vendredi 3 mai 2013

Un autre monde...




L'histoire de notre espèce continue d'être intimement liée a une stratégie d'enracinement instinctive, a une stratégie de résilience rendue possible par l'aménagement ou la construction d'abris plus ou moins complexes, larges, enveloppants, durables et stables, pour répondre le plus efficacement possible a nos besoins les plus primaires, comme par exemple la régulation thermique, l'approvisionnement en eau et en nourriture, ou la protection de notre clan.

C'est la grotte de nos ancêtres, maquillée d'empreintes digitales et de bêtes, puis plus tard la formation organique et clanique de modestes petits villages soudés par la multiplication des taches, ou encore la construction de bourgs blotties dans la pierre protectrice des remparts.


Aujourd'hui, cette volonté d'enracinement se traduit principalement par le développement horizontale et verticale de nos villes et mégapoles, toujours plus imposantes et peuplées, toujours plus dominantes et complexes, et ou la promesse de possibilités sociales, culturelles, mais surtout économiques, vient nourrir ses entrailles.



La plupart d'entre nous continuons de considérer notre domicile comme un acquis immuable…un cocon stable ou, même si la vie "dehors" peut être difficile, injuste, pénible, frustrante et parfois parsemée de bêtes sauvages, nous pouvons retourner chaque soir, fermer la porte a clé derrière nous, et souffler.

Pourtant, la stabilité et l'existence de notre domicile n'est que trop relative: incendies, inondations, tempêtes, éviction, tremblements de terre, émeutes et troubles civils, accidents technologiques, terrorisme, guerres, effondrements économique…ce sont des millions d'individus et de familles au monde, qui chaque année sont forcés d'évacuer plus ou moins rapidement et définitivement leurs grottes, et c'est ici que vient ce glisser une autre dimension toute aussi importante que l'enracinement: parfois, notre meilleur stratégie de survie et d'adaptation est la fuite.

Pour la plupart de nos voisins, cette notion de conscientiser la fragilité de notre environnement et d'anticiper le retranchement ou la fuite, se traduit souvent par une gestuelle émotionnelle pouvant aller de simples mécanismes de défense comme le déni de notre précarité ou l'idéalisation de nos constructions sociales et leurs capacités a gérer et réagir, a l'abandon total d'une quelconque responsabilité face au risque au travers d'une négation systématique et omniprésente.

- Ne faites pas de réserves de nourriture, certains meurent de faim...
- Ne prévoyez pas l'interruption des systèmes de support, ils seront réparé...
- Ne soyez pas impliqués et engagés a nourrir votre propre bien être…on a des super médicaments.
- Ne vous défendez pas…c'est moche.
- Ne vous battez pas…c'est moche.
- Ne vous inquiétez pas de votre futur, c'est mauvais pour la santé !
- Ne prévoyez rien, on s'occupe de tout.
- Ne soyez pas indépendant, fort, cohérent et stable…c'est extreme.
- Ne planter rien…on a du Bio.
- Ne fuyez pas…ne vous préparez pas, ne vous responsabilisez pas.

La réalité de notre monde, semble pourtant, et malheureusement, abriter la possibilité de nous voir devenir les acteurs de notre propre bien être...
















6 commentaires:

  1. Mais c'est chez les autre que cela arrive pas en France^^
    http://youtu.be/UYzYf_GuxcU

    RépondreSupprimer
  2. Si j'ai eu de bonne heure conscience d'etre la cible d'envahisseurs sans scrupules , je sais aussi que je suis aussi un predateur surprenant qui n'hesite(rait) pas a chasser sans pitié aucune ce gibier pèrfide :-D
    Chacun pour sa peau ,comme d'hab .
    Il y a des gens pèrfides et sans scrupules qui font quotidiènement leurs messes pour endormir les gogos,parceque tout simplment ces gogos ,ont peur de perdre leur maigre securité matèrielle a chasser comme il convient le nuisble ,je crois :-D

    RépondreSupprimer
  3. la vidéo du tsunami est hallucinante, quand la nature reprend ces droits on voit qu'on est vraiment rien. Ils devraient passer ça en ouverture des JT, ça pousserai peut être les gens à la réflexion et à l'humilité...

    RépondreSupprimer
  4. Le monde actuel , après avoir fait toutes sorte de gouvernement , n'a pas le chois de s'écrouler , reste que notre voie en un Dieu qui devra remettre l humain au centre .

    RépondreSupprimer
  5. la mort en face......pauvre gens !!! certains ont eu chaud aux fesses en bas de la colline je crains même que la dame en noir ne s'en soit pas sorti poursuivi par 80m2 de toiture en acier !
    l'alerte tsuna.à dû fonctionner vu que certains étaient déjà parti les autres...

    RépondreSupprimer