jeudi 12 avril 2012

L'écho du Tam-Tam.




Il est extrêmement difficile pour un Occidental aujourd'hui de comprendre, ne serait-ce qu'intellectuellement, les réalités d'un monde sans chauffage central, sans eau courante, sans vide-ordures, sans électricité, sans transports en commun, sans le tout a l'égouts, sans soin moderne, sans service d'ordre, sans supermarchés, sans distributeurs de billets…

La démarche du survivaliste, principalement axée sur la prévoyance, doit germer d'un désir d'indépendance et d'autonomie, et non de la prise de conscience anxiogène d'une possible rupture de la normalité.

La démarche de fond n'est pas de se prémunir d'une possible catastrophe, d'anticiper un effondrement quelconque ou que sais-je encore, la démarche de fond est de créer de la distance, de l'autonomie, entre soi et la folie du monde…et cette distance doit être durable.


Si aujourd'hui les petites cultures "guérilla" souvent basées sur la Permaculture vont de plus en plus être soumises aux pressions législatives comme il est déjà le cas aux US par exemple (certains Permaculturistes sont aujourd'hui des criminels, il faut le savoir - cf Joel Salatin), c'est que nous vivons une époque charnière, et que l'enjeux est bien plus basique et simple que n'importe qu'elle théorie socio-économique sur le rôle de chacun.

Joel Salatin dans sa ferme "Polyface".


Etre dépendant, c'est d'abord être accessible.

Le contrôle des semences, le contrôle de l'eau, des énergies, des armes a feu…est une pression plus ou moins directe exercée sur nos besoins les plus fondamentaux pour réduire la totalité de nos moyens…et donc influencer notre niveau de dépendance.

C'est pour cette raison que nous sommes aujourd'hui plus que jamais poussés vers les villes et plus généralement l'urbanisation…car l'individu, le citadin, est ici un être fortement dépendant de la machine. 

Cette urbanisation massive a l'échelle globale est un calcul, car notre monde moderne est bâtit sur la dépendance.

C'est l'écho du tam-tam.



-Nos villes modernes sont un moyen de priver l'homme d'une liberté fondamentale qui est la propriété.
Une maison posée sur une terre cultivable est bien plus qu'une propriété…c'est un refuge et un outil qui sert l'indépendance et l'autonomie du propriétaire (propre-terre).

Le refus systématique de la noblesse de permettre au peuple de posséder une terre, a d'ailleurs été ce qui a déclenché une massive migration des populations européennes vers les états unis, ou le "serf" pouvait enfin revendiquer et travailler sa propre terre.

Plus tard, le paysans est culturellement assassiné; bouseux + pecnos + loin des villes = bête et non cultivé, et la notion de propriété au sens large devient un tabou par la propagande inversée du partage et de l'égalité.

Aujourd'hui, être un paysans est toujours une tare.



- Le "retour a la terre" n'est pas un retour a l'obscurité technologique, une "décroissance" quelconque ni même une aspiration écologique…le retour a la terre est avant tout un retour a l'indépendance.

C'est parce que nous parlons d'indépendance, que cette démarche a été, est et sera volontairement sabotée et opposée aux grandes valeurs de nos "centres culturels".

Deux notions principales s'opposent ici a l'indépendance.
L'une voudrait nous faire croire a la régression technologique automatique des lors que nous quittons le milieu urbain, et l'autre voudrait nous faire croire aux qualités évolutives absolues que sont nos villes.



- Le principale travail de l'éducation nationale, est de créer, et surtout de valoriser, des générations entières d'individus physiquement incapables et dépendants.

Principalement…des futurs citadins.

Rabaisser et mépriser les aptitudes manuelles est aujourd'hui une tradition. C'est la culture de l'enchérissement scolaire (et non intellectuel), qui au final se propage a tous les étages socio-culturels tels que les relations hommes-femmes, la résilience des esprits et la mécanique de la consommation.

Il n'est pas étonnant donc, que la scolarisation soit un des outils de front de la "modernisation" et du conformisme.



- L'idéal, pour ceux la qui gouvernent, est de présider sur une population dépendante et centralisée, démoralisée, désinformée, polarisée, physiquement et intellectuellement incapable de subvenir a ses besoins fondamentaux mais dans le besoin constant, auto-asphyxiée et sans outils pour se démerder, comme par exemple les connaissances de premier ordre, soit celles directement liées au maintient de la vie.











38 commentaires:

  1. Ce texte est tout simplement superbe.....

    RépondreSupprimer
  2. 100% d'accords.

    Pour info, quels lois/textes ont permis de transformer un permaculturiste en hors-la-loi ?
    Comme en Europe, on a le bon gout de prendre aussi les mauvaises idées d'ailleurs, ça risque de ne pas tarder à arriver chez nous :-(
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hi! Yep ça m'interesserais aussi de savoir.
      On connait les ricains pour être champion du monde des lois débiles mais là je m'attends au pire...
      Merci et salutations à tous.

      Supprimer
    2. Salut…bon déjà les champions du monde des lois débiles…euh…c'est un peu regarder la paille dans l'oeil du voisin !

      En fait, "Polyface", la ferme de Salatin, vend depuis pas mal d'années ses produits intelligents a des particuliers.
      Les lois sont ici très strictes, d'un point de vue de la manipulation de la nourriture, et le gouvernement a donc fini par interdire la vente des produits sortant de Polyface.

      Si Salatin vend ne serait-ce qu'un oeuf, c'est l'amende et la prison.

      Ces pratiques sont malheureusement de plus en plus courantes de part le monde, et ne vont que s'accélérer (voir les législations sur les graines, les potagers et les produits "bio").

      Supprimer
    3. Premierement totalement d'accord avec le texte.
      Deuxiemement,je suis pas le dernier a critiquer les US mais il faut voir nos lois européenes sur les produits naturels a usage agricole ou médicinal.Je n'ai pas regardé les suite sur le purin d'ortie interdit a la vente car pas au "normes" de santé publique!!
      Par contre il rentre par container entier des produits fabriqué en Chine pour de grandes marques (pas des contrefaçons) et estampillés "CE" mais qui ne respectent pas les normes européenes de sécurités!!
      Allez comprendre.....

      Supprimer
  3. Je suis professeur de Technologie en collège, jusqu'à cette année en banlieue parisienne (je rentre l'an prochain dans mon "grand" village du Lot et Garonne). Je ne me retrouve absolument pas dans ces propos.
    Je passe mon temps à essayer de faire bouger les esprits des enfants. Que ce soit d'un point de vue écologique, dépendance énergétique et dépendance à la technologie (smart-phones et autres âneries), décryptage des messages commerciaux, analyse de systèmes technique pour comprendre comment ça marche... En gros leur apprendre à réfléchir et avoir un sens critique. Et j'ai toujours encouragé les élèves pour les études "manuelles" ou technique (par contre quelle horreur les reformes de ce gouvernement de merde ces 3 dernières années pour les études technique et technologique grosse perte de savoirs faire)

    Si vous voulez un bon bouc émissaire critiquez la tv poubelle qui lobotomise (quelle horreur tf21 en fin d'après midi!) et cette société du moindre effort.

    Par rapport à cet article.
    Pour info je suis personnellement adepte de la décroissance (consommation et population: fin des aides pour les gosses en plus (tu est pauvre tu fait gaffe)).
    Il faut admettre qu'en dehors des centres urbains un accès technologique est plus compliqué (téléphone portable qui passe mal et pas d'Adsl, mais bon on arrivait bien à vivre sans avant).
    Et franchement ne trouvez vous pas normal qu'un individu avec un casier ne puisse pas avoir de permis de chasse ou d'autorisation d'acheter une arme? (moi si).

    Allez y vous pouvez me lyncher maintenant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On lynche pas les gens ici, on les instruit. On discute et on partage...

      Supprimer
    2. C'est par des personnes comme volwest, mais aussi toi, Jérôme, que le changement viendra. S'informer, partager, échanger... Montrer que d'autres façons de vivre sont possibles et qu'il y a bien peu de sacrifices pour ce qu'on y gagne au final.

