mercredi 12 février 2014

Suis-je un survivaliste ?




Suis-je un survivaliste ? 

Je pense que je tends à le devenir de plus en plus et j’en suis ravi. En prenant de la distance je m’aperçois que cet état, qualité, avantage …. Est le fruit d’un murissement dans le temps.

J’ai toujours admiré les personnes capables de se sortir d’une situation de crise, sans aide extérieure. Parfois c’était plutôt le fait de la chance, et d’autres fois on sentait qu’il s’agissait plutôt du fruit d’une préparation, d’une réflexion en amont de la situation.



Cet intérêt a pris la forme d’une nécessité à la naissance de mon premier enfant. Il m’est devenu insupportable de penser que j’étais à la merci d’un tiers quand à la sécurité et au bien être de mon enfant. Je devais pouvoir moi-même subvenir à ses besoins vitaux avant de passer la main à des spécialistes le cas échéant (force de l’ordre, corps médical …).

3-4 ans après sa naissance, alors que nous étions chez un ami à la campagne, mon fils est mordu par son chien. Rien de grave heureusement, seulement, ni moi, ni l’ami n’avions la moindre trousse de secours à portée de main. C’est donc devenu un de mes premiers éléments de préparation. Y est venu se greffer de quoi boire et manger (avec les petits, c’est toujours mieux d’avoir de quoi en déplacement). Friand de soirées entre amis, les sacs de couchage des petits n’ont plus quitté le coffre de la voiture…

Ornithologues amateur, écologiste convaincu, j’ai passé beaucoup de temps dans la verte. Mes lectures et mes escapades sur internet m’ont permis de faire la connaissance de David Manise, auprès de qui j’ai eu le plaisir de suivre un stage de niveau 1 sur les techniques de survie. Plusieurs années de fréquentation de son forum m’ont permis de voir les survivalistes autrement que comme des dingues extrémistes, héritier de la guerre froide, retranchés dans des bunkers au fin fond des Etats-Unis.



C’est ton site Volwest qui a fini de me faire basculer du bon coté de la force. Des articles simples (enfin pas tous), des idées claires, des vidéos limpides, font de moi un fan incontesté !

Je me permet donc de faire une petite récapitulation des gestes inspirés de cet état d’esprit :

  • Il y a deux ans, construction d’une maison en bois (meilleure isolation, matériau vivant, meilleure résistance aux incendies).
  • Abandon du chauffage au gaz (risque d’explosion et d’intoxication, énergie fossile) au profit d’un poêle à bois (économie et moyen de chauffage « autonome ») entre guillemets parce que je reste dépendant de mon fournisseur (les premiers bois sont à moins d’un kilomètre).
  • Système de récupération d’eau de pluie, qui ne manque pas en Normandie  (économie sur la facture et apport de manière totalement autonome). Stockage dans une cuve de 6 000 L à l’extérieur, réinjecté par compresseur dans les toilettes et le lave linge (réserve facilement accessible en cas de panne d’électricité).
  • Détecteurs de fumée et de monoxyde de carbone placés juste avant les portes des chambres … 
  • Stockage d’eau et de nourriture  (1 mois pour le retranchement) et sac d’évacuation accessible dans un cellier près de ma porte d’entrée.
  • Intégration dans la communauté villageoise (participation aux fêtes du village, bénévolat sur l’organisation d’évènements). Le lien social est pour moi un élément clé d’une survie sur le long terme (scénario orange – rouge).
  • Pratique du karaté kyokushinkai (forme physique - endurcissement du corps et mode de défense personnelle).
  • Pratique du tir à l’arc nature (forme physique + arme de défense personnelle).
  • Moins d’achat d’appareils électrique (équivalent manuel) pour la forme mais aussi pour ne pas en souffrir (psychologiquement) si je suis privé de la ressource électricité du jour au lendemain.
  • Pratique du bivouac et du camping (entrainement à vivre hors du domicile dans des conditions de confort minimaliste).
  • Participation à des formations au premier secours.
  • Le jardin surélevé est en cours de construction (4 bacs de 2m x 1m x 25 cm) et viendra remplacer l’embryon que nous avions déjà.
  • Je vais acheter un extincteur … enfin ! (nul n’est parfait).
  • Je devrais m’inscrire dans un club de tir (entrainement et achat d’une arme personnelle de type 22lr).

C’est la notion de plaisir et non la peur qui m’ont guidé pratiquement à chaque étape… j’ai plaisir à tirer à l’arc, comme j’ai plaisir à être au coin du feu, tout comme j’ai plaisir à participer aux fêtes de mon village… je ne ressens aucune contrainte à couper mon bois à la scie et à la hache ou a mettre à jour mon sac d’évacuation et mon stock.

Ce qui prédomine dans tout ça pour moi, c’est simplement du bon sens… comme de boucler une ceinture de sécurité lorsque je monte en voiture.

