jeudi 20 octobre 2011

Mythes et mensonges - L'arme.







Toujours la cible d'une réflexion protectionniste, l'arme, et plus précisément l'arme a feu, est aujourd'hui plus que jamais la source de nombreux malentendus, de nombreux mythes et mensonges.

En voici quelques uns…



1- L'arme est mauvaise.




A entendre certains, l'arme n'a rien de bon. D'ailleurs, beaucoup aujourd'hui aimeraient voir cet outil disparaitre de notre univers.
La réflexion tend ici a vouloir insister sur le fait que sans l'arme, notre monde serait moins violent.

Tout d'abords, il me faut insister a mon tour sur le fait que l'arme a feu sauve des vies! C'est une réalité qui n'ai que trop rarement argumentée.
Les atrocités d'hier, d'aujourd'hui et de demain, ne peuvent être renversées que par l'utilisation d'outils adaptés aux situations ou la vie d'un individu, d'un peuple ou d'une nation est menacée de mort, tant physique que psychique que spirituelle.

L'arme en elle même ne peut être bonne ou mauvaise, seules nos intentions et nos actions peuvent être jugées et comparées a certains protocoles élaborés sur des notions d'éthiques et de morales.

Un objet inanimé n'a pas ce pouvoir…et l'arme n'a jamais été, n'est pas, et ne sera jamais, la source ou la cause d'intentions et de gestes pouvant être jugés mauvais.
Si nous faisions disparaitre l'arme a feu de nos boites a outils, le vol, la haine, la torture, l'esclavagisme, le viol, l'oppression, le meurtre ou encore la tyrannie ne seraient pas des activités qui cesseraient d'exister.

Toutes ces choses, n'ont jamais eu besoin d'un objet spécifique pour germer et se propager au sein de nos constructions sociales.
Dire que l'arme est mauvaise, revient a dire que la voiture est mauvaise, puisque celle-ci cause la mort de millions d'individus au monde, et ceci chaque année.


Puisque l'arme existe, il me parait par contre important de faire très attention a l'équilibre fragile imposé par la répartition d'outils pouvant influencer la stabilité de notre univers.

Comme nous pouvons l'observer, l'histoire est pleine de situations ou cet équilibre a été brisé, et ou la balance a trop largement penchée d'un coté.
Parfois, cet équilibre est d'ailleurs manipulé…comme il a été le cas par exemple en Allemagne d'avant guerre, ou le gouvernement, animé d'intentions morbides, a littéralement interdit la possession de l'arme a feu a son peuple, manipulant ainsi la possibilité de celui-ci de se protéger et de contrer un des plus important génocide de notre histoire.




Il n'est pas difficile d'imaginer, que si a l'entrée de la guerre chaque famille Juive avait eu une arme a feu en sa possession, que la machine Nazi aurait eu beaucoup plus de mal a convaincre des millions d'individus de mourir de faim dans des ghettos, et de monter dans des trains de bétail pour l'abattoir.

Sans l'arme a feu pour les stopper, il nous faut bien nous rendre a l'évidence que les fours d'Auschwitz auraient continués de fonctionner, et que la peau de pères, de mères, de filles et de fils, aurait continuée d'être utilisée pour la fabrication d'abat-jour.





2- Si nous étions tous armés, ce serait l'anarchie...




En ce mois d'octobre 2011, la population mondiale va dépasser les 7 milliards.
Ce chiffre est sans doute le reflet d'une croissance importante, et quand bien même l'arme est omniprésente dans tous les pays du monde, elle n'est pas synonyme d'un déclin massif de la population.

En fait, et si nous nous reposons encore sur l'histoire, c'est quand l'arme n'est pas présente, quand l'arme n'est pas de cet équilibre en rapport avec sa distribution, que les plus grands génocides apparaissent.

Le peuple Arménien est cet autre exemple d'un désarmement massif et calculé, suivit d'une extermination systématique.
Car ne nous faisons pas prendre au piège par les arguments avancés principalement par la politique bien pensante et politiquement correcte, soit cet intellectualisme scolaire et non pragmatique…la restriction et la prohibition de l'arme, n'est aucunement synonyme avec une quelconque réduction du taux de criminalité.

D'ailleurs, et ceci est valable dans le monde entier, les taux de criminalité les plus importants sont toujours d'organisations sociales ou l'arme fait l'objet d'importantes restrictions.
Simplement, si nos rejetons sociaux, ces prédateurs égarés, savent que les citoyens, leurs proies, n'ont aucuns moyens immédiats et adaptés de défendre leurs propres consciences et leurs familles, ils savent alors qu'ils sont capables d'exercer leurs méfaits sans risquer de voir leurs carrières être écourtées sur le champs.

Les pays, les régions, les villes, les quartiers et les foyers désarmés, sont des jungles sans griffes, sans dents et sans cornes.
Ajoutons a cela une perte dramatique de cohésion au niveau du peuple, une perte dramatique de la solidarité et de l'empathie envers nos voisins, et cet espace de jeu devient de plus en plus propice a la prédation.

Si par contre le citoyen est armé, et qu'il n'est plus d'un conditionnement social lui faisant croire que la défense personnelle intelligente n'est pas un droit naturel, alors, le prédateur est invariablement et naturellement obligé de réévaluer la totalité de son environnement, et de prendre en compte le fait qu'il soit fort probable qu'une femme de 70 ans soit capable de stopper ses intentions, et ceci définitivement.




La possession de l'arme a feu par le citoyen honnête et responsable, n'a jamais été la source d'un quelconque effondrement de l'équilibre morale d'une nation, et l'interdiction ou la restriction de l'arme, n'a jamais été une promesse de quiétude et de sécurité.



3- En France, il n'y a pas d'armes !




Au détour de plusieurs conversations, beaucoup de français m'ont avancés cet argument. Certains ont même proposés l'idée qu'en cas de catastrophe, il serait plus facile de survivre dans un pays comme la France ou l'arme n'est pas présente, que dans un pays comme les Etats Unis ou tout le monde est armé.

Je ne sais pas d'ou vient cette croyance (Paris?)…mais elle ne reflète absolument pas la réalité de vos campagnes. Pour peut être y voir une piste, voici un article du journal LeMonde;

Le sujet reste une question "sensible", comme on le reconnaît au ministère de l'intérieur. Difficile de comptabiliser les armes présentes sur le territoire. Un fichier national est pourtant censé répertorier le nombre d'armes dans l'Hexagone. Mis en place en septembre 2004, Agrippa (application nationale de gestion du répertoire informatisé des propriétaires et possesseurs d'armes) recensait, au 26 septembre, plus de 3 millions d'armes : 2 147 849 armes déclarées et 1 016 185 armes soumises à autorisation, selon les données du ministère. 
32 % DES FRANÇAIS POSSÈDERAIENT UNE ARME À FEU!
Du coup, les estimations du nombre d'armes en circulation en France sont bien plus élevées que les chiffres officiels. Au ministère, on se contente de préciser que "les armes non soumises à déclaration ne sont pas comptabilisées" dans Agrippa. Yves Gollety, président du Syndicat des armuriers, estime pour sa part que 10 millions d'armes sont actuellement en circulation dans l'Hexagone. "La France est un des pays européens qui compte le plus de chasseurs. C'est une tradition très populaire, contrairement à d'autres pays comme l'Allemagne, où la chasse reste réservée aux élites", explique-t-il. 
De son côté, Small Arms Survey, une enquête sur les armes de poing dans le monde menée par l'Institut des hautes études internationales et du développement de Genève, avance un chiffre compris entre 18 et 20 millions d'armes à feu, soit une pour trois personnes. D'après ce classement, la France arrive en septième position quant au nombre d'armes par civil, derrière les Etats-Unis, la Finlande et la Suisse. C'est ce même classement qui plaçait la France au 2e rang des pays les plus armés de l'UE après la tuerie de Kauhajoki (Finlande).
Patrice Bouveret, président de l'Observatoire des transferts d'armement situé à Lyon, avance aussi le chiffre de 20 millions d'armes en France : "Les armes légères ont une durée de vie extrêmement longue, au moins cinquante ou soixante ans. Dans certaines perquisitions, les policiers trouvent encore des armes datant de la seconde guerre mondiale. Toutes ces armes, celles de nos grands-pères, ne sont pas déclarées. C'est extrêmement difficile de savoir ce qu'il en est. Sans compter tout ce qui relève du grand banditisme, où l'on en sait encore moins." 
VENTES D'ARMES EN BAISSE.
Difficile de dire si le nombre d'armes en circulation en France a augmenté ou non ces dernières années. La question restera sans réponse au ministère de l'intérieur. Le Syndicat des armuriers fait état de 80 000 armes vendues par an. "Le nombre d'armes vendues est en forte baisse en France, explique Yves Gollety. Si les ventes sont stables ces deux dernières années, elles ont nettement baissé depuis 1993, date d'une harmonisation européenne qui a conduit à retirer de la vente certaines armes, comme les fusils à pompe." 


4- Enregistrer une arme a feu a la préfecture doit être évité.




La possibilité de voir nos armes a feu confisquées, reste, et surtout pour le survivaliste, une de ces apparitions faisant l'objet d'une torture cérébrale épouvantable!

C'est vrai que la confiscation est une possibilité, et c'est vrai qu'elle a déjà été utilisée, mais qu'en est-il de sa probabilité aujourd'hui ?
Logistiquement parlant, la confiscation de millions d'armes est sans aucun doute une montagne imposante. 
Dans une situation d'urgence extreme, c'est a dire une catastrophe, nos organisations préfectorales n'auront tout simplement pas le temps, le pouvoir et/ou les ressources, d'aller de portes en portes pour chercher et ramasser vos armes.

La confiscation a pourtant eu lieu a la Nouvelle Orleans a la suite de l'événement Katrina. Certains citoyens se sont fait retirer leurs armes, mais seulement après avoir répondus "oui" a la question "avez vous une arme?" !!!
Cet incident, a d'ailleurs donné naissance au groupe "Oath Keepers", qui s'occupe aujourd'hui de collectionner la signature de policiers et de militaires, faisant le serment de ne jamais, et sous aucun prétexte, désarmé le citoyen américain.




Le fait est, que la vie est cette constance d'acquis aléatoires. Si aujourd'hui j'ai la chance de pouvoir chauffer ma maison, mettre a manger sur la table et posséder une arme, il n'en est pas moins que ces acquis ne sont pas obligatoirement synonyme de longévité.

En attendant, il me parait important de ne pas sombrer dans certains extrêmes, sous prétexte qu'il soit possible, qu'un jour, nos possessions soient confisquées.

D'un point de vu social, il me parait tout aussi important d'espérer que le plus nous sommes a apparaitre sur les registres, nous les citoyens responsables armés, et le plus notre manière de penser s'inscrira sur la fabrique sociale.
A ce sujet, n'hésitez pas non plus a supporter l'organisation UNPACT, car seulement au travers de ce genre de démarche et de publicité pourrons nous avoir une chance de conserver nos droits, et d'influencer l'opinion publique et la machine politique.





5- Seuls nos policiers et nos soldats devraient être armés.




Si nous laissions faire certains, seuls nos services d'ordre et nos armées seraient capables de posséder une arme a feu (le cas dans certains pays…).

Cette distribution calculée de l'arme a feu me fait froid dans le dos. Historiquement parlant, aucun groupe, aucune organisation et aucun gouvernement ne devrait être concédé autant de pouvoir par le peuple.

Un équilibre doit être maintenu, et la dispersion d'outils pouvant influencer la qualité de nos organisations sociales devrait être reconnue comme étant une priorité;
"La raison la plus décisive pour que le peuple conserve le droit de posséder et de porter une arme a feu est, en dernier recours, pour se protéger contre la tyrannie de nos gouvernements."
-Thomas Jefferson 


A une échelle individuelle, il nous faut admettre que régulation ou non, prohibition ou non, interdiction ou non…notre univers social, et surtout si celui-ci est d'une densité de population importante, reste d'un quotidien incertain en rapport avec notre propre sécurité.




Que l'arme a feu soit légale ou non, les intentions d'une minorité continues de nous plonger dans une relation a l'autre pouvant être extrêmement violente.
Agressions, cambriolages, harcèlements sexuels, vols, émeutes, destruction de la propriété, intimidations et meurtres, sont des réalités que nous pouvons observer chaque jours.

