vendredi 2 août 2013

Le micro-jardin




Pour le survivaliste, être capable de s'approprier et de sécuriser sa propre nourriture est primordiale. Que cette appropriation soit de réserves personnalisées, de la cueillette sauvage, d'une vaste organisation Permaculturique, d'un potager traditionnel, de la chasse et de la pèche ou encore d'un micro-potager urbain, se pencher sur notre indépendance nutritionnelle reste un geste pilier de notre démarche d'autosuffisance, et celle-ci devrait s'exercer a des pratiques variées et redondantes afin d'améliorer et de maximiser notre sécurité alimentaire.

Cette décision d'indépendance quand a notre nourriture, est aujourd'hui plus que jamais un enjeux déterminant si nous considérons la direction nébuleuse et douteuse d'une complexité agricole rarement cohérente, soutenable et durable.



Dans ce contexte de convergence de problèmes écologiques mais aussi économiques, de plus en plus de familles et d'organisations locales, a l'échelle de quartiers et de zones rapprochées, s'impliquent dans la production de leur propre nourriture, délaissant cette gigantesque machine de la malbouffe et du modèle productiviste ambiant pour une production plus humaine, plus cohérente, stable et surtout d'une qualité supérieure.

Jardin communautaire a Detroit

Une stratégie faisant de plus en plus son apparition notamment en milieu urbain est celle du micro-jardin, soit la culture intensive de petits espaces comme les balcons, les petites cours et les toits en utilisants des récipients et des techniques variées.

Ces techniques, principalement axées sur la maximisation de notre espace et son potentiel, mais aussi la nature de notre environnement et ses limites, peuvent inclurent l'hydroponie, l'aéroponie, la micro-polyculture, la permaculture, la culture en pots, en bacs, en lits et en jardinières, mais aussi n'importe quel support, vertical ou horizontal, capable de soutenir la croissance d'une plante et contribuer a notre alimentation.










Même si il est évident que les petits espaces auront du mal a nourrir une famille de 4 sur des cycles importants, les recherches de la FAO (Organisation de la nourriture et de l'agriculture) démontrent qu'un micro-jardin traditionnel bien entretenu de 1m carré peut produire jusqu'à 200 tomates par an, 36 têtes de laitue tous les 60 jours, 10 choux tous les 90 jours et 100 ognons tous les 120 jours.

Le micro-jardin, comme toute autre stratégie d'indépendance alimentaire, peut alors venir intégrer et compléter une multitude de démarches diverses pour augmenter notre sécurité alimentaire, créer de la redondance au sein de nos solutions d'autosuffisance, et solidifier notre intention de devenir les acteurs de notre propre bien être.












14 commentaires:

  1. Salut Vol

    Je jardine mais je ne connaissais pas la tomate à l'envers. Même moi qui est de la place (150 métres carré de légumes), l'année prochaine, je tente ce truc, ça a l'air sympa en plus.J'ai pour ma part tuteurer toutes mes légumes rampant, tu fais un gain de place incroyable.
    Merci pour la vidéo et l'info.
    Stay safe
    Neville

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut l'ami,

      Oui en fait c'est assez sympa comme technique...et tu peux faire pas mal de trucs, pas que de la tomate...comme les poivrons, les courgettes et tout.

      A suivre donc...
      :)

      Supprimer
  2. Excelent texte .
    Bon a mon avis, les culture en pot craignent le sec ,donc ,ne pas oublier de tater le dessus du pot pour juger de l'etat hygrologique du pot .
    Pour le thym,par exemple, je suis onbligé de le placer dans un pot tant cette plante est difficile coté racines .cette plante crève si les racines rèstent mouillées ,mais elle craint la sècheresse tout de meme .
    On dit qu'il faut bien drainer ses racines ,mais en plus,elle ne suporte pas les hautes herbes autour d'elle .
    Je crois,que c'est un bon exemple de specificité ?
    La tomate a l'envèrs est formidable .

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour l'info concernant les "tomates a l'envers", c'est pratique et original !
    Sinon dans la liste des "techniques", tu peux rajouter "l'aquaponie" qui consiste à élever des poissons pour nourrir les plantes avec leur excréments au lieu d'engrais chimiques comme en hydroponie !
    Je teste depuis 2 mois est le système commence à fonctionner....Il faut un peu de temps que les bactéries se développe !
    Merci pour le travail que tu fais et bonne continuation...
    Capausoleil

    RépondreSupprimer
  4. Il faut relativiser la microculture et la culture de baclcon: tout un travail pendant l'été, pour à la fin avoir de quoi faire quatre salades.

    C'est bien pour se familiariser avec les plantes, mais ce n'est vraiment pas un système fiable pour l'alimentation.

    Arrêtez de faire rêver les bourgeois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut

      Evidemment ce n'est pas avec ce qu'on fait pousser sur un balcon que l'on peut subvenir à ses besoins. Mais c'est sympa et cela met un peu de couleur au fenêtre.

      Neville

      Supprimer
    2. Gabuzo,

      Il faut aussi relativiser la notion de "tout un travail" alors…parce que mon jardin c'est a peine 10 minutes par jours pour l'entretenir, et encore, c'est parce que je prend mon temps pour le faire.

      Pour les quatre salades, c'est hyper défaitiste comme discours…certains font quatre salades, d'autre produisent beaucoup plus…encore une fois, on a pas tous 30m2 a notre disposition, et merci de ne pas piétiner gratuitement les aspirations des voisins.

      Quand a l'idée que ces démarches de micro-jardins soient liées a une quelconque rêverie de classe sociale privilégiée, c'est une opinion farfelue quand on considère l'enjeu global et le contexte de ces applications.
      Regardes les photos.

      Supprimer
  5. Bonjour Volwest,
    Je te remercie pour les énormes efforts de recherche et de pédagogie que tu fournis. Ça fait un moment que je lis tes articles mais je n'avais jamais pris le temps de te remercier. J’apprécie beaucoup ton blog. Et surtout, comme tes articles sont toujours très argumentés, même si on est parfois d'un avis différent, il y a une confrontation d'arguments qui est très enrichissante.
    Pour en revenir à l'article, serait il possible d'avoir le lien vers l'étude de la FAO pour le micro-jardin de 1m carré? J'ai cherché un peu sur leur site mais je n'ai pas trouvé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut, et de rien l'ami !
      Pour le lien il faudra que je retrouve...

      Supprimer
    2. Bonjour Constantin,

      Voici le lien : http://www.fao.org/ag/agp/greenercities/fr/microjardins/index.html
      ;-)

      Supprimer