dimanche 23 octobre 2011

Les survivalistes silencieux.







La question la plus persistante déposée dans ma boite aux lettres aujourd'hui, semble exprimer un certain décalage entre la démarche du survivaliste, celle de sa famille, et plus globalement celle de la plupart de nos concitoyens.

Beaucoup deviennent alors des "survivalistes silencieux", et seuls, ils s'attaquent a la préparation en secret, confinant celle-ci aux placards de leurs chambres, et vivant parfois des vies totalement décalées par rapport a leurs proches.

Il y a quelques jours, j'ai donc reçu une lettre pouvant servir de témoignage quant a cette préparation silencieuse, et il me semble que ces quelques mots expliquent plutôt simplement ce ressentit.




Salut Volwest

Je suis français et je regarde ta chaine YouTube ainsi que ton Blog tous les jours, et je suis comme un enfant le soir de Noël quand je vois une nouvelle publication. 
Je commence donc par des félicitations et des remerciements.
Je tenais à te raconter mon expérience car je pense que tu pourras t’en servir pour intéresser plus de monde.


En effet, je me considère comme un survivaliste, même si je préfère dire que je suis un écureuil 
(qui stock en prévision de la saison ou on ne trouve plus rien). 
Je stocke nourriture, eau, médicaments, outils, essence, cash, graines, connaissances, etc.… 
Mais personne de mon entourage ne connait mon angoisse de l’avenir, y compris mon épouse et ma famille, et j’ai donc fais mes réserves dans mon atelier perso qui se trouve a coté de ma maison.


Il y a quelque temps dans la soirée, j’ai été pris d’un violent mal de tête et j’ai perdu connaissance. 
Je me suis réveillé dans l’ambulance des pompiers. 
Je savais ou j’étais, mais je ne savais pas ce qui m’arrivais, et quand j’essayais de parler 
je n’arrivais pas a sortir des mots cohérents (la peur absolue). 
Puis j’ai encore perdu connaissance. 
Je me suis réveillé 36 heures après sur un lit d’hôpital dans un service de soins intensif en neurologie.


La, un médecin m’a expliqué que j’avais fais un AVC (Accident Vasculaire Cérébral), et que j’avais beaucoup de chance que ma femme ai vite téléphoné aux pompiers.
Au même moment,  je me rends compte que je ne vois rien de l’œil droit et que tout mon coté droit est engourdi. 
Le docteur m’explique que le caillot de sang qui a tout provoqué se trouvait dans l’hémisphère gauche de mon cerveau, et que, soit ça irait mieux soit ça resterait comme cela.
Il m’annonce que je vais rester au moins 6 mois à l’hôpital pour passer tout une série de tests et d’examen.


Mon épouse ne travaille plus car nous avons 3 enfants et le dernier a 4 mois.


Après deux mois d’hôpital, ma femme me dit que notre compte bancaire est presque vide, car la sécurité sociale française ne me verse que 45% de mon salaire, ce qui permet juste de payer le loyer, l’électricité, rembourser le crédit de la voiture, l’assurance, internet et les téléphones. 

En bref, quand toutes les dépenses fixes sont payés, il ne reste rien et en 2 mois nos économies sont a sec.

A ce moment la elle éclate en sanglots et elle me dit qu’elle à été obligé de faire un chèque sans provisions pour acheter du lait en poudre pour notre fils, et qu’il n’y a bientôt plus d’essence dans la voiture et qu’elle ne pourra pas venir me voir avec les enfants le week-end suivant.


En voyant ma femme dans cet état, j’ai révélé mon petit secret et je lui ai donc dis d’aller dans mon atelier ou elle y trouverait tout le stock de conserves ainsi que des jerricans d’essence et dans une boite de café 2000 € en cash, et également quelque boites de lait pour bébé et d’autres choses …

Elle m’a regardé avec de gros yeux, je pense qu’elle ne me croyait pas au moment ou je lui ai raconté ça.

J’ai donc vu mes enfants le week-end suivant, ma femme avait le sourire, elle m’a dis que de découvrir  toutes ces réserves quand on a presque plus rien c’est comme de découvrir un trésor, et elle m’a aussi dit que c’était la première fois qu’elle pleurait de joie devant des boites de conserves et des paquets de pâtes. :-)


Depuis que je suis sorti de l’hôpital, ma femme partage a fond mes idées survivaliste, et nous reconstituons petit à petit notre stock tous les 2.


