lundi 17 octobre 2011

Transmission d'images carrées.




L'outil que les gens d'ici ont le plus souvent à la main, c'est le fusil, qu'il s'agisse de chasse ou de réflexions, disons philosophiques; dans un cas comme dans l'autre, il n'y a pas de solution sans coup de feu. 
Le fusil est pendu à un pied de verre scellé dans le mur près de la chaise du patron. Que ce dernier soit à table ou près du feu, le fusil est toujours à portée de sa main. Ça n'est pas qu'au point de vue gendarmes le pays manque de sécurité, au contraire, même au plus beau temps du brigandage il n'y a jamais eu de crime ici dessus; sauf un en 1928, mais il s'agissait précisément de ce qu'on craint, et on craint la solitude. Les familles n'y sont pas un remède : ce sont tout au plus des réunions de solitaires qui vont en réalité chacun dans leur propre direction : les familles ne se réunissent pas autour de quelqu'un, elles s'écartent à partir de quelqu'un. Et puis, il y a la métaphysique, certes, pas celle de Sorbonne, celle dont on est bien obligé de tenir compte lors de l'affrontement de la solitude irrémédiable et du monde. M. Sartre ne servirait pas à grand-chose, un fusil est par contre à maintes reprises très utile.
On peut s'étonner que ces paysans n'aient pas plus souvent en main les mancherons de la charrue; c'est que ces paysans sont des pasteurs. C'est aussi ce qui les tient en dehors (et au-dessus) des progrès mécaniques. On n'a pas encore inventé la machine à garder les moutons. C'est le père, le patron, qui dirige le troupeau, le fils ou les fils mènent la petite organisation agricole qui fonctionne d'ailleurs en économie fermée. On ne cultive que la terre nécessaire au froment, à l'orge, à la pomme de terre et aux légumes indispensables à la vie de la famille ou de l'individu, et c'est pourquoi tant de ces paysans restent célibataires et vivent seuls : ils ont ainsi besoin de si peu qu'à peine s'ils grattent la terre un mois par an.

Jean Giono.

















3 commentaires:

  1. Superbes photos! Ça donne envie de s'y perdre!

    RépondreSupprimer
  2. Je viens de découvrir ton blog, c'est la grande classe! Tu fais partie de ces génies qui font très bien beaucoup de choses: la photo (je reste sans voix devant tant de beauté), l'écriture (non seulement tu écris bien, mais en plus tu as des références et des réflexions admirables), le jardinage (c'est en cherchant des infos sur les raised beds que je suis tombé sur ton blog), et tu mets tout ça à disposition du public, c'est génial. Et même le sujet des armes, qui n'est pas vraiment ma tasse de thé, tu le présentes avec pragmatisme et bon sens.

    bref, merci pour partager tout ça, continue à le faire. ton blog fait partie de mon top 3 (avec ces deux là, pour ceux que ça intéresse: http://fabrice-nicolino.com et http://vetelgeuse.blogspot.com/ )

    RépondreSupprimer
  3. Va toujours par le chemin le plus court, et le plus court est le chemin tracé par la nature.
    Marc-Aurèle]

    Vous arrivez devant la nature avec des théories, la nature flanque tout par terre.
    Pierre-Auguste Renoir]

    Quand l'homme n'aura plus de place pour la nature, peut-être la nature n'aura t-elle plus de place pour le monde moderne. [Stefan Edberg]

    La nature apprend à l'homme à nager lorsqu'elle fait couler son bateau. [Saït Faïk Abasiyanik]

    Les hommes de la nature, comme on les appelle, ne parlent guère de la nature. [Jules Renard]

    La nature est un professeur universel et sûr pour celui qui l'observe. [Carlo Goldoni]

    Lorsque tu croises quelqu'un de bizarre dans la nature, n'en revient pas plus avec un plus grand jugement de marque sur lui, ta promenade n'aura donc servi à rien.

    Ils ont souvent du beau matériel, de gros bras, de belles marques, de très beaux couteaux, mais ils en font parfois pas moins violence à la nature avec leur gros sabots.

    Il n'y a point de contradictions dans la nature.
    [Vauvenargues]

    Les lois des hommes ne peuvent changer ni muer les lois de nature. [Michel de L'Hospital]

    La nature est ancienne mais nous surprend tous.
    [Björk]

    La nature ne fait pas de sauts. [Leibniz]

    Noé

    RépondreSupprimer