jeudi 1 mars 2012

Bienvenue en enfer.




L'homme qui répond aux questions ci-dessous, raconte comment lui et son clan ont survécu pendant un an dans une ville de 60 000 habitants durant l'effondrement de la Bosnie en 1992.

Sans eau, sans électricité, sans pétrole, sans système de santé, sans protection civile, sans systèmes de distributions ou de réseaux traditionnels, ce survivant devenu par la suite survivaliste, témoigne sans détours d'une survie urbaine crue et pragmatique.

L'échange est long, et ce qui est présenté ici n'est qu'une ligne droite pouvant nous faire conscientiser certaines lacunes, ou encore remettre en cause certaines idées quant a l'effondrement de la normalité dans un univers urbain.

L'avantage de ce retour d'expérience, est qu'il est bâtit sur un questionnement purement survivaliste issu du forum "Survivalist Boards", et que l'orientation de l'entretient est donc extrêmement ciblé sur les réalités d'une survie urbaine durant un effondrement de la normalité.

Même si ce témoignage reste d'une situation extreme, il nous permet d'entrevoir certaines réalités, et de rétablir une certaine priorité au sein de nos préparations.






Je suis de Bosnie, et comme vous le savez, c'était l'enfer la bas de 1992 a 1995. Pendant 1 an, j'ai vécu et survécu dans une ville de 60 000 habitants sans électricité, sans pétrole, sans eau courante, sans services traditionnels de distribution de nourriture et de consommables, et sans aucune organisation gouvernementale.

Notre ville était encerclée par des forces armées pendant 1 an, et dans cette ville, c'était la merde.

Nous n'avions pas de police ou d'armée organisée…il y avait des groupes armés, et ceux qui étaient armés défendaient leurs maisons et leurs familles.

Quand tout a commencé, certains d'entre nous étaient mieux préparés que d'autres, mais la plupart des familles voisines n'avaient de la nourriture que pour quelques jours.
Certains d'entre nous avaient des pistolets, et très peu étaient ceux qui avaient des AK47 et des fusils.

Apres 1 ou 2 mois, les gangs ont commencés leur destruction: les hôpitaux par exemple, se sont rapidement transformés en abattoirs.
Les forces de police n'étaient plus présentent, et l'absentéisme du personnel hospitalier était de plus de 80%.


J'ai eu de la chance, ma famille était large a cette époque (15 membres dans une grande maison, 6 pistolets, 3 AK47), et donc nous avons survécu…tout du moins la plupart d'entre nous.

Les Américains balançaient des MRE (Meals Ready to Eat - Rations de combat) tous les 10 jours pour aider les villes encerclées comme la notre, mais ce n'était jamais assez. Quelques maisons avaient des petits jardins potager, mais la plupart n'en avaient pas.


Apres 3 mois, les premières rumeurs de décès par famine commençaient…mais aussi les décès par exposition au froid. 
Nous avons démonté toutes nos portes, l'encadrement des fenêtres des maisons abandonnées, notre parquet...et j'ai aussi brûlé la totalité de nos meubles pour nous tenir chaud.

Beaucoup sont mort de maladies, surtout a cause de l'eau (2 membres de ma famille), nous buvions principalement l'eau de pluie, nous mangions du pigeon et même du rat.


La monnaie est vite devenue de la merde…

Nous faisions du troque; pour une boite de boeuf tu pouvais avoir une fille pour quelques heures (c'est dur, mais c'était la réalité), je me rappel que la plupart des femmes qui vendaient leurs corps étaient des mères désespérées.

Armes a feu, munitions, bougies, briquets, antibiotiques, pétrole, piles et nourriture…on se bâtaient comme des animaux pour ça.

Dans une situation comme celle-la, tout change, et la plupart des gens deviennent des monstres…c'était moche.
La force était dans le nombre. Si vous étiez tout seul a vivre dans une maison, ce n'était qu'une question de temps avant d'être pillé et tué…peu importe si vous étiez armé.


Moi et ma famille, nous sommes prêt maintenant; je suis bien armé, j'ai un bon stock et je suis "éduqué". 

Ce n'est pas important ce qui va se passer; tremblement de terre, guerre, tsunami, extra-terrestres, terrorisme, pénurie, effondrement économique, émeute…l'important c'est que quelque chose va se passer !

De mon expérience, vous ne pouvez pas survivre seul, la force est dans le nombre, soyez proche de votre famille, préparez avec elle, choisissez vos amis sagement et préparez-vous avec eux aussi.



1- Comment vous déplaciez-vous en sécurité ?

En fait la ville était divisée en communauté de rues. Dans ma rue (15 / 20 maisons) nous avons organisé des patrouilles (5 hommes armé chaque soirs) pour garder un oeil sur les gangs et les ennemies.

On troquait entre nous dans la rue. A 5 kilomètres il y avait une rue très organisée pour le troque, mais c'était trop dangereux de s'y rendre pendant la journée a cause des tireurs d'élite. En plus on avait plus de chance de se faire dépouiller la bas que de troquer, et je n'y suis allé que 2 fois, et seulement quand j'ai vraiment eu besoin de quelque chose de particulier et d'important (il parle principalement ici de médicaments, et notamment d'antibiotiques).

Personne n'utilisait les voitures en ville parce que les routes étaient bloquées avec des débris, ou d'autres voitures abandonnées…et le pétrole valait de l'or !

Si je devais aller quelque part c'était de nuit. Ne jamais se déplacer seul, mais jamais en groupe important non plus (2 / 3 hommes peut être). Toujours armé, très vite, et toujours dans les ombres au travers des ruines, jamais dans les rues.


Il y avait beaucoup de bandes organisées, 10 / 15 personnes, parfois 50…mais il y avait aussi des gens comme toi et moi, des pères, des grands pères, des gens bien avant la merde, qui maintenant tuais et pillais.

Il n'y avait pas vraiment de bons et de méchants…la plupart étaient entre les deux; c'est a dire prêt a tout, au bon comme au moins bon.



2- Et le bois ? Il me semble qu'il y a beaucoup de forets autour de ta ville, pourquoi avez-vous brûlé vos meubles et vos portes ?

Autour de ma ville il n'y a pas beaucoup de bois.
Ma ville était une très belle ville, elle ressemblait a n'importe qu'elle autre ville avec ses cinémas, ses restaurants, ses écoles, son aéroport, ses centres culturels…

Nous avions des arbres dans la ville, des parcs et des arbres fruitiers…mais tous les arbres ont été brûlé en moins de 2 mois. 
Quand tu n'a pas d'électricité pour préparer la nourriture et te chauffer, tu brules ce que tu as sous la main; tes meubles, tes portes, ton parquet (et ça brule vite ce bois la !).

Nous n'avions pas de banlieue et de fermiers. Dans les banlieues c'était l'ennemie, et nous étions encerclés. Et dans la ville, tu ne savais pas qui était ton ennemi.



3- Quelles sorte de savoirs faire as-tu utilisé durant cette période ?

Tu peux imaginer que d'une certaine manière c'est le retour a l'âge de pierre !

Par exemple, j'avais une bouteille de gaz. Mais je ne l'utilisais pas pour faire chauffer ou préparer notre nourriture, c'était trop précieux !
J'ai bidouillé la bouteille pour pouvoir y attacher un tuyau pour recharger les briquets.
Les briquets, ça n'a pas de prix !

Une personne m'amenait un briquet vide, je le rechargeait, et je prenais une boite de conserve ou une bougie en échange par exemple.

J'espère que tu comprends mon exemple.


Aussi, je suis infirmier.
Dans ces conditions, mes connaissances étaient mon argent.
Soyez éduqués et entraînés…durant un tel effondrement, tes connaissances valent de l'or si tu sais réparer certaines choses.
Les objets et les stocks vont disparaitre un jours, c'est inévitable…mais tes connaissances peuvent être ta nourriture.

Je veux dire…apprends a réparer les choses; les chaussures ou les gens…

Par exemple, mon voisin savait faire du pétrole pour les lampes…il n'a jamais eu faim.



4- Si tu avais 3 mois pour te préparer aujourd'hui, qu'est ce que tu ferais ?

Si j'avais 3 mois pour me préparer ?
Hmmm…fuir a l'étranger ? (blague).

Aujourd'hui, j'ai conscience que les choses peuvent s'aggraver très très rapidement.
J'ai de la nourriture, des produits pour l'hygiène, de l'énergie etc. 
Un approvisionnement de 6 mois.

Je vis en appartement avec une bonne sécurité. J'ai une maison avec un abris dans un village a 5 kilomètres de mon appartement, et dans cette maison j'ai encore 6 mois d'approvisionnement.
Ce village est une toute petite communautés, la plupart des habitants sont préparés…ils ont apprit avec la guerre.

J'ai 4 différentes armes a feu avec 2000 munitions chacune.

J'ai un bon jardin avec la maison et des connaissances en jardinage.

Aussi, j'ai un don maintenant pour sentir la merde…tu sais, quand tout le monde autour de toi dit que tout va bien ce passer, mais que toi tu sais qu'en fait tout va s'effondrer ?

Je pense que j'ai la force de faire tout ce que je dois faire pour survivre et protéger ma famille, parce que quand tout s'effondre, soi sur, si tu n'a rien, tu vas faire des choses qui ne sont pas très jolies pour sauver tes gosses…tu veux juste survivre avec ta famille.


Survivre seul; aucune chance (c'est mon opinion), peu importe si tu es armé et préparé, au final, si tu es seul tu vas mourir, je l'ai vu...plein de fois. 

Des groupes et des familles avec énormément de préparation et de connaissances variées, c'est le mieux.



5- Quel matériel devrions-nous stocker ?

Ca dépend.
Si tu veux survivre comme un voleur, la seule chose dont tu as besoin c'est des armes et beaucoup de munitions.

A part des munitions, de la nourriture, du matériel pour l'hygiène et de l'énergie (piles etc…), tu veux te pencher sur des petites choses faciles a troquer; couteaux, briquets, savon, pierres a feu…

Aussi, beaucoup d'alcool, le genre qui se garde longtemps, comme du whisky par exemple, la marque n'est pas importante, ça peut être le truc le moins chère possible, mais c'est très bien pour le troque dans les moments difficile.

Le manque d'hygiène a fait beaucoup de morts.
Tu vas avoir besoin de choses très simples, mais en quantités importantes, comme énormément de sacs poubelle, je veux dire, énormément !
Et beaucoup de duct tape.

