mercredi 7 janvier 2015

Secondes...


14 commentaires:

  1. Salut

    D'autant plus vrai avec ce qui c'est passé hier en France...

    Prends soin

    RépondreSupprimer
  2. On est en plein dedans en France...

    RépondreSupprimer
  3. voir pire une amie appel les pompiers pour sa mére entrain de mourir les mec se son déplacé au bout de 2h...résultat la dame en question décédé et baffouillage des pompier comme quoi avec le manque de personel ils ne peuvent pas bosser correctement alors que eux font deja plus que ce qui est humainement possible.

    RépondreSupprimer
  4. Je suis désolée pour votre amie Kevin...

    RépondreSupprimer
  5. @ Kevin Eumont, je n'avale pas ton histoire, les pompiers sont le derniers grand corps en France et nos derniers héros, qui risque leur vie pour pas un radis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. sauf que les pompiers son débordés en campagne car en sous éffectif,ils ne peuvent ni se dédoubler ni se couper en quatre. sans compter les appel pour rien de gens incapable de comprendre qu'on ne les appels pas pour des broutilles.

      Supprimer
  6. C'est peut-être vrai aux states, mais en France, les pizzas arrivent plus vite que les "forces de l'ordre" ... et encore, il arrive qu'ils ne se déplacent même plus ... "Restez calme, fermez bien votre porte, ils vont bien finir par partir"

    RépondreSupprimer
  7. @Kevin
    Dans un cas comme cela, est-ce que les pompiers avaient donné un délai au téléphone? Parce que dans le doute, autant amener soi-même la personne à l’hôpital.

    RépondreSupprimer
  8. Une chose m'a frappé c'est le fait qu'un policier du SPHP, le service de protection des personnalités, était présent. On parle ici d'un policier entrainé spécialement pour réagir dans ce genre de situation. Et il a été abattu sans pouvoir rien faire. L'effet de surprise dont ont disposé les assaillants a été décisif.
    Ça fait réfléchir. On peut être préparé et entrainé, ce n'est pas forcément suffisant. Il faut éviter de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment et mettre en place des stratégies pour évité d'être surpris.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui mais aussi le SPHP ne sont pas équipé pour répondre à une telle attaque quand il escorte ou surveille une personne comme charb, ou il y a un risque mais sans menace précise.

      Supprimer
  9. En l'occurrence, un professionnel de la protection des personnalités accompagnait Charb. Et les forces de l'ordre ont payé un lourd tribu lors de l'échappée des assaillants. Qu'auraient pût faire les 5 caricaturistes de Charlie si ils avaient été armés, alors qu'ils avaient autour de 60 ans, et qu'ils ont été pris par surprise par deux gaillards de 30 ans très entraînés ?!? Qu'ont pu faire les hommes de la BAC ? Au vu des derniers commentaires, il aurait fallu que les victimes soient équipées et préparées comme des hommes du GIPN...

    RépondreSupprimer
  10. @loindesyeux
    Je suis d'accord avec vous. Pour changer quelque chose, il aurait fallu que l'homme du SPHP soit prévenu au moment de l'arrivée des Kouachi à l'aide, par exemple, d'un bouton d'urgence discret.
    Quelques secondes auraient suffit pour évacuer les journalistes vers une zone plus sure et se préparer à recevoir les Kouachi.
    Je pense à cette femme, forcée d'indiquer la salle de rédaction aux tueurs. Pour rien au monde je ne voudrait être à sa place aujourd'hui.

    Apparemment les gens de Charlie se savaient menacés mais n'ont pas réfléchi à ce qu'ils feraient en cas d'attaque pour mettre en place un plan type Volwest.
    Prévoir un bouton d'urgence, éventuellement des portes blindées pour isoler certaines zones, étaient à mon sens des idées à creuser, plus que d'essayer de transformer des papys en soldats d'élite.

    @jerem
    Vous pensez qu'il n'avait pas de gilet PB? Je ne suis pas compétent pour me rendre compte de l'impact qu'a eu son équipement mais cela m'a marqué qu'il n'ai même pas pu tirer apparemment.

    RépondreSupprimer