dimanche 1 juillet 2012

Le syndrome de Bayard.



Parler de défense personnelle est toujours compliqué et délicat. Nous essayons, modestement, Volwest en tête, d’alimenter votre réflexion en évoquant nos parcours personnels et le cheminement qui nous a amené à faire certains choix, en l’occurrence celui de posséder des armes à feu.
Les sujets que nous abordons naissent de nos discussions, de nos échanges, et la rédaction des articles est confiée à celui dont la sensibilité, l’expérience ou les compétences confère une certaine légitimité, mais toujours en étroite collaboration et sous le contrôle de Volwest.
Comme vous l’imaginez, la rédaction de ces articles nécessite un certain travail, la difficulté n’étant généralement pas au niveau du fond ( nous avons les compétences ), mais plus au niveau de la forme. Car, tout en étant scrupuleusement honnête, il faut rester suffisamment « soft » pour amener le plus grand nombre à entamer la réflexion que nous souhaitons initier.
La lente maturation de ces articles a pour conséquence directe un certain décalage entre le moment de leur rédaction et leur apparition sur le blog, et tel est le cas du « Syndrome de Bayard ». Ainsi, il arrive parfois que l’actualité vienne télescoper des sujets définis depuis plusieurs semaines.
Les articles du blog commentent rarement les faits d’actualité, car Volwest privilégie les articles de fond. Et cela doit rester la règle. Pourtant, en moins de 10 jours, trois faits divers dramatiques méritent toute notre attention au regard de ce qu’ils peuvent nous apprendre. Il s’agit, le 19 juin, du meurtre de deux femmes gendarmes à Collobrières, dans le Var ; du meurtre de Killian, étranglé le 24 juin à Rennes ; et enfin, le 28 juin, du meurtre des deux militaires du 9 ° RIMA en Guyane.
Chacun pourra aisément s’informer sur le déroulement exact de ces faits, nous ne reviendrons pas dessus. Comme je l’ai dit, leur analyse sera des plus profitables pour ceux qui souhaitent comprendre le monde dans lequel nous évoluons. Sans entrer dans les détails, par respect pour les victimes et leurs familles, nous pouvons juste souligner l’extrême violence, l’absence totale de pitié et de discernement dont ont fait preuve les auteurs de ces gestes. Et je ne suis pas sur qu’un contexte dégradé viendrait modérer des individus qui se sont d’ores et déjà affranchis de toute limite.
J’ai raccroché l’uniforme il y a déjà pas mal d’années, mais je reste solidaire de tous les serviteurs de l’Etat. En dépit des alternances politiques et idéologiques, en dépit de la bonne santé de la machine, ils essaient de faire vivre ce rêve: que la raison de certains, souvent axée sur la force et la violence, ne soit pas toujours celle qui prévale ! Ils essaient et parfois ils échouent. 
Croyez-moi sur parole, je suis bien conscient des carences de notre système de protection. C’est d'ailleurs sur moi que je compte essentiellement pour assurer la première ligne de défense de ma famille. Mais je sais aussi que nos policiers, nos gendarmes et nos militaires, ne sont pas les seuls responsables de la faillite de notre politique de sécurité publique, et je leur rend hommage lorsqu’ils sacrifient tout au service de leur idéal. Les morts dans leurs rangs sont sans doute plus fréquents que vous ne le pensez.
Aujourd’hui plus que jamais, il faut savoir poser un regard froid, intelligent, objectif, et dénué de tout angélisme, sur des problématiques qui risquent fort de devenir centrales dans nos vies futures.
Mais il ne faut pas non plus céder au découragement ou a la peur, notre environnement sera ce que nous en ferons. Avec du sérieux, du travail, de la curiosité et de l’humilité, vous pourrez acquérir de réelles compétences dans le domaine de la défense personnelle.


Décider d’agir, c’est commencer à réussir.
Le syndrome de Bayard.
Pierre du Terrail, seigneur de Bayard, est un chevalier français dont les exploits se déroulent à la fin du 15e et au début du 16e siècle. Figure légendaire de l’histoire de France, c’est son compagnon d’armes, Jacques de Mailles, qui contribue grandement à bâtir sa légende en le qualifiant, dans le titre de la biographie qu’il lui consacre, de « gentil seigneur de Bayard, le bon chevalier sans peur et sans reproche. »
Doté d’un courage peu commun, on se souvient surtout de la défense du Pont de Garigliano où, vêtu de son simple pourpoint, il protège le repli de ses compagnons en contenant seul, l’armée espagnole contrainte de présenter un par un ses soldats face à lui, sur l’étroit pont provisoire jeté sur des barques.
Mais j’arrête là cette courte évocation que chacun pourra compléter de recherches personnelles, pour aborder un autre aspect de la personnalité de Bayard, quelquefois méconnu, à savoir sa profonde aversion pour les armes à feu. 
En effet, voilà les paroles qu’on lui prête : « C’est une honte, disait-il, qu’un homme de cœur soit exposé à périr par une misérable friquenelle dont il ne peut se défendre». La dite friquenelle faisant référence à une personne s’habillant de manière élégante; c’est une allusion directe à l’uniforme des arquebusiers.


L’évocation de ses paroles ne sera pour moi que le point de départ des quelques réflexions que je voulais vous livrer. Elle n’a pour intérêt que de signaler que le débat sur les armes est aussi vieux que l’invention de la poudre.
Certains s’interrogent pourtant, en toute bonne foi, sur la pertinence d’intégrer à leur système une arme à feu. C’est à ceux là que je m’adresse. Les propos du Chevalier Bayard, dont je ne doute pas de la sincérité, véhiculent certaines idées auxquelles nous pourront opposer quelques critiques légitimes, surtout si nous sortons du cadre spécifique des champs de bataille traditionnels.
Idée N°1 : Introduire des règles dans l’affrontement.


Penser que l’on puisse intégrer et respecter des règles dans un combat pour sa survie est non seulement illusoire, mais encore profondément dérangeant.
Effectivement, quelles sont les activités régies par des règles : essentiellement les jeux et les sports. Or, qui pourrait croire que lutter pour protéger sa vie ou la vie de ses proches, et donc envisager par conséquent de prendre celle de son adversaire, puisse relever de ce cadre là ?
Celui qui envisage d’agresser, dans un but de prédation ou de soumission, mettra tout en œuvre pour s’assurer le succès : supériorité numérique, physique et/ou psychologique, surprise, armement etc. 
On peut regretter cet état de fait, être dans le déni, cela n’en demeure pas moins une réalité.


Défendre son droit, autorise donc la mise en œuvre de tout moyen de victoire ; elle l’autorise et même l’exige, car le droit doit triompher, en dépit de l’avantage substantiel dont jouissent ceux qui s’affranchissent de toute règle.
Par le terme « droit », on entend ici la légitimité d’une position au regard de l’ensemble des règles et des lois qui régissent les relations humaines dans une société civilisée. Le droit total et englobant tel que défini dans l’expression « Etat de droit ». Le droit général et inaliénable comme, par exemple; défendre sa vie, protéger du vol ses biens dûment acquis, ou encore résister à l’enrôlement de force.
Idée N° 2 : Les possesseurs d’armes à feu sont des lâches.


Le chevalier Bayard, s’il était contre les armes à feu, n’en allait pas moins au combat équipé de quelques « ustensiles » tels que hache ou masse d’arme, lance, épée et poignard. Et s’il trouvait lâche de tirer quelques coups d’arquebuse, il lui semblait assez courageux de fracasser le crâne d'un paysan que l’on avait arraché à son champ 15 jours plus tôt, que l’on avait sans doute affublé d’une gamelle en guise de casque, et qu’on avait pareillement équipé d’une arme inadaptée à sa morphologie et son manque d'entrainement. Evidemment, vu sous cet angle, la notion de courage devient toute relative, tout comme la notion d'honneur.


Comme je l’ai déjà dit plus haut, je ne doute absolument pas du courage de Bayard. Je voulais juste souligner l’éventualité qu’il ait pris part à des combats où son adversaire n’avait peut-être pas non plus toutes ses chances.
Ensuite, arquebuse ou pas, on meurt très bien de quelques coups de barre de fer à la tête. Je réfute l’idée qu’il existerait une manière « noble » d’occire un adversaire. Et je ne crois pas que le courage ait quelque chose à voir là dedans.
Le courage, selon moi, est celui du père ou de la mère de famille qui, assumant pleinement son rôle de défense des plus faibles dont il ou elle a la charge, met tout en œuvre pour leur offrir une protection réelle, en cohérence avec sa situation et donc adaptée. Car, objectivement, déléguer à la gendarmerie ou à la police la protection de ma famille, équivaut chez moi à renoncer à toute protection : la gendarmerie la plus proche est à 45 mn en voiture.


Cela me permet, d’ailleurs, d’ouvrir une rapide parenthèse. Lorsque j’évoque l’incapacité des forces de l’ordre à intervenir dans un délai raisonnable, pour neutraliser tout danger vous menaçant directement et maintenant, je parle d’un état de fait actuel. C'est a dire dans un contexte normal, sans effondrement particulier de la normalité et sans inflation soudaine des demandes d’intervention.

J’insiste sur ce fait, car le reproche qui nous est souvent adressé selon lequel nous nous préparerions à je ne sais quelle apocalypse est très largement faux. La plupart du temps, nous œuvrons simplement à nous prémunir des défaillances d’un système qui, au-delà de sa fragilité évidente, n’arrive juste plus à faire son job en temps normal.


Comme Volwest le répète si souvent, notre survivalisme à nous consiste essentiellement à travailler notre indépendance, dans ce monde ou la moindre panne, la moindre grève, la moindre inondation, nous laisse fragiles et démunis.
Mais revenons à nos moutons, ou plutôt à nos arquebuses…
Idée n° 3 : Les opposants aux armes à feu travaillent à l’intérêt général.


Là encore : Syndrome de Bayard.
La plupart des hommes que je connais et qui sont opposés à la possession d’armes à feu sont ceux dont le physique leur garantit un avantage certain dans le combat. Enfin, cela reste théorique, car il reste quand même du choix pour rétablir l’équilibre, même sans arme à feu.
Ils ne prêchent donc pas pour l’intérêt général, mais bien pour conforter l’avantage que leur procure leur quintal de muscles sur toutes les friquenelles alentours, sur tous les « plus faibles » de nos sociétés : femmes, enfants, vieillards, malades. Et, accessoirement, sur tous les hommes qui ont consacré plus de temps à leurs études qu’à leurs séances de musculation ou de Krav, à savoir nos médecins, nos ingénieurs, nos historiens, nos philosophes, nos architectes etc…
Si détenir une arme à feu ne garantit pas le succès, il suffit néanmoins de faire preuve de détermination, de responsabilité et de discernement ( juger de ce qui est acceptable ou non ), pour avoir une influence déterminante et juste sur notre environnement, et ceci indépendamment de notre gabarit.


L’arme à feu reste donc l’outil d’émancipation le plus efficace pour “les faibles”, il leur permet de ne pas subir la loi du plus fort, la loi de la bande, et l’intérêt général est justement qu’un maximum d’armes permette à un maximum de gens responsables, concernés, intelligents et honnêtes de faire entendre leur voix, et d'affirmer leur conscience.
Car, là encore, laissé croire qu’une société sans armes serait plus sure, ne résiste pas à l’épreuve des faits. Dans ma campagne, objectivement, 80 % des gens sont armés. Entre les chasseurs et les tireurs occasionnels ( renards, ragondins, taupes etc…), plus de 50 % savent très efficacement utiliser leur arme.
Croyez-vous que l’on se sente en danger ? C’est exactement l’inverse ! Ici, personne ne vous manque de respect, ici, personne ne vous monte dessus en voiture, ici, celui « qui parle fort » comprend vite où se trouve la limite.
CONCLUSION


S’il fallait, d’une seule image, résumer tout le propos de cet article, j’utiliserai cette analogie souvent développée, mais qui me semble si juste. A savoir que l’arme à feu est au niveau personnel et individuel, ce qu’est l’arme atomique au niveau d’une nation : L’assurance pour l’agresseur, et ceci quel que soit sa taille ou sa force, que le prix à payer sera si élevé qu’il vaut peut-être mieux tout simplement renoncer à l’agression.
Vous l’aurez compris, je suis un fervent partisan des armes à feu. Je ne pourrais que vous encourager à vous donner cette possibilité d'agir efficacement sur votre environnement. Sachez néanmoins que si l’arme à feu est un outil formidable, cet outil demande à être apprivoisé. Récupérer le fusil du grand-père avec une dizaine de cartouches n’a que peu d’intérêt. 
Si l’arme à feu vous intéresse, rendez-vous dans un club de tir ou de ball-trap, car sans entraînement vous n’atteindrez aucun des objectifs que vous vous êtes fixés.
Vous rencontrerez là des gens sans doute très différents de l’image que véhiculent les médias. Et pour vous Mesdames, désolé mais pas beaucoup de Clint Eastwood, de Russell Crow et autres Daniel Craig. Juste des gens normaux, souvent passionnés par leur discipline, et qui auront sans doute beaucoup à vous apprendre.
Et oui, car la loi française vous permet, assez facilement quoi qu’on en dise, de pratiquer le tir ou la chasse et de posséder des armes. User de ce droit, c’est le protéger. Les chasseurs, beaucoup plus nombreux que les tireurs sportifs, font l’objet d’infiniment moins de tracasseries administratives, et cela avec des armes pourtant souvent beaucoup plus puissantes. C’est la loi du nombre : ils constituent un électorat à ne pas négliger ! Par contre, le tireur sportif aura accès aux armes de poing (avec un peu de délai), ainsi qu’à toutes les armes de chasse (immédiatement à l’obtention de sa licence de club).

Le deuxième objectif de cet article est de vous inciter à l’émancipation.
L’émancipation intellectuelle, et la capacité à découvrir les enjeux qui se cachent derrière tel ou tel débat sont aujourd’hui indispensables pour qui souhaite reprendre pleinement le contrôle de sa vie. Appliquez vous sans cesse à poser un regard critique sur l’information à laquelle vous accédez, y compris en terme de survivalisme, car même sur certains forums réputés, le pire côtoie le meilleur.
Quand Volwest vous parle de la Mosin, il vous parle d’un concept, pas d’une arme. Quand je vous parle du parapluie de l’Abbé, je vous parle essentiellement de détournement d’objet, d’anticipation et d’adaptation. OK, je ne peux pas me promener en ville avec une batte de base-ball sur l’épaule, avec quoi je remplace ? Parapluie, raquette de tennis, flûte traversière ( la béquille c’est déjà pris ) ?
Bref soyez malins, soyez lucides et surtout soyez absolument imperméables au discours moralisateur et culpabilisant du politiquement correct. Ayez confiance en votre jugement, en votre capacité d’analyse. Vous seuls êtes en mesure d’évaluer le milieu dans lequel vous évoluez ou ce qui est bon pour vous. Elaborez vos propres solutions, faites-les évoluer dans le temps, formez-vous. Bref, vivez votre vie, ne la subissez pas.
Et quand un gros balaise vient vous expliquer que les armes ça ne sert à rien et que ce n’est pas bon pour vous ou "l'intérêt général", pensez à Pierre du Terrail, Seigneur de Bayard.
« Dieu créa les Hommes, Colt les rendit égaux. »
Cette phrase n’a jamais été aussi vrai.
L’Abbé.
P.S. : Bayard est mort le 29 avril 1524, mortellement blessé d’un coup d’escopette ( sorte d’arquebuse ) qui lui rompit les vertèbres. L’évidence finit toujours par s’imposer.









75 commentaires:

  1. Merci l'Abbé et merci Volwest pour cet article

    RépondreSupprimer
  2. Salut,

    D'accord avec a peu près tout. Un seul truc me gene (je précise je suis français et j'habite à Seattle depuis 3 ans): aux US, la ou j'habite, un citoyen peut acheter une arme en magasin en présentant une pièce d'identité. Pour moi il devrait y avoir une formation obligatoire, un nombre d'heures de tir obligatoire, un permis à passer. On passe bien un permis pour la voiture!
    Personnellement, il ne me viendrait jamais à l'idée d'acheter une arme sans être correctement formé.

    C'est ça qui me gène perso. Porter une arme, oui, mais si on est formé correctement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut l'ami,

      Il faut, aux US et comme tu le sais, un permis pour pouvoir porter une arme (CCW).
      Ce permis exige une declaration, et une formation, pratique et écrite selon les Etats.

      La detention, par contre, est effectivement une histoire de responsabilisation personnelle pour certains Etats, car en Californie par exemple, il faut un permis et une formation pour pouvoir acheter une arme de poing. Aussi, certains Etats n'offriront pas ce droit, par exemple, tu ne peux pas acheter, posséder ni porter une arme de poing dans l'état de New York.

      Comme nous le disons dans l'article, rejoindre un club et recevoir une formation professionnelle est pour nous incontournable et responsable.

      a+ l'ami

      Supprimer
    2. Dans l'état de washington tu peux acheter et porter une arme sans permis, du moment qu'elle n'est pas dissimulée. Et le CCW est pratiquement une formalité... Il faut passer un background check, mais pas être formé. (http://www.dol.wa.gov/business/firearms/faconcealreq.html)

      Bon a part ca on est d'accord je pense, il ne nous viendrait pas à l'idée de porter une arme sans s'être entrainé avant... A+ et super article.

      Supprimer
  3. Merci pour les articles et pour le temps que vous passez à les concocter.

    Ancien gendarme, je ne peux que confirmer vos craintes en y apportant quelques bémols cependant.
    Le système d'organisation actuel est viable dans la mesure où la situation générale est normale (comme le dit Volwest), limité mais viable. En cas de coup dur (émeute, forcené, série de cambriolages/agressions etc...), des renforts peuvent être mis en place localement (ponctionnement dans les unités alentours non touchées, apport de renforts mobiles, voire GIGN) et cela, pour les durées nécessaires au rétablissement de l'ordre.
    Si la situation générale venait à se dégrader et que de nombreux points "chauds" se révélaient, la possibilité de renforts trouverait rapidement ses limites (déshabiller Paul pour habiller Jacques rendrait Paul trop fragile...) et même si la répartition des forces permettrait de tenir, à mon sens, correctement les zones touchées quelques jours, cette organisation s'essouflerait rapidement.
    En ce qui concerne les moyens à disposition des forces de l'ordre, ils sont conséquents mais restent limités par le nombre d'hommes capables de s'en servir. En terme de communications, des réseaux de secours sont prévu; concernant le carburant, des réserves sont prévues; des groupes électrogènes puissants régulièrement entretenus, l'armement stocké en surprendrait plus d'un également.
    Reste le moral des troupes qui pourrait, effectivement, faiblir au profit de la défense des familles (encore qu'en Gendarmerie, les familles sont casernées et sont alors naturellement sous la protection de la brigade).
    L'Armée plus généralement peut prendre également le relais si la situation dégénérée dure pour faire souffler les forces de l'ordre professionnelles.
    En conclusion, sauf si on a affaire à un effondrement global catastrophique ou à une situation vraiment exceptionnelle, j'ai la faiblesse de penser que l'Etat( et donc ses services de sécurité) pourra limiter la casse et saura gérer globalement la situation, à court terme, voire à plus long terme, le temps que tout ça se mette en place. Tout le souci viendra des périodes de flou, de flottement, des périodes d'attente des renforts, des intervalles de temps entre "ce qui s'est passé" et la décision qui va être prise etc...
    C'est dans ces périodes de faiblesse que nos amis les mauvaises gens se feront un plaisir d'agir en s'attaquant aux plus démunis, aux plus naïfs et aux moins préparés. C'est là qu'on ne peut qu'être d'accord avec Volwest qui suggère un système de défense adapté et efficace. Les armes à feu? Mettez-vous à la place d'un "brigand", même armé. S'il a le choix, qui attaquera-t-il en priorité? Un homme armé et déterminé ou un type sans arme qui le supplie de l'épargner?

    RépondreSupprimer
  4. A mon humble avis, il y a une loi naturelle qui parle de karma .
    Le karma pour moi, est un mot pour parler de veritable écologie.
    Il n'y a là, ni la place pour la morale, ni pour l'ideologie, ni pour les lois et encore moins pour "la justice " trop souvent pèrfide .
    Se defendre mais aussi agresser c'est surtout prendre des rèsponsabiltés face aux consequences sur l'avenir.
    Que nous le voulions ou non ,il y a semble t'il toujours des consequences a nos actes, mais souvent les gens veulent s'affranchir de leurs rèsponsabilités en palabrant , en trichant avec leurs rapports avec les autres et pis encore avec eux meme ,je crois .
    Aussi les consequences de leurs actions ne leurs convienent pas .
    En passant,je dirais que "les forces de l'ordre" prènent souvent sur eux de graves prèsponsabilités qui souvent les ateindront dans leurs vies et effèctivement,il y a surement bien plus de victimes chez ces gens a cause de leurs activités commandées que dans d'autres corporations ?
    Peuvent 'ils desobeir aux ordres ?
    A mon avis, "l'ordre public" est une organisation pèrvèrse qui fait peut etre beaucoup plus de mal a la veritable nature "humaine", que la vie naturelle qui devrait se passer complètement de ce système pèrvèrs au prix de douloureuses adaptations salutaires .
    Par ayeur, trop souvent des gens malhonètes,malveillants,pèrvèrs etc, se réfigient sous la houlette de l'ordre public pour s'affranchir de leurs rèsponsabilités coupables ,je crois ? :-D
    Pour ma part, je ne compte surtout pas sur autrui pour me defendre des autres .
    Alors a quoi sèrvirait donc "l'ordre public" dans mon monde ?
    A proteger les interets de puissants nantis ? ;-)
    A proteger les faibles ,les maltraités,les victimes ? :-D
    Les mafias,n'ont elles pas un visage que l'on retrouve partout caché dans les grosses affaires de gros fric "rèspèctables "et de crimes immondes organisés (daubes, guerres ,armes ,etc...)?
    Aujourd'hui je suis tenté de croire que la legitime defence criminalisée au maximum,par les marchands de chicanes et de rapine ,sont comme le sexe ;les vaches a lait qui vont depouiller les victimes innocentes qui se pèrvèrtiront probablement a ce contact sordide et pèrfide ?
    Il faut savoir que "les dirigeants " qui ont en main les commandes des affaires de tous ,craignent les armes de la pietaille :-D
    Je me garderais d'aller dans le monde revolutionaire qui ne me convient pas , mais ,pour moi, dans la vie saine et naturelle, , c'est chacun pour soit et chacun pour sa peau .
    Pourquoi,les anarchistes sont'ils detèstés ? :-D
    Le "Tous ensemble" qui enflamme tant de naifs qui croyent que les élèction leurs pèrmetront d'avoir prise sur les decisions les concèrnant ,est un slogan pèrfide dont il faut se mefier comme la pèste a mon avis .
    Ceux qui decident sont ceux qui ont les richesses pour eux ,il me semble .
    Bye.

    RépondreSupprimer
  5. Une simple licence de tir, ou de ball trap, vous permettra d’acquérir rapidement une arme de chasse. Et surtout de bénéficié d'un entrainement lié à la sécurité d'utilisation et au tir. Une fois armé et entrainé au tir il faudra aussi apprendre qu'est ce que c'est la légitime défense. Si l'agresseur est de dos et dans la rue ça ne compte pas.
    Une Rossi en 44 mag, une Marlin en 30/30 ou un Baïkal en 12 mag d'occasion ne sont pas beaucoup plus cher qu'une bonne arbalète, mais tellement plus efficace.
    Maintenant, même armé jusqu'aux dents, les problèmes peuvent survenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement.
      Pour compléter, licence de tir sportif + adhésion à un club = approx 130€/an.
      De plus, un novice peut simplement venir effectuer un stage en amont.

      Un club prête généralement l'arme et ne vous lâche pas seul sur un stand. Il y aura toujours quelqu'un pour donner des conseils.

      Qui plus est, au bar du club autour d'un verre, les conversations sont toujours sympathiques et enrichissantes.

      Ensuite le choix d'une acquisition est très personnelle (à mon sens), et la aussi en club, il y a moyen d'essayer... et donc d'éviter d'acheter un bazard inadapté.

      Une précision tout de même car "on apprend à faire du vélo avec les petites roues" : théoriquement vous ne pourrez pas toucher pas à un gros calibre avant quelques mois et pas mal de cartouches tirées.

      Supprimer
  6. Juste un clin d'oeil pour ces photos de femmes armées. Féminité et défense personnelle sont encore plus socialement incorrects. Je souris devant et me sens moins seule. :-)

    RépondreSupprimer
  7. Article bien écrit, sur un sujet peu évident dans notre Nanny State français.
    Je disais ici ou ailleurs (??) que le fusil de chasse est la dissuasion nucléaire du pauvre, je vois que l'Abbé a pensé à la même image concernant les armes à feu en général.

    Concernant le fichage des armes et leur possible confiscation, je me suis dit que finalement, si l'on reçoit un courrier pour nous spécifier d'amener nos outils en préfecture, c'est que le moment est peut-être venu de s'en servir. Ainsi le fichage devient un "canari dans la mine", quand on vous contacte, c'est qu'il faut sortir du trou dans lequel on se trouve...
    La stratégie serait donc de posséder un maximum d'armes déclarées n'étant pas susceptibles d'être passées à la disqueuse de si tôt : fusils de chasse à un coup par canon, carabines à répétition notamment en calibre .22LR.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pensais aussi à la dissuasion nucléaire.
      L'abbé a dû y penser aussi au vu du contexte. Je présume que fusil d'assaut restait quand même plus politiquement correcte que l'évocation d'une guerre nucléaire, surtout sur un site de survivalisme ;)

      Supprimer
  8. Article juste énorme sur le fond et la forme: anthologique !!!
    Un Grand Merci à vous deux ...

    RépondreSupprimer
  9. La première des choses à faire si on veut sécuriser les siens, c'est dabord sécuriser le domicile (défense passive tel que: alarme, barreaux aux fenêtres basses, portes fermées à clé, juda, caméra, etc...)
    Ensuite de NE PAS OUVRIR A N'IMPORTE QUI, car une fois la porte ouverte c'est trop tard...même si l'on est équipé d'un Colt45 en 357 magnum super destroyer et de 17 chargeurs garnis...au fond de son coffre fort.
    Une fois la porte ouverte... c'est la merde.
    Une fois que le danger est dans la maison... c'est la merde.
    Donc armez vous et surtout...sécurisez votre domicile.
    Un rappel:
    esurvivaliste.blogspot.fr/2011/07/une-introduction-la-defense-du-domicile.html

    RépondreSupprimer
  10. Abbé, Volwest,
    J'ai déja copié/collé ce lien a plusieurs amis - je me délecte.
    Je ne viens pas m'opposer (je vous cite pour mes propres arguments) mais juste nourrir la question, car il me semble que la question sur les armes a feu est dégénérée : il y a une argumentation sur les armes et une sur les armes a feu.
    Pour exposer ma position, je dirais vite que j'ai une sainte horreur des armes a feu, alors que je tire a l'arc et que j'ai des armes de toutes tailles - de la petite hache de lancer a la crosse de deux metres finie par des lames.
    On pourrait dire que c'est "luxueux" ou "religieux" comme réflexion mais ca me semble essentiel, meme s'il s'agit juste de s'assurer de rester vivant, donner la mort est d'une intimité bien plus profonde que meme un acte sexuel.
    Donc l'arme a feu se rapproche tant du "etre derriere un écran et cliquer sur une silouhette: elle meurt" qu'elle me fait frissoner de froid, comme de penser aux veaux que l'on abat a la chaine: un peu d'humain mildjeu!
    L'arc par exemple, meme si cela reste moins efficace, implique tout le corps du tireur. Donner la mort - ou meme juste bloquer un mouvement d'un coup sec - releve de la relation. L'arme a feu est (selon moi) au conflit ce que facebook est aux relations.
    Je ne dénigrerai pas son efficacité - il est tard pour bander un arc quand dix personnes vous entoure, sortir un colt de la ceinture est bien plus efficace - et s'il faut suivre des conseils, suivez les conseils de ceux qui ont survécus. Mais je ne voudrais pas accepter le froid de la distance "car c'est la regle", comme je l'ai dit, ca peut sembler luxueux voire religieux - et je pense que ca fait toute la différence entre "vivre" et "survivre" - en suivant ses mouvements et convictions. J'utilise facebook - mais mes relations ne se nourrissent pas de ca.
    N'entendez rien de péjoratif - je nourris juste la réflexion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta réflexion née de tes préférences ...
      Tu apprécies les lames et la perfection du geste (qui existe aussi avec les armes à feu ;-) ) mais tu es réaliste.
      Pour moi, peu importe l'outil: J'espère ne jamais donner la mort à qui que ce soit, But ... don't tread on me or my family ...

