dimanche 22 février 2015

Les Témoins




Bonjour à toi l'ami, 

Cela fait un bout que je me dis que je dois t'écrire, je m'y met enfin.  
Cela fait pratiquement un an que je te suis, et bien que de changements dans ma vie courante depuis...! 

Je suis gendarme et travaille sur une circonscription relativement calme. Mais depuis quelques temps, un gros sentiment d'insécurité se fait de plus en plus sentir dans nos rangs. Depuis les attentats c'est encore plus flagrant. On a clairement l'impression de devenir "des cibles". 

Des mesures ont été prises: port du GPB obligatoire en dehors des locaux, armement obligatoire sur soi dès la prise de service, les patrouilles de 3 sortent désormais avec le HK UMP5, bref on a renforcé notre propre sécurité. J'ai plusieurs collègues qui dorment avec le pistolet à côté du lit. Je viens pour ma part de prendre ma licence de tir afin de m'équiper en armes de poings. 

Quand tu vois certains anciens qui n'ont jamais enfilé le GPB "parce que ça sert à rien", ou qui partent l'arme non chambrée "parce que ça peut être dangereux"... t'es pas toujours serein quand il faut aller en inter...enfin tu les changeras pas.

De mon coté, je suis content de réussir a convaincre tout doucement mes proches de s'équiper. Mes parents font désormais des stocks d'eau et de bouffe, ma compagne ne sort plus sans sa lacry et sa lampe, la voiture est toujours prête et équipée à un départ prématuré, j'ai amélioré la défense du domicile, je ne passe plus une journée sans couteau, lampe et autres EDC, ce qui métamorphose clairement mes journées.

J'arrive aussi à faire passer le message aux collègues, et ça fait plaisir de les voir prendre conscience de certains trucs.  

J'ai appris beaucoup de tes vidéos et en lisant Rue Barbares sur une journée de train, et j'ai en fait découvert qu'on pouvait arrêter de subir. Et je t'en remercie ! Je ne sais pas ce que nous promet l'avenir, mais ça risque de vite devenir compliqué chez nous en France, du moins c'est mon sentiment…

Continues à nous faire partager tes bons plans et conseils, ils sont très précieux ! Je suis content d'avoir "changé".


Stay safe l'ami ! 

mardi 17 février 2015

Glock 19



[ Dans un contexte de défense personnelle ] 
"Toutes les armes de poing devraient être des Glock.
Tous les Glock des 9mm.
Tous les 9mm des Glock 19."
James Yeager - MFCEO Tactical Response.

mercredi 11 février 2015

10 Médicaments pour la Résilience Familiale




« Il est dit d’un homme juste qu’il réfléchit avant d’agir, qu’il pèse en permanence le pour et le contre pour chacun de ses choix, et qu’il décide en son âme et conscience et sans regret de l’action à mener à bien. »

Durant des millénaires, l’humanité a dû accepter et se plier au sort parfois cruel du destin. L’avènement de la médecine moderne nous a ouvert la voie vers un changement de paradigme: nous savons aujourd’hui de quoi le corps humain peut souffrir et par conséquent, comment diagnostiquer et traiter efficacement une maladie. 
Grippe espagnole - 1918

A ceux, dont j’entends déjà les frémissants murmures, qui affirmeront avec une vigueur absolue que le corps médical est asservi aux grandes firmes pharmaceutiques, que les médecins répandent plus de maladies qu’ils n’en guérissent, je leur demanderai de bien vouloir passer leur chemin, cet article n’est pas fait pour eux. Ma volonté n’est pas ici de vendre sous le manteau le dernier cocktail de chimiothérapie pour leucémique, mais de dresser, dans un contexte particulier et le plus simplement possible, une liste claire, concise et basée sur le bon sens, du minimum de médicaments que chacun devrait posséder chez soi.
Petite présentation personnelle, histoire qu’on ne dise pas que c’est le réparateur de vélo du coin qui se met à écrire des articles médicaux sur ce blog (je n’ai rien contre les vélos ni leurs réparateurs, au contraire !).
J’ai 25 ans, étudiant en médecine en 8ème année en France, spécialisation anesthésie-réanimation.


