jeudi 12 décembre 2013

Les couteaux Mora




Dans un article de novembre 2010 intitulé "Le Couteau de Survie", Volwest consacrait déjà un paragraphe aux couteaux MORA. Par la suite, dans les articles ou les vidéos, ces couteaux ont à nouveau été mentionnés, parfois en pointillé, parfois de manière plus directe, comme notamment avec le modèle HighQ.

Bien que ces couteaux soient maintenant bien connus, une des questions les plus fréquemment posées à Volwest concerne encore l’acquisition d'un premier couteau capable de répondre a nos besoins les plus primaires, sans pour autant couter trop cher. Il nous semble évident que Mora apporte la réponse la plus pertinente à cette question. Considérant d’autre part que la gamme des produits Mora s’est très largement étoffée ces derniers temps, il nous est apparu nécessaire de reparler de la marque suédoise.



1- Caractéristiques générales:


Mora c’est avant tout un rapport Qualité/Prix sans équivalent sur le marché. En effet, une première partie de la gamme se situe entre 7 et 15€, soit les modèles historiques ou "traditionnels". Tandis que les derniers nés, plus robustes, spécialisés ou plus imposants, peuvent aller jusqu'a 50€ pour le Bushcraft Survival Black par exemple, ce qui, dans l'univers du couteau qui tient la route, reste raisonnable.

Simplement, Mora nous offre la possibilité de nous équiper en "truc qui coupe" sans casser la tirelire. Perdre ou casser un couteau a 200€ peut être difficile a digérer, perdre ou casser un Mora a 7€ n'est pas dramatique. De plus, et a ce prix, nous pouvons facilement créer de la redondance en combinant les couteaux et leurs fonctions: kit voiture, kit de décentralisation, kit de survie, kit bricolage, kit de chasse / pèche / cueillette, cuisine, EDC, sac d'évacuation…


Mais dans qualité/prix, il y a aussi qualité, et elle est au rendez-vous.
Les produits Mora sont fabriqués en Suède dans la ville dont ils portent le nom. Ils étaient à l’origine produits par une multitude de couteliers locaux, mais sortent aujourd’hui d’une seule usine, issue de la fusion de tous les acteurs en une seule structure : Mora of Sweden. Le site du constructeur apporte toutes les informations nécessaires pour ceux qui veulent approfondir l’histoire de la marque.

Donc fabrication suédoise, mais aussi acier suédois. La plupart des modèles sont proposés soit en acier au carbone (du qui rouille), soit en acier inoxydable 12C27 Sandvick. Ces deux aciers ont chacun leurs adeptes et ceci pour différentes raisons. Par exemple, l’acier au carbone s’affûte très facilement, et l’acier inox semble plus adapté au milieu humide (pêche, neige, cuisine…), mais ce choix reste personnel.


Hormis quelques modèles récents, la plupart des Moras ont une lame d’environ 10 cm de long pour 2 mm / 2.5 mm d’épaisseur. C’est cette faible épaisseur qui permet l’affûtage rasoir en sortie de boite et de le conserver avec n’importe quelle pierre à affûter et ceinturon. Car les couteaux Moras sont des « sabres lasers », pour utiliser une expression que d’aucuns affectionnent.

Maintenant que nous sommes un peu familiarisés avec la marque, intéressons nous à l’usage de ces couteaux. Quel est leur terrain de jeux ?

L’expression n’étant pas de moi, je la reprends sans hésiter : « le Mora, c’est l’Opinel du Suédois ». Bref, le couteau à tout faire. Alors certes, l’encombrement est supérieur à un Opinel puisque nous sommes ici sur un support fixe, mais pour quelques avantages en plus : robustesse, disponibilité instantanée (pas de manipulation) et facilité d’entretien et de nettoyage. Tout ça pour le même tarif. Disons pour faire simple que là où on aura l’Opinel dans la poche, on aura le Mora dans la boite à gants de la voiture, posé sur l’établi, dans le sac à dos ou a la ceinture dans la verte.



Alors les Moras ne supportent-ils aucune critique ? Rien n’est jamais parfait, mais il faut reconnaître qu’on frôle ici le zéro faute. En effet, les reproches que l’on peut leur faire sont toujours la conséquence d’un avantage que nous leur avons reconnu. Je m’explique :

- Les étuis sont très moyens. C’est vrai, mais sur un craftline 511 à 7 €, il reste combien pour l’étui ? L’étui est basique, en plastique dur et peu flatteur à l’œil, mais il fait quand même le boulot.

