mercredi 29 juin 2011

TF1, 2012, et le catastrophisme.






Il y a quelques jours de cela, une journaliste de TF1 me contactait…

Aujourd'hui, hier pour certains, une émission intitulée "Fin du monde en 2012 ? Enquête sur le business de l'Apocalypse", se bouscule sur mes boites numériques.


Il ne fait aucun doute que cette histoire d'une supposée fin du monde en 2012, est le parfait tremplin pour certains de s'abandonner au catastrophisme.
Ce catastrophisme primaire et débordant, cette maladresse collective et collecti-visée, met le doigt sur une relation au monde qui nous verrais, nous les survivalistes, nous préparer a cette fameuse date du 21 décembre 2012.

Tout d'abords, et pour écarter toute confusion possible, le 21 décembre 2012 ne m'intéresse aucunement d'un point de vue survivalistique.
Mes organisations ne sont pas d'un bunker, d'une montagne de bouffe pouvant me nourrir pendant des années, et encore moins d'une prophétie, et ceci quelle qu'elle soit.

Mon investissement quand au survivalisme, n'a jamais été et ne sera jamais de l'anticipation d'une catastrophe quelconque, mais bien d'un travail systématique et holistique qui tend, entre autre, a réduire notre impact écologique, a proposée et réfléchir des méthodes durables et adaptées, a étudier et mettre en place des systèmes basés sur les principes de la Permaculture, et a se rapprocher d'une manière de vivre qui s'aligne avec les lois naturelles de l'économie d'énergie.

Ces tentacules du geste, s'étirent pour une raison et une raison seulement; travailler mon indépendance, et ceci qu'elle soit physique, énergétique, spirituelle, ou encore émotionnelle.


L'esclavagisme dans toutes ses promesses, ses superstitions, se retrouve des lors être le contraire de mon intention.









-------------------------------------------------------

Bonjour, 

Dans le cadre d'un reportage "tous différents" diffusée sur NT1, je recherche des personnes pratiquant le survivalisme en vue des catastrophes prévus pour 2012

Pouvez-vous m'aider dans mes recherches ?!

Bien à vous

Ludivine Viaud Journaliste
Tf1 productions

---------------------------------------------------------

Bonjour,


Tout d'abords, je voulais vous remercier de me contacter, et par conséquent de me donner l'opportunité de peut être influencer votre démarche en ce qui concerne votre reportage.

Il ne fait aucun doute à mes yeux, que la médiatisation du survivalisme est une entreprise des plus délicate. Beaucoup de "pratiquants" comme vous dites, sont encore de concepts survivalistiques venant d'une époque où la guerre froide par exemple, aura gouvernée un émotionnel fragile et apeuré. 

Cette anticipation collectivisée d'une catastrophe dramatique et annihilante, se fait encore ressentir aujourd'hui…et de cette anticipation germe une image du survivaliste qu'il me faut combattre chaque jour sur mon blog.

Hier nous avions l'an 2000...et demain 2012.
L'humain se fascine d'une fin "Biblique".


Si certains de mes camarades survivalistes, et j'en connais beaucoup, se passionnent et s'abandonnent à ce catastrophisme Hollywoodien, il n'en est pas moins que le survivalisme évolue et réfléchit, s'ouvre et surmonte petit à petit ses tendances à percevoir le monde comme un enfant perçois son monstre placard.

Ne serait-il pas des lors, plus sain et engagé, plus audacieux peut être, de médiatiser ce survivalisme qui ne fait que très rarement l'objet d'une émission…d'une transmission ?
Ce survivalisme qui s'écarte consciemment et intelligemment d'une dramatisation systématique de tout et de rien, d'une mystification systématique de notre univers ?
Ce survivalisme qui tend à l'indépendance saine et résolue de l'individu ?
Ce survivalisme qui s'exprime de gestes pouvant révolutionner notre relation à l'énergie, à l'agro-alimentaire ?
Ce survivalisme qui projette une responsabilisation du citoyen tournée vers le futur de nos enfants ?

Je ne suis pas en mesure de prédire notre demain, ni même de prétendre avoir les solutions à nos problèmes tant ils sont complexes et tentaculaires…par contre, je suis entièrement convaincu qu'un reportage sur ceux la qui se préparent à une soit-disante fin du monde en 2012 est une erreur, car il serait question ici de perpétuer un état d'esprit qui ne me convient pas.


Je reconnais le pouvoir que les médias peuvent avoir sur un collectif déjà stressé et fatigué, et si vous et moi avions la chance, la sagesse, de faire l'ébauche d'une manière de vivre capable de secouer le malaise installé dans nos foyers, de bouleverser des consciences, alors vous et moi découvrirons que nous ne sommes pas si "tous différents" que cela après tout.


Mes salutations les plus distinguées.
volwest




mardi 28 juin 2011

Le jardin surélevé ( 2 )






Deuxième partie sur le jardin surélevé, ou Mato et moi parlons entre autre du "mulching" et de l'importance d'utiliser et de se procurer des graines d'héritage...

















samedi 25 juin 2011

#8 - Le plan d'évacuation.






Dans les couloirs de nos immeubles de travail, les plans d'évacuations sont sensés nous montrer les routes d'évacuations en cas de problème.

Seulement, lors d'un incendie par exemple, il devient difficile voir impossible de les étudiés; visibilité réduite, peur et panique, foule, emplacement trop élevé avec la présence de fumées toxiques ou impossible a atteindre…

Un truc qui me parait utile est de prendre une photo du dit plan avec notre portable. En cas d'évacuation, et ceci même si nous devons être a genoux ou ramper, le plan est disponible sur notre téléphone, et ceci ou que nous nous trouvions a l'étage.


Stay safe.




dimanche 19 juin 2011

Construire un sac d'évacuation.



Evacuation de Houston avant l'ouragan "Rita" - 2005 -

Le sac d'évacuation, ou "Bug Out Bag" par chez moi, est un outil de négociation que nous devrions tous avoir.

Devoir évacuer notre domicile, est une probabilité assez importante pour être étudiée sérieusement et soigneusement. Chaque année, des millions d'individus, des millions de familles, sont contraintes d'abandonner temporairement ou définitivement leurs domiciles, et ceci en l'espace de quelques minutes, voir secondes.

Qu'il s'agisse d'un incendie localisé, d'une urgence naturelle a l'échelle régionale telle qu'une inondation (Nouvelle Orleans), d'une urgence artificielle telle que Bhopal, ou d'une catastrophe qui implique plusieurs tensions comme celle qui auront frappées le Japon cette année, avoir la possibilité d'évacuer notre foyer avec un minimum de pouvoir de négociation me parait intelligent et responsable.

Le sac d'évacuation est un outil de négociation, parce qu'il influence notre environnement immédiat et nos besoins.



1- Personnalisation.

Bien avant d'aller surfer le net pour y trouver le dernier outil multifonctions de chez Leatherman, bien avant de sortir les duvets du placard, il nous faut définir et réfléchir notre condition.

Cette condition commence par une évaluation nécessaire de nos capacités physiques mais aussi mentales.
Un jeune homme de 25 ans en parfaite santé physique et n'ayant peur de rien, n'aura pas la même condition qu'une femme de 65 ans qui n'a jamais campée de sa vie…ou encore qu'une famille de 5 avec 3 enfants en bas âges, un chat de gouttière et trois chinchillas.

Ces conditions sont souvent ignorées, et la construction du sac d'évacuation se retrouve devenir l'esclave d'un conformisme mal adapté.
Par exemple, un sac a dos n'est pas forcement la forme idéale, et donc adaptée, a la condition physique de certaines personnes.

Si il me fallait donner un conseil ici, il serait d'ignorer et d'oublier la forme et le contenu des sacs d'évacuations qui s'étalent sur les ondes, et de se concentrer sur une organisation et une structuration personnalisée et adaptée a notre condition.
En bref, c'est ici le principe qui nous intéresse plus que la forme.

Le résultat de ces observations, devrait nous amener a un choix adapté du sac même, et pour les familles, il serait normal de voir ici une méthode de transport différente pour chaque individu. La petite Zoé aura son cartable préférée, Mamie aura sa petite valise de voyage a roulette, Papi sa besace en cuire de la dernière guerre, maman son sac a dos de 35L, et papa son sac a dos de 70L.

Toutes ces méthodes devraient être adaptées aux conditions de chacun, et toutes devraient être d'une optimisation du rendement physique et psychologique.
Il ne sert a rien de proposer a votre femme lors d'une évacuation de porter un sac a dos de 70kg.


Une fois la méthode de transport découverte et adoptée, il nous faut déterminer le poids que chacun est capable de porter, et ceci aisément.
Les paquets de pâtes de 500g sont excellent pour déterminer les capacités de chacun.

Trop souvent, nous construisons nos sacs d'évacuations a l'envers…la méthode de transport et les capacités de port de l'individu, sont elles qui détermines l'éventail d'outils, et non l'inverse.

Ce qui nous préoccupe ici est de déterminer le rapport optimum entre notre rayon d'action et notre mobilité. Le plus notre rayon d'action est grand (possibilités de négociations importantes), et le plus notre mobilité est réduite.
Nous pourrions grosso merdo "évaluer" notre mobilité sur 20.
20/20 en mobilité = aucune charge.
Pour moi par exemple, je me base sur 40kg pour évaluer ma mobilité.
1kg équivaut des lors a 0,5 points (sac de 40kg = 0/20, sac de 20kg = 10/20).
Mon sac faisant environs 15kg, ma mobilité théorique est alors de 12,5.

Si notre limite est de 10kg., alors nos outils de négociations seront encore plus axés sur un nécessaire minimaliste et uniquement dédié au vital…mais l'avantage sera ici pertinent, puisque cette organisation sera parfaitement adaptée a la condition de l'individu, et il est souvent préférable de favoriser la mobilité au détriment calculé du rayon d'action.


Il nous faut ensuite déterminer la nature même de notre environnement.
Les deux principales sphères étant le milieu rural et le milieu urbain…tout en prenant compte du climat au sens large, c'est a dire politique, économique, social, culturel, et bien sur températures moyennes, précipitations, altitude…etc.



2- Le fondamentale.

Le noyau du sac d'évacuation, devrait nous donner des moyens stables, efficaces et simples, de prévenir, de réduire et d'éliminer, certaines tensions inhérentes a l'univers de l'évacuation.

Ce fondamentale, est donc d'un matériel dédié a répondre a nos besoins les plus basiques. 
Soif, faim, régulation de la température, soins, repos, défense, hygiène et stabilité psychologique, sont les fondations d'une survie "portative", et ceci indépendamment de notre environnement et du climat.

Mais ce fondamentale est aussi d'une nature plus abstraite, et qui ne peut être enfouie dans un sac, ou portée autour du coup.
Volonté, ingéniosité, adaptation, équanimité, souplesse d'esprit, improvisation, intelligence brute et raffinée…sont autant d'outils capables d'influencer notre champ d'action immédiat bien plus pertinemment que tout matériel de survie.


Notre matériel devrait refléter deux fonctions principales; la consommation, et le traitement.

La consommation, est cet ensemble de ressources prédestiner a un usage immédiat. Eau, nourriture, trousse de premiers soins et habits, sont des exemples de ressources prêtent a la consommation.

A l'état brut, la plupart de nos ressources doivent être traitées.
Ce traitement peut être difficile, frustrant, exténuant et long (consommation plus ou moins importante d'énergie), et la nature étant cette organisation du plus court, l'outil est naturellement devenu pour l'humain un atout énergétique des plus pertinent.

Si nous faisons face a une tension "hypothermie", il me parait évident que d'avoir un matériel adapté et ayant un impact énergétique minime sur nos corps, devient, en terme de survie, un avantage palpable et fruit d'une évolution énergétique incontournable.

Notre sac d'évacuation, est alors un ensemble de matériel spécialisé dans l'une ou l'autre fonction.
Un couteau adapté ne peut pas être consommé, mais il est capable de traiter un large éventail de ressources, et ceci intelligemment, en s'alignant avec les lois naturelles de l'économie d'énergie.

La survie est principalement ce rapport a l'énergie…reflété dans le comportement et l'outillage de toutes vies.
Le plus nous nous agitons, et le plus nous aurons a faire face aux conséquences d'une dépense énergétique maladroitement gérée.

Notons aussi, qu'il ne sert pas a grand chose d'avoir un matériel plus ou moins complexe que nous ne maitrisons pas vraiment.
Une tige allume-feu par exemple est un outil pertinent, mais qui demande un certain entrainement pour véritablement maitriser le truc. 
Privilégiez le simple et le connu. 
Il est sans doute préférable d'incorporer de simples allumettes et un briquet BIC, que de se borner a un matériel "survie" que nous ne pouvons maitriser.

Sur ce point, j'ai déjà testé plusieurs fois cette vérité…en donnant a des amis "normaux" une tige allume-feu, et en leur demandant de faire un feu avec. Le résultat est dramatique; blessure, frustration et découragement, ne sont pas les bienvenues dans une situation de survie.



3- Le pratique.

Puisque le sac d'évacuation est cette organisation personnelle, il est donc difficile d'exiger d'y trouver tel objet ou tel système.

Il n'y a pas de liste magique…seulement des reflets de tendances, d'environnements, de climats et de besoins.

Si le sac d'évacuation reçoit une attention détaillée sur les forums et les chaines youtubes (surtout aux States), il n'en est pas moins que les exemples déballés sont pour la plupart le reflet d'un homme moyen, et donc de besoins mâles moyens…

Pour illustrer cet article, je vais donc déballer le sac d'évacuation de mon épouse !



a) Condition.

1m 70, 47kg
Rapport optimum mobilité / rayon d'action = 8kg.
Poids total du sac environs 10kg.



b) Environnement et philosophie.

Notre environnement est rural, et il y a de fortes chances pour qu'une évacuation nous confrontes a la nature. Son sac d'évacuation s'oriente donc vers l'anticipation de tensions ou les organisations humaines ne sont que peu ou pas présentent.
Ce système est donc "spécialisé", et son appellation devient S.E.R., soit Sac d'Evacuation Rural.

Un Sac d'Evacuation Urbain (S.E.U.), aura lui une spécialisation gouvernée par l'ensemble des probabilités émises par un environnement ou les organisations humaines sont présentent, et ou la forte densité de population devient décisive quand a la construction même du sac.

Les grandes différences sont ici de la protection personnelle, de la régulation de notre température, et de la nature des ressources par exemple.
Cette "spécialisation", reflète simplement un rayon d'action naturel, ou un rayon d'action artificiel.




c) Composition.

- Transport.



1 sac a dos Marmot "diva" de 36L.
La couleur bleu désigne un sac de randonnée commun et civil et donc non menaçant. Si le besoin de camoufler la bête se fait sentir, boue, terre et végétation sont des moyens efficaces.

Ce sac a été conçu pour une armature et une forme féminine, prenant en compte la poitrine par exemple, mais aussi certaines proportions.
"Ca fait toute la différence"…me dit-elle.




Dans le sac, son matériel et ses ressources son compartimentées en modules, et ceci dans des poches imperméables.
Un matériel humide ou mouillé, est souvent inutilisable.






- S'abriter.




1 Tarp / bâche - 2.1m x 2.7m -
La régulation de la température est impérative, et comparé au milieu Urbain et donc artificiel, l'environnement naturel n'offre que peu de solutions pour s'abriter de la pluie et du vent par exemple, sans dépenser une énergie conséquente au travers de la construction d'un abris.

La bâche est un de ces essentiels.

1 Poncho - U.S.M.C (United States Marine Corps).
Protection de la personne et du sac, récupération de l'eau, transporter, isolation du sol, abri, camouflage…le poncho est un outil polyvalent.

1 Duvet - Lafuma Extreme 800 - 
730g qui valent la peine. En hiver, nous changeons nos sacs "d'été" pour un plus performant.