I. Pourquoi tant de médicaments ?



[ Cet article vient en complément de l'article intitulé "Une introduction a la Pharmacie Familiale" ]

Les soins d’urgence et la médecine sont un des piliers incontournables du Survivalisme, véritable discipline à part entière, exigeant calme et persévérance. Ils constituent aussi à quelques exceptions près le point faible dans la démarche de résilience de beaucoup d’entre nous, mais pas de panique, nous avons tout le loisir de remédier au problème, pas à pas !

Plusieurs raisons peuvent être invoquées devant ce laisser-aller manifeste, et en premier lieu la complexité et l’étendue du savoir à acquérir. Mon souhait n’est cependant pas de former à tout-va des "médecins-survivalistes" en vous faisant ingurgiter des tonnes de données, mais plutôt de proposer ici une liste concise de médicaments de base qui permettront de prévenir et guérir les maux du quotidien.
Secondairement et soyons honnête, le fait est qu’apprendre à calmer une toux ou remédier à une diarrhée ça fait pas très viril quoi ! Parler flingues et boites de conserves, ça fait carrément plus ambiance "survival" 


Sauf qu’en cas de rupture ou pire d’effondrement de la normalité, la probabilité que votre enfant meurt d’une maladie bénigne mal soignée est infiniment plus grande que les chances qu’il a de se faire cribler de balles… 
Donc voilà, le module "médecine & soins" tout le monde en voit l’intérêt, mais personne ne veut s’y mettre pleinement, ou ne sait par ou commencer.

Remémorons-nous à bon escient quelques courts extraits de l’article "Bienvenue en Enfer", décrivant les conditions de survie d’un père de famille dans une ville qui était jusqu’alors tout à fait développée, durant la guerre de Bosnie entre 1992-1995 (à lire absolument si ce n’est déjà fait):
- "Le manque d'hygiène a fait beaucoup de morts."
- "Les gens mourraient…beaucoup sont morts de petites blessures infectées."
- "Une simple diarrhée est capable de te tuer en quelques jours sans les médicaments et l'hydratation nécessaire…surtout les enfants."
- Et de terminer l'interview par: "L'hygiène est primordiale…et avoir le plus de médicaments possible, surtout les antibiotiques."

Beaucoup de gens avaient des armes en Bosnie, très peu possédaient assez de médicaments. Combien de vies perdues par cette lacune ?

Bosnie - 1994

Note: tant que le système de santé fonctionne, je vous encourage (même si c’est pénible) à consulter votre médecin pour tout problème de santé persistant au-delà d’un délai raisonnable. Nous voyons encore trop de malades arriver dans un état précaire à l’hôpital seulement parce que "je pouvais encore tenir jusque-là docteur…".


II. 10 Médicaments pour la résilience familiale.

Entrons dans le vif du sujet avec les DIX médicaments et produits qui me paraissent incontournables, et que chacun devrait avoir en stock. Il faut rester simple, sans pour autant verser dans la facilité :


1. PARACETAMOL (Acetaminophen)

Ce médicaments peut paraitre évident au premier abord, mais un rappel ne fera pas de mal tant il est indispensable pour les adultes et encore plus pour les enfants. Il diminue l’intensité des symptômes pseudo-grippaux (fièvre, douleurs musculaires, maux de tête), lutte contre toute sorte de douleur du quotidien (petit traumatisme, maux de gorge, de tête, de dos, de ventre etc…).

Antalgique (contre la douleur) de base de palier I. Antipyrétique (fait baisser la fièvre). Anticéphalagique (maux de tête). Aucun effet secondaire à déplorer si utilisé à des posologies (= doses) adéquates, aucune allergie. Le médicament phare que nous avons déjà tous dans notre pharmacie (mais peut être pas en quantité suffisante ?).
Posologie: 1g/6h pour l'adulte. 15mg/kg/6h pour l'enfant. Respectez les intervalles de prises, sinon c'est le foie qui trinque ! Plusieurs présentations disponibles: comprimé ou gélule à avaler, comprimé effervescent, suppositoire pour les enfants…


2. ANTALGIQUE et MORPHINOMIMÉTIQUES (Morphine et compagnie)

a. Tramadol: antalgique de palier II, dérivé opiacé.

b. Codéine: antalgique de palier II, dérivé opiacé.