- Les lames sont généralement fines. Encore exact, la plupart des Moras ne sont pas des pieds de biche. Mais là encore, un cutter de 4 mm d’épais, ça existe mais c’est plus cher, c’est plus lourd, et ça demande plus d’entretien et d'expertise a l'affutage. 

- La soie n'est pas pleine. A l'époque du "batonnage" et de la recherche incessante de "l'outil unique a tout faire", il est effectivement souvent question de la soie sur nos couteaux, c'est a dire la nature du prolongement de la lame dans le manche. Un couteau dont la soie se prolonge sur toute la longueur du manche (pleine soie ou plate semelle) est dans la plupart des cas un critère de robustesse. Cependant, l'apparition des rivets tubulaires, le développement des techniques de surmoulage ou encore l'amélioration des plastiques, bousculent largement cette idéologie de pleine soie, et la game Mora en est la preuve.

Au final, les couteaux pleine soie et a forte épaisseur seront certes plus robustes, mais ils seront aussi plus cher et plus lourd que les Moras.

Les Moras sous X-Ray



2- La Gamme:


La gamme des couteaux Mora s’est considérablement étoffée ces dernières années, notamment sur le terrain "bushcraft". Les différences ne sont pas énormes d'un modèle a l'autre, mais tout de même significatives, ce qui devrait vous permettre de trouver très précisément ce que vous cherchez. Nous distinguerons les modèles historiques , les couteaux classiques à tout faire, et enfin les modèles récents ou plus spécialisés, sans pour autant passer en revue la totalité des choix a notre disposition.


a) Les modèles historiques.


Le Mora emblématique est le « classic #1 ». Manche en bouleau, rouge, et lame de 4 pouces en carbone. Il existe cependant plusieurs variantes du "Classic": le Classic #1 avec sa lame de 4 pouces, le Classic #2 qui est un tout petit peu plus long et épais que le #1, le Classic #3 avec une lame de 6 pouces, et le Classic #601 avec une double garde.

Bien que beaucoup moins populaires, il existe aussi le Classic #1/0, et le Classic #2/0, qui sont les tailles en dessous du Classic #1, et pouvant plus facilement intégrer un EDC ou un kit plus petit.

Esthétiquement parlant, le Classic #1 est sans aucun doute le plus réussi. On ne peut qu’aimer ce couteau qui synthétise toutes les qualités naturelles de chez Mora. Cependant, je lui préfère le 612, modèle équivalent mais équipé d’une petite garde inférieure. Il est indispensable pour moi de pouvoir perforer avec un couteau, et le 612 le permet en toute sécurité. Bien sur, pour les Suédois, cette absence de garde sur le Classic #1 se justifie : culturellement, la coupe se fait toujours chez eux en tirant, donc de manière sécurisée. 

L’autre modèle classique est le 511 (manche en plastique) dont je parlerais plus loin. A savoir qu’il existe avec un manche bleu, le Q 546, dont la lame est alors en inox.


b) Les classiques à tout faire.


On a ici toute une foule de modèle, esthétiquement tous très proches les uns des autres avec une lame de 10 cm et un manche en caoutchouc bi-matière particulièrement ergonomique et sure. Les variations sont essentiellement dans les caractéristiques de la lame : matière, épaisseur (de 2 à 3.2 mm) etc… et dans les couleurs du manche.

Mon premier Mora, acheté chez USMC et encore payé en francs, était un clipper, toujours au catalogue sous l’appellation companion MG. Super couteau référence qui m’a accompagné en vacances pendant des années et que j’ai offert à un ami en Bretagne il y a 2 ans. Je l’ai remplacé par un 748.


c) Les modèles spécialisés.


Depuis quelques années, Mora a fortement développé sa gamme avec des couteaux plus typés bushcraft ou survie qui s’éloignent un peu de l’esthétique et de la philosophie du couteau scandinave. Nous noterons par exemple le Bushcraft Survival Black, et le Sweedish Fireknife construit en collaboration avec la compagnie "Light My Fire", et doté d'un Firesteel dans son manche.