      Supprimer
    2. J'aime tellement mieux les animaux que les gens pourtant j'ai tué des animaux pour me nourrir .
      Donc " en etat de legitime defence ",meme si tu detèste et meprise ta "victime " qui t'a agressée ,garde toit bien de la torturer ,car c'est un acte de barbarie qui peut tenter bien des victime d'agressions ,mais couter trés chèr ,je crois si c'est prouvé . ;-)
      Je ne vois pas ce qu'il y a de mal a defendre sa vie par tous les moyens ?
      A moins que cela soit de la culpabilisation bien mal placée,je crois ?
      Cèrte les bandits se savent bien protégés et savent souvent assez bien jusqu'ou ne pas aller trop loin pour ne pas prendre trop de risques pour eux ,mais dés lors qu'ils sont armés, je ne vois pas quelle loi ,quelle morale ,pourrtait les protégéer , si non les injustices iniques qui rapportent beaucoup de fric aux "mafias" ,encore une fois ? :-D
      Bye.

      Supprimer
    3. Salut,

      Je suis un peu comme toi Fm, j'aime les armes blanches. Je pratique un art martial basé sur des armes blanches, et j'ai déjà fait du tir à l'arc (un peu de compétition aussi)... mais :

      - à 3 heures du matin (pour reprendre le scénario préféré de Volwest) :
      + comment je fais avec mon arc dans ma chambre à coucher ?
      + le temps que je le monte, ce sera trop tard. Comment le bander sans être géné ?
      + si je ne suis pas là, aucun des mes proches ne sais l'utiliser à ma place..
      + quid de l'aspect dissuasion ?
      + Avec un couteau, la distance est faible, l'exposition don élevée. De plus pour être efficace, il faut savoir s'en servir
      + Avec une épée / sabre, idem
      + Avec une arme d'hast, il est difficile de s'en servir en intérieur, de manière efficace.. si ce n'est pour tenir à distance

      Pour toute ces raisons, l'arme à feu est à privilégier mais :

      - Je ne me vois pas dormir avec une arme chargée à mes côtés :
      + risque d'accident en cas de fausse manoeuvre
      + risque pour mes enfants (je ne sais pas comment je réagirais si un de mes enfants se blessait ou pire, avec une de mes (hypothétiques) armes à feu).. même si l'éducation de l'aspect "dangereux" de l'arme était faite
      - Si l'arme est passivée, il faut du temps pour :
      + ouvrir le coffre fort avec l'arme
      + soit la remonter (cas d'un fusil de chasse par exemple)
      + soit remonter la culasse
      + soit retirer le vérou de ponté
      + soit retirer le cadenas de culasse
      + ouvrir la boite fermée avec les munitions
      + charger les munitions..

      autant dire que, à moins d'être préparé, ou à moins d'accepter certains risques, ce n'est pas l'idéal non plus, mais :

      - n'importe qui peut l'utiliser
      - la distance n'est limité que par le champs visuel (dans le domicile)
      - l'aspect dissuasif est plus important.

      Bref, le seul système parfait et celui qui éviterai l'agression... je ne le connais pas encore :D

      ++ bonne journée

      Supprimer
  11. L'abbé, VolWest,

    Cet article et la vidéo qui l'accompagne sont simplement le reflet d'une triste réalité. Les différents faits divers que relate l'article de l'abbé illustrent bien se que certains prédateurs sont capables de faire. Et comme le dit Volwest dans la vidéo, NOUS SOMMES DANS UNE SITUATION NORMALE ! TOUS NOS SYSTÈMES DE SUPPORT FONCTIONNENT ! Que se passerait-il si la situation venait à se dégrader ? Je rejoins donc L’abbé et VolWest quand ils disent que c'est au citoyen d'assurer la protection de son clan dans une situation dégradée. En ce qui me concerne, j'ai mon permis de chasser et je suis membre d'un club de tir. Je possède un Benelli Cal 12 Semi - automatique en trois coup (limitation de la législation française). De plus et dans quelques mois, je pense investir un peu d'argent dans un Glock 21 en 45 ACP + le matériel de rechargement. A ce propos, je vous recommande l'ouvrage de René MALFATI "Manuel de rechargement". Cet ouvrage est la "Bible" du rechargement pour nous autres français. Il est très clair et donne les tables de rechargement pour presque la totalité des calibres.

    Pour en revenir à l'article et à la vidéo. Et même si l'idée me répugne, posséder et utiliser, quand ma famille ou moi sommes en danger, une arme à feu c'est n'est plus possibilité, mais une nécessité...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense tout de meme que la normalité est pour nombre de travailleurs fortement degradée,mais cette situation est diluée dans ce qui rèste de stable ?
      Le chomage repart a la hausse et de plus en plus de gens n'ont plus leur place dans sette société de consommation ou tout s'achète de plus en plus chèr ?
      Les gens a la rue, sont depuis un an ou deux ,de plus en plus nombreux et ce n'est peut etre pas l'indulgence des nantis qui vat donner a croire que les exclus ne sont pas des gens qui n'ont souvent plus rien a pèrdre ,s'ils ne peuvent pas se reconvèrtir dans une autre activité . :-D
      La tolerence, ne fait pas parti des qualité des nantis ,je crois .
      Les préposés au sèrvice d'ordre de plus sanctionent souvent en priorité ces gens exclus (vieilles voitures)ce qui ajoute encore au "tous ensemble" de façade,pour les spolier plus encore .
      Là dessus le sèrvice d'ordre "s'etone" (lol) de vor la violence augmenter ?:-D

      Nombre de reconvèrtions se font dans le banditisme ,dans la criminalité,ce qui est illégale ,je crois ? :-D
      ETC.......................................
      Bye.

      Supprimer
  12. Je pense que la défense personnelle est un acte si naturel, si fondamental, que lorsque les conditions sont réunies et que le choix est pris, l'acte ne doit souffrir d'aucune contrainte.

    Après y a les emmerdes judiciaires mais c'est un autre débat. Et puis dites vous bien une chose : les juges décident avec leurs préjugés avant même de connaître les détails de l'affaire. S'ils veulent vous planter (et en tant que personne vous ayant fait justice à vous même, il voudra vous planter), ils trouveront un moyen d'interpréter les faits et de les présenter pour justifier votre condamnation.

    Les exemples ne manquent pas, bien au contraire.

    Ce combat là étant de toutes façons et malheureusement perdu d'avance, focalisez sur l'urgence.

    De toutes façons, si jamais la situation devait avoir à se présenter, je doute qu'on ait autre chose à l'esprit que l'instant présent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...Merci à VolWest pour l'efficacité chronique des propos.
      Merci aussi à Magatorque pour la franchise sur la situation en France.
      @+ KerKallog

      Supprimer
    2. Bravo @ Guillaume pour cette trés bonne definition de "la justice " :-D

      Supprimer
  13. Le survivalisme tel que vous le vivez, est une partie des causes qui produisent les effets contre lesquels vous vous protégez.

    Si vous dépensiez en mobilisations populaires et entrepreneuriales, une partie des ressources que vous allouez au survivalisme, nous pourrions faire échec aux effets contre lesquels le survivalisme se protège.

    S'il y a dissuasion nucléaire, c'est qu'il y a équilibre de la terreur, s'il y a équilibre de la terre, c'est que statistiquement cet équilibre sera un jour rompu !

    Idem pour l'arme à feu.

    Les solutions survivalistes sont donc nécessaires mais limitées dans leurs effets.

    Si le gouvernement voulait vous nuire, quelles armes emploierait-il ?

    Il utiliserait des armes climatiques, des armes sismiques, des munitions à décharge électrique, des armes à ondes radios projetées, des drones armés, des ondes radios destructrices projetées par les téléphones portables ou antennes relais, il nous ferait porter des micro puces sous-cutanées, il supprimerait le secret bancaire (partiellement déjà fait) et il supprimerait l’argent liquide (en voie d’accomplissement en Europe à cause de l’euro) etc.

    Demain, avec les progrès de la science, tout individu pourra produire l'équivalent en puissance d'une bombe atomique.