Prenez soin de vous !
Campeur

19 commentaires:

  1. très touché Volwest !

    stay safe

    Campeur

    RépondreSupprimer
  2. Salut je suis un survivalistes normand d'où viens t'il de normandie? Moi du calvados

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. d'ou viens tu dans le calvados moi je viens de flers(61100) ?

      tu peut me répondre par mail a cette adresse si tu veut qu'on fasse connaissance : dannydu13@live.fr

      Supprimer
    2. Bonsoir les compatriotes Normands !! Je suis également de Haute-Normandie (près d'Elbeuf), mais je viens souvent sur Flers (environ une fois par mois pour faire le plein de munitions à l'armurerie Gilles en allant (ou en revenant) de ma séance de tir au club d'Athis de l'Orne (sauf bien sûr quand c'est pour mon entrainement C.A.S qui lui, a lieu le dimanche). En tout cas ça fait plaisir de voir qu'il y a d'autres survivalistes en Normandie... On se sent moins seuls, pas vrai ? Bravo pour ton article Campeur, et comme toujours Merci Vol pour la qualité de ton blog et le travail que tu fournis pour le bien de tous !!

      Supprimer
  3. bon sens et plaisir je trouve que cela résume bien tout

    RépondreSupprimer
  4. Bel exemple la morsure du chien, je suis sûr que 9 individus sur 10 n'ont pas le nécessaire pour prodiguer les premiers soins en cas d'incident. Trop de personne dépendent malheureusement de l'iphone...allo la police? allo les pompiers? Je pense que l'on obtient cet "état d'esprit survivaliste" à la suite d’événements survenus au cours de notre vie. Pour ma part, j'ai toujours aimer être libre et autonome, dépendre majoritairement de mes connaissances. C'est un travail continu dans beaucoup de domaine, et j'adore ça. Je part prochainement en moto m'isoler dans les Highlands quelques jours, Je compte sur ce voyage pour mettre en pratique du matériel ainsi que quelques théories et ainsi faire le tri dans ce qui est valable ou pas.

    RépondreSupprimer
  5. Bon article, très bien écrit, qui devrait convaincre les plus réticents à la pratique d'un survivalisme simple et inspiré du quotidien ;)

    En te souhaitant une bonne continuation,
    Arvi'pa !
    Luzi.

    RépondreSupprimer
  6. moi aussi je vien de basse normandie a cherbourg d'ou est ce quil vient ?

    RépondreSupprimer
  7. Il est toujours intéressant de savoir le cheminement de chacun avant d'arriver à une réflexion qui tends vers la prévoyance/le survivalisme.

    Bonne continuation Campeur.

    Que cela continue! :)

    RépondreSupprimer
  8. Je suis dans la même situation, depuis la naissance de mon premier enfant il y a quelques mois je vois les choses complètement différemment.
    S'imaginer en galère quand on est seul c'est déjà pas facile mais avec des enfants c'est inconcevable. Etre un adulte responsable c'est prendre ses responsabilité et non déléguer sont rôles de parents à l'état (Nourriture, protection, éducation).
    Je suis moi aussi dans l'aménagement d'une base autonome durable, j'espère être totalement prêt d'ici 2ans, merci à toi Wolwest pour toutes tes vidéos qui m'ont permit d'étendre mon champ de vision.

    RépondreSupprimer
  9. Article motivé et motivant. Merci encore Vol West et Bravo Campeur

    RépondreSupprimer
  10. Je pense que survivaliste tu es, Campeur ... en tout cas un plus que moi ... mais y a toujours quelque chose à travailler, et on est sur le bon chemin de toute façon ... c'est là le principal, non ?

    RépondreSupprimer
  11. ça me touche vos témoignages... vraiment !

    l'extincteur a trouvé sa place, mes 22 et mon stock de munitions font la cour à mon arbalète et j'enseigne depuis peu le peu que je sais du maniement du sabre et de la self défense dans mon club de karaté. la sécurité passive s'est renforcée et le plan de confinement en cas d'intrusion est prêt. je me suis formé à l'artisanat du cuir et prochainement à la permaculture....

    Bref tout ça continue à évoluer, à grandir ! merci Volwest !

    Campeur

    prenez soin de vous

    Campeur

    RépondreSupprimer
  12. Bravo campeur , c'est vrai que le survivalisme on s'y met souvent par la force des choses , pour ma part ça été la panne d'une chaudière en plein hiver et une suspension de permis de 6 mois , j'ai surmonté ces épreuves grace à un vélo à assistance electrique ( que je voulais revendre ) et un vieux poele bois charbon ( que je voulais mettre a la casse )

    RépondreSupprimer
  13. Super article... Excellent résumé d'une démarche saine et de bon sens, loins des clichés sur des psychoteurs de fin du monde selon les mayas ou autres conneries du genre ...
    Je suis sur Paris... mais j'aimerais bien m'installer en Bretagne ou Normandie... ou est donc ton village? Il y a t-il une cabane à vendre pres de chez toi?

    Merci

    RépondreSupprimer