Dans la gamme des couteaux « plus forts », le modèle MK 2000, rebaptisé Outdoor 2000, existe lui depuis des années. Sans être un full tang (pleine soie), c’est un des modèle dont la soie de la lame est la plus longue et occupe presque toute la longueur du manche.

Nous avons également ici les modèles 748, dont je vais reparler tout de suite, et 749, qui est sans doute le Mora avec la lame la plus longue : plus de 20 cm pour une longueur totale de 33 cm.


3- Le Duo Gagnant: Craftline 511 et Mora 748:

Le prix des couteaux Mora étant particulièrement contenu, il est assez facile d’en posséder plusieurs et de se faire sa propre opinion. Même si aucun ne présente selon moi de défaut rédhibitoire, obligatoirement des préférences apparaissent, un choix s’opère. Ce choix est forcément subjectif dans la mesure ou il répond à mes attentes spécifiques. Mais ayant été particulièrement généraliste jusque là, je voulais vous parler plus en détails des deux modèles que j’achète encore régulièrement chez Mora.


Le Craftline 511:


Le Craftline est un petit fixe dont la lame en acier carbone de 9.6 cm et de 2 mm d’épaisseur est comparable à celle d’un couteau de poche. Le manche est en plastique dur, ainsi que l’étui, assez basique comme nous l’avons vu. Il est d’ailleurs compliqué de porter ce couteau sur un ceinturon. C’est pourquoi je l’ai lui aussi converti au mode de port que j’utilise pour tous mes fixes, que je détaillerai plus bas. Ce couteau mérite toute notre attention pour 4 raisons essentielles :

Le prix. 7 €uros. Rien a ajouté.

L’ergonomie du manche. Moins souple qu’un manche bi matière type Companion, mais vraiment très ergonomique. Ni blessant, ni fatiguant pour les mains.

La facilité d’entretien. Que ce soit le nettoyage ( à la pèche par exemple, ou au champignon sous la pluie ) ou l’affûtage régulier, c’est l’affaire de quelques secondes et pour un résultat parfait.

La présence d’une vraie garde. C’est le gros plus de ce modèle. La garde décuple le potentiel de cette petite lame, et lui autorise même, en l’absence de dispositif plus adapté, des tâches occasionnelles ou de stricte urgence, comme la self par exemple.


Le Mora 748:

Le 748 a gauche

J’en ai rêvé, Mora l’a fait.

Comme je l’ai dit plus haut, le premier Mora que j’ai utilisé quotidiennement était un Clipper ( aujourd’hui companion MG ). Je l’utilisais surtout en vacances, dans les gîtes, où il est presque toujours impossible de trouver un couteau qui coupe.
Je suis d’ailleurs toujours étonné que dans les revues de couteaux, les testeurs s’excusent presque de les utiliser à la cuisine. Cuisiner est une activité majeure, qui demandera, en cas de difficultés d’approvisionnement, infiniment plus de temps et d’énergie qu’aujourd’hui. Il faut donc utiliser tous ses couteaux pour cuisiner. C’est même selon moi une des voies majeures pour arriver à cette intimité que l’on peut créer avec l’objet. Mais revenons à nos moutons…

Donc je cuisinais avec mon Clipper, et le seul défaut que je lui trouvais était une lame un poil trop courte pour couper une grosse tomate, ou un melon par exemple. Lorsque le 748 est sorti, j’ai tout de suite pensé qu’on avait là un outil proche de la perfection. J’en ai commandé plusieurs et, après des mois de tests, je suis convaincu qu’il est le parfait complément du Craftline 511. Ses qualités majeures sont :

Le prix. 18 €

Le manche. Ergonomique, en caoutchouc souple et antidérapant, assure une prise ferme, même les mains mouillées.

La lame. En acier inox, affûtée rasoir, facile d’entretien et surtout de près de 150 mm de long.

Pour 25 €, vous avez là un petit couteau pour le travail de précision, notamment avec la pointe (dépeçage, bricolage, perforation etc…) et une lame plus longue, un peu plus épaisse (2.5 mm), pour les coupes profondes et les travaux plus rudes (dans la limite du raisonnable).


