jeudi 7 novembre 2013

La France en face




21 commentaires:

  1. Merci pour le partage, excellent reportage.

    Ce que j'apprécie particulièrement dans ton travail c'est justement toute cette approche philosophique de la vie...

    Oh, et j'adore le "je vaux mieux que ça" de la jeune fille à Montpellier... son attitude est exceptionnelle. La résilience est inéluctablement liée au mental...
    Je leur souhaite une bonne réussite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout a fait...le mental est décisif.
      :)

      Supprimer
  2. Merci Volwest ! La parole aux gens qui vivent dans ce pays ... ça fait du bien d'entendre parler ceux qui nous ressemble un petit peu ... autrement que par les "sondages" et les urnes ... ça c'est du journalisme de qualité !
    C'est bien de voir la vrai vie à l'écran !

    RépondreSupprimer
  3. 1h30. Quand on t'a dit que 10 minutes c'était pas obligatoire je pensais pas que tu passerai à quasiment 10 fois plus ;)

    Je trouve que l'approche est un peu bancale.
    Il y a eu un manipulation vicieuse de la vision de la réussite, conclusion la mondialisation alors la mondialisation c'est de la m*rde.
    Autant dire qu'il y a eu des problèmes dans l'agriculture avec les OGM, les engrais, les pesticides, alors l'agriculture c'est de la m*rde.
    C'est pas si simple.

    Si ça faisait pas 30-40 ans qu'on envoyait les gamins à l'école pour surtout pas devenir travailleurs manuel mais employé du tertiaire, si on avait pas, politiquement, créé de toute pièce ce clivage, on en serait pas là aujourd'hui.
    Et aujourd'hui on distribue du pognon et des avantages à tour de bras pour soutenir ce secteur tertiaire tout puissant.

    On a créé de la consommation superficielle, un "french way of life" à base de supermarché et d'emploi tertiaire dans des zones d'activité, où la qualité de vie se mesure au montant du salaire.

    J'ai un ami au chômage qui me disait qu'il était allé au pôle emploi pour expliquer qu'il était à la campagne et qu'il voulait trouver un emploi à la campagne, quitte à se former. Mais il s'est heurté à une incompréhension totale, absolument dogmatique : le travail c'est à la ville, ceux qui vivent à la campagne doivent forcément accepter d'aller bosser dans le tertiaire dans une zone d'activité à 30km de chez eux.

    Quel est le rapport avec la mondialisation ?
    Quel est le rapport avec l'Europe ou l'espace Shengen ?
    Quel est le rapport avec les valeurs perdues du gaullisme ?

    Et je parle pas des zones où on a créé de l'activité de façon totalement artificielle pour la détruire sauvagement quelques années après. Là tout de suite je pense aux bases militaires déménagées à droite et à gauche pour faire plaisir aux copains élus.

    Dans la vidéo de Jovanovic quand il expliquait qu'il était illusoire d'attendre de la croissance sans exploiter la main d'oeuvre ou sans source d'énergie bon marché, il disait que lui était là pour asséner les évidences qui ne sont pas faciles à entendre, pas pour fournir des programmes politiques clés en main, et que c'était le job des politiques de "vendre" une vision séduisante d'un demain différent, pas meilleur économiquement, sans croissance ou presque, mais pas forcément pire.

    Y avait des dizaines de personnalités politiques qui étaient présentes, et sans doute des milliers qui ont vu la vidéo.

    Qui s'est attelé à la tâche de "vendre" cette vision ?

    Personne.

    Alors je veux bien le coup du "faut des initiatives personnelles et locales". Oui, pour certains aspects il faut des initiatives locales. Mais tu va pas donner aux jeunes le gout des métiers manuels et bouleverser l'éducation nationale avec des initiatives locales.

