vendredi 29 juillet 2011

Une introduction a la défense du domicile.







Le domicile, est avant tout ce lieu ou nous nous sentons en sécurité, et ou nous pouvons nous reposer, nous relaxer, nous instruire, nous échanger librement, nous nourrir, nous réchauffer, nous divertir…bref, le domicile, et ceci quel que soit sa forme et son agencement, est un sanctuaire physique et psychologique.

L'évolution du domicile, reflète des lors plus ou moins pertinemment et selon les cultures, les besoins qui nous habites (principalement la régulation de la température, la sécurité donc…), mais aussi la couleur captée par nos sens de l'univers qui nous encercle.

De "l'abris caverne" et opportun de nos ancêtres les plus lointains, aux habitations ultra modernes et eco-conscientes de demain, nos sanctuaires se sont adaptés et s'adaptent encore plus ou moins bien aux priorités du jour.

Défendre notre domicile est alors bien plus complexe et primordiale qu'une simple revendication de nos biens, puisque les conséquences de sa perte peuvent être dramatiques tant physiquement que psychologiquement.

"2 manières de se protéger d'une attaque violente."



1- Le S.O.P.




Le S.O.P., ou "Standard Operating Procedure" (la Procédure d'Opération Standard), est pour le survivaliste la fondation de toute entreprise ayant un rôle actif au sein de nos préparations, surtout si celles-ci reposent sur le fonctionnement d'un groupe.
Si une urgence quelconque nous force a l'évacuation par exemple, le S.O.P., qui a été installé bien avant la dite urgence, désigne et construit le rôle de chaque personne.

Maman prépare les enfants et les sacs d'évacuations, papa s'occupe de la nourriture et de la voiture.
Chaque rôle est identifié et défini par la procédure d'opération standard.

Cette mise en place, cette conversation, établie certaines normes et limite la redondance, la panique, et la paralysie d'un groupe (un groupe est ici défini comme un collectif de plus d'une personne…un couple est un groupe).
Sans standardisation, il est fort possible que dans une situation d'urgence, les personnes concernées soient incapables de communiquer clairement entre elles, ou qu'elles soient gouvernées par la panique et l'improductivité.

Quand bien même il me faudra faire un article plus complet sur cette standardisation, elle devrait avoir un rôle majeur quand a la défense du domicile.

Dans l'éventualité d'une menace direct a l'intérieur de nos domiciles, connaitre notre rôle et notre place est primordiale.
Le S.O.P. devrait ici déterminer quel adulte appel la police par exemple, quel adulte se prépare a la confrontation, quel adulte s'occupe de sécuriser les enfants et ainsi de suite...



2- Le périmètre de sécurité.




Déterminer un périmètre de sécurité, c'est déterminer l'endroit le plus propice a la défense. Généralement, cet endroit sera une chambre a coucher.

La plus grosse erreur, tant juridique que tactique, qu'un individu ou qu'un groupe puisse commettre lors d'une infraction du domicile, est d'aller a la rencontre du parasite.
Aller a la rencontre d'un parasite est un métier, et ce métier ne s'improvise pas. Nous ne sommes pas policiers ou militaires, nous ne possédons pas leurs moyens, et il serait regrettable de se laisser aller a croire que nous avons les mêmes connaissances, les mêmes outils, et les mêmes droits.

La meilleur tactique pour un citoyen confronté a une invasion de son domicile, est de déterminer un périmètre de sécurité, et de s'y tenir.
Une position défensive, est ici notre meilleur option…encore une fois tant d'un point de vue tactique, que juridique, puisque la défense d'une position telle qu'une chambre a coucher nous offre un avantage tactique pertinent, et aura une influence dramatique sur le système juridique dans l'éventualité d'une confrontation physique.

Une fois le périmètre de sécurité établi, les rôles et la logistique doivent être énoncés clairement.

Pour nous, ma femme s'occupe d'appeler la police et de rester dans un coin de la chambre avec son arme de poing.
Son rôle est de communiquer et de témoigner le plus clairement possible et continuellement de ce qui ce passe, tout en gardant son arme pointée sur la porte de la chambre.
Mon rôle est de rejoindre ma place, un autre coin de chambre, et de garder la porte d'entrée.

