dimanche 13 novembre 2011

Après l'apocalypse.







"Après l'apocalypse" est une dramatisation qui a été diffusée chez nous il y a quelques années déjà.

Même si ce genre d'étude de la probabilité ne sera jamais qu'une exploration-fiction d'un possible, avec ses maladresses télévisuelles et ses lacunes journalistiques, elle a le mérite d'aborder l'événement catastrophique en se basant sur un risque réel et pouvant déstabiliser nos systèmes de support, et en abordant le sujet du point de vu de nos besoins les plus vitaux; eau, nourriture, régulation de la température, premiers soins et hygiène, défense personnelle et communauté.

Si rien d'autre, "Après l'apocalypse" est un excellent point de départ pour peut être engager une conversation et réfléchir a la nature même de notre univers ultra-moderne, et donc ultra-dépendant…et c'est peut être surtout cette inter-dépendance, venant ici s'aplatir implacablement sur nos petits écrans, qui nous donne l'opportunité d'entamer un questionnement personnel, et dans l'absolu familiale, quand a notre monde et sa durabilité.









24 commentaires:

  1. Face a une pandémie de cette force vous penser qu'il faut fuir rapidement au début ou rester et tenté de tenir le temps qui faudras ?
    Dans les 2 cas sa nécessite plus qu'une préparation de base.

    RépondreSupprimer
  2. Vous savez ce qu'on dit faut pas dramatiser les choses, les banquiers finiront bien par devenir plus vertueux, les politiciens moins intéressés par le pouvoir, le confort, les premiers buffets et les honneurs, la science toujours plus porteuse de miracles, avec de meilleures potions, de meilleurs vaccins, bref pour de meilleures assurances vie pour tous. Non je vous assure il n'y a vraiment aucune raison de se projeter déjà dans un après, d'ailleurs dans le meilleur des mondes celui de la modernité, des belles promesses d'éternité pour tous, les bactéries n'en finissent-elles pas aussi par répondre à nos premières directives de vie, faut pas faire de vagues, faut pas trop vouloir non plus répandre la mauvaise ivraie sur les terres, ça fait paraît-il pas mieux pousser les récoltes ensuite, pensez d'abord aux premières valeurs de vie ou de mort du marché, permettant
    d'apporter toujours éternellement les premiers besoins vitaux de tous.

    RépondreSupprimer
  3. @ Lefty: Perso, la question de "doit-on partir tout de suite ou attendre" je me la suis aussi posé... mais c'est une mauvaise question.
    En étant préparé et prévoyant, on pourrait partir tôt mais évidemment bien malin celui qui connait l'avenir, d'autant plus que notre principal canal d'information sur une éventuelle pandémie sont les médias classiques... alarmistes ou à coté de la plaque, se fier à eux pour décider de quitter notre foyer citadin me parait très hasardeux.
    Quoi qu'il en soit, la question (partir vite ou attendre) ne doit pas se poser. En tant que survivaliste, tu as déja fait un bug-out-bag pour toi et les membres de ta famille (avec un dossier administratif!). Sac à dos, vivres , eaux, cartes, argent, moyens de défense, plan d'évacuation, tout te permettra de partir en cas d'urgence. Et tout cela sans se posez de dilemme ou hésiter sur ce que tu doit prendre ou pas.
    Tu dois partir maintenant? Pas de problème, tu es prêt.
    Mais tu t'es également préparé à rester chez toi. Rupture des systèmes (comme Volwest nous y a bien sensibilisé), inondations, coupures d'électricité, pandémie... autant de dangers potentiel qui ne seront que des causes de multiples problèmatiques au quotidien. Faire un stock de nouriture, réfléchir dans son habitat et se poser la question: "ok, si j'ai pas d'électricité/ d'eau, comment je fais cette tache quotidiennne (lessive, vaisselle, cuisine, surveillance, déplacement)?". Tu dois expérimenter, tester les différentes solutions pour trouver celle qui te conviendra le mieux.
    Avec une solution à chaque problématique, tu n'aura pas à réfléchir 10 ans à chaque fois que tu rencontrera un probléme quotidien fondamental si tu dois rester. Tu en auras bien assez à gérer dans la situation de crise. Mais là où certain diront "Il n'y a plus d'électricité et plus rien au supermarché, je sais plus comment faire: il faut se casser", tu peux tempérer et rester chez toi.
    Tu dois rester te "terrer chez toi"? Pas de problème, tu est prêt.
    Se préparer c'est accroître son spectre d'adaptabilité.
    Dans le cas de la pandémie, mon habitat (appart 3 ieme étage) étant relativement safe, je pense que je resterai chez moi, le temps que la panique chez les lambdas passe et après (30/60 jours... bon j'avous je n'ai que 30 jours de bouffe et 120 litres d'eau)quand ça se tasse, je bouge.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,

    L'hypothèse de la pandémie est peut être la plus crédible comme facteur de bouleversement du système, surtout après la tragi-comédie de la grippe H1N1 qui a renforcé la suspicion de "l'homme de la rue" envers le monde scientifique et les décideurs. C'est effectivement une raison très forte pour se préparer à être autonome.

    Il faut noter qu'il a des précédents, comme les épidémies de peste au moyen age. Mais celles ci, même en éliminant le tiers de la population européenne n'ont pas provoqué l'effondrement du système. C'est déjà ça, et ça ne veut pas dire que ce sera toujours pareil.

    RépondreSupprimer
  5. @ Infini: Exact! Il me semble que la grosse différence de contexte social est que désormais, la population mondiale est à 50% urbaine, dépendante de système de support, n'a plus les connaissances qui lui permettrait de tebdre à une indépendance (conserver sa nourriture, chasser, cueillir, traiter de l'eau, savoir utiliser les plantes pour se guérir etc) et qu'elle est internationalement mobile à grande vitesse.
    Cela aura pour conséquence d'accélérer la vitesse de propagation d'une épidémie et de plonger les sociétés dans un chaos hystérique en cas de rupture de plusieurs systèmes de support... bref se préparer à une pandémie est probablement la plus raisonnable des choses à faire ( et comme d'habitude le déni des risques la chose la plus absurde et dangereuse qui soit).
    Heureusement Volwest nous rappelle cette réalité! ;-)

    Au fait personne à vu le dernier film de Soderbergh sur une pandémie mondiale (viens juste de sortir en France)?

    RépondreSupprimer
  6. Pas mal le docu-fiction... mais je ne crois pas trop à la pandémie. Plutôt un l'effondrement économique sans précédent à moyen terme, pas besoin de boule de cristal d'ailleurs, on y va tout droit. Le "soucis" c'est qu'il n'y aura pas de DC massif à cause des maladies donc beaucoup plus de monde à nourrir donc beaucoup plus de conflits et de violence. Soyez prévoyants...

    RépondreSupprimer
  7. Ce doc met implicitement l'accent sur l'importance de se regrouper.
    Il y a donc un mix d'indépendance (vis à vis des fonctions support publiques) et de dépendance (au sein d'un groupe privé) à mettre en place, ce qui n'est pas la chose la plus simple à faire.
    Il existe pour cela le levier de la peur qui est sans doute efficace, mais je lui préférerai le levier de la raison, basé sur des constats et des principes. Il me semble que sont déjà présent dans ce blog beaucoup d'éléments pour constituer un solide argumentaire en faveur de ce levier.
    Volwest, j'ai hate de lire de nouveaux articles de ta part sur les fondements du survivalisme et sur tes pensées claniques ;)

    RépondreSupprimer
  8. Merci Volwest pour ce lien. (Le coup des affaires éparpiller devant la maison pour faire croire à un pillage, je n'y avais pas pensé).

    De mon coté,le plan d'action est assez simple. En cas de pandémie ou guerre civil je reste chez moi barricadé.(appartement au 1er etage)

    J'ai prévu niveau bouffe,cuisson et pour l'eau des que je sens que ça déconne je remplis la baignoire + mes bouteilles de 5L vide que je garde sous le lit+chauffe eau que j'isole du réseau. Une fois mon stocke préparé j'utilise au maximum l'eau du robinet avant la coupure.

    ça me permet d'attendre une baisse significative de la population environnante.Le tout est de resté hyper discret.

    Enfin, je ne pense pas que le gouvernement aidera qui que se soit en cas de pandémie.

    RépondreSupprimer
  9. Anonyme> Ben si voyons! Ils achèterons quelques millions de gels hydroalcooliques ^^

    RépondreSupprimer
  10. Le problème n'est pas de savoir si le gouvernement sera à même de prendre des mesures efficaces. Si on est survivaliste, on "fait comme ci" les mesures n'étaient pas prises, comme si la situation échappait à tout contrôle.

    Pour ma part, je suis certain que les autorités pourront faire quelque chose, mais après un certain délai. A moi de faire en sorte de survivre et de permettre à ma famille de survivre pendant ce délai.

    RépondreSupprimer
  11. http://www.dailymotion.com/video/xlw6dd_piero-san-giorgio-michel-drac-1-2-survivre-a-l-effondrement-economique-meridien-zero-23-10-2011-radi_news

    http://www.dailymotion.com/video/xlw5ai_piero-san-giorgio-michel-drac-2-2-survivre-a-l-effondrement-economique-meridien-zero-23-10-2011-radi_news

    RépondreSupprimer
  12. Quid du devenir des centrales nucléaires ? Sans personne pour les faire fonctionner, plus d'électricité mais aussi risque de fission des coeurs. Et là plus de survivants....

    RépondreSupprimer
  13. Hey Cédric tu m'as devancé sur ce point ! Depuis Fukushima on s'est rendu compte que les centrales ne peuvent s'arrêter subitement : il faut entre 4 à 6 mois pour refroidir les coeurs de réacteurs, et pour cela il faut de l'électricité... Les centrales américaines avaient en mars 6 heures d'autonomie par groupe électrogène (en France on n'a pas les chiffres, donc ca devait être moins)!!! En cas de pandémie, d'éruption solaire géante, de guerre mondiale, de super-volcan, de tsunami géant, de météorites géantes, ben nombres de centrales vont entrer en fusion comme à Fukushima ou Tchernobyl : il faudra fuir les zones à 300 kms des centrales, et manger des conserves, voir s'enterrer dans des abris atomiques pour un an ou 2. Puis aller en Nouvelle-Zélande, dans l'hémisphère sud, moins contaminé, mais quand même ! Volwest, tu as pensé à cela ? Sinon ton site est super. Pour la défense en France c'est fénix dans les yeux, bâton et c'est tout, le reste est réservé à la police et aux corses... J'ai un EDC, un BOB, un kit auto, des réserves, mais la question de ces putains de centrales nucléaires m'inquiète un petit peu, surtout que j'ai 3 kids... et toi, inquiet, des enfants à protéger ? Keep safe buddy !

    RépondreSupprimer
  14. Dans un futur très proche très ressemblant au monde actuel,

    Les dirigeants du globe seront peu à peu dépassés pas les événements sucessifs qui s'enchaîneront,

    Tout cela à cause de leur principal emploi du temps dans la vie,

    Nous nous approchons à grands pas d'un monde complétement livré à la famine, à la soif,

    Dans la panique Ils s'en prendront aux premiers signes extérieurs de richesses,

    Puis progressivement envers tous ceux et toutes celles encore trop différentes,

    Il y aura des milliards de morts et gens égarés un peu partout dans le monde,

    Beaucoup commettrons des erreurs de jugement même les mieux préparés en survie,

    Beaucoup s'en mordront les doigts aussi bien les personnes les plus dures de coeur,

    Les vieillards, les enfants, les femmes seront les plus touchés par ces événements mondiaux,

    Les premiers communiqués tenteront de rassurer les opinions mais rien n'y changera dans les premiers moments sur terre,

    Même les plus féministes et les plus ricaneurs seront aux abois pousseront des cris d'angoisse,

    Les tranquillisants vaudront leur pesant d'or les gens perdont les nerfs et la santé,

    Il y aura des cadavres et des zombis un peu partout le désespoir sera grand sur terre,

    Ce sera la fin d'un monde, du marché mondial celle d'une folle civilisation mercantile,

    Beaucoup de modernes n'accepteront pas plus l'impensable, l'inattendu, l'impossible,

    Même pour les choses les plus basiques il y aura pénurie progressivement,

    La puanteur et décomposition des choses deviendra insoutenable partout,

    Les prisons ne fonctionneront plus les villes seront pleines de criminels endurcis,

    Les petites familles ne pourront pas faire grand chose face à de plus grandes bandes,

    A ce moment là les plus terre à terre chercheront encore à dérober de l'argent et de l'or,

    D'abord dans les beaux quartiers puis ensuire ils passeront de maison en maison,

    Il ne faudra même pas chercher à se battre devant le nombre de zombis,

    Il faudra penser à beaucoup de choses avant d'aller quelque part mais même cela n'y suffira pas toujours,

    Les problèmes se répandront rapidement il y aura de moins en moins de situation idéale partout,

    Beaucoup baisseront les bras faute de réel secours,

    Il faudra être le plus léger et le moins chargé possible,

    Des aliments simples riches en glucides, protéines,


    A ce moment la vie ne sera pas plus facile ailleurs,

    Les bons moments deviendront de plus en plus rares au fur et à mesure,

    RépondreSupprimer
  15. @ Noe

    Oui, bon, il ne faut pas verser non plus catastrophisme et la dramatisation, sous peine de n'être plus du tout crédible.

    RépondreSupprimer
  16. Pourquoi croire que les gens initialement "pacifiques" resteront isolés et cloitrés chez eux en attendant que des zombis organisés en groupe viennent les piller et les tuer ?

    Les récentes émeutes de Londres (certes, ce n'était pas un cas de catastrophe majeure) ont montré que des groupes d'autodéfenses se sont formés. Ceux ci étant plus nombreux que les émeutiers, le problème a été vite réglé. L'adversité fait retrouver des modes d'adaptations ancestraux : la défense de sa famille/clan, mais aussi l'entraide.

    RépondreSupprimer
  17. @ Anonyme

    Tout-à-fait c'est pour cela que ceux qui recherchent continuellement à minimiser la chose ne prépare pas mieux les populations, sous peine de paraître moins crédible, moins responsable au moment ou je vous en parle.

    @ Infini

    Pour éviter la contagion que cela s'attrape,
    c'est comme pour la misère pourquoi croire que les pauvres gens initialement "civilisés" aujourd'hui seront bien mieux traités et fréquentés demain avec plus d'égard et moins de distance.

    Les problèmes ne seront pas mieux vite réglés demain, l'adversité actuelle du monde ne semble pas mieux inciter les gens à moins se juger et refermer sur eux-mêmes dans les villes.

    Puissiez-vous néanmoins avoir raison demain.

    RépondreSupprimer
  18. @ cedric et Fred P : oui je pense que le problème en cas de gros crash sera au final la fusion simultanée de plusieurs centrales nucléaires. Fukushima n'est pas fini, de nombreuses zones sont fortement contaminées, ainsi que le Pacifique. Il sera difficile de détecter la pollution radioactive et de l'éviter.

    RépondreSupprimer
  19. Des chercheurs néerlandais ont créé un supervirus à base de virus isolés de la grippe porcine et aviaire. Certains experts craignent qu'il puisse servir à fabriquer une arme biologique.

    http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/-En-comparaison--l-anthrax-ne-fait-pas-peur--19388423

    RépondreSupprimer
  20. Merci Volwest pour le site.

    L'avenir n'est pas déterminé mais en cours de détermination.
    Cela dit, une chose est sûre, l'avenir ne sera pas rose.
    Déjà dans les années 1970, les écologistes et futurologues prévoyaient l'écroulement de la société industrielle pour les années 2000.
    A une décennie près, la prévision semble exacte.
    Connaissait vous le rapport du Club de Rome?
    http://www.manicore.com/documentation/club_rome.html

    A l'épuisement des ressources minérales et énergétiques, succèdera une pollution généralisée et une famine mondiale. Ce n'est qu'une question de temps.

    Nous avons déjà dépasser le pic Oil. L'ére de l'énergie facile va bientôt être révolue.

    http://www.manicore.com/documentation/petrole/pic_futur_petrole.html

    RépondreSupprimer
  21. Comment appréhender l'avenir et se préparer à la crise?
    En France comme dans de nombreux pays industrialisés, des millions de personnes perdront leur emploi
    Il faudra passer à l'ère du développement durable
    L'état surendetté sera incapacable de proposer des solutions
    La situation sera particulièrement préoccupante pour les jeunes
    10% de la population française se suicidera
    Le prochain président de la République deviendra fou
    Le climat deviendra plus chaud, semi-désertique dans le sud. L'eau deviendra un problème
    Il faudra arrêter toutes les centtales nucléaires, etc...

    RépondreSupprimer
  22. Kobra dit:
    survivre a une fin du monde c'est possible. Le seul hic est que les pays européens sont habitués a vivre dans un environnement stable et avec des acces illimlités à tous leurs désirs. Donc en cas de pbl si 10% de la population française survit cela sera déja pas mal...

    RépondreSupprimer
  23. De toute façon faut pas rêver, en cas de conflit ou catastrophe de type météorite, personne ne survivra sur le long terme.

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour Volwest,

    Je viens de regarder Body Snatchers, la version d'Abel Ferrara.
    Excellent film.

    Bonne journée

    ND

    RépondreSupprimer