1 Sac poubelle - 56L -
Le sac poubelle vient soutenir le poncho et la bâche dans sa fonction.

1 Bivvy Sac - Adventure Medical -
Enorme rendement au niveau de la régulation de la température…si vous possédez encore ces "couvertures de survie" bruyantes, fragiles et impossibles a replier , il est temps de les remplacer par le Bivvy sac.



- S'hydrater.




Notre environnement regorge d'eau. Nos systèmes d'évacuations sont donc orientés vers la filtration et la désinfection plutôt que le transport (récipients).
Encore une fois, pour les citadins, le récipient devrait être roi. 
Nos systèmes du temps ou nous habitions a Los Angeles (un désert) étaient de capacités volumiques bien plus importantes (7L / 10L).


1 bouteille Platypus - 1L - 

1 Camelback - 3L - 
Même si je déteste les poches a eau, elles rendent l'eau plus facile a transporter au delà de 1L. et peuvent être adaptées a des rôles différents.

1 Filtre paille - Aquamira Pro -
Système de filtration au charbon avec un pré filtre. Compact, léger et efficace.

Pastilles de purification - 35 -
Le manque d'eau potable est souvent la première conséquence d'un événement dramatique. Contamination et pénurie doivent être largement anticipées, surtout pour les citadins.



- Hygiène.




Souvent "oubliée" par les mecs, la sphère de l'hygiène est pourtant pertinente.
Une hygiène douteuse dans un environnement douteux = maladie…et maladie ou inconfort = survie difficile.

- Fil dentaire - 9m -
Ressource versatile…fil a coudre, fil de pêche…

1 Brosse a dent / dentifrice.

1 Barre de savon - non parfumée -

1 Baume pour les lèvres -
Ca brule bien…

1 Rince bouche -

1 Désinfectant pour les mains -

2 Coupes menstruelles - "Diva Cup" -

10 tampons - Tampax -

6 Serviettes hygiéniques lavables - "Luna Pads" -

1 tube de vaseline -



- Feu.




Son module feu principal (elle a des redondances ici et la, notamment son "neck knife" qui contient un BIC et du coton vaseliné) se range dans une pochette imperméable.




1 Briquet BIC -
Autour du briquet se trouve du scotch d'électricien.

1 Boite d'allumettes tempêtes -

2 tablettes - "WetFire" -
Un super carburant bien crade mais qui marche du tonnerre.

1 Bougie -

1 Tige Allume Feu -
Cette tige a été personnalisée par elle.
Les tiges allume feu sur le marché son souvent d'un manche extrêmement court, rendant l'utilisation difficile pour certaines personnes, car manque de force et de contrôle.
Elle a donc remplacé le truc par une corne de cerf, et rallongée la corde. Elle peut maintenant utiliser la totalité de sa main pour contrôler cet outil.



- Lumière.




1 Frontale Petzl "e+Lite" - + 3 piles de rechange -
L'invention du siècle pour les fous de frontales et les obsédés du poids et de la place ?

2 Cyalume -
On ne s'en lasse pas.



- Outils.




6 mètres de paracorde.

1 pelle en plastique.
Elle appelle ça; "Ma pelle a pipi/caca"…("my shit-piss shovel").
Je ne sais pas pourquoi...

1 Tube pêche / couture / duct tape.
Matériel de pêche, matériel de couture, le tout enroulé de duct tape.

- Fil de fer.

1 Pince multifonctions Leatherman "Juice C2".

1 scie pliante Japonaise.
Ca coupe mortellement.
Au passage, cet outil est pour moi incontournable dans la verte.
La mienne est une "Sawvivor", mais elle préfère la Japonaise.

1 couteau a lame fixe - "de survie" -
Aujourd'hui c'est un RAT 3 avec un BIC et du coton vaseliné…demain ce sera un Mora avec le SparkLite.
Le principe, est que ces systèmes se portent au coup, qu'ils sont toujours sur notre personne (au cas ou le sac est perdu), et qu'ils doivent intégrer un système feu.

1 couteau a lame pliante.
Nous portons tous les deux l'excellent Spyderco "Tenecious".