Voila Volwest

Tout ça pour expliquer que être survivaliste ce n’est pas seulement se préparer à la pire des catastrophes, mais comme tu l’a dis acquérir une certaine autonomie. 
Dans mon cas ni ouragan, ni cyclone, ni guerre civile, mais un petit amas de sang coagulé de quelques microns.

Merci et porte toi bien. 
Pierre.






22 commentaires:

  1. Sans forcement penser a la fin du monde ou autre, avoir des " provisions " ( peu importe ce que c'est ), ça peux toujours servir...

    RépondreSupprimer
  2. La mer,
    La foret,
    La nature,
    La famille,
    La montagne,
    De bon ami(e)s,
    De bonnes tisanes,
    Moins d'écrans plats,
    De bons livres,
    L'entrainement,

    Ca aide parfois à mieux survivre en ville à mieux préserver la santé, le moral.

    Vous savez Pierre l'année 2011 a été très dure pour beaucoup et apparemment ça n'est pas prêt de s'arranger pour les prochaines, c'est sur à force ça touche progressivement les gens de la classe moyenne, il nous faut donc apprendre à mieux nous y préparer quelque soit la tournure des événements. C'est d'ailleurs ce que vous avez bien fait ces derniers mois avec peut-être un peu trop d'entrain pour le souci de mieux faire pour votre famille comme en matière de préparation survie, rassurez-vous beaucoup de gens s'y sentent de plus en plus poussés au regard de tout ceci et cela un peu partout.

    Beaucoup de mondains 95% ne peuvent pas vraiment nous comprendre aujourd'hui mais un jour viendra, vous verrez elles ne penseront pas du tout à se dire la même chose sur les gens comme vous.

    Bon rétablissement,

    Noé

    RépondreSupprimer
  3. Ce témoignage me touche à plusieurs titres.

    Effectivement, je ressens aussi le besoin de me "cacher" parfois, dans mes activités survivalistiques. La "norme" sociétale n'est clairement pas dans cette optique (même si les choses évoluent un peu).

    Cela me touche également car j'ai 2 proches, dont mon père, qui ont été victimes d'un AVC ces dernières années.
    J'ai pu constater à quel point tout peut basculer, et qu'en cas d'impréparation tout est à (re)construire.
    Et effectivement, les victimes ne sont pas les seules à en subir les conséquences (y compris financières) mais leurs entourages aussi...

    Le leitmotiv doit être : "protégez ceux que vous aimez !" et je rajouterai même "à leur insu s'il le faut !"

    J'ai la chance d'avoir une moitié qui est très compréhensive et qui estime que si je pense qu'il faut "prévoir" et donc stocker un certain nombre de choses (nourriture, eau, équipement), alors il faut le faire (alors même que ce n'est pas du tout dans sa nature...)

    Il faut écouter son instinct, vous n'êtes pas ici, sur ce blog, par hasard...

    RépondreSupprimer
  4. Un témoignage qui ne peut pas laisser indifférent...tous mes vœux de bon rétablissement à Pierre.

    RépondreSupprimer
  5. bonsoir pierre je vient de lire votre histoire avec mon épouse et bien pour etre franc on a finis avec les larmes au yeux ...
    je vous souhaite bon retablissement et pleins de bonnes choses pour votre petite du moins grandes famille

    RépondreSupprimer
  6. Bonsoir,
    un peu de chance mais beaucoup d'intelligence voilà ce qui vous a sauvés!
    Bravo et félicitations.
    Je vous souhaite un excellent rétablissement à vous et à toute votre famille.

    RépondreSupprimer
  7. L'AVC, 150 000 nouveaux cas par an selon l'asso FranceAVC, ce qui représente 0,2% de la population française touchée par ce problème tous les ans.
    Ma grand-mère a eu un AVC il y a une dizaine d'année. C'était un dimanche matin, elle a commencé à sentir des picotements dans le cerveau mais ne s'est pas inquiétée outre mesure. Elle a été emmenée en fin d'après-midi à l'hôpital. Que de temps perdu !! Quand on sent ces picotements il faut d'une part appeler une ambulance et faire circuler le sang en faisant des mouvements.
    Heureusement elle n'a pas complétement perdu l'usage de son côté droit et de la parole, comme beaucoup de gens dans l'asso qu'elle fréquentait pendant un temps.

