pas une suite avec 1 garde chasse .un ambulancier . Un policier etc... encore merci

    RépondreSupprimer