Ces deux médicaments sont utilisés dans la prise en charge des douleurs modérés à intenses et doivent être associés au Paracétamol pour une efficacité optimale. D’ailleurs des formules composites sont disponibles comme le Dafalgan-Codéiné® ou l’Ixprim®. Toujours tester un comprimé avant de partir pour plusieurs jours de traitement car les effets secondaires peuvent être conséquents (vertige, nausée-vomissement, malaise…).

c. Morphinomimétiques: morphine et tous ses dérivés. Accès réglementé en France (classe des stupéfiants). Surement pas indispensable au quotidien, j'ai tout de même souhaité le mentionner ici car il deviendra vite incontournable (et rare), dans le traitement de la douleur aiguë de forte intensité non soulagé par les antalgiques usuels (environnement chirurgical notamment).

A.I. N.S 

Anti-Inflammatoire Non Stéroïdien: Ibuprofène, Kétoprofène, Naproxène etc…luttent fort efficacement contre les symptômes pseudo-grippaux et possèdent un effet antalgique propre notamment sur les douleurs articulaires (arthrite & arthrose), céphalées, calculs des voies urinaires etc…
L’usage de cette classe de médicament devrait cependant être subordonnée à des précautions strictes; en effet, leur efficacité non négligeable est à mettre en balance face aux effets secondaires qui eux non plus ne sont pas à négliger. A titre d’exemple, les AINS ont une propension à causer des ulcères gastro-duodénaux ("brûlures d’estomac") raison pour laquelle il est recommandé de les prendre pendant un repas, voire accompagné d’un médicament de la classe des IPP (Inhibiteur de Pompe à Proton = protège l’estomac) comme l’Oméprazole (Mopral®, Inexium®, Inipom® etc…).
Disons que dans l’urgence et au vue de sa remarquable efficacité, il est à utiliser avant tout chez des personnes n’ayant pas d’antécédent médical particulier (pas de maladie cardio-vasculaire, rénale, allergie, pas chez la femme enceinte etc…).


3. ANTISEPTIQUES

Je ne m'étendrais pas ici sur les différentes classes d'antiseptiques ni sur leurs avantages et inconvénients respectifs. L'objectif étant de rester pragmatique, voici les produits antiseptiques a large spectre incontestablement efficaces dans l'ordre:

a. Dérivés iodés (Povidone iodée): Betadine alcoolique 5% pour la peau saine, Betadine dermique 10% (flacon jaune ci-dessus) pour les plaies.
b. Chlorehexidine alcoolique 0,5% pour la peau saine.
c. Dérivés chlorés: Dakin Cooper stabilisé, pour peau, muqueuse et plaie.
d. Alcool 70%: peau saine seulement (sinon ça brule la chair !).

Bonus : la SHA (Solution Hydro-Alcoolique pour friction manuelle) qui permet d’éliminer 99,99% des microbes de la peau après une friction manuelle adéquate. Très utile avant de préparer les repas, réaliser des soins de plaies etc…afin d’éviter la transmission des germes manuportés +++ (en clair ça pourrait éviter par exemple que tout le clan soit terrassé par une gastro fulgurante et hyper contagieuse).


Bonus 2 : pastilles Micropur forte pour le traitement de l’eau contaminée. 1cp. par litre d’eau. Je vous invite par ailleurs à lire les articles disponibles sur ce blog concernant le traitement de l’eau, c’est primordial !

Note: dans l’idéal, respectez les conditions d’usage. Pas d’iode chez la femme enceinte ou l’enfant < 2 ans. Pas d’alcool sur les plaies (ça brûle et ralentie la cicatrisation). Pas de chlorexhidine, d’alcool ou d’iode chez l’enfant < 1 mois. 


4. ANTI-DIARRHEIQUES

Et bien oui la diarrhée peut tuer, par déshydratation. Je n’envisage ici que le cas de la gastro-entérite (GE) virale, la classique « gastro de l’hiver » qui reste de loin l’étiologie la plus fréquente de gastro-entérite dans nos contrées (norovirus et rotavirus). Les gastro-entérites bactériennes peuvent être plus violentes et sévères, nécessitant alors une antibiothérapie spécifique (surtout ne pas donner de ralentisseur de transit dans ce cas).
La prise en charge symptomatique reste le point le plus important consistant en une réhydratation orale (boire un SRO ou une solution faite maison (cf. ci-dessous), puis réduire le volume des diarrhées (anti-diarrhéique) et calmer les vomissements (anti-émétique).

a. Racécadotril : Tiorfan®. Anti-sécrétoire. Adulte et enfant. Très efficace pour atténuer l’importance et la fréquence des épisodes diarrhéiques ! 2 à 4x/j (dose unitaire de 100mg pour l’adulte, 30mg pour l’enfant et 10mg pour le nourrisson).
b. Smecta®. Absorbant. Adulte et enfant. A mélanger avec de l’eau ou autre élément liquide. 2 à 6 sachets/j.
c. Lopéramide chlorhydrate. Imodium®. Ralentisseur de transit. 2 à 6gél/j chez l’adulte. Pas avant l’âge de deux ans.
d. SRO : Soluté de Réhydratation Orale se présentant sous forme de sachet de poudre à mélanger dans un grand verre d’eau. A donner à volonté aux enfants souffrant de diarrhées profuses, en petite quantité mais fréquemment. Disponible en pharmacie, en vente libre sans ordonnance. J’insiste une dernière fois, dans la gastro de l’enfant ou du vieillard, c’est la déshydratation qui tue !



5. ANTIÉMÉTIQUES (contre les vomissements)   ANTISPASMODIQUE (contre les maux de ventre)


a. Dompéridone (Motilium®) : antiémétique. 10mg x 3/j chez l’adulte.
b. Métoclopramide (Primpéran®) : antiémétique. 10mg 1 à 3x/j chez l’adulte. Diviser la dose par deux pour les enfants (de plus de 1an).

c. Trimébutine (Débridat®) : antispasmodique. 3 à 6cp de 100mg/j chez l’adulte.
d. Phloroglucinol (Spasfon®) : antispasmodique. 3 à 6cp/j chez l’adulte.


6. ANTIBIOTIQUES

La première cause de mortalité dans les pays pauvres (ou en situations dégradées) sont les maladies infectieuses et complications périnatales. Par conséquent, les antibiotiques deviendront véritablement incontournables en cas d’effondrement. Gardez en tête qu’ils en existent de toutes formes et couleurs, que leur spectre d’action, mode d’administration, pharmacocinétique et pharmacodynamie diffèrent tous les uns des autres et qu’il n’existe pour ainsi dire pas d’antibiotique miracle:

a. Amoxicilline-Acide Clavulanique : AUGMENTIN®. S’il fallait n’en choisir qu’un seul, ce serait celui-ci; Pénicilline de classe A, à large spectre, associée à un inhibiteur de pénicillines
Cet antibiotique fonctionne sur la plupart des infections bactériennes communautaires (respiratoires hautes et basses, ORL, dentaires, appendicite entres autres…).
A titre indicatif pour un adulte de 70kg, la posologie va de 1g x 3/j pendant 7 jours Per Os (par la bouche) pour les infections bénignes à 2g x6/j IV (intra-veineuse) pour les infections sévères.

b. Ofloxacine : OFLOCET®. Classe des quinolones. Utilisable en cas d’allergie aux Bêta-lactamines (dont fait partie l’Amoxicilline dont j’ai parlé juste avant). Notamment utile dans les infections urinaires de l’homme (prostatite) et de la femme (cystite, pyélonéphrite), ainsi que dans les gastro-entérites bactériennes. 
A titre indicatif, la posologie est de 200mg x 2/j Per Os pendant 10 jours pour le traitement des pyélonéphrites (infection des reins) aiguës non sévères.