    J'ai aussi rencontré un homme dans la trentaine qui s'est plaint pendant trois jours d'avoir des sensations bizarres au cerveau avant d'aller à l'hôpital ! L'histoire s'est bien terminée car il n'a eu aucune séquelle.

    Bravo Pierre pour cette préparation incognito qui est tombée à point nommé, et bon rétablissement !

    RépondreSupprimer
  8. Bravo pour ce témoignage qui me touche beaucoup aussi. Je te souhaite à toi et à toute ta famille bonne chance pour la suite de votre histoire ensemble. Et heureux de voir que ton sens du survivaliste (enfin écureuil pardon ;) ) t'ai aidé ainsi que ta femme à vous sortir de cette passe. Continuez ainsi maintenant tous ensemble ;)

    J'aimerais réagir aussi à ce sujet, car je suis aussi concerné par le "survivaliste silencieux". En effet, il est très dur de devoir cacher plus ou moins à sa famille le fait d'en être un. Seule ma copine partage mon point de vue et s'en intéresse. (au passage, merci volwest pour ton blog/youtube qui est vraiment d'une clarté et d'une incroyable richesse :) )

    En effet, rien que le stock de nourriture dont nous disposons fait plus ou moins sourire ma famille et me prennent pour un fou en disant qu'on est pas en guerre et que tout cette nourriture stockée sert à rien (pour me chambrer, pas vraiment fou au sens propre). Même si il l'accepte et me laisse faire, ça les fait sourire un peu.

    Alors si je leur parlais du fait d'être autonome, de penser à acheter de l'or/argent (que je ne peux pour l'instant pas me permettre, étant étudiant sans revenu important), des couteaux, de l'eau, et autres systèmes de support, de l'économie actuelle (pas celle qu'on nous raconte à la tv/radio, celle où il nous faut chercher et réfléchir j'entends), ça deviens compliqué( pas impossible, mais difficile comme pour les couteaux ou stock d'eau, il comprenne pas vraiment).

    Et si on aborde le thème des armes, alors la on me prend pour un pro-militaire, que ça sert à rien chez nous en France et que c'est plus dangereux que tout, que c'est fait pour tuer et qu'on est pas en guerre... Bref très compliqué. (ce point est d’ailleurs pour moi une intense réflexion afin de pouvoir dans un avenir proche pouvoir m'inscrire dans un club et posséder une arme, malgré toute la difficulté que nous oppose le système français vis à vis des armes)

    Heureusement, ma copine et son père me comprennent et on peut avoir des discussions raisonnées tout à fait construite et logique. Ainsi que vous tous youtubers comme simple commentateurs ;) Il est très agréable et intéressant de voir d'autre personne comme nous et de pouvoir échanger mutuellement nos avis.

    Concernant donc cette réticence, pour détourner ce problème, on peut parler ou demander des choses en rapport avec les randos ou camping (réchaud, sac à dos, popote, vêtements, etc...) ou alors tout simplement parler du fait qu'on aime manger et donc avoir du choix (pour la nourriture et le stock).

    Bref, il faut toujours détourner plus ou moins le problème, sans aborder l'aspect survivalistique, mais plutôt montrer et parler de ça sur le coté pratique et commun de tout les jours. Là, tout va bien. En fait, on pourrait appeler çà pour les gens en général le survivalisme de tout les jours.

    Au final, tout se passe bien, mais la forme pour l'entourage est différente. Je ne crie juste pas que je suis survivaliste. C'est quand même parfois assez dur de ne pas pouvoir en parler disons de façon ouverte, mais toujours à demi mesure. Et encore, je ne suis peut être pas le pire des exemples, car la discussion est toujours possible et ouverte, mais parfois juste compliqué pour certains sujets (surtout pour les armes). Alors je comprends ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas en parler du tout.

    RépondreSupprimer
  9. Alors la seule chose que j'aurais à dire pour tout le monde, c'est que si votre entourage est doté d'un minimum de réflexion et d’intelligence, on peut en parler de façon progressive et ludique, ou de façon implicite, généralement, cela se passe bien. Que tout est possible avec du temps et du tact,et que vous ne vous en sentirez que plus libéré et léger. Car il est vraiment difficile de vivre avec ça seul dans son coin. Je pense surtout à sa femme/ enfant, famille (père mère frère) ou amis très proche. En cas de souci, ils pourront réagir au moins avