lundi 29 octobre 2012

La question du moi - special facebook










11 commentaires:

  1. Salut à toi,

    Merci pour la réponse que tu donnes à la dernière question. Se penser indispensable est bien une question du "moi" :)

    RépondreSupprimer
  2. Je suis du même avis que la personne de la 2eme question , c'est pas si improbable que tout le monde soit incorporé . Le climat actuel ressemble beaucoup a celui d'avant guerre ...les gens n'ont plus rien , ni de quoi manger . Si il se passe quelque chose j'opterai pour une guerre mondiale religieuse , ou une éruption solaire . Bon maintenant il est vrai que je préfère de loin qu'il ne se passe rien du tout . :)

    RépondreSupprimer
  3. très intéressante cette question du "mois" qui remet bien à sa place l'individu au sein d'un groupe. effectivement il ne faudrait pas être indispensable à la survie d'un clan ou d'un groupe. bref une bonne remise en question du "Moi" et l'humilité qui va avec.
    merci

    RépondreSupprimer
  4. Pas mal la dernière question.

    Mais quelque part ce serait vraiment une mauvaise mentalité. Se rendre indispensable ... par orgueil ? L'orgueil serait-il plus important que le bien-être de ses proches ? Ca me semble inconcevable ;)

    Encore une raison qui justifie l'achat d'arme à feu et l'entrainement de la compagne (et idéalement des enfants s'ils sont assez grands) : vous faites peut être 2m 110kg et êtes un as en arts martiaux et maniement des battes de base ball mais vous ne pouvez pas être toujours là. Laissez à ses proches les moyens et le savoir pour assurer ses besoins vitaux c'est quand même la moindre des choses ;)

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir Volwest, excellente vidéo en particulier la fin. Se croire indispensable ou simplement oublier de faire en sorte que chacun dans l'équipe soit autonome, c'est à mon avis manquer l'objectif principal et prendre le risque que toutes ses années de préparation ne servent à rien ni personne au final. Cela dit, je retire de mes expériences que dans une démarche de groupe il y a presque toujours une personne ressource, fédératrice et initiatrice. C'est "humain". Et malgré ma bonne volonté, si je disparaissais, mes proches seraient quand même plus dans la merd$ que si j'étais toujours là. Mais j'ai conscience que je ne suis pas un héros ni disponible H24 en cas de crise ! Théorie VS pratique, c'est pas toujours évident. Se sentir responsable est parfois (souvent ?)une peine ou un fardeau.

    En tous cas, ce fut une excellente vidéo et réflexion du "moi(s)", merci !

    J'espère que le Montana sera épargné par les intempéries et que nous aurons bientôt de bons témoignages de personnes qui ont assuré leurs arrières et se sont protégés de la tornade grâce au survivalisme, plutôt que des décomptes de victimes et des histoires tragiques.

    Stay safe

    RépondreSupprimer
  6. merci vol, de ce rectificatif de notre place.
    Selon moi, , Mon rôle est d'abord " d’équiper" mon clan pour parer â toutes éventualités , que ce soient des vivres au garage ou des bombes lacrymo dans les sacs...ect
    Ma BAD dans l'idéal est pour les connus (clan) ET peut être certains inconnus....le survivalisme est bien sur d'abord pour soi et les siens mais aussi dans une idée généreuse...donner à boire à celui qui à soif, SI j'ai assez pour mon clan ! Sinon....je sors mon arme à celui qui insiste...
    d"ailleurs c'est bientôt Noël et je prépare des cadeaux utiles !


    RépondreSupprimer
  7. A mon avis,le plus gros problème reside dans la communication qui implique la prise de conscience que le monde si beau et si gentil, n'est qu'une illusion hautement pèrfide qui circule genereusement dans les relations supèrficilelles du moment .
    Mes proches ne veulent souvent pas regarder la réalité en face et se refugient sur le "tout de meme , bla bla,etc.." avec renforts de bisounours indescents .Cèrtains vieux ont vu ce qui se passe pendant une guerre, mais ils font trop souvent semblant de ne rien accèpter de la leçon reçu,il y a tant d'années deja .
    La réalité est donc reniée et pas selement par deni .
    Je me demande donc si nous pouvons faire confiance a notre entourage en cas de pepin :-D

    RépondreSupprimer
  8. Pour Nous, c'est moi qui assure la survie du clan... je suis d'accord cependant sur le fait que ce n'est pas uniquement à moi de le faire...

    Mais pour ce faire, il faut que le message soit passé... pour que le message passe, alors que la discrétion est notre crédo, c'est nettement plus difficile. De plus, sans être confronté à une situation dégradée, il est parfois difficile de montrer le bien fondé de notre démarche... ça reste pour l'instant, et pour beaucoup une démarche intellectuelle, qu'on partage ou qu'on ne partage pas. Une démarche intellectuelle (ou pas) qui draine toute sorte de public aux motivations diverses et aux échos différents, des plus sains ou plus nauséabonds. Il n’est pas toujours simple de trier le bon grain de l’ivraie…

    Cependant, mois après mois, le message passe… les écoles s’entrainent chaque année à affronter des scénarios catastrophe, les pouvoirs publics diffusent de l’information à vocation préventive… chacun doit faire son chemin et aider les siens à progresser.
    Ce mois ci, ma femme et moi, nous avons échangé autour de l’achat d’une arme d’épaule et de poing…. Croyez-moi, ça n’a pas été simple et ça restera la question du mois pendant quelques mois encore.

    Ça va vous paraître un peu pompeux, mais je pense souvent au mythe de la caverne de Platon, quand lors de discussion, j'aborde du bout des lèvres, les questions de résilience, de préparation, d'autonomie, de survivalisme. Je me sens un peu comme celui qui a entrevu la lumière et qui vient annoncer aux autres que le monde dans lequel ils vivent, n'est qu'une illusion savamment orchestrée, qui tôt ou tard va avoir une fin… Le pic pétrolier, le changement climatique risque de nous jeter dans la lumière, avec tout ce qu'elle a de plus crue... et ceux qui ne se seront pas préparé à ça vont passer des mois difficiles. Pourtant je pense que la résilience jouera à plein rendement si tant est que nous puissions porter des maintenant une vision positive du survivalisme.

    Moi je suis persuadé que notre démarche est bonne, mais ce mois ci, chez moi, ça repose encore sur moi ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je veux bien qu'on ne puisse peut être pas tout dire à son entourage, que certains aspects puissent paraître "too much" (en général c'est la défense ou le manque de longue durée) mais quand même la protection contre l'incendie, le secourisme, etc ... on peut et on doit en parler à tout le monde.

      Supprimer
    2. Salut Campeur76,
      bienvenue au club ... courage, le message passe petit à petit :)

      Supprimer
  9. Oui, la realité :-D
    Par exemple les accidents de voiture avec des gens eclatés ou brulés ,ça n'existe pas ?
    Ben,oui, pour beaucoup ce n'est pas une réalité pour eux comme d'hab :-D

    RépondreSupprimer