      L'aspect survivaliste tel que défini par volwest dépasse le cadre individuel.
      Lorsque tu enseignes toutes ces choses à tes élèves, tu leur apprends à survivre, tu leur donnes des clés qui peuvent aider à la survie de l'espèce. Ta façon d'enseigner semble aller dans le bon sens et tu parait en être heureux. Cela montre bien qu'en donnant du sens à ses actes, on s'enrichit individuellement et socialement.

      Les talents et les connaissances pratiques ne sont hélas pas au centre du système scolaire qui, comme le souligne volwest, a sa part de responsabilité dans le système actuel.
      Je travaille depuis quelques années comme assistant d'éducation en lycée. Proche des élèves, du corps enseignant et de l'administration, je vois le fossé qui se creuse entre les élèves et les profs, entre les profs et l'administration, le manque de moyens...
      Et surtout la gangrène du pouvoir.
      Juste un exemple parlant parmi des dizaines que j'ai vu : une proviseure pas mal axée communication m'a demandé de lui produire un visuel pour un marque-pages aux couleurs du lycée.
      J'ai essayé par tous les arguments possibles de l'en dissuader : c'est inutile, coûteux... (et croyez-moi ce genre de connerie, je ne lâche pas facilement l'affaire). Mais je n'ai pas eu le choix, j'ai passé quelques heures à bosser sur un truc qui traîne dans des cartons. Ça a coûté au moins 400€ d'argent public logiquement attribué à l'éducation qui n'auront servi qu'à flatter l'égo d'une femme de pouvoir.

      Mais là encore, le pouvoir est une des constantes du problème.
      D'ailleurs, j'ai décidé d'en faire mon cheval de bataille depuis la lecture de la désobéissance civile d'Henry Thoreau : "Ce n’est une obligation pour personne, bien sûr, de se vouer à l’extirpation de tel ou tel mal, aussi criant et injuste soit-il ; on peut très bien se consacrer à d’autres poursuites; mais qu’au moins on ne s’en lave pas les mains: ne pas accorder à ce mal d’attention soutenue ne veut pas dire qu’il faille lui accorder un appui de fait."
      "Un sage ne servira qu’en sa qualité d’homme et ne se
      laissera pas réduire à être « la glaise » qui « bouche le trou par où soufflait le vent » ; il laisse ce rôle à ses cendres pour le moins."
      texte complet ici : http://www.desobeissancecivile.org/desobeissance-fr.pdf

      C'est par des petites batailles qu'on remporte une guerre.

      Supprimer
    3. Bonjour jerome

      Il ne faut pas prendre pour toi le passage sur l'éducation nationale... Nous savons tous que beaucoup d'individus travaillent dans le but d'aider nos enfants à s'en sortir dans la vie, et nous les en remercions. En revanche, il est indéniable que l'administration n'est pas efficace et que le but de beaucoup de cadres est de faire de la propagande plus que de travailler dans l'intérêt des enfants.

      Supprimer
    4. Salut Jerome,

      Je ne parle pas ici des professeurs, je parle de l'éducation nationale.

      Tu le dis toi même: "par contre quelle horreur les reformes de ce gouvernement de merde ces 3 dernières années pour les études technique et technologique grosse perte de savoirs faire"

      C'est aussi ça le gros problème de l'éducation nationale, vous, les profs, vous êtes souvent hyper sensibles et défensifs. Et puis, c'est pas le gouvernement de ces 3 dernières années, c'est tous les gouvernements !


      Pour le petit glissement a propos des armes (ça va bien avec l'éducation nationale !!!! lol), c'est ce que je dis. Le problème, c'est que les citoyens qui n'ont pas de casiers doivent sauter des palissades barbelées pour obtenir une .22LR de merde a verrou…alors que le mec avec un casier, il peut trouver une kalash pour 200 sacs dans la citée du coin.

      a+

      Supprimer
    5. Allez y vous pouvez me lyncher maintenant.

      C'est bien une réaction de prof ! Incapable de voir la merde alors qu'il baigne dedans, y compris quand il tente d'en sortir ses élèves et lui-même !

