dimanche 8 janvier 2012

Probabilités, énergie et fin du monde





Salut,

Ayant trouvé ton blog très complet et tes réflexions très justes je me demandais ce que tu pensais être le scénario de "la fin du monde tel que nous le connaissons" le plus probable selon toi?
Et aussi si il fallait en cas de catastrophe se mettre en groupe (et risquer les anarchistes qui veulent devenir les chefs. La haine est humaine...) ou plutôt rester seul en loup solitaire (et risquer les guerres de gangs organisés qui tuent des gens pour de la bouffe)?


-------------------------------------------------------

Salut,


Quel que soit l'événement, il me parait important de répéter que plus nous sommes indépendants des systèmes de supports en place, de notre monde tel que nous le connaissons, et plus nous limitons les risques de nous voir être gouvernés par le dit événement.

Cette autonomie est travail.
Remonter l'eau du puits, laver le linge a la main, tendre au jardin, chasser, préparer la nourriture, la conserver, réparer et maintenir l'habitation et les outils, couper du bois, fabriquer, fortifier, défendre…tout cela demande une énergie considérable.

Avant la découverte et l'utilisation d'énergies telles que le charbon, mais bien sur et surtout le pétrole, le travail de maintenir la vie était de l'énergie humaine.
L'eau est aujourd'hui amenée a nos robinets par des pompes électriques, nos machines a laver s'occupent de notre linge, la nourriture est cultivée dans des champs gigantesques gérés par des machines marchant au pétrole, la chasse et la cueillette se font en grande surface et "juste-a-temps", la conservation est de nos frigidaires, la réparation a été troquée pour la consommation a outrance (on ne répare plus, on jette), la régulation de la température est de machines variées nous assurant une température ambiante fiable et ceci sans travail, et la protection est reléguée a d'autres groupes.

Quand nous parlons du monde tel que nous le connaissons, nous parlons avant tout d'un certain rapport a l'énergie.




Quel que soit l'événement perturbateur, c'est ce rapport a l'énergie qui est en jeu. 
Pic pétrolier, pandémie, effondrement économique, accident nucléaire, inondation, famine, pénurie, tremblement de terre…les conséquences sont toujours les mêmes.

Anticiper, se préparer a la fin du monde tel que nous le connaissons, est d'abord et avant tout de prévoir un rapport énergétique différent.
Puisque nous avons conscientisé cette relation a l'énergie, nous faisons des stocks de nourriture par exemple, car la production de nourriture est une dépense énergétique énorme, et une mise en place plutôt lourde au début.

Mais surtout, et puisque nous parlons désormais d'énergie, nous sommes convaincus que l'organisation clanique est la manière la plus adéquate et adaptée de gérer une dépense énergétique considérable. 




D'ailleurs, le groupe est la réponse énergétique qui aura prédominé notre présence sur cette planète. Nos ancêtres ont survécu, parce qu'ils étaient de cette organisation clanique.

Nous survivons aujourd'hui séparément, seuls, individuellement, parce que l'énergie pétrolière permet nos systèmes de support…ces machines qui maintiennent notre monde tel que nous le connaissons.




Si nous parlons maintenant de probabilités, et dans le cadre d'un effondrement du monde tel que nous le connaissons, il n'y a que l'embarrâs du choix !

- Pandémie (ce n'est qu'une question de temps).
- Urgence nucléaire (accident ou pas).
- Effondrement économique (Iceberg droit devant).
- Confrontations (ethniques, religieuses, culturelles, énergétiques, économiques, politiques…la confrontation est une constance chez l'humain, et donc toujours d'une probabilité importante).
- Pénuries (le manque est aujourd'hui inévitable).

Au final, le pourquoi n'est pas réellement important pour le survivaliste, dans le sens ou notre préparation s'attaque avant tout a notre dépendance.

Répétons-le, l'événement, quel qu'il soit, influencera la qualité et la quantité de nos systèmes de support. Nous ne nous préparons donc pas a un événement particulier, mais bien a pouvoir fonctionner et vivre sans ces systèmes de support.



Stay safe.



23 commentaires:

  1. Décidément, les grands esprits se rencontrent Vol!

    Je viens justement de publier sur mon blogue, il y a quelques heures, un article dans lequel j'insiste sur l'importance de doubler nos dispositifs technologiques et/ou énergivores par des dispositifs mécaniques/force humaine et fail-safe! :)

    En tout cas, nous sommes deux à dire peu ou prou la même chose, ça doit alors être vrai!!!

    Je continue à être un de tes plus fidèles lecteurs!

    RépondreSupprimer
  2. la fin du monde que nous connaissons sera dictée, à mon sens par un individualisme galopant, savamment entretenu par ceux qui ont les rênes du pouvoir.
    C'est dans le partage et l'entraide que la vie/survie est possible... c'est ce qui a permis à l'humanité de naitre et de se développer et c'est ce qui lui permet de survivre à la plupart des catastrophes qui la touche... je pense aussi que c'est ce qui guide Volwest lorsqu'il rédige ses articles: il partage... si c'était un loup solitaire, on apprendrait pas grand chose ;-)

    stay safe

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour.
    Je suis d'accord avec votre texte.
    Meme avec toutes le savoir de toutes le tèchniques actuelles,il ne sera helas pas possible de refaire dans un premier temps les infrastructures suffisantes a la réalisation de ce que nous avons besoin pour fabriquer le minimum deja ,si une rupture arrive, je crois ?
    La société actuelle formée d'elites a su créer les industries les plus pointues et elaborer les tèchniques utiles a la fabrication de ce que nous connaisons et rien ne dit que ces gens n'ont pas des cités cachées ?
    Bye.

    RépondreSupprimer
  4. Des propos que Vol West tient dans cet article, il me semble que l'autonomie du clan ne suffira pas en cas de désastre majeur.
    Le clan devra également être capable d'aligner une défense plus importante que les moyens mis en œuvre pour lui dérober ses ressources.
    Comme le dit Vol West, d'un désastre majeur naîtra des confrontations, elles seront vraisemblablement d'intensité différente selon les régions du globe où auront lieux les problèmes.
    S'éloigner des grands centres urbains et grands axes de communication est certes un gage de quiétude certain mais signifie également isolement, c'est l'un des buts recherchés pour justement pouvoir tendre à cette autonomie.
    Mais cet isolement est à la fois une force et une faiblesse: le clan devra soit pouvoir passer totalement inaperçu, soit être suffisamment dissuasif pour toute menace potentielle, soit pouvoir migrer en cas de nécessité et de trop grand péril. Ou bien pourra-t-il espérer compter sur le ou les clan(s)-voisin... entraide et courage sont des valeurs qui auront du mal à retrouver leur place dans l'esprit de beaucoup de nos contemporains...
    Je crains personnellement que la loi du plus fort s'applique impitoyablement pour chaque lutte entre les clans. Après cette phase chaotique, seule une unité de grande ampleur, une société reconstruite sur des valeurs saines, pourra assurer la stabilité recherchée par chacun des clans constituant cette société. Sinon la survie à (très) long terme deviendra problématique pour des raisons extérieures à l'autonomie même de son propre clan.
    Donc, à mon sens, l'autonomie d'une organisation de type clanique est nécessaire mais pas suffisante.
    Amicalement!

    RépondreSupprimer
  5. En effet, l'on retrouve la structure des clans ou la société medievale de jadis je crois ?
    Il y avait a ces epoques lointaines des sociétés secrètes tres saventes, mais le savoir encore une fois ne suffit helas pas a construir.
    D'ayeur, rien ne dit que des sociétés antiques ,n'aient pas survécues de manière trés isolées aux divèrs cataclismes consèrvant leurs savoir faire et quelques infrastructures bien cachées ?
    L'inteligence et la santé seront a mon avis l'atou le plus detèrminant pour une survie, puis dans la création d'une structure viable ?
    Il ne faut pas oublier que des stocks d'armes trés puissantes existent .
    Les armes a elles seules suffisent'elles a creer des resoucres suffisantes a la vie ?
    Bye.

    RépondreSupprimer
  6. @ ID naze : supputer sur l'existence de citées, sociétés, infrastructures ou armes cachées est un bon moyen de se disperser inutilement. Je sais que les notions de complot ou de sociétés secrètes sont très à la mode, mais ce genre de chose enfume les gens et les empêchent de se prendre en main.

    RépondreSupprimer
  7. Vous pouvez le voir ainsi, mais en ce qui me concèrne, ça met de mon point de vue,en evidence la presence a toutes les époques de sociétés trés saventes, mais ans resources tèchniques veritables .
    Je ne vois pas ce qui enfume au contraire, puisque ces savents ,n'ont rien aporté aux gens du bas le plus souvent,il me semble ?
    L'aprentissage, comme aujourd'hui encore se faisait au secret et moyenant finance ,je crois .
    Donc notre richesse est bien dans notre santé, dans notre inteligence, mais aussi dans notre savoir ,je crois .
    Et c'est là, qu'il ne faut pas negliger la valeur des livres
    Bye.

    RépondreSupprimer
  8. "la fin du monde tel que nous le connaissons" le plus probable selon moi ?

    Hum...une crise financière sans fin finissant par paupériser les classes moyennes et précipiter les gens dans des conflits civiles avec pénuries alimentaires sur fond de problèmes identitaires et ethniques orchestrées par qq décérébrés frustrés voulant s'accaparer le pouvoir. Sans oublier les conflits pour le contrôle de l'eau et autres ressources fossiles. Cela pourrait être le début de la réforme d'un système capitaliste prédateur et incontrôlable, vers un capitalisme respectueux de l'homme et de la nature.

    En cas de catastrophe il est selon moi nécessaire de trouver un équilibre entre le groupe/clan et être seul. De petits groupes homogènes et souples reliés par des affinités affectives et psychologiques. De trop grands groupes provoqueraient inévitablement des conflits hiérarchiques, et des structures trop petites seraient handicapées pour se défendre face à des hordes de hors la loi sans foi ni loi.

    Ostro

    RépondreSupprimer
  9. Nous obsèrvons encore de nos jours, que le milieux proche; familial ou culturel, par exemple, aporte a ses membre une ouvèrture d'èsprit ,un savoir,propre a ne pas exposer ses membres a gober toutes les insanités des sèctes par exemple, mais aussi des partis politiques etrangers au groupe ,il me semble ?
    Il me parait pourtant bien difficile d'echapper a la rouerie, a la pèrfidie, des gens cultivés et inteligents qui gravitent a la périferie ou meme au centre des groupes formés ,si nous ne sommes pas avèrtis des tactiques des meneurs de groupes ?
    Au plus j'ai apris, sur ces gens au plus je rèste mefiant aux "tous ensemble ",aux nous on...,aux bonne morales etc...
    Il ne faut pas oublier que des officier froidement criminels des guerres etaient avant la guerre des citoyens,polis, cultivés aux manière rafinées :-D
    Cela ramène au chacun pour soit si non chacun pour sa peau.
    Les belles lois actuelles peuvent sembler etre une manière subtiles pour sanctioner les gens qui osent se defendre ?
    Pour ma part, j'ai vecu a une epoque ou il n'y avait pas toutes ces choses qui adoucicent la vie,mais l'existance etait surement aussi agreable qu'aujourd'hui .
    Il y a un sujet qui peut etre interessant:
    Fabrication des munitions et pieges .
    Autrefois chez nous,a la campagne, ils fabricaient leur poudre noire dans des mortiers .
    Bye.

    RépondreSupprimer
  10. Je pense que l'existence de ce blog est bien la preuve que la technologie profite à tout le monde (dans la mesure où je n'estime pas faire partie d'une élite, si on parle du tiers monde alors ok, et encore).

    Paradoxalement c'est bien ça le problème.

    La technologie est tellement présente, elle nous accompagne tellement, que sans elle nous serions perdus.

    Alors que le fermier africain continuera à cultiver ses ignames et élever ses chèvres, c'est pas la crise pétrolière ou l'effondrement des structures d'approvisionnement qui le perturberont.

    C'est ça qu'il faut comprendre.

    Il n'est pas question de devenir un fermier africain, simplement, quand on doit faire un choix de vie, il faut faire le choix de l'autonomie. Le choix qui ne nous fait pas dépendre de cette technologie fragile, ou en tous cas le moins possible.

    RépondreSupprimer
  11. salut je suis d'accort avec Ostro sur la dite fin du monde! C'est clair que l'argent nous perdra!
    Sur le point des clans, pour moi tous dépendera de la gravité de la crise! On as pu voir que dans certains évenement les gens se donnent la mains.Maintenant je crois peut etre encore trop a la bonté de l'homme ?

    RépondreSupprimer
  12. A choisir entre le choléra ou la peste ...
    Les mois voire années qui arrivent promettent d'être difficiles ...
    1/Economies mondiales : 55 000 Milliards de Credit défaut Swap cachés par les banques vont resurgir ... le pire c'est que bcp de fond de pensions de retraites avaient misé sur ces produits toxiques à l'époque ... noté AAA par Standard and poor's et cie ... Quand les gens comprendront que les fonds de pensions retraites sont cramés ....
    2/La NASA surveille soit disant une tempête solaire sur 2012 / 2013 sans précédent (Solar Maxima). Pire que 1958. Installation électrique et tout se qui suit va être endommagé ...
    Je suis d'accord avec volwest, il est important de se préparer à toute situation.

    Tiens ... peut être que c'est un bon sujet à développer d'ailleurs ... QUE FAUDRAIT IL FAIRE POUR SURVIVRE EN CAS DE TEMPETE SOLAIRE ?? CREUSER UN TROU DE 10 METRES DE PROFONDEUR ?
    Que feriez-vous ?

    RépondreSupprimer
  13. Les tempêtes solaires entraînent des perturbations électriques, mais à ma connaissance aucun effet visible n'a jamais été observé sur l'homme.
    Donc ce cas de figure est pris en compte par une solution de remplacement courte durée de l'alimentation électrique.

    RépondreSupprimer
  14. En effet,pour le peut que je me souviens, les tempètes solaires, pourraient detruir l'usage des groupes elèctrogènes actionant les grosses pompes qui refroidissent les coeurs des centrales nucléaires,a l'instar de Tchernobile et le Japon l' année passée ,je crois ?
    Mais je me demande si une tempète ne toucherait en definitve pas qu'une partie de la terre ,tandis que l'autre cachée, ne serait pas touchée ?
    Ce qui est probable ais je lu, c'est que les satelites sont bien mal placés pour se defendre .
    Finalement,il n'y a pas de gros risque pour le citoyen de base peut etre ?
    Bye.

    RépondreSupprimer
  15. L'événement "tempête magnétique" a déjà frappé notre infrastructure moderne 2 fois.
    En 1989, c'est le Québec et le Nord Est des US qui a été plongé dans le noir.

    Un orage magnétique important pourrait être dévastateur pour notre infrastructure, et personne ne peut vraiment prévoir l'étendue des conséquences.
    Cet événement n'est pas directement dangereux pour l'humain…ce sont les conséquences qu'il nous faut négocier.

    RépondreSupprimer
  16. Mouiiii... quand je lis certains commentaires nostalgiques des temps anciens, je me dis qu'ils oublient le taux de mortalité très élevé de ces époques.

    Le survivalisme ne devrait pas sombrer dans le rejet du progrès et de la civilisation. Car survivre chacun dans son coin, ou au mieux avec son clan, oui bon d'accord. Et après ? On se refait un remake grandeur nature de la Guerre du Feu ?

    RépondreSupprimer
  17. Rejet non. D'ailleurs, nous aimons nos panneaux solaires, nos bidons en plastique, nos antibiotiques et nos lampes torche LED !!!

    Par contre, il nous faut constater que ce que nous nommons "civilisation", ne tient pas a grand chose (voir Katrina par exemple)…et que sans nos systèmes de support, tout du moins les plus importants comme par exemple nos réseaux électrique, l'eau courante, le ramassage des poubelles, les services de santé, les services d'ordre, la totalité des réseaux de distribution (train, avion, bateau et camion), nous risquons effectivement de vivre un moment difficile, et c'est bien dans ces moments la que le clan prends tout son sens.

    Apres…Guerre du feu me semble un peu extreme, et sans les mammouths c'est tout de suite moins drôle.

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour @ Erlikhan.
    En effet,pour ma part, je suis un ancien travailleur manuel qui sevisait il y a encore quelques années ,dans les installations frigorifiques industrielles et commèrciales ainsi que dans le matèriel professionel de cuisine .
    A partir de là, ça donne ,je crois ,une bonne idée de la fragilité de nos structures et infrastructures qui semblent a cèrtains exister de tous temps ?
    Il faut etre dans un milieux qui compte sur le devouement des autres, pour ne pas comprendre les difficultés tèchniques concrètes qui font l'ordinaire des gens qui créent réellement ,il me semble ?
    Bye.

    RépondreSupprimer
  19. Il ne s'agit pas de rejeter la civilisation, simplement de mieux choisir.
    Je suis dans mon supermarché, "est ce que je me prend la tête à acheter pour 15 jours de bouffe alors que j'ai prévu de revenir dans une semaine, pourquoi se prendre la tête". Ou alors "je prends un peu plus de certains produits, ce sera déjà ça de fait : au cas où, en prévision d'une inflation (ça c'est l'argument qui tue pour inciter les gens à stocker), etc ..."
    Vive les supermarchés, vive l'essence, la voiture, la civilisation. Simplement je fais un choix prudent.

    Quant à la question du "et après", elle dépend énormément du "après quoi".

    Quelqu'un qui est paré pour la fin du monde affrontera un ouragan.

    Quelqu'un qui est paré pour un ouragan affrontera une panne de courant.

    Sachant qu'il y a plus de chance d'affronter une panne de courant que la fin du monde, et que la démarche fait moins peur, c'est un excellent objectif pour commencer.

    Maintenant on affrontera pas la fin du monde avec une lampe de poche, des bougies et 40L d'eau, mais personnellement cette optique "fin du monde" holocauste nucléaire, zombies, etc ... relève, A MES YEUX, du fantasme. Même si c'est un super objectif pour améliorer une préparation à un "après". Mais un "après quoi", seul le temps le dira ;)

    Concernant ce qu'on "doit faire", il vaudrait mieux se demander ce qu'on "peut faire". Économiser pendant 15 ans pour pouvoir s'offrir un bunker alors que pendant ces 15 ans on a pas pris la peine de se préparer à tous ces désagréments de la vie quotidienne, stocker un peu d'eau, de nourriture, avoir des pneus neige au cas où, etc ... c'est un non sens.

    Il faudrait faire un graphique des risques statistiques pour que les gens comprennent que ces histoires de fin du monde, guerre mondiale, etc ... c'est très bien, mais que ce n'est pas ça qui devrait les préoccuper en priorité. Et dont les outils pour s'en prémunir sont très bon marchés.

    RépondreSupprimer
  20. Je pense qu'il est bon pour un survivaliste de lire "Survivre à l’effondrement économique" 23 €

    Après tout c'est seulement le prix de 4 pintes de bières. Alors ce week end investisse et ne payez pas votre tournée !

    RépondreSupprimer
  21. Oui, d'ailleurs, il y a une interview avec Piero San Giorgio ici même !

    RépondreSupprimer
  22. Bonjour,

    Désolé de poser la question ici mais je ne sais pas ou la poser.
    Je recherche un panneau solaire portable ou facilement transportable pour rechercher des piles. Que me conseillez vous?

    ++

    RépondreSupprimer
  23. Salut...voir par ici d'abords...c'est un bon début:
    http://www.goalzero.com/

    RépondreSupprimer