samedi 2 juin 2012

Le questionnaire de L'Abbé.



Le questionnaire ci-dessous a été pensé par l'ami L'Abbé
Il est intéressant, parce qu'il nous oblige a formuler certaines priorités, et a explorer, a l'exclusion de tout système de pensé dominant et de toute appartenance communautaire, ce que le survivalisme signifie pour vous.
Il n'y a pas ici de bonne ou de mauvaise réponse, celles-ci étant conditionnées par les compétences, les objectifs, les natures, les environnements et les moyens de chacun.
La longueur des réponses est libre, chacun peut apporter toutes les précisions qu'il juge nécessaire.
Aussi, nous vous invitons a répondre aux questions, et vous pouvez, sans pour autant dévoiler votre identité, préciser votre âge, votre sexe et votre région de résidence: urbain / rural.
(volwest / homme / 40 ans / les montagnes du Montana)
1 / Vous définiriez-vous comme "survivaliste" ? Si non, comment ?
Si un survivaliste est une personne qui se prépare a la fin du monde ou a toute autre catastrophe ou apocalypse…alors non…je ne me défini pas comme un survivaliste.
Si en revanche un survivaliste est une personne qui, au détour d'expériences et de réflexions, a prit conscience de la fragilité de notre univers…aussi bien sur le plan personnel que collectif…et que cette personne travaille des lors a renouer un lien avec certaines valeurs et démarches tournées vers une indépendance intelligente et raisonnée…alors oui, je suis un survivaliste.
2/ La démarche survivaliste est-elle une implication de chaque instant ou plutôt le moyen de réagir ponctuellement à une éventuelle crise ?
Ma démarche ne peut être qu'une implication de chaque instant. Si elle ne l'était pas, alors nous parlerions d'un geste, d'un élan ou d'une occasion, et non d'une manière d'évoluer, c'est a dire un regard particulier sur la totalité de notre champs d'influence.
3 / Dans vos expériences passées, dans les formations acquises, lesquelles vous ont été les plus utiles dans votre approche survivaliste ?
Il m'est difficile de focaliser sur quelques expériences en particulier…c'est une multitude d'éléments qui contribue a la germination d'une plante. Le microcosme du sol, la teneur en azote des plantes voisines, l'orientation, l'altitude, le climat…toutes ces choses sont importantes et utiles car tout est lié.
Sans doute que mon passage a l'armée aura contribué a de l'utile…ne serait-ce que pour comprendre ces axes immuables a la survie comme la discipline, le dépassement de soi, le respect, les rôles, l'entraide, les dynamiques de groupe, la cohésion, la camaraderie et l'endurance par exemple.

PEG - 1993
Bien sur, mon expatriation aux US, et donc l'inévitable transformation de fond au contact d'une culture fortement nouée avec des principes de liberté, d'indépendance, de résilience et d'autonomie, aura été une énorme influence sur mon parcourt survivaliste.
4 / Envisagez-vous dans l'avenir d'acquérir de nouvelles compétences ? Si oui, lesquelles ?
Bien sur…un survivaliste est un drogué, et sa drogue préférée est d'acquérir de nouvelles compétences et/ou connaissances…soit des outils ayant la capacité de nous offrir plus d'autonomie et d'indépendance.
Puisque nous venons de déménager (2010), j'ai encore beaucoup a apprendre de notre nouvelle région qui est totalement différente de notre désert du sud de la Californie ou nous avons vécu pendant plus de 16 ans.
"Apprendre la terre" est un énorme investissement…mais la récompense est pilier pour un survivaliste.
Cet apprentissage est très vaste: faune et flore bien sur, car je suis chasseur/cueilleur…mais aussi le nom et le tempérament de chaque montagne alentours, de chaque vallée, de chaque rivière. La culture propre a la région, la diversité agricole, le rythme des saisons…


Aussi, je suis nul en mécanique. J'ai toujours écarté cet univers en me disant que le pétrole allait quoi qu'il arrive devenir trop chère ou s'arrêter de couler pour que nos machines soient d'un avenir durable et donc d'un quelconque intérêt.
Mais quelques connaissances en mécaniques seraient bonnes a prendre…au delà des simples manipulations filtre/huile/roue/fusible/ampoule bien sur.
5 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez votre degré de préparation face aux risques que vous avez identifiés ? ( 1 : pas préparé, 10 parfaitement préparé ).
"9". Il est impossible d'être "parfaitement préparé" a quoi que ce soit. Les risques identifiés sont bien sur plus facile a anticiper, a gérer (ils sont connus et reconnus), mais les paramètres durant un événement sont tellement vastes, qu'il serait impossible de tout prévoir.
C'est la voiture qui casse, les menstruations de mon épouse, le chien qui aboie trop ou pas assez, mon inflammation au genou qui revient, un manque de solidité psychologique au mauvais moment, une petite hypoglycémie…
6 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez la probabilité que votre mode de vie actuel change sous l'effet d'un risque majeur ? ( 1 : peu de risque que mon mode de vie change, 10 : il est absolument inéluctable que mon mode de vie change ).
A question délicate, réponse délicate. Je vais dire 5.
Je remarque que nos modes de vie sont le plus souvent perturbés par des événements totalement "asymétriques", c'est a dire tombant sous la gouverne de la loi de Murphy.
C'est la perte de l'emploi, un accident de voiture, une maladie, une simple inondation, la perte d'un conjoint, une mauvaise glissade, un incendie chez le voisin qui se propage chez nous…les risques majeurs, tout du moins ce que je défini comme tel, sont eux plutôt rares: tsunami massif, éruption volcanique massive, pandémie, accident nucléaire, guerre mondiale etc…
D'un point de vue général…beaucoup de survivalistes focaliseront leur énergie sur ce genre de risques, car ceux-ci sont extrêmement visibles et source de fortes inquiétudes.


Cela ne veut bien évidement pas dire que ces risques ne sont pas légitimes ou qu'ils ne peuvent pas déstabiliser nos modes de vie du jour au lendemain, d'ailleurs les événements du Japon, notamment Fukushima, en sont la preuve récente, mais simplement qu'avant de nous pencher sur ces scénarios beaucoup plus lourds et anxiogènes, il nous faut réaliser que notre talon d'Achille est bien souvent la partie la plus oubliée de notre anatomie.
Cette réalisation est importante, car elle contribue directement a notre image…trop souvent caricaturée et construite sur cette peur de l'événement apocalyptique.
7 / Des risques que vous avez pu identifier, quel est celui que vous pensez avoir certainement à gérer dans l'avenir ?
Ils sont malheureusement nombreux !
Du simple cambriolage a l'accident de voiture en passant par l'effondrement de notre économie, des émeutes, des pénuries ou une rupture momentanée ou prolongée de nos systèmes de support (eau, nourriture, électricité, gaz, protection, distribution etc.), il me parait difficile aujourd'hui de pouvoir évoluer dans notre univers sans a un moment ou un autre tomber sur une problématique quelconque.


La bonne nouvelle, c'est que le survivaliste a compris que la plupart des problèmes auquel nous seront confrontés dans nos vies, peuvent être largement diminués voir écartés si nous créons et mettons en place une certaine distance entre soi et "la machine".
Cette distance, cette autonomie (physique mais aussi intellectuelle) est invariablement synonyme d'indépendance…et cette indépendance nous dirige toujours vers une manière de vivre plus cohérente, plus stable, plus saine, plus généreuse…et ceci même si il ne se passe jamais rien de catastrophique.
8 / La démarche survivaliste est-elle pour vous un stress ou un réconfort ?
Ni l'un ni l'autre.
Un stress signifierait que ma démarche se fonde sur une incohérence.
Un réconfort signifierait que ma démarche se fonde sur une compensation.
Je crois qu'il est nécessaire de comprendre que nos actions ne devraient pas être gouvernées par l'événement dramatique (stress)…quel qu'il soit…mais par une intention imperturbable de se voir plus autonome.
La démarche de fond est encore une fois de créer de la distance, de l'autonomie, entre soi et la folie du monde…et cette distance doit être durable.
9 / Dans votre entourage proche, la notion de risque est-elle présente ? Si oui, pensez-vous que le risque soit bien évalué ?
L'entourage est une polyculture !
Certaines plantes poussent mieux que d'autres…mais rares sont celles qui se pencherons sérieusement sur la notion de risque, et encore moins sur l'évaluation intelligente de celle-ci.
Le problème aujourd'hui est que nous nous butons a croire deux choses:
1- Ca n'arrive qu'aux autres.
2- Si ça m'arrive, un autre sera la pour m'aider.
10 / Essayez-vous d'impliquer vos proches dans votre démarche survivaliste ? Si oui, y parvenez-vous ?
Je n'essaye pas non…"forcer" les choses est une méthode qui porte rarement ses fruits. 
La plupart de mes proches ne lisent pas le blog par exemple. 
Par contre, je ne me cache pas, et la porte est donc grande ouverte…libre a chacun de franchir le seuil en temps et en heure, ou de ne jamais faire le pas. Quoi qu'il arrive, cette décision leur appartient.
11 / A un ami novice qui souhaiterait engager une démarche survivaliste, quels conseils donneriez-vous ? Que faire en premier ?
Il est intéressant de comprendre que nous passons la plupart de notre temps a essayer désespérément d'être différents les uns des autres pour revendiquer une certaine liberté. Cette "différence" est exprimée par une multitudes de préférences comme la manière de s'habiller ou de se coiffer par exemple.
Je n'ai jamais compris cette démarche, parce que pour moi, il est impossible de se rapprocher d'une quelconque liberté, intellectuelle ou physique, métaphysique ou spirituelle, économique ou politique, sociale ou culturelle, tout en étant totalement dépendant de la machine pour nos besoins les plus vitaux.
Comment se penser libre ou différent, si nous sommes dépendant de la machine pour notre nourriture ?
Comment se penser révolutionnaire, désobéissant ou activiste, si nous sommes dépendant de la machine pour notre eau, notre sécurité ou encore notre régulation thermique ? 
Mon conseil est donc toujours le même: travailler son indépendance en augmentant notre niveau d'autonomie par rapport a la machine, aux systèmes de support, est la seule démarche valable aujourd'hui. 
Chacun trouvera ici un univers personnel, et donc une certaine liberté…et personne ne devrait pouvoir nous en détourner.
Pragmatiquement, la première étape est d'évaluer nos priorités spatiales…c'est a dire de décider d'un endroit physique ou nous pourrons nous enraciner dans cette démarche. Ville, maison de campagne ou caravane…cela n'a pas d'importance tant que la décision est prise.
12 / Dans votre démarche survivaliste, que pensez-vous avoir réussi ? Que pensez-vous devoir améliorer ?
J'ai sans doute réussi a synthétiser ce qu'étais pour moi le survivalisme…et donc il m'est facile de négocier la partie pratique. Il n'y a aucune obscurité ou doute…tout est clair.
Maintenant…tout peut toujours être amélioré ! 
13 / 3 choses absolument indispensables à la maison ?
- Un chien.
- Une cheminée.
- Un fusil de chasse.
14 / En voiture ?
- Un extincteur d'incendie.
- Une corde solide.
- Un module soins.
15 / Sur soi ?
- Un couteau.
- Une lampe de poche.
- Une bouteille d'eau.
16 / Votre couteau EDC ?
Le "Seven" de Tony Lopes. Sans aucun doute le meilleur couteau EDC qu'il m'est été donné de porter ces 30 dernières années.
17 / Votre couteau Terrain ?
Le RAT 7 de chez Ontario…tout simplement parfait.
Cependant, j'ai encore du mal a lâcher ma machette (Ontario aussi) pour certaines aventures.


18 / Ce qui apparaît rarement dans les EDC de vos amis mais qui est indispensable pour vous ?
Une bouteille Nalgene. Le container est une obsession pour moi. 
Eau = vie.
19 / Votre prochain achat ?
Ca va dépendre des soldes ! Mais surement de la nourriture. Mon intention cette année est de pousser nos réserves a 1 an.
20 / Votre devise ?
Si la vie était un jeu…la seule règle serait de survivre.




66 commentaires:

  1. Vol, je dirai tout simplement bravo. Pourquoi? C'est ta philosophie, ta liberté qui nous a ouvert les yeux, mon homme et moi-même.
    Tu expliques de façon concrète l'esprit survivaliste sans catastrophisme, sans esprit "warrior".
    Je regarde souvent les reportages sur les survivalistes sur les chaînes en France, type M6, France télévision, ou autres. Les "journalistes" ont une tendance naturelle à dénaturer le survivalisme soit en s'en moquant, soit en donnant de fausses informations comme si nous étions tous "obsédés" par la fin du monde.
    Or, le survivalisme est un état d'esprit. Vouloir être indépendant de la Machine n'est pas une folie mais une réalité de tous les jours.
    Faire des réserves ne veut pas dire avoir peur de l'avenir, c'est pour moi palier à mon grand défaut: mon étourderie^^ Se retrouver un dimanche matin sans petit déjeuner avec 4 marmots qui réclament leur dû, avoir des réserves permet des faire baisser les décibels!!!^^
    Plaisanterie à part, continue à nous donner des conseils, nous apprécions chaque article et vidéo que tu fais.

    RépondreSupprimer
  2. rien a rajouter, bien dit, amazone...
    y'a quelque chose dans tout ça qui est de l'ordre de la reconcilitation avec l'humanité normale...ni raeliens, ni secte aum, juste la conscience que ce qu'on nous vend comme etant normal ... ne l'est pas pour 80% de la population mondiale et pour cause... ça ne va pas durer, c'est mathematique... donc va falloir reapprendre la logique de base...le savoir faire concret... le sens reel des objets... ça risque de faire tout drole à la plupart de nos concitoyens occidentaux... alors autant etre le plus pret possible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est clair que dans la société occidentale,il y a depuis des millenaires un conditionement pèrfide qui a pour but d'aliener la population de base (80 % ?)afin de la castrer,de l'infantiliser, de l'afaiblir,de la culpabiliser,de la rendre dependante, afin qu'elle ne puisse pas penser et se suffir a elle meme,il me semble ?
      Ceux qui s'affranchissent de cette aliénation ont franchi une barrière capitale qui fait d'eux des gens a peut prés libres intèrieurement ,je crois ?
      Ceux qui se disent au dessus des peuples,des populations , sont en réalité ,pour moi des bandits criminels qui n'hesitent pas a tuer ceux qui n'obeissent pas a leurs diktats .

      Supprimer
  3. pas cinquante discours a faire! le survivalisme doit venir du coeur,ou tu a la fibre;ou tu la pas ; si vraiment tu t implique la dedans ,ca doit venir tout seul. Pas besoin d acheter des couteaux a 200 euros ,ca ne fait pas de toi un survivaliste pour autant.Suivez les conseils de "volwest" ; la fibre je pense qui y a longtemps qu'il la;pour le reste advienne que pourra.
    stay...

    RépondreSupprimer
  4. JackDPM, 31 ans, homme, France rurale.

    1 / Je me prépare au pire pour vivre le meilleur. Qui dit survivaliste dit survivant. Je ne veux pas être un survivant, je veux vivre en homme libre, indépendant du système et capable de protéger ma famille.

    2/ Implication de chaque instant, tant dans les préparations que dans la façon de penser, d’agir et d’éduquer mes enfants (prendre chacun son sac à dos et son petit matériel pour une marche par exemple ou de leur permettre une pensée libre).

    3 / J'ai été ambulancier et j'ai pu prendre conscience que tout peut arriver à n'importe qui et n'importe quand. Et dans la vie de tout les jours, on apprend de ses erreurs, de ses manquements (et de ceux des autres) mais il faut être capable d'analyser ces situations.

    4 / Oui le plus possible!
    Je veux apprendre à créer une basse-cour (j'ai déjà commencé), à chasser, à jardiner (mais je n'ai pas trop la main verte), à tirer (l'inscription en club de tir est imminente), ...

    5 / 6 car les finances et le temps ne suivent pas !!

    6 /
    7

    7 / Il y en a plusieurs: pénurie de carburant, grève générale, coupure de courant, ...

    8 / Pas de stress pas de réconfort, plutôt de la responsabilité.

    9 / NON ou très peu. Ils sont encore embués par les promesses du système se disant inébranlable. Mais j'y travaille.

    10 / Justement, j'y travaille. Certains sont complètement inabordable à ce genre de sujet donc là ... mais parfois il arrive dans une discussion qu'apparait le sujet d'un effondrement du système, certains y croient mais ne s'y préparent pas, c'est ceux-là que je vais essayé d'interpeller. J'ai même offert à un ami le livre "Survivre à l'effondrement économique" de Piero San Giogio. C'est avec lui que je travaille sur ma basse-cour!!

    11 / Réfléchir de façon pragmatique et logique à tout ce à quoi nous dépendons et imaginer comment s'en passer. J'évoque des problèmes courants comme routes enneigés --> avoir assez de nourriture; panne d'électricité --> comment se chauffer, faire à manger, ...

    12 / J'ai réussi à ne pas être un mouton, j'ai appris à réfléchir par moi-même. Tout est perfectible, tout peut s'améliorer.

    13 / 3 choses absolument indispensables à la maison ?
    Sa famille, une cheminée, de la nourriture.

    14 / En voiture ?
    Du carburant, une couverture, un kit de premiers soins.

    15 / Sur soi ?
    Un couteau, un sifflet, une gourde.

    16 / Votre couteau EDC ?
    Un Douk-douk et un couteau du soldat suisse.

    17 / Votre couteau Terrain ?
    Couteau Herbertz lame fixe (pour l'instant).

    18 / Ce qui apparaît rarement dans les EDC de vos amis mais qui est indispensable pour vous ?
    Un bouquin !

    19 / Votre prochain achat ?
    Sacs de couchage.

    20 / Votre devise ?
    Calme, en avant et droit.

    RépondreSupprimer
  5. Lolo, 35 ans, homme, citadin

    1 / Vous définiriez-vous comme "survivaliste" ? Si non, comment ?
    Je me définis comme un survivaliste modéré dans le sens où je ne veux pas que les nécessités du survivalisme impacte trop sur mon mode de vie.
    Bien que les armes à feu peuvent être utiles à des situations imprévus, je ne souhaite pas développer les compétences de ces domaines.
    Cependant cela ne m'empêche pas de me préparer à la préparation de ces compétences : j'ai actuellement une arbalète (habite en France) mais je n'ai jamais utilisé, et auquel je me créais un programme d'entrainement si j'estime que cette compétence devient prioritaire.

    2/ La démarche survivaliste est-elle une implication de chaque instant ou plutôt le moyen de réagir ponctuellement à une éventuelle crise ?
    J'ai commencé à réflechir survivaliste il y a 4 mois, la démarche est un implication quotidienne, dans le sens où posséder certains objets ou compétences acquis dans une réflexion survivaliste sont utilisés plus souvent que prévu, et cela offre un confort supplémentaire intéressant.
    Un exemple incongru : utiliser la lampe de son EDC dans une salle de cinéma pour se déplacer.
    Il y a aussi une démarche de fond (et proche de la nature financière), qui consiste à diversifier son patrimoine, avoir de l'or ou de l'argent-métal physique, plusieurs comptes bancaires en réponse à la crise financière qui se profile.

    3 / Dans vos expériences passées, dans les formations acquises, lesquelles vous ont été les plus utiles dans votre approche survivaliste ?
    Etant informaticien
    - La plupart des travaux manuels réalisés dans les petits boulots d'été ou ailleurs.
    - Les politiques de sauvegarde où toutes les sauvegardes doivent être doublés et décentralisés, et les dangers de la jungle-internet.

    4 / Envisagez-vous dans l'avenir d'acquérir de nouvelles compétences ? Si oui, lesquelles ?
    - Quand les occasions se présentent, faire des travaux manuels
    - S'améliorer dans les valeurs humaines mais c'est au-delà du survivalisme, et pense que beaucoup sont comme moi dans ce sens ;-)

    5 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez votre degré de préparation face aux risques que vous avez identifiés ? ( 1 : pas préparé, 10 parfaitement préparé ).
    Je mettrai 6. Etant dans un appart et non armés d'une arme à feu. Cependant j'ai un point de chute sûr en dehors de la ville, et j'ai le BOB-voiture.

    6 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez la probabilité que votre mode de vie actuel change sous l'effet d'un risque majeur ? ( 1 : peu de risque que mon mode de vie change, 10 : il est absolument inéluctable que mon mode de vie change ).
    Etant dans un appart et dépendant de pas mal de paramètres, un bon 8.

    7 / Des risques que vous avez pu identifier, quel est celui que vous pensez avoir certainement à gérer dans l'avenir ?
    La crise la plus probable est la crise économique actuelle, je suis plutot pour une "crise douce" dans laquelle elle va s'étaler sur plusieurs années. Les qualités requises pour cette crise est l'endurance et l'adaptabilité.
    Mais cette crise peut-être soudaine et violente, dans ce cas des compétences sociales seront prépondérantes AMHA.

    8 / La démarche survivaliste est-elle pour vous un stress ou un réconfort ?
    J'ai commencé ma démarche il y a 4 mois, j'ai du rattraper un peu mon retard vis-à-vis pour être en accord des dispositions nécessaires que je m'étais fixé.
    Donc un peu de stress au début, comme je souhaite intégrer le survivalisme dans mon mode de vie sans heurt, il faut que ce soit "transparent".
    Tiré du réconfort n'est pas une bonne approche dans le survivalisme AMHA, cependant il m'arrive d'être satisfait d'avoir tel ou tel objet à un moment donné, en démontrant de son utilité et que j'ai le sentiment de ne pas avoir jeté l'argent par la fenêtre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. au sujet de ton arbalète, je ne pense pas qu'il faille attendre le dernier moment pour t'entrainer. je parle d'expérience, je suis archer et je m'entraine régulièrement. j'ai récemment fait l'achat d'une arbalète, me disant que ça serait plus simple à manipuler... j'ai été surpris, ça nécessite vraiment de l'entrainement pour faire mouche !

      Supprimer
    2. Pareil pour l'arbalète. Comme tout équipement dangereux il faut apprendre à la manipuler AVANT d'en avoir besoin ;)

      Et je n'ai pas compris en quoi l'usage de la lampe dans un cinéma est "incongru" ou alors le mot est mal choisi.

      Supprimer
    3. "incongru" est en effet mal choisi, c'est utiliser la lampe dans un endroit où je n'avais pas pensé du tout et qui s'est trouvée utile.

      Je n'ai jamais dit que ça serait facile d'utiliser l'arbalète, surtout en étant tout seul et presque sans expérience. Trouver un binome ayant une optique similaire ne sera pas aisé non plus. C'est simple dans ma région, il y a un seul spot pour faire de l'arbalète à 10m et c'est tout.

      Donc même avant d'envisager de s'entrainer, il y aura quelques soucis
      à résoudre. Mais au moins j'ai le matos et ce qu'il faut pour faire de l'entrainement (gants, lunettes, rechanges, cibles épaisses,...).

      On a la chance d'obtenir du matériel spécialisé très facilement avec internet, c'est vraiment du bonheur de trouver ce que l'on veut. En revanche la chaine logistique pour acheminer le matériel chez soi reste très fragile. Il suffit que des évènements se produisent pour perturber ou rompre cette chaine très vite, et le matériel peut devenir très vite inaccessible, et ça c'était ma principale préoccupation.

      Supprimer
    4. oui je suis bien d'accord avec toi, avec internet c'est vraiment facile de trouver du matos et d'avoir avec soi ce qui se fait de mieux dans tous les domaines, pourvu qu'on ait les finances... mais je pense que cette facilité peut donner l'illusion d'être prêt (je ne parle pas de toi spécifiquement hein !)... en fait une fois que tu as le matos, tout reste à faire ! je pense même que le plus gros reste à faire... c'est pourquoi il faut commencer à apprendre, s'entrainer, échanger des savoirs tant que la situation n'est pas tendue... en situation de crise tu risques de manquer de temps ou d'opportunité et/ou de bonnes volontés.

      Supprimer
    5. Ben justement du temps - la situation économique me pousse à bosser pour garder un certain standing dans le système actuel. Ne pas être dans l'urgence est aussi du survivalisme - et des finances - pour m'acheter une baraque pour devenir plus indépendant de mes voisins du dessus qui peuvent cramer leur appart avec une bougie (situation réelle déjà vécue!) - sont des denrées assez rare actuellement.

      Face à des probabilités de risques, il faut allouer du temps proportionnellement, une bonne préparation ça peut prendre des années, j'en suis à 4 mois. je remercie Volwest encore une fois de m'en faire gagner beaucoup du temps.

      Pour le coté pratique, je vais pouvoir faire du camping cet été et être en situation de test, en espérant qu'une météorite ne tombe pas du ciel d'ici là ;-)

      Supprimer
  6. Suite ...


    9 / Dans votre entourage proche, la notion de risque est-elle présente ? Si oui, pensez-vous que le risque soit bien évalué ?
    Vis-à-vis de la situation économique, les mentalités changent peu à peu, mais elle est encore trop sous-évalué à mon gout.

    10 / Essayez-vous d'impliquer vos proches dans votre démarche survivaliste ? Si oui, y parvenez-vous ?
    Je leur dit ce que je fais (à ma famille seulement), et je leur explique la démarche, mais je ne les force aucune à les impliquer, au mieux je fais certaines actions pour eux si cela n'impacte pas leurs modes de vie.
    Ils me suivent sur certains points, une fois que j'ai débroussaillé le terrain. Et les cadeaux d'anniversaires(lampe, couteaux, pinces multi-tâches ... évidemment du bon matos pour qu'ils s'y attachent plus) sont un très bon moyen de les sensibiliser à l'insu de leur plein gré ;-)

    11 / A un ami novice qui souhaiterait engager une démarche survivaliste, quels conseils donneriez-vous ? Que faire en premier ?
    Diversifier et décentraliser son patrimoine, faire de la place chez lui, acheter des contenants solides et se constituer un stock de nourriture.

    12 / Dans votre démarche survivaliste, que pensez-vous avoir réussi ? Que pensez-vous devoir améliorer ?
    Je pense que j'ai la base du survivalisme. Mis à part l'acquisition de compétences et autres investissements lourds, j'essaie de rendre le plus transparent possible le coté survivaliste dans mon mode de vie (bonne rotation de la nourriture par exemple)

    13 / 3 choses absolument indispensables à la maison ?
    - Extincteur
    - des contenants solides (éventuellement vides : Jerricans d'essence, containers eau, boites plastiques...)
    - un PC avec internet!

    14 / En voiture ?
    - Extincteur
    - lampe
    - couverture

    15 / Sur soi ?
    - lampe
    - sifflet
    - téléphone

    16 / Votre couteau EDC ?
    pas de couteau EDC

    17 / Votre couteau Terrain ?
    - Un kukri Coolsteel

    18 / Ce qui apparaît rarement dans les EDC de vos amis mais qui est indispensable pour vous ?
    pas d'amis survivalistes ;-)
    Avoir du cash sur soi, la plupart ont en très peu ou pas du tout.

    19 / Votre prochain achat ?
    Très souvent je fais des achats par internet, mon prochain achat je ne sais pas.
    Mon dernier achat fut un sac-à-dos Samsonite Tectonic médium backpack importé des US, car en Europe ils ne proposent pas ce modèle, et je le recommande il est super !

    20 / Votre devise ?
    "Si vous traversez l'enfer, continuer d'avancer !"
    Winston Churchill

    Il y a un 2ème que j'aime bien
    "Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait."
    Mark TWAIN

    RépondreSupprimer
  7. (Campeur / homme / 43 ans / la campagne Normande)

    1 / Je considère le survivaliste comme une personne étant/ou pouvant être totalement indépendant de l’ensemble des systèmes de support que nous connaissons. C’est une véritable philosophie de vie, et comme telle cela demande un long apprentissage et une longue pratique. J’apprends, je mets doucement en pratique… je suis un apprenti !

    2/On accède au survivalisme que par une prise de conscience. Elle impacte toute les sphères de la vie, ça peut difficilement être quelque chose de ponctuel.

    3 / La naissance de mes enfants a été le déclic. J’j’ai pris conscience de ma vulnérabilité et de ma dépendance… c’est devenu insupportable. Associée à mon goût pour la randonnée et le milieu naturel, ça m’a doucement amené vers les techniques de survie… un stage avec le CEETS et David MANISE m’a donné les bases.

    4 /
    Savoir jardiner, je veux savoir produire ma nourriture
    Bricoler, je veux me débarrasser des palmes que j’ai à la place des doigts quand je bricole

    5 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez votre degré de préparation
    4

    6 / Sur une échelle de 1 à 10,

    Si par risque majeur, on entend un cataclysme naturel ou économique, je dirais 3
    Si par risque majeur on entend la perte d’un emploi, la maladie, les accidents, je dirai 6

    7 / Des risques que vous avez pu identifier, quel est celui que vous pensez avoir certainement à gérer dans l'avenir ?

    La perte de l’emploi, ou plutôt l’incapacité à en retrouver pour moi ou ma femme.

    8 / Quand on travaille son indépendance, on ne peut s’empêcher d’envisager des scénarios un peu sombre… qu’on le veuille ou non, ça plombe parfois un peu le moral, mais je pense que c’est un peu un passage obligé… un peu comme quand on discipline son corps, au début on est un peu courbaturé, puis ça passe et on accède à une vraie liberté de mouvement.

    9 / Non, je pense que de nombreuse personnes de mon entourage oblitère une grande part des risques, prompt que nous sommes tous à chercher un coupable, plutôt qu’à prendre conscience de notre propre responsabilité et à en prévenir le risque.
    Par ailleurs, ils oblitèrent volontairement certaines sphères, comme celle de la sécurité personnelle, par exemple ,ou alors ils surestiment la capacité du système à faire face à la crise

    10 /
    J’en échange parfois avec des collègues, avec mes proches, mais jamais ouvertement… je me contente de préparer le terrain… ma femme commence à s’imprégner doucement de la démarche (couteau suisse et LD10 au fonds du sac). Elle ne fait plus les courses de la même façon.

    11 / A un ami novice : Consulter le blog de VolWest ! Ce n’est pas du cirage de botte, du faillotage ou autre … c’est vraiment utile quand on veut se lancer. Volwest synthétise énormément d’informations et fait tomber les idées préconçues sur le sujet… fort de ces informations, chacun peut faire son chemin

    12 / Dans votre démarche survivaliste… :
    je suis content d’avoir intégré dans ma construction, un système de récupération des eux de pluie et d’avoir acquis un poêle à bois

    13 / 3 indispensables à la maison ?

    1 moyen de se chauffer (voire de cuisiner) indépendant des systèmes de distribution, pour moi un poêle à bois
    De quoi obtenir de l’eau en dehors du réseau d’alimentation général (stock de bouteilles et/ou citerne)
    De quoi se nourrir sans faire appel au réseau de distribution (un potager et/ou un stock)

    14 / En voiture ?

    De l’eau
    Des couvertures
    De quoi se nourrir sur une courte durée

    15 / Sur soi ?

    1 couteau
    1 lampe
    1 briquet

    16 / Votre couteau EDC ?

    Sur moi : 1 mini benchmade ambush
    Dans mon sac : 1 petit fixe Izula

    17 / Votre couteau Terrain ?

    1 RAT 7

    18 / EDC de vos amis …?

    peut être le livre ! Nourrir son esprit me semble aussi important que nourrir son corps.

    19 / Votre prochain achat ?

    De la terre… pour mon jardin surélevé

    20 / Votre devise ?

    Un proverbe arabe : « c’est quand l’eau du puits se tarit, qu’on découvre le goût de l’eau »

    RépondreSupprimer
  8. Un documentaire que je viens de voir et que je conseil à tout le monde sur ce blog. Le connaissais tu volwest?

    http://www.youtube.com/watch?v=zaudqlbYBxk

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c est une interview de michael Ruppert ces infos sont largement detaillés dans le livre de piero San Giorgo

      pour @volwest un doc sur les technique de caches d armes ( ou autres),... un theme qui na pas ete abordés par @vol

      le premier danger reste le pillage de votre maison, tout ce qui est important doit etre caché

      http://www.scribd.com/verdi18157174/d/94726069-les-caches-d-armes

      Supprimer
  9. chani_tth, 35 ans, homme, France semi rurale.

    1 / Vous définiriez-vous comme "survivaliste" ..?
    Non, juste comme prévoyant et averti

    2/ La démarche survivaliste est-elle une implication de chaque instant..?
    J'estime qu'il faut un temps de préparation (préparation d'un EDC etc..), un temps d'évaluation (évaluer une situation particulière) et un temps d'action (agir en fonction de la situation) ... donc pas vraiment une implication de chaque instant

    3 / Dans vos expériences passées, ...lesquelles vous ont été les plus utiles dans votre approche survivaliste ?
    Aucune / toute... faire de l'escalade est utile, du tir à l'arc aussi, des arts martiaux idem....


    4 / Envisagez-vous dans l'avenir d'acquérir de nouvelles compétences ? Si oui, lesquelles ?
    - la forge
    - la "culture" d'un "jardinet"

    5 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez votre degré de préparation face aux risques que vous avez identifiés ?
    3... c'est en cours de rectification


    6 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez la probabilité que votre mode de vie actuel change sous l'effet d'un risque majeur ?
    Question mal posée... un risque majeur aura toute les chances d'avoir un impact sur la vie de tous... même sur celle du survivaliste le mieux préparé.. se risque pourra le contraindre à déménager / modifier ses habitudes etc... Donc 9 voire 10.
    Maintenant, si la question c'est, quelle est la proba pour qu'un risque majeur vous implique ? alors j'estime à 2 (20%)

    7 / Des risques que vous avez pu identifier, quel est celui que vous pensez avoir certainement à gérer dans l'avenir ?
    - blessures / maladie (Avec 2 enfants, ce risques est d'autant plus présent)
    - perte d'au moins 1 support (Elec, Gaz ou eau)
    - perte d'emploi
    - risque nucléaire (moins de 60km d'une centrale)

    8 / La démarche survivaliste est-elle pour vous un stress ou un réconfort ?
    réconfort dans une certaine mesure... l'idée d'avoir planifié des réponses à des risques identifié

    9 / Dans votre entourage proche, la notion de risque est-elle présente ..?
    Non, seul les risques de blessures / maladies sont évoqués... les autres, largement sous évalué.

    10 / Essayez-vous d'impliquer vos proches dans votre démarche survivaliste ...?
    Oui, ma femme et mes enfants... mes proches plus indirectement, en discutant de certains risques justement.

    11 / A un ami novice qui souhaiterait engager une démarche survivaliste, quels conseils donneriez-vous .. ?
    Sans jeter de fleur à notre ami VolWest, je pense que ce blog contient toutes les réponses pour bien débuter, donc je conseillerais de lire les articles qui l'intéresse le plus.

    12 / Dans votre démarche survivaliste, que pensez-vous avoir réussi ? Que pensez-vous devoir améliorer ?
    Réussi... à débuter :D
    à améliorer... beaucoup de chose... dont la culture et éventuellement l'élevage (lapin et/ou gallinacé)

    13 / 3 choses absolument indispensables à la maison ?
    - outils
    - nourriture
    - boisson

    14 / En voiture ?
    - lumière
    - trousse de 1er soins
    - signalisation (triangle + gilet)

    15 / Sur soi ?
    - couteau
    - clé USB
    - téléphone (avec APN)

    16 / Votre couteau EDC ?
    Un couteau suisse qui a maintenant 20 ans... et quelques dents de cassées

    17 / Votre couteau Terrain ?
    Aucun, je ne fais pas de camping/chasse... mais sinon, en complément de l'EDC, un pliant avec une lame de 13cm, et un multitool victorinox.

    18 / Ce qui apparaît rarement dans les EDC de vos amis mais qui est indispensable pour vous ?
    je ne sais pas... un couteau peut être ?

    19 / Votre prochain achat ?
    Un sac pour mon EDC (le mien vient de rendre l'âme)

    20 / Votre devise ?
    Pas de devise... (pour le fun... "Que la force soit avec toi" Obiwan )

    RépondreSupprimer
  10. (manu / homme / 40 ans / né à la campagne mais vie citadine entre Hanoi-Paris)
    1 /
    non pas encore mais j'y suis maintenant sensibilisé
    pour moi le survivaliste représente une personne qui est en mode survie après un évènement dramatique et perte de systèmes de support
    comme ce n'est heureusement pas encore arrivé je suis plutôt en mode veille/préparation/éducation

    2/
    de chaque instant non mais en toile de fond oui. la démarche la plus importante a été la prise de conscience des évènements possibles et le besoin de préparation

    3 /
    pas rencontré de situation par rapport à formation spécifiques

    4 /
    refaire un stage de premier secours auprès de la croix rouge
    passer permis de chasse ou licence tir afin d'avoir de droit de posséder arme de défense
    refaire un peu de jardinage
    autres si opportunités

    5 /
    degré de préparation face aux risques identifiés je dirais 6
    maintenant concernant les autres risques non pris en compte 3-4

    6 /
    probabilité que le mode de vie actuel change sous l'effet d'un risque majeur estimé à 7

    7 /
    actuellement celui qui me parait le plus probable c'est l’écroulement économique du à l'hypertrophie financière et l'endettement des pays industrialisés . C'est aussi le plus impactant car il sera mondial et touchera de nombreux systèmes de supports. Le système est en faillite depuis 2008 mais entretenu virtuellement. La fuite en avant (l'impression monétaire) ne fait qu'augmenter le problème et le repousse un peu plus loin dans le temps. Cela précipite les monnaies papiers vers leur désintégration complète et va nous confronter a moyen terme à déflation puis l'hyperinflation.

    8 /
    La démarche survivaliste c'est du stress en moins car la démarche est la préparation "un homme averti en vaut deux, un homme préparé en vaut ..cinq"

    9 /
    pas vraiment présente ni estimée ou du moins pas prise en compte

    10 /
    j'ai essayé de sensibiliser des amis, ma femme et famille
    j'y suis parvenu pour mon frère et mes parents maintenant sensibilisés au risque économique et bancaire qui se profile et s'y préparent donc aussi

    11 / A un ami novice qui souhaiterait engager une démarche survivaliste, quels conseils donneriez-vous ? Que faire en premier ?

    comme volwest je dirais "travailler son indépendance en augmentant notre niveau d'autonomie"
    mais d'abord s'informer en dehors des journaux officiels, lecture de blogs et vidéos de spécialistes : youtube, journaux web, journaux web étrangers,.. afin d'avoir une ouverture d'esprit et un esprit critique sur notre monde
    et aussi de lire le blog de volwest source d'inspiration et d éducation pour sa préparation ;-)

    12 / Dans votre démarche survivaliste, que pensez-vous avoir réussi ? Que pensez-vous devoir améliorer ?

    je me sens préparé dans le mental mais très peu concrètement
    je peux tout améliorer car je n'en suis qu'au début de la démarche c'est à dire encore dépendant

    13 / 3 choses absolument indispensables à la maison ?

    un jardin ( cas idéal ) ou grand balcon en ville
    cheminée
    gestion de l'eau, récupérateur

    14 / En voiture ?
    Un extincteur d'incendie
    roue de secours
    kit premiers soins

    aussi le triangle et blouson de signalisation ( obligatoires en France )

    15 / Sur soi ?

    EDC en cours de préparation
    Un petit multifonction leatherman juice S2 commandé pas encore reçu
    mon iphone
    lampe de poche Fenix LD10

    16 / Votre couteau EDC ?

    aucun pour le moment je me renseigne pour le choix

    17 / Votre couteau Terrain ?

    aucun pour le moment
    tenté par le Cold Steel kukri

    18 / Ce qui apparaît rarement dans les EDC de vos amis mais qui est indispensable pour vous ?

    19 / Votre prochain achat ?

    la liste est longue au niveau outils, nourriture et soins
    je vais attendre les soldes et voir si opportunités

    20 / Votre devise ?

    je n'en ai pas pour le moment donc au pied levé :)
    "la cigale et la fourmi "

    RépondreSupprimer
  11. Guillaume, 32 ans, sud de la France

    1 / Vous définiriez-vous comme "survivaliste" ? Si non, comment ?
    Survivaliste est malheureusement trop connoté de façon péjorative. Et prepper totalement inconnu par chez nous. Alors je me qualifie pas par un qualificatif, c'est juste que je prends quelques précautions pour faire face à des imprévus.
    On pourrait me qualifier de survivaliste du dimanche dans la mesure où je ne me prépare pas à une catastrophe épique et que je ne suis pas allé me perdre au fin fond de la campagne pour tenter de vivre en autarcie ou me construire un bunker ;)
    Je préfère dire que ma démarche est motivée par des risques vraisemblables et que je ne vais pas passer ma vie à stresser et me mettre en galère perpétuelle au cas où un pépin se présenterait.
    Ma solution c'est, lorsqu'un choix se présente à moi, de prendre le plus sûr, le plus autonome, le plus durable.

    2/ La démarche survivaliste est-elle une implication de chaque instant ou plutôt le moyen de réagir ponctuellement à une éventuelle crise ?
    Pour moi le "survivalisme" (a défaut de mieux faut bien garder un mot !) c'est simplement une philosophie qui veut qu'en prenant les bons choix on soit mieux à même d'affronter une situation difficile dans les meilleures conditions possibles.
    Du bon sens en quelque sorte. Faut pas une implication de chaque instant pour faire preuve de bon sens ;)
    Bon, bien sûr, il faut parfois un minimum d'investissement, ne serait-ce qu'en temps (genre suivre une formation de secourisme) mais pas au point de parler d'implication.
    La question est peut être mal posée.

    3 / Dans vos expériences passées, dans les formations acquises, lesquelles vous ont été les plus utiles dans votre approche survivaliste ?
    J'ai grandi dans un milieu semi rural, avec pas mal de "vieux" qui étaient paysans. Certains qui ont connu la guerre et les privations, et qui ont pu garder de par leurs possessions, leur connaissance et leur travail, un certain confort de vie pendant la guerre.
    Le "passage à l'age adulte" et le fait de se rendre compte de la complexité/fragilité de notre situation a permis de me rendre compte que le monde n'est pas un grand terrain de jeu comme on le voit au travers de nos yeux d'enfants.
    Et comme j'ai tendance à beaucoup réfléchir pour prévoir les situations, c'est venu tout seul. C'est suite à des recherches sur internet pour trouver du matériel que je suis tombé sur ce fantastique blog et depuis je suis un inconditionnel !
    Pas de service militaire, je suis trop jeune de pas grand chose.

    4 / Envisagez-vous dans l'avenir d'acquérir de nouvelles compétences ? Si oui, lesquelles ?
    Secourisme dans un avenir proche.
    J'essaye comme Chani d'acquérir un peu d'expérience en bricolage quand l'occasion se présente. Je suis pas maladroit avec un marteau et des clous (tu cherches un assistant Vol ? :p)
    Tir, cultures, etc ... quand mon environnement me le permettra.

    5 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez votre degré de préparation face aux risques que vous avez identifiés ? ( 1 : pas préparé, 10 parfaitement préparé ).
    Aucune idée. 5 histoire de donner un chiffre.

    6 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez la probabilité que votre mode de vie actuel change sous l'effet d'un risque majeur ? ( 1 : peu de risque que mon mode de vie change, 10 : il est absolument inéluctable que mon mode de vie change ).
    Bien évidemment si évènement est majeur, à moins de vivre planqué et en autarcie, on sera affecté. La question est plutôt si un risque majeur risque de survenir. Je ne suis pas statisticien mais je vois pas pourquoi est ce qu'une catastrophe n'arriverait pas. Ca arrivera vraisemblablement tôt ou tard. Quand, quelle amplitude ? Difficile à dire. Notre niveau de vie devrait "normalement" baisser dans les années à venir. On vivra un peu plus pauvre, "comme avant", mais je vois pas ça comme une situation à risque, mais comme un inconfort.

    RépondreSupprimer
  12. 7 / Des risques que vous avez pu identifier, quel est celui que vous pensez avoir certainement à gérer dans l'avenir ?
    Dans l'ordre de probabilité (du plus probable au moins probable) :
    - une pénurie quelconque due à une grève ou des intempéries.
    - accident corporel (voiture, chute)
    - vol/cambriolage
    - agression
    Ca et toutes les m**** que la vie nous réserve.

    8 / La démarche survivaliste est-elle pour vous un stress ou un réconfort ?
    Je pense qu'un survivaliste équilibré oriente naturellement ses choix vers des options sûres sans qu'il s'agisse de stress ou de réconfort. C'est une façon d'être, une évidence, du bon sens. Il n'y a pas à se forcer, sinon c'est qu'on dépasse son niveau de préoccupation et là je pense qu'il faut se remettre en question, soit dans ses achats, soit dans ses prévisions.

    9 / Dans votre entourage proche, la notion de risque est-elle présente ? Si oui, pensez-vous que le risque soit bien évalué ?
    Pas vraiment. Certains risques sont envisagés (quelques détecteurs de fumée, extincteurs), d'autres sont considérés avec fatalisme, sans anticipation (certains n'ont même pas de stock de nourriture à part ce qui est nécessaire au roulement entre deux passages au supermarché !).

    10 / Essayez-vous d'impliquer vos proches dans votre démarche survivaliste ? Si oui, y parvenez-vous ?
    J'ai offert des resQme à mon entourage et ... je pense que certains n'ont pas compris ma démarche.
    Quand j'essaye de parler d'un risque, on me dit qu'il ne faut pas être parano. Et pourtant j'essaie de faire ça en douceur !
    Alors du coup j'ai changé mon approche en présentant ça sous l'angle de l'autonomie et des problèmes concrets :
    - le stock de nourriture est important en cas de grève/intempéries lourdes et que de toutes façons vu que les prix ne font qu'augmenter ce n'est jamais perdu d'avoir de l'avance et de stocker des denrées conservables quand on tombe sur des promos.
    - l'équipement qu'on porte peut toujours servir. Couteau, pince, briquet, lampe ... je rate pas une occasion de dire que ça m'a bien dépanné ! ;)
    - l'espace vert et le plaisir de manger sa production se suffisent en eux-même.
    - l'autonomie d'énergie se justifie sur la prévision des hausses des énergies fossiles.
    Mais les gens estiment encore que par exemple un réservoir d'eau est un "investissement qui met trop de temps à être rentabilisé".

    11 / A un ami novice qui souhaiterait engager une démarche survivaliste, quels conseils donneriez-vous ? Que faire en premier ?
    Je pense que c'est trop délicat d'aborder la question, voir plus haut. Du coup faudrait apprendre qu'on partage des intérêts pour des domaines de "survivalistes" pour comprendre le but de la démarche.
    Si ça arrivait je pense que je dégrossirai le terrain "à la mode française" avant d'envoyer la personne sur le blog de vol west, à moins que la personne soit décomplexée concernant les armes et la défense.

    12 / Dans votre démarche survivaliste, que pensez-vous avoir réussi ? Que pensez-vous devoir améliorer ?
    Rien n'est acquis (si ce n'est admettre le bien fondé de la philosophie, ce qui n'est pas toujours évident), tout est à améliorer. Par exemple un gros aspect est de trouver un terrain pour y construire une maison, mais ça implique de trouver un terrain propice, un boulot pas trop loin, etc ... en cette période c'est la recherche de boulot qui coince !
    mais bon j'ai MES bases : stock, EDC, mentalité qui va avec.

    13 / 3 choses absolument indispensables à la maison ?
    - eau
    - nourriture
    - capacités à s'isoler (bonnes fermetures)

    RépondreSupprimer
  13. 14 / En voiture ?
    - moyen de communication
    - resQme
    - cartographie

    15 / Sur soi ?
    - couteau
    - multitool
    - briquet

    16 / Votre couteau EDC ?
    un petit pliant leatherman qui paie pas de mine mais tranchant comme un rasoir et semi denté

    17 / Votre couteau Terrain ?
    J'en ai pas à proprement parler mais je peux piocher dans ma collection ;)

    18 / Ce qui apparaît rarement dans les EDC de vos amis mais qui est indispensable pour vous ?
    Mes amis n'ont pas d'EDC. La plupart des gens ne comprennent déjà pas l'intérêt de porter un couteau ... Ce serait ma base, autant comme outil pratique que comme outil de responsabilisation.

    19 / Votre prochain achat ?
    Si ça pouvait être un achat immobilier ce serait cool ;)

    20 / Votre devise ?
    S'il ne faut en choisir qu'une : "réfléchir avant d'agir."

    Gros texte, j'espère qu'il passera et que j'ai pas fais trop de fautes.

    RépondreSupprimer
  14. greg / homme / 32 ans / régions Toulonnaise / Urbain

    1/ Tout dépend de la définition du mot survivaliste.
    Je me considère comme étant conscient des dangers potentiels que la vie nous apporte et je fais tout pour éviter des les subir. Je travail à devenir le plus indépendant possible et à minimiser mon empreinte sur cette terre.

    2/ Je tends à ce que ce soit une implication de chaque instant. Aujourd’hui mon autonomie n'est pas assez satisfaisante à mon gout c'est pourquoi je travail à ce qu'elle devienne complète.

    3/ L'éducation ( effectuée par mes parents ) et la proximité de la verte pendant mon enfance ont contribuées à cette approche.

    4/ "Là où il n'y pas de docteur" fait parti de mes livres de chevet depuis une semaine, la médecine est une connaissance essentiel d'un survivaliste.
    "Le guide des plantes et des herbes de ma région" en fait également parti. Reconnaitre son milieu est la base, ne pas s'intoxiquer avec un champignon ou une plante et choisir le bon pin pour faire sa tisane d'aiguille me parait pertinent.

    5/ Je dirais 7 sur 10, impossible d'être à 100% au bon moment, des lacunes sont encore perçu à mon niveau.

    6/ 8 sur 10, le contexte actuel de l'économie, la tension et le stress des gens dans ma région est palpable. Malgré ma situation professionnel je reste en contact avec un échantillonnage de la population assez important ( je suis commerçant ) et je constate qu'un clash est inévitable.

    7/ Habitant le sud est de la France, la pénurie d'eau est pour moi un risque majeur, pour moi il représente LE danger. Mais comme dit Volwest, ils sont tellement nombreux.

    8/ Aucun des deux, c'est un état d'esprit en permanence.

    9/ La notion de risque est omniprésente, mais l'évaluation de l'état du risque et ses conséquences me semble dénigré. Beaucoup de personnes ont des oeillères et se sentent protégées par leur confort.

    10/ Oui par petite touche, en expliquant mon geste ou mes achats, ma compagne est réceptive, d'autres personnes de mon cercle beaucoup moins. Mais ma porte reste ouverte comme Volwest.

    11/ Je lui dirais de faire un bilan de ses compétences et nous viserons les lacunes, les manques pour ne pas négliger les essentiels.

    12/ J'ai réussi à prendre conscience du monde qui m’entoure et donc de ses dangers potentiels, avoir le réflexe d’éviter le pire.
    Nous pouvons tous tout améliorer, pour ma part améliorer le self control lors d'une agression, grosse lacune que le contrôle de moi, éviter de m'emballer et faire le " jeux " de l'adversaire est difficile.

    13/ dans la maison : une réserve d'eau potable - une arme de défense - nourriture

    14/ dans la voiture : une bouteille d'eau - trousse de soins - un module de réparation ( cables, clé à molette, ... )

    15/ sur moi : ma LD10 - mon tool rescue ( victorinox ) - ma gourde d'eau

    16/ ESEE Izula

    17/ Gerber LMF II Infantry

    18/ Lotion solaire 40+ pour éviter les coups de soleil, j'ai une peau à carcinome.

    19/ un mountain bike ( VTT ) plus soft que mes vélos de compétition pour pouvoir tracter ma remorque. Idéal si ma compagne et moi ne pouvions pas utiliser notre voiture pour nous extraire de Toulon.

    20/ Crois ce que tu vois, fait ce que tu dois.

    RépondreSupprimer
  15. Cabis/ femme / 32 ans / sud de la France /semi rural

    1 / Vous définiriez-vous comme "survivaliste" ? Si non, comment ?

    Oui survivaliste est un terme assez généraliste pour me correspondre.

    2/ La démarche survivaliste est-elle une implication de chaque instant ou plutôt le moyen de réagir ponctuellement à une éventuelle crise ?

    A chaque instant depuis toujours, mais de façon beaucoup plus précise et structurée depuis que j’ai découvert le blog. Grâce à volwest j’ai gagné 10 ans ;-)

    3 / Dans vos expériences passées, dans les formations acquises, lesquelles vous ont été les plus utiles dans votre approche survivaliste ?

    - Ne pas être d’accord avec l’éducation que je recevais m’a rapproché de ma filiation première avec mère nature.
    - une indépendance naturelle et innée
    - M’être fait mettre la main aux fesses par deux/trois inconnus m'a rapproché de l'aspect self défense
    - La télé, internet et tous les supports qui me permettent de réaliser la chance d’être née en France en même temps que le sentiment de culpabilité vis-à-vis du reste du monde. Donc la volonté de ne pas appartenir à ce système inégal, injuste et corrompu.
    - Mon travail (gestion sinistres)
    - Être maman (+++)
    - Et peut-être une formation incendie il y a très longtemps avec un jeune instructeur plein d’atouts pour me convaincre moi ainsi que mes collègues de travail féminines ... j’ai quand même réussi à prendre des notes ;-)

    4 / Envisagez-vous dans l'avenir d'acquérir de nouvelles compétences ? Si oui, lesquelles ?

    oui moi aussi accros à l’acquisition de compétences et de connaissances.
    Une formation premiers secours dans quelques jours.

    5 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez votre degré de préparation face aux risques que vous avez identifiés ? ( 1 : pas préparé, 10 parfaitement préparé ).

    2 mais je pense que cela dépend de notre niveau d’exigence ...

    6 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez la probabilité que votre mode de vie actuel change sous l'effet d'un risque majeur ? ( 1 : peu de risque que mon mode de vie change, 10 : il est absolument inéluctable que mon mode de vie change ).

    4

    7 / Des risques que vous avez pu identifier, quel est celui que vous pensez avoir certainement à gérer dans l'avenir ?

    Effectivement difficile de se limiter à un seul risque: accident de voiture, blessure des enfants, incendie, agression, cambriolage, coupure d’électricité, d’eau ...
    Si l’abbé pense à un événement majeur ... Je pense plus à notre système économique.


    8 / La démarche survivaliste est-elle pour vous un stress ou un réconfort ?

    Une assurance

    9 / Dans votre entourage proche, la notion de risque est-elle présente ? Si oui, pensez-vous que le risque soit bien évalué ?

    Notion ... oui mais de loin et non pas bien évalué.

    10 / Essayez-vous d'impliquer vos proches dans votre démarche survivaliste ? Si oui, y parvenez-vous ?

    Oui j’essaie, j’y parviens plus ou moins en fonction de mes interlocuteurs.
    je n’insiste jamais.

    11 / A un ami novice qui souhaiterait engager une démarche survivaliste, quels conseils donneriez-vous ? Que faire en premier ?

    Je commence par les sujets sensibles selon les personnes : sécurité, premiers soins, coupure électricité ... et en dernier stocks, armes ... : une évolution en douceur et non par priorité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 12 / Dans votre démarche survivaliste, que pensez-vous avoir réussi ? Que pensez-vous devoir améliorer ?

      Aucune réussite, mais beaucoup de satisfaction: souvent «être survivaliste» c’est avoir La solution à un problème de notre entourage tout en restant calme.
      Et bien sur jamais rien n’est parfait ... On peut toujours s’améliorer.

      13 / 3 choses absolument indispensables à la maison ?

      cheminée
      Poele en fonte
      Stock nourriture
      armes
      (c’est bien connu les filles ne sont pas exceptionnelles en math)

      14 / En voiture ?

      - kit premiers soins
      - gilet phosphorescent
      - Eau

      15 / Sur soi ?

      couteau, téléphone, eau.

      16 / Votre couteau EDC ?

      Mini tuff lite

      17 / Votre couteau Terrain ?

      Machette puma

      18 / Ce qui apparaît rarement dans les EDC de vos amis mais qui est indispensable pour vous

      Mes amis n’ont pas (encore) d’edc ... sinon couches, lingettes ...

      19 / Votre prochain achat ?

      Ruger 10/22 synthetique stainless (si j’arrive à la trouver !)

      20 / Votre devise ?

      Deux c’est un et un c’est zéro ! ;-)

      Supprimer
    2. Être parent c'est une formation survivaliste indéniable!! Tout à fait d'accord!

      2 = 1
      1 = 0
      J'aime beaucoup cette devise!

      Supprimer
    3. Grâce à volwest j’ai gagné 10 ans ;-)

      Excellent ! Vol tu devrais lui demander une photo et tu mets la citation en dessous ça te fera une excellente pub !!! ;)

      Supprimer
    4. Salut Guillaume ;-)

      Je le fais si toi tu en fais de même avec au choix une de tes citations:

      - l'équipement qu'on porte peut toujours servir
      - Rien n'est acquis tout est à améliorer
      - réfléchir avant d'agir

      Potentiellement ça peut être marrant j'ai d'ailleurs plus d'idées de photos de pub pour volwest avec tes propres mots ! ;-)

      Je te laisse commencer ! ;-)

      Supprimer
    5. Ce serait amusant mais je n'ai pas de photos de moi sur internet et j'ai envie que ça continue ;)
      Je disais ça par rapport à des publicités qu'on voit assez souvent aux USA.

      Supprimer
    6. Dans une catégories réservée d'un forum, ça pourrait le faire ...

      forum.volwest.com, ça te dit toujours pas Vol ? ;)

      Supprimer
    7. Vu qu'il ne faut jamais dire jamais...sait-on jamais...lol
      Sinon c'est quand vous voulez pour les photos :)

      Supprimer
    8. Laisse moi le temps de chercher un accessoire en particulier ... non pas d'inquiétude, ça restera tout public :)

      Supprimer
  16. Intéressant. Je ne répondrais néanmoins pas au questionnaire, n'étant pas un survivaliste et n'étant que peu attiré par l'idéologie du survivalisme.
    Néanmoins, je suis, sûrement grâce à des formations aux 1ers secours et de sécurité, plus attentif que beaucoup aux risques de la vie quotidienne. En attendant de jouer à Mad Max ou Fallout en vrai, autant se faciliter la vie de tous les jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi il y a comme dans toute activité, les personnes qui font ça de manière raisonnable et raisonnée, et les passionnés.

      Souvent les médias ne montrent que les plus "passionnés" (notez les guillemets qui sont là pour ne pas dire extrémistes). Tu sembles considérer qu'il faut vivre dans un abris atomique pour être survivaliste... pour moi, c'est le signe que les médias ont réussi a mettre derrière ce mot, une connotation extrême...

      J'ai déjà vécu ce genre de caricature pour respectivement :
      - Les jeux de rôles : diabolisés
      - les jeux vidéos : pointés du doigts
      - les couteaux : qui font partie du sujet tabou des armes en France.

      A mon sens, il faut oublier ce genre d'a-priori par rapport aux mots détournés par nos cher "amis" les médias, et se focaliser sur les aspects qui nous semblent les plus proche de ce que nous sommes prêt à réaliser. (je ne sais pas si je suis clair).

      En bref.. toute personnes un minimum prévoyant est un survivaliste en soit... à une certaine échelle.

      Bonne journée.

      Supprimer
    2. Bonjour Lazare Garssaint, personnellement je n'ai jamais été autant raisonnable que depuis que je connais le blog de volwest ! Et je tiens à préciser que le terme survivaliste n'est pas une idéologie mais plus un mode de vie ou une assurance.
      Tu peux prendre ce que tu veux comme "garanties" pour anticiper les risques liés à ta vie quotidienne.
      Si je puis dire, le blog de volwest est un buffet libre et à volonté (avec tout le respect que je lui dois) ;-) La preuve tu es là ... et tu pourras constater que je suis loin de jouer à mad max !!! (pour fallout mon mari a du m'expliquer ce que c'est je l'ai prononcé "falou" ?!!)
      Le questionnaire de l'abbé est intéressant dans le sens où cela nous permet de voir à quel point nous sommes différents et comment nous abordons et définissons les risques ...
      La première question est de savoir comment on se défini et finalement je trouve que c'est la question la plus difficile ...

      Supprimer
    3. Interessant votre choix arrété d'une 10/22 Synthétique Stainless...

      -Soit c'est un choix purement esthétique....
      -Soit vous avez un feedback relationnel et/ou personnel sur ce type de matériel...

      Hijacker

      Supprimer
  17. A la question:
    1) Vous definiriez vous comme survivaliste ?
    - Si non comment ?


    Tout d'abord, je n'ai pas d'idéologie conductrice rigide.
    Pas de comportement ou de conduite rigide ou prédéfinie .
    Mon seul schemat est surement la veritable écologie tirée de l'esoterisme traditionel (d'autres diront sorcellerie ,magie....).
    Ainsi l'axe principal de mon comportement peut etre vu comme la meilleur adaptation en fonction des evènements avec l'usage de l'expèrience qu'aporte le vecu et le savoir .
    Ainsi,je suis a mon avis un survivaliste ,car la vie, n'est pas forcement un parcours tranquile .Tout peut arriver sans avèrtir .


    2)La demarche survivaliste est 'elle une implication de chaques instants ,ou plutot le moyen de reagir ponctuellement a une crise ?

    Le survivalisme est a mon avis, une demarche de tous les instants qui prévoie autant que peut se faire la survenue d'une ou plusieurs crises prévues ou spontanées sucèptible de modifier le cours de mes affaires .Ainsi je m'adapte aux evènements de mon mieux .

    3)Dans vos expèriences passées ,dans les formations acquises ,lesquelles vous ont ete les plus utiles dans votre aproche survivaliste .