      Supprimer
    6. Bonjour,

      Pour l'éducation des enfants, il y a aussi l'instruction à la maison, car l'école n'est pas obligatoire mais l'instruction si. De plus en plus de violence au collège, qui pour moi n'est pas acceptable, j'ai décidé d'instruire mes enfants à la maison et je ne regrette pas ce geste, qui depuis plus de 3 ans maintenant nous a enrichis dans divers domaines. Ils ont une ouverture d'esprit que peu d'ado de leur âge ont, tout en gardant leur coté gosse. Nous habitons la campagne et l'éducation est vaste : toutes les matières générales, mais aussi alimentaire tout est fait maison, on attaque le jardin bientôt, le respect en priorité et j'établies la méthode Jacotot, qui est d'apprendre par soi-même avec des thèmes obligatoires, les enfants sont ravis. Ils lisent régulièrement le site depuis que nous avons habité les Caraibes pendant 7 ans où j'ai découvert le survivalisme car nous avons vécu, tremblement de terre, twister, émeute, cyclone,
      Encore merci pour ce site qui m'a bc aidé pendant des moments pas tj facile à vivre seule avec des enfants, ça nous a fait grandir.

      Supprimer
    7. Interessant !
      Le "homeschooling" a un tres grand succès ici aux US.
      Prends soin de vous,
      volwest

      Supprimer
  4. Le problème, c'est que cette société est particulièrement addictive et rends impatients.
    Demandez à la nouvelle génération de ne plus utiliser un smartphone, de ne pas aller à mac do en sortant des cours, de ne plus porter de vêtements de marques.
    Demandez à quelqu'un de sortir son seau d’excréments, de faire chauffer son eau pour se laver, de cultiver sa propre nourriture.

    Le problème c'est que les sociétés modernes nous poussent à avoir plus, plus rapidement sans se fatiguer !!!

    RépondreSupprimer
  5. L'éducation nationale, parlons-en!

    Entre mon enfance et maintenant (j'ai 46 ans), le système d'éducation du Québec est parti d'une approche formation générale avec un (petit) accent sur la capacité de penser à une approche "fonctionnelle" et "réaliste" qui vise à former de la main d'oeuvre qualifiée pour les entreprises.

    L'État est devenu "pimp" (i.e. maquereau) pour les entreprises. Cela fait par exemple d'excellents techniciens mais incapables d'écrire correctement ni de comprendre correctement les écrits.

    J'ai travaillé dans un milieu de soutien informatique et j'étais entouré de bonnes personnes compétentes, mais de personnes ignorantes.

    De nos jours l'histoire est enseignée aux enfants de manière non conflictuelle. Alors on n'explique pas 1759, on n'enseigne pas la vie de nos héros, Pierre Lemoyne d'Iberville est inconnu, Iberville, c'est le nom d'une ville sur la Rive Sud du St-Laurent, on n'explique pas la lutte démocratique de nos aïeux en 1837-1838, ni la Révolution Tranquille, ni le combat linguistique qui a forcé les pauvres anglos martyrisés à devoir mettre du français sur les affiches et les devantures de magasin. Quand j'étais petit, Montréal ressemblait à New-York ou Toronto en terme d'affichage: tout en anglais.

    Mais on n'enseigne pas ça. Tout ce qui pourrait faire naître l'ombre d'une fierté nationale est tu, il ne faudrait pas que ça fasse ombrage aux cultures des "canadians" et des immigrants.

    Des eunuques "yes men", voilà ce que l'éducation nationale cherche à former, ici comme chez vous.

    RépondreSupprimer
  6. La vidéo me rend super malheureux... Mais qu'est-ce qu'ils font? Des numéros sous les bras, dans un stade, entouré de juges, bourrés de soda... La colonisation a porté ses fruits car même ceux qui désire renouer avec leurs racines renoue en faites avec la société de consommation ou tous est noté... Hardcore!!

    RépondreSupprimer
  7. Par contre le pig-boy c'est vraiment de la balle!!!!

    RépondreSupprimer
  8. la propagande est la construction d un espace mental collectif, avant même que vous ne pensiez le pouvoir a déjà implanté en vous les catégories qui prédétermine votre pensée,...(des lors aucuns changement démocratique n est possible)

    michel Drac

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ceux et celles qui ne connaissent pas Joel Salatin, c'est le fermier biologique qui fait boucherie dans le documentaire: Le monde selon Monsanto.

      Supprimer
  9. En fait il y a deux types de semences : les semences traditionnelles, et les semences issues de la recherches.

    Les semences traditionnelles sont libres. Vous en faites ce que vous voulez.

    Les semences issues de la recherches permettent d'obtenir des produits plus performants. Mais elles sont la propriété du laboratoire qui ont déposé des brevets. Donc vous pouvez les acheter pour UNE récolte. Pour resemer il faut acheter à nouveau.

    C'est normal, les labos ont dépensé des fortunes pour les créer, ils doivent entrer dans leur argent pour rentabiliser l'opération.

    Ce qui se passe c'est que certains achètent des semences issues de la recherches, plantent, récoltent, récupèrent des graines et replantent.

    Ca, ça va à l'encontre du brevet.

    Mais y a une solution très simple : promouvoir des semences traditionnelles performantes et accessibles. On pourrait à notre niveau recenser telles ou telles variétés en fonction des qualités de terre, des températures, des zones géographiques, de l'ensoleillement, etc ...

    C'est marrant je me disais justement tout à l'heure que ce serait un excellent sujet participatif (forum :p) pour aider les gens à trouver des graines ou des plants qui correspondent à leurs attentes.

    Il existe un petit logiciel pour trouver des plantes d'aquarium en remplissant des critères (j'arrive plus à mettre la main dessus ...).
    Ce serait excellent de constituer une base de donnée équivalente pour les cultures agricoles ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut à tous,

      Merci pour ce forum, Volwest, cet espace d'échange de réflexions.

      Je réponds à Guillaume: pour les plantes traditionelles, il existe l'association http://kokopelli-semences.fr/ , qui vend des graines.

      Supprimer
    2. Intéressant comme site, merci

      Voila ce que j'ai trouvé, c'est pas mal y a des critères de sélection, un peu comme sur amazon :

      http://www.plantes-et-jardins.com/catalogue/catalogue3.asp?id_sections=976&w1=1212$1235

      Supprimer
  10. Avoir une maison et des terres c'est bien mais c'est plus ce que c’était! comme on dit. je suis propriétaire et le coût de l’impôt foncier et de la taxe d'habitation sont devenu prohibitif. En France j'habite. je pense pouvoir vivre en autarcie mais j'ai bien peur d’être délogé, par le facteur! MI.

    RépondreSupprimer
  11. Tout le monde devrait lire et savoir ce texte car Tout est dit...

    RépondreSupprimer
  12. Pour ce qui est de l'éducation de nos enfant... peut être qu'il faut tout simplement ne pas prendre l'institution pour la principale source d'éducation de nos enfants. Faire l'éducation de ses enfants, leur proposer des loisirs apportant la curiosité, leur faciliter l'accès au savoir par les livres, la pratique et choisir des lieux de vacances (camping, milieux rural, montagne etc ... ) un peu moins "sea, sex and sun" mais plus épanouissant ... Enfin bref les mômes même s'ils passent tous à l'école ils apprennent aussi des parents

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. yep, tout à fait d'accord avec toi !!!

      Supprimer
    2. Bien d'accord, sauf sur un point historique: en france, la propriété etait tres repandue, et pas seulementchez les nobles! chacun etait propriétaire de sa petitre maison et de sa terre, ce qui permettait au moins de se nourrir, en toute autonomie!

      c'est l'ignoble bourgeoiseie cupide, qui - s'etant approprié pendant la revlution dite francaise les biens de l'Eglise et des nobles, qui a asservi des populations arrachées à leurs terres, et les a agglutinées dans les grandes agglomérations, et dans des conditions misérables, exploitées sans vergognes dans les mega usines de production de masse, ce que l'on a appelé la révolution industrielle (XIX°)!

      la salariat massif, c'est l'esclavage massif! (je travaille la dessus, et publierai provchainement!)

      c'est donc à une reconquete de notre autonomie que je vous invite: n'hesitez pas à venir vous initier et decouvrir comment survivre... DES MAINTENAT!
      initiation à al permaculture, à l'autoconstruction et aux moyens de deplacements autonomes et economes alternatifs, etc...
      construisons notre autonomie!
      Bien cordialement,

      Francois 06 51 01 71 41 (ouest de la france...)

      Supprimer
    3. Exact on c'est fait berner a la révolution. je note ton tel 06 83 18 69 32. MI.

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  13. tu parles de "moyens de dépalcements autonomes et économes alternatifs", tu fais allusion à quoi précisément ?

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour
    cela fait un moment que je suis ce blog avec intérêt et j'aurais souhaité savoir si un de vous avait eu l'occasion durant un mois de testé toutes les théories qui sont développé sur ce site, à commencer par vivre sans électricité sans eau courante, ne pas utiliser sa voiture et avec la seul nourriture qu'il aurait amassé. Si cette personne existe pourrait elle nous faire un retour d'expérience. Car j'ai l'impression que l'on parle beaucoup de théorie et que l'on passe rarement à la pratique.
    Merci

    RépondreSupprimer
  15. Le commentaire antirévolutionnaire est un parfait exemple de propagande royaliste : qui voudrait vivre dans une société où la majorité des paysans ne vivaient que pour engraisser une noblesse et un clergé inutiles ??

    Il est dangereux d'idéaliser un passé "mythique", un "âge d'or". Tout comme il est vain et dangereux de mépriser la ville, moteur des civilisations. Les braves paysans ont leurs vertus, mais de nos jours ils sont quand même bien contents de bénéficier des bienfaits de la science, de la médecine, de l'hygiène modernes, progrès inventés par des intellectuels urbains :D


    Le survivalisme, et les survivalistes, devraient se concentrer sur les techniques de survie, et non pas faire de la politique, ou se prendre pour des rebelles anti-gouvernementaux.

    J'ajoute qu'un éleveur, un agriculteur, même modestes, ne sont absolument pas indépendants, tellement ils doivent consacrer de temps et d'énergie à leurs terres et à leurs bêtes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut être que je me suis mal exprimé...
      Ce billet est justement un discours survivaliste, et a la base une technique de survie qui pourrait se résumer a: partir des villes.

      De plus, l'indépendance dont il est question ici n'est pas absolu, tout ce que nous faisons et entreprenons "bouffe" de l'énergie et du temps (même te répondre), la différence est dans la manière de vivre, et ce que cela nous apporte.

      Prends soin,
      volwest

      Supprimer
  16. Bonsoir!

    1/ moyens de deplacements alternatifs: traction animale, diesel à l'huile (avec filtration par soi meme, reacteur pantone, et en cours de construction, générateur emabrqué d'hydrogene, permettant dequiper tout vehicule simple à essence...
    2/ retour d'expérienxe: c'est 35 années d'expérience qui sont impossible à exposer sur un simple forum.. recontrons nous!
    3/ propagande royaliste contre propagande d'un intoxiqué de l'educ nat.. qui forme des incapables à vivre sans assistanant? chacun choisira!
    concerbnant la revolution, les mythes commencent à voler en eclat: voir reynald secher par exemple!
    quand à la vraie realité, à laquelle j'ai fait allusion, elle resulte de 30 annes de recherches, notemment en genealogie,, ou j'ai constaté - moi meme - que l'immense majorité des gens etaient des classes myennes, PROPRIETAIRES de leur spropres terres, et non pas une immense classe de gueux acharnés à "engraisser" des nobles!
    la realsité oblige à constater que la plus grande majorite des nobles vivaien,t dans une certaine frugalité, en celà relativement solidaires avec les autres contemporains; seule une minorité - essentiellment courtisans - etaient oisifs, et d'ailleurs la risée des gens lucides, dont, Louis XIV, je crois, qui les ridiculisaient en disant: "ils portent sur leurs dos leurs bois de haute futaie"...
    Quand à la medecine moderne, et surtout en france, on pourrait en reparler: c'est un sujet passionnant, avec toutes ses impostures, ses tyrannies et ses scandales montrueux (cf bachelot et ses milliards de vaccins inutiles, voire nuisible, mediator... sans compter tous le s therapeutes persécutés...)

    en tout, il est sans intéret d'idealiser je ne sais quel age d'or, mais d'etre lucide et de devenir autonome.. meme au prix d'etre considéré comme rebelle!

    mais, cher erlikhan, lorsque votre chere monnaie n'aura plus aucune valeur, et que votre carte bleue ne pourra plus vous servir qu'à vous gratter le menton... vous serez bien content de trouver ces ploucs qui vous apprendront.. comment "consacrer du temps et de l'energie à votre propre terre"!

    à la disposition de ceux qui veulent devenir (un peu!) autonomes.. et responsables.. sans intégrisme, ni servilité: lucides!

    PS: quand à "la ville, moteur des civilisations: laissez moi rigoler: dans toute l'histopire, de toutes les civilisations, les villes n'ont n'ont fait que capter les inventions et les produits.. de la campagne ! et encore, pour faire faire vivre ses hanbitants dans des cloaques, au sens propre (enfin, sale, plutot!) et au sens moral...
    toutes inventions, des techniques agricoles, aux techniques hydroliques, energbetiques, etc.. ont été inventées à la campagne!
    à commencer poar les moines.. (inutiles???) qui ont défriché l'euriope, améliorés tous les arts et techniques agricoles et agronomiques, domestiqué, canalisé et utilé l'eau, et développé la culture, avec les livres, lm'enluminure, le musique et le chant, sans compter l'architecture!!!

    RépondreSupprimer
  17. en matière de jardin, Parmi les solutions, il a celle de sa propre fabrication de semences: comment pensez vous que nos ancetres , depuis de smillenaires ont cultivé leurs legumes: les agnces gouvernementales n'existent que depusi l'apres guerre!
    je produits les propres semences de tomates, pommes de terre, et autres depuis plus de ans, avec de tres bons resultats!
    reste aussi, l'evidence de l'echange!!! pour developper des variétes que l'on a pas: recemment, une soirée d'echnage de ce genre m'a permis de repartir avec de quoi semer.. plusiers hectares de legumes variés!

    Mettons nous à la p ratique!!!

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour à tous,
    Je voudrais revenir à l'éducation nationle. J'ai actuellement un exemple vivant sous mon toi des politiques menées depuis de longues années en matière d'éducation nationale. J'ai un gamin de vingt ans que le système scolaire a encouragé depuis la sortie du collège à poursuivre ses études théoriques au détriement des études manuelles ( filière BEP - Bac Pro ). Actuellement il cherche du travail mais tous les employeurs demandent un minimum d'expérience qu'il aurait pu acquérir en contrat par alternance si il avait été bien orienté.
    Là il se retrouve à un stade où il envisage de repartir à zéro sur un autre filière (maçonnerie). Alors je me dis, quel temps perdu. deux ans de BEP, deux ans de Bac Pro, pour rien alors qu'il pourrait déjà s'épanouir dans son travail.

    Alors oui! Je partage vos sentiments. tout est fait pour nous rendre dépendant, bon à être comme des machines à engraisser ceux qui tirent les ficelles. En tant que survivaliste nous essayons de couper un maximum de ces liens par lesquelles ils nous tiennent.
    Merci pour ton texte Volwest.

    RépondreSupprimer
  19. @françois
    Salut.
    Commentaires apparemment intéressants mais un peu embrouillés.

    Pour les semences bien sûr qu'on peut les récupérer sur la récolte, on est pas ignorants des choses de la campagne à ce point, le problème concernait les brevets et la première acquisition :)

    RépondreSupprimer
  20. Cher Guillaume,

    ma pensée est tres claire, mais je suis bien navré d'avoir laissé à penser à "l'embrouillement", du fait d'avoir voulu abiorder plusieurs themes.. dans le meme post...

    Pour ce qui concerne le point precis des semences, les différents procédés sont l'objet des stages que je propose..
    sachant que malgré les tentavivces des lobbys mondialistes et les dernières législations liberticides en la matière, il existe - Dieu merci - encore des légumes en leurs versions non hybridées, soit comme légumes sur les etals (dont on recupère les graines) soit comme semences, quelque fois meme dans des commerces discount ou on ne les attendrait pas!

    je viens ainsi de croquer un superbe radis.. dont les graines sont issues.. de chez lidl!

    a plus tard...

    RépondreSupprimer