4- Amélioration du système de port:


Les couteaux Mora étant de prix vraiment très raisonnables, il faut reconnaître que les étuis sont souvent assez basiques. Notamment sur le Craftline 511, le passant est trop étroit pour un ceinturon de 45 mm. Mais pour ma part, j’ai réglé le problème. Sur tous les étuis de mes couteaux je rajoute un anneau ou une cordelette que je suspends à une attache qui est à demeure sur mon ceinturon. Cette attache est réalisée en fil de fer de cintre et ne nécessite donc qu’un peu d’huile de coude : faites chauffer les multitools…

L’avantage majeur de ce système est de permettre de suspendre ou d’enlever le couteau instantanément. Si je quitte la maison, je prends couteau et étui à la main, je monte dans la voiture, je mets le couteau dans la boite à gants, je descends de l’auto, je le suspends à mon ceinturon. Je vois des promeneurs arriver au loin, je le décroche et le glisse dans mon dos pour ne pas choquer le citadin… et tout ça très naturellement grâce à l’attache en fil de cintre. Si on veut le sécuriser (en franchissement par exemple) il suffit d’attacher l’anneau à un mousqueton.

Si comme moi vous avez un vrai coup de cœur pour votre Mora, faites-lui un petit cadeau, et effacez le seul petit reproche que l’on pourrait lui faire…Une autre solution pour améliorer le port est encore de confectionner un étui adapté a notre Mora. Comme le temps devient impossible à rattraper, j’ai demandé à un artisan cordonnier d’effectuer ce petit travail.


Le Craftline 511 est pour moi un compagnon de tous les instants : cuisiner, manger, ouvrir le courrier, bricoler…honnêtement, il n’est jamais très loin.
Je voulais depuis longtemps lui faire un petit étui, le plus simple, le plus minimaliste possible, permettant le port inversé autour du cou.


Une autre solution peut être de s'orienter vers les étuis en Kydex, de plus en plus appréciés et disponibles pour la marque Suédoise. 



Comme nous l’avons vu, la qualité des couteaux Mora permet de les intégrer à n’importe quel kit et même d’en faire son couteau principal.
Pour définir au mieux l’usage qu’on peut en avoir, il convient de bien comprendre l’approche scandinave du couteau. Celui-ci, en effet, vient presque toujours en complément de l’outil chargé des travaux plus rude : la hache. C’est une particularité que nous avions déjà abordée dans l’article « La serpe de l’Abbé ».
Au couteau ne sont dévolues que les tâches nécessitant finesse et précision et donc pointe effilée et tranchant affûté, deux des caractéristiques des couteaux Mora.

L’Abbé.





29 commentaires:

  1. Salut, j'adore les moras, c'est de super couteaux.
    Personnellement, j'en ai 3:
    -craftline inox pour le jardin (couper légumes, greffe, etc..)
    -un robust pour la verte
    -un 511 qui remplace mon opinel pour le bouleau mais en france, il faut le planquer.
    Comme il dit plus haut, c'est un couteau simple et efficace et super facile à entretenir (l'affûtage du profil scandi est vraiment simple).
    J'en ai offert à plusieurs personnes dont mon père (le modèle bahco) et un classique à mon frère.
    A+

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut,

      Oui en plus c'est toujours un excellent cadeau !
      :)

      Supprimer
  2. salut VW , superbe vidéo et article , comme d'hab
    une petite question , tu parles d'une attache pour les couteaux a ta ceinture que tu réalise toi-même , aurais-tu la gentillesse de mettre une photo , je cherche depuis pas mal de temps , une attache bordel comme je dit , a mettre au ceinturon et a faire soi-même pour les couteaux ou autres trousseaux de clés , si tu as des idées ou d'autres personnes , ce serait cool de partager
    a plus et merci d'avance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut,

      L'article n'est pas de moi, mais de L'Abbé...donc ce n'est pas mon système.
      Personnellement mes systèmes de port sont exposés sur la photo des étuis...donc je ne change pratiquement rien, a part pour le classique que je portes au cou.
      :)

      Supprimer
  3. cela na rien a voir mais un zippo fonctionnerais dans ton garage merci d'avance

    un fan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si c'est une question, la réponse est oui !
      :)

      Supprimer
  4. Salut VW, belle vidéo et bel article, j'ai moi un mora companion, quel est le modèle de ton mora bleu ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne question !
      Je ne sais pas si il le fabrique encore...je ne me souvient plus du nom.
      :(

      Supprimer
    2. le mora bleu? si c'est celui avec une garde, c'est aussi un craftline 511. Du moins, moi, quand je l'ai acheté, c'est sous ce nom là qu'on me l'a vendu. Après, si on ne parle pas de ce mora bleu là, toutes mes confuses !