    Vous aurez beau posséder une arme dans un bunker, que ferez-vous face à une arme électromagnétique qui vous grillera à l'intérieur sans même qu'on ai à vous faire sortir ? Que ferez-vous si dehors tout est polluer, empoisonné ou irradié pour les 200 000 ans qui viennent (plutonium) ? Ces armes sont déjà déployées et employées au combat.

    Que ferez-vous face à un simple étudiant en physique qui sait produire une arme proliférante équivalente à une arme atomique, avec un peu de savoir faire, quelques milliers d'euros et du matériel de ferrailleur ?

    Ces armes sont aujourd’hui dans les laboratoires de nos armées, demain elles seront dans nos rues.

    Quelle conclusion s'impose ?

    Si les Hommes ne gagnent pas en sagesse, l'espèce humaine ne passera pas le 21ème siècle.

    A ce niveau technologique, la protection ne peut plus être matérielle, elle ne peut-être que civilisationnelle et l’arme atomique n’est plus une protection, elle devient une menace.

    La première protection, c'est le mouvement des peuples pour tendre vers des objectifs communs, c’est donc aussi, la démocratie semi directe.

    C'est la raison pour laquelle nous n'avons rien à craindre des extraterrestres, s'ils maîtrisent les voyages interstellaires, c'est qu'ils sont déjà doués de la sagesse nécessaire pour gérer l'existence d'armes de destruction massives, bon marché et proliférantes, sans s’autodétruire.

    La première protection du survivaliste, c'est donc l'église au milieu du village, la vertu, l'exigence, une haute moralité, la conversion, le syncrétisme, l'hospitalité, l'engagement politique, l'entrepreneuriat, le réseau social citoyen et militant.

    Posséder une arme est nécessaire, mais l'efficacité de cette solution est limitée et sur le moyen terme elle est vouée à l'échec.

    Créer une pression électorale pour obtenir le droit de porter une arme c’est bien, militer pour faire fermer les centrales nucléaires ou prohiber les armes climatiques…, c’est plus efficace.

    Pour gagner une guerre, il ne faut pas avoir à la livrer, si malgré tout vous êtes contraint de la mener, vous ne la gagnerez pas avec un bouclier.

    Le survivalisme tel que vous le vivez, n'est que le bouclier, rien d'autre, il lui manque la vertu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas à qui tu parles mais ce n'est sûrement pas à moi, je suis un survivaliste armé (comme tout survivaliste qui se respecte) et je participe à la mobilisation anti-nucléaire (quand ça se passe dans mon coin). :-) Pendant les semaines précédents la Chaîne humaine en début d'année, je faisais même de la pub en tête de mon blog !

      Je comprends tout à fait tes remarques. Certains ne VEULENT pas voir l'éventualité que tu nous présentes. Mais il y a des choses sur lesquelles nous n'avons pas d'emprise malheureusement.

      Le fait est que le peuple n'a aucun pouvoir s'il ne se bouge pas par MILLIONS dans la rue, et encore. Ce n'est pas ce que j'appelle de la démocratie, tout au plus une république mi-banane, mi-ananas (ou mangue, selon les goûts de chacun).

      Ainsi il faut tout autant travailler à la mobilisation et la préparation, cette dernière étant une assurance en cas d'échec de la première. Mieux vaut-il être assuré(e) ou être nu(e) devant l'adversité ?

      Supprimer
    2. En gros la reponse reside dans l'arnaque des plus nuls, comme d'hab ?:-D
      Les sèctes sont ausi crimunelles que les autres.
      Meci bien lukyluc.

      Supprimer
    3. Pour moi Dieu n'existe pas, et les prêcheurs de "vertu" sont les amis de l'inquisition.

      Quand au "réseau social citoyen et militant" non merci, car être citoyen c'est des devoirs.

      La Grèce antique est à l'origine de la citoyenneté moderne, et Sparte requérait de tous ses citoyens de nouer une relation pédérastique.

      Supprimer
    4. Salut,

      Je préfére prendre le commentaire de base au second degré et bien rigoler... en effet :

      - Vous prônez tout un tât de vertu.. la haute moralité... etc.. n'avez vous jamais rencontré des personnes étant extrêmement dévot, et pourtant trés peu charitable / sincére etc.. ? Personnellement, je préfére assumer mes défauts plutôt que de prétendre plus que je ne suis.

      - Pour vous l'engagement politique / citoyen se côtoient.. pour moi la politique c'est une soupe indigeste faite par des "élites", afin de pouvoir faire mains basse sur des postes trés (trop) bien rémunéré, le tout avec un vision n'excédant pas la durée du mandat. Quand à l'engagement citoyen.. il est limité par le manque de civisme de certain.

      - Enfin, concernant le nucléaire... c'est bien de vouloir arrêter les centrales, mais, que mettre à la place... personnellement, je ne vois aucune solution réaliste et durable à l'heure actuelle.

      Bonne journée

      Supprimer
    5. J'ai publié par 2 fois mon commentaire, mais il ne parait pas, il y a visiblement un bug sur le site.

      Volwest, si tu peux jeter un oeil...

      Amicalement.

      Supprimer
    6. Note : j'ai eu le même problème ce matin..

      Supprimer
    7. Je ne pense pas que le terme d'équilibre de la terreur soit adapté au problème, car il induit effectivement un sentiment que l'équilibre peut être facilement rompu, et que donc cette politique n'est pas viable.
      J'aurais plutôt tendance à parler de coût d'opportunité. L'URSS savait pertinemment que le coût d'une attaque nucléaire sur les USA était trop élevé, la réciproque étant vraie également. Faut-il pour autant en déduire que l'arsenal nucléaire de chacune des deux puissances était équivalent? Ou plutôt qu'il y en avait "assez" pour faire très mal?

      Ramené au problème de la défense personnelle, si l'agresseur potentiel sait qu'il est attendu derrière la porte par un type armé d'un cal. 12 a deux coups, il réfléchira à deux fois avant d'entrer, quand bien même il serait équipé d'une arme de guerre façon hollywood avec 10 min. de tir ininterrompu dans le chargeur.

      Le fait d'être plus / mieux armé ne l'empêchera pas de se prendre un coup de chevrotine dans les gencives, et s'il a réussi à ne connecter ne seraient-ce que deux neurones, il y a fort à parier qu'il en aura conscience. Il en viendra donc au calcul du coût d'opportunité, qu'il refera avec d'autres données de bases. L'agression ne sera pas évitée à coup sûr, mais sa probabilité sera moindre...

      Supprimer
    8. (Je vais tenter de découper mon commentaire, on verra s’il passe ainsi par delà le bug.)

      Chers amis,

      Il faut sortir des paradigmes actuels.

      Nous avons socialement besoin de quelque chose qui permette une auto surveillance des individus de la communauté entre eux et la construction d'une relation de confiance entre ces mêmes individus, cela ressemblerait à une église au milieu du village.

      Les technologies qui existent aujourd'hui dans les laboratoires militaires sont telles, que les armes ne servent plus à rien, que le concept même de guerre est obsolète, car ces armes sont si destructrices et si facile à produire, que tout équilibre de la terreur est désormais impossible, à tous les niveaux.

      Tout individu ou tout groupe d'individus, pourra demain à lui seul disposer de la technologie pour détruire le monde, lorsque cette connaissance incroyablement accessible, sortira des laboratoires militaires.

      Il faut donc pour s'adapter à cette nouvelle réalité, de nouvelles armes et ces nouvelles armes, ne sont que le réseau social, ces nouvelles armes, c'est quelque chose qui ressemblerait à une église au milieu du village, c'est quelque chose qui ressemblerait même à une globalité de villages souverains, chacun sous démocratie directe, où chacun veillerait sur chacun, ou chacun veillera à ce que chacun assume ses responsabilités et peu importe que vous croyez ou non en dieu, où chacun irait dans quelque chose qui ressemblerait à une église, pour démontrer aux autres, son pacifisme, son constructivisme…

      Le rapport de force qui s’établissait depuis des milliers d’années à l’avantage de celui qui est armé, est désormais impossible, car le camps d’en face, comme vous, possédera des armes proliférantes de destruction massives, de telle sorte que s’il les utilise contre vous, vous n’aurez aucun moyen de riposter.

      C’est la raison pour laquelle le gouvernement mondial veut implanter une micro puce sous-cutanée à terme obligatoire pour tous les individus humains sur terre, une puce qui trace vos déplacements, vos agissements et qui vous servira de carte de crédit après la suppression de l’argent liquide, pour espionner vos dépenses et ainsi veiller à ce que vous n’achetiez pas chez le ferrailleur ou en quincaillerie, les composants qui ensemble vous permettraient de fabriquer ces armes bon marchés de destruction massive.

      Contrairement aux micros puce sous-cutanées, quelque chose qui ressemblerait à une église au milieu du village, nous protégerait, sans pour autant nuire à nos libertés fondamentales, ni octroyer au gouvernement mondial un droit de vie ou de mort sur nos familles.

      Supprimer
    9. -
      (Suite)

      Ceux qui choisissent de mourir par le nucléaire plutôt que de manquer d’électricité, n’ont pas le droit d’imposer ce choix à tous.

      Nous entrevoyons dans les laboratoires militaires une technologie qui nous permettrait de produire de l’électricité illimité, sans radioactivité et bon marché, mais c’est avec cette même technologie que tout un chacun demain pourra fabriquer des armes aussi puissante qu’une bombe atomique.

      De même, nous entrevoyons la possibilité à terme, avec une autre technologie, de guérir les cancers, le sida etc., mais avec cette même technologie, on pourra aussi prendre le contrôle de groupes humains entier en agissant sur le cerveau ou nous pourrons aussi sélectivement décimer des races entières.

      Vous voyez donc bien que la technologie ne peut venir qu’en récompense de la sagesse des Hommes et qu’en l’état actuel du réseau social humain sur terre, toutes ces technologies pour prometteuses qu’elles soient, nous autodétruiraient.

      Il faut donc commencer par apprendre l’ascétisme, peut-être par manquer un peu d’électricité après un arrêt immédiat du nucléaire, pour que nous puissions un jour avec plus de sagesse, maîtriser toutes ces technologies à double tranchant, qui alors produiront toute l’énergie dont nous aurons besoin.

      Supprimer
    10. Votre ordinateur fonctionne avec quoi ?
      Le serveur qui l'héberge fonctionne avec quoi ?
      Les relais fonctionnent avec quoi ?
      Etc ...

      On peut arrêter le nucléaire, c'est simplement une question de demande.

      Et faut arrêter avec vos théories.
      Sinon les chinois du FBI vont remonter jusqu'à vous et venir frapper à votre porte ... ;)

      Supprimer
    11. Cher Guillaume,

      Je crois vous avoir donné des arguments rationnels qui s'opposent à l'absence des vôtres ainsi qu'à la propagande dont vous êtes victime.

      Vous ne verrez jamais aucun physicien vous expliquez cela à la TV, ni même sur internet, car les physiciens qui le font, finissent avec une balle entre les deux yeux, comme le professeur Aleksandrov assassiné à Madrid, qui n'est qu'un parmi une longue liste de morts qui ne cesse de croitre.

      Les centrales nucléaires ne servent pas à produire de l'électricité, mais elles servent à produire du plutonium (200 000 ans d'existence et un micro gramme ingéré est suffisant pour tuer un Homme) pour fabriquer des armes atomiques.

      Ils ont simplement rajouté une bouilloire par dessus le générateur pour faire de la vapeur et ainsi faire tourner des turbines pour faire de l'électricité, simplement pour rendre la production du plutonium et le développement des armes atomiques, socialement plus acceptable pour le peuple.

      Une centrale nucléaire n'est donc qu'une machine à vapeur et comme toute machine à vapeur, de temps en temps elles explosent inévitablement, à ceci près que lorsqu'un train à vapeur explose, il ne contamine pas des milliers de kilomètres au plutonium pour les 200 000 ans qui viennent.

      Grâce à cette industrie les Russes ont tiré la "Tsar Bomba", la plus grosse bombe atomique jamais tirée sur terre, qui détruisit tout sur un rayon de 1000KM et dont la colonne de feu monta jusqu'à 250km dans les airs, donc jusque dans l'espace, puisque l'atmosphère terrestre fait 80KM d'épaisseur.

      Grâce à cela les moscovites aujourd'hui ont en moyenne tous des problèmes de prostate à partir de 25 ans et si vous révélez le nombre de cancers induits, vous vous prenez une balle dans la tête...

      Les USA sont plus subtils, pour occulter les maladies engendrée par le nucléaire aux USA, ils ont inventé les maladies psychiatriques, si vous avez une leucémie, c'est parce que vous avez peur du nucléaire, mais cela n'a rien à voir avec Three miles Island ou les essais atomiques en zone 51... ou dans le Montana...

      Les USA firent ensuite exploser Hiroshima et Nagazaki pour défier les russes et leur Tsar Bomba produite en série.

      Ils produisent en série des armes qui peuvent anéantir l'humanité !

      Tous les pays qui possèdent une centrale nucléaire, en moins de 10 ans possèdent l'arme atomique, car une centrale nucléaire est une technologie conçue pour produire du plutonium, rien d'autre.

      Il convient donc pour les peuples, d'établir des tribunaux populaires où juger pour mise en danger de la vie d'autrui et crime contre l'humanité, toute l'industrie militaro-nucléariste.

      Supprimer
    12. ps :

      Je vous conseil cette autre preuve et l'ouvrage de cet Homme, qui lui risque sa peau réellement, pour sauver la notre :

      http://www.enquete-debat.fr/archives/yves-lenoir-avec-4e-nous-assurons-une-cure-de-3-semaines-pour-un-enfant-contamine-51333

      Supprimer
    13. Cool je vais de ce pas voir mes potes dans ma voiture électrique pour qu'on se mobilise sur nos ordinateurs électriques et qu'on envoie sur les serveurs électriques des pétitions virtuelles électriques.
      En passant je m'arrêterai manger un truc vite fait, fabriqué avec des machines électriques, conservé dans des frigos électriques et cuit dans un four électrique.
      M'enfin le transport est assuré par camion donc tout va bien (enfoirés de pollueurs).
      C'est ça ou "je me prend une balle dans la tête" :)

      Question : pourquoi tu viens nous prendre la tête à NOUS qui tendons vers un mode de vie moins gourmand en électricité ?

      Supprimer
  14. Analyse pertinente. Mais "prier" n'arrête pas les balles. En tout cas débat très interressant.

    RépondreSupprimer
  15. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut à tous,
      L'homme n'a jamais eu besoin d'une arme à feu pour se venger ou péter un plomb. Un gourdin, un hache, un couteau de cuisine, une machette (même au 21ème siècle) etc...

      Je suis convaincu par le discours sur la possession d'une arme pour la défense perso en cas de rupture de la normalité. Mais j'ai quelques craintes/questions.
      Ce qui me gène c'est que les "méchants" n'ont pas besoin d'adhérer à un club de tir ou de passer le permis de chasse pour avoir une arme, et ce ne sera pas le 12 de papy mais plutôt du gros calibre, voire des armes de guerres, inaccessibles au commun des mortels avec une licence de tir ou de chasse.
      Autre chose qui me gène, c'est le fait d'avoir une arme à feu et qu'elle se retourne contre moi, ou qu'on me cambriole et la vole.
      Dans le fichage, qui me dit qu'il n'existe pas d'armuriers véreux ou de mec à la préfecture qui revendent (ou donnent sous la menace) la liste des détenteurs d'armes ? Quand on voit la sécurité informatique des sites de l'état... ça fait peur. Un bon hacker agissant pour de mauvaises personnes/organisation, a accès à ce qu'il veut.

      Voilà. Plus de questions que de réponses...

      Supprimer
  16. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le nombre d'armes est limité ? Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu c'est ça ? :-D
      Des estimations grossières donnent une moyenne de 10 millions d'armes en état de fonctionner en France (voir même le double). Bien sûr cela ne veut pas dire qu'il y a 10 millions de personnes armées car ceux qui en ont peuvent en avoir plusieurs.
      La probabilité de faire face à une personne armée en K2KK est donc non négligeable.
      La très grande majorité des morts par arme à feu en France sont des suicides. Malheureusement on ne compte pas les gens qui ont terminé handicapés après une agression à l'arme à feu.

      Si tu laisses partir le vilain qui t'as détroussée (voir doubleplus pire), tu ne rends pas service à ton voisin et à ton prochain en général. Sans pour autant vouloir lui retirer la vie, il faut lui faire passer l'envie de commettre des méfaits, de récidiver. La justice française est une usine à récidivistes et les prisons des écoles à hors-la-loi.
      Si tu saisis une fourmi, elle te balance de l'acide, elle ne va pas attendre qu'une acolyte passe pour lui demander de ramener ses copines.

      Comme dit FerFAL, la simple vue d'une arme à feu met souvent fin à un début de conflit. Pas fous les vilains.

      Supprimer
  17. Bof, les vilains s'adaptent. Si le nombre d'armes à feu augmente, le nombre d'agresseurs armés et de cambrioleurs armés va aussi augmenter.
    C'est une erreur de croire qu'un outil, une arme à feu en l’occurrence, va résoudre tous les problèmes.

    L'agresseur s'adapte à sa victime. Je connais bien un pays d'Asie où les cambrioleurs ont de grandes chances d'être sévèrement battus voire lynchés s'ils sont attrapés par les habitants du coin. Alors qu'en France un cambrioleur aura plutôt tendance à s'enfuir s'il est surpris, là bas il cherche souvent à empêcher le proprio de donner l'alerte avec quelques coups de couteau...Tout ça pour dire que toute évolution à un impact qu'il faut bien mesurer.
    Si on généralise l'usage des armes, on va modifier les formes de délinquance et aller vers plus de violence.
    Assis dans son fauteuil, il est facile de se faire des films mais dans la réalité il est difficile psychologiquement de tirer sur quelqu'un pour le tuer.
    Entre un voyou prêt à tout et monsieur tout le monde, qui aura le moins de scrupules à faire usage de son arme?

    La seule fois où je me suis fais avoir, les agresseurs étaient une dizaine et utilisaient un faux taxi collectif (c'était à l'étranger). Avoir une arme ne m’aurait servi à rien car ils étaient trop proches et trop nombreux. Par contre comme je n'avait pas grand chose de valeur sur moi, il ne m'ont rien pris et m'ont laissé repartir car ce n'était pas rentable pour eux d'avoir une victime (ou un corps) sur les bras pour se partager l'équivalent de vingt euros à 10. Si j'avait été plus attentif et plus malin j’aurai vu que leur véhicule était bizarre et je ne serait pas monté dedans.
    Le meilleur outil anti-agression reste donc pour moi celui qu'on a entre les deux oreilles...

    RépondreSupprimer
  18. Pourquoi Abbé ? c'est un pseudo ? à l’époque de bayard il n'y avait que très peu de paysan dans les armées sinon ils auraient mangé des cailloux c’était principalement des mercenaires donc du métier :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi Abbé ? peut-être car c'est le "Time Of The Preacher"
      Désolée je n'ai pas pu m'en empècher (sourire)
      J'aime vraiment beaucoup Johnny Cash :)

      Supprimer
    2. "- Alors l'abbé, on sort à découvert...
      - Et ça, mécréant, c'est une auréole ?"
      Dobermann

      Ce pseudo me fait penser à ce personnage mais cela n'a peut-être rien à voir !

      Supprimer
    3. "... il a rejoint le paradis des hommes sans tête ! "

      Dobermann toujours ;-)

      Supprimer
  19. Juste merci pour cet article. Merci.

    RépondreSupprimer
  20. Salut Volwest, salut l'abbé !! merci pour cet article et les conseils toujours plus pertinent !
    je ne suis pas contre les armes à feu, et je pense même passer le cap, en m'inscrivant dans un club l'année prochaine, mais je suis en désaccord avec votre vision des armes blanches et les armes de jet type arc et arbalètes.
    je ne souhaite pas les reléguer au rang des "boules de pétanques" :-).
    Elle me semble adaptée à la protection personnelle, même si elles ne sont pas adaptées en cas de guerre (Bosnie).
    Avec un peu d'entrainement, vous touchez votre cible aisément à une vingtaine de mètre (je serai curieux de connaitre la distance moyenne d'engagement avec une arme à feu) et avec une puissance suffisante pour tuer (on les utilise à la chasse). Elle envoie avec une célérité suffisante un projectile en ligne droite, qui correctement équipée (pointe de chasse), peut percer la peau d'un sanglier.
    Elle sont difficiles à manier dans un espace réduit, j'en conviens, elle nécessite un temps de réarmement supérieure à une arme à feu, surtout en situtaion de stress, mais peuvent s'avérer aussi létales. je connais des indiens de par chez toi Volwest qui ont donné du fil à retordre à des hommes équipés d'arme de poing à 6 coups et et de carabines à répétition... les exemples ne manquent pas dans l'histoire, ou des hommes armés sommairement ont vaincu des forces mieux équipées... Bon ok, ils ont laissé du monde sur le terrain :-)
    Mon objectif n'est pas de dire les armes à feu sont moins efficaces et moins pertinentes que les armes blanches, loin de moi cette idée ! ... mais elles sont un intermédiaire acceptable et aisément accessible.

    Par ailleurs, dans la verte, le couteau de survie, c'est celui que j'ai sur moi... "je n'ai qu'un couteau suisse, pas une machette, soit... je vais devoir faire avec". "Un type rentre chez moi le soir venu, je n'ai qu'une batte de base ball pour défendre ma safe zone... soit ! je vais devoir faire avec !".
    L'esprit compte à mon sens autant, voire plus que l'outil. Une arbalète ou un arc dans les mains d'une personne bien entrainée, sera plus efficace qu'un glock dans les mains d'une personne terrorisée.

    prenez soin de vous !

    Campeur

    RépondreSupprimer
  21. Un petit bémol : il n'y a pas que l'Etat qui s'occupe des citoyens. Il y a aussi les fonctionnaires des collectivités territoriales.
    "Fonctionnaire" le mot détesté des brutes et des voyous. :D


    "Si vous dépensiez en mobilisations populaires et entrepreneuriales, une partie des ressources que vous allouez au survivalisme, nous pourrions faire échec aux effets contre lesquels le survivalisme se protège."

    Je suis plutôt d'accord. Volwest me semble un type honnête, mais son blog attire hélas des gens qui fantasment sur un retour à la loi de la jungle. Parce qu'en attendant un hypothétique "Mad Max" en vrai, il faudrait déjà se bouger à améliorer le monde. Mais tout le monde, à commencer par des dirigeants politiques lâches, baisse la tête en pleurant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lucky luke et vous aimez bien les généralités...

      Je ne vois pas pourquoi la prévoyance serait antagoniste de l'esprit d'initiative ?
      Vous voulez une mobilisation populaire... Volwest en créé une sur son blog...
      Quand à la citation de "Mad Max"... ne seriez-vous pas victime de "l'information" M6 / TF1... ça peut faire du bien d'ouvrir les yeux... je vous assure


      Pour finir... ça me fait rire de voir que pour vous les mobilisations populaires se résument à des marches contre l'énergie nucléaire... Vous proposez quelle solution à la place de cette énergie ?

      - Le charbon : ça pollue, et pas seulement par le CO² mais aussi par les métaux lourd et autres joyeuseté (à lire :
      http://effetsdeterre.fr/2009/04/09/un-voile-leve-sur-la-radioactivite-du-charbon-et-des-engrais/
      )
      - les éoliennes : bon alors on allume les PCs que quand il y a du vent... mais pas de trop (A lire :
      http://www.les-energies-renouvelables.eu/fr/avantages-et-inconvenients-de-lenergie-eolienne.html
      )

      - les panneaux solaires : on ne travaille que par jour de grand soleil.. ou alors on utilise des batteries au plomb ou au lithium ?

      - les centrales solaires : il faut déjà attendre quelles soient au point (donc on éteind les PC en attendant), et puis après ? quelle retour ? combien de temps pour les déployer ? où ? au vues des études déjà menée, ce sera dans les pays fortement ensoleillé... donc pas en France... donc il faudra importer

      - l'hydro électricité : en théorie, toute cette ressource est déjà utilisée en France.. à un prix élevée (inondation de terre, modification de l'état des riviéres etc..)

      - la marée motrice : pourquoi pas... enfin, ce ne doit pas être si efficace / maintenable que ça, vue le nombre en France

      - J'oubliais... gaz et pétrole...

      Bonne journée, et merci Volwest et l'Abbé pour votre sujet.

      Désolé pour le HS sur l'énergie.. Je n'ai aucun liens avec les sites cité..

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Cher Chani_tth :

      Je travail pour un fonds d'investissement.

      Ils m'ont demandé d'étudier l'industrie nucléaire pour déterminer s'il était judicieux ou non d'investir sur ces marchés.

      Avant cette étude, je partageais votre opinion et comme le bon peuple, je soutenais l'industrie nucléaire.

      Après ce travail, j'en conclu avec effroi, qu'il s'agit d'une mafia de psychopathes, qui vont nous mener à la fin du monde si on ne met pas très rapidement un terme au nucléaire, sous toutes ses formes.

      J'ai rendu mon rapport à mon employeur, j'ai reçu une promotion pour cela et je suis maintenant spécialisé sur les questions énergétiques.

      En sommes, ce que vous dites, c'est, "plutôt mourir que de manquer d'électricité".

      C'est une religion, le scientisme.

      C'est croire que la science est un progrès.

      Je ne suis pour ma part, plus du tout certain que la science soit un progrès, raison pour laquelle j'ai complètement changé ma vie et que je m'intéresse au survivalisme.

      Je ne sais pas quels arguments je peux commencer par vous donner.

      - Lors de Chernobyl ils voulaient jeter une bombe atomique sur la centrale pour récupérer le coeur fondu du réacteur, ils envoyaient des trains pour évacuer toute la population sur 300km.

      - Lors de la tempête de 1999 la centrale du Balayais en France a manqué exploser, ses pompes de refroidissement étaient toutes noyées.

      - A Limoge en France l'eau du robinet est radioactive, à cause d'une mine d'uranium en amont et à terme 1/4 de la France devrait être contaminée pour les 200 000 ans qui viennent.

      - On commence à retrouver du plutonium dans les algues à 40km des côtés Californiennes, à cause de Fukushima... En conséquence pour les 200 000 ans qui viennent, il faut cesser de consommer du poisson provenant de l'océan Pacifique.

      - On risque en ce moment même 50 fois Chernobyl sur Fukushima...

      Etc.

      Bref, c'est vraiment à ce tirer une balle pareille réalité, raison pour laquelle les promoteurs du nucléaire préfèrent l'aveuglement et l'argent.

      Solution :

      Militantisme antinucléaire + légitime défense politique contre le nucléaire + émigrer dans l'hémisphère Sud.

      Supprimer
    4. 'En sommes, ce que vous dites, c'est, "plutôt mourir que de manquer d'électricité".'

      Non, je n'ai jamais dis ça mais, faisons une analyse des risques rapide, si nous n'avons plus d'électricité :

      - C'est au moins l'ensemble de la population (- certain qui seront prêt) Française qui n'a plus :
      + De lumière
      + De chauffage (hors bois pur, càd pas une chaudière)
      + D'eau chaude
      + De moyen de garder de la nourriture
      + De moyen de payer
      + De communiquer
      - C'est avoir une autonomie en carburant proche de 0
      - C'est oublier les supermarchés..... etc, etc....
      - mais aussi plus d'économie, d'industrie, de soins, de supports... la mort d'un pays.

      Donc, oui, pour moi, l'électricité est une des ressources stratégiques, et avant de s'enflammer et de fermer la filière nucléaire à la va-vite, il faut mettre en place une solution "propre" et durable.

