lundi 26 mai 2014

Potager en Carré et Micro Jardin - Le Choix du Bois





9 commentaires:

  1. Salut,
    J'ai quelques carrés aussi au jardin, pour les fraisiers et framboisiers. je les ai fait en parpaing, c'est de la récup d'un chantier, posés directement par terre.
    Je pense en faire d'autres pour certains légumes (carottes par exemple) car j'ai une terre très caillouteuse et mes carottes sont toutes biscornues (galère à peler).
    Pour les pommes de terre, c'est une plante qui aime le buttage. Personnellement j'aurais mis moins de terre dans les jardinières et j'aurais rajouté de la terre au fur et à mesure de la pousse des plants de pomme de terre, comme on fait pour un buttage.
    Bonne continuation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut,

      Oui les parpaings ça marche aussi... :)

      Pour le buttage je vais attendre que les plantes atteignent les 25cm...donc a suivre !

      Supprimer
  2. Bonjour Volwest,

    Les lits surélevés sont une méthode de culture absolument géniale.
    Qu'on ait un sol ingrat, voire impropre à la culture, elle permet de s'en affranchir.
    De plus, selon l'élévation du lit, on n'est plus à se casser les reins pour travailler.
    Et enfin, c'est vrai que ça fait des jardins particulièrement jolis.

    J'ai hâte de voir ce qu'il va y pousser. Les articles sur le micro potager et polyculture déjà publiés sur le blog laissent présager de jolies récoltes.

    A+

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut l'ami,

      Oui j'aime beaucoup cette méthode, pour pleins de raisons déjà évoquées sur le blog...et j'espère que la récolte va être de qualité comme l'année dernière.
      :)

      Supprimer
  3. Je me permets d'apporter un petit complément d'info sur le choix du bois... Il existe de nombreuses essences autochtones (je parle pour la France) qui vont faire le travail... Quand tu dis Cèdre, tu parles sûrement du Western Red Cedar, au vu de la couleur du bois sur la vidéo... Le Cèdre est effectivement un bois assez résistant (bien qu'il ne soit pas préconisé en emploi au contact du sol) , mais on le trouve très difficilement en France, à moins de connaître un petit scieur local... Et le Western Red Cedar est un bois d'importation d'Amérique du Nord. C'est dommage quand on sait toutes les essences admirables que l'on trouve par chez nous : Cyprès (très résistant mais très difficile à trouver aussi), Robinier, Douglas, Châtaignier, Chêne... Le Châtaignier est employé pour les piquets de clôture, il est donc tout indiqué pour cet emploi et c'est selon moi la meilleure essence que l'on puisse trouver pour cette utilisation en France (Résistance/coût)... Enfin, les Pins, Epicéa, Mélèze, Sapin, sont moins résistants mais feront l'affaire de nombreuses années.

    Il existe également des traitements non chimiques permettant de conférer une plus grande résistance au bois. Quelques exemple : le bois rétifié (traitement thermique qui casse les fibres et empêche l'imprégnation d'eau), le Hêtre thermochauffé, la Bi-Oléothermie et j'en passe.

    Attention également au bois qui ne sont pas visiblement traités. Autant il est facile de détecter un bois traité chimiquement par autoclave lorsqu'il est vert, autant les industriels ont tendance à traiter leur stock ne serait-ce pour que celui-ci reste intègre et ne contamine pas le reste en cas d'attaque de xylophage. Attention donc au bois de coffrage qui pourtant est d'un rapport qualité/prix imbattable !! Le bois de palette ne subit, a priori qu'un traitement thermique.

    Enfin, je crois que tu dis l'essentiel et j'ajouterais qu'il ne faut pas se prendre la tête... Quel que soit le bois, il aura tendance à se dégrader (le seul bois imputrescible, c'est le bois sec !), mais cette dégradation est très lente. Ne s'agissant pas de pièces structurelles très sollicitées, elles garderont une certaine résistance de nombreuses années quelle que soit l'essence. Et plus les planches sont épaisses plus cela prendra de temps.

    Merci pour ton travail.
    A bientôt,

    RépondreSupprimer
  4. Un petit truc pour toi qui est menuisier et qui doit aussi travailler sur des chantiers, tu peux protéger ton bois qui est au contact de la terre avec une nappe à excroissances en plastique qui d'habitude protège les murs enterrés. Cela t'évite de traiter ton bois, il est ventilé et respire, et ton bois ne se détériore plus aussi vite. cela peut valoir le coup, de ramasser des chutes de rouleau des fois sur certains chantiers... A plus,

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Volwest, intéressant de voir ton avis sur ce sujet ! C'est vrai que la culture en carrés a beaucoup d'avantages.
    Pour partager mon expérience : j'ai choisi des planches de coffrage (épicéa) pour des raisons de coût. C'est vrai qu'il a été traité pour être stocké, mais le prix reste très attractif... J'ai choisi de l'imprégner d'huile de lin (huile de lin + essence de thérébentine + siccatif). L'avantage de l'huile, c'est qu'on peut rapidement et facilement remettre une couche sur la face extérieure tous les ans.
    J'ai également protégé la face intérieure avec une nappe plastique (delta MS, platon...). Sur ton ancien carré, on voit un feutre géotextile ; j'ai lu quelque part que ça retenait l'humidité et que ça accélérait le pourrissement du bois... mais ton carré semble la preuve du contraire.
    Si quelqu'un a un retour d'expérience de l'utilisation d'huile de lin en extérieur, je suis preneur !

    RépondreSupprimer