Si la police et nos services d'urgence sont capables d'apporter certaines solutions, ils ne sont que trop rarement présent durant l'urgence. Un temps de réponse de quelques minutes, n'est tout simplement pas adapté pour stopper un criminel en train de violer ou d'agresser un citoyen.




La seule personne pouvant efficacement détenir le pouvoir d'affirmer sa propre conscience dans le présent, est inévitablement nous même. Un policier armé a 20 minutes de nous, ne change en rien notre situation dans l'immédiat.

Pourtant, la plupart d'entre nous avons relégués notre protection personnelle a des organisations externes. Ces services, pour lesquels nous sommes fortement taxés, ne peuvent être qu'un support logistique, mais en aucun cas peuvent ils prétendre pouvoir assurer notre sécurité personnelle d'une manière englobante.

Si nous prenons maintenant l'exemple d'une rupture momentanée ou prolongée de nos systèmes de support (Katrina, les émeutes de Los Angeles, le Japon ou Haiti…), ces services, tout comme la distribution de notre eau potable ou encore nos réseaux électriques, ont été, sont et seront, prédisposés a s'effondrer.




Dans les deux cas, vous êtes seul face a l'événement…



6- Les armes a feu sont trop facile d'utilisation.




Cet argument est toujours amusant, car il s'appuis sur une évidence qui voudrait nous imposer une mathématique absolue.

Tout d'abord, soyons très clair, se défendre, défendre notre vie ou la vie de nos proches, n'est jamais "facile". La confrontation physique n'est pas un univers aisé, et la décision d'engager un individu ou un groupe d'individu pour se protéger demande énormément de courage et de détermination, et ceci avec n'importe quel outil.


L'argument qui s'invite ici, est tout simplement basé sur une vision du monde extrêmement étroite. C'est a dire qu'elle ne prend en compte qu'une infime partie des possibilités rattachées a l'arme.
Un homme qui rentre dans une école avec une arme a feu et qui est capable de tuer 20 enfants, n'est pas une majorité. Ce n'est pas n'importe qui qui va pouvoir intentionné cet acte, et le matérialiser.

Ce genre d'individu n'est tout simplement pas gouverné par les mêmes attributs sociaux que la majorité, et il me parait évident, qu'arme a feu ou non, sont impact sur le monde resterait meurtrier, comme il a été le cas en Chine cette année, ou un homme armé d'une machette aura tué plus de 30 écoliers.

Devrions-nous adopter des restrictions sur tout objet pouvant provoquer la mort ?


Imposer une restriction sur l'arme quant a ses capacités par exemple, est imposer a la majorité ce que nous ne pouvons imposer a la minorité.
C'est a dire que nos lois, ne sont respectées que par cette majorité plus ou moins stable…cette majorité qui n'ira jamais dans une école flinguer des gosses.

Les individus capables de s'abandonner a ce genre d'atrocités n'ont que faire de nos lois, de nos réglementations et de nos restrictions.
Puisque l'arme sauve aussi des vies, et dans le cadre d'une société plutôt stable elle sert principalement a maintenir et restaurer l'ordre et la sécurité (le rôle de l'arme est principalement passif), et donc stopper ce genre d'individu, il me parait essentiel de conserver la totalité de ses qualités.


Si nous regardons le monde de la confrontation physique aujourd'hui, il est raisonnable de constater que l'agression, est dans la plupart des cas une histoire de pouvoir.
Le pouvoir, est une pression plus ou moins importante sur le rapport d'égalité.

En boxe par exemple, ce rapport d'égalité est, entre autre, déterminé par le poids des adversaires…un "plume", ne peut s'opposer a un "lourd". Mais une femme, ne peut pas non plus s'opposer a un homme.
Les arts martiaux, sont tous de ce rapport d'égalité dans le ring, par la construction et le respect de règles prédéterminées.

Si la balance bascule pour une raison ou pour une autre, hors ring, l'art martial prévoit lui aussi l'utilisation d'armes pour rééquilibrer la nature du combat. Au passage, les arts martiaux découlent d'un gouvernement qui aura rendu la possession de l'arme par le peuple illégale.




C'est pour ces raisons que l'adoption et la pratique d'un art martial, et ceci quel qu'il soit, ne devrait pas être compris comme un système adapté a la défense personnelle, surtout aujourd'hui, mais bien une aspiration mentale et physique, pouvant, dans certains cas, être suffisante pour stopper un adversaire, et ceci en dehors des règles établies par la discipline.

Dans nos rues, ce rapport d'égalité est presque toujours manipulé.
Un homme qui s'attaque a une femme.
Trois hommes qui s'attaquent a un homme.
Trois hommes armés de couteaux qui s'attaquent par surprise a deux hommes…etc.

Aujourd'hui, la meilleur manière du prédateur de s'approprier un avantage direct sur sa proie est le nombre. 
Les bandes, sont tout simplement une manière extrêmement efficace et légale de sécuriser un avantage physique et psychologique, et donc d'influencer le rapport d'égalité autour d'eux.
Se défendre efficacement contre une bande, norme aujourd'hui, ne peu pas être d'outils, de disciplines ou de connaissances restrictives.





Au final, demandons-nous sincèrement ce a quoi ressemblerai notre monde moderne sans l'arme…

La possession de l'arme doit rester un choix personnel.
Personne, ni homme ni gouvernement, ne peut dire a mon épouse quel système de défense est approprié pour elle. Personne, ni homme ni gouvernement, ne devrait avoir le pouvoir de dire a votre épouse, a votre mari, de quelle manière et avec quel outil, il ou elle devrait affirmer sa conscience.


Stay Safe.










27 commentaires:

  1. Et maintenant en France : A partir du 1er Décembre 2011, l'enregistrement et déclaration auprès de l’État par les armuriers de l'achat d'une arme sera systématique (y compris celle qui n'étaient pas soumises a enregistrement comme les fusils de chasse .. voir article) :

    http://www.facebook.com/notes/unpact-member/toutes-les-armes-vont-etre-soumises-a-enregistrement-au-1er-decembre-2011-/208920212506635

    Stay Safe

    RépondreSupprimer
  2. Hi Volwest,

    Je ne sais pas si beaucoup de citoyens français sont armés, car ceux qui le sont possèdent plusieurs armes. Sans statistiques précises on ne peut pas faire d'extrapolation.
    Pour abonder dans ton sens en ce qui concerne la peur de la confiscation, en 1940 le gouvernement de Pétain a ordonné la saisie de toute les armes, et ceux qui ne se pliaient pas à cette castration risquaient d'être fusillés dixit l'affiche : Armes. Donc pas besoin de fichier en préfecture, la menace suffit souvent à faire changer d'avis les gens.
    Autant être tireur licencié pour avoir accès à du bon matos, que de flipper dans son coin à l'idée d'investir dans des armes confiscables. Au moins on est armé !

    RépondreSupprimer
  3. Salut Volwest,
    encore un excellent article !
    Il faut que je le fasse lire à mes amis parce que 90% d'entre eux (amis d'enfance je précise :D) sont totalement contre, voire haïssent les armes 0_o
    Et ça, je l'ai découvert récemment (une cagnotte pour mon anniversaire pour un G17)
    Aucune discussion n'est possible, aucun argument défendable, c'est ... flippant lol

    Prends soin de toi et continu de nous pondre de super articles et vidéos
    Merci

    Jo

    RépondreSupprimer
  4. Salut,
    très très bon article!
    Je vais le montré aussi a mes amis.
    J'éspere que peux a peux les mentalités changerons et que nous aurons le droit d'avoir le choix de porter une arme ou non en France...


    Sinon merci pour l'info Loup Espiègle, je ne savais pas que la confiscation d'arme a feu c'était passer en 1940, sous le gouvernement de pétain...


    merci a+

    Stay Safe

    RépondreSupprimer
  5. Excellent article, je m'efforce également de changer la mentalité des gens et leur rapport à l'arme.
    Loup Espiègle> Merci pour l'image! Elle illustrerai parfaitement le propos qu'a tenu VolWest; à savoir qu'un gouvernement qui confisque les armes et pénalise les propriétaires le fait pour affirmer son pouvoir et imposer ses choix.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour à tous,
    entre 1870 et 1935, le français pouvaient se procurer facilement des armes. On avait considéré que la perte de la guerre face à la Prusse était en partie due au fait que la population n'avait pas eu d'arme sous la main pour défendre le territoire et celles qui provenaient des Etats Unis étaient très chères. D'ailleurs un manuel de défense de 1912 récemment réédité aux éditions primitives ("la défense dans la rue" de Jean-Joseph Renaud) commençait son étude par le... revolver: le mettre en oeuvre et s'en servir. Ce manuel n'était pas destiné aux forces de l'ordre mais bien aux citoyens.
    D'autres anecdotes: l'achat d'un bijoux ou d'un velo était fréquemment accompagné de l'option revolver (velo-dog par exemple).
    En 1935, Laval a pondu un décret qui obligeait les déclarations en préfecture, limitait le nombre de cartouches et bien d'autres choses.
    A l'heure actuelle on ne sait pas vraiment si ce décret de 1935 était du à la manifestation du 6 février 1934 (pour laquelle on ne sait toujours pas si ce sont les manifestants ou les policiers qui ont tiré en premier) ou si déjà il s'agissait de préparer la collaboration en empêchant le gros de la population de résister en lui enlevant notamment les armes.
    Hitler avait entrepris le même travail de sape de son côté pour ce qui concerne les armes.
    Le Législateur n'a toujours pas compris que l'armurerie la plus accessible demeure le magasin de bricolage.
    On préfère diaboliser l'arme et la violence plutôt que d'éduquer et responsabiliser...
    Lonely Bull

    RépondreSupprimer
  7. Salut volwest,

    je ne sais pas si tu lis les commentaires sur tes vidéos donc je te repose mes petites questions :
    quelles sont les conditions pour acheter une arme aux States ?

    Un casier vierge, un age mini ? y a t il un questionnaire du style " pensez vous utiliser cette arme pour tuer le président" comme sur les formulaires d'entrée?

    thks

    Stay safe

    RépondreSupprimer
  8. Il y a 30 ans, un homme a menacé ma famille, je suis allé voir les gendarmes et leur ai demandé de dire à cette personne de se calmer sinon ils faisaient de moi un assassin, j’avais signalé que je détenais une 22 LR et la marée chaussée a bien remplit son rôle et tout est rentrée dans l’ordre. Il est moins sûr aujourd’hui que ça se termine si bien. Plus tard avec un ami nous décidâmes de chasser du petit gibier en réalité de braconner, après plusieurs heures nous revenons bredouille et voilà que, certainement frustré, je vois un petit oiseau sur une branche je vise, et pan je viens de tuer une mésange bleue. Tout de suite je compris mon erreur, dans l’heure qui suivi, je donnai le fusil à mon ami, et depuis plus d’arme. Quelle est la morale de cette histoire sinon de dire qu’il est très facile de tirer, et je pense que tout le monde ne peut détenir une arme, pourtant aujourd’hui je suis d’accord avec toi Volwest le monde change vite et plutôt mal alors la question reste : comment se préparer, choix de l’arme, en tâchant de rester dans la l’égalité (permis de chasse, club de tir etc.…) il est temps pour chacun de nous de trouver la solution pour défendre nos familles. Bon article une fois de plus à te relire salut René.

    RépondreSupprimer
  9. Quand j'ai appris l'existence de l'UNPACT, je suis allé sur leur forum (Tir Mailly) pour me faire une idée sur leur compte. Ce qui m'a permis d'apprendre que pour une association qui se présente comme apolitique, il y avait un paquet de déclarations des plus surprenantes, dans le genre orientées. Un membre fondateur va jusqu'à nous annoncer le pire en cas de victoire de l'opposition aux prochaines présidentielles! Un autre dirigeant avoue, avec une naïveté confondante, qu'il a cherché à entrer en contact avec un monsieur qui se trimballe un des plus beaux CV de nazillon de France, et a l'air navré de ne pas avoir eu de réponse!
    Quand on sait que cette association a déjà été accusée - par un lobbyiste après une tentative de récupération par un dissident du FN - de liens avec l'extrême-droite, ça laisse songeur sur le niveau de sérieux de ces gens.
    Je ne pense pas que l'UNPACT est d'extrême-droite, mais il est clair que ses dirigeants ne sont pas apolitique, et sont incapables de laisser leurs opinions personnelles de côté pour mener leur combat.
    Il est hors de question que je rejoigne des gens qui agissent avec une pareille légèreté.