Des assiettes et des gobelets en plastique ou en carton…tu vas en avoir besoin beaucoup ! Je sais, parce que nous n'en avions pas du tout.
Mon opinion est que le matériel pour l'hygiène est peut être encore plus important que la nourriture.

Tu peux facilement tuer un pigeons, ou trouver quelques plantes a te mettre sous la dent, mais tu ne peux pas tuer du produit désinfectant pour les mains par exemple.

Plein de produit pour nettoyer, désinfecter, beaucoup de savon, de la Javel, des gants, des masques…tout ce qui est jetable.
Aussi, un entrainement dans les premiers soins, apprendre a nettoyer une plaie, une brulure ou même une blessure par balle, car il n'y a pas d'hôpital…même si tu trouves un médecin quelque part, il n'aura pas de médicaments, ou tu n'auras rien pour le payer.

Apprendre a utiliser les antibiotiques, et en avoir beaucoup.


Pour les armes il faut rester simple.
Maintenant je porte un Glock .45, parce que j'aime bien, mais c'est pas une arme ou un calibre répandu ici, donc j'ai aussi deux 7,62 mm TT pistolets Russe cachés, parce que tout le monde a cette arme ici, et beaucoup de munitions.

J'aime pas les Kalashnikov, mais c'est pareil, tout le monde en a une…donc…


Il faut avoir des choses petites et discrètes.
C'est bien d'avoir un générateur par exemple, mais c'est mieux d'avoir 1000 briquets BIC.
Le générateur, dans une situation merdique, va attirer l'attention. 1000 briquets prennent pas de place, c'est pas chère, et tu peux toujours les troquer pour quelque chose.


Pour l'eau, la plupart du temps on récupérait l'eau de pluie dans 4 gros tonneaux, après on la portait a ébullition…on avait aussi une rivière pas loin, mais l'eau est vite devenue trop polluée.

Le matériel pour l'eau est très important. Il faut avoir des tonneaux, des seaux et des récipients pour stocker et transporter l'eau.



6- Est-ce que l'or et l'argent métal t'on aidé ?

Oui.
Personnellement, j'ai échangé tout mon or pour des munitions.

Parfois on était capable d'utiliser de la monnaie (Mark et Dollars) pour acheter certaines choses, mais ces occasions étaient rares, et le prix était toujours exorbitant.

Par exemple, une boite de haricots valait 30/40 $.

La monnaie courante s'est très vite effondrée.
Simplement, on troquait quelque chose pour autre chose.



7- Est-ce que le sel avait de la valeur ?

Oui, mais pas autant que le café ou les cigarettes.

J'avais beaucoup d'alcool, et j'ai troqué avec sans problème.
La consommation d'alcool était plus de 10 fois supérieur qu'en temps normal.

Maintenant, c'est probablement mieux de stocker des cigarettes, des briquets et des piles pour le troque parce que ça prend moins de place.

Je n'étais pas un prepper a l'époque, on a pas eu le temps de se préparer…quelques jours avant que la merde atterrisse dans le ventilateur, les politiciens a la télé répétaient que tout allait bien.
Quand le ciel nous est tombé sur la tête, on a juste prit ce qu'on pouvait.



8- Est ce que ça a été difficile d'obtenir une arme a feu durant l'événement et qu'est ce que vous avez pu troquer pour les armes et les munitions ?

Apres la guerre, chaque maison avait une arme.
La police a réquisitionnée pas mal d'armes au début de la guerre…mais la plupart des gens ont caché leurs armes quelque part.

J'ai une arme légale (licence), et les autorités ont une lois qui s'appelle "collection temporaire". Dans une situation de trouble (émeutes par exemple…), le gouvernement a le droit de temporairement confisquer toutes les armes…donc tu gardes ça en tête.


Tu sais, il y a des gens qui ont une arme légale, mais ceux qui ont des armes légales ont aussi des armes illégales cachées quelque part, juste au cas ou il y aurait une confiscation.


Si tu as de bonnes choses a troquer, c'est pas compliqué de trouver une arme pendant une situation difficile, mais ce qu'il faut savoir, c'est que les premiers jours sont les plus dangereux en terme de chaos et de panique, et que peut être que tu ne va pas avoir le temps de trouver une arme pour défendre ta famille.

Ne pas être armé durant la panique, le chaos et les émeutes…c'est pas bien.


Dans mon cas, a un moment un homme avait besoin d'une batterie de voiture pour sa radio, et il avait des fusils…j'ai troqué la batterie pour 2 fusils.

Pour les munitions…parfois je troquais des munitions pour de la nourriture, et quelques semaines plus tard de la nourriture pour des munitions.
Par contre, je ne faisais jamais du troque chez moi, et jamais dans des quantités importantes.

Très peu de gens (voisins) savaient combien de choses j'avais chez moi.

Le truc, c'est de stocker le plus possible en rapport avec l'espace et l'argent…et après, suivant la situation, tu vois ce qui est le plus demandé.
Correction, munitions et armes auront toujours la première place pour moi…mais qui sait, numéro deux c'est peut être des masques a gaz avec des filtres.



9- Et la sécurité ?

La défense était très primitive.
Encore une fois, nous n'étions pas prêt…et nous avons utilisé ce que nous pouvions.

Les fenêtres étaient cassées, les toits étaient en piteux états a cause des bombardements.

Toutes les fenêtres étaient bloquées avec quelque chose: sacs de sables, pierres.
J'ai bloqué ma porte de jardin avec des débris, et j'utilisais une échelle en aluminium pour passer au dessus du mur.
Quand je revenais chez moi, j'appelais quelqu'un pour qu'il me passe l'échelle.

Un mec dans notre rue a complètement barricadé sa maison.
Il a fait un trou dans un mur connecté a la maison de son voisin qui était en ruine…une entrée secrète.


Ca va paraitre étrange, mais toutes les maisons les plus sécurisées ont été pillées et détruites en premier.
On avait de belles maisons dans mon quartier, avec des murs, des chiens, des alarmes et des barres de fer aux fenêtres.

Les foules ont attaquées ces maisons en premier…certaines étaient défendues et ont tenues, d'autres non…ça dépend combien d'armes et de bras ils avaient a l'intérieur.


Je pense que la sécurité c'est important, mais il faut la garder d'un profil bas…oublies les alarmes par exemple. Si tu vies en ville et que la merde arrive, tu vas avoir besoin d'un endroit simple et sobre, avec beaucoup d'armes et de munitions.

Combien de munitions ?
Le plus possible.


Il faut garder ton domicile le plus inintéressant possible.

Aujourd'hui ma porte est en acier pour des raisons de sécurité, mais seulement pour me sauvegarder de la première vague de chaos…après ça, je pars pour retrouver un groupe plus important (famille et amis) a la campagne.


A la maison, on a eu des situations pendant la guerre, pas besoin de rentrer dans les détails…on a toujours eu plus de puissance de feu, et le mur en brique.
Aussi on avait toujours quelqu'un qui surveillait la rue…une bonne organisation au cas ou les gangs viennent est primordial.

Il y avait toujours des coups de feu en ville.

Encore une fois, la défense de notre périmètre était très primitive…toutes les issues étaient barricadées, avec juste des petites ouvertures pour les fusils, et toujours au minimum 5 membres de la famille a l'intérieur prêt a se battre, et une personne dans la rue, cachée.

Pour éviter les tireurs d'élite, on restait a la maison toute la journée.


Dans les premiers temps, les faibles meurent, et les autres se battent.

Il n'y avait presque personne dans les rues durant la journée a cause des tireurs d'élite…la ligne de défense était extrêmement rapprochée.
Beaucoup sont mort parce qu'ils voulaient aller se renseigner sur la situation par exemple…c'est très très important, il faut se rappeler que nous n'avions pas d'informations, pas de radio, pas de télé…rien, juste des rumeurs.


Il n'y avait pas d'armée organisée…mais nous étions tous des soldats. 
On était forcé.
Tout le monde portait une arme et essayait de se protéger.

Dans la ville, tu ne veux pas porter de truc de qualité parce que quelqu'un va te tuer et te prendre tes affaires.
Tu ne veux même pas avoir un beau fusil, et attirer l'attention.


Je vais te dire; si c'est la merde demain, je veux rester sobre, et ressembler a tout le monde dehors, peureux, désespéré, confus, et peut être que je vais crier et pleurer un peu…
Pas de vêtement chic…je ne vais pas sortir avec mes super habits tactiques tout neuf et crier "je suis la, vous êtes tous mort maintenant les méchants !".
Je vais rester profil bas, lourdement armé et bien préparé en attendant et en évaluant mes options, avec mon meilleur ami ou mon frère a mes cotés.

Ca n'a pas d'importance d'avoir une super sécurité, un super fusil…si les gens voient qu'ils devraient probablement te voler, que tu es rentable, ils vont te voler.
C'est seulement une question de temps, et de combien de bras et d'armes vont être de la partie.



10- Quelle était ta situation avec les toilettes ?

On utilisait une pelle et n'importe qu'elle bout de terre a proximité de la maison…ça a l'air sale, mais c'était sale.
On se lavait avec l'eau de pluie récupérée, ou alors a la rivière, mais la plupart du temps c'était trop dangereux.

On avait pas de papier hygiénique…et même si j'en avait je le troquais.

C'était une sale situation.


Si je peux te donner un conseil; en premier, il faut avoir des armes et des munitions…après tout le reste, et je veux dire tout !
Ca dépend de la place que tu as et de ton budget bien sur.

Si tu oublis quelque chose, c'est pas grave, il y aura toujours quelqu'un pour troquer…mais si tu oublis les armes et les munitions, tu ne pourras pas avoir accès au troque.

Aussi, je ne vois pas les grandes familles comme plus de bouches a nourrir, je vois les grandes familles comme plus d'armes et plus de forces…après, c'est dans la nature des gens de s'adapter.



11- Et les soins pour les gens malades ou blessés ?

Les blessures étaient principalement des blessures par balles.
Sans les spécialistes et tout le reste, si la victime avait la chance de trouver un docteur quelque part, il avait 30% de chance de s'en sortir.

C'était pas comme dans les films, les gens mourraient…beaucoup sont morts de petites blessures infectées.
J'avais des antibiotiques pour 3 ou 4 traitements, bien sur, seulement pour ma famille.

Des choses très bêtes tuais les gens.
Une simple diarrhée est capable de te tuer en quelques jours sans les médicaments et l'hydratation nécessaire…surtout les enfants.