      Supprimer
  5. Bonjour Vol, je n'ai pas compris le nom du couteau que vous apporteriez sur une île déserte. Sc5? Merci, Christophe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci de la précision. As tu essayé les nouveaux couteaux Mora Pros et Pro c ?

      Supprimer
  6. Je me suis posé un peu pour regarder leur catalogue. De bien beaux couteaux pour dire vrai. Entre 15 et 70 euros, pour les modèles les plus velus, pas mal du tout.

    La législation en France oblige à se balader avec de petites lames. Sauf erreur de ma part, la largeur maxi d'une paume de main: +- 9cm. Je n'ai plus les textes.

    L'opinel fait le travail (3e opinel en 20 ans, ça peut aller) et j'apprécie beaucoup le comparatif avec lui. En plus, c'est made in france... La sortie, c'est par où?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Erreur de ta part ;)
      C'est au pire une légende urbaine, au mieux une tolérance qui date de quelques décennies.
      Sait-on jamais, avec un gendarme très vieux et sur un malentendu, ça pourrait passer :)

      Idem pour l'opinel qui, avec son système de blocage de lame, est assimilé à un "couteau poignard" et donc interdit au port sauf motif légitime.

      A+

      Supprimer
    2. La distinction entre le port et le transport du couteau est importante.
      Le transport est souvent plus facilement justifiable, dans la limite du type de couteau, et donc légitime.

      Le port d'un couteau, d'après le code pénal, se fait dans la poche ou à la ceinture ou, pire, à la main. Le motif doit être particulièrement légitime. Exemple: chasseur en pleine chasse ou personne aux champignons.

      Le transport se fait au fond d'un sac. Je peux justifier assez facilement d'avoir un multi tool qui a une lame, au fond d'un sac pour aller bosser. Comme je peux aussi justifier d'avoir un opinel dans le dit sac pour aller camper, aux champignons, aux châtaignes ou aider aux champs. Par contre, une machette pour aller bosser ou faire les courses, je vois vraiment pas comment le justifier à part si je viens juste de sortir du magasin pour la ramener à la maison.

      Pour les 9 cm, effectivement, après recherche, c'est une tolérance qui permettait aux anciens de ne pas avoir de problèmes parce qu'ils avaient l'habitude d'avoir presque toujours leur couteau avec eux. Un de mes grands pères ne sortait jamais sans son laguiole par exemple mais vivait à la campagne. La légitimité était encore valable.

      Enfin, il est vrai que les couteaux à lames fixes et pliants avec système de blocage de la lame (opinel, couteau tactique,...) ne doivent pas être portés ou transportés n'importe comment et n'importe où. Il ne me viendrait jamais à l'idée de mettre ma dernière acquisition (couteau tactique avec lame de 12cm) dans mon sac ou encore moins à la ceinture ou dans la poche pour aller bosser sans avoir, soit très peur pour ma vie, soit des intentions douteuses.

      Je l'ai pris pour aller en randonnée, en forêt, faire un peu plus de bushcraft et pas pour risquer, au mieux, de me le faire confisquer et de devoir le remplacer, au pire, d'avoir des ennuis avec la loi.
      C'est une question de bon sens. Avoir en sa possession les outils adaptés à la situation est justifiable et légitime.

      Supprimer
    3. Salut.

      Je n'ai pas connaissance de telles dispositions du code pénal.
      Si tu as le numéro de l'article je suis preneur.

      Tu peux porter ce que tu veux tant que ce n'est pas réglementé.
      Certains couteaux sont réglementés (y compris les multitool s'ils ont des blocages de lame -dommage c'est plus sympa de les manipuler en toute sécurité-).
      Si tu veux les porter (ou justifier que tu les ai oublié dans ta poche) tu dois remplir certaines conditions qui malheureusement ne dépendent pas seulement de TON avis sur la question ou sur le bon sens, donc méfiance quand même ;)

      A+

      Supprimer
  7. salut à toi, enfin quelqu'un qui parle vraiment des moras.

    j'ai un mora 748 (que j'ai acheté un peu a l'aveugle, a défaut d'information) et je me demandais si tu connaissait la longueur de la soie ? car une lame de cette taille et épaisseur me semble assez fragile, même si après test dans la foret, ça me semble solide.

    merci d'avance !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut l'ami,

      Je peux me tromper mais je pense que c'est un 3/4.
      comme sur les 3 derniers modèles de la photo X-Ray plus haut.
      :)

      Supprimer
    2. Ca semblerait "logique" pour une lame longue mais je n'ai pas trouvé d'info sur le sujet (y compris sur le propre site de mora).
      Sachant que quand c'est des 3/4 de soie c'est plutôt un truc positif qu'ils mettent en avant sur les sites marchands ...