    J'en suis qu'à 20 minutes je commenterai plus tard ;)

    RépondreSupprimer
  4. La gentryfication c'est très Français.
    C'est un peu comme quand on voit la critique méprisante des Français sur les USA, rapport aux services sociaux, à la qualité du bâti.
    Aux USA certains vivent dans des quasi-cabanes, certes. Mais ils sont CHEZ EUX.
    En France les classes pauvres sont soit locataires indésirables (mais sur protégés, donc problème de confiance, de mise à la location, de pression immobilière).
    Aux USA les gens n'ont quasiment pas de couverture santé "offerte" (avec des GROS guillemets). Mais ... ils font ce qu'ils veulent, librement, de leur pognon.
    En France on est fier que nos minimas soient à des standards élevés sauf que ... on met VOLONTAIREMENT au bord de la route tout un tas de gens qui ne peuvent pas en profiter. Et dans l'intérêt de ces classes pauvres on va créer du neuf, réaménager, mais avec quel argent, et au profit d'une classe sociale qui a-t-elle seulement les moyens de se le payer ? Sinon on leur offre gratuitement. En faisant payer les autres. Les autres qui sont censés avec les moyens nécessaires pour faire face à la gentryfication. Qui ne les ont plus. Et qu'il faut aider. Etc.

    On marche sur la tête au nom du minima social revu à la hausse et de cette espèce d'obsession de vouloir tout faire fonctionner avec du pognon.

    Alors on emprunt. Sans fin. Et on se retrouve AA.

    RépondreSupprimer
  5. Je pense également que d'avoir promis à tous qu'on serait chef, qu'on aurait tous une maison avec un immense jardin où on pourrait planter une immense pelouse (pas de poulailler ou de potager puisqu'il suffit de travailler dans le tertiaire pour acheter au magasin pour un peu d'argent payé en plus -et en plus- et en plus), ben forcément ça crée de la frustration.
    Dire aujourd'hui à un type qui a un diplome qu'il n'aura pas la consécration de la réussite, c'est inconcevable. Alors le c*nnard qui fait ch*er son monde (gentry) parce qu'il veut de la terre non pas pour planter une piscine, non pas pour planter un cinéma ou un supermarché, mais des tomates, il bouleverse le rêve social communément admis.

    RépondreSupprimer
  6. Les syndicats qui passent pour des victimes et les défenseurs des intérêts des travailleurs, j'en rirais si la situation n'en était pas devenue si catastrophique...
    Vous cherchez un acteur de la gentryfication ? En voici un beau ...
    "Quoi, t'as été embauché la semaine dernière, t'as rien glandé d'autre que passé un coup de balais avant hier, et t'es pas augmenté, ta pénibilité n'est pas reconnue ? Mais c'est un scandale, on va bloquer la production pendant des semaines, on va réclamer une hausse globale du salaire, la réduction du temps de travail, la création de postes supplémentaires, des équipements, etc ..."
    Et après on va pleurer parce que le produit coute trop cher, que personne n'en veut, que les entreprises fasse faillite si elles n'ont pas eu la présence d'esprit de quitter la France au plus vite.
    C'est la faute au patron. A la mondialisation. A l'Europe. Aux banques.

    RépondreSupprimer
  7. Ah les voitures, voila un autre objet de gentryfication.
    Il y a 30 ans une voiture bas de gamme c'était un moteur, une carcasse, des manettes pour monter et descendre les vitres et c'est à peu près tout.
    Aujourd'hui il faut l'ABS, les vitres électriques, l'électronique, la clim, etc ...
    Et les gens ont de moins en moins les moyens de se les payer, du coup ils se tournent vers la seule vraie offre d'entrée de gamme : Dacia.
    Sauf que c'est étranger.
    Et pourtant quand on voit le prix d'une entrée de gamme bourrée de gadget on se dit qu'il serait pas si difficile d'avoir une entrée de gamme sans gadgets, fabriquée en France, à un prix voisin.
    Il y a 30 ans c'était la norme, et ça n'a rien à voir avec la mondialisation !

    RépondreSupprimer
  8. Non les gens sont pas débiles.
    Ils sont persuadés qu'ils ont jamais voté oui à l'Europe et qu'en 2005 il était question de la quitter ou de manifester son mécontentement contre Chirac.
    Ils ont voté ou fait élire un type sans talent, sans charisme, sans expérience, élu pire dirigeant du monde et qui a réussi l'exploit de perdre deux niveau de classement économique en moins de deux ans.
    Ils critiquent la mondialisation alors qu'ils font la queue pour acheter leur smartphone made in ailleurs pour financer lequel ils achètent massivement des légumes cultivés à l'étrangers (plus économiques).

    RépondreSupprimer
  9. bravo pour le lien. Cette analyse loin de discours politique, rédige un constat simple qu'aujourd'hui la plus grande partie de nous français et vivants à la campagne s'apauvrit si elle ne se prémunit pas des effets du modèle économique. La volonté d'indépendance que nous souhaitons pour nous même et nos familles (potager poulailler etc...) risque de devenir une gageure de la vie de régions entières. Comme cette maraichère qui a brillamment franchit le cap, il faut se sortir par là de cet appauvrissement et désertification. C'est pour cela qu'il est primordial lorsqu'on dispose d'un emploi de tendre vers une recherche d'indépendance et une consommation de proximité. C'est vital.
    Avoir des enfants, et ne rien prévoir en ouvrant les yeux sur cette situation, serait plonger à son tour dans cette spirale du déjà trop tard.
    Bravo volwest pour ce partage.

    RépondreSupprimer
  10. Wow 1 suicide/jour chez les paysans.
    Si seulement ils étaient fonctionnaires ou agent France Telecom les médias en auraient quelque chose à foutre ...

    Ah, le calibre des légumes, la gentryfication ... Alors que les gens ont du mal à se nourrir, que les associations font des appels de plus en plus fréquents, combien de TONNES de produits sont jetés car pas assez "parfait" ?
    Je vous recommande les coopératives de produits locaux non calibrés.
    Voila un moyen simple de soutenir vos producteurs locaux et de lutter contre la surconsommation.
    C'est pas la même chose que les AMAP, c'est différent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pas d'attaque contre les fonctionnaires svp, il y a plus de suicide dans le service public que tu ne crois en raison justement de la degradation des conditions de travail, du service au public qui disparait justement.d'ailleurs, un post d'un agent edf apparait sur le blog, ou il explique ce qui est en train d'arriver, de moins en moins d'argent pour nos missions, de plus en plus de pression pour arriver a boucler le budget etc etc etc. merci de faire la part des choses.

      Supprimer
  11. Emplois concentrés dans des zones à proximité des métropoles + habitat accessible à 30km de voiture + hausse du cout du carburant = grave crise économique et sociale à venir.

    Ah les constructions illicites ... naguère d'usage réservé aux "gitans" sédentarisés qui bétonnaient de plus en plus le tour de leurs caravanes puis posaient le toit, ça devient de plus en plus la solution par défaut pour construire dans des conditions "normales" (mais illégales).

    désolé je te pourri tes coms mais c'est ça les vidéos longues y a beaucoup à en dire :D

    RépondreSupprimer
  12. La jeune et son camion je lui souhaite bonne chance.
    Sincèrement.
    Mais je m'inquiète pour elle quand les deux premières années d'exonération fiscale seront écoulées, quand elle tombera sur des agents cotorep des caisses sociales (faut savoir qu'y en a pas mal dans l'administration et qu'il a été décidé qu'ils seraient pas plus mal ici qu'ailleurs, tant pis pour les pro) qui leur foireront leur dossier et les couleront, quand les commerces bien implantés commenceront à se plaindre des camions-sandwitcherie (ça a déjà commencé) et que même s'ils obtiennent gain de cause au tribunal les collectivités préféreront interdire le stationnement de leur camion à une certaine distance, les privant de toute clientèle.
    Bref on va dire que je suis pessimiste, j'ai peut être trop vu le mauvais côté des choses ...

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour,

    Guillaume, j'ai pas saisi ce que tu voulais dire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faudrait être plus précis parce que j'ai dis pas mal de choses ;)

      Supprimer
  14. Très bon reportage, cela reflète bien la frustration de la classe ouvrière. N'étant pas Français, je ne connaissais pas cette face caché de nos voisins.

    Merci

    RépondreSupprimer
  15. mais le plus grave dans tout ça c'est le 800 000 milliards de contrat a terme couvert part tout juste 65 000 milliards d'épargne (une paille) qui ne demande qu'a exploser. Et la bye bye nos économies. Pour l'instant on fait illusion, mais une petite crise du genre (prêts étudiants américain non remboursé par leurs contractants) et c'est le grain de sable que mettre un gros bordel en chaîne.

    RépondreSupprimer
  16. Merci Volwest pour le partage, c'est une passionnante photo de la France d'en bas. Guillaume y a déjà pointé beaucoup de choses !
    On notera le rapprochement du vote "Front national" au vote abstentionniste, un vote qui s'opposerait simplement aux politiques de l'UMPS, ce qui m'a paru être un raccourci un peu osé. Les gens qui votent FN sont souvent réduits dans les médias à des neuneus manipulés par le clan Lepen, mais ceux qui ont voté Mitterand ou Hollande n'ont-ils pas été vilainement manipulés ? Would the real neuneu please stand up?? Que peut-on attendre des politiciens professionnels de toute manière, quelque soit leur appartenance politique ?
    Ce que montre ce documentaire, c'est le big fuck up des élites qui sont aux manettes et dans lesquelles le peuple a placé sa confiance (tantôt en votant pour Dupont, en espérant qu'il améliorera la vie quotidienne, tantôt en se faisant embaucher par Durand, en espérant qu'il nous gardera jusqu'à la sacro-sainte retraite).

    L'indépendance que tu prônes, Volwest, me semble la seule porte de sortie viable à ce jour... Se libérer le plus possible de l'emprise du système. La route est longue ! (voir par exemple le périple que c'est de s'affranchir des services de l'état collectiviste...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les politiciens tournent tous pour leur pomme. Tous. La recherche du politicien vertueux je crois que c'est ça le plus neuneu ;)
      Non la vraie question c'est quel politicien tournant pour sa pomme améliorera le plus ta propre situation et celle des autres en fonction de ce qu'il va faire vraisemblablement (et pas seulement ce qu'il promet, et ça ça implique un certain travail d'analyse/anticipation).

      Supprimer
  17. Après avoir regardé ce reportage, j'ai la réponse à la dernière question :

    " est ce que nos dirigeants ont pris la mesure de la fracture sociale ?"

    Oui , tout à fait ! simplement ils refusent de la voir.

    Trop de choses leur échappent : Créer des emplois ? pour fabriquer quoi ? pour le vendre à qui ? Services à la personne avec une population vieillissante ? que personne ne pourra payer.

    Ils essayent donc de prolonger la situation actuelle, qui offre un certain niveau de vie à une partie de la population qui ne souhaite pas autre chose.


    Le seul exemple d'un autre système qui marche en Europe est le village andalou de Marinaleda : un village en utopie depuis 30 ans. Après la mort de Franco, le roi d' Espagne a obtenu de la duchesse d' Alba qu'elle leur donne un immense territoire à l'abandon. ( en fait c'est l' état espagnol qui a payé le terrain à la duchesse, le roi ayant quelques difficultés à installer son nouveau pouvoir, ne pouvait voir un autre front de révolte s'ouvrir à gauche ). Mais il y a eu la guerre de l'eau pendant dix ans., puis pour le contrôle de la distribution de leur production..

    La sagesse du maire a été d'abolir la notion de propriété et de ne pas partager ce terrain entre les habitants. Il avait du lire Proudhon !


    http://www.youtube.com/watch?v=UkLbnLpHl-8

    http://www.legrandsoir.info/Marinaleda-un-modele-d-auto-gestion-unique-en-Europe.html


    RépondreSupprimer