On a eu beaucoup de maladies de la peau, et des empoisonnements alimentaire…on pouvait pas faire grand chose.
On faisait beaucoup avec les plantes locales et l'alcool, et pour le court terme ça allait, mais sur le long terme c'était horrible.

L'hygiène est primordiale…et avoir le plus de médicaments possible, surtout les antibiotiques.





98 commentaires:

  1. ca resemble a Selco tout ca, non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si c'est toi qui a fait la traduction, tu as fais du bon boulot!
      t'as trouver ca sur le forum de survivalistboards?
      je n'sais pas si t'es au courant, mais il a accepter de faire un interview avec un gars, plus par la > shtfschool.com
      tout ca est un bon rappel que quand ca va merder, ca ne va pas etre tres joli,... merci pour le rappel!

      Supprimer
  2. Encore une preuve que même une ville très civilisé peut sombré..

    RépondreSupprimer
  3. Impressionnant.. ou terrifiant, en fait c'est les deux mais c'est surtout instructif je pense qu'après ça beaucoup de gens vont regarder leur matériel de "survie" et faire pas mal de modification.

    RépondreSupprimer
  4. Ca calme....
    En tout cas trés trés instructif, je vais relire! Merci Volwest

    RépondreSupprimer
  5. Effrayant...Je me rend compte qu'il y a plein de choses à changer dans ma façon d'aborder le pb !
    Étonnant quand même qu'il mette autant l’accent sur les armes !!
    L'autre truc qui me surprend, c'est l'alcool.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. perso ça me surprend pas

      t'as pas d'or, c'est pas grave,a achètes du whisky

      rhum, eau de vie, alcool fort...

      Supprimer
  6. témoignage impressionant ! merci de l'avoir partagé.

    RépondreSupprimer
  7. Impressionnant témoignage.
    Merci de ce partage d’informations, cela permet de remettr les endules à l'heure sur la façon de se préparer. La bouffe c'est bien , le troc c'est mieux (surtout armé).... ;)

    RépondreSupprimer
  8. merci du partage , c'est ..terrifiant.

    RépondreSupprimer
  9. Après avoir lu ça j'aimerai savoir si il est possible d'acheter des antibiotiques qui se garde longtemps ! en France sans ordonnance !
    une url pour débuter dans les antibiotiques ? tuto minimum ? vidéo de notre ami volwest ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Eh non, en France, tous les antibio sont passés sous ordonnance que cela soit en injectable, per os ou même les pommades...pour diminuer les résistances et le coût pour la sécurité sociale.
      Donc pour s'en procurer, il faut bidouiller!

      Supprimer
    3. Une alternative a la medication pourrait se trouver dans la conaissance des plantes medicinales et leur culture(balcon,fenetre...)reste a la portée de tous
      un exemple tout simple la tysane de thym en cas de gastro,dégueulasse mais radical;quand l on voit les conscequances...
      mon prochain achat de livre traitera de ce sujet
      ps se mefier de certains mauvais reflexe de grand mere tel que la farine sur les brulures...

      Supprimer
    4. le thym c'est bien aussi pour les bronches, mais une bronchopneumonie, si t'as pas d'antibios, tu vas souffrir et peut-être mourir

      une possibilité préventive / curative (faut s'accrocher) :expiration lente et complète pour évacuer les bactéries des plis des poumons

      ou sinon, vaccination...

      Pour les gastro, 1 verre d'alcool pur (pastis par exemple) peut nettoyer le ventre, l'eau de cuisson du riz servir de pansement (idem smecta)

      Supprimer
    5. c est sur qu une patologie plus grave oblige soit a consulter celui qui est consultable(risqué suivant la situation) soit a posseder son stock
      neanmoins la rusticité et la connaissance de ces plantes permettra peut etre une economie des stock de medicaments courant(smecta...)qui pourront etre troqués contre d autres plus spécifiques et plus rares
      la culture facile des aromates (la je pense aux citadins) permet aussi d ameliorer le gout ce qui est toujours bon pour le moral
      ...et non je ne base pas ma survie sur les plantes aromatiques!!!

      Supprimer
    6. il existe une bonne solution naturelle ET simple pour les antibiotiques,

      l'argent colloidale, les ingredient:

      -de l'argent pure (excellente idée d'investir dans les métaux précieux!)
      -de l'eau distillé (relativement facile à produire à partir d'eau "normale")
      -de l'électricité (pour l'électrolyse)
      -un contenant (pour une meilleure conservation, mieux vaut qu'elle soit: insensible à l'électricité statique, comme par exemple une bouteille en verre avec un bouchon liège, et protectrice des UV)
      -la connaissance (il existe des livres très bien!)

      il y a plusieurs avantages:
      antibiotique, antiseptique, désinfectant, anti-fongique, pour les diarrhée grippe rhumes et autres angines, et en plus ça rend potable l'eau (claire, je précise)

      qui dit facile à produire et exigeant peu de place (en plus la production peut être déplacé, que demande le peuple) et grande utilité, simple à utiliser,
      donc qui dit tout ça, dit: "bon pour le troc!"

      en attendant, ça se vend aussi déjà tout fait, il y a toujours des solutions...

      Supprimer
  10. Il insiste sur les armes... je veux bien mais en france c'est mort pour s'armer, les banlieues ont des Armes de guerre, les gens normaux rien, et les flics de la merde, ça sera un carnage si ça arrive chez nous genre Lyon, Marseille, Paris, et pour s’inscrire a un centre de tir c'est lolito :

    http://www.stsl-asso.org/index.php?option=com_content&view=article&id=79&Itemid=64

    http://www.stsl-asso.org/index.php?option=com_content&view=article&id=71&Itemid=80

    Je pense que les choses a avoir et les quantités (alcool, armes, hygiène, santé etc...) sont différentes selon :

    - Le pays
    - La mentalité
    - Le climat
    - La géographie
    - L'histoire
    - La culture
    - Les tentions communautaires
    etc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non,

      En situation de survie, le verni civilisationel s'efface au profit des instincts.
      Que vous soyez du nord, du sud, sous la pluie ou le soleil, l'instinct de survie reste l'instinct de survie.
      Un blaireau reste un blaireau et un tueur un tueur quelque soit la couleur du costume.
      La seule chose a avoir c'est l'instrument(quel qu'il soit) qui vous donnera l'ascendant sur celui, celle ou ceux qui vous font face.
      Avoir de l'alcool, ou des biens a troquer ca ne sert pas a grand chose quand vous etes mort

      Hijacker

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  11. Bonjour Wolvestet merci pour ton site...
    j'ai une question : quand cette personne dit qu'il a désormais un radar à emmerde, qu'il la sent arriver... A-t-il touché 2 mots de la situation actuelle ? (ou ça se passe de commentaire et c'est sous entendu qu'elle arive à grand pas.)
    Nicolas.

    RépondreSupprimer
  12. Si en France on devait subir une situation dans ce genre, je vous dis pas le massacre. ça va vite puer d'habiter en ville. BEAUCOUP ne sont pas, mais alors PAS DU TOUT préparés à ce genre de crise majeure. Un de mes collègues de travail se moquait de moi parce que je porte toujours un multitools sur moi... Quand il y a une coupure d'électricité, il n'a même pas une bougie chez lui... Nous autres qui nous préparons et prenons le survivalisme à coeur pour quelque part anticiper les risques sommes souvent pris pour des originaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  13. Salut.
    C'est un récit assez dramatique que tu nous transcrits Vol West. Malheureusement réel.
    Pour ce qui est de la préparation à ce genre de situations et pour reprendre de la thème de la mentalité qu'aborde GanGan, quand "c'est la merde" dans une ville assiégée, c'est la merde pour tout le monde.
    A mon avis, le papy sympa que tu croises au parc promennant son chien quand tu fais ton jogging peut en cas de "merde" sortir le .45 qu'il garde depuis la WW2 et aller chercher ce dont il a besoin là où ça se trouve. Chez toi, dans la rue sur un passant, dans la pharmacie d'un hopital etc. On parle de survivalisme et on porte tous un "instinct de survie" en nous. Plus ou moins prononcé et orienté selon nos éducations respectives, à un certain moment, il resurgira.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui,un 45 ,mais a poudre noire ;-)

      Supprimer
    2. Je carricaturais un peu le trait de "l'assaillant" ;) Celà dit, il y a tellement d'armes qui tournent dans nos banlieues (et pas uniquement dans les plus chaudes) qu'en cas de "merde", leur utilisateurs n'auront pas peur de s'en servir. Hormis sur le plan armes et munitions, je doute que les wech-wech dont parle greg plus bas soient des "preppers"...

      Supprimer
    3. A mon avis, l'usage d'une arme ne doit pas poser de problème de morale ou donner lieux a des hesitations ,si l'on sait ce que l'on a, a faire,je crois ?
      Les presences d'armes dans cèrtains quartiers, n'ont peut etre rien a voir avec la révolution,mais comme les daubes, les armes doivent se vendre avec une trés bonne marge ,car,il y a surement beaucoup d'autoctones moyennement friqués ,qui sont prét a mettre le prix pour en avoir "au cas ou " afin de se defendre ?
      A l'époque du 3 em reich, ce n'etait pas les gens du bas qui etaient les plus influants ,je crois ;-)
      Il y en a pour dire que la terreure installée en Allemagne etait surtout faite pour tuer les indesirables du bas je crois ?
      A mon avis, le plus grand danger,ne viendrait pas tant des "wesh wesh",mais de cèrtains autoctones trés friqués qui peuvent payer les sèrvices "des chiens",pour se débarasser des gens qu'ils jugent inutiles ou nuisible pour leurs grosses affaires , je crois ?
      Bye.

      Supprimer
    4. Assez d'accord avec ID naze. Il semble que malheureusement, beaucoup de nos amis preppers fantasment et leur haine viscérale et pathologique des "wesh wesh" les poussent à imaginer que le seul problème et danger, viendraient d'eux.
      D'une, il faut être conscient, que ces jeunes ne sont pas une entité une et indivisible.
      De plus, ils sont une infime minorité.
      Ensuite, les armes en banlieue, ne sont pas aux mains de "wesh wesh", mais aux mains d'une poignée de trafiquants de drogue qui s'en servent lors de leurs règlements de compte liés à leurs activités mafieuses.

      Ce n'est pas donc n'importe quel "wesh wesh" qui possède une arme mais les trafiquants parmi eux. Trafiquants qui constituent eux-mêmes, une minorité.