      Enfin, le nucléaire n'est clairement pas tout net, et c'est certainement ces travers qui signeront sa fin... mais comme partout, le drame c'est que tout en haut... ce sont des financiers qui dirigent, et qui ne voient que leurs profits... (ça n'engage que mon opinion :D).

      Sur ce, bonne journée

      Supprimer
    5. Cher Chani,

      Communiquons nous dans la même langue ?

      50 fois Chernobyl, c'est la fin du monde, rien d'autre et c'est ce que nous risquons sur Fukushima en ce moment même et sur toute piscine de plutonium partout dans le monde, mais surtout dans l'hémisphère Nord.

      Putain, excusez moi cette vulgarité, mais là, on fait quoi, on met les terriens dans un asile de fous ?

      Vous vous rendez compte que vos schémas mentaux sont tellement endoctrinés que vous parvenez à me sortir sans broncher, qu'on peut accepter un risque de fin du monde pour produire même pas 11% de l'électricité mondiale ce qui représente tout juste 2% de l'énergie mondiale totale consommée ?

      Ne cherchez pas, les extraterrestres n'ont même pas envie de nous connaitre, les terriens sont atteints d'une pathologie psychiatrique trop lourde et ils ne passeront pas le 21ème siècle à ce rythme.

      Supprimer
    6. Et oui... je sais, je suis borné, stupide, et endoctriné.... mais c'est pas grave... je me soigne.

      Je vous laisse avoir raison tout seul... mais tant que vous y êtes s'il n'y a aucune solution, que tout va péter.. pourquoi espérer survivre.

      sur ce bonne journée.

      Supprimer
    7. Cher Chani,

      Je ne souhaitais pas que tu réagisses ainsi, je m'excuse donc pour mon précédent commentaire, qui ne porte ainsi pas ses fruits.

      Dans un premier temps tu nie le risque et dans un second temps tu cède à la panique en concluant que tout est perdu.

      Tout n'est pas perdu, loin de là, même si la réalité nucléaire nécessite maintenant individuellement des actions survivalistes adaptées et collectivement des mobilisations populaires politiques, majeures.

      Take care.

      Supprimer
  22. Bonjour,

    Le point qui me chagrine lorsqu'on parle d'armes à feu et du survivalisme, c'est que personne ne parle de que faire quand il n'y a plus de cartouche (un tutoriel pour les faire soit même serait bienvenu, non?).

    Dans le même ordre d'idée c'est bien sympa un fusil mais si une pièce casse que faire si l'on n'est pas forgeron?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Quand y' en a plus, y' en a encore chez l'marchand !"
      Les cartouches peuvent être stockées pendant un certain avant de devenir inopérante, donc autant en avoir un maximum (conditionnées sous vide d'oxygène et au sec par exemple).
      Pour ce qui est de recharger, il y a une limite : les amorces sont difficiles à produire "maison", les douilles s'usent et la poudre est un mélange savant de produits raffinés.
      L'arme la plus durable dans cette perspective de pénurie est un fusil à silex.

      C'est une question très pertinente que tu poses Anna Dupont. 3 c'est 2, 2 c'est 1 et 1 c'est 0. En plus d'avoir des armes à feu, il faut avoir d'autres outils plus durables comme un arc ou une dague.

      Pour les pièces qui cassent, il faut stocker pareillement les éléments "fragiles" comme les ressorts, le percuteur ou les chargeurs.
      La forge fait partie des compétences utiles que tout survivaliste devrait pratiquer. Pour l'instant je n'en suis qu'à l'étape documentation mais j'espère bien pratiquer quand j'aurai fermé mon dossier "défense".

      Supprimer
    2. Bonjour Anna,

      Si la situation devient "tendue", n'espérez pas trouver la moindre cartouche chez un revendeur quelconque. Vous ne compterez que sur ce que vous possédez.
      C'est bien parce que l'objet sera devenu rare que vous calculerez les benefices de chaque coup tiré...et que vous vous abstiendrez souvent au regard d'autre solutions que le coup de feu.

      Un tutoriel sur le rechargement? Oubliez, cette discipline ne s'improvise pas et nous verrions fleurir un tas d'enormité plus grosse que ma tante Gertrude....

      De plus, vous ne trouverez pas plus les composants de rechargement que les cartouches manufacturées.

      Maintenant, sauf a tenir un siège, les situations ou vous aurez a tirer plus d'un millier de cartouche seront très rare.

      Si vous partez sur une bonne base en 22 LR et en calibre 12, vous tiendrez quelques années, le temps de la "renormalisation" ou de l'adaptation....et pour info, quelques bombinettes et cartouches de la seconde et premiere guerre pètent encore, enterrée et soumises aux intemperies.....ça, c'est pour la durée de vie.

      La casse des pièces.....ce n'est pas avec une forge que vous réparerez. Un set de pieces détachée(et encore) ,les plus usuelles, et le tour est joué...

      Si vous opérez un choix d'arme judicieux et que vous prévoyez l'alimentation de celles-ci par quelques milliers de cartouches, vous serez fort aise quand la bise surviendra...

      Bonne continuation


      Hijacker

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    4. D'accord avec Hijacker.
      Recharger implique de trouver des tas de produits de base différents pour obtenir un objet qu'on peut d'ores et déjà stocker dans des capacités importantes et à des prix relativement peu élevés.
      Or en cas d'évènement, ces produits vous n'y aurez plus accès. Vous aurez des douilles et de la poudre, quid de l'amorce. Zut, j'aurais du en acheter plus.
      Ou acheter plus de balles/cartouches directement ;)

      C'est plus de la passion ou une forme d'apprentissage qu'une mesure de précaution.

      Supprimer
  23. La violence appelle la violence et la surenchère ?

    Je ne suis pas statisticien. Tout ce que je veux c'est que si un jour ça pète, je ne me retrouve pas démuni. Ni en abri, ni en eau, ni en soins, ni en nourriture, ni en sécurité.

    En k2kk e vais pas le laisser agresser/dépouiller/violenter/tuer moi et/ou ma famille dans l'espoir que ma non violence entrainera un avenir meilleur.

    Et si certains préfèrent un arc et des flèches à un glock et quelques chargeurs de 17 cartouches parce que les indiens avaient des arcs ...

    Les indiens ont été agressé chez eux.
    Les indiens avaient des arcs, les agresseurs des armes à feu.
    Les indiens avaient des scrupules et des règles, les agresseurs n'en avaient pas.
    On connait la suite.

    Maintenant chacun est libre de suivre l'exemple qu'il veut ! ;)

    RépondreSupprimer
  24. Le gros défaut des armes à feux, c'est que ça demande un investissement financier et en temps important. Quand on aime ni le bruit des explosions, ni l'odeur de la poudre, c'est probablement beaucoup demander en temps ordinaire. En plus, en France, la possession d'une arme à feux implique des démarches administratives et un fichage. Avez-vous confiance en l'administration ?

    D'où ma question, quelles solutions alternatives à l'arme à feux ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alternative ? ... Un bunker. Et encore...
      Il ne peut pas y avoir " d'alternative " . Désolé pour ceux qui n'aiment pas le bruit et l'odeur.

      Supprimer
  25. entièrement d'accord avec toi l'ami Volwest.

    A+++

    marco.

    RépondreSupprimer
  26. La publication des commentaires bug, impossible d'y publier, cela fait 4 fois que j'essaie depuis 2 jours, là, je laisse tomber.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. par contre ce commentaire lui-même passe !

      Cela vient peut-être d'un problème au niveau des copier coller depuis Word ou d'une mauvaise analyse de la longueur du commentaire.

      Supprimer
    2. Ils sont lisible maintenant, idem avec mes commentaires ... un peu long :)

      Supprimer
  27. salut all

    l'abbé ne publierait-il pas des textes sur internet sous un autre pseudo genre Felix le chat ???
    son style m'y fait penser.

    A+++

    RépondreSupprimer
  28. pourquoi vouloir armé les gens , ya la police pour çà et si elle fait pas son boulot , lui botter le cul tout simplement , oui il faut possédé une arme a feu car quand je vois tout ces gens qui ne ferait pas le poids a main nue ou a la mélée je me dit qu'il m'en fau une pour pas me faire tuer par un lache , personnellement je me débrouille bien question combats rapproché et c'est souvent les gens qui sont fort phisiquement qui utilise le moins leurs atout alors tes reflexions sont fausses , je suis caisse et je me suis jamais servi de ma force contre une femme un viellard ou un malade c'edst plutot le gas compléxé par sa taille ou sa force qui va venir vouloire prouver qu'il est fort et les femmes avec des armes ont moins de pitié et de reflexion que les hommes , j'ai vu une femme tiré sur un gas sans le moindre scrupule alors arreter de dire des connerie , les ptite tapete qui formes des bande ne sont pas ce qui ont la domination physique surtout aujour'hui c'est plutot le contraire ce qui ont les muscle travaille dure et sont payer comme des pauvre ,c'est plutot le genre sarko ou hollande fiote de merde dans ce genre qui domine les autres et si t'est un abé ta une façon bizzard de serivr dieu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déjà un "salut" ferait pas de mal.

      Sinon…c'est juste du grand n'importe quoi ton message.
      Merci d'aller murir en silence dans un coin.

      Supprimer
  29. Excellent article qui mène à la réflexion de manière pragmatique :)

    Merci

    RépondreSupprimer