jeudi 15 novembre 2012

L’EDC de l’Abbé



L’Abbé

Au risque de répéter quelques évidences déjà lues ici ou là, j’aimerais revenir sur les « quelques idées force » qui devraient guider votre réflexion autour de l’élaboration de votre EDC.

L’EDC, même si, comme les enfants, nous aimons bien montrer nos jouets et découvrir ceux des autres, ne devraient pas être un simple empilement d’objets plus ou moins « tendances, tactiques ou rassurants ». 
Indépendamment de leur coût, de leur esthétique ou de leur popularité, c’est bien de leur utilité qu’il vous faudra juger prioritairement. 

Et là, nous revenons à l’idée première de ce blog, à savoir vous encourager à développer les solutions qui vous seront adaptées. Les solutions qui tiendront compte de votre environnement, de votre morphologie, de vos compétences, de votre budget, de la saison et que sais-je encore : bref tous ce qui détermine une situation comme étant “personnelle”, et appelant donc une préparation adaptée et unique.

Ensuite, il ne faut jamais oublier que privilégier une option, c’est fatalement en écarter une autre. Il faut donc rester humble et modeste, ayant toujours présent à l’esprit que la pertinence de ce qui fera notre EDC sera directement liée à la lucidité du regard que nous poserons sur les risques que présente notre environnement. 

En résumé, tout est question de compromis, à nous de choisir les meilleurs.

Enfin, si comme nous l’avons dit, l’EDC devrait sans cesse être réévalué et adapté au changement de notre environnement ( été/hiver, ville/campagne, travail/loisir, etc ), il n’en demeure pas moins que quelques constantes peuvent être mises en avant. Et c’est là que réside tout l’intérêt des présentations des différents matériels et des options prises par les uns et les autres.

La seule question qu’il faut se poser en examinant les différents EDC présentés ici est la suivante: ce choix est-il adapté à ma situation ? Qu’il s'agisse de matériel ou d'attitude, la démarche est toujours la même: évaluer pour vous le ratio bénéfice/inconvénient.


- L’EDC de l’Abbé – Philosophie.


J’habite à la campagne, à 40 km d’une ville d’environ 150 000 h. La topographie et le climat de cette région faiblement peuplée m’obligent à me déplacer en 4x4. La neige est fréquente ici, certaines routes ne sont jamais dégagées, et leur état est souvent assez moyen.

Sans doute parce que la couverture réseau des téléphones portables ne s’est améliorée que récemment, les gens ont naturellement tendance à toujours essayer de se débrouiller tout seul, et cela est aussi mon option. 
C’est la raison pour laquelle mon kit voiture est vraiment très surdimensionné. En fait, mon coffre est tout simplement rempli de caisses et de sacs: BOB ; kit mécanique, valise premiers soins ( stéthoscope et kit de suture ), vêtements, nourriture, outillage, carburant, armement…ma voiture est mon premier kit de décentralisation, et elle n’est jamais très loin.

 Kit voiture de volwest

Pour cette raison, mon choix a consisté à toujours avoir sur moi un EDC minimaliste, d’urgence immédiate, favorisant la légèreté et la mobilité, l’idée étant de pouvoir rejoindre mon véhicule rapidement en cas de souci.
Le seul moment où je suis relativement éloigné de mon domicile ou de mon véhicule, c’est quand je vais en ville, ce qui arrive une fois par semaine pour raisons professionnelles. Et c’est donc ce Kit que je vous présente aujourd’hui.


- L’EDC Ville de l’Abbé – Concrètement.


Lorsque je parlais de « constantes », je pensais essentiellement à la manière dont s’organise tout ce matériel qui viendra appuyer et améliorer notre action en cas de problème.

Il y a tout d’abord le noyau dur de l’EDC. Ce que l’on porte véritablement sur soi, dans ses poches, et cela quel que soit l’environnement ou la saison. Ces essentiels ont pour objet de balayer un large spectre de situations et l’on ne s’en sépare jamais. Si une partie de ce noyau dur est dans un blouson par exemple, et qu’on l’enlève, il faut récupérer ce qu’il contient et le faire basculer dans les poches du pantalon.

En complément du noyau dur, il y a souvent un sac, une pochette, élargissant encore un peu notre champ d’action, et abordant des sphères un peu plus spécialisées. Ce sont donc ces deux composantes que nous allons détailler.



a) Le noyau dur.


-Le ceinturon. En cuir, épais. Permet, entre autre, de s’assurer sans risque de casse ou de finir l’affûtage d’un couteau.