Je ne mentionne ici que ces deux antibiotiques, appartenant à deux familles différentes (respectivement Bêta-lactamine et Quinolone) et disponibles par voie orale. Ils devraient permettre de traiter la grande majorité des infections bénignes à modérées d’origine BACTÉRIENNES.

Je rappelle à ce propos que la plupart des infections hivernales bénignes sont d’origine VIRALE et de ce fait, INSENSIBLES aux antibiotiques ! La bonne nouvelle, c’est que ces infections virales guérissent toutes seules, en moyenne en 5 à 7 jours (le temps pour le corps de contrôler l’infection) et qu’il faut donc juste être patient, traiter les symptômes et éviter la surinfection bactérienne, en attendant que cela passe.
Les infections bactériennes sévères nécessiteront une prise en charge plus avancée avec notamment la pose de voie veineuse périphérique permettant l’administration de bien d’autres classes d’antibiotiques (plus puissants) disponibles seulement par voie intra-veineuse.


7. ANTI-HISTAMINIQUES

Indiqués dans la prévention et le traitement des manifestations allergiques peu sévères (rhinite allergique, urticaire…), ces médicaments ne sont pas vitaux mais améliore sensiblement le confort de vie pour un faible investissement. Des manifestations indésirables de type fatigue ou somnolence sont décrites, je vous recommande donc de tester et de trouver la molécule qui aura l’action la plus efficace sur vous avec le moins d’effets secondaires possibles.

a. ZYRTEC 10mg/ml. Solution buvable (sirop). 
Adulte: 10mg/j. 6-12 ans: 5mg/j. <6 ans: 2,5mg/j.
b. Levocetirizine : XYZALL 5mg. A partir de 6ans: 1cp de 5mg/j.
c. Desloratatdine : AERIUS 5mg. A partir de 12ans: 1cp de 5mg/j. Existe aussi en sirop pour les enfants.
d. Loratadine : CLARYTINE 10mg. A partir de 12ans: 1cp de 10mg/j.

Bonus: pour les réactions anaphylactoïdes graves (comprenez réactions allergiques sévères avec malaise, hypotension et difficultés respiratoires majeures), utilisez les seringues pré-conditionnées ANAPEN (adrénaline) 1 injection dans le muscle de la cuisse 0,30mg pour les adultes. 0,15mg pour les enfants. 





8. MALADIES CHRONIQUES

Il est de bon ton de faire un stock de médicament auquel la personne est dépendante en cas de rupture d’approvisionnement des pharmacies du coin (antihypertenseurs, antidiabétiques oraux ou insuline = vital, anticoagulant, antiépileptique etc…). 
A titre d’exemple, les Bêta-2-mimétiques (Ventoline® et autres) et corticostéroïdes inhalés sont indispensables pour les très nombreux asthmatiques de nos sociétés occidentales trop "propres"


9. SOINS CUTANÉS

Solutions hydratantes, pommade contre les brûlures, crème traitant les poussées d’eczéma, crème pour les mains et pieds abimés…vous l’aurez surement deviné, j’insiste expressément sur les soins à apporter à la peau, considérée comme un organe à part entière, elle est notre première ligne de défense face à l’environnement et constitue le site privilégié de l’expression de nombreuses pathologies. 
Il est par ailleurs primordial de désinfecter bien en profondeur toutes plaies. Ca prend deux désagréables minutes mais ça évite (à l’extrême) de perdre bêtement un bras ou une jambe (pour les curieux, allez faire un tour sur google image avec les mots "plaies infectées, gangrène")…Et brossez-vous les dents bon sang (+ consulter votre dentiste tant que c’est gratuit), parce que l’avulsion dentaire au tournevis et sans anesthésie, je vous laisse imaginer.


10. CONTRACEPTION

Catégorie rarement abordée mais pour les évènements de type effondrement lourd, on pourrait trouver légitime de ne pas vouloir faire naitre un enfant dans un monde dégradé et attendre de meilleurs lendemains. Mais il s’agit là d’une réflexion personnelle, je laisse évidemment le choix libre à tout un chacun d’agir selon son bon jugement.


IV. Date de Péremption et Quantités.

Un mot sur la date de péremption mentionnée sur les boites de médicament: il est évident que les médicaments stockés dans un endroit:
  1. sec 
  2. à température ambiante (en climat tempéré j’entends, pas au niveau de l’équateur)
  3. à l’abri de la lumière
  4. sous vide dans l’idéal (à l’abri de l’oxydation)
resteront efficaces plusieurs années après la date mentionnée. Quant à savoir combien d’années précisément (10, 20, 40 ans ?) je n’en ai pas la réponse. Quoiqu’il en soit, il est clairement démontré aujourd’hui que le délai de 5ans inscrit sur la plupart des boîtes conduit chaque jour à un gâchis incommensurable. 
Par ailleurs, si l’on considère l’éventualité du troc, les médicaments deviendront, dans une situation dégradée, incontestablement une monnaie d’échange inestimable.

Concernant la quantité à stocker: un exemple simple vaut mieux que de longues phrases pour se faire une idée plus claire du volume nécessaire au traitement d’une personne adulte. 
A titre d'exemple: Un adulte de 70kg, sans antécédent notable, présente des symptômes grippaux tels qu’asthénie (fatigue extrême), fièvre, céphalées, myalgies diffuses et rhinorrhée (coule du nez). Comme je l’ai déjà mentionné, il s’agit ici de traiter les symptômes en attendant que le corps s’occupe lui-même de neutraliser le virus de la grippe: 
  • 1 flacon de SHA pour garder les mains propres + 1 masque chirurgical/j pour éviter de contaminer la compagnie entière…
  • 1g de Paracétamol toutes les 6h (donc 4 fois par jour) sur 7 jours ce qui nous fait 28 comprimés à 1g ou 56cp à 500mg.
  • Ibuprofène 200 à 400mg 4x/j donc 28 à 56cp.
  • Si surinfection bronchique bactérienne (en gros, persistance de la fièvre avec aggravation des symptômes et apparition de crachats sales avec difficultés respiratoires) : antibiotique Augmentin 1gx3/j pendant 7 jours donc 42 doses de 500mg.

Là c’est le minimum syndical pour un épisode de grippe hivernale simple chez quelqu’un de bien portant de base. Et ne me dites pas que vous ne chopperez pas la grippe parce que vous porterez un masque FFP2 avec une combinaison étanche en permanence ! 
Ensuite prenez en compte le degré de résilience que vous souhaitez (combien de temps ?), multipliez par la population potentielle à traiter (combien de personne ?), pensez aux plus fragiles (dont les enfants et les vieux) qui nécessiteront un traitement plus adapté, et gardez en tête que la grippe n’est qu’un exemple très modeste parmi un panel de tant d’autres maladies diverses et variées.


V. Conclusion.

J'espère que ce modeste article vous donnera une idée plus juste des médicaments et produits essentiels à posséder dans votre pharmacie, de leur quantité et de leur utilisation première. 
Faites votre stock, apprenez à les connaître (gardez et lisez les point importants des notices), apprivoisez leurs effets sur votre corps aussi bien bénéfiques que leurs contreparties indésirables.  
La notion de balance bénéfice-risque est essentielle en médecine, un traitement bien adapté guérit le malade, l’absence de traitement aussi bien qu’un traitement excessif peut empirer son état de santé.
Quand tout ceci sera accompli, considérez que vous aurez franchi avec succès la première marche vers la "débrouillardise sanitaire contrôlée", soit savoir se dépatouiller avec les maux du quotidiens sans trop de dégâts collatéraux (et c’est bien ce qui importe en condition plus ou moins dégradée) ! 
Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter du courage et de la persévérance au quotidien car le chemin vers la résilience est long mais incontournable. Prenez soin de vous et à bientôt !

"L'art d'être tantôt très audacieux et tantôt très prudent est l'art de réussir."
Napoléon Bonaparte