    Comme disait Chrstian Leourier dans je ne sais plus quel roman de SF ou initiatique :"Notre vie est une formation secrète qui nous prépare aux pires épreuves " ou quelque chose comme ça .
    Mes divèrses formations surtout professionelles ont ete voulues par moi,comme une construction coherente surtout horizontale ;avec un plan d'ensemble parfois phantasmé tout au long de mes aproches tèchniques surtout .
    Mes lèctures Qui ont compensées un manque de culture generale ,m'on aportées un éveil tardif grace a des épreuves difficiles dans ma vie .Autant dire que j'aurais préferé les vivre etant plus jeune ,pour pouvoir profiter d'une libèrté que peut etre peut connaitront dans leur vie bien protégée .
    Mais cette libèrté tant convoitée, est elle bonne ou sans danger , sans le savoir indispensable du milieux dans lequel elle s'exèrce ..............................? ;-) C'est un sujet important .
    Pour ce qui est de mes modèstes "formations sportives", je crois que c'etait un complement pour un survivalisme violent non sedentaire :-) (la guerre )
    Avec un physique peut favorisé,je crois avoir poussé au maximum mes trés modèstes aptitudes physique .

    RépondreSupprimer
  18. 4)Envisagez vous dans l'avenir l'acquisition de nouvelles competences .Si oui lesquelles .

    Je n'envisage plus d'acquerir de nouvelles competences .Mon age,ainsi que ma santé,ne me pèrmetent plus de faire et de desirer de tels projets d'avenir .
    Cèrte,une étude plus aprofondie de mon environement general ,m'occupe beaucoup tout de meme .

    5)Sur une echelle de 1 a 10 ,estimez votre degré de préparation face au risque que vous avez identifié .

    Une note de 5 serait peut etre une note juste d'aprés mes façpns de voir la vie d'ici, car les moyens d'un retraité son en baisse constante par rapport a un actif :
    Baisse physique et baisse financières .
    Mais surment 7 ou 8 par rapport a la demarche des gens qui vivent en ville .
    Mais, ce point de vue peut etre trés subjèctif, pèrsonel ou trop general ?


    6)Sur une echelle de 1 a 10 estimez la probabilité que votre mode de vie actuel change sous l'effet d'un risque majeur .
    1 pour peut de risque que mon mode de vie change .
    10 pour il est absolument ineluctable que mon mode de vie change

    Mon mode de vie changera ineluctablement,comme il a change tout au long de ma vie ,pour la simple raison que tout ce qui existe est soumis a la loi du changement .
    Rien de ce qui nous entoure connu de nos sens,ne peut rèste etèrnelement dans le meme etat .
    Donc mon environement vat encore chager . La note est 5.
    Compte tenu de la pèriode dans laquelle nous vivons aujourd'hui,la possibilité que mon mode de vie change est de mon point de vue une note egale a 8, voir plus .
    Depuis quelques decenies, il y a "une redistribution des cartes " voulue par les gens qui decident pour nous .Cela ne se fera pas sans conflis d'interets , a mon avis :-D , compte tenu que dans la vie, c'est chacun pour sa peau et chacun pour soit .
    Cèrte les gens s'asocient pour defendre leurs interets, mais,il convient d'etre prudent tout de meme ,car des transfuges (des gens pèrfides ,vendus a d'autres interets etc....)peuvent etre cachés dans tous les coins de la population ,il me semble ?

    RépondreSupprimer
  19. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  20. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  21. Merci Mike pour l'article sur les caches d'armes, on peut y voir de la pub pour des fusils d'assaut du temps où il suffisait d'une carte d'identité pour les acheter en magasin...

    Merci Volwest d'initier ce quizz qui permet de se faire une idée sur la faune du blog ! À mon tour.

    1 / Vous définiriez-vous comme "survivaliste" ? Si non, comment ?

    Survivaliste, ça me va. Je suis en quête de résilience et d'indépendance, donc ça cadre bien avec le concept du survivalisme.

    2/ La démarche survivaliste est-elle une implication de chaque instant ou plutôt le moyen de réagir ponctuellement à une éventuelle crise ?

    Les deux mon capitaine ! Implication de chaque instant pour atteindre l'indépendance et cultiver la résilience pour faire face aux crises.

    3 / Dans vos expériences passées, dans les formations acquises, lesquelles vous ont été les plus utiles dans votre approche survivaliste ?

    Expérience de pauvreté et formation agricole m'ont mis sur le chemin de l'indépendance. Internet m'a bien sûr permis de faire évoluer ma vision du monde et de trouver des solutions aux différents problèmes que je pourrais rencontrer à l'avenir.

    4 / Envisagez-vous dans l'avenir d'acquérir de nouvelles compétences ? Si oui, lesquelles ?

    J'aimerais acquérir beaucoup de compétences mais malheureusement si je ne pratique pas à la suite de mon apprentissage je perds vite ces atouts. Entre autres :
    - produire de la fibre textile et fabriquer des vêtements
    - small units tactics
    - poterie
    - soudure
    - tournage-fraisage du métal
    - recyclage des matériaux (papier, métaux, plastiques etc)

    5 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez votre degré de préparation face aux risques que vous avez identifiés ? ( 1 : pas préparé, 10 parfaitement préparé ).

    Eh bien, tout dépend du risque que l'on identifie ! Je dirais que ma préparation est inversement proportionnelle à la probabilité estimée qu'un risque survienne. Préparé à être au chômage (facile), pas préparé à un impact de météorite (difficile vous en conviendrez, mais pas impossible à mettre en oeuvre).

    6/ zappé

    7 / Des risques que vous avez pu identifier, quel est celui que vous pensez avoir certainement à gérer dans l'avenir ?

    Les pénuries et toutes leurs conséquences relativement désagréables. La population augmente, de même que la consommation des ressources qui elles diminuent. Le bottleneck écologique pourrait être sévère et il vaut mieux être le plus indépendant du système to weather the storm.

    8 / La démarche survivaliste est-elle pour vous un stress ou un réconfort ?

    Un stress quand je pense à ce qu'il me reste à faire, un réconfort quand je pense à ce que j'ai déjà accompli ! :-D

    ...

    RépondreSupprimer
  22. 9 / Dans votre entourage proche, la notion de risque est-elle présente ? Si oui, pensez-vous que le risque soit bien évalué ?

    Risque présent (notamment nucléaire comme pour beaucoup de Français(es)) mais sous-évalué, un classique des citoyen(ne)s qui ont la tête dans la télé et/ou le guidon. C'est une source de soucis car je me demande comment réagiraient ces personnes en K2KK.

    10 / Essayez-vous d'impliquer vos proches dans votre démarche survivaliste ? Si oui, y parvenez-vous ?

    J'essaie mais à petite dose pour éviter d'affronter un mur d'incompréhension. Il faut vraiment que la courbe de préparation soit douce sinon les gens se cabrent.

    11 / À un ami novice qui souhaiterait engager une démarche survivaliste, quels conseils donneriez-vous ?

    S'interroger sur sa dépendance au quotidien, et ça commence très tôt le matin ! S'informer sur les solutions que d'autres ont adoptés en se posant les mêmes questions. Agir.

    12 / Dans votre démarche survivaliste, que pensez-vous avoir réussi ? Que pensez-vous devoir améliorer ?

    J'ai réussi à me créer une base élémentaire de compétences et d'outils pour faire face à l'imprévu, mais cela reste bien léger quand on pense à la loi de Murphy... Si je reste en France, je pense me construire un bunker pour augmenter ma résilience et augmenter ma production de nourriture pour être indépendant des commerçants, entre autres choses.

    13/14/15/ réponses déjà données par d'autres

    16 / Votre couteau EDC ?

    Stricto sensu, c'est le Cold Steel Vaquero Large. Ce n'est pas adapté à tous les usages que l'on pourrait attendre d'un couteau, mais ça COUPE (la ficelle, les mauvaises herbes etc) !

    17 / Votre couteau Terrain ?

    Tout dépend de ce que l'on qualifie de "terrain". Moi j'utilise le Leatherman Charge TI et le kukri Ka-bar pour l'usage de "terrain".

    18 / Ce qui apparaît rarement dans les EDC de vos amis mais qui est indispensable pour vous ?

    Une pièce d'or. En ville, si le réseau carte bleue est bloqué, on peut toujours trouver une boutique qui la nous rachètera contre du cash.

    19 / Votre prochain achat ?

    La liste est longue mais je dirais une cuve de récupération d'eau de pluie pour mon point de chute (usage temporaire avant de faire une cuve en béton romain ?).

    20 / Votre devise ?

    << Outlast the others ! >> (de moi)
    << An ounce of action is worth a ton of theory. >> (de quelqu'un d'autre)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 18/ dès lors autant avoir du cash, non ?

      Supprimer
  23. Dalv / Homme  / Lycéen/ Sud de la france .

    1 / Vous définiriez-vous comme "survivaliste" ? Si non, comment ?

    Bonne question . Survivaliste … Un grand ou plutôt gros mot . Le mot survivaliste est je pense trop général avec du bon et du mouvais . Je me considère donc pas comme un survivaliste .
    Je suis juste un jeune homme qui se rend compte que tout est instable , notamment en Europe . ( sécurité , économie … ect ) Ayant pris conscience de cela , je pense que mon avenir sera malheureusement sombre … Si je reste dépendent de ce foutu système . C'est pourquoi je vois mon avenir comme étant ' libre', dans un village calme et paisible afin de m’éloignai de ce système qui me dégoûte .
    Pour résumer je suis un simple étudiant qui rêve d'être indépendant d'un système qu'il juge trop instable .

    2/ La démarche survivaliste est-elle une implication de chaque instant ou plutôt le moyen de réagir ponctuellement à une éventuelle crise ?

    Ma démarche survivaliste est plutôt une implication de chaque instant . En effet pour moi le simple fait de me poser la même question  : ' Cette chose , cette décision là va t-elle vraiment m'être utile ? Pour mon intérêt , mon avenir et celui de ma famille ou de mes amis ? ' est une démarche de 'ma vision du survivaliste'. Et c'est en trouvant la réponse a cette question que je fonctionne . Je prends mes décisions pour mon intérêt , celui de ma famille et mes amis et non pas pour donner une bonne image de ce que je suis .
    C'est peut être égoïste mais j'assume .


    3 / Dans vos expériences passées, dans les formations acquises, lesquelles vous ont été les plus utiles dans votre approche survivaliste. ?

    Mes formations favorable dans mon approche survivaliste ? Peut être un stage à l'armée et un stage de secourisme … Mais je pense que c'est surtout la formation ou plutot l'éducation que j'ai réçus de mes proches. Un père dans l'armée française , un beau frêre gendarme et une sœur qui est pompier volontaire ..
    Ils m'ont appris que la vrai vie n'étais pas si belle qu'on nous le laisse prétendre .

    4 / Envisagez-vous dans l'avenir d'acquérir de nouvelles compétences ? Si oui, lesquelles ?

    J'ai encore toutes ma vie pour acquérir de nouvelle compétence et il est évident que je souhaite en apprendre plus . Il y a n'a tellement aussi bien moral que physique… Mais la première qui me vient a l'ésprit est l'étude de la terre afin de réaliser un petit «  potager « .

    5 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez votre degré de préparation face aux risques que vous avez identifiés ? ( 1 : pas préparé, 10 parfaitement préparé ).

    Aux risques que j'ai identifiés .. Je dirais 7 . Vivant dans un milieux favorable , nous sommes déjà preparer sans preparation pour les risques les plus minimes . En revanche pour des risques plus majeurs il faudrais encore approfondir (niveau nourriture et traitement de l'eau)

    6 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez la probabilité que votre mode de vie actuel change sous l'effet d'un risque majeur ? ( 1 : peu de risque que mon mode de vie change, 10 : il est absolument inéluctable que mon mode de vie change ).

    Vivant près d'une ville , je pense que si un risque majeur devait se produire je serai contraint d'évacuer et donc de changer complètement de mode de vie .
    Je dirais donc 10 , mon mode de vie ACTUEL changerai sans pour autant me pertubé puisque que je serais prêt .


    7 / Des risques que vous avez pu identifier, quel est celui que vous pensez avoir certainement à gérer dans l'avenir ?

    Un risque d'effondrement économiques et donc un risque de sécurité , sans aucun doute .
    J'y pense ...En espèrant de ne pas avoir à le gérer .

    RépondreSupprimer
  24. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  25. 8 / La démarche survivaliste est-elle pour vous un stress ou un réconfort ?

    Assez difficile a y répondre … Je ne vois pas cela comme un stress ou un réconfort mais plutot comme un mode de vie qui répondrais aux exigences de son temps acutel et surtout a venir . Je dirais donc plutot un réconfort qu'un stress .


    9 / Dans votre entourage proche, la notion de risque est-elle présente ? Si oui, pensez-vous que le risque soit bien évalué ?
    Dans mon entourage proche , on commence a ouvrir les yeux et se rendre compte du système instable et non durable dans lequel nous vivons . La notion du risque est donc présente. On y pense mais il est encore difficile d'agir . Seul mon père , qui est ,je le rappel dans l'armée francaise et qui est partis une quinzaine de fois dans des lieux de conflits ( notamment en Yougoslavie dans les années 90 ) à la notion et l'evaluation du risque.

    10 / Essayez-vous d'impliquer vos proches dans votre démarche survivaliste ? Si oui, y parvenez-vous ?

    Non je ne les 'oblige ' a rien . L'homme en général a peur de l'inconnu et se 'bloque' facilement quand on insiste un peu trop. La meilleur solution est donc d'en parler , de montrer qu'on est pas un psycopathe , bien dans ses chaussures et de les laisser faire par eux mêmes .

    11 / A un ami novice qui souhaiterait engager une démarche survivaliste, quels conseils donneriez-vous ? Que faire en premier ?
    Je lui donnerai l'adresse du blog tout simplement . Pour rejoindre la question précedente , si c'est cette personne qui vient me demander des «  conseils «  je n'hesiterais pas a lui donner l'adresse de ce blog ceci dit , je pense que faire l'inverse , cette a dire donner l'adresse avant même qu'il soit convaincu de faire le premier pas n'est pas une bonne choses car il risque de se « bloquer » définitivement . Et cela est valable pour tout. 'Ne pas mettre la charue avant les bœufs . '


    12 / Dans votre démarche survivaliste, que pensez-vous avoir réussi ? Que pensez-vous devoir améliorer ?
    De mettre fais la défnition de mon Survivalisme . En effet je pense que ce mot a autant de définition qu'il y a de survivaliste . A améliorer ? Mettre plus en pratique mes connaissances.


    13 / 3 choses absolument indispensables à la maison ?
    - Un chien
    - Une personne autre que soi .
    -Une moyen de défense .

    14 / En voiture ?
    -Extincteur
    -Trousse de premier secours
    -moyen de signalisation ( gilet ou autres . )

    15 / Sur soi ?
    -Couteau
    -Telephone
    -De l'eau

    16 / Votre couteau EDC ?
    un mora ou Doukdouk, opinel . Cela dépent des endroit ou je vais ( ville ou autres )


    17 / Votre couteau Terrain ?
    Un GERBER LMF II INFANTRY j'en suis satisfait pour le moment .


    18 / Ce qui apparaît rarement dans les EDC de vos amis mais qui est indispensable pour vous ?

    Sa peut parraitre bête mais juste un mp3.
    La musique est pour moi , un bon moyen pour remonter le moral ou autres .

    19 / Votre prochain achat ?

    Un sac pour mon edc ' pygmy falcon 2 de maxpedition '


    20 / Votre devise ?
    Mieux vaut prévoir que guérir.
    Ou dans le même genre :
    Si vis pacem parra bellum( si tu veux la paix , prépare la guerre)
    A ne pas prendre au pied de lettre ..


    voilà pour moi désoler des fautes , l'hortographe n'est pas mon fort ! Bonne soirée à tout le monde .

    RépondreSupprimer
  26. Khylsdrak / 41 ans / Loiret / vie en milieu rural

    1 / Vous définiriez-vous comme "survivaliste" ?
    Non je recherche le maximum d'autonomie parce que je ne veux dépendre de personne, je dirais que je suis un indépendant autonome.

    2/ La démarche survivaliste : implication de chaque instant ou réaction ponctuelle à une crise ?
    Le survivalisme apporte des réponses qui vont dans le sens de ma démarche. L'autonomie et le survivalisme s'entendent bien sur la préparation mais je me sens plus serein que le survivaliste qui se prépare pour des événements.

    3 / Expériences passées les plus utiles ?
    Le service militaire indéniablement.

    4 / Envisagez-vous dans l'avenir d'acquérir de nouvelles compétences ?
    Évidemment, je suis loin d'en avoir fini, l'apprentissage c'est toute la vie. En ce moment, j'apprends à faire du troc, à mieux exploiter mon jardin, à faire de la maçonnerie...

    5 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez votre degré de préparation...
    Je ne me prépare pas à des risques donc je ne peux pas répondre.

    6 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez la probabilité que votre mode de vie actuel change sous l'effet d'un risque majeur...
    Mon mode de vie est basé sur l'adaptation par l'autonomie, pas sur les risques, même si ceux-ci sont pris en compte.

    7 / Risques à gérer dans l'avenir ?
    L'effondrement économique.

    8 / La démarche survivaliste : stress ou un réconfort ?
    Je n'ai pas de démarche survivaliste en tant que telle.

    9 / Dans votre entourage proche, la notion de risque est-elle présente ?
    Il y a des discussions oui mais les gens restent paisibles.

    10 / Essayez-vous d'impliquer vos proches dans votre démarche survivaliste ?
    Aucunement, je préconise à mes amis d'être indépendant et autonome pour ne plus être enchaîné au bon vouloir d'autrui mais ça reste une démarche personnelle.

    11 / Conseils à un ami pour une démarche survivaliste ?
    Je lui dirais que le survivalisme est une étape vers l'autonomie et qu'il faut voir plus loin que la simple survie.

    12 / Que pensez-vous avoir réussi ? Que pensez-vous devoir améliorer ?
    Je suis conscient qu'il faut se préparer, c'est le positif. Ce que je dois améliorer : absolument tout dans tous les domaines.

    13 / 3 choses indispensables à la maison ?
    - le courage
    - la joie de vivre
    - l'humilité
    Ces valeurs font fonctionner une famille. Le matériel peut casser, se faire voler, se perdre et de toute façon, le matériel ne m'intéresse que par son utilité.

    14 / En voiture ?
    - la vigilance
    - le respect de la vie
    - une vision élargie
    Encore une fois, les valeurs sont primordiales sur le matériel à mes yeux. Avoir du matériel, c'est utile et nécessaire, avoir l'esprit bien alerte, c'est mieux.

    15 / Sur soi ?
    Rien n'est ultra primordial à partir du moment où on est correctement habillé en fonction de l'endroit où l'on se trouve.

    16 / Votre couteau EDC ?
    C'est une pure question pour survivalite ça ! pourquoi s'intéresser au couteau ? c'est un outil comme un autre, je ne fais pas une fixation sur un outil, aucun intérêt. Dans mon EDC, le couteau varie au cours de l'année, une seule condition, il doit remplir sa fonction : il doit couper

    17 / Votre couteau Terrain ?
    Je ne pars pas en guerre, ni en expédition, le couteau de mon EDC suffit. S'il ne suffit pas, c'est pas un bon couteau ou alors ce n'est pas l'outil adapté à la situation.

    18 / Rare dans les EDC mais indispensable pour moi ?
    Des photos de ma famille proche.

    19 / Votre prochain achat ?
    Un meuble pour ranger correctement mes outils. Avoir plein de matériel c'est bien mais je perds trop de temps à chercher les choses, je dois mieux m'organiser.

    20 / Votre devise ?
    C'est marrant, elle ressemble à celle de Volwest et pourtant je ne l'ai pas copié car c'est ma devise depuis une vingtaine d'années environ.
    Si la vie est un jeu alors jouons gagnant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien aimé tes réponses aux questions 13 et 14 ! C'est totalement vrai.
      L'attitude prime sur l'outil.

      Supprimer
    2. Ce test était une super idée vu qu'on voit des démarches différentes et des points de vue très intéressants.

      Supprimer
  27. / Vous définiriez-vous comme "survivaliste" ? Si non, comment ?

    Je me définirais comme survivaliste modéré, sinon comme une personne qui cherche à être autonome du système le plus possible. Par contre je ne me définirais pas comme un paranoïaque éternellement anxieux à l'idée d'une apocalypse biblique prochaine. Ma démarche vise a me donner une bonne marge de manœuvre advenant divers scénarios où le système garantissant notre subsistance se met à être défaillant. Le système aillant déjà démontré sa fragilité à de très nombreuses reprises, je suis donc pragmatique.

    2/ La démarche survivaliste est-elle une implication de chaque instant ou plutôt le moyen de réagir ponctuellement à une éventuelle crise ?

    Je m'implique de temps à autre dans ma démarche survivaliste suivant mon budget. Je ne suis pas une ligne d'inquiétude particulière. Je ne met pas énormément de budget sur ça non plus, j'y va selon les priorité du moment, selon les risque imminents. Quand je peux me le permettre, je me prépare à plus long terme. Me désendetter et faire des réserves de cash sont de hautes priorités, ce qui réduit mes dépenses pour du matériel éventuel.

    3 / Dans vos expériences passées, dans les formations acquises, lesquelles vous ont été les plus utiles dans votre approche survivaliste ?

    Hum, jai pas suivie de formation particulière, je m’informe là où je peux. J'ai pas été encore confronté à des scénarios « suvivaliste ». Mais c'est bon d'être prêt avant que ça arrive. Je dirais que les premier soin serais une formation pertinente à suivre.

    4 / Envisagez-vous dans l'avenir d'acquérir de nouvelles compétences ? Si oui, lesquelles ?

    Comme je disais, une formation de secouriste m'intéresserais. Je suis tout simplement terrorisé par l'éventualité ou quelqu’un ai besoin de premier soin urgent, et que je sois le seul témoin sans pouvoir lui prêter assistance.

    5 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez votre degré de préparation face aux risques que vous avez identifiés ? ( 1 : pas préparé, 10 parfaitement préparé ).

    On est jamais assez prêt, je dirais 4! Je dirais 9 quand j'aurais ma Base Autonome Durable, des réserve d'eau et de nourriture pour un ans, et une source d'électricité garantie.

    6 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez la probabilité que votre mode de vie actuel change sous l'effet d'un risque majeur ? ( 1 : peu de risque que mon mode de vie change, 10 : il est absolument inéluctable que mon mode de vie change ).

    Si y'a une coupure d'internet, là c'est certain que ma vie risque de changer

    Y'a aussi d'autre risque que je n'ose pas imaginer, comme l'amputation d'un membre dans un accident. Perte du vue ou d'ouï. Infertilité à la suite d'exposition à des radiations!

    Mais pour les risque les plus probable identifier, autrement dit, crise économique, perte d'emploi, maladie … je pense pas être encore prêt à affronter tout ça allègrement. Je dirais donc 4, aussi.

    7 / Des risques que vous avez pu identifier, quel est celui que vous pensez avoir certainement à gérer dans l'avenir ?

    Je suis nouvellement employé, salarié en probation, donc d'ici trois mois la compagnie pour laquelle je travail va avoir à décider si elle me garde ou non (pas syndiqué) donc le risque d'être mis-à-pied est le risque qui m'inquiète le plus c'est temps ci. Malgré tout je crois faire une bonne job donc je m'inquiète pas vraiment pour ça.

    8 / La démarche survivaliste est-elle pour vous un stress ou un réconfort ?

    Je suis allergique au stress, ma démarche survivaliste m'amène du réconfort dans le sens où elle m'évitera du stress en situation critique. Je ne suis pas anxieux à l'idée d'une attaque nucléaire ou du réchaufement climatique, mais le fait d'avoir un extincteur dans mon bloc, une pinte d'huile dans mon char, ou un double de mes clé d'apart dans mon porte-feuille me permette d'éviter de trop rusher si j'en aurais besoin.

    RépondreSupprimer
  28. (homme, 28 ans, Québecois (Chaudière-Apallache)

    J'avais oublier de me présenter :P`

    Suite!

    10 / Essayez-vous d'impliquer vos proches dans votre démarche survivaliste ? Si oui, y parvenez-vous ?

    Je n’essaie pas d'impliqué mon entourage malgré le fait que mon entourage semble s’intéresser à ce que je fais. Je crois que mon frère s’intéresse tranquillement au survivalisme, et j'ai initié ma blonde en l'invitant à mon forum.

    11 / A un ami novice qui souhaiterait engager une démarche survivaliste, quels conseils donneriez-vous ? Que faire en premier ?
    Inscris toi à mon forum


    12 / Dans votre démarche survivaliste, que pensez-vous avoir réussi ? Que pensez-vous devoir améliorer ?

    Je crois avoir réussi à définir, pour moi, ce qu'est le survivalisme et à avoir défini clairement mes priorités.

    13 / 3 choses absolument indispensables à la maison ?

    Une source de nourriture et d'eau d'appoint
    Une Source de chauffage d'appoint
    Une source d'électricité d'appoint

    14 / En voiture ?

    De l'huile
    De l'essence
    Du prestone

    15 / Sur soi ?

    Multitool
    Feu (briquet/allumette)
    ses clés, son porte feulle, son cellulaire!

    16 / Votre couteau EDC ?

    Celui de mon multitool

    17 / Votre couteau Terrain ?

    Colemen Excursion

    18 / Ce qui apparaît rarement dans les EDC de vos amis mais qui est indispensable pour vous ?

    plein de vielle facture, pour faire un feu!

    19 / Votre prochain achat ?

    Des pièces d'argent

    20 / Votre devise ?

    ...

    RépondreSupprimer
  29. J'ai parler de mon blog mais jai aussi oublier de donner l'adresse ! :P

    http://letempsdesloups.forumgratuit.ca/

    RépondreSupprimer
  30. Bonjour.
    Suite.
    7) Des risque que vous avez pu identifier ,quel est celui que vous pensez avoir cèrtainement a gerer dans l'avenir .

    Je pense que nous risquons de connaitre comme d'autres pays l'ont connu il y a peut de temps ,un genocide sous une forme particulièrement violente comme une guerre mondiale ou civile ,un efondrement des institutions donnant une sorte de feodalisme (mondialisation de la mafia )ou d'autres formes d'assassinats de masse comme des pandémies faussement imprevisibles ,mais renforcées par le manque oportuns de moyens techniques pour lutter contre .(misère,ruine,faillite,etc.).
    C'est une forme classique de tueries contre les peuples ,mais,il y a aussi le "stalinisme", "le nzisme ",le "pinochisme ",etc...............
    Il y a aussi ,les nouvelles technologies comme par exemple,"HAARP",OGM, et tout ce que nous ne savons pas encore ,mais qui nous deciment peut etre deja en douce (satelites,antenes ,bouffe ,eau,produits chimiques,intox,etc...)?
    Ces dèrniers risques ne seront peut etre pas facilement detèctables ni gerables ,sans une bonne dose de "chance " ?

    8)La demarche survivaliste,est 'elle pour vous un stesse ou un reconfort?


    Prevoir,se tenir pret pour afronter le mieux possible les dificultés de la vie, n'est ni un stesse,ni un reconfort ,je crois.
    C'est juste un ideal de maitrise ,de prevoyance ,vèrs lequel on peut tendre sans jamais ateindre la pèrfèction,il me semble ?


    9) Dans votre entourage,proche,la notion de risque est elle presente ?
    Si oui, pensez vous que le risque soit bien évalué ?

    Dans mon entourage proche,il y a des élements qui font du déni grave en face de la réalité qui arrive d'années en années .
    Ils forment un noyeau compacte d'autruches qui s'entre soutienent dans leurs denis ,leurs croyances angeliques et dangereuses qu'il suffit de ne pas voir les choses en face pour les faire disparaitre .(il ne faut rien dire, c'est pas poli amen)
    Il y a aussi quelques "éléments durs",prèsque des "activistes", qui comme moi essayent depuis des decenies ,de structurr leurs environements de manière a recevoir ces risques et faire face aux changements de "normalité "selon leurs moyens pèrsonels.
    Nous sommes préparés de longue date et plus encore depuis 1975 et plus encore dés 1980 ou le chomage a ete une arme mortelle contre la population de travailleurs .Deja, c'etait "accèptez le chomage ou c'est la guerre civile "
    Il y a aussi des éléments réalistes qui resentent le besoin de se prémunir d'un desordre organisé,contre ce qui arrive,mais qui ne sont pas préparés de manière solide et pour qui ,parler de ces éventualités sans craintes, est passer pour un parano.
    Je crois que nous sommes trés nombreux a ne pas évaluer convenablement les risques qui nous pendent au dessus de la tête .
    Ces risque sont au moins de nature "humaine" ,mais aussi climatiques ou cosmiques peut etre ?

    RépondreSupprimer
  31. (iNdY44 / homme / 46 ans / Campagne Bretonne)

    1 / Vous définiriez-vous comme "survivaliste" ? Si non, comment ?

    Je suis avant tout "prévoyant" comme mes parents et mes grands-parents l'ont étés avant moi pendant la 2éme GM, la guerre d’Algérie ou simplement Mai 68 ... survivants ils ont étés.

    2/ La démarche survivaliste est-elle une implication de chaque instant ou plutôt le moyen de réagir ponctuellement à une éventuelle crise ?

    Pour moi c'est un mode de vie naturel, depuis tout jeune, je ne fais pas d'effort particulier si ce n'est une réflexion sur l'utilité des choses qui m'entourent, et d'essayer d'anticiper la défaillance de ces systèmes.

    3 / Dans vos expériences passées, dans les formations acquises, lesquelles vous ont été les plus utiles dans votre approche survivaliste ?

    Vaste sujet ! je dirais que j'ai commencé ce parcours à l'age de 11ans quand j'accompagnais mon père aux cours de secourisme (préparation au BNS) de la protection civile ou à l'époque (années 70) il y avait un gros volet sur la préparation aux conflits nucléaire... guerre froide oblige, avec mise en place d'un abri atomique, et tout le nécessaire à l'intérieur.
    Celà m'a permis d'acquérir beaucoup de connaissances théoriques et pratiques, plus tard j'ai moi même passé mon brevet de secourisme + la réanimation, puis le monitorat. aujourd'hui je me limite à secouriste du travail.
    Puis j'ai effectué mon service militaire en Allemagne (FFA) ce qui m'a permis de tiré au MAS 49/56 (7,5mm), au FAMAS, au PA MAC50 et même au M16 lors d'une séance de tir avec l'armée US ;-)
    ensuite j'ai travaillé dans l'industrie nucléaire à faire de la maintenance 1er niveau ... pour ce faire j'ai été former en électromécanique, chimie des eaux, radioprotection, chaudronnerie, automatismes et thermodynamique... et cela pendant une dizaine d'année.
    dans ce cadre j'ai également eu des formations sur les risques industrielles, ainsi que sur la lutte incendie seul et en équipe constitué dans des espaces ouverts ou clos avec appareils respiratoire... etc
    du coté "loisirs" j'ai pratiqué différents sports de combats, de la plongés autonome (niveau3) et du tir sur cible pendant plus de 10 ans avec des armes de poing (beretta 76 (22lr) et 92F (9mm), S&W 629 (44Mag), Colt King Cobra (357 Mag) et S&W 4506 (45ACP) et avec quelques armes d'épaules (Cal 12/300WM/30-30/22lr)... j'ai tout revendu pour cause de législation pesante et stand de tir limité au calibres de "compétitions"
    j'ai eu la chance également de rencontrer des personnes qui m’ont formé au rechargement, je me suis donc équipé pour recharger mes munitions d'armes de poing, je n'ai jamais acheté de cartouches manufacturés, seulement des douilles tirés une fois, de la poudre, des amorces et des projectiles (j'en ais coulé aussi mais c'est trop ingrat!)

    dans la vie de tous les jours je fais mes courses alimentaires en veillant au vrais bonnes affaires afin de constitué en permanence des réserves pérennes à coûts maitrisés

    Je pense donc que l'ensemble de ces expériences m'ont permis d'avoir une assez bonne approche du "survivalisme" ...ou de la prévoyance autonome pour moi.

    ... mais il y a encore à apprendre !

    4 / Envisagez-vous dans l'avenir d'acquérir de nouvelles compétences ? Si oui, lesquelles ?

    Prochaine étape: je passe mon permis de chasse, après on verrat bien!

    Ah et il faudrait que je termine de lire le livre de Piero que j'ai commencé il y a 6 mois ;-{


    5 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez votre degré de préparation face aux risques que vous avez identifiés ? ( 1 : pas préparé, 10 parfaitement préparé ).

    Je dirais 9 pour un scénario vert ou orange (.. toujours une petite incertitude) et 6 pour un scénario Rouge.
    .../...

    RépondreSupprimer
  32. 6 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez la probabilité que votre mode de vie actuel change sous l'effet

    d'un risque majeur ? ( 1 : peu de risque que mon mode de vie change, 10 : il est absolument

    inéluctable que mon mode de vie change ).

    ... suivant le risque majeur ... entre 5 et 9

    7 / Des risques que vous avez pu identifier, quel est celui que vous pensez avoir certainement à gérer

    dans l'avenir ?

    - Mouvements de foules liés au conditions economiques et sociales

    - Pénurie et/ou rupture dans les chaines d'approvisionnements alimentaires et energétiques.

    ... les deux sont un peu liés


    8 / La démarche survivaliste est-elle pour vous un stress ou un réconfort ?

    Ni l'un ni l'autre, juste une composante de mon existence.

    9 / Dans votre entourage proche, la notion de risque est-elle présente ? Si oui, pensez-vous que le

    risque soit bien évalué ?

    Pour la plupart des gens c'est très loin de leurs préocupations... "ils ont autres chose à penser"

    10 / Essayez-vous d'impliquer vos proches dans votre démarche survivaliste ? Si oui, y parvenez-vous ?

    faiblement ... mais déjà quand j'arrive à ce qu'ils porte un couteau ou une lampe de poche ... c'est

    une victoire ! mais il arrive que l'on parle d'autonomie en eau ou en nourriture, voir en énergie...

    mais c'est pas très courant, dommage!

    11 / A un ami novice qui souhaiterait engager une démarche survivaliste, quels conseils donneriez-vous

    ? Que faire en premier ?

    Lui faire constituer un EDC suivant ses goûts

    faire un état des lieux de son autonomie sur les basiques : eau, nourriture, énergie / évaluer ses

    attentes et ses ressources pour lui donner une autonomie sur quelques semaines dans un premier temps.

    lui faire lire un document de vulgarisation comme celui là
    http://www.bbk.bund.de/SharedDocs/Downloads/BBK/FR/FdN-

    vorgesorgt_fr.pdf;jsessionid=4960094C064544FA952887013B4A06A0.1_cid095?__blob=publicationFile


    12 / Dans votre démarche survivaliste, que pensez-vous avoir réussi ? Que pensez-vous devoir améliorer

    ?

    Globalement oui, mais j'ai encore de gros manques dans le long terme, dans le cadre d'un scénario

    rouge par exemple: peu de connaissances de l'agriculture ou de l'élevage... et c'est pas ma passion

    :-(

    Développer une BAD, d'abord autonome en eau et en énergie, puis en élevage et éventuellement en

    culture après


    13 / 3 choses absolument indispensables à la maison ?

    - Une source de chaleur autonome. (bois,gaz,charbon,pétrole,alcool)
    - eau et nourriture + de quoi en stocker
    - armes et outils.


    14 / En voiture ?

    - une couverture / sac de couchage
    - Une pelle pliante (c'est multi-usage)
    - Un kit de premiers soins.

    15 / Sur soi ?

    - Un couteau.
    - Une lampe de poche.
    - Un briquet

    16 / Votre couteau EDC ?

    un couteau suisse Victorinox depuis + de 30 ans, en ce moment modèle "One Hand Trekker" (OHT).. mais

    je collectionne toute sorte de Victorinox et j'en ai plusieurs sur moi!


    17 / Votre couteau Terrain ?

    -MORA Clipper Rescue + KA-BAR Next Generation + une machette Herbertz courte (lame de 25cm)


    18 / Ce qui apparaît rarement dans les EDC de vos amis mais qui est indispensable pour vous ?

    cartes et boussole, peut être ?


    19 / Votre prochain achat ?

    une carabine ou un fusil de chasse... c'est pas encore décidé... avec le coffre qui vas autour et les

    munitions!


    20 / Votre devise ?

    La peur n'évite pas le danger (dédié à tous ceux qui ont peur de l'inconnu)

    RépondreSupprimer
  33. Buldize / Homme / 34 ans / Normandie / semi-rural
    1 / Vous définiriez-vous comme "survivaliste" ? Si non, comment ?
    Jeune padawan pour plus d’autonomie.(à aujourd’hui, pas d’action sérieuse d’engager)
    Plus je parcours ce blogg, plus je me rends compte que je suis "prisonnier" de mes petites habitudes et de mon confort.
    J’estimais, à tord, pouvoir m’adapter/faire face à pas mal de situation.
    C’est mieux de s’en rendre compte maintenant que lorsqu'il sera trop tard.

    2/ La démarche survivaliste est-elle une implication de chaque instant ou plutôt le moyen de réagir ponctuellement à une éventuelle crise ?
    Pour le moment, c’est un état d’esprit qui se met en place, un changement de mode de réflexion. Pouvoir + compter sur moi, et si nécessaire, que les autres puissent compter sur moi.

    3 / Dans vos expériences passées, dans les formations acquises, lesquelles vous ont été les plus utiles dans votre approche survivaliste ?
    Ni camping, ni scoutisme, ni service militaire pour ma part.
    L’expérience la plus proche sont les bonnes habitudes transmises par mes parents (éclairage à la bougie pendant les coupures d’électricité de quelques heures qui pouvait arriver pendant notre enfance, s’informer sur les conditions météo avant de partir en ballade lors de nos vacances à la montagne).

    4 / Envisagez-vous dans l'avenir d'acquérir de nouvelles compétences ? Si oui, lesquelles ?
    La plus importante pour mon cas : être capable d’agir par moi-même

    5 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez votre degré de préparation face aux risques que vous avez identifiés ? ( 1 : pas préparé, 10 parfaitement préparé ).
    1 -> pas d’EDC, encore moins de BOB, et une évaluation des risques beaucoup trop flou. Mais les courses de dernière minutes seront mieux ciblées ;-)

    6 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez la probabilité que votre mode de vie actuel change sous l'effet d'un risque majeur ? ( 1 : peu de risque que mon mode de vie change, 10 : il est absolument inéluctable que mon mode de vie change ).
    9 -> cf réponse précédente. Ma préparation étant quasi-nul, un risque majeur bouleversera inévitablement ma vie d’européen moyen.


    7 / Des risques que vous avez pu identifier, quel est celui que vous pensez avoir certainement à gérer dans l'avenir ?
    Une altercation avec un autre usagé de la route. Hasard ou coïncidence, j’ai eu affaire ces derniers mois à 2-3 automobilistes très agressifs verbalement (voir même à rechercher l'affrontement physique). Une attitude "profil bas" (et être prêt à fuir si nécessaire) m'a permis que d'en rester là. Est-ce que ça se passera "aussi bien" une prochaine fois ?

    8 / La démarche survivaliste est-elle pour vous un stress ou un réconfort ?
    Au départ, un stress. Se rendre compte que l’on n’est pas prêt pour faire face à une situation "anormale", même bénigne, ça fait peur.
    Puis, on voit que des solution simple existe (faire le plein de la voiture lorsque l’on est à la moitié, et non plus quand le témoin de réserve s’allume).


    9 / Dans votre entourage proche, la notion de risque est-elle présente ? Si oui, pensez-vous que le risque soit bien évalué ?
    Non (enfin, pas à ma connaissance). Peut-être la crainte sous-jacente d'une chute de l'euro/de son confort ?

    10 / Essayez-vous d'impliquer vos proches dans votre démarche survivaliste ? Si oui, y parvenez-vous ?
    Non. La démarche d’accès à plus d’autonomie étant nouvelle pour moi, il me semble difficile de pouvoir en parler de la bonne façon/avec les bons arguments.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 11 / A un ami novice qui souhaiterait engager une démarche survivaliste, quels conseils donneriez-vous ? Que faire en premier ?
      La règle des 3 : (3s sans réfléchir, 3min sans air, 3heures sans régulation thermique, 3jours sans eau, 3semaines sans manger, 3mois sans vie sociale).
      Et bien sur de venir sur le blog de Volwest ;-)

      12 / Dans votre démarche survivaliste, que pensez-vous avoir réussi ? Que pensez-vous devoir améliorer ?
      Réussite : l’accès à plus d’autonomie est une démarche normale
      Amélioration : mise en place concrète de cette démarche.


      13 / 3 choses absolument indispensables à la maison ?
      - de quoi se réchauffer
      - de quoi se désaltérer
      - de quoi se nourrir

      14 / En voiture ?
      - de quoi s’orienter
      - de quoi dépanner
      - de quoi secourir

      15 / Sur soi ?
      - papier d’identité
      - du cash
      - un EDC (lampe, clef maison)

      16 / Votre couteau EDC ?
      - aucun (pas trouvé mon bonheur)

      17 / Votre couteau Terrain ?
      - aucun (pas encore arrivé à cette étape)

      18 / Ce qui apparaît rarement dans les EDC de vos amis mais qui est indispensable pour vous ?
      - une lampe


      19 / Votre prochain achat ?
      - En cours : "Guide de secourisme de la croix-rouge de 1957"
      - Constitution d’un kit de bobologie.

      20 / Votre devise ?
      Deux c’est un, et un c’est zéro (bon, c’est pas de moi ;-) )

      Supprimer
  34. 10)Essayez vous d'impliquer vos proches dans votre demarche survivaliste ?
    Si oui,y parevenez vous ?

    Non, je n'essaye pas de parler de survivalisme avec les autres,en general, car eux ,ne m'ont pas parlés de leurs combines et entrainements ,mais,ils essayent plutot toujours a profiter de mon ignorence pour me pieger .
    Il y a quelques "proches" qui ont cette démarche depuis des decenies ,mais,il ne leur a pas ete necessaire de parler survivalisme pour agir en survivaliste "complices".
    Mon fils qui est largement en age de juger du bien fondé de cette demarche, est avèrti, mais il peut mieux que moi,juger par lui meme,de l'interet de cette demarche .
    Il a apris lui aussi a utiliser des armes et m' a meme apris quelques bons trucs .


    11)A un ami novice,qui souhaiterait engager une demarche survivaliste ,quel conseil lui donneriez vous ?
    Que faire en premier ?

    Un bon conseil :penser par soit meme .
    multiplier les occasions de parfaire ses aptitudes manuelles a fabriquer et maitriser son environement .
    Faire du sport .
    Lire de tout .
    aprendre la relaxation profonde.

    12)Dans votre demarche survivaliste,que pensez vous avoir réussi ?
    Que pensez vous devoir ameliorer ?

    Je pense avoir developpé mes capacités a controler et connaitre mon environement .
    Je devrais améliorer ma santé .

    13)3 choses indispensables a la maison.
    Un atelier avec des outils .
    des moyens divèrsifiés pour avoir de l'eau .
    de la bouffe en quantité suffisante .

    14)En voiture.
    Un boite de lampes.
    Un bidon d'huile moteur.
    un bidon de liquide de refroidissement .
    Des lampes autonomes sur lesquelles on peut compter :-)
    Parfois de l'eau en bouteille et de quoi grignoter .

    15) Sur soi.
    un couteau a ouvèrture automatique .
    Un moyen de paiement.
    Un briquet .
    Une montre.

    16)Votre couteau EDC
    ça depend des moments ,mais un Buck est un bon choix .

    17)couteau tout terrain
    Je n'en ai pas lame speciale,mais une machette ,un baillonette,une cèrpe et d'autre lames de couteau sont utiles suivant les choix .

    18)Pas indispensable dans les EDC des autres, mais indispensable pour moi .

    Parfois une boussole et carte,Une lampe .

    RépondreSupprimer
  35. 19)Votre prochain achat.
    Si possible le pèrmis de chasse.
    Des chaussures de randonnée ou
    un purificateur d'eau.

    20)Votre devise .
    Ne faire confiance a pèrsonne ,meme pas a soi :-)
    Bye.

    RépondreSupprimer
  36. (lucas / homme / 42 ans / urbain...mais à 25KM d'une zone montagneuse)
    1 / Vous définiriez-vous comme "survivaliste" ? Si non, comment ?
    Plutôt un "prévoyant", mais si la situation dérape, la désignation "survivaliste" sera certainement justifié.

    2/ La démarche survivaliste est-elle une implication de chaque instant ou plutôt le moyen de réagir ponctuellement à une éventuelle crise ?
    La prévoyance, pour être efficace, doit forcement être constante.

    3 / Dans vos expériences passées, dans les formations acquises, lesquelles vous ont été les plus utiles dans votre approche survivaliste ?
    Mon coté débrouillard et opportuniste est certainement dû à mes 2 années de routes, brodequins aux pieds et sac sur le dos!
    Depuis, ma formation professionnel dans le bâtiment, ma passion pour l'histoire, et mes responsabilités familiales m'ont appris la prévoyance.


    4 / Envisagez-vous dans l'avenir d'acquérir de nouvelles compétences ? Si oui, lesquelles ?
    On verra bien. Les compétences à acquérir c'est jamais fini. IL y a toujours des choses à apprendre.


    5 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez votre degré de préparation face aux risques que vous avez identifiés ? ( 1 : pas préparé, 10 parfaitement préparé ).
    Évoluant avec un EDC bien au point.
    Ayant constamment nos BOB opérationnels. Notre stock d'eau, de soins, de nourriture et notre fonds d'urgence permettant de tenir 2 à 3 mois. Ayant des systèmes de luttes contre le feu. Possédant un armement tout à fait apte à nous défendre de façon efficace. Ayant la chance de pouvoir nous réfugier dans une maison familiale situé en zone montagneuse à 70Km de chez nous. Je nous donnerai un 5.

    6 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez la probabilité que votre mode de vie actuel change sous l'effet d'un risque majeur ? ( 1 : peu de risque que mon mode de vie change, 10 : il est absolument inéluctable que mon mode de vie change ).

    En prenant compte des risques d'accident au niveau local (incendie en 1er plan, rupture momentané des systèmes de support), des risques d'accident au niveau régional (nucléaire: une très vieille centrale pas très loin) et vivant dans un pays qui sent un peu le souffre économiquement. Je dirais 4.


    7 / Des risques que vous avez pu identifier, quel est celui que vous pensez avoir certainement à gérer dans l'avenir ?
    Voir en 6


    8 / La démarche survivaliste est-elle pour vous un stress ou un réconfort ?
    La démarche apporte forcement un peu de réconfort, sachant que le stress, en cas de problème, sera atténué du fait de la préparation. Mais bon! On ne sait jamais...


    9 / Dans votre entourage proche, la notion de risque est-elle présente ? Si oui, pensez-vous que le risque soit bien évalué ?
    Dans la cellule familiale la notion de risque est bien comprise. En dehors de celle-ci, hormis quelques amis, le constat d'impréparation est consternant.


    10 / Essayez-vous d'impliquer vos proches dans votre démarche survivaliste ? Si oui, y parvenez-vous ?
    La cellule familiale forcement. Ma femme est de la partie.
    Avec les amis intéressés on en parle. Mais sans plus.

    RépondreSupprimer
  37. 11 / A un ami novice qui souhaiterait engager une démarche survivaliste, quels conseils donneriez-vous ? Que faire en premier ?
    D'aller voir le blog de Vol West...;-)
    Puis d'évaluer son environnement directe, et de remédier à tous les points faibles de celui-ci (sécurité, autonomie,...).

    12 / Dans votre démarche survivaliste, que pensez-vous avoir réussi ? Que pensez-vous devoir améliorer ?
    Il y a toujours quelques choses à améliorer.

    13 / 3 choses absolument indispensables à la maison ?
    Mes outils
    Mon stock (eau; nourriture; energie)
    Mes armes

    14 / En voiture ?
    Mode urbain! Nous n'avons pas de voiture.

    15 / Sur soi ?
    Un couteau.
    Une lampe de poche.
    Un briquet.

    16 / Votre couteau EDC ?
    Le "Endura" de spyderco à lame dentées. Sans aucun doute le meilleur couteau EDC qu'il m'est été donné de porter ces 30 dernières années.

    17 / Votre couteau Terrain ?
    Le K-bar de chez Camillus, mais finalement j'en teste tellement qu'il reste souvent à la maison.


    18 / Ce qui apparaît rarement dans les EDC de vos amis mais qui est indispensable pour vous ?
    ???

    19 / Votre prochain achat ?
    ???

    20 / Votre devise ?
    Un "tiens" vaut mieux que 2 "tu l'auras".

    RépondreSupprimer
  38. 20. Ma devise me vient d'un film,

    Lorsque les éléments sont à leur pire, c'estlors de ces moments que l'homme est à son meilleur.

    Le Pélican

    RépondreSupprimer
  39. 1 / Vous définiriez-vous comme "survivaliste" ? Si non, comment ?
    Peut-être, si être survivaliste consiste à la fois
    a) à ne pas penser que son salut sera assuré par le système national ou global de production, de distribution et de gestion des risques ;
    b) à dégager en conséquence dans sa vie une possibilité d’indépendance maximale par rapport à ce système ; c) à travailler pour accepter au maximum l’impermanence des choses, se recentrer sur la vie quotidienne, les besoins élémentaires et l’instant présent.
    Mais vouloir se définir comme qqch (que ce soit comme survivaliste ou comme autre chose) est en contradiction avec la démarche de ce troisième point. Accepter l’impermanence des choses veut aussi dire accepter l’idée de la mort : qu’il y a un moment où nous-mêmes et nos proches ne survivront plus.
    Il n’y a pas vraiment besoin de se définir. Les définitions sont toujours fausses.

    2/ La démarche survivaliste est-elle une implication de chaque instant ou plutôt le moyen de réagir ponctuellement à une éventuelle crise ?
    Les deux. C’est une implication de chaque instant dans la mesure où il s’agit, comme le zen, d’une philosophie du rapport au temps et à l’être. Notre société est tournée vers le passé, en tant que société de la dette, et refuse le présent en tant que société de loisir ayant le culte de la « distraction ». Le survivalisme repose sur une attention perpétuelle au présent et au devenir (risque).
    Il est de ce fait un moyen de réaction aux événements ponctuels. Mais cette réaction se fait beaucoup par anticipation ; la démarche est sous cet angle, celle de l’assurance. Mais il n’y a pas de philosophie de l’assurance.

    4 / Envisagez-vous dans l'avenir d'acquérir de nouvelles compétences ? Si oui, lesquelles ?
    Oui. La liste est trop longue. SI l’on y prête attention, et si on le souhaite, il ne passe pas une journée sans que l’on acquière/améliore une compétence.


    6 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez la probabilité que votre mode de vie actuel change sous l'effet d'un risque majeur ? ( 1 : peu de risque que mon mode de vie change, 10 : il est absolument inéluctable que mon mode de vie change ).
    Euh… 10. Parce que
    a) Tout dépend de la définition du « risque majeur » ou du « changement de mode de vie » ; l’histoire et la vie n’est qu’une succession de réalisation de risques majeurs face auxquels les modes de vie ont changé ; la Sécu en France considère même la maternité comme un « risque » ! à l’échelle individuelle, une perte d’emploi, le décès d’un proche etc. change le mode de vie.
    b) Anticiper / prévoir le risque impose en soi une modification du mode de vie. Même avec des choses telles que : changer d’alimentation pour qu’elle soit plus saine, arrêter de fumer, mettre en place un potager. Cela reste un changement sous l’effet du risque.

    8 / La démarche survivaliste est-elle pour vous un stress ou un réconfort ?
    Un stress nécessaire, parce qu’un rappel à la réalité des choses. Un réconfort, parce qu’elle est action est prise en main responsable des choses.


    10 / Essayez-vous d'impliquer vos proches dans votre démarche survivaliste ? Si oui, y parvenez-vous ?
    Plus ou moins.


    16 / Votre couteau EDC ?
    Mini-tuff lite à serrations en ville ; Izula à la campagne

    20 / Votre devise ?
    Celle de ma famille. « Lentement, mais sûrement ».

    RépondreSupprimer
  40. Japy / 38 ans / vie en milieu semi-rural

    1 / Vous définiriez-vous comme "survivaliste" ?
    Si il faut me mettre une étiquette, celle ci ne me dérange pas, mais je dirais que j' essaye d' être indépendant et autonome, autant que possible.

    2/ La démarche survivaliste : implication de chaque instant ou réaction ponctuelle à une crise ?
    La démarche survivalistique, je l' ai adoptée suite à des evenements persos, je m' en suis rendu compte que plus tard et en lisant des blogs comme celui de volwest. Je pense qu' une fois que l' on a "basculé", il est impossible de redevenir comme avant, et qu' une forme de conscience de ce qui nous entoure, s' est décuplée pour essayer de faire qu' a chaque instants l' on soit prêts à faire fasse. Je vois le survivalisme comme un outil ou plutôt l' atelier entier, mais aussi et surtout un état d' esprit.

    3 / Expériences passées les plus utiles ?
    Depuis l' enfance, j' ai eu à assumer le rôle d' intendant, et aujourd' hui, en répondant à votre question, je perçois cela comme le plus formidable maillon de ma formation personnelle. par la suite, il y eu l' école, l' armée, la recherche d' emploi, l' emploi, la perte d' emploi, l' emploi, ainsi de suite...la vie quoi, mais il y a des cycles d' apprentissage que j' aurais bien aimé éviter, vous comprendrez lesquels.

    4 / Envisagez-vous dans l'avenir d'acquérir de nouvelles compétences ?
    Pour peu que l' on soit curieux, l'apprentissage c'est chaque jour de la vie et c' est à sois-même d' approfondir dans des domaines utiles ou d' affinité.
    Sur internet on vois tellement de choses, on a accès à tellement de domaines, qu' il faut se méfier, et faire le tri, car il est impossible de d' être compétent dans tous ces domaines si facilement accessibles via le net, donc il y a un énorme travail de sélection en amont. J' en profite ici pour avertir les plus jeunes de se méfier d' internet, qui n' est autre qu'une bibliothèque vivante, mais qui ne remplacera jamais l' expérience humaine, je dis ça, car j' ai eu à faire à des réactions de sois disant spécialistes improvisés, car ILS avaient vu sur internet, et ILS savaient...pas forcement à tord, mais dégageant une grande arrogance.

    5 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez votre degré de préparation...
    5/10

    6 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez la probabilité que votre mode de vie actuel change sous l'effet d'un risque majeur...
    8/10

    7 / Risques à gérer dans l'avenir ?
    Effondrement économique, perte de proches, inondation, accident nucléaire, émeutes.

    8 / La démarche survivaliste : stress ou un réconfort ?
    Comme c' est aussi un état d' esprit, celui-ci varie beaucoup suivant l' humeur, donc difficile de préciser, mais si j' avais à choisir, sans hésiter je dirais réconfort, par rapport aux connaissances pratiques que j' ai pu acquérir.

    9 / Dans votre entourage proche, la notion de risque est-elle présente ?
    La principale préoccupation des gens, proches ou non est bien souvent de l' ordre du personnel, et ne va pas souvent au delà du risque du cambriolage, de la maladie, etc...

    10 / Essayez-vous d'impliquer vos proches dans votre démarche survivaliste ?
    Comme c' est une démarche personnelle de l' ordre de l' intime même, on est sur un terrain très difficile, et pour avoir vu certaine réactions, je sais à quel point il est délicat de ne seulement aborder le sujet. Certains sont plus réceptifs et ouvert, et dans ce cas on peut d' avantages causer du sujet.

    RépondreSupprimer
  41. 11 / Conseils à un ami pour une démarche survivaliste ?
    Je lui dirais que c' est un cheminement personnel, qui ne s' apprends pas dans les livres, je pense que ce n' est que face à certaines situations, que l' on devient conscient des risques, et que l' on a besoin d' un appui, d' un savoir, afin de mieux être préparé pour la prochaine fois, et ce , dans beaucoup plus de domaines que l' on peut croire.Pour préciser, je dirais qu' il ne faut selon moi pas voir l' apprentissage du "survivalisme" par la confection d' un edc, d' un bob, l' acquisition d' armement, le dernier couteau de rambo, mais plus dans la perception affuté de son environnement, l' observation des attitudes, anticiper. Ça me fais penser au permis de conduire, on ne sait pas conduire à sa délivrance, mais bien plus tard, et c' est très variable selon les gens.

    12 / Que pensez-vous avoir réussi ? Que pensez-vous devoir améliorer ?
    Le plus difficile, avoir mis les doigts dans l' engrenage, et comme je le disais on doit essayer de chaque jour s' améliorer, dans tous les domaines retenus.

    13 / 3 choses indispensables à la maison ?
    Un moyen de chauffage indépendant des réseaux
    Des réserves de nourriture et d'eau.
    De l' outillage

    14 / En voiture ?
    Un extincteur d'incendie.
    Un téléphone portable
    Quelque outils
    Une couverture, de l' eau.

    15 / Sur soi ?
    Téléphone, briquet, lampe, couteau, une vache qui rit.

    16 / Votre couteau EDC ?
    Un petit suisse

    17 / Votre couteau Terrain ?
    Une vieille machette raccourcie, ou un opinel 10 ou 12

    18 / Rare dans les EDC mais indispensable pour moi ?
    Une photo de Bardot.

    19 / Votre prochain achat ?
    Un système de purification eau.

    20 / Votre devise ?
    La vie est courte, bientôt l' égalité!

    RépondreSupprimer
  42. Xinu / 40 ans / homme / France (citadin).

    1 / Vous définiriez-vous comme "survivaliste" ? Si non, comment ?

    Oui. Cela fait plusieurs années que je m'intéresse au sujet, cela m'est venu instinctivement. J'en suis à la phase certainement la plus importante, la plus longue (sans fin ?), celle de la préparation.

    2/ La démarche survivaliste est-elle une implication de chaque instant ou plutôt le moyen de réagir ponctuellement à une éventuelle crise ?

    Prendre en compte l'éventualité d'une crise et en être préparé. Cela est difficile (plusieurs cas possible, coût, demande beaucoup de travail sur lequel il faut souvent revenir afin d'optimiser). Cela demande du temps et des moyens.

    3 / Dans vos expériences passées, dans les formations acquises, lesquelles vous ont été les plus utiles dans votre approche survivaliste ?

    Peut être les outils informatiques permettant une organisation optimale dans ce genre de travail. D'autres viendront par la suite (d'ordre plus pratique en cas de crise). J'ai deja quelques bases pouvant peut être m'aider en cas de besoin (médical, pilotage, tir…)

    4 / Envisagez-vous dans l'avenir d'acquérir de nouvelles compétences ? Si oui, lesquelles ?

    Oui. Je devrais faire quelques choix, pas assez d'une vie pour tout prendre en compte. Mes priorités sont la santé, les ressources vitales, la psychologie, la mécanique et la communication. j'envisage aussi des "essais survivalistes", une sorte de simulation (type passer une semaine sans électricité ou sans eau courante) me permettant de voir mes points forts et faibles (a optimiser ou corriger).

    5 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez votre degré de préparation face aux risques que vous avez identifiés ? ( 1 : pas préparé, 10 parfaitement préparé ).

    4. Pas prêt, mais des bases pouvant me permettre d'être plus performant qu'une majorité de personnes.

    6 / Sur une échelle de 1 à 10, estimez la probabilité que votre mode de vie actuel change sous l'effet d'un risque majeur ? ( 1 : peu de risque que mon mode de vie change, 10 : il est absolument inéluctable que mon mode de vie change ).

    Entre 1 à 10. Difficile à dire. Cela dépend beaucoup de la nature du "risque majeur".

    7 / Des risques que vous avez pu identifier, quel est celui que vous pensez avoir certainement à gérer dans l'avenir ?

    Difficile à prédire. J'y vais par étapes. J'essai de voir ce qui à eu un impact depuis plusieurs années dans ma région. Les risques plus chaotiques (guerre, catastrophe mondiale…) sont à prendre en compte également. Les étapes sont importantes pour palier aux coûts (upgrade/optimisation).

    RépondreSupprimer
  43. 8 / La démarche survivaliste est-elle pour vous un stress ou un réconfort ?

    Les deux.
    Stress parce que je suis conscient que ma vie peut être mise en danger.
    Réconfort parce que mes efforts me donnent un bonus pour rester en vie.

    9 / Dans votre entourage proche, la notion de risque est-elle présente ? Si oui, pensez-vous que le risque soit bien évalué ?

    Non. Non.

    10 / Essayez-vous d'impliquer vos proches dans votre démarche survivaliste ? Si oui, y parvenez-vous ?

    Non.

    11 / A un ami novice qui souhaiterait engager une démarche survivaliste, quels conseils donneriez-vous ? Que faire en premier ?

    Réfléchir et comme tout grand projet s'organiser. Se faire un "kit de base" permettant un minimum de confort en cas de difficulté.

    12 / Dans votre démarche survivaliste, que pensez-vous avoir réussi ? Que pensez-vous devoir améliorer ?

    J'ai compris que cette démarche était importante. Tout peut être amélioré.

    13 / 3 choses absolument indispensables à la maison ?

    Electricité/Eau/Communications.

    14 / En voiture ?
    Qu'elle marche/kit de soins/GPS et cartes

    15 / Sur soi ?
    Telephone/GPS/Un peu de monnaie (entre autres)

    16 / Votre couteau EDC ?
    pas de couteau

    17 / Votre couteau Terrain ?
    pas de couteau

    18 / Ce qui apparaît rarement dans les EDC de vos amis mais qui est indispensable pour vous ?
    Un takie walky de type PMR446.

    19 / Votre prochain achat ?
    Beaucoup de chose.

    20 / Votre devise ?
    Ne fait pas au autres ce que tu ne veux pas que l'on te fasse. C'est ma devise au quotidien… je me demande combien de temps elle tiendrait (honnêtement) en cas de crise majeur.

    RépondreSupprimer