Dans l'éventualité d'une rupture de notre périmètre de sécurité, mon rôle est d'engager et de stopper le danger.


Dans cette optique, il m'est donc normal de fortement déconseiller certains outils considérés comme "moins létaux".
Cette considération ne s'applique pas a une défense du domicile qui s'organise autour d'un périmètre "de la dernière chance", puisque le parasite a ici eu la liberté de nous voler, et l'occasion de fuir.
Si il casse notre périmètre de sécurité, si il persiste et rentre dans notre chambre a coucher, c'est que ses intentions doivent être perçues comme étant bien plus dramatiques qu'un simple vol, et dans cette optique, les solutions de défenses personnelles basées sur des méthodes "moins létales" ne peuvent qu'être totalement inadaptées.


Le principe du périmètre de défense se base sur un concept militaire, ou l'agencement et le design de nos constructions forment des entonnoirs.

Un entonnoir, est un élément physique qui réduit la progression d'un ou de plusieurs individus a une seule possibilité. Au sein de nos domiciles, ces entonnoirs sont; nos couloirs, nos escaliers et nos portes d'entrées.
Les professionnels appels ces éléments les "entonnoirs de la mort", car passer un couloir ou une porte est extrêmement délicat.




Pour la défense du domicile, ces éléments sont clefs et devraient nous donner un avantage tactique considérable sur l'intrus.
Se déplacer pour "aller voir", est alors la perte de cet avantage, et c'est se soumettre nous aussi a ces éléments.

Juridiquement parlant, il est bien plus facile de justifier notre action si celle-ci se base sur une défense statique du domicile.
Elle représente, grossièrement, une situation ou nous avons tout fait pour que l'intrus puisse s'échapper, tout fait pour minimiser la confrontation, et tout fait pour éviter le danger.



3- La reconnaissance.




Pouvoir reconnaitre et identifier un danger est une force multiplicatrice.

Pour pouvoir mettre en place notre plan d'action, il faut d'abords avoir la possibilité de reconnaitre la présence d'un danger…d'être alerté a temps.

Les systèmes d'alarmes traditionnels sont pertinents, mais ils restent fragiles a bien des niveaux. Chiens et systèmes d'alarmes indépendants de nos systèmes de supports me paraissent être une force multiplicatrice des plus importante.

Durant Katrina, les invasions et les cambriolages ont été nombreux, principalement facilités par la perte totale du fonctionnement des systèmes d'alarmes. Ajoutons a ce problème le fait que les services d'ordre ont été éparpillés, débordés et pour la plupart absents (une grosse partie du personnel a été obligé de choisir entre aider la population ou leurs propres familles), et nous avons une situation des plus propice a l'infraction et au pillage.

Posséder un système d'alerte portatif a pile est un avantage considérable…et j'encourage chacun a intégrer ce genre de système a ses organisations. Non seulement ce système est primordial a la maison, mais il peut être extrêmement pertinent dans une situation d'évacuation.

20$ - 4 piles AA - portatif - indispensable.


Dormir sous un pont avec notre famille durant un événement tel que Katrina par exemple, ou par défaut, nous sommes devenus nos propres systèmes de support, est une situation psychologique qu'il nous est difficile d'imaginer. 
Pouvoir placer un système d'alerte efficace et créer un périmètre de défense est ici un avantage tactique qui devrait recevoir une attention particulière.


L'identification du danger est elle aussi primordiale au niveau tactique et juridique.
Cette identification est aussi une force multiplicatrice, puisque de nos jours, nos lampes torches et tactiques sont aptes a jouer un rôle défensif.




120 lumens en stroboscope, est une arme a part entière!
Pouvoir s'assurer que le danger n'est pas un ami saoul venu nous rendre visite a 2 heures du matin pour faire la fête, une priorité.

Un triste exemple d'un manque totale de reconnaissance, et d'une erreur tactique de déplacement, a été celui d'un père de famille qui a entendu du bruit dans son salon en pleine nuit, et qui a décidé d'aller voir, pensant qu'un parasite lui volait sont magnétoscope.

Apres avoir découvert l'intrus dans un placard, il a tiré.

En allumant la lumière, il a découvert que l'intrus était sa fille de 17 ans…qui après être sortie sans permission pour aller faire la fête, était rentrée saoule, avait entendu son père descendre, et s'était cachée dans un placard par peur de se faire gronder.

Ce genre de témoignage devrait nous instruire sur l'importance d'une reconnaissance adaptée et disciplinée.



4- Le choix des armes.

"Gros bruit a 3 heure du matin. Lequel de ces outils prenez-vous ?


Quand bien même le fusil de chasse est un outil prisé pour la défense du domicile, il peut ne pas être une solution adaptée a votre situation.

Si il vous faut sécuriser des enfants en bas âges, tout en maintenant un avantage tactique sur un couloir par exemple, il est difficile de le faire avec un fusil.
Certaines personnes, auront d'ailleurs beaucoup de mal a utiliser un outil aussi lourd et puissant, et le parasite pourrait s'approprier le fusil au cas ou il serait capable de s'approcher dans un rayon assez réduit.

De plus, le fusil de chasse détient une réputation qui le rend dangereux psychologiquement. C'est le mythe du "avec un fusil de chasse, tu n'a pas besoin de viser".
C'est faux, et j'en ferais une démonstration sur le terrain.




Une autre considération est ici de la capacité de nos fusils de chasse a deux coups. De plus en plus, l'invasion du domicile et les cambriolages sont perpétrés par des équipes de 3, 4 voir 5 individus.

Toutes ces considérations font du fusil de chasse un outil parfois parfaitement adapté, et parfois dangereux pour celui qui l'utilise.


Le choix des armes pour la défense du domicile est donc une affaire de situation.
Pour une personne seule, un pistolet semi-auto en 9mm et une capacité minimale de 10 coups, avec une lampe torche montée sur le devant de l'arme, me semble être un outil adapté.




Il nous permet de maintenir une force de stoppage sur un entonnoir (la porte de chambre par exemple), tout en l'éclairant et en étant capable de manipuler un téléphone, ou d'ouvrir et de fermer une porte ou une fenêtre par exemple.

Un couple sans enfants en bas âges aura sans doute l'occasion d'utiliser une combinaison pistolet / fusil de chasse. La force multiplicatrice est ici imposante, et l'avantage tactique extrêmement fiable. 


Pour les familles avec des enfants en bas âges, la logistique se complique, surtout si les chambres sont éparpillées et séparées par une distance importante tel qu'il est le cas dans de nombreuses constructions modernes.
Ce genre de planning du domicile est une atrocité en matière de protection personnelle.

Le S.O.P. doit ici être carré et hermétique…et le choix de l'arme devrait s'orienter vers des armes de poing semi-auto comme une paire de G17/19 en 9mm par exemple.
Le périmètre de sécurité sera certainement agrandit pour inclure la totalité de la maison, surtout si les chambres sont séparées.

Puisqu'il y a de fortes chances pour qu'un adulte soit obligé d'aller sécuriser les enfants, le fusil n'est pas concevable, car trop lourd et imposant, et il limite ici notre dextérité, le mouvement, et le passage de nos entonnoirs.
De plus, cet adulte devra avoir une main de libre pour ouvrir/fermer les portes, et mettre une main sur les enfants.

Tout comme nous devrions nous entrainer a l'évacuation (exercice d'incendie par exemple), nous devrions nous entrainer a ce genre de situation.



5- Législations, lois, et encombrements psychologiques.

La police utilise des armes a feu pour sauver des vies.
Vous aussi vous pouvez.

La défense du domicile est souvent l'objet d'une moralisation libérale nourrit de justifications intellectuelles déplacées.
Certains iront même jusqu'à dire que nous devrions nous laisser faire !
Bah voyions.

L'encombrement psychologique lié a la défense du domicile a, avec le temps, complètement déformé notre compréhension du terrain sur lequel nous évoluons.
Par exemple, cette déformation s'exprime chez le citoyen au travers d'arguments visants a minimiser l'importance d'une telle effraction, par la mise en place de méthodes de défense "non-létales".

Sprays et bâton télescopique sont des méthodes dites "moins létales".


Cette influence intellectuelle sur nos systèmes, sur nos vies, est extrêmement vicieuse.
"Non-létale", est une description, une définition, apparentée a une vision du monde qui sous entend qu'un individu (la plus part du temps récidiviste!), peut venir dans nos maisons et voler, tuer, violer, s'accaparer…et ceci sans grandes conséquences pour lui, car comme pour la majorité des récidivistes, même si il est condamné, sa visite en prison n'est que cela; une visite…ou il retrouve sa famille et raconte ses exploits.
Le tout, au frais du citoyen bien sur.

C'est une vision du monde qui sournoisement et indirectement déclare la victime "coupable", et se penche sur le parasite comme on se penche sur un enfants malade.
Nous, les citoyens, sommes coupables de n'avoir pas eu la présence d'esprit de fermer a double tour nos portes blindées.
Nous, les citoyens, devrions nous laisser faire et accepter notre position de victime.
Nous, les citoyens, sommes coupables d'avoir infligé au parasite un coup de Serpe.
Nous, les citoyens, sommes coupables d'avoir créer une société ou certains n'ont pas de magnétoscopes.
Nous, les citoyennes, sommes coupables d'avoir eu l'audace de porter une jupe trop courte.

Lui, le parasite, a eu une enfance extrêmement difficile.


Nous avons été tellement conditionnés, que nous ne savons même plus si nous avons vraiment le droit de nous défendre.
Alors nous achetons des outils et des munitions "non-létales" (qui au passage ont totalement leur place et leur rôle a jouer), et nous cachons nos armes.

Une conséquence de cette culpabilité constante, aura été, et surtout pour le français, de s'accrocher a des méthodes de défenses axées sur les arts martiaux.
Disons le clairement, il nous est interdit de porter un bâton télescopique par exemple, mais nous pouvons devenir ceinture noir en Viet.

C'est louche.
Surtout pour la majorité des citoyens, qui se compose d'individus ne pouvant pas obtenir une telle condition physique.
Soyons encore plus sincère, les pratiques martiales n'avantages qu'une élite…généralement les hommes entre 25 et 45 ans.




Notre compréhension de la défense personnelle frôle le déni.

Je n'ai pas besoin de lois, je n'ai pas besoin d'une construction sociale que certains nommes "civilisation", pour me dire si j'ai le droit ou non de défendre ma vie et celle de mes proches, et de me dire comment, ou, et avec quoi je peux le faire.

La stigmatisation et la diabolisation systématique de l'arme a feu est une propagande qui prend ses racines dans la négation et le déni de notre univers, de notre espèce.

La défense du domicile doit être ferme et intelligente.
Un spray, un bâton, une batte de baseball, de la gomme cogne, un taser, un couteau ou un manche a balais, n'est pas un outil adapté et approprié a la gravité de la situation, et ceci en temps "de paix".

Imaginez dès lors, une situation ou nos systèmes de supports sont stressés a un tel point que nos organisations de protections civils sont incapables de faire leur travail…









mercredi 27 juillet 2011

Une introduction a la réponse armée.






Les fondamentaux, lorsqu'il est question de défense personnelle armée, sont la base de la manipulation d'une arme.
Posture, attitude, manipulation, position des mains, regard, placement…sont autant de fondamentaux qui sont parfois oubliés ou précipités lors de notre apprentissage.

Puisqu'il est question ici de défense personnelle, l'action de répondre efficacement a un danger me parait primordial.

Bien sur, cette réponse n'est que rarement a l'image de notre entrainement, tant les paramètres sont ici larges…mais l'appropriation d'une réponse musculaire automatique et construite sur des bases saines, un reflex adapté donc, est un pilier de la défense personnelle armée, qui repose sur l'obtention systématique d'un avantage tactique.


L'entrainement prend alors une place décisive quand a la défense personnelle…si nos "karatékas" passent des heures a l'entrainement, c'est que la discipline se développe autour de l'acquisition de certaines techniques, et de certains automatismes, et il en est de même pour l'univers de l'arme a feu.

Nous pourrions même dire, que l'entrainement et la manipulation des armes au sein d'une intention tactique, est un art martial a part entière.
Posséder une arme a feu n'est pas la finalité de la défense personnelle, seulement le début d'un long apprentissage qui se spécialise dans la mise en action d'une arme et son contrôle.




Mais j'entends déjà une réflexion inévitable.
Puisque le port d'arme est illégal en France, ton truc sert a rien.

Le port d'arme est illégal a la Nouvelle Orleans, Il est illégal a New York City, a Washington DC, a Chicago…et pour aller plus loin, la possession de la majorité des armes a feu est aussi illégale dans la plupart des villes Américaines que je viens de citer.

En fait, les lois Françaises peuvent être beaucoup plus souples que certaines lois aux US, spécialement en ce qui concerne certaines agglomérations.
Notons au passage que ces agglomérations, ou les lois sont extrêmement restrictives donc, détiennent les taux de criminalités les plus haut aux US.

Si nous possédons une arme, il me semble responsable de poursuivre un entrainement poussée avec celle-ci.
De plus, et quand bien même le port est interdit en temps normal, nous pouvons nous retrouver au milieu d'un événement qui change complètement la nature même de notre fabrique.

Katrina est le parfait exemple.
L'interdiction de porter une arme a feu a la Nouvelle Orleans, s'est avérée être une loi qui dans l'univers post Katrina n'a eu que très peu d'influence sur le citoyen.
Si nos policiers et nos militaires ne sont pas la pour faire leur travail, pour nous assurer d'une certaine protection, même relative, pour en somme défendre nos familles, alors il me parait logique et normal, que ce travail devienne automatiquement une responsabilité individuelle.




Les émeutes de Los Angeles en 1992 sont un autre exemple extrêmement pertinent de ce transfert de métier.
La police locale de Los Angeles, a tout simplement désertée la population civile quand les policiers se sont aperçus qu'ils n'avaient pas les moyens d'étouffer et de contrôler les éléments perturbateurs.
Ils ont été complètement débordés par les événements, par la puissance et la rapidité avec laquelle l'émeute s'est propagée.




Qui a été forcé de prendre en charge le rôle du policier avant que l'armée et la police arrivent a contrôler la situation ? 
Le citoyen armé.
C'est le citoyen armé qui a fait la différence, qui a refuser de voir son magasin ou sa maison bruler devant ses yeux…et c'est le citoyen qui a sauvé des vies.

Des Coréens défendent leur périmètre de sécurité...


L'anticipation de l'interruption de nos systèmes de support lors d'un événement dramatique, doit inclure la sphère de la défense personnelle…et cette sphère inclus le port.
Dans le cadre d'un effondrement de nos organisations, d'une tension sur nos systèmes de support, la police ou tout autre corps de métier visant a la sécurité du collectif, est dans la plupart des cas incapable de répondre efficacement a la demande et aux besoins des citoyens.

C'est ce que nous appelons en Anglais l'effet "YOYO"…soit, "You're On Your Own", ce qui veut dire que nous sommes seul, et que nous devons répondre par nous même a la totalité de nos besoins, et donc devenir notre propre système de support.




Puisqu'il peut être difficile de poursuivre un entrainement adapté avec une arme a feu; cout, logistique, loi…il me parait essentiel d'adopter des systèmes pouvant nous permettre d'acquérir une maitrise de l'arme sincère et responsable.

Tout comme notre "karatéka" adopte des outils dédiés a l'entrainement, le détenteur d'une arme a feu devrait posséder des systèmes lui permettant de s'entrainer chez lui et sans risques.


Le Airsoft nous vient du Japon…qui a la fin de la seconde guerre mondiale se voit la cible d'une réglementation extrêmement stricte quand a la possession d'armes a feu. Simplement parlant, les citoyens Japonais sont incapables de posséder une arme a feu. La compagnie Maruzen, commence dans les années 60 a fabriquer des répliques en plastique pour certains collectionneurs…le Airsoft est né.





Pour le survivaliste, ces "jouets" sont pertinents, car ils sont des répliques plus ou moins parfaites d'armes réelles. Poids, dimensions, fonctions…il est possible de s'entrainer avec la totalité des caractéristiques inertes d'une armes.




Le Airsoft est alors un excellent moyen d'établir des bases saines sans dangers, et d'introduire un novice a la manipulation d'une arme, aux fondamentaux tels que la position des mains, le contrôle de la gâchette et le respect de l'arme…mais c'est aussi un outil pertinent pour l'entrainement et l'entretient de ces bases pour des individus ayant déjà une certaine expérience.