    RépondreSupprimer
  10. Salut Volwest,

    Chez toi aux Usa il y a un ingrédient fort présent qui est le patriotisme! Cette fierté du territoire et de ce dont il est capable.
    Il me semble que c'est quelque chose que l'on a "perdu" ici.
    Un clan est fort quand il est soudé et donc quand chacun a envie de protéger ses membres et son patrimoine.
    C'est un sujet très sensible dans nos contrée car patriotisme rime avec nationalisme et nationalisme rime avec nazisme (comme on nous l'a gentiment appris ici par lavage cérébral).
    Je pense que la question du citoyen armé et sa volonté de l'être est intimement lié à cela. Pas seulement être armé pour protéger sa famille mais aussi protéger son territoire et tout ce qu'il implique.
    Cela me semble naturel!
    La restriction sur les armes (et l'envie/le besoin d'en avoir) va pour moi de pair avec cette "restriction" du patriotisme.

    Roland

    RépondreSupprimer
  11. bonjour à tous,
    bravo très bon site !
    en revanche, pourquoi revenir sans cesse à la seconde guerre mondiale pour justifier la moindre chose ? d'autant que l'histoire des abat-jours en peau humaine est un bobard que plus un seul historien sérieux n'avance... et qu'en l'espèce, le régime hitlérien avait une législation sur les armes très proche de ce qui semble être votre point de vue : tous les citoyens majeurs (sains d'esprit et sans casier) ont le droit de posséder une arme...
    salutations !

    RépondreSupprimer
  12. @ anonyme 22 octobre 2011 13h52

    Gardez plutôt vos salutations pour vous ?

    Tous les citoyens sains d'esprit et sans casier, ne devraient pas toujours non plus écouter et lire comme une lettre à la poste certaines choses dites plus particulièrement sur l'histoire des abat-jours en peau humaine.

    Oui apparemment même sur ton blog volwest certains survivalistes ont encore bien du mal à comprendre certaines choses s'étant produites lors de la seconde guerre mondiale, mais non
    il n'y a vraiment rien à faire pour eux.

    Sans faire trop non plus l'historien sérieux,
    en espérant quand même que tout le monde ne raisonne pas trop automatiquement comme vous sur la question, car je ne vous raconte pas alors la prochaine production d'abats-jour en plus lors de la prochaine sanglante révolutionnaire ou pas.

    Enfin j'espère quand même que tous les survivalistes ne sont pas tous comme vous, déjà que le monde se montre de plus en plus grave à voir de nos jours.

    Oui comme quoi tous les survivalistes ne sont pas non plus bons à inviter à la maison, reste donc dehors toi, com pareillement pour les autres de ton espèce.

    Noé

    RépondreSupprimer
  13. @Thomas et Kofein : je me suis trompé en ce qui concerne l'origine de l'affiche, mea culpa ; j'ai regardé la localisation de la commune cité dans le texte et ça se trouve en Belgique ! Mais la confiscation a aussi eu lieu en France. Pour plus d'information : Wikipedia : Contrôle des armes à feu en France

    @Roland : tout à fait ! Le patriotisme a quelque peu disparu dans notre beau pays, une des causes étant à mon sens la collaboration sous le gouvernement de Vichy. Ça nous a passé l'envie d'être Français et fier de l'être.

    Plus il y aura de gens armés dans ce pays, plus ça sera difficile logistiquement et politiquement parlant de légiférer et de confisquer, donc faites du prosélytisme forcené !!
    Aux armes citoyens, mais pas pour faire la révolution, pour exercer votre droit à la propriété. :-)

    RépondreSupprimer
  14. Salut,

    On respire un bon coup ?

    Anonyme, Si je reviens de temps a autre sur la deuxième guerre mondiale, notons quand même au passage que votre utilisation du terme "sans cesse" est une déformation de la réalité, c'est que cet événement est pilier pour notre pays, et qu'il est dans bien des cas le début de grands changements au niveau de certaines lois et de certaines inflexions nationales, notamment sur les armes et sur l'assistance a personnes en danger par exemple.

    Pour ce qui est de l'histoire, je ne me base aucunement sur les historiens pour alimenter mes exemples, mais bien sur les témoignages d'individus ayant vécus la chose. De plus, argumenter que certains événements n'ont pas eu lieu, me parait déplacé aux vues des atrocités produites dans les camps et les ghettos.

    Pour ce qui est de la possession de l'arme durant le régime hitlérien, je suis forcé d'insister sur le fait que les législations et les idées soutenues par cette machine ne ressemblent en rien a mon point de vue, puisque hitler, et je le répète, a interdit la possession de l'arme a des adultes sains d'esprit et sans casiers;
    "L'erreur la plus stupide que nous pourrions éventuellement commettre serait de permettre a des races soumises de posséder des armes. L'histoire montre que tous les conquérants qui ont permis a leurs races soumises de porter des armes ont préparé leur propre ruine en agissant ainsi."
    hitler.

    Rien a voir avec mes opinions, puisque la soumission est exactement de que je m'efforce de combattre et d'exposer ici même.

    RépondreSupprimer
  15. Loup Espiègle> En effet, après relecture, j'avais également noté qu'il était fait mention de "bourgmestre", l'équivalent Belge du maire Français. :)

    Ceci-dit, cela ne change rien au propos; les envahisseurs commencent toujours par désarmer les peuples. Un peuple qui se fait progressivement désarmer ne peut que craindre l'avenir destiné à son pays...

    RépondreSupprimer
  16. C'est la première fois (et j'ai regardé toutes les vidéos de ce site, plusieurs fois pour certaines) qu'il me semble que vous êtes un peu irrité en faisant votre vidéo, Volwest. Ça se sent dans l'intonation de votre voix. On dirait que vous répondez à une personne avec laquelle vous vous seriez légèrement disputé. Votre casquette ajoute à cette impression. ^^

    Si je peux me permettre, je crois qu'en essayant de convaincre le Français moyen des bienfaits de l'arme à feu, vous perdez votre temps. Les Français n'ont pas la MOINDRE idée de ce que suppose une liberté à l'américaine, qu'il soit question d'armes à feu ou de quoi que ce soit d'autre.

    Le Français moyen n'a plus les moyens de vous comprendre. Vos réflexions sont basées sur des concepts quasiment impossibles à appréhender pour lui. Il ne s'agit pas de mépris : vous ne parlez simplement plus le même langage. Le sens que vous attribuez au mot "liberté" aux USA n'est pas le même que celui qu'on lui attribue généralement en France. Votre liberté est trop haute pour la plupart des Français.

    N'importe quel Français soucieux de son autonomie vous donnera raison au sujet de la permaculture ; il pensera peut-être que vous êtes un original, mais sur le fond il sera en accord, ne serait-ce que d'un point de vue bio/économique.

    Mais les armes, c'est différent : l'homme armé affirme une indépendance "de fait" vis à vis de la force étatique et son message est clair : "dans la mesure ou l'état est incapable de me protéger moi et les miens en toutes circonstances, je prends mes responsabilités, je prends mes précautions".

    Cette idée est inconcevable pour l'écrasante majorité des Français : RIEN ne peut se substituer à l'état. Tout vient de l'état, tout doit en venir, et tout dysfonctionnement relève de sa responsabilité. Pas de vie en dehors de l'état, de son omniprésence. Il n'y a même pas à se poser la question. Le principal réflexe du Français moyen face à une difficulté, petite ou grande, quelle qu'elle soit, c'est "l'état s'en occupera, l'homme politique ou le parti pour lequel je voterai s'en occupera". Et même quand l'état ne fait rien, fait mal, ou trahit ses intérêts objectifs, le Français continue et remet un sou dans le juke-box. Les Français sont étatistes jusqu'au fin fond de leur psyché, ils sont éduqués massivement dans cette optique, et rien ne peut plus les détourner de leur servitude, du moins collectivement. Seuls des individus isolés peuvent sortir de la nasse.

    Vous perdez d'autant plus votre temps en essayant de rappeler que le premier réflexe de toute dictature est de priver l'individu de ses moyens de défense. Tout rappel historique est vain : les peuples européens sont soumis à une propagande d'une intensité telle que vous ne pouvez pas même l'imaginer, étant parti pour l'étranger depuis longtemps. Ils subissent un matraquage quotidien de manière à se sentir instinctivement hostiles à toute quête d'indépendance, à toute remise en cause des dogmes établis, à toute autonomie de l'esprit et du corps, etc. Il n'y a pas de pluralité des médias ou des opinions ici. Pas de premier amendement pour garantir la liberté d'expression. Prenez les six ou sept grands journaux du pays, vous y trouverez 80% d'opinions identiques, et parmi leurs salariés, vous pouvez être certain que la majorité est favorable à un strict contrôle d'internet...

    Il s'agit pas seulement de "patriotisme" ; il n'y a plus aucune raison rationnelle aujourd'hui d'être patriote en France. Même les militaires perdent la foi en la patrie... Il s'agit de liberté. Nous ne savons plus ce qu'est la liberté, et nous ne voulons pas en entendre parler.

    RépondreSupprimer
  17. @ Cald

    Je comprends votre point de vue, mais je ne le partage pas intégralement.

    Vous savez il n'y a pas non plus que la France qui rêve encore beaucoup d'Etatisme et de Socialisme généralisé jusqu'à la moelle.

    Tout le monde perd son temps, vous même en essayant de nous faire croire que tous les Français sont des veaux, alors qu'ils ne le sont peut-être pas tous sur toute la durée de leur existence, résidents ou pas encore courageusement dans le pays.

    Tout rappel historique n'est donc pas forcément inutile à faire entendre envers son prochain, surtout à l'égard de certaines choses. Certes les peuples Européens se sentent de plus en plus floués brutalement à une nouvelle dictature médiatique de l'esprit, du corps.

    Mais les gens qui vivent ailleurs n'en subissent-ils pas aussi un peu le même contre-coup. Pourquoi vouloir alors toujours montrer la France du Doigt ? Il est vrai que l'autre enfin bref...... et de l'étranger comment pouvez-vous mieux faire le bien de votre propre pays ? C'est ça aussi être mieux résistant pour son Pays, pour sa famille ? Si seulement cela concernait uniquement la France, non mon cher monsieur cela touche bien plus de pays et de nations à travers le monde.

    Vous pouvez d'ailleurs rester plus longtemps à l'étranger, ah la France ce n'est qu'un pays de bons à rien par rapport aux nombreux petits chinois bien servils ... etc, etc, vous connaissez le refrain, mais vous savez vous ne pourrez pas toujours non plus y échapper en avion ou alors en allant en Chine pour mieux y faire d'autres petites affaires de plus. Le matraquage quotidien dans les esprits cela concerne hélas beaucoup de petits bridés, des milliards d'individus apeurés et à qui on a souvent préférés aussi leur faire ententendre les mêmes choses dans les têtes, oui d'abord
    l'état avant tout, c'est à dire que la vie en société ce n'est uniquement que cela jusqu'à
    la mort. De toutes façons quand bien même il y aurait une plus grande pluralité de médias, de dévots, d'experts économiques ou pas, les choix de vie dans le monde ne seraient pas plus différents et moins servils. Pour ça d'ailleurs que le socialisme ou l'étatisme a encore de beaux jours dans les têtes, merci encore grandement aux premiers gens du marché, on adore la liberté ben oui je vois mieux ça.

    Non il suffit parfois d'un seul et bon patriote résistant, pour que les gens retrouvent la foi mais pas seulement envers leur pays, mais dans l'espoir de pouvoir vivre un jour dans un monde un peu plus courageux. Je vois mal d'ailleurs comment un pays et cela quel qu'il soit dans le monde pourrait-il redevenir plus libre et sain à travers une plus grande bande internationale d'affairistes apatrides dans le monde comme sur les marchés. Tout ça bien sur n'a pas de sens.

    On échappe pas plus à la bureaucratie mondiale
    se mettant progressivement en place en préférant également se conduire comme les premiers criminels nazi de la seconde guerre mondiale.

    Vous verrez qui préfère d'abord semer d'abord la servitude dans sa propre société, n'en sera pas toujours mieux traité demain c'est juste une question de temps avant que cela en finisse par toucher une plus grande proportion mondiale dans l'étatisme généralisé.

