lundi 14 juillet 2014

Le Survivalisme et la Médecine en Milieu Naturel





Quelque soit notre environnement, notre projection économique ou nos préoccupations intimes, l'intention de résilience commence souvent par les mêmes fondations: l'eau, la nourriture, l'énergie, la protection personnelle, l'hygiène et finalement tout ce qui concerne l'univers plus ou moins complexe et dense de "la médecine".

Ces cinq chaines d'encrage (l'hygiène et la santé étant des sphères considérées comme liées et faisant parties d'un même rayonnement), composées de plusieurs maillons et capables de stabiliser notre navire familiale, ont la particularité d'exercer une influence systématique sur la qualité de nos vies au quotidien.

En ce qui concerne la médecine, qu'elle soit de connaissances hyper développées ou des plus basique et expéditive, apprendre a gérer une tension d'ordre médicale me parait être incontournable aujourd'hui, même si cette gestion s'arrête au déclenchement des secours a l'aide de notre téléphone portable, et au support psychologique de la victime: "Bonjour Mr./Mme, mon nom est volwest, ne vous inquiétez pas les secours sont en route, nous allons les attendre ensemble et tout va bien ce passer".



Que nous soyons en voiture, dans le métro, a la maison, au travail, en vacance ou dans les bois, une multitude d'urgences plus ou moins déterminantes peuvent survenir a l'intérieur même de notre cercle d'influence immédiat.
Chutes, malaises, accidents de la route et blessures, l'urgence médicale est une réalité omniprésente, et un risque bien plus important et surtout constant qu'une guerre nucléaire, un effondrement économique global ou une éruption solaire "fin du mondiste".



Simplement, les probabilités de devoir gérer une blessure, une crise cardiaque ou un accident de la route restent beaucoup plus importantes aujourd'hui que de succomber a la faim durant une guerre civile.





Si l'urgence médicale "quand tout va bien et dans un pays civilisé" est généralement d'une réaction étatique positive et immédiate (Pompier / SAMU / Hôpital en moins d'une heure), durant une situation chaotique de rupture de la normalité (inondation, black out, incident technologique…), ou la totalité de la machine médicale est souvent débordée, stressée, et ou la communication, et donc la coordination est difficile voir inexistante, l'urgence médicale peut vite devenir un cauchemars.



Durant les Ouragans Sandy et Katrina par exemple, les hôpitaux ont été systématiquement fermés après ne plus pouvoir produire d'électricité, les patients refusés, les équipes d'urgence immobilisés, et plus généralement, l'accès aux soins est rapidement devenu difficile et lent.



Routes impraticables - Ouragan Sandy - New York

Perte de l'électricité et Evacuation des patients dans un hôpital de NY durant l'Ouragan Sandy.

Chambre d'hôpital après l'ouragan Katrina - Nouvelle Orleans.


Mais il y a d'autres situations, ou environnements, qui d'une certaine manière mimiquent un accès difficile, lent, voir impossible, a nos hôpitaux ultra modernes et efficaces.

Le milieu naturel est par définition un environnement plus ou moins imperméable a l'efficacité de la machine médicale et toute sa lourdeur "techno-dépendante". Dans certaines régions, l'accès est difficile, la communication impossible, et la prise en main professionnelle des plus rudimentaire a plusieurs heures de marche.






Un ami français et ancien Chasseur Alpin vivant dans le Montana connais particulièrement bien les enjeux médicaux liés au milieu naturel. En plus d'être instructeur chez AERIE, l'une des plus prestigieuse école de médecine en milieu naturel aux Etats Unis spécialisée dans la formation des shérifs, des guides en tous genres et des pompiers comme les "Smoke Jumpers", il fait aussi partit de l'équipe locale de Search And Rescue (SAR - Recherche et Sauvetage), et intervient régulièrement sur le terrain, le plus souvent a pied et a ski.

Pendant deux jours, il m'a donc gracieusement initié a cette facette particulière de l'intervention médicale en milieu naturel, avec notamment:



- Définition de la médecine en milieu naturel = Patient a plus de 90 minutes d'un hôpital.
- Connaissances + Compétences + Jugement.
- Ne pas Nuire.
- Rester Simple.
- Evaluation Générale de l'Environnement = Sécu Perso + Situation Dynamique:
Est-ce que l'environnement est stable ?
Combien d'heures avant la nuit ?
Saison de chasse ?
Quelle température ?
Quelle altitude ?
De quoi ai-je besoin ? 
Etc.
- Evaluation Générale et Visuelle du Patient: 
Assis ?
Debout ?
Conscient ?
Jeune ?
Vieux ?
Femme ?
Homme ?
Saignement ?
Posture ?
Peur ?
Couleur de peau ?
Respiration ?
- Noter et intérioriser notre propre réaction face a l'évaluation visuelle.
- Le Ton de la Voix, le Choix des Mots.