      Supprimer
  8. Salut les gens,
    Pour la Suisse, la limitation du port d'armes blanches se fait autrement. Il y a une interdiction pour certaines catégories de lames (voir plus bas). Et c'est tout.
    Après on passe à la pertinence du port d'un couteau ou autres "armes" non inscrites dans la lois (on ne devrait donc pas parler "d'armes" dans ce cas mais "d'outils") comme les haches ou couteaux de chasse (la chasse est régie par une lois propre, laquelle interdit leurs usages sauf par des professionnels mais n'est pas interdit au "port"). Vous ne risquez rien légalement en forêt, montagne, jardin privé etc, par contre ça risque d'être compliqué pour vous dans un bar, votre véhicule, à la vue de tous, en pleine ville. Cette appréciation est laissée à la charge des agents de sécurités officiels (police, gendarmerie) : "CE QUI N'EST PAS INTERDIT N'EST PAS FORCEMENT PERMIS".
    Par contre le port d'un couteau suisse dit "militaire" (multi-lames rétractable à ouverture non automatique) est largement répandu, mais soumis quand même à la même appréciation par les mêmes agents.

    Mais reprenons la loi suisse qui concerne les "couteaux" :
    http://www.admin.ch/opc/fr/classified-compilation/19983208/index.html

    Art. 3 Droit d'acquérir, de posséder et de porter des armes
    Le droit d'acquérir, de posséder et de porter des armes est garanti dans le cadre de la présente loi.

    Art. 41 Définitions
    1 Par armes, on entend:
    c.2 les couteaux dont la lame est libérée par un mécanisme d'ouverture automatique pouvant être actionné d'une seule main, les couteaux papillon, les couteaux à lancer et les poignards à lame symétrique;
    d. les engins conçus pour blesser des êtres humains, notamment les coups de poing américains, les matraques simples ou à ressort, les étoiles à lancer et les frondes;

    Section 2 Interdictions et restrictions de portée générale

    Art. 51 Interdictions applicables aux armes, aux éléments essentiels d'armes, aux composants d'armes spécialement conçus ainsi qu'aux accessoires d'armes
    1 Sont interdits l'aliénation, l'acquisition, le courtage pour des destinataires en Suisse et l'introduction sur le territoire suisse:
    c. des couteaux et poignards visés à l'art. 4, al. 1, let. c;

    Le "2" de c.2 dans l'article 41 : Nouvelle teneur selon le ch. I de la LF du 11 déc. 2009 (Adaptation de la mise en oeuvre de l'acquis de Schengen), en vigueur depuis le 28 juil. 2010 (RO 2010 2823; FF 2009 3181).

    Sortez couvert, mais pas blindé.

    RépondreSupprimer
  9. Salut Vol et bonjour à tous,
    pour ma part j'ai le Mora 2000, un couteau au manche symétrique qui se porte aussi bien à gauche qu'à droite dans son étui, très pratique.
    l'esthétique de l'étui par contre... mieux vaut ne pas s'attarder dessus.
    Mora est une marque intéressante, je préfère quand - même faire travailler la coutellerie française :)
    A+

    RépondreSupprimer
  10. Salut Vol,
    A ton sens, Esee est meilleur qu'Ontario? Je pense au Rat 7, qui me comble, mais je n'ai jamais eu l'occasion de toucher un Esee… Tu peux me donner les plus?