      L'écrasante majorité des armes sont donc en possession de tout, sauf un wesh wesh.
      Le chasseur, le papy, le tireur sportif, le paysan, le policier, le gendarme, le collectionneur d'armes, le trafiquant d'armes qui arrose la France et ses banlieues, le bijoutier n'est pas un wesh wesh, et n'en restera pas moins pour autant armé et encore plus dangereux lorsque le SHTF.
      Et il sera trop tard pour le comprendre pour les obsédés des "wesh wesh", lorsque le non-wesh wesh FDS le lui montrera à coup de cal.12 !

      La corse est une zone de non-droit où les journées sont ponctuées d'assassinats. Pourtant pas de wesh wesh en vue.
      Je serais plus réticent, personnellement à vivre là-bas, au milieu de personnes, ayant l'habitude de tuer et ne s'en émouvant pas plus que ça, que d'être dans le 93.

      Après, chacun le fait comme il le sent, mais attention au retour à la realité, ça peut faire mal comme une grosse claque dans la tronche.


      DA VINCI

      Supprimer
    5. le truc avec la corse, c'est que c'est un endroit très peu peuplé, et très riche naturellement, plantes, gibiers, poissons ... il n'y aura pas de problèmes en Corse, par contre, dans le 93, la, avec une densité de pop. astronomique, meme si les gens sont moins violent, ca va péter.

      Et sinon, ne pas croire que la corse est un endroit violent, soit sympathique avec les insulaires, il n'y aura pas de problème, par contre ... Tu as deja entendu parler d'une affaire de pédophilie en Corse ? Tu as deja vu des tueurs en serie en Corse, ou des jeunes délinquant ? Non. Enfin, pour les pédophiles, le fait qu'ils peuplent les rivières les pieds coulés dans le béton a peut être un rapport :D

      Ultima Ratio, si tu passes par la, vu que tu es Corse, tu approuves, ou tu trouves ca abusé ? :p

      Supprimer
    6. Compte tenu du nombre d'homicides en Corse, près de 30 fois supérieur à celui d'autres départements similaires d'un point de vue du nombre d'habitants, compte tenu d'une culture mafieuse présente chez une frange de la population, habituée au racket, à l'extorsion, au plastiquage...
      je pense que l'on peut difficilement dire que ce n'est pas violent.

      Et dire cela, ce n'est évidemment pas dire que cela est le comportement de tous.

      Je parle bien d'une frange de la population.
      C'est une minorité, mais une minorité dangereuse. Au même titre que certains wesh wesh en banlieue, sont dangereux.

      Seulement mis à part les incivilités de ces gosses mal élevés, les voitures brûlées tous les 5 ans lorsqu'ils manquent d'activité physique et le deal de cannabis, la violence des wesh wesh reste malgré tout "relativement" light comparée à ce qu'on peut observer ailleurs.

      Il y a eu des émeutes plus d'une fois en France, menées par les "wesh wesh" depuis les années 70-80, pas le souvenir qu'ils aient l'habitude d'aller piller les quartiers pavillonnaires ou de se retourner contre la population.

      Voilà pourquoi le fantasme de hordes d'arabes et de noirs sanguinaires et mangeurs d'enfants qui déboulent dans les ruelles des beaux quartiers je n'y crois pas du tout.


      Donc pour en revenir à la Corse, je me méfierais davantage d'un département où une nébuleuse mafieuse à l'habitude de venir te saucissonner à ton domicile, devant ta femme et tes enfants alors même que la gendarmerie est à deux pas, à l'habitude de tirer des rafales à l'arme automatique sur ces mêmes gendarmes, maîtrise les explosifs et n'a aucune gêne à s'en servir pour exploser villas et commerces, sans parler des assassinats en plein jour en plein centre-ville.

      Si le SHTF il vaut mieux être vraiment vraiment vraiment low profil dans cet endroit, parce que je donne pas cher de la peau de quelqu'un dont la voiture, la maison, les réserves, l'argent, la femme (?) tape dans l’œil de ces voyoux organisés et armés, qui en tant normal sont déjà intouchables et insaisissables.

      Maintenant je n'affirme pas pour autant qu'en cas de rupture sévère de la normalité, ça pétera en Corse. Parce qu'il y a effectivement suffisamment de ressources naturelles pour que la population puisse vivre en bonne intelligence avec une certaine autonomie.

      Si tant est que bonne intelligence est un mot qui parle aux voyoux et criminels.

      Et effectivement, je suis d'accord sur le fait que le 93 pétera probablement, pour la raison que tu as mentionnée. La densité de population astronomique !

      Supprimer
  14. il est vrai que ca fait reflechir... mais comment cela serai il possible en europe? j ai du mal a m imaginer un tel scenario... qqn aurai il une idee ou une explication sur une telle degradation ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la Bosnie, c'est en Europe... et c'est arrivé.

      Supprimer
    2. Oui mais il y avait un conflit ethnique sous-jacent depuis la WW1...
      En France, je ne sais pas si le communautarisme pourrait pousser à de tels extrème .

      Supprimer
  15. Il habite un endroit ou c'est la guerre depuis 100ans ! si on subit la même chose que la grece les gens seront comme des ouf et ça nous pend au nez. ça peut prendre un an deux ou trois.
    Sinon ça sera petit a petit ça peut durer 10ans avant que ça pète.

    RépondreSupprimer
  16. si les gens finissent par comprendre ceci :

    http://www.egaliteetreconciliation.fr/L-arnaque-du-prix-de-l-essence-10680.html

    Ils bougeront peut être.

    RépondreSupprimer
  17. Ca fait froid dans le dos tout ça. Le plus difficile, c'est de se dire comment ça peut passer de aujourd'hui (ou il fait bon vivre, je vais chercher le pain avec ma fille à pied, mes soucis c'est que l'essence est à 1.45, j'ai trop de choix et je sais pas ce que je vais lui préparer à manger ce midi, etc ... ) à une situation comme celle décrite ... même si je me prépare doucement. Le plus difficile serait de voir le point de non retour, ou tu vois que la merde à touché la première hélice...

    RépondreSupprimer
  18. De toute façon, je crois qu'il faut se dire que tout peut arriver ,meme si ce n'est pas de l'intèrieur, ça peut venir de l'extèrieur ,puisque la mondialisation semble etre une réalité nouvelle pour les gens d'Europe ,je crois ?
    Je viens d'aprendre beaucoup avec ce temoignage .
    Je suis toutefois étoné, qu'il n' ait pas parlé des armes telles que les mines antipèrsonnelles qui je crois me souvenir ont fait beaucoup de victimes innocente dans cette région .
    Pas un mot non plus sur les explosifs et leurs fabrications ,car je crois que ça peut faire de bons barrages pas chèrs en cas d'atttaques ?
    Bye.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  19. Salut, excellent Vol West, une bonne représentation de l'anarchie.
    Concernant les antibiotiques j'ai proposé à Vol West de mettre en avant un petit événement qui m'est arrivé il y a peut de temps et qui m'a permis de mettre de côté des antibiotiques.
    Vol West quand pense tu ?
    Pour les armes, le gros problème en France c'est la législation qui nous permet tout juste de nous servir d'un fusil arbalète ou d'un 4.5mm à plomb dans notre jardin. Je ne me voit pas aller dans la cité du coin et commander un 9mm à un wech-wech. A part s'inscrire à un club de tir ou passer le permis de chasse il n'y a pas d'autres solutions ?!!!
    @ +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. Licence de tir, de ball trap ou permis de chasse. Apres, faire les demandes d'autorisation etc...
      Après acheter et posséder une arme provenant de trafic c'est une autre histoire. Après tu auras aussi le problème des munitions : pas d'autorisation = pas d'achat légal = égal marché noir = cher en temps de crise.
      Celà dit, avoir une arme "en stock" avec 50 pauvres cartouches pour une cris d'un an comme dans le cas cité ici, et surtout, sans la connaitre parfaitement n'est pas un gage de sécurité à mon avis.

      Supprimer
    2. Donc mieux vaut prendre une licence et apprendre à tirer "safe" ;)

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    4. Parce que tu imagines vraiment qu'il suffit d'aller dans la cité du coin et de commander un 9mm ?
      Soit tu es très naïf, soit tu regardes trop de films hollywoodiens, dans les deux cas... c'est mieux d'avoir les pieds sur terre et de se réveiller, sinon bonjour les désillusions.

      Supprimer
    5. Bonjour Da Vinci. Je prends ta remarque avec le recul nécessaire ( et j'en prend bonne note ) mais j’aimerais te répondre avec beaucoup de flegme. J'accepte la critique, cependant connait tu mon parcours personnel ? Mon expérience ?
      Laisse moi te narrer quelques épisodes de ma vie de naïf.
      Il y a 10 ans j'ai vécu dans la cité des Tarterets à Corbeil Essonne. ( tape dans ton moteur de recherche et régale toi ). Étant commerçant dans cette zone de non droit et y "sur"vivant j'ai assisté aux pires choses dont un homme est capable de s'affecter ( racket, trafic de stup, de femme, armes...). Je te garantie qu'à l'époque déjà commander une arme était chose aisé, les connexions dans ces zones sont très riches et rapides. Pas besoin d’être un trafiquant pour obtenir ce que tu veux, le fric conditionne la commande, pas ton blaz !
      J'ai quitté cette région en 2004 au bout du rouleau, l’événement déclencheur de mon départ à été l'agression du fils d'un voisin, il s'est vu pointer un flingue sur lui, arme tenu par un gosse de 17 ans ( habitant la même cité que nous ), il voulait son walkman. Le fils n'a pas réfléchi et à vu rouge, résultat une balle dans le genoux. Le minot de 17 ans n'était ni dealer, n'y braqueur de banque ! Aujourd'hui j'habite le sud est de la France proche d'une agglomération de 166000 habitants. Ma vie à changée, mon travail me permet de côtoyer l'armée, la police ... et nombreux sont ceux qui m'ont démontrés que rien n'a changé ( si, peut être en pire ). Toujours commerçant, j'ai plus de recul, les "wech wech" comme j'affectionne de les nommer sont toujours armés. Il y a quelques mois mon collaborateur ( roulant en tmax )c'est vu bloqué par deux jeunes également sur un tmax. Le passager portais un flingue et une bouteille contenant un liquide ( nous avons su plus tard qu'il s'agissait d'acide ). Je te laisse imaginer la suite. Bref il y a quelques semaines l'association de petit délinquant c'est fait choper pour vols qualifiés. Lors des perquisitions ils ont trouvé dans les caves des types du fric et des armes. J'aimerais juste Da Vinci, en toute amitié, t'éclairer et te montrer mon monde qui n'a rien d'un film hollywoodien. Je suis commerçant et je n'ai pas d'arme a feu, loin de moi l'idée de cautionner le trafic d'arme, comme je le disait dans ma première remarque. Si souhaite une arme à feu je prendrais la décision de passer mon permis de chasse ou de prendre une licence de tir avant toute chose. Certes et heureusement la majorité des jeunes de cité ne sont pas armé mais sache qu’aujourd’hui "commander" une arme dans ces zones de non droit est plus facile que tu ne le pense. Peut être quand lisant mes lignes d'autre personnes pourrons appuyer mon exemple.
      Da Vinci à bon entendeur, je reste à ton écoute.
      Amicalement,
      Greg

      Supprimer
    6. Bonjour Greg,


      Sache que je ne remets nullement en doute le fait qu'il y ait des armes en banlieue. C'est une évidence.

      De nombreux trafiquants d'armes nous ont joyeusement ramenés des balkans toutes sortes "d'outils".

      Mon propos est juste de dire qu'on achète pas d'armes comme cela en banlieue.
      Tout d'abord parce qu'il y en a peu !

      Il ne suffit pas de chercher pour en trouver. Il ne suffit pas d'être acheteur pour trouver un vendeur.
      Ensuite parce que ces armes ne sont pas vendus à n'importe qui.

      Le voyou de cité qui dispose d'une ou deux armes à feu en rab, ne prendra pas le risque de la vendre à un inconnu venu d'on ne sait où.

      Il sait que cela pourrait être un policier et n'a pas confiance non plus en ta capacité à tenir ou pas ta langue si tu venais à te faire attraper avec l'arme à feu qu'il t'a vendu.

      Ces armes, en nombre assez restreint, sont en possession de trafiquants de drogue ou de braqueurs. Ces armes sont même assez souvent "mutualisées".

      S'il souhaite vendre son arme, il trouvera mille fois quelqu'un pour lui acheter dans la cité, sans qu'il n'ait besoin de prendre des risques à la vendre à un inconnu.


      Et les personnes dont le trafic d'armes sont le métier, tu n'en trouveras pas des masses en banlieue, en tout cas pas dans une cité. Ce ne sont pas ces jeunes qui vont chercher les armes à l'étranger, ils ne sont pas derrière ce trafic.

      Pour le fait que les agressions avec armes à feu augmentent, si la justice n'était pas complètement à côté de la plaque, on assisterait pas à des scènes où des morveux à peine pubère braquent à l'arme à feu pour un butin de 60€.

      Sinon je partage ton avis et ta constatation sur la violence de la société et l'escalade à laquelle on assiste.
      Des gens prêts à tirer et brûler à l'acide pour voler un 2 roues, c'est juste démentiel et c'est juste 20 ans de prison qu'il leur faudrait pour qu'ils puissent réfléchir tranquillement à tout ça à tête reposée.

      Da Vinci

      Supprimer
    7. Je suis en grande partie d'accord avec toi. C'est certains que pour obtenir une arme à feu c'est pas comme aller ce servir au supermarché.

      Seulement, en ayant baigné dedans ( au cœur du problème je dirais ), en demandant aux bonnes personnes, il m'aurait été facile à l'époque de m'en procurer. Aujourd’hui vivant plutôt à l'écart des zones de non droit ça me serait plus dur effectivement.

      Tout est histoire de connexion en fait. Je connais un type qui connais un type, qui connais ...

      Honnêtement c'est la réalité, enfin mon constat depuis plus de 10 ans maintenant.

      @ +

      Greg

      Supprimer
    8. Da Vinci, je serai quand même plus pessimiste que vous.

      2 exemples :
      Je sors du lycée, un mec m'arrête sur le parking, sort un 357 magnum (je me dis donc que je me prépare à me faire dépouiller) et il me dit avec une voix très stressée : "Je te le vends direct contre 800 frcs" (c'était des francs à l'époque !).
      Je n'habitais aucunement l'ex Yougoslavie mais bien une commune de banlieue est de Paris.
      Je confirme aussi qu'il s'agissait d'une arme métallique qui avait tout l'air d'une vraie et je pense que l'empressement du jeune à vouloir le vendre était qu'elle avait servie dans une histoire louche.

      Bref. 2ème exemple : Bosser avec des personnes issues d'ex-Yougoslavie.
      Certains commerces dans des quartiers bourgeois de Paris sont tenus par des ressortissants d'ex-Yougoslavie.
      Et ils ont tout à fait accès à ce genre de matériels. Après, il est vrai qu'ils ne vendent pas à n'importe qui.
      Mais par expérience, ils sont assez enclin à faire confiance aux ressortissants d'ex-Yougoslavie.
      Dans mon exemple, (forcément imaginaire hein messieurs les policiers ;)), je connaissais une serbo-croate, qui laissait le flou sur ses origines ayant passé la guerre en Croatie, qui parlait régulièrement avec des tenanciers d'un café d'origine bosniaque dont le passe-temps favori était de gérer le recel des "affaires" de certains bosniaques passants à Paris.
      Ces personnes avaient laaaaaargement accès à des armes.
      Le problème est ensuite de leur faire accepter de vous les vendre, même contre une somme à 4 chiffres.

      Moi, j'ai pas d'arme...

      Supprimer
  20. La loi sur la nouvelle classification des armes est votée par le sénat, je crois qu'elle doit encore passer par l'assemblée et ensuite il y a la promulgation si elle arrive... Mais c'est en bonne voie! Le truc sympa c'est que le .22lr a l'air de descendre d'un cran, avec une simple déclaration au lieu d'une autorisation, du moins pour les armes d'épaule à répétition manuelle. Dans ce cadre, je crois qu'une carabine à répétition manuelle par levier de sous-garde est le truc le plus intéressant. Limitation à 9 coups mais je soupçonne qu'il est facile de rétablir la capacité initiale en cas de bordel généralisé, et un modèle d'origine chinoise disponible pour pas trop cher (Norinco) après si j'en crois les forums la finition on laisse tomber mais le matériel fait le boulot et c'est exactement ce qu'on lui demande, et puis moins cher veut dire qu'on peut en acheter plus voire en acheter tout court. Et vu qu'en dépit de ses faiblesses dans un domaine particulier, le .22lr est apparemment le calibre le plus intéressant quand on regarde les choses de façon globale, mine de rien les choses s'améliorent.
    http://www.armes-ufa.com/spip.php?rubrique1
    http://www.assemblee-nationale.fr/13/ta/ta0839.asp

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a quelques années, j'ai pu acheter une carabine 22 LR sans formalité particulière .J'ai seulement dû presenter ma carte d'identité.
      Pour les munitions 22 LR, c'etait la meme chose:
      en vente libre ,comme les armes anciènes de 8 em categorie a poudre noire et leurs munitions .
      Bye.

      Supprimer
  21. Obrigado.
    Uma grande história cheia de bons conselhos.

    Saudações de Portugal

    RépondreSupprimer
  22. Edifiant et très instructif !
    Deux choses m'ont frappé,
    La notion de famille et de clan (ça enfonce le clou de Vol West)...on ne peut pas se défendre seul face à une bande. Reste que la mise en place d'un réseau ou d'une communauté n'a rien de facile.
    La confirmation de l'adage "pour vivre heureux, vivons cachés"...ne pas se faire remarquer, rien d'ostentatoire, faire profil bas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne jamais oublier que dans des groupes,il y a souvent des taupes ,je crois ?
      Exemple les sydicats :-D
      Bye.

      Supprimer
  23. apres avoir lu ceci je pense qu'il va falloir revoir nos copies dans les priorités de nos preparations qui sont souvent "ou" mis de coté "ou" sous estimé en quantité;
    le nombre dans le clan , quantité de matériel ex briquets,antibiotiques ,hygiene (sac poubelle etc...) et des choses oubliés comme l'alcool pour le troc ainsi que d'apprendre a fabriquer ou inventer des choses ou du matériel qui pourrais nous sauver .... vraiment un grand merci a ce monsieur qui pour nous donner plus de chance de vivre au cas ou? a du se rememorer toutes ses horreurs .respect monsieur

    RépondreSupprimer
  24. Vraiment un grand merci pour ce témoignage. Depuis que je l'ai lu, je suis légèrement inquiet face au chemin qu'il me reste à parcourir. En France la grosse difficulté c'est les armes. Le permis chasse n'est pas très cher (une cinquantaine d'euros sans l'assurance) mais face à une kalach on peut pas faire grand chose. Faire des stocks n'est pas si difficile sur du moyen terme à condition de bien gérer son budget, en revanche avoir un savoir qui peut se monnayer peut être très compliqué selon les personnes. Tous citadins dans ma famille, je ne pense pas qu'un seul sache vraiment un truc d'utile en cas de crise de gros niveau. Si vous avez des idées ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'inquiète pas Robotor, avec une poignée de kalach pour toute la région parisienne et un stock (si on peux appeler ça un "stock") de munitions à faire rire papy, tu n'auras probablement jamais à faire à une kalach de ta vie (à part si tu souhaites de reconvertir dans le trafic de drogue et que tu t'amuses à escroquer un trafiquant).
      Je serais toi, je me méfierai davantage du cal.12 de René le chasseur et vu qu'il recharge lui-même, il a de quoi transformer en passoire 1000 fois, quelqu'un qui s'approcherait trop près de son pavillon ou de son Scénic achetés à crédit.

      Supprimer
  25. S'équiper d'une arme à feu en France est autrement plus facile que de vider le Léman à la petite cuiller ! Légalement j'entends. C'est bien plus simple que de passer son permis de conduire :-)
    Dans les deux clubs de tir que j'ai fréquenté, ça s'est passé sans encombre : inscription, attente de 1 à 2 mois pour avoir la licence (pendant ces deux mois vous pouvez apprendre à tirer avec les armes du club - air comprimé, 22LR, etc - en payant pour la munition) et c'est parti pour le shopping. Vous pourrez acquérir une carabine 22LR à répétition manuelle, une carabine de chasse (à répétition manuelle ou semi-auto) ou un fusil de chasse semi-auto, et ça fait déjà le travail.
    Après si vous voulez des fusils d'assaut ou des armes de poing, c'est un peu plus ennuyeux mais rien d'impossible ! Je n'ai pas fait la démarche car c'est trop susceptible d'être interdit ce genre de matériel si les ronds-de-cuir se lèvent du pied gauche.

    Cependant, à moins de prendre des armes de 8ème catégorie (répliques à poudre noire), votre équipement est fiché en préfecture donc saisissable en K2KK (un petit décret de derrière les fagots et youpie-la-boum : le .gov fait main basse sur la quincaillerie).