- Premiers Soins.




1 Kit "Niveau 1".



- Nourriture.




Si nous nous penchons sur le tableau des estimations du métabolisme de base pour calculer nos besoins caloriques (1m70 - 47kg - 35 ans), elle brule environs 1200 calories au repos par jours, mais jusqu'à 1900 dans une situation ou l'activité est présente.




Nous avons donc visé les 6000 calories pour son module "bouffe".

1 Gamelle aluminium avec couvercle - 2L -
(sert aussi a traiter l'eau).




1 système de chauffage.
Un réchaud a gaz "Pocketrocket" + 1 cartouche de gaz.
(sert aussi a traiter l'eau).

1 cuillère en plastique.

4 repas lyophilisé - "Backpacker's Pantry" -
440 calories par repas.

1 paquet de "trail mix" - chocolat - cacahouète - banane -
1470 calories. 

11 barres énergétiques.

1 "Cracker" MRE.

1 Gâteau MRE.

1 paquet de chocolat en poudre.

5 filtres a café.
(sert aussi a traiter l'eau).

2 sachets de multi vitamines.
Avec entre autre 1000mg de vitamine C.




4 boissons en poudre.
Apres le traitement chimique de l'eau, cette méthode sert a camoufler le gout du chimique.
Surtout, nous avons ici un moyen efficace de remplacer nos électrolytes en cas de déshydratation (vomissement, diarrhée…)




1 "gobelet" hermétique.
Dans ce gobelet, nous trouvons du sel, du poivre, du sucre, un paquet d'allumette, du lait en poudre, 2 chewing-gum et 2 sachet de thé.





- Vêtements et protection.

La configuration présente est notre "système été".
Quand nous passons a l'heure d'hivers, ce module s'étoffe.

Sur nos sacs, nous avons une pile d'affaire déjà toute prête, avec une paire de chaussure. Cela nous évite de fouiller dans nos placards pour trouver la bonne tenue.

1 paire de lunette de soleil.

1 cagoule polaire (sert de bonnet).
L'été dans le Montana!

1 paire de gants froid.

1 paire de gants de travail.

1 haut et bas de sous vêtements isotherme.

1 haut et bas de vêtements de pluie.

1 change.
Chaussette, sous vêtement, pantalon léger.

1 Bandana 100% coton.



- Administration.

Je ne vais pas déballer ce module, car il est pratiquement identique a celui présenté dans cet article.

1 portable.

- Stylo / papier.

- Cartes routières et topographiques.

- Liquide.

- Pièces en argent.

- Passeport, permis de conduire, clef USB avec numéro de compte bancaire et autre paperasse administrative…



- Divers.




1 Walkie Talkie - Motorola T5000 - + 4 piles -

1 Radio / réveil

2 Masques Anti-poussière - N95 -

2 paquets de mouchoirs.

1 rouleau de PQ.
"Indispensable" qu'elle me dit.

Aussi, son porte clef contient un thermomètre-boussole, un sifflet "FOX40", et une lampe de poche LED "Photon II".





- Défense.




La aussi le système change, et quand je lui pose la question, elle me répond que son système de défense dépendrait de l'événement.
Quoi qu'il arrive, elle a toujours un système "arme de poing" dans son sac d'évacuation.

1 Ruger MKIII - .22LR -
100 munitions et 3 chargeurs.
Pour notre environnement, ce système offre des avantages.
Le .22LR est un calibre adapté a l'obtention de petits gibiers et d'oiseaux, et elle est capable de porter 100 munitions facilement.

Puisque notre environnement est rural, le calibre n'a pas besoin d'avoir un pouvoir d'arrêt exceptionnel.
En milieu urbain par contre, je suis sur qu'elle opterais pour quelque chose de plus puissant comme son .357mag, son 9mm, ou même son .380ACP (même avec le .22LR, je pense que son .380 sera quand même dans une poche.

1 spray lacrymogène.





A écrire cet article, je me rend compte qu'il me faut en faire un sur le S.E.U. (Sac d'Evacuation Urbain).

A suivre donc...