- Evaluation du Patient = Identifier et Corriger les Menaces Vitales:
- A B C D E: Etre Systématique, Minutieux et Efficace.
A - AIRWAY = Voies Respiratoires.
B - BREATHING = Respiration.
C - CIRCULATION = Système Circulatoire.
D - DEFICIT = Déficits Neurologiques.
E - ENVIRONMENT = Protection du Patient de l'Environnement (hypothermie / hyperthermie).

- De cette Analyse = 2 possibilités = TRAUMA ou MEDICAL.


Seau d'irrigation et de traitement d'une plaie avec un sac plastique et un SAM SPLINT.

- Les Signes Vitaux (toutes les 5 minutes):
1) LOR - Level Of Responsiveness = Le Niveau de Réactivité du Patient:
Question 1 = Qui êtes-vous ?
Question 2 = Ou êtes-vous ?
Question 3 = Quelle heure est-il ?
Question 4 = Qu'est-ce qui vous est arrivé ?
2) HR - HEART RATE = Rythme Cardiaque.
3) RR - RESPIRATORY RATE = Fréquence Respiratoire.
4) SCTM - SKIN COLOR, TEMPERATURE and MOISTURE = Peau: Couleur, Température et Humidité.
5) PERRL - PUPILS are EQUAL, ROUND, and REACTIVE to LIGHT = Pupilles: Egales en taille, Rondes et Réactives a la Lumière.

- Evaluation -> Intervention -> Réévaluation.

- Rapport Ecrit.
- Gestion des Voies Respiratoires.
- Saignements et Choc (En médecine, le choc est défini par un apport insuffisant de sang riche en oxygène aux cellules du corps).
a) Saignements Externes.
b) Saignements Internes.
- Trauma Poitrine:
a) Blessures a la poitrine - Fermées.
b) Blessures a la poitrine - Ouvertes.
- CPR = Réanimation: Massage Cardiaque + Défibrillateur.



- PLS: Mise en Position Latérale de Sécurité.
- Blessures ouvertes.
- Entorses et Foulures.
- Fractures.
- Contentions.
- Litières Improvisées.


Litière improvisée avec deux sacs a dos.

- Le Tourniquet (il en a toujours 2 sur lui).
- Le Pansement Compressif.
- L'Adrénaline auto-injectable.
- L'Hypothermie.


                                  Emballage d'une victime souffrant d'Hypothermie.

- Les Médicaments.
- La Trousse de Soins.
- Le Matériel d'Urgence.



L'une de nos priorités "Survivaliste" devrait être de nous investir dans une formation médicale de base comme le PSC1 par exemple. Ces formations, et donc ces savoirs faire, ne peuvent que venir nourrir et optimiser notre intention de résilience, et comme avec toutes les autres fondations (eau, nourriture, énergie, protection personnelle et hygiène) nos capacités a agir et faire partie de la solution, et non du problème.

Personnellement, j'ai particulièrement apprécié cette approche systématique, minutieuse et efficace de la médecine en milieu naturel, et je vais continuer de calquer mes formations sur cet axe. Le matériel est simple et fonctionnel, les méthodes sont décomplexées mais efficaces, et surtout, le milieu naturel reflète un environnement ou l'accès a l'hôpital est difficile et ou le terrain est systématiquement dynamique.

Immobilisation d'un membre inférieur avec un tapis de sol auto-gonflant et un bâton de marche.




Merci a J. pour son temps, sa gentillesse et son professionnalisme.







14 commentaires:

  1. Merci pour cet article, Volwest. Il est très intéressant.

    RépondreSupprimer
  2. Complètement d'accord avec le PSC1 !!! Depuis le temps que je dois le passer ....

    En dehors des secours d'urgence en France, là où je réside, il est impossible de se procurer des anti-biotiques sans ordonnance !!! Idem pour la morphine si on est confronté à une rupture de la normalité avec un proche avec par ex cancer en phase terminale ....!!!

    ça en cas de rupture de la normalité et collapse généralisé ça me pose un gros problème que je n'ai pas résolu : les anti-biotiques et la morphine !

    Si quelqu'un a une idée, d'avance merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai une idée...et une solution !
      Mais il va falloir attendre l'article ou la video sur le sujet des antibiotiques.

      A suivre...
      :)

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Très instructif, même sans être survivaliste avoir quelques notions de bases sur quoi faire lors d'un accident fait parti de la responsabilité du citoyen (ne serait-ce que savoir gérer sa panique : Combien de personnes témoin d'un accident se retrouvent "tétanisée" sans savoir quoi faire. Si tout le monde pouvait prévenir les secours et rassurer la victime sans succomber à un stress excessif se serait déjà formidable.)

