samedi 1 novembre 2014

Je suis a l'heure


A la première "lecture" de ce court métrage (voir plus bas), il me parait difficile de ne pas déplorer l'inaction et peut être la lâcheté des témoins. Cette sensation intime et naturelle de dégoût, de rage et finalement de frustration, doit cependant impliquer une compréhension plus large du malaise et des dysfonctionnements éprouvés au quotidien par le peuple concernant la légitime défense, l'action citoyenne et l'univers complexe de l'assistance a personnes en danger.

Si ce court métrage nous impose une réalité difficilement soutenable pour dénoncer cette notion de "paralysie citoyenne" malheureusement systémique aujourd'hui, il me parait incontournable, en tant que citoyen volontaire et responsable, de dénoncer a mon tour la schizophrénie déroutante de nos sociétés modernes.

Comment réconcilier notre révolte intérieur et notre profond désir d'intervenir, quand l'Etat lui même considère que l'action citoyenne et la légitime défense, parfois maladroite et brutale mais toujours nécessaire et rattachée a un contexte particulier, c'est a dire la violence directe et immédiate, soit d'une part diminuée par l'interdiction systématique de posséder et de porter de simples outils de défense personnelle, et d'autre part soumise a la menace omniprésente d'une sanction pénale ?

Nous avons, j'en ai bien peur, créé une société de perdants.

La paralysie citoyenne, me parait avant tout être le fruit d'un Etat infantilisant, qui, dans une logique de méfiance absolue envers ses citoyens, a imposé ces 40 dernières années une politique de délégation systématique et de désarmement absolue, tant physique que psychologique.





A la vue de cette scène révoltante et anxiogène, je n'ai ni l'envi de condamner l'inaction des passagers, ni l'envi de faire le procès de leur lâcheté…car il me faudrait pour ce faire être certain de mon propre processus de décision et d'action dans un contexte et une situation qu'il m'est impossible de projeter et de maitriser.

De plus, les réactions ne sont pas de processus standardisés, et si l'inaction est une réponse possible dans un cas, elle ne le sera pas dans un autre. C'est ainsi qu'un individu peut parfaitement osciller entre ces deux positionnements selon la situation, le contexte, et tour a tour devenir, par la force des choses et des moments, "héros" et victime de sa propre paralysie.

Ma colère est avant tout l'expression d'une frustration et d'un constat: nous sommes, nous les citoyens, systématiquement privés de moyens, privés d'ampleur, privés d'écho collectif, et finalement privés de confiance:

- Comment des lors réconcilier notre capacité citoyenne a l'action, avec une matrice étatique qui semble incapable de faire la différence, ne serait-ce que juridique, entre un criminel et un samaritain ?

- Comment réconcilier notre capacité citoyenne a l'action, avec une machine juridique qui refuse d'élargir et d'ajuster sa compréhension de la légitime défense ?

- Comment réconcilier notre capacité citoyenne a l'action, dans une société qui semble sanctionner la cohésion, la participation, la responsabilisation et finalement l'intervention…et récompenser la torpeur grotesque d'incompatibilité sociale ?

- Comment réconcilier notre capacité citoyenne a l'action, dans une société qui continue de désarmer, tant physiquement qu'intellectuellement que psychologiquement, une population majoritairement stable, capable, raisonnable, emphatique, solidaire et bienveillante ?


Car le non-dit de la situation critique, celle-ci ou une autre, est toujours le même: Si j'interviens, en tant que citoyen, je vais:

a) Risquer de mourir.



Si le citoyen responsable se voit interdit de posséder et de porter des outils de protection personnelle comme par exemple une simple bombe lacrymogène, les criminels sont eux souvent armés en plus d'être décidés, et donc l'assistance ou l'intervention citoyenne est souvent d'une réalité mathématique enracinée dans l'infériorité: infériorité numérique, infériorité physique, infériorité psychologique…

C'est pour cette raison que nos forces de l'ordre sont elles dotées d'outils capables d'imposer, sur le terrain, une certaines supériorité physique mais aussi psychologique: nombre + outils + entrainement.



Sans aller vers la distribution massive "d'armes de guerre" a l'échelle citoyenne, nous pourrions ici imaginer le même scénario mais ou tous les témoins sont armés de bombes lacrymogène par exemple. Psychologiquement et physiquement, cette déclinaison raisonnable vient plus ou moins bien équilibrer le contexte de confrontation physique, mais aussi influencer le terrain psychologique des témoins: nous avons le nombre, mais aussi les moyens.