- Une lampe tactique. Pour moi, la Fénix LD 20 dans son étui sur le ceinturon. Juste incontournable. Eventuellement Fenix LD10 pour ceux qui stockent en poche.

-Le trousseau de clés maison. Mousqueton de marine. Avec une Fénix E 01. Clé de mes locaux professionnels, où j’ai mon deuxième kit décentralisé à quelques kms de ma maison.

-Les clés de voiture. Avec sifflet fox 40. Res Q Me et figurine Blanche Neige ( personnage très signifiant pour moi et cadeau d’un excellent ami ). Ne jamais négliger tout ce qui réconforte et nous rappelle pourquoi on s’accroche ( Photo de sa femme, de ses enfants, souvenirs d’amis, cadeaux reçus etc. ).

-Poche pantalon avant gauche : mouchoir en tissu, le plus grand possible. Deuxième incontournable. On pourrait écrire un article entier uniquement sur les usages du mouchoir en tissu : comprimer une grosse plaie, faire un garrot, emballer un objet, filtrer l’eau, éponger l’eau, protéger les voies respiratoires etc…

-Poche pantalon avant droite : Espèces ( au moins 50 €uros, souvent plus ) et couteau pliant ( Buck lightweight large, CS Pocket bushman ).

-Poche pantalon arrière droite : porte feuille, carte grise, permis de conduire, carte bleue et 3 petits pansements si coupures ou petits saignements. Le tout relié au ceinturon par une chaîne. ( lorsque je vais à Paris par exemple, la chaîne est reliée sans mousqueton pour plus de sûreté, et je rajoute une pince parisienne pour brider le portefeuille en poche ).

-Poche arrière gauche : poche de délestage. Porte-monnaie, listes de courses, de choses à faire, coordonnées des gens à rencontrer ponctuellement, récapitulatif du déroulement de la journée etc…

-Veste poche gauche : téléphone portable.

-Veste poche droite : moyen de défense ( piexon, spray sabre red, bâton ASP Airweignt 16 pouces…).

Le sujet du moyen de défense est vaste et implique, une fois de plus, des choix personnels. Le risque selon lequel vous pourriez être poursuivi après un contrôle de police parce que vous seriez en possession d’un spray auto défense est selon moi quasi nul. 

Le seul risque, si vous vous montrez respectueux de l’agent de police et de l’autorité qu’il incarne, est la confiscation de l’objet incriminé. Cet aspect des choses est à prendre en compte car se faire prendre un spray à 8 €, un piexon à 40, ou une ASP à 120, ce n’est pas tout à fait la même chose. Sachant qu’il vaut mieux être pauvre et en vie, que riche et mort, il faut néanmoins évaluer le danger encouru, la probabilité d’être contrôlé et le sacrifice financier que l’on est prêt à encourir.

Pour faire court, et en ce qui me concerne, l’après-midi en plein centre ville c’est piexon, le soir en périphérie c’est Sabre Red plus ASP. Et quoi qu’il arrive, c’est «  Oui, monsieur l’Agent, Tout à fait monsieur l’Agent, Je recommencerais plus monsieur l’Agent. »

Lui expliquer que la dernière fois que vous vous êtes fait cracher dessus, monsieur l’Agent, il n'était pas là, ça ne sert à rien...
Evidemment, si vous êtes pris dans une situation ou il vous faut défendre votre intégrité physique, le problème sera différent…

Quel que soit votre choix, soyez juste sur de pouvoir l’assumer.

Mais revenons à nos moutons…
Si je n’ai pas de veste, le téléphone rejoint le mouchoir en tissu, le portefeuille passe de l’arrière droite à l’arrière gauche, et le moyen de défense vient dans la poche arrière droite. Voilà ce que j’ai toujours sur moi et que j’essaierai de conserver coûte que coûte.

L’idée selon laquelle on ne peut véritablement protéger que ce que l’on porte sur soi n’est évidemment pas nouvelle. Ma Grand-Mère, qui était veuve de guerre, voyageait beaucoup seule, par le train et par le bus. Elle avait cousu une poche en tissu à sa gaine où elle rangeait son argent et certains bijoux quand elle nous rendait visite. Cela ne manquait pas d’amuser beaucoup ses petits enfants quand ce sous-vêtement séchait sur l’étendage à la buanderie ( la taille du dit sous-vêtement y était sans doute aussi pour quelque chose …).

Un ami qui a beaucoup voyagé en Amérique centrale, mettait son argent dans une pochette maintenue à la taille par un grand élastique et qu’il glissait directement dans son slip. Lui aussi obligé de dormir dans les bus pendant les longs trajets ne jurait que par ce système.

Ce qu’il faut retenir concernant le noyau dur, c’est qu’il ne devrait jamais limiter vos mouvements. Vous devriez pouvoir courir, ramper, escalader, sauter ou même vous battre sans craindre de perdre quoi que ce soit. Tester cet aspect des choses est pour moi absolument indispensable.



b) L'EDC Ville - Complémentaire.


Lorsque je vais en ville, j’utilise un cartable qui me permet de transporter mes papiers professionnels, comptables ou bancaires et m’apporte quelques solutions supplémentaires. 
J’ai testé plusieurs formules, et celle là répond le mieux à mes besoins. En effet, le sac à dos s’accorde assez mal de la tenue habillée, et attire plus l’attention qu’autre chose. Quant au sac en bandoulière, s’il passe mieux, il ne me permet pas une mobilité suffisante.

Ce cartable est pour moi le moyen d’avoir des possibilités supplémentaires sans en avoir aucun inconvénient. En effet, la valeur de l’ensemble ainsi que sa rareté ne me dissuaderait en aucun cas de m’en débarrasser, s’il me ralentissait ou même si on voulait me l’arracher. 
Hormis ce qu’il contient, il offre également une certaine protection ( en cas d’agression, de projection, de chute d’objet, etc…). Comme il est porté à la main, il est immédiatement disponible pour être interposé, lancé ( pour éloigner un voleur armé qui le convoiterait ) ou lâché pour retrouver instantanément une complète mobilité et l’usage de ses quatre membres.

Ce cartable est un souvenir de mes années de collège, mais j’ai déjà acheté sur un site d’annonces entre particuliers son remplaçant pour une somme tout à fait modique.
Si j’insiste si lourdement sur la nécessité de pouvoir abandonner ce cartable (ou tout autre contenant), c’est parce que je suis convaincu que parfois la fuite est la seule issue, et qu’alors rien ne doit l’entraver. 



Les rescapés du naufrage du Titanic étaient, pour la plupart, des passagers de première classe. Même si les premières classes ont largement été privilégiés (accès et favoritisme), il faut aussi prendre en compte que les passagers plus pauvres se sont malheureusement encombrés de leurs malles et bagages qu’ils savaient ne pas pouvoir remplacer aisément du fait de leur peu de moyens.
Mon propos est donc de montrer ici que l’on peut s’aménager des outils vraiment utiles, sans pour autant dépenser de somme importante.


-Le cartable :

-Un agenda. Grande dimension, assez épais. Assure un minimum d’efficacité pour le coté protection. Pour ceux qui utilisent un sac à dos ( type eastpack ), glissez à l’intérieur une planche à découper de grande dimension ( 1€80 chez notre suédois préféré ) le but étant toujours le même : efficacité au moindre coût.

-Stylo tactique UZI. Avec recharge Space pen. Utile, en complément de la LD 20, si on vous confisque votre moyen de défense et votre couteau, et pour écrire éventuellement…

-Une trousse de premiers soins. Très classique. J’aime bien l’élastoplast. Mettez quelques micro purs, pour le poids, ça peut être utile.


-Carte du département. Gratuite, offerte par l’office du tourisme. Très important si vous devez rejoindre votre domicile à pied, car vous voudrez aller au plus court, ou si certaines routes sont coupées.

-Boite Swiss tech métallique avec pince à épiler, coupe ongle, briquet, 2 m de ficelle « queue de rat », miroir, petit outil swiss tech et carte Tool Logic Ice Lite.


-2 piles AA ( LD 20 ). La Fénix E 01 utilise une pile AAA, mais elle n’est qu’un système secondaire pour moi. Si sa pile doit être changée, ça attendra de rejoindre le véhicule ou le domicile.

-1 Illumiglow ( signalisation ). En complément des lampes de poches. Rassurant dans une panne prolongée ( métro ou ascenseur ) et préserve les piles. Pour le poids et le prix, ne pas s’en priver.

-Mouchoirs en papier. Pour garder son mouchoir tissu propre le plus longtemps possible.

-Pochettes nettoyantes rinces doigt. C’est plus du confort, mais ça peut-être utile pour se nettoyer les mains avant d’enfiler ses gants par exemple, ou pour permettre à quelqu’un de se débarbouiller. Je sais que cela réconforte beaucoup certaines personnes. Même dans des situations difficiles, certaines dames sont très sensibles à ce genre d’attentions. Ces pochettes ont également une vertu rafraîchissante, même si de courte durée.

-Gants anti-coupures. USMC Paris. Protéger ses mains est indispensable. Blessé à une main ou à un pied on est très largement diminué.

-Le Parapluie. Je ne reviens pas en détail sur cet accessoire qui a déjà fait l’objet d’un article sur le blog. Le parapluie est pour moi un élément du noyau dur. La seule parade offrant une petite chance face au couteau ( au même titre que le bâton télescopique ), et aussi assez utile face aux chiens errants. L’Abbé ne sort jamais sans un parapluie.

En conclusion, et comme d’habitude, je dirais que se poser les bonnes questions est le meilleur moyen de trouver les bonnes solutions.

Soyez forts.

L’Abbé




17 commentaires:

  1. Aaaah! le thème inépuisable de l'EDC. ;-)
    Sympa, une belle touche vintage, mais toute fois très orienté défense...
    Pour un rural, ça fait très ville...
    Mettre des pastilles d'hydrochlores c'est bien vu, mais il n y pas de contenant??
    Perso j'y rajouterai une petite gourde souple d'1L genre Platypus ou Source.
    Le cartable, pourquoi pas, question de style.
    Le coté épée (parapluie) et bouclier (cartable) est très sympa.
    Mais un sac en bandoulière solide permet également de se défendre face à un couteau. En l'utilisant comme un fléau avec la main forte, accompagné d'une bombe au poivre dans la main faible...(pour l'avoir vécu! ;-) ).
    Pour le délestage rien de tel qu'un pantalon type 5.11 au poche profonde et sur. Le Covert est bien adapté au port citadin car les poches de cuisse (en plus des autres poches) sont bien dissimulées dans les coutures.
    Salutations
    PS: C'est juste un avis.

    RépondreSupprimer
  2. Salut à toi,

    Sympa ce petit rappel sur les "idées forces", et je plussoie, faire un choix c'est avant tout renoncer ^^

    Une idée que j'ai retenu : je ne suis pas ce que je possède.

    Aussi, économiser pour s'acheter une LD, un tactical pen, un piexon ... et se faire planter ou déboiter l'épaule parce que l'on ne sait pas abandonner son "EDC complémentaire" frise le ridicule, en tout cas reste contre productif.

    Aussi je retiens de conserver à corps ce qui a de la valeur (du moins ce à quoi j'accorde de la valeur ;) ), et de placer dans le sac du matos bon marché.

    Avoir un sac de rechange à la maison me semble une super idée pour ne pas s'y attacher.

    Sympa ton profil urbain ("l'abbé" ne fait pas le moine :D ).

    Merci pour cet article l'Abbé.

    RépondreSupprimer
  3. Je crois qu'il ne faut pas oublier la stratégie de la mafia pour imposer son raket au nom de la protèction angelique , est d'envoyer des petits bandits chez un pigeon pour qu'il lui fasse des saltés ,lui casse tout et ensuite aller lui dire que s'il payent ou adhère au club des naifs ,il ne seront pas embétés par cette immonde vèrmine que pèrsonne ne peut atraper (lol)
    La mafia donc s'en prend aux victimes qui osent se defendre pour les raketer une deuxième fois .

    RépondreSupprimer
  4. Pour l'E.D.C porté discrètement en ville,ma solution est le gilet reporter taillé court:portée sous ma veste principal qui elle est plus discrète.

    RépondreSupprimer
  5. Merci l'abbé pour tous ces conseils et toutes ces pistes de réflexion ;)

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Je suis désolé de dire que beaucoup d'accessoires de cet edc sont susceptibles d'envoyer son porteur devant le tribunal, en France en tout cas, surtout tout ce qui contient une lame.

    Il est faux de dire qu'il suffit de dire "oui monsieur l'agent, désolé monsieur l'agent" et que vous ne risquez qu'une confiscation.

    Un exemple vu devant un tribunal : un type d'un certain âge se fait frapper à coups de poings et il ne se sent pas assez fort pour se défendre avec ses poings. Il utilise donc un ciseau qu'il tient dans la main pour se défendre contre son agresseur plus jeune.

    Or les conséquences d'un coup donné avec un ciseau sont plus importantes que celles d'un coup de poing.

    Donc selon la loi française il y a disproportion.

    Donc le mec est condamné à de la prison.

    Voilà comment ça marche en France : la loi sur la légitime défense est totalement théorique.

    Elle suppose que vous puissiez, en une seconde, évaluer la portée de votre riposte pour qu'elle corresponde à ce que vous venez vous-même de recevoir.

    La loi est plus exigeante envers celui qui se défend qu'envers celui qui a l'initiative du coup car elle suppose que celui qui se défend soit un surhomme capable de riposter juste ce qu'il faut dans une maîtrise totale que l'on ne peut pas voir quand on est victime.

    Et de victime on passe à condamné.

    Ca ne m'est pas arrivé à moi mais j'ai vu quelqu'un se fait juger ainsi devant un tribunal français.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Il est faux de dire qu'il suffit de dire "oui monsieur l'agent, désolé monsieur l'agent" et que vous ne risquez qu'une confiscation."

      Le problème dépend surtout du contexte du contrôle et de ce que l'on a sur soi. Il est certain que si l'on se fait contrôler avec tout un arsenal (ne serait-ce que l'association lacrymo + couteau en fait) ou un équipement typé, l'agent des forces de l'ordre procédant au contrôle risque fortement de vous enquiquiner, d'autant plus si le contrôle intervient dans une situation floue.
      Mieux vaut donc privilégier ce qui permettra de faire profil-bas en toutes circonstances.

      Supprimer
    2. Ernst, de toute façon la seule solution acceptable et qui fait prendre le moins de risques vis à vis de la loi française c'est la fuite.

      A titre personnel ma seule méthode c'est la fuite.

      C'est pas glorieux mais encore une fois à mois de pouvoir prouver que votre agresseur voulait vous tuer c'est très risqué pénalement/juridiquement en France de mettre fin à une agression un peu sérieuse.

      Pour y mettre fin on sait très bien qu'il faut y aller un peu plus fort que votre agresseur pour qu'il cesse toute volonté de continuer l'agression, et si par malheur cela entraîne sur lui des blessures graves, on aura tôt fait de vous dire qu'elles sont plus graves que les votres et qu'il y a donc disproportion.

      Supprimer
    3. Je suis intégralement d'accord avec vous. Cela dit il m'est déjà arrivé d'être dans une situation où la fuite n'était pas envisageable à moins de laisser un camarade, pas en état de courir, se faire cogner dessus à ma place.
      La question est alors comment gérer l’agression au mieux. Là ou je suis encore d'accord avec vous c'est qu'une solution "disproportionnée" ne sera source que d'ennuis supplémentaires. La question qui se pose est alors de savoir comment améliorer ses chances sans augmenter ses risques. La solution n'est peut-être pas, c'est vrai, dans un EDC. Pour autant il n'est probablement pas totalement non pertinent de porter sur soi un outil de défense si l'on sait s'en servir à bon escient (et c'est en effet là que réside les difficultés importantes : quel outil choisir, sera t-on capable en situation de stress, de ne l'utiliser qu'en cas de force majeure sans prendre de risque pour soi-même ou pour autrui etc.). Enfin, toujours pour vous donner raison, la fuite reste en effet "La" solution ; mais en guise de conclusion disons que le plus simple reste d'éviter les situations à risques.

      Supprimer
    4. En tant que force de l'ordre c'est plus l'attitude de chacun, le contrôlé comme le contrôleur, qui décidera de la conclusion autant que le contexte.
      J'ai déjà rendu une lacrymo a un "jeune" qui venait faire des démarches a la préfecture ou je je plantonnais et effacé un papillon a un autre qui s'est décomposé alors qu'il n'avait rien a se reprocher dans une autre histoire. Il n'était pas "adapté" a l'outil ou inversement.
      Si vous voyez que l'uniforme en face est un bourrin, que vous ayez une télésco ou un opinel ne changera rien. Donc ne pas se freiner si l'environnement le nécessite (rer B en soirée...).