    Pour moi le PSC1 devrait être compris dans le cursus scolaire. Chaque personne devrait suivre cette formation, égoïstement parlant plus de gens formés c'est plus de personnes aptes à me secourir en cas d'accident : si vous ne le faites pas pour les autres faites le pour vous. ;)

    RépondreSupprimer
  5. Très bon article. En plus il est tout mignon W. avec "Litière improvisée avec deux sacs a dos" on dirait un croyant en méditation

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour ton post Vol West! Très bien fait et très instructif j'espère qu'il va motiver les gens à passé leurs PSC. Je suis Pompier depuis maintenant 11 ans et j'ai déjà eu plusieurs fois recours à des geste de secourisme dans la verte, pour moi et pour des tiers, indispensable si tu veux survivre en pleine nature. Stay Safe

    RépondreSupprimer
  7. La bouteille nalgene est vendue au "Vieux Campeur" de couleur orange et vert fluo, sur leur site.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Vol,
    Je voulais savoir si toi ou un ami a déjà expérimenté la fabrication d'argent colloïdal (molécule antibiotique idéal pour les maladies neurologique empirique).
    En te remerciant d'avance
    Bien cordialement,

    Jamoul de Metz

    RépondreSupprimer
  9. Toutes anomalies doit être signalée à un médecin car c'est soit un problème musculaire (affection du muscle de l'iris) soit un problème neurologique ou dans le cas de pupille de Marcus Gunn un traumatisme, un défaut de champs visuel ou une baisse d'acuité ou de vision des couleurs.
    Quand tout est normal on peut dire PERRLA = Pupilles Egales, Rondes et Réactives à la Lumière et à l'Accomodation.
    Merci encore et à bientôt.
    Léa

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Vol West,
    Encore un très bel article, très instructif, merci infiniment car à chacun de tes articles j'apprends des choses. Merci aussi pour ta façon d'aller à l'essentiel (chose que je ne sais pas bien faire) et merci encore de me faire réfléchir...
    Mais cette fois ci c'est peut être moi qui vait t'apprendre quelque chose ;) .
    Je suis opticienne, passionnée d'optomêtrie et je voudrais revenir sur les réflexes pupillaires de la personne que tu prends en charge.
    L'ami qui t'as enseigné PERRL a peut être été un peu rapide en besogne : ce n'est pas PERRL mais PERRLA (le "A" pour Accomodation). Et pour conclure PERRLA tu as plusieurs mesures à prendre :
    1- La taille et la forme des pupilles:
    En pratique, tu dois mesurer tes pupilles à la lumière ET à l'obscurité (grace à une lampe UV) et en horizontal ET en vertical en général sans les lunettes ou lentilles de la personnes (sauf cas particuliers). Norme taille : pupille droite = pupille gauche et diamètre à la lumière < diamètre à l'obscurité.
    Norme de forme : elles doivent être rondes en régulière.

    2 – Le réflexe photomoteur direct (c'est à dire le réflexe de la pupille éclairée)
    En labo on aurait un éclairage homogène et on demanderait à la personne de fixée une lettre en vision de loin suffisament fine pour que la personne puisse la lire. Dans la rue on se contentera de ce qu'on a (un détail d'affiche, de plaque d'immatriculation au loin...) puis on éclaire la pupille (on prévient d'un léger éblouissement et on lui demande de nous prévenir si la lumière gène de trop).
    On éclaire la pupille droite puis gauche et on recommence 2 ou 3 fois pour confirmer le résultat.
    Norme : on doit observer une pupille qui se contracte puis se dilate partiellement et enfin qui oscille entre les 2 positions ( dilatation et contraction ).

    3- Le réflexe photomoteur consentuel.
    C'est le même protocole mais on observe la pupille NON éclairée.
    Norme : la pupille non-éclairée doit réagir de la même manière que la pupille éclairée. (constriction, dilatation et oscillation)

    4- Le réflexe photomoteur alternant
    On fait toujours regarder la même "cible" et on éclaire alternativement la pupille droite et la puille gauche, il faut aller le plus vite possible pour passer d'un oeil à l'autre et on doit le faire plusieures fois.
    Norme : on doit observer une contraction initiale des pupille mais pas de dilatation puis le diamêtre doit être symétrique entre les 2 yeux rester le même jusqu'au bout du protocole.

    5- Le réflexe pupillaire au près
    La personne doit porter sa correction et, dans l'absolu, elle devrait regarder une lettre d'acuité visuelle inférieure à l'acuité de son plus mauvais oeil au loin et passer à un lettre au près qui à les mêmes caractéristiques que la lettre au loin (traduction : on prends la lettre la plus petite qu'il puisse lire avec son plus mauvais oeil et on l'agrandi très légèrement au loin comme au près).
    A l'extérieur, c'est quasi impossible d'être aussi précis !
    Donc on s'aide encore de ce qu'on a sous la main (lettre ou chiffre de plaque d'immatriculation, petite fleur au loin ...et paquet de cigarette, étiquette de vêtement au près...).
    On demande à la personne de regarder quelques secondes "la cible choisie" (ex: 1 chiffre d'une plaque d'immatriculaion ) au loin puis de se concentrer ensuite sur "la cible choisie " (ex: une petite lettre sur le paquet de cigarettes) au près pour faire la netteté.
    Norme : on doit observer que la pupille se contracte en vision de près.

    RépondreSupprimer