    La seule excuse que l'on peut avoir pour ne pas s'armer c'est d'être fauché ! (et encore, du matos chinois et des munitions tchèques ça ne revient pas cher - mais c'est limite question qualité)

    Cette nuit j'ai fait un cauchemar avec des cannibales façon la Route. N'oubliez pas de stocker de la nourriture, autant que faire se peut !!

    ~~WTSHTF, only paranoids survive~~

    RépondreSupprimer
  26. Les cités sont armées attention!!! Ils vont faire quoi au bout de 3 semaines où ils auront grillé connement les munitions introuvable en temps normal en france? (par contre j'aimerais pas vivre en ville à ce moment là)
    Non mais franchement ça doit être bien pire à la campagne. Tout le monde est armé entre les vieux, les chasseurs et les autres...
    Exemple: une famille d'ancien chasseurs qui possède pas loin de 20 fusil, 10 carabines et 5 flingues.
    autre exemple: une famille très proche avec aucun chasseur, le père 1 fusil et 1 carabine, le grand père 3 fusils, 1 carabine et un flingue (et bien sur rien de déclaré).
    Et là y a du stock de munition.
    Méfiez vous quand vous vous approcherez d'une ferme.

    RépondreSupprimer
  27. salut Volwhest,

    on peut dire que ce témoignage montre bien que la voie que tu montres est très pertinente

    Au niveau prépa, ça confirme vraiment tes pistes ; )

    Après, je souhaiterai que nous voyons plus loin que stocker des piles, du matos jetable, mais hé, on subit tellement... Ou en sont les politiques RELLES d'économie d'énergie, de villes vivables....

    Pour précisier, je dirais qu'à continuer comme ça (extension du mouvement de préparation, plus de preppers qui stockent plus), on pourrait accélérer le vidangeage du réservoir de ressources disponibles, et là, quand tout le monde aura fait son stock et qu'il n'y aura plus rien à presser, la seule réponse, boom

    On va peut-être 'sur-surconsommer' ^^

    C'est une eanticipation extrême mais, si le survivalisme mode 'stockage' devient un mouvement mainstream, aussi possible

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le survivalisme ne se développera pas aussi vite que ca, ne t’inquiète pas, en gros, on a, grand maximum, 10 ans, le plus probable, 5 ans, donc, durant, ces 5 années, tu penses qu'on auras le temps de aire ca ? non, ce qui vont commençait a nous piquer des ressources sympathiquement, ca va etre l’Asie, deja le quart de la pop. mondial avec juste 2 pays !!! Le plus gros problème je trouve, c'est qu'a la limite, avec bcp de chances, lors d'une grosse crise social, voir chaos, avec de l’industrie en masse dans nos pays, on pourrais avoir les moyens de relancer une production, meme minime, la, c'est tout pour la Chine et L'Inde, et vu que ces les entreprises qui coulent les unes après les autres en U.E qui importait des produits comme des matières premières, quand elles auront finie de se noyer en paix, nos pays et les U.S.A seront balayés de la carte comme un grain de poussières

      l'Afrique : on en a besoin pour les matieres premieres
      l'Asie : on en a besoin pour produire des produits
      l'Amerique du sud : on en a besoin pour l'alimentation mondial
      les USA et l'UE: consommateurs, on achète et on leur envoie des cerveaux, c'est tout.

      Et vu que l'Asie Pacifique est en train de devenir l'endroit le plus peuplé du monde, ils n'auront pas de problèmes a s'auto suffire

      L’Asie va pas tardé a nous proposer des programmes d'aide financier qui continueront a nous enfoncer, je comprends pas leur logique : "on a trop de dette ? prenons plus de dettes pour remplacer les vieilles ..."

      Bref, ayons peur du bridé moyen, c'est vicieux uun chinois, vous pouvez pas savoir ... :D

      Supprimer
    2. Peut etre ,mais, comme dans la vie, c'est chacun pour soit.
      Ces gens font leur possible pour arriver a triompher de l'advèrsité mondiale car, jusque là,il etaient sous la botte de l'Occident ,je crois ?
      Bye.

      Supprimer
    3. @north guy : On a 5 ans, 10 ans pour quoi au juste ? Tu es l'exemple typique de quelqu'un légitimement préoccupé par des questions importantes, mais qui ne cherche pas à fonder un raisonnement solide, sur des faits vérifiés et corroborés. Ton analyse par continent par exemple est juste mais simpliste au possible.
      "l’Asie, deja le quart de la pop. mondial avec juste 2 pays !!!" > 2 pays, oui, mais il faut voir la taille des états dont on parle... Parler en terme de densité de population serait plus pertinent. D'autre part, ce n'est pas vraiment une nouveauté.

      "Et vu que l'Asie Pacifique est en train de devenir l'endroit le plus peuplé du monde, ils n'auront pas de problèmes a s'auto suffire" > ça peut paraître paradoxal comme idée.

      Après je pars du principe que tu plaisantes avec ta dernière phrase, mais c'est tout de même un peu limite. La chine et l'Inde tirent leur épingle d'un jeu dont NOTRE civilisation a fait les règles. Ils ne partaient pas vraiment avantagés...


      Supprimer
  28. Bonjour Volwest, et tout le monde. 
    Impressionant! Et instructif. Comme d hab sur ce blog. 
    Ce que je retiens, c est que les You qui ont quitter le pays pour se réfugier ailleurs sont ceux qui s en sont mieux sorti. Surtout ceux qui avaient une mentalité de prédateur. Ils ont fait du bon bizness en Suisse et ailleurs pendant leur guerre. Ceux qui sont parti comme des victimes, se sont retrouvé travailleurs immigrés, exploité, et dans la M aussi, moins qu a Sarajevo, mais quand même. 
    Le fait de se préparer, je pense, doit comprendre un volet: on dégage, vers n importe ou, et on verra. Pour certain, qui n aurais pas supporter Sarajevo en 92, le mieux est de se chercher au cas par cas, une solution de repli, et de bouger. Le cas des cité, souvent cité en exemple, AMHA il faut les quitter, et il ne sert a rien de se préparer a tenir dans son appart en ville. Et tous ce que vous aurez stocker, restera la. Quand je pense comme ça, je vois ma préparation autrement. C est dans la tête, pas dans des armoires que se trouve l étincelle de la survie. Le reste, quand on a l étincelle, ça coule de source, c est entre a cause d elle qu on rempli nos armoires. 
    Juste mon avis a 1ct d euro.  
    Soyez prudent.      Merci encore, Volwest!!!

    RépondreSupprimer
  29. Oui,un 45 ,mais a poudre noire ;-)..

    Si tu avais les dégâts que cela fait sur un homme, à poudre noir le cahier des charges de l'armée à l'époque avais demander à colt de fabriquer une arme capable d’abattre un cheval à environ 50 - 75 m et oui la guerre a l'époque c'était au sabre de cavalerie donc on chercher a faire tomber les cavaliers pas à les tuer par balle, de ce fait tu prend un pruneau de 44 poudre noir à 25 - 30 m je peut te dire que tu est vraiment dans un sale état, et a choisir je préfère de loin me prendre du 9mm.
    Pour info en France le poudre noir et libre d'achat (8eme cat) pour environ 250 € vous avais un 6 coups reste a stocker de la poudre des amorces et des balles.. et bien sur s'entrainer un peut ^^

    RépondreSupprimer
  30. Quand on regarde les chiffres des civils bosniaques morts à cause de la guerre de Bosnie, on constate qu'on arrive à la louche à 1 à 2% de la population. La mort est donc, même dans ce contexte extrème, le cas particulier. Au vu de ce superbe et très précieux témoignage, et de ces chiffre, j'en conclus qu'une préparation incomplète : sécurisation de la maison+stock mais pas d'armes et pas de discrétion, est pire que tout. Les gens armés ne vont bien sur pas se précipiter chez n'importe qui pour gaspiller des munitions et ne rien trouver, ils vont cibler les actions, vers les endroits où il savent qu'il y a des ressources et où ils ont de bonne chance de s'en sortir vivants. La préparation est à cet égard une sorte de prise de risque, dans lequel le "trop peu" peut s'avérer en fait contre productif.

    RépondreSupprimer
  31. rester discret !! bon vol west abandonne l idée de regroupement des fois que nos petits camarades decide de venir nous piller sachant que nous avons du stock lol sa c etait la blague pourrie du jours !!pour le poudre noir entierement d accord avec B.A.R .se témoignage pour moi prouve que l homme et un animal et que l instinct de survie reprend toujours le dessus malheureusement au détriment des autres enfin y en a plus a dire mais bon je suis pas romancier . longue vie a tous

    RépondreSupprimer
  32. CRIME ET INSECURITE

    Bien que le crime ait toujours été une porte de sortie en Amérique du Sud, mon pays était plutôt l’exception. C’était dangereux, oui, mais rien de comparable avec ce qui a suivi la crise économique de 2001. Il était possible de laisser les enfants jouer sur le trottoir, ou de rentrer à la maison après une partie à quelques pâtés de maisons en étant relativement en sécurité. Tout a changé désormais. Plus aucun enfant ne joue sur le trottoir. Je devrais accentuer cela un peu. Il n’y a absolument plus aucun enfant qui ne joue sur les trottoirs du tout, quelle que soit l’heure du jour. Peut-être qu’un enfant fait du vélo sur quelques mètres de trottoir, mais toujours sous la supervision d’un adulte. Un enfant faisant du vélo seul se fera voler son vélo en un clin d’œil et sera probablement blessé lors du vol, par conséquent aucun parent responsable ne laisse un enfant seul dans la rue. Les adolescents représentent un gros problème. Vous ne pouvez pas laisser un ado de 15-16 ans enfermé dans une maison toute la journée, et même s’ils sont assez grands pour sortir tout seuls, quand le soleil se couche les choses deviennent pires.

    La suite avec un autre exemple de survivaliste, le célèbre argentin Ferfal, et d'autres, sur un bon site, en français :
    http://olduvai.e-monsite.com/pages/temoignages/

    RépondreSupprimer
  33. Le problème des banlieues n'est pas qu'une minorité aie des armes mais qu'ils aient accès a des réseau d'arme ... en cas de soucis, ils ne vont pas rester des gentils "wesh wesh" bien longtemps et vont s'armer via les réseaux déjà en place, tandis que les autres ...