      Supprimer
  8. "Sans doute parce que la couverture réseau des téléphones portables ne s’est améliorée que récemment, les gens ont naturellement tendance à toujours essayer de se débrouiller tout seul, et cela est aussi mon option.
    C’est la raison pour laquelle mon kit voiture est vraiment très surdimensionné. En fait, mon coffre est tout simplement rempli de caisses et de sacs: BOB ; kit mécanique, valise premiers soins ( stéthoscope et kit de suture ), vêtements, nourriture, outillage, carburant, armement…"

    ce dernier mot m'interpelle, de quoi s’agit t il ?

    un 12 avec les munitions au risque de se faire voler ou contrôler...

    risqué

    RépondreSupprimer
  9. m'en veillez pas mais je débute:
    sac à main messenger:
    - mes médicaments
    - un couteau pliant
    - un outil multifonction
    - une paracorde de 5 mètres
    - ma bombe pour l'asthme, efficace contre les agrasseurs
    - des piles AA et AAA
    - portable toujours chargé et son chargeur
    - mes papiers d'identité, carte vitale et mutuelle, carte de crédit type PSC (rechargeable et sans banque)....
    - gilet fluo
    - stylo et bloc note
    - jamais beaucoup de liquide (je le garde à la maison)
    - un livre (de Stephen King de préférence)
    - ma tablette et son chargeur + un chargeur à manivelle
    - une boussole plate
    - petite lampe torche

    Mes clés, avec plus de porte-clés que de clés (j'ai pas de voiture):

    - mouqueton
    - petit couteau
    - paracord
    - mini lampe torche
    - petit sifflet
    - Mini multi-fonction EDC

    Dans la maison, faut encore que j'améliore où que j'achète des sacs

    - camping gaz et quelques recharges de gaz
    - petite collection de couteaux de toute taille et qui taille
    - je suis en train d'acheter des outils manuels (cuisine, bricolage, jardinage...)
    - outils électrique (le père de mon copain était un grand bricoleur)
    - tente + sac de couchage
    - fusil et carabine de chasse avec leur munitions (mon copain est chasseur)
    - 2 arcs et des flèches de chasse, j'ai l'intention de m'acheter un pistolet arbalète, le fusil étant beaucoup trop lourd pour moi, avec leur flèche à pointe pour la chasse, même si interdit en France de chasser avec).
    - cannes à pèche
    - lampe de poche 18000 lumens (tu vois comme en plein jour)
    - argent liquide
    - photocopie pièces d'identités
    - matériel radio-amateur (me demandait pas quoi, c'était le père à mon cop qui l'était)
    - une pharmacie remplie de divers médicaments (je ne les ramène jamais à la pharmacie)
    - stock de nourriture pour plusieurs mois (j'achète en triple, voir en gros)
    - stock de produits d'hygiène (acheter en double ou en triple à chaque fois), bah oui je suis une femme qui aiment son petit bout d'hygiène.
    - Stock de piles de différentes tailles
    - Stock de bois
    - des livres à foison pour pas s'emmerder, ainsi que des jeux de sociétés et des cartes, ainsi qu'un piano pour remonter le moral des troupes, quelques cd et une radio à pile qui va avec (bah quoi c'est aussi important que de manger tout çà, pour changer les idées).
    - 3 boxers, très utiles pour garder les gens à bonne distance du portail
    - un grand jardin et quelques poules
    - j'ai mon brevet de secouriste en équipe
    - et j'ai été scout (oui bon, bah ca sert toujours, surtout quand à un cop qui s'est pas monter une tente)
    - ma mère possède un puits que l'on peut encore faire fonctionner manuellement

    J'ai pas le permis, donc pas de voiture, mais un vtt et une petite trial qui va pas vite (50 cc) mais qui à l'avantage de passé partout.

    Ce qui es pratique, dans le fait d'être une femme, tu es rarement fouillée, même les sacs, j'ai pu rentrer dans une salle de concert avec mon attirail le tout caché par un gros dico (je venais de passer un partiel d'anglais) et le mec à juste jeter un oeil à l’intérieur sans rien toucher, et même dans un tribunal. Bon, d'accord je fais 1m54 pour 60 kilos, pas bien épaisse donc, qui aurait peur de moi.
    Mais ne fous fiez jamais au apparences, 15 ans d'art martiaux dont 10 en compet, je n'est pas peur de me battre et connait les coups tordus.
    Un truc en défense, et c'est mon prof d'art martiaux, flic à ses heures perdus (mon frère me tuerait s'il voit ce que j'écris étant lui même policier, je t'aime frérot), la première défense dans toute confrontation, c'est de prendre ses jambes à son cou et galoper le plus vite possible.

    RépondreSupprimer
  10. La prison, on en sort, mais je n'ai jamais encore vu quelqu'un revenir d'entre les morts. Mon ami m'a offert à noël une bombe lacrymo et un taser, en plus d'un couteau qui viennent renforcer l'armement de mon sac à main.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.