Notons que le port d'un outil de défense comme une bombe lacrymogène, un bâton télescopique, un taser ou même une arme de poing, n'est pas synonyme de renversement des rôles ou d'abnégation des forces de l'orde. Je portes personnellement des outils de protection personnelle sur moi 24/24h et je ne me prend pas pour un policier ou un justicier solitaire du dimanche.


b) Risquer de me voir condamner juridiquement.


Qu'il soit question d'intervenir sur une victime d'un accident de la route ou sur une attaque immédiate menaçant l'intégrité physique ou psychologique d'une tierce personne, la notion juridique est un terrain schizophrène pour le citoyen.

Il semble y avoir deux combats: 
- Le combat physique: accident de la route, incendie, agression...
- Le combat juridique.

Répondre de ses actes est un paramètre incontournable de l'action citoyenne…pour le meilleur et pour le pire. Seulement, force est de constater que ce combat est largement dépendant d'une machine juridique aujourd'hui plus que jamais totalement déconnectée des réalités liées a la légitime défense et plus largement l'intervention citoyenne.

Le citoyen est alors confronté a une barrière psychologique importante, qu'il est forcé d'évaluer et de calculer avant de plonger dans l'action.

Cette barrière psychologique liée a l'univers juridique, soit la peur de mal faire et/ou de la sanction pénale,  peut aussi être de dimensions plus subtiles et inconscientes, venant influencer et parfois dicter nos réactions au quotidien.

Ajoutons a cette réalité juridique un climat sociale ou les rôles sont souvent inversés, soit l'empathie généralisée non pas pour les victimes mais bien les criminels, et une persécution systématique et disproportionnée des personnes contraintes de défendre leurs biens et/ou leurs vies…et l'action citoyenne n'est alors plus basé sur des notions collectives éprouvées comme le bien, la bienveillance ou encore l'entraide, mais sur des notions parfois paralysantes comme les répercussions et les conséquences juridiques.



Cette question de non assistance, de non intervention citoyenne et d'inaction, me parait des lors bien plus complexe qu'une simple démonstration de lâcheté et d'abandon qui a toujours existé et qui existera toujours.

Certes il y a ici une dynamique de lâcheté individuelle, mais il y a aussi et surtout une dynamique de propagation de la "lâcheté citoyenne" par l'Etat, qui, directement ou indirectement, impose un temps d'arrêt affecté sur des gestes pourtant innés, naturels et spontanés.







Source du court métrage: Je suis a l'heure

35 commentaires:

  1. "N'est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, sauf s'il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace."Mais très peu de cas concret de condamnation pour non assistances à personne en danger en France par contre un peu hors sujet mais toujours dans l'actualité juridique récente une femme à été condamné à 10 ans de prison pour avoir tué sont marie article ci-après: http://www.20minutes.fr/societe/1472491-20141031-condamnee-10-ans-avoir-tue-mari-violent-verdict-suscite-incomprehension.

    RépondreSupprimer
  2. Salut Vol West.

    Excellent article. Parmi toutes les pages web/média/blog qui traiteront cette vidéo. Tu es sans doute le seul à faire cette analyse et à mettre en lumière la - "lâcheté citoyenne" par l'Etat -.

    J'ajouterai que, à titre personnel, la parabole du "Bon Samaritain" est de loin mon histoire préférée. Espérons qu'à l'avenir nous pourrons encore agir comme des citoyens responsables et altruistes.

    Portez-vous bien.

    RépondreSupprimer
  3. Salut

    On s'en moque d'être pénalement responsable. Quand tu regardes cette vidéo, c'est à vomir.
    Le plus important est ce ce que tu penses de toi même. Comment le soir se mettre à table avec femme et gosse quand dans la journée tu t'es comporté comme un lâche.
    Cette vidéo m'a mis les boules

    RépondreSupprimer
  4. Une autre facette qui explique l'inaction, est celle des représailles. Je pense que ce genre de situations arrivent souvent sur nos chemins habituels, voir réguliers. Près de chez nous, de notre travail, etc
    Hors on sait très pertinemment que ces individus ne sont jamais condamnés. Nous serons donc amenés à les croiser de nouveau, et je crois que ça serait encore pire que lors d'une intervention spontanée. Je pense en effet qu'il sera revanchard, peut être accompagné et surtout il aura acquis "grâce" à la justice un sentiment d'impunité qui le rendra encore plus violent.

    RépondreSupprimer
  5. Alors Anthony que fait-on ??? Si c'est individu ne sont pas condamnés, c'est de notre faute.
    Il faut réaliser qu'en se laissant entrainer dans cette spirale qu'est le désespoir, on sombre dans un vide immense créé par notre absence de comportement basique. Si quelqu'un vous fait du tord, vous devez être dédommagé et quels sont ces dédommagement ? L'argent ou le sang.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu confonds dédommagement et vengeance! Le sang de l'autre n'est en rien un dédommagement. Simplement un soulagement!
      Et je ne me sens pas responsable de la non-condamnation de ces individus, je ne suis ni juge, ni avocat, ni politique. Je me contente de l'action qui m'est possible à mon niveau. Intervenir, sans me mettre plus en danger que la victime initiale, prévenir les autorités. Après oui, je PENSE que j'interviendrai aussi, mais je pense qu'il est facile de parler à froid et derrière nos claviers, mais en réalité... J'ai tendance à penser que les gens de la vraie vie, sont aussi ceux qui sont sur internet. Donc que si une majorité ne fait rien dans la rue, cette majorité se retrouve aussi derrière ces claviers, peut-être moi d'ailleurs.

      Supprimer
  6. Ben que fait-on, on intervient on s'en fout des représailles, qu'il se venger cela prouvera leur lâcheté et peut être que la les choses changerons, mais bon une reforme total de justice en matière de sanctions et a revoir, (enfin quand tu as des politiques multiplements condamné être toujours élu (le clan de Zy,NI et autres) tu te dis c'est mal barré). Enfin en plus actuellement avec la politique bisounours (le pauvre de délinquant venant de quartiers modestes, élevé par des parents absents qui veut insérer mais qui trouve porte clause, même moi c'est en train de me tirer une petite larme non mais le pauvre il y a pas eu de chance). sérieusement il y a des lois a changer comme mettre une vrai prison à perpette et pas se simulacre de perpette à la con avec peine de sureté de 30 ans et encore la plus part des cas c'est 22ans. Faire en sorte de ne pas mélanger les détenus petit et gros délinquants, et le faire bosser merde nettoyer les routes, foret, casser du cailloux en somme. Leur faire passer envie de recommencer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Jeremy

      En bon fils de famille éduqué, tu laisses tes fesses sur le strapontin, tu tournes la tête, c'est la loi, c'est légal, ce n'est pas juste mais c'est légal.

      Supprimer
    2. Je suis tout à fait d'accord avec toi sur la réforme de la politique de justice dans ce pays (je parle en tant que Français). Mais quand à se foutre des représailles, tu n'as peut-être pas les mêmes choses à perdre qu'un autre, peut-être pas les mêmes capacités physiques et psychiques. Tu ne vis peut-être pas au même endroit, etc
      En fait je suis d'accord avec le début d'article de Vol. Comportement révoltant, mais n'aurai-je pas eu le même? impossible à savoir, faut il forcément blâmer ceux qui l'ont eu? Tout n'est pas tout blanc ou tout noir dans la vie. Rien ne va de soit chez les humains, chaque situation est différente et apportera à chacun une réaction différente. Tu bougeras peut être là ou un autre sera tétaniser, et peut être sera ce le contraire la situation suivante.

      Supprimer
    3. salut John

      J'ai impression que tu as un probleme, tu ne supportes pas la critique, tous cela pour que sur le post violence de rue je te contredis car tu donnes exemple de King qui c'est fais tabasser par de flics et que tu dis qu'il faut intervenir, alors que c'est une intervention de police certes d'une violence inqualifiable mais qui reste une intervention de police en 92 aux états unis.

      Non je ne reste pas sur le strapontin car j'ai la loi de mon coté légitime défense et article 73 du code de procédure pénale

      Supprimer
    4. Jeremy

      Je dis simplement que si tu ne fais rien dans l'affaire King, tu ne fais rien dans le R.E.R ou le métro, ne me trouve pas l'excuse de l'uniforme, dans l'affaire King, on a faire à tout sauf à des flics, ils ont simplement fait durer le plaisir.
      Tout à fait d'accord avec toi quand tu dis que tu as de ton côté la loi de la légitime défense, les gens l'ont oubliés.
      Pour ta gouverne, la critique ne me dérange pas, elle fait souvent avancer les choses, la preuve en est que tous les commentaires étaient intéressant, bien que souvent différent.

      @ Vol...Salut
      Si tu pouvais faire une vidéo, démontrant que les gens peuvent se sortir du pétrin quand ils interviennent, cela serait bien de démontrer qu'il n'y a pas que des blaireaux dans les bus.
      Ciao

      Supprimer
    5. Il y a une différence entre police et violeur (oui à part au 36 apparemment). Oki donc toi tu bouges pour King, tu bouges pour le RER, et quand tu as eu la vingtaine de jeunes qui ont jouer les hors-la-loi du far-west dans le RER D Grigny tu aurais bouger non je crois pas.

      Pour ma part, Non pour King pour ton info il y avait une 20 policiers autour qui regarder donc je juge que c’était à eux de calmer leur collègues au pire je leur demande à eux intervenir mais en aucun cas je vais aller sur des flics entrain de d’arrêter un mec de façon très violente et inqualifiable pas pour ne pas prendre de coup, mais je veux pas emmerde judiciaire surtout que je risque de prendre plus que le mec qu'il s’arrête . pour le RER de la vidéo la il y a personne en danger. et le rer D je préfère rien faire car la cela aurait plus encore plus dégénérer.

      Sinon je suis totalement d'accord avec toi, la critique fait avancer c'est juste le si tu ne fais rien dans l'affaire King, tu ne fais rien dans le R.E.R que j'ai pas trop aimé car en fait chaque situation et différente, et que chaque presonne est differente danc agit differannent face au situatiion peut etre que toi tu agirer dans le cas king moi je préfère pas car si King était dangereux que par ton intervention il attrape une arme et tue un flic, toi ou un bado ou pire un gosse. bon il n’était pas violente juste bourrée. Après les flics ont utilise la technique du juste que sa tombe, c'est a dire tu tape juste que cela bouge plus. Mais oui je pense qu'il on prit du plaisir aussi et qu'il n'ont aucune excuse même pas uniforme et au final la justice les a enfin 2 (les chefs) puni mais il a fallu attendre la mort de 53 personnes et 2000 blessés dans les émeutes qui ont suivi donc le premier acquittement. Donc si je j'aurais su je serai intervenue car comme quoi un petit acte peut être lourd de conséquence.

      Et je suis d'accord aussi pour une vidéo démontrant que les gens peuvent se sortir du pétrin quand ils interviennent.

      Supprimer
    6. Salut

      Dans le R.E.R de Grigny, c'est exactement la même situation que dans la vidéo, personne n'a bouger, ils ont laissé faire. Si les gens ne se laissaient pas faire, on entendrait peu parler de ces petits cons.

      Supprimer
    7. Dans le RER de Grigny, c’était la panique, c’était des ados donc très cons, ils n'ont pas hésité à taper même des femmes, en gazant, d’après les gens c’était la panique cela courait de partout. Donc pour moi c'est une situation qui peut finir en boucherie si un mec décide de jouer du couteaux. Et imagine un flic en civil, ou qui rentre chez lui avec son calibre et qu'il en descend un braqueur ben tu te tape encore une crise de banlieue. Donc si les gens bouges on entendra encore plus parler mais peut être que de trois braqueur mort c'est ce qu'il faut.

      Supprimer
    8. https://www.youtube.com/watch?v=dQ-Gco_O8kY une autre intervention ici dans une rue un pays d’Asie pas la même mentalité par rapport à la France
      https://www.youtube.com/watch?v=GuaKfU7RQ7w et la dans un magasin au etats unis avec union de deux personnes comme quoi union fait la force

      Supprimer
  7. Je suis d'accord avec les arguments de John.
    Le type de la video ne sera plus jamais le même après ça. Il devra vivre tout le reste de sa vie avec le souvenir de ces quelques instants et la peur que sa femme où ses enfants ne découvrent la vérité et perdent toute estime pour lui.
    Donc à la limite, lorsque l'on réagit dans cette situation, on le fait autant pour soi que pour la victime.
    Pour pouvoir continuer à regarder les gens dans les yeux, prendre le risque d'être condamné, cela vaut le coup à mon sens.
    Perso j’aurai plus peur des représailles après coup. Mais bon on peux toujours déménager.
    Je me dis que l'important est de ne rien regretter et clairement je ne voudrais pour rien au monde être à la place de ce type (C'est une video de sensibilisation mais basé sur des faits réels). Si un jour ça m'arrive j'espère que le fait d'avoir couché aujourd'hui ces quelques idées me permettra de ne rien regretter.