    Il est difficile de placer en situation, sachant qu'on peut savoir ce qu'on va faire soi même, mais pas ce que les autres vont faire, ni ce qu'ils ont en réserve.

    Est-ce qu'on sait de quelle technique de fabrication de pétrole parle le gars ??? jamais entendu parler.

    Quand à la probabilité que ça arrive en France ... je ne veux pas vous faire inutilement peur, mais d'ici moins de 10 ans, c'est une quasi certitude qu'on aura des gros problèmes.
    Derrière le soucis de la dette (quand les grecs et les portugais et autres n'auront pas payé leur dette, c'est à dire, a nous, alors c'est nous qui ne pourront plus la payer non plus) c'est le soucis du pétrole qui se pose !!!

    On a atteint le pic pétrolier en 2005, et en occident on en importe de moins en moins parce qu'il pars en asie ... on a atteint le pic électricité aussi ...
    Et la guerre avec l'Iran est imminente et menace très sérieusement de se dégradée en guerre mondiale.

    Je ne sais pas si vous observez le contexte géopolitique mondiale, c'est c'est chaud bouillant la ... on est bord du gouffre a tous les niveaux.
    A l'échelle mondiale, je pense que maximum d'ici 10 ans, et peut-être d'ici quelque mois, ca risque de se dégrader très vite.

    Les crises sont soudaines et prennent les gens de cours.
    On vit dans un pays extrêmement fragile a tout un tas de situations même si on a le nucléaire dissuasif.

    Je vous invites à venir vous renseigner un peu sur mon blog éventuellement car vous constaterez que la situation est vraiment tendue et qu'il n'est pas du tout certain qu'on passe entre les gouttes.
    Je ne pense pas non plus qu'on ira aussi loin que cette ville en Bosnie, mais peut-être que certains en ville connaîtront ce genre de situation avant que ça ne se tasse un peu.

    bon courage a tous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La banlieue n'a pas accès à des réseaux d'armes. Certains trafiquants et braqueurs résidant en banlieue, eux oui.

      La différence est de taille.

      Supprimer
    2. La technique de fabrication de pétrole d ont t il parle est en faite la synthétisation d'essence grace a de la houille. C'est le faite de liquéfier un gaz synthétique produit à partir du charbon.Apres j ai pu toute la fabrication en tete mais ya moyen de se fabriquer une petite usine a gaz pour pas cher , tout comme monter un réacteur a hydrogene sur un moteur essence et en faire un moteur a eau

      Supprimer
  34. Que penser de ce genre de site :
    http://www.bestellen-kauf.co.cc/about-fr.html

    RépondreSupprimer
  35. Nynjogan, je suis 99% d'accord avec toi. Le contexte est effectivement très hot en ce moment, et on ne voit pas bien comment cela pourrait s'arranger.
    Par contre, je ne pense pas qu'il faille s'inquieter sur la fin du pétrole (se renseigner sur le petrole abiotique, sur les ressources des USA extremement elevées et de très haute qualité facilement accessible dixit videos sous titrés de Lindsey Williams, sans parler des reserves trouvées dans le futur...).
    Si probleme de pétrole il y a, ce sera juste de la mainupaltion de prix/aprovisionement... rien de reel, mais les conséquence peuvent être les mêmes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'après Piero San Giorgio, ces chiffres sont faux !

      Supprimer
    2. San Giorgio ne fait que relayer avec talent l'avis de très nombreux scientifiques (même les grands groupes pétroliers commencent à l'admettre du bout des lèvres...).
      Je ne sais pas s'ils ont préparé la suite, mais ce qui est certain c'est qu'on a pas du pétrole à des prix acceptable pour 20 ans ! (ni sans doute pour 10 ans...).
      Tiens, je viens de faire un plein à 1.61 le 98 chez Edouard L'Obscure.
      Qui dit mieux ?

      Supprimer
  36. A mon sens l aprés petrole est pret, c est juste une histoire de taxation.

    Ce dont il faut s inquieter c est deja d arriver a cette periode en relative stabilité, ca,c'est pas gagné.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "A mon sens....."

      Ok, quelles sont donc vos infos?
      Sont elles fiables?
      Quelles sources d'énergie de remplacement?

      Supprimer
  37. Une des phrases percutante, c'est : "quelques jours avant que la merde atterrisse dans le ventilateur, les politiciens a la télé répétaient que tout allait bien." et j'ai entendu, à propos de la Russie lors de l'effondrement de l'URSS : "le vendredi à la télé, un ministre disait que tout allait bien, et le lundi c'était la banqueroute totale, tous les comptes en banque se sont évaporés".
    "Tout va bien", c'est ce qu'on nous répète en ce moment, non ?
    Pourtant il y a de nombreux signaux alarmants en économie, en faits divers et en géopolitique...
    La Grèce est passée de "cool" en 2008 à la situation qu'on connait aujourd'hui (et en cherchant des infos sur le net et pas sur TF1, c'est très grave).
    Ce ne sera peut être pas aussi grave qu'en Bosnie, encore que dans certains coins "sensibles" c'est déjà le cas, mais probablement comme en Argentine (comme dans le lien que j'ai posté plus haut).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut aller un peu au delà de l'information superficielle.
      Ce n'est pas parce que la Grèce est en Europe que ça arrivera à toute l'Europe.
      Ce n'est pas parce qu'on dit que ça va que forcément ça va pas.
      Bien sûr qu'une crise peut frapper la France mais c'est comme pour tout : quand on veut voir des signes on fini par les voir.

      La situation de la Grève est particulière : presque personne ne paie d'impôt, ils ont peu d'entreprises. Leurs ports sont entre les mains d'entreprises étrangères. Leur tourisme ne repose que sur un patrimoine couteux à entretenir et sur du personnel ... pas très accueillant.

      Et ils ont menti pour entrer dans l'Europe, se mettant à vivre à un niveau qui n'était pas le leur, et de loin.

      En France c'est très différent. Même si le pays est endetté, il ne l'est pas au point de la banqueroute. On a suffisamment de croissance pour financer le vital, ce que la Grèce n'avait plus depuis longtemps. On vit "un peu" au dessus de nos moyens. On pourrait descendre d'un niveau sans que ce soit catastrophique. Mais ce serait un signe de mauvaise santé financière, et ça entrainerait une baisse de crédibilité (d'où l'intérêt des agences de notation qui donne la valeur réelle d'un pays, la France est entre le AAA et le AA, on est dans le top 20 dans le monde, aux dernières nouvelles devant les USA).

      Imaginez une entreprise avec un crédit. Elle peut arrêter de repeindre sa facade et de décorer le hall, elle limitera son crédit. Mais alors les clients iront voir l'entreprise d'à côté. Il faut donc dépenser de façon ostentatoire, "juste ce qu'il faut". Comme les banquets des seigneurs qui invitent leurs alliés du jour à un banquet (sans avoir à le dire, la démonstration est claire : "regardez la puissance de notre seigneurie, regardez tout ce qu'on bouffe pour un repas, imaginez ce qu'on peut mobiliser pour vous assiéger"). Ces dépenses sont nécessaires, même si certains ne le comprennent pas. On peut continuer ce petit manège un certain temps, tant qu'on est conscient des enjeux, tant qu'on surveille l'état des comptes.

      Le fait est qu'on a une cour des comptes entre les mains de l'opposition (ce qui ne sera plus le cas si un candidat de gauche est élu) et que si un politique reste un politique, on a quand même une lutte contre la corruption qui marche à peu près bien. Là encore, c'était pas le cas en Grèce.

      Donc il faut rester prudent et en éveil, mais je pense qu'il est prématuré de paniquer.

      Supprimer
    2. je ne suis pas d'accord avec toi guillaume ; ce qu'il faut voir c 'est que comme par hasard ce sont les plus petits pays qui ont eté montrés du doigt en étant les mauvais eleves de l 'europe et ce serait eux qui auraient amené la crise en europe :de une c est l'europe qui a voulu que la grece devienne européenne (derniere barriere de l'occident )pour des raisons stratégiques ,et vouloir faire croire que l'europe les a aidé c'est une blague les banques francaises ont emprunté a des taux tres tres bas pour preter a la grece a des taux X par 7 et plus .alors tu vois l'europe aide??? ses pays en se faidant de l'argent dessus! quand les banques prospèrent elles ne nous reversent pas d'argent mais quand il y a probleme c 'est nous qui devons payer .tu vois je pense que si la grece l'irlande et le portugal sont devenus europeens ce n 'est pas pour leurs faire plaisir c'est simplement politique (donc magouille et compagnie)alors quand ca va mal il est plus facile de taper sur les faibles comme toujour ,cela fait 30 ans que les politicars nous menent en bateau ,gardons nous de croire ces menteurs qui divisent et restons sur une voie plus sur "le survivalisme"
      get ready

      Supprimer
    3. Je partage votre avis a 100 %.
      Il est toutefois rare de le lire de telles analyses ayeur ,vu que ces combines pourries arrangent tellement de gens bien adaptés a ce contexte pèrfide ,qu'ils se gardent bien d'en parler meme du bout des lèvres,je crois ?
      Bye.

      Supprimer
  38. Merci pour la découverte de ce témoignage volwest ! Très intéressant

    J'ai retrouvé le fil original de selco sur le forum SurvivalBoards et s'il y en a que ça intéresse, j'ai traduit des passages supplémentaires ici : http://tinyurl.com/7y6k94j

    A noter, selco a aussi ouvert un site (la plupart des sections sont payantes) ici : http://shtfschool.com/

    Enfin quelques autres témoignages de bosniaques durant cette période sur le site SurvivalBlog. Des points de vue complémentaires, avec d'autres infos intéressantes :
    - http://www.survivalblog.com/2011/09/lessons_from_wartime_bosnia-he.html
    - http://www.survivalblog.com/2009/12/letter_re_the_bosnian_experien.html
    - http://www.survivalblog.com/2010/01/letter_re_the_bosnian_experien_1.html

    A+

    RépondreSupprimer
  39. Oh que oui l'hygiène est très importante...à commencer par l'hygiène alimentaire. C'est assez effroyable comme récit. Gaston Besson est un français qui a vécu le siège de Vukovar, je crois qu'il parle de choses équivalentes dans ses récits.

    L'eau est un des premiers facteurs de contamination d'ou la nécessité de la faire bouillir si on a un doute...

    RépondreSupprimer
  40. Merci pour ce témoignage.

    En fait je crois que la base du survivalisme, avant le matériel, avant les conseils, aussi bénéfiques soient ils (et encore une fois merci Vol West) c'est la prise de conscience.