    De nos jours qui pousse surtout en premier les gens à vouloir davantage tourner le dos à la liberté ? A la responsabilité individuelle ? Evidemment je peux comprendre que les militaires et la police en perdent de plus en plus la foi et l'envie de servir davantage de gens comme ça.

    Des gens sans patrie, ni foi, ni lois, et ça préfère encore donner des leçons de liberté aux autres à distance, ben voyons ....

    RépondreSupprimer
  18. Il est exact de dire qu'en soi les armes ne portent pas d'intentions (vous dites les armes ne sont pas mauvaises).

    En revanche ce que portent en soi les armes comme ce que porte en soi chaque outil technique c'est le potentiel d'utilisation de l'outil (potentiel d'utilisation direct pourrait-on dire pour l'usage pour le quel l'outil a été conçu et potentiel d'utilisation indirect pour les usages pour lesquels l'outil n'a pas été conçu).

    Exemple: le potentiel d'utilisation direct d'une arme est de blesser ou tuer quelqu'un, le (un des ..) potentiel d'utilisation indirect cela peut être beaucoup de choses: ouvrir une canette .. etc. Le potentiel d'utilisation direct d'une pioche est de retourner la terre et le (un des ..) potentiel d'utilisation indirect d'une pioche peut être de blesser quelqu'un.

    Une chose parait du coup évidente c'est que (en gros) quel que soit l'outil on peux faire du mal a autrui avec. La nuance de taille c'est que certains outils sont construits pour et d'autres pas.

    Mais tout cela ne réponds bien entendu pas a la question faut-il posséder une arme ou pas, cette question est complexe !

    Pour y répondre le mieux c'est de chercher un peu sur internet et de lire les études relatées a cette question.. J'ai vite trouvé des réponses et je laisse le soin a chacun, s'il souhaite se faire une idée, de regarder sans parti pris (chercher sur pubmed par exemple: beaucoup d'idées reçues peuvent être balayées)..

    Par ailleurs l'anarchie et le chaos sont des choses très différentes. Vouliez vous employer le mot chaos a la place d'anarchie ?

    RépondreSupprimer
  19. @Anonyme du 25 oct 06:10

    Tout d'abord, le "potentiel", la "possibilité de", la "ressource dont on dispose", est tout simplement de que vous ferez d'un objet. Ainsi, le potentiel direct d'un marteau est tout autant de pouvoir fracasser un crâne que de planter un clou. A partir du moment où l'on peut le faire, c'est "potentiel".
    Si comme je le crois vous faîtes référence à la finalité première d'une arme, je ne suis pas plus d'accord avec vous.
    Car si vous pensez que la finalité d'une arme est de blesser ou de tuer, pour ma part, dans l'utilisation que je fais d'une arme, la finalité est 1. de faire de trous dans une cible 2. de sauver des vies. Le fait de blesser, tuer, ou plutôt, dans 95% des cas selon les études, de prendre l'ascendant sur un adversaire violent sans nécessité de faire feu, n'est que l'étape transitoire avant la finalité qui est: se défendre, sauver une vie.

    Comme Volwest, je ne pense pas que les armes devraient être en vente totalement libre, mais à partir du moment ou vous avez un casier judiciaire vierge, un certificat médical, et suivi une formation de sécurité, chacun devrait être en droit d'acquérir une arme à feu (je précise "à feux" puisque sans le savoir, vous possédez déjà un arsenal d'armes blanches et contondantes chez vous).
    De même que, sous condition d'une formation et d'un examen de passage, il devrait être possible d'avoir accès au port d'arme.
    Or l’État, qui me pense pourtant assez responsable pour conduire une voiture, élever des enfants, payer mes impôts, voter, pense que je ne suis pas assez responsable pour porter une arme (sauf, bien entendu, s'il s'agit de "défendre la nation" contre un ennemi que la stratégie internationale désignerait).

    Avant de vous posez la question du "potentiel direct" d'un objet inanimé, posez-vous d'abord la question de la liberté et de vos droits en tant que citoyen, tels que décris dans le 2ième article de la déclaration des droits de l'homme de 1789: "Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression."
    Pour moi, en interdisant les armes tel qu'il le fait, l’État viole tout à la fois ces 4 droits essentiels.

    Savez-vous quelle est la situation d'un possesseur d'arme en France aujourd'hui ?

    D'abord, il ne peut l'être que sous la couverture du tir sportif. Il doit effectuer plus de tir de contrôle que n'importe quel militaire ou policier dans l'année. Il est toujours soupçonné, par l'intelligentsia, l'administration, et même désormais par le populaire, d'être un rambo, un frustré ou un paranoïaque (et la liste de colibets dont on nous affuble est plus que longue). Tous les 3 ans, il doit refaire toute les démarches auprès d'une administration obtuse pour garder le droit de ... garder sa propriété. Il ne faudra pas qu'il soit soupçonné d'alcoolisme ou de dépression (même si ces affections sont démontrés non-violente et non-suicidaire). Et si jamais un traitement médical long, ou une activité quelconque, l'a empêcher une seule fois d'effectuer son quota annuel de tir obligatoires, il sera sommé d'abandonner ses armes... Bien entendu, il lui faudra aussi supporter les continuelles "enquêtes de quartier" par l'agent de police, qui demandera à sa femme s'il est "psychopathe" (cas vécu personnellement), et devra garder continuellement ses armes déchargés, en coffre, avec munitions à part, afin de l'empêcher d'utiliser son arme pour la défense personnelle... Bref, un vrai parcours de santé !


    D.

    PS: En revanche, je serais heureux d'avoir des liens directs vers les études dont vous parlez, afin que l'on puisse avancer dans une contre-analyse sérieuse.

    RépondreSupprimer
  20. Les acquisitions d'arme en France sont très réglementés. Pour les armes de 7eme et de 5eme catégorie (arme de chasse et carabine de jardin), il faut être titulaire d'un permis de chasse ou être licencié dans un club de tir. Dans ces deux cas des formations aux maniements et aux règles de sécurité sont dispensées. Toutes acquisition est soumises à déclaration à la préfecture.