    @Anthony
    Je pense aussi qu'il ne faut pas partir perdant dès le début. Je me dit que je doit faire mon possible à mon petit niveau. Ça c'est ma responsabilité en tant que "type qui était là". Après comment le violeur va être jugé, ce n'est plus mon job, plus ma responsabilité.
    Mais comment je peux reprocher quelque chose au système judiciaire si moi-même je ne fais pas mon boulot de citoyen?
    Et puis pour un viol ou une tentative de viol, le type va prendre quand même quelques années. Ça laisse le temps de déménager...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Mais comment je peux reprocher quelque chose au système judiciaire si moi-même je ne fais pas mon boulot de citoyen?"

      Tu prends le problème à l'envers... si le citoyen ne fait pas son boulot, c'est parce que le système judiciaire ne fait plus le siens.
      Quand il condamnera sévèrement un criminel plutôt que de lui trouver excuses et peines alternatives, et qu'il félicitera un citoyen ayant exercé son droit se à défendre plutôt que de chercher la petite erreur dans son action pour s'engouffrer dans la brèche et pouvoir le condamner lourdement, alors là le citoyen fera à nouveau son boulot !
      Je ne pense pas être bouffé par les remords en cas d'inaction, parce que ce n'est pas moi qui porte la responsabilité de la situation. On a tout fait pour nous priver de toute initiative, et il faudrait malgré tout agir au péril de notre vie et/ou de notre liberté ? Car c'est bien le dilemme qui nous attend si on bouge. La mort ou la prison. Faut pas s'étonner que face à ces 2 choix la majorité des gens choisissent tout simplement les regrets, c'est un moindre mal.
      Cette vidéo est répugnante, pas parce que l'homme ferme les yeux, mais parce qu'après nous avoir castré l'état nous culpabilise avec des spots publicitaires !

      Supprimer
  8. En théorie, les lois servent à protéger les honnêtes gens des criminels.
    En pratique, c'est exactement le contraire qui se produit, la faute aux juges et au système judiciaire en général qui relâche les criminels mais qui sera d'une sévérité exemplaire pour le citoyen sans histoire qui aura eu le tord de se défendre.
    Face à une telle situation, je ne sais pas comment je réagirais, mais au minimum et sans prendre aucun risque dans le cas bien précis de la vidéo, on peut toujours appeler la police et tirer l'alarme. Dans cette vidéo l'agresseur est seul, alors probablement que j'irais au contact en espérant entrainer spontanément avec moi d'autres personnes. Tant pis pour le risque d'être condamné. Mais on sait bien que les criminels dans les transports sont toujours en groupe, et souvent armés. Alors même si ça me désolerait, dans ce cas je n'irai pas risquer ma peau, car personne ne me suivra, je serais numériquement en infériorité, désarmé, avec toutes les chances de finir au mieux à l'hôpital.
    Que les lois changent en permettant aux citoyens d'exercer une défense légitime dans l'action de l'agression, y compris avec des outils à cet effet, sans risquer de lourdes sanctions, et là l'équilibre des forces sera un peu rétabli, et les gens agirons !
    Tant que ceux qui font les lois ne prendrons pas les transport en commun et vivrons dans des quartiers où le home jacking n'existe pas, ça ne changera pas, malheureusement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je vais apporter une correction la légitime défense « N'est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, effectue dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d'elle-même ou d'autrui, sauf s'il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l'atteinte » donc dans ce cas elle s'applique mais les juges n'aime pas car tu fais leur boulot et ils ont impression qu'ils ne servent à rien après. Ps c'est bien les seuls à penser cela car si tu aides un flics à arretér un agresseur il te félicite, si tu aides un personne pendant que les secours arrivent les secours te remercient il y a que eux dans leur cerveau de juriste qui restent dans les faits les faits avoir tout décortique image par image une action.

      Supprimer
  9. Il faut aussi comprendre, qu’aujourd’hui en France la racaille est devenu une espèce protégée.
    Les exemples de "justiciés" qui ont finis en taule ne manque pas : chevrotine pour cambrioleur, défense au couteau a 3racailles contre 1*, défense d'une collègue ivre qui se fait doigté pendant son sommeil**, le bijoutier qui fait du tire au pigeon(ou au rat plutôt)***, baston qui fini mal pour celui qui a mal prit un "regard" ou un refus de "cigarette"(attention à celle-là elle a couté la vie a de nombreux honnêtes citoyens****)...
    Le consignes sont claire, la racaille est intouchable, par contre saignons a blanc le citoyen lambda.*****
    *http://www.europe1.fr/faits-divers/ado-poignarde-par-un-militaire-que-s-est-il-passe-2276879 (enfin l'ado :"C'était un garçon très très gentil. Il était un peu délinquant" LOL,... c’était du 3racailles contre 1 le militaire c'est juste défendu)
    **http://www.dailymotion.com/video/x28kmet_au-tribunal-pour-avoir-tente-de-s-opposer-a-une-agression-sexuelle_news
    ***http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/11/28/01016-20131128ARTFIG00549-marne-un-bijoutier-abat-son-braqueur-a-coups-de-fusil.php
    ****http://www.ledauphine.com/savoie/2014/10/13/trois-ans-de-prison-ferme-pour-l-agresseur-au-couteau
    *****http://www.acidmoto.ch/cms/content/news/2014/11/01/police-francaise-ne-doit-plus-poursuivre-deux-roues-chasse-aux-motards-et-impunite-pour-delinquants

    RépondreSupprimer
  10. Tous ceux qui parlent de l'estime de soi perdue du gars, ne sous-estimez pas


    - l'impact des lois qui empêchent de se défendre (cf les liens de Frédéric)

    - la possible réaction de son épouse ("tu as bien fait de pas t'en méler, tu avais un entretien, dans quel état serais tu arrivé si tu avais du te battre et que sa chemise se retrouve déchirée" ou " tu as deja assez de problemes comme ca")

    RépondreSupprimer
  11. C'est pas qui sont protégés c'est que on leur trouve toujours des excuses, comme dans le cas du garçon très gentil. Et des fois l’État fait des truc assez comique comme imposer un dealer sur le fruit supposé de la vente de drogue*. Imposer une activité illégale ???? JE COMPRENDS PLUS RIEN c'est légale ou pas.
    http://www.midilibre.fr/2013/09/05/un-dealer-impose-a-hauteur-de-42-000-euros-par-le-fisc,753233.php
    http://www.liberation.fr/societe/2013/11/25/le-fisc-reclame-80-000-euros-d-impots-a-un-dealer-d-heroine_961936
    Enfin on ne parle jamais du fils DE .... qui viol un nana dans une chambre d'hotel, avec de la blanche sur la table de nuit, ou qui percute bourré et drogué un mec en baniole totalement shooté et bourré. Enfin je ne sais pas si ce cas à lieu par contre on parle peut un certain LS joue avec des amis à lancer des billes, boulettes en papier et une tomate depuis l’Elysée sur une policière en faction merci RTL d'avoir sortie l'affaire. http://www.rtl.fr/actu/politique/louis-sarkozy-est-le-lanceur-de-billes-et-de-tomates-de-l-elysee-7745283988 mais bon il a était à bonne école. Donc comment pas protéger la racaille quand c'est cette même racaille qui est au pouvoir.

    RépondreSupprimer
  12. Salut Frederic

    Un paquet de gens s'en sortent également...

    RépondreSupprimer
  13. Bon.
    Je rappelle quand même que le titre du blog est "le survivaliste".
    Le patron des lieux, Volwest, encourage sans relâche ses lecteurs à se prendre en main et à ne pas se reposer sur l'Etat.
    Cette résilience, cette indépendance, est encouragée sous tous les plans. Le but étant de ne pas être une partie du problème mais une partie de la solution.
    Donc c'est bien d'avoir un peu de bouffe en stock, c'est bien d'avoir quelques connaissances en premiers secours et c'est bien aussi d'être capable de réagir dans ce genre de situation.

    Ne te demande pas ce que l'Etat peux faire pour toit mais demande toi ce que tu peux faire pour l'Etat.
    Oui le système a de nombreux défauts qu'il ne faut quand même pas non plus exagérer. Seulement perso je ne suis ni député, ni ministre, ni juge, ni policier donc je ne suis pas responsable du fonctionnement du système. Ce n'est pas mon problème. Je ne comprend pas comment, à partir d'une discussion sur une situation très concrète de viol, on en arrive à parler fonctionnement de la justice et sexe des anges.
    Chacun ses responsabilités. L’État a les siennes et c'est son problème. A lui de les assumer mais qu'il assume ou pas, moi j'ai les miennes que je cherche à assumer du mieux que je peux.
    La défaillance de l'Etat, réelle, partielle ou non, ne doit pas être une excuse. En tout cas pour moi ce n'est pas une excuse valable. Maintenant je ne parle que pour moi.

    Et pour finir, ici on parle d'un viol. Un violeur est par définition un pauvre type qui essaye d'obtenir par la force ce qu'aucune femme n'a voulu lui donner, probablement parceque justement c'est un pauvre type. Ce type d'individu n'est pas spécialement courageux. En plus on bénéficie de l'effet de surprise donc s'il est tout seul la balance penche plutôt de notre coté.
    Et s'il n'est pas tout seul, s'il a couteau, un bazooka et une grand-mère qui fait du karaté ou que sais-je encore, avec un peu de chance on arrivera jusqu’à l’Hôpital et de toute façon on aura aucun regret.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis totalement d'accord avec toi sur le fait Volwest, encourage sans relâche ses lecteurs à se prendre en main et à ne pas se reposer sur l'Etat. Cette résilience, cette indépendance, est encouragée sous tous les plans. Le but étant de ne pas être une partie du problème mais une partie de la solution.
      Donc c'est bien d'avoir un peu de bouffe en stock, c'est bien d'avoir quelques connaissances en premiers secours et c'est bien aussi d'être capable de réagir dans ce genre de situation.

      Mais que tu le veulent ou pas tu vies dans cet Etat donc tu y ai confronter jour et nuit, à ses choses bénéfique ou mauvaise. donc On en arrive du viol, on en arrive à parler fonctionnement de la justice car il ne fait pas sont travail de protéger les citoyens survivaliste ou pas, et c'est surtout pour le pas qui ne sont pas préparer à être confronter. Maisen tant que survivaliste enfin dans l'article c'est pas une question de survialiste mais de citoyen responsable et que l'Etat veut résumer en citoyen infantilisé par son omniprésence par lois à la suite de autre, mais surtout qui te laisse pas agir de façon responsable face à une agression. Donc la peur de mourir, peur humaine et normal, tu vas pas courir vers le mec qui à un grand couteau pointer vers toi avec tes petits poing. Mais que les gens ne bouges pas par la peur du après si je le blesse le tue, que va faire l'Etat, enfin la justice je veux pas aller en prison, et l'a tu as tout les article de journaux cités qui défilent dans sa tête. Mais dans mais commentaire tu retrouve Ne te demande pas ce que l'Etat peux faire pour toit mais demande toi ce que tu peux faire pour l'Etat. il faut lire entre les lignes et je pense que je suis pas le seul je pense que le fruit n'est pas totalement pourri et a nous de faire en sorte de stoppé le gangrène quitte à couper une partie du fruit mais comme pays civilisé cela doit passer par les urnes.

      Supprimer
  14. Je lu le commentaire de Vol West et les différents commentaires qui suivent. J'ai regardé la vidéo. Je n'ai pas grand chose d'autre à dire je l'avoue si ce n'est qu'on est en plain dans l'INVERSION des VALEURS. Et cela dans TOUS les domaines.
    Les victimes qui se défendent ou qu'on défend deviennent suspectes et les coupables n'ont pas eu de chance dans leur vie ...
    On marche sur la tête complètement !
    C'est tout à fait juste qu'en France (je parle de mon pays) la légitime défense est vidée de sa substance et dès lors on inverse les rôles et on devient suspect et plus encore ...
    Merci à vous tous pour vos commentaires et à Vol West d'avoir lancé le débat qui n'est pas théorique mais est bien la réalité !!!
    Stay safe !

    RépondreSupprimer
  15. Un article qui traite aussi du sujet et va dans le sens de l'auteur :

    http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-la-lachete-ordinaire-et-l-apathie-de-la-justice-francaise.aspx?article=5962095924H11690&redirect=false&contributor=H.+Seize

    RépondreSupprimer
  16. Pour commencer, merci Volwest pour ce blog, cet espace d'expression et de manière générale, pour la qualité des articles. C'est rare et appréciable.

    Je rejoins Constantin dans son analyse tranchée de la situation et de la réponse à apporter.
    Ce qui m'interpelle le plus c'est qu'aucun commentaire n'évoque le premier truc qui me serait venu à l'esprit (peut-être parce que ma formation premier secours date de la semaine passée): composer le 17 et appeler les secours.
    Après, que tu sautes sur le bonhomme ou que tu te planques dans un coin, c'est selon ton état d'esprit et tes capacités... mais au moins tu as donné l'alerte.

    RépondreSupprimer
  17. intervenir c'est pas faire une expédition punitive, ou un lynchage évidemment que tu préviens les secours mais il y a des fois avant d’agir ou après. l’important c'est agir. Et pour ceux qui n’intervienne pas physiquement appeler les secours c'est agir.

    RépondreSupprimer
  18. Elle se veut édifiante cette video, mais on voit pas grand chose en fait! Ça ressemble un peu à une campagne de pub antitabac...
    Règle numéro 1: On peut pas sauver quelqu'un en se mettant en danger soi-même c'est contreproductif...
    Si le mec est tout seul (scenario improbable sauf si c'est un malade mental!) bouger vers un endroit en dehors du champs des caméras, dissimuler son visage, revenir sur place par un autre chemin si possible, matraquer ou gazer le mec sans crier gare, descendre à la station prochaine changer de train, prendre un bus, sans épiloguer avec la victime...
    Si ils sont plusieurs (2 ou 3), bouger vers un endroit en dehors du champ des caméras, dissimuler son visage, attendre la station d'après, tirer le signal d'alarme, revenir sur place par un chemin détourné, matraquer et/ou gazer les agresseurs sans crier gare et sans épiloguer avec la victime que vous aurez mis en sécurité sur le quai si possible... dégager le site le plus vite possible, prendre un train ou un bus de traverse...
    Si ils ont plus que 3, changer de wagon à l'arrêt d'après, tirer le signal d'alarme à quai et témoigner de l'agression quand les force de l'ordre arriveront, en bon citoyen...
    De manière générale ne pas taper sur quelqu'un qui peut vous identifier, même si c'est un fils de pute, c'est contreproductif...
    Ne pas jouer au héros sauf si vous êtes en supériorité numérique avec des copains déterminés et si possible pesant plus de 80 kilos chacun...
    Voilà dans la vraie vie c'est comme ça en France et ne vous méprenez pas si vous agissez autrement c'est vous qui aurez des problèmes au final...
    Vous l'aurez compris à l'exception du scenario où le mec est tout seul et vous aussi vouloir intervenir sans équipement interdit de port ou de transport en France c'est un peu tendu...
    Donc, après votre BA accompli si vous voulez pas avoir à supporter un procès faut se carapater et prier pour que la video surveillance ne vous rattrape pas...

    RépondreSupprimer
  19. J'ai toujours eu un problème avec les oeuvres de fiction qui dénoncent des trucs en créant des situations, des contextes, des protagoniste, qui en fin de compte sont ... inventées.
    Pour promouvoir un message.
    C'est exactement le même outil qui fera passer un message anti-initiative citoyenne ou anti-arme, selon la présentation, l'invention et l'envie du moment.

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour à tous,

    Personnellement je suis indigné de savoir qu'il se passe de tel choses sans que personne ne puisse réagir (bien que je conçoive parfaitement que chaqu'un ai ces propre raison de prendre tel ou tel décision).
    Je suis père de famille et j'aurais donc d'excellente raison de rester tranquillement assis a ma place mais j'ai l'intime conviction que ma vie ne serai plus jamais la même.
    Merci a notre système de laisser se produire de pareil choses...... quel honte!!

    RépondreSupprimer
  21. Bordel !!! j'en ai des fourmis jusque dans les doigts !!!!!
    Cette expression est vraie : des courageux, il y en a plein les cimetières..

    Mais personnellement, j'ai du mal à concevoir, là derrière mon pc, de rester en place dans une telle situation !

    RépondreSupprimer