    La prise de conscience de l'existence du risque REEL, et la prise de conscience de l'ampleur d'un bordel potentiel REEL.

    Aussi dramatiques que soient ces histoires, je pense que c'est quelque chose d'essentiel et que leur témoignage est vraiment bénéfique.

    A défaut de témoignages "live", on peut se baser sur des récits historiques ou des oeuvres basées sur des histoires vraies.

    Exemples :
    1943 l'ultime révolte (sur la survie dans les ghettos de Varsovie et le combat désespéré des juifs contre les nazis)
    http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=43980.html
    Une affaire à peine évoquée lors des cours d'histoire ...

    Un peu hors contexte survivaliste, quoique, on a Band of Brothers avec les témoignages de vétérans en introduction de chaque épisode. Et à la fin du dernier épisode, on apprend que ces types sont les protagonistes de l'histoire.

    On sort du domaine de l'irréel, de la violence de la guerre, de la faim, de la mort brutale purement médiatique dans nos contrées depuis si longtemps structurées et pacifiées (et où la mort est devenue une abstraction divertissante, à consommer à grand coup de pop corn), pour ce rendre compte que tout ça n'est pas restreint au domaine de l'oeuvre de fiction, mais que c'est aussi une facette de la réalité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo pour votre excelente aproche de la "réalité".
      Au dela du déni quoi ?
      Bye.

      Supprimer
  41. Voila comment on en vient a l'enfer :

    http://www.egaliteetreconciliation.fr/Manifester-est-devenu-un-crime-aux-Etats-Unis-10976.html

    RépondreSupprimer
  42. Un récit bouleversant de réalisme.
    toute la laideur de la guerre et de l'homme vu de l’intérieur, c'est vraiment un truc qu'on ne peut pas imaginer temps qu'on ne l'a pas vécu.
    quand je lis ça je me dis parfois que l'espèce humaine est vraiment une saloperie.
    :-(

    A+++

    RépondreSupprimer
  43. En 94, j’étais à Sarajevo, j’ai vu ce que les hommes pouvaient devenir. Ce que raconte cette personne est tristement vrai, et ses conseils de survie, basés sur l’expérience sont pleins de bon sens.
    Les voyous, s’en sortaient beaucoup mieux que les autres. Ils tenaient la ville. Ils étaient mieux préparés techniquement, mais surtout mentalement parce qu’habitués à vivre dans la violence.
    Aussi, je voulais attirer votre attention sur la détresse psychique, la dépression nerveuse, cet état mental pour lequel aucune préparation n’est suffisante, et qui à terme vous tue aussi bien qu’un « bon cancer ». Elle touche les hommes les plus forts. Certaines armées du monde connaissent et utilisent ces techniques visant à démoraliser une population pour s’en assurer le contrôle. Les moyens sont terriblement simples : Viols, snipings, assassinats (de préférence spectaculaires dans l’horrible), famine, terreur, etc...sans aucune distinction d’enfants ou de vieillards. Alors comment se préparer, s’aguerrir dans ce domaine, je ne sais pas vraiment, et chacun a ses limites. Mais ce que je sais c’est qu’il est vital de prendre, sérieusement, en compte cet aspect des choses. Pour ceux que j’ai vu tenir, le remède était la haine. Il n’y a pas de survie sans un moral fort !!!
    Je voudrais conclure en rappelant à tous, que le conflit bosniaque se déroulait à moins de trois heures d’avion de Paris.....A méditer!!!

    RépondreSupprimer
  44. Pour le pétrole imaginer que la France installe sur chaque voiture le moteur pentone it a eau
    30 a 50% de gain d essence 85%% de pollution en moins
    IL FAUT QUE LES DIRIGEANTS AIENT LES COUILLES DE LE FAIRE C EST NOTRE SEUL CHANCE
    ET LES GROUPES PETROLIERS DOIVENT VOIR SUR LE LONG TERME SI C EST LE CHAOS ILS VENDRONT PLUS RIEN

    RépondreSupprimer
  45. D'autres solutions illégales existent ... véhicule diesel sans turbo ni calculateur pouvant tourner au fioul, à l'huile ...
    Véhicule essence au GPL dont on fait le plein de chez soit grace à une cuve enterrée de propane ...

    RépondreSupprimer
  46. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  47. Je vois dans tous ces commentaires des déformations de la réalité visant à la faire correspondre à une angoisse - ou à un fantasme, mais là c'est plus flippant -.

    - 3h d'avion ne veut pas dire que c'était la même situation (la chute de l'U.R.S.S. c'est pas tous les jours).
    - Il Y A des stocks de nourriture en France, et une structure étatique assez solide pour ne pas disparaitre en quelques jours !
    - Avoir une arme sans savoir réellement s'en servir, c'est diminuer ses chances de survie (et celles de ses proches) pas les augmenter.
    - Être armé et rompu à l'utilisation de son (ses) armes est potentiellement utile, mais peut aussi faire peur et déclencher des comportements hostiles de la part de personnes croyant se défendre.
    - La France possède l'arme atomique (donc un moyen efficace de dissuasion contre les autres puissances) et une armée conséquente (disons pour simplifier qu'elle est largement dans le top 10 mondial)
    - Il y a peu de chances que l'on se retrouve un jour assiégés par une partie de la population de notre pays, genre soudainement les bretons ou les basques sont prêts à mettre le pays à feu et à sang pour leurs objectifs nationalistes).
    - Il y a désormais des liens réels et tangibles entre les pays de l'Union Européenne, et les situations de crise vraiment importante au sein d'un pays mobiliseraient les autres pays de l'Union.
    - L'utilisation de l'expression "RISQUE RÉEL" : ce n'est pas parce qu'un risque est réel qu'il VA se réaliser. Il existe un RISQUE RÉEL que beaucoup de choses se produisent. Reste à déterminer quelles sont les PROBABILITÉS. Et même si elles sont constamment à revoir en fonction des mouvements économiques, géopolitiques, culturels, etc., le scénario que vous imaginez n'a que de TRÈS faibles chances de se réaliser.

    Si l'idée de balancer dans un coin de sa baraque un réchaud avec quelques cartouches de gaz, des briquets, de la bouffe qui se conserve bien, quelques centaines de litres de flotte, du carburant, etc. est plutôt bonne en soi, cela ne veut pas dire qu'il faille y passer chaque minute libre de sa vie pendant quinze ans ! Plutôt que de se préparer à la fin du monde, pourquoi ne pas plus s'informer et s'impliquer pour le futur? Je ne dis pas que vous ne le faites pas, je veux simplement expliquer que lire autant de messages où pointe la paranoïa peut donner à un lecteur non averti l'impression de lire une bande de psychopathes armés jusqu'au dents et qui n'attendent que la moindre coupure de courant pour en découdre avec le monde entier. Ce que (j'espère ;) ) vous n'êtes pas, évidemment, mais pour certains : vous ne pouvez nier un semblant de monomanie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo, c'est exactement ce que je voulais exprimer en commentaire.

      Supprimer
  48. Tout le monde ici parle de "crise", "dans 5 à 10 ans", "wesh-wesh", ect ...
    Est-ce que vous vous relisez?

    Un effondrement de la normalité, à l'échelle d'une ville de 10 000 habitants, avec rupture des approvisionnements en nourriture et en eau, sans parler du reste; c'est pas les banlieues qui vont poser problème. C'est pas les armes des chasseurs, ni celles des collectionneurs.
    Le problème ça va être la bouffe et l'eau. Et combien de temps votre voisin tiendra avant de vous tabasser avec un pied de chaise parce qu'il pense que vous avez de la nourriture.

    Moi, j'habite Strasbourg. Grosse densité de population. Au printemps prochain il y aura une crue de fonte, et le Rhin n'est plus que partiellement canalisé par des digues mal entretenues.
    Si une digue cède (peu probable, mais envisagé par les autorités) en aval de la ville: plus d'électricité, plus de routes, plus d'approvisionnements ni de secours avant environ une semaine.
    La ville est une cité étudiante avec quelques grosses cités HLM. C'est-à-dire beaucoup de gens sans économies, donc sans réserves.
    Avec la boue dans les rues, plus d'eau potable naturelle (pourtant bonne nappe phréatique en temps normal). Vu la saison (fin mars, début avril), pas de récoltes possibles hors serres, plus de fruits d'automne (pommes, noix, etc ..) et le froid.
    Après 4 jours de jeun, je me sais capable de tuer pour manger. Et je n'ai personne à nourrir.
    Combien de temps vous croyez que des parents regarderons leurs enfants le ventre vide s'ils peuvent prendre de la nourriture à quelqu'un?

    La guerre se fait avec des armes, certe. Mais les armes à feu n'ont que quelques centaines d'années, et notre espèce a trouvé le moyen de se mettre sur la gueule depuis des millénaires.
    Et sinon, regardez le Rwanda.

    Alors, merci pour votre attention et désolé de m'être emporté.

    RépondreSupprimer
  49. En 93, j'étais dans la region d'Osijek/Vukovar. Rester en milieu urbain pour survivre est quasi impossible. La densité d'ennemis potentiels est trop importante, la famine commence aprés à peine un mois, la ville devient un nid pathogene. Les bandes armées se regroupent.
    La seule solution est de s'exfiltrer vers la campagne.
    Donc importance des armes, oui, mais aussi d'un vehicule et caissons de survie facillement transportable.
    L'ideal étant un endroit de reserve preparé.

    RépondreSupprimer
  50. Ce récit est vraiment très utile, pleins d'infos pratiques utiles pour celui qui sait l'exploiter.
    Ce qui m'a marqué, c'est le fait que, d’après le témoignage, une personne seule peut faire ce qu'elle veux pour survivre, elle sera morte de toute façon, juste une question de temps.. Ce qui compte, c'est le groupe, super armée, de préférence.
    J'ai résidé en Asie des années..Si tu ne faisait pas partie d'un groupe ou d'une grande famille, au yeux du peuple, c’était une preuve de faiblesse et tu n’était pas respecté. Cela doit être un instinct primaire.
    Si un jour cela tourne mal à ce point en France, moi qui suis plutôt solitaire (et qui aime ça) j'aurais le choix entre partir ailleurs, ou intégrer un groupe, si je suis en ville.
    A la campagne, en restant en France, avec le 'Low profil' cela pourrait peut etre se jouer

    RépondreSupprimer
  51. Le point es aussi mis sur les briquet, impressionnant. Je suis sur il doit en avoir plus de 2 000 actuellement. ;)

    RépondreSupprimer