    Pour les armes de 1ere et de 4eme catégories (pistolet revolver carabine "arme de guerre"), leur acquisition est soumise à une autorisation préfectorale dont l'obtention dépend des éléments suivants: (acquision à titre sportif bien sur)
    - Avoir 21 ans
    - avoir 1 an d'ancienneté dans un club de tir.
    - avoir minimum3 séances de tirs contrôlés par an, en présence d'un représentant du club
    - Il faut une autorisation préalable de la fédération française de tir, le président du club en fonction de l'assiduité du comportement du tireur atteste de son aptitude à détenir une arme.
    - justificatif de domicile.
    - copie CNI.
    - copie de la facture d'achat d'un coffre-fort ou seront stocker les armes.
    - Certificat médical d'aptitude au tir de moins d'un mois
    -copie de l'Acte de naissance


    Ce dossier est remis au commissariat de police du quartier du demandeur.

    Il s'ensuit une enquête administrative par les autorités de police (antécédents judiciaire, enquête de moralité etc ), la DASS informe d’éventuels antécédents psychiatrique lourds.
    Et après études de la totalité de ces éléments la préfecture peut attribuer l'autorisation de détention d'une arme pour un délais de 3 ans.

    Il convient aussi de rajouter que le transport est aussi soumis à des règles strictes (armes démontées ou avec un dispositif qui empêche son fonctionnement immédiat, les munitions doivent être transportées indépendamment de l'arme...

    Donc ne confondez un tireur sportif qui détient chez lui légalement et dans le respect strict des règles de bon sens de et de sécurité des armes et n'importe quel voyou ou inconscient qui cherche volontairement à nuire.

    Je me dois d'insister sur le caractère sportif de la détention d'arme ce n'est en aucun cas à des fins de défense ou je ne sais quoi que celle si sont délivrées.
    cdt

    RépondreSupprimer
  21. C'est très bien de rappeler la législation, ça met les choses à plat.

    Le tir "sportif", c'est de la blague. J'ai fréquenté deux clubs, la moyenne d'âge y est élevée, de même que la grosseur du bide.

    Je cite la FFT :

    Le 3 juin 1886 est créée l'Union des Sociétés de Tir de France dont le rôle est d'organiser des Championnats nationaux et scolaires, d'établir des records et de préparer la jeunesse à l'obtention du certificat d'aptitude militaire.

    L'organisme à l'origine de la FFT a été fondé pour former des marksmen aptes au combat et pas simplement trouer du carton ! On apprenait à tirer à l'école à l'époque (plus d'infos : Union des sociétés de Tir de France). Un fantasme qui aurait du mal à se réaliser maintenant...

    Le biathlon, ça c'est du tir SPORTIF !

    RépondreSupprimer
  22. L'organisme à l'origine de la FFT a été fondé pour former des marksmen aptes au combat et pas simplement trouer du carton ! On apprenait à tirer à l'école à l'époque (plus d'infos : Union des sociétés de Tir de France). Un fantasme qui aurait du mal à se réaliser maintenant...

    ceux la la Nation il s'ne foutent royalement

    RépondreSupprimer
  23. Hola!...

    Il s'agit d'un site dédié à la (sur)vie familiale en situation sortant de la normalité.
    C'est à dire une réflexion simple sur des gestes techniques.

    Ce n'est pas du tout le lieu pour des divagations sur le nazisme ou de quelconques idéologies, pour ou contre cela.

    Libre à chacun d'assumer sa préparation ou son impréparation.

    RépondreSupprimer
  24. Pfou ! un article riche et des commentaires qui le sont tout autant...

    Je suis assez d'accord avec volwest et avec certain commentaire (en france on n'est plus pratiote etc...)

    En tout cas , ca ma permis de réfléchir sur le choix que je fais. Le choix est fait.

    Mais j'aurai des questions à poser :
    Volwest : toi qui a vécu en france, avais tu déja envie de posséder des armes à feux ? ou tu as fait ce choix en allant aux usa ?

    Je demande cela car pour moi la culture est importante.
    Peut etre que l'on voit différemment les armes car aux états unis, elles sont "légales" donc peut etre plus sensibilisé
    On initie ses enfants au tir, on les initie aux régles, aux choses à ne pas faire etc...

    Enfin c'est ce que je me dis... est ce que c'est la réalité ou je suis dans l'image d'épinal ?

    Merci ;)

    RépondreSupprimer
  25. Intéressant ! Sauf que l'un de vos exemples, celui sur l'Allemagne nazie, est absurde. Vous n'avez visiblement qu'une idée floue sur la montée en puissance et la conquête du pouvoir par une idéologie totalitaire : dans ce genre de situation extrême, la résistance individuelle montre très vite vite ses limites. Et si Hitler avait eu peur de gens armés il ne se serait pas lancé à la conquête de l'Europe et de l'URSS. Et plus que le manque d' armes, ce sont surtout les divisions de leurs adversaires qui permirent aux nazis de prendre le pouvoir, l'apathie, l'individualisme égoïste, la trahison de certaines élites ET la trahison du parti communiste allemand (plus occupé à casser du socialo et du social-démocrate) Comme aurait dit un dignitaire nazi à son procès : "il n'y a pas eu de victoire, les adversaires manquaient"


    Mais enfin, on s'éloigne là du survivalisme. Encore que, aucun événement naturel, aucune bête sauvage, n'égaleront la cruauté de certains humains envers leurs semblables.

    RépondreSupprimer
  26. Erlikhan,

    Impossible de faire une récapitulation englobante de la complexité de l'Allemagne a l'entrée de la guerre. Ne soyez pas dense.

    La résistance, que vous voyez comme limitée, a pourtant fait la différence dans n'importe quel conflit, et ceci depuis que l'humain se tape dessus. Guerre d'indépendance US, Vietnam…sont des exemples de la capacité des civils armés a confronter les armées traditionnelles.

    Hitler a eu peur des gens armés, il le dit lui même d'ailleurs, et c'est pour cette raison qu'il a mit en place certaines législations concernant la possession des armes par les citoyens…et plus précisément le peuple Juif.
    C'est tout de même beaucoup plus facile d'exterminer et de gouverner, si le peuple n'est pas armé !

    Combattre des armées traditionnelles n'est pas du tout la même logistique que combattre une résistance.

    Mon exemple n'est pas absurde…vous ne le comprenez pas, ou il ne vous plait pas, ou vous n'êtes pas d'accord, mais dire qu'il est absurde est déplacé.

    RépondreSupprimer
  27. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer