vendredi 29 novembre 2013

Choisir un instructeur de survie

5 commentaires:

  1. salut vol
    même ma chérie me dit que c'est de la merde le monde survivaliste. perso je ne sait plus quoi faire. sachant qu'on a vécu dehors sous une toile de tente pendant 6 mois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut,

      Il y a du bon et du moins bon partout.
      Maintenant, si "de la merde" veut dire que nous sommes pour la plupart des gens plus a même de gérer les problèmes de la vie courante, de venir en aide, de sauver une vie ou de vivre nos vies d'une manière plus cohérente et résiliante en construisant de l'indépendance a l'échelle personnelle et familiale, alors ça me va.

      :)

      Supprimer
  2. Salut Volwest,
    merci pour le blog, et pour ce post en particulier.

    J'ai attendu pour voir ce qui serait posté en commentaires, mais visiblement çà n'inspire pas
    grand monde (pour l'instant).

    Je propose donc mon expérience dans ce domaine.

    J'ai attendu presque deux ans avant de me lancer avec ma copine pour faire un premier stage avec
    David M. (pas de pub, mais il est costaud, québécois, rasé, un allume feu porte son nom).
    Je n'en connais pas d'autre (à part ses propres élèves instructeurs), donc je ne ferais pas de
    comparatif.

    Sur les 4 points :
    1 Le CV
    - combien de nuit dehors ?
    - depuis combien de temps ?
    - quelle formation ?
    - combien d'élèves ?
    2 Temps complet ou partiel ?, Vit-il de son école ?
    3 Spécificité et localisation
    4 Terrain ou banc d'école

    Sur tous ces points cherchez sur les blogs relatifs à la survie, le cas échéant posez des questions aux gens. Je ne vous rapporte ici que ce que je connais, donc çà n'engage que moi :

    il semblerait qu'il passe une partie de l'année dehors avec des amateurs, et des
    professionnels, depuis plusieurs années (au moins 10 ans en tant que professionnel).

    Il a appris sur le tas au Québec, et avec l'expérience accumulée au fil des stages et de ces propres sorties dans la verte.

    Ses élèves se comptent par centaines depuis le temps qu'il instruit

    Il a monté une entreprise, il est donc entouré pour mener sa barque, ce qui explique aussi le coût
    des stages pour maintenir une structure à flot par ces temps de dérive fiscale,

    Il instruit sur les 4 saisons, et sur différents environnements (Fontainebleau, la montagne
    hivernale, le méditerranéen estival),

    et définitivement c'est du terrain (et parfois un banc pour ceux qui suivent les cours
    fondamentaux et les stages urbains).

    J'ai fais trois stages (niveau 1 et 2, et survie urbaine).

    L'ambiance est bonne et studieuse, on apprend bien, on a le temps de prendre des notes et de poser
    des questions, il y a des assistants ce qui permet d'avoir toujours quelqu'un de disponible en
    dehors du boss. Maintenant il ya plusieurs instructeurs officiant dans plusieurs régions en France

    Bon sur plusieurs stages il fait souvent les mêmes blagues et raconte les mêmes anecdotes, je l'ai vu assez fatigué, donc peut être un peu grognon, mais très pro.

    Ce n'est pas un programme compliqué, mais très dense, des règles fondamentales (la règle des 3, CCVMD, ...), pas difficile à retenir, et vraiment concrètes. C'est souvent la simplicité qui prime, et la mise en pratique sous stress.

    Pour résumé on apprend l'essentiel au niveau 1, et on met en pratique au niveau 2 puis 3.

    De plus il s'entoure de spécialistes :
    - accompagnateur moyenne montage (obligatoire),
    - spécialiste de la faune et de flore, des plantes comestibles.

    Voilà, je ne sais si je ferais le niveau 3, maintenant je sors avec ma copine et je teste, mais il n'y a pas grand chose à jeter de ce qu'on a appris.

    Pour moi c'est comme le brevet de secouriste (PSC1), on préfère ne pas en avoir besoin, mais on sait que les réflexes et les méthodes sont là au cas où.

    Pour finir un dernier truc, la pyramide :

    outils
    condition physique
    connaissances dans les différents domaines
    Attitude de survivant, il faut avoir envie de s'en sortir

    Stay safe

    Sébastien.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Vol,
    Je viens de découvrir ton blog fort intéressant, quand j'ai visionné ta vidéo sur les "couteaux Mora" tu indiquais qu'il faisait -27°C chez toi, je me suis dis.....qu'est-ce qu'il raconte ce gars....il ne fait pas si froid en France !!!....Montana oblige, ok ;)
    Pour en revenir à cette vidéo sur "comment choisir un instructeur", le com de "Sébastien est intéressant car justement, je commençai à me renseigner sur David.M....
    En France, il n'y a pas bcp de vrais spécialistes de la survie comme aux US, il est donc très difficile d'en trouver un sérieux.
    En t'écoutant parlé d'un Français remarquable avec une syntaxe parfaite, je me demandais pourquoi, tu ne monterai pas ton business en France avec toute l'expérience que tu as acquise aux US !!!
    Nous avons besoin d'un VRAI PRO et non d'amateurs. Enfin, merci pour faire partager ton expérience et bon vent pour la suite ;)
    See you soon,
    Philippe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut l'ami,

      C'est gentil...et, sait-on jamais !
      Prends soin,
      :)

      Supprimer