    RépondreSupprimer
  11. A noter (notamment) parmi les nouveautés MORA prévue en mars/avril 2014 : le "BUSHCRAFT PATHFINDER" à lame de 170 mm. et étui MOLLE (PALS) - pour "ceusses" qui voudrient du "+ lourd"à la sauce "taktikeul" ;-)
    Sinon ... comment dire ... ton raisonnement de "budgétisation" est malheureusement inapplicable en France et par ailleurs comparer un MORA à un ESEE revient quand même un peu à tenter de comparer des pommes et des oranges / j'utilise des Frosts/Mora depuis une 15aine d'années et c'est assez marrant de constater le succès récent de cette marque alors que leurs couteaux sont présents sur notre marché depuis des lustres (à la chasse on s'est longtemps moqué de moi lorsque je sortais mon petit Frosts pour vider alors que le "Nicker" germanique était de rigueur - un peu comme avec les premières crosses synthétiques des carabines de chasse U.S. - en attendant je me foutais de les perdre, ils étaient aiguisés en 10 secondes et au total j'en ai bien une 15 aine qui traînent un peu partout ...). Dommage que désormais la gamme soit trop "tirée vers le haut" ... ce genre de couteau pour être fidèle à sa philosophie doit coûter entre 15 et 30 euros maxi. (du Companion au Triflex par ex. / mes préférés) les modèles trop élaborés devenant en effet de plus en plus des "gadgets" ou de simples accessoires de "geeks" ... et au final risquent de se montrer décevants ... (eu égard au budget +++).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi la budgétisation serait inapplicable en France ?
      Un ESEE c'est 180EUR.
      Un Mora c'est 10.
      Cela veut bien dire que pour le prix d'un ESEE, tu peux incorporer du matériel en plus d'un noyau dur.

      Sinon je ne compare pas le ESEE aux Moras, je les confrontent sur le terrain économique. Ce n'est pas la même chose.

      Supprimer
  12. Dsl. / je voulais évoquer l'exemple de "budgétisation": ESEE 5 : 150-160 USD VS. Savage Rascal : 180 USD - on va parler de street prices (aux USA / restons aux USA car en France le raisonnement est caduque / prix et législation différents)

    Bahco Laplander : 20-25 USD
    Mora Companion / Bushcraft : 15-30 USD
    Petzl Tikka : 25-30 USD
    Wetterling axe : 100-125 USD (selon modèle / petit exclu car trop "faiblard" ...)
    Total : 180-210 USD
    Donc aux USA pour 180 dolls tu peux t'offrir SOIT les 4 items sus mentionnés soit un ESEE5 (avec même quelques "extras") SOIT une Savage RASCAL ...
    En revanche en France pour 130 euros ben ... on va dire que "papa nouël" sera nettement moins généreux ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. comme je suis maniaque j'ai tenté de revoir ton raisonnement et ... effectivement on peut te donner raison (sur la base - somme toute logique - d'une parité euro/USD) :
      pour 180 euros on peut donc se payer par chez nous :
      1 carabine à verrou norinco JW15 .22 LR (finition synthétique)
      OU
      l'ensemble de ta liste de 4 "items" (1 Mora début de gamme + 1 Tikka + 1 hache Wetterling + 1 scie Laplander) - le budget est "juste" mais en chassant la promo c'est possible (bien entendu hors frais de port si on fait le choix de la VPC ...)
      OU
      1 ESEE modèle 5 (la vache je pensais pas qu'il était aussi cher en France !!! / ça vaut peut-être le coup de se dégoter un ancien RC-5 à la place ...).
      Le choix est donc vite fait ... et pour 360 roros on peut s'équiper avec la "base" ;-) (et le ESEE reste plus qu'à se le faire offrir !!!)

      Supprimer
  13. Salut vol west,
    Après avoir lu pas mal de bon retours sur Mora/Frost ta vidéo a fini de me convaincre. J'ai acheter un lame à habiller ("spare" , celle du 2/0) , dont je vais commencer le manche bientôt, elle ma l'aire parfaite. Je vais l'offrir a mes parents pour le jardinage . 6,90€ et du bois de récupération , imbattable !

    Continue ! J'adore tes vidéos toutes plus pertinentes les unes que les autres.

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour à tous,

    Article très intéressant, merci. Pour les Français, sachez qu'on trouve chez Casto au rayon jardinage le couteau Fiskars K40 pour une bonne dizaine d'euros. Le couteau a une bonne garde, très tranchant, et pour le prix l'étui est très correct. J'en ai un et j'en suis très content.

    RépondreSupprimer
  15. Tu me conseillerais quoi comme couteau pour faire la cuisine en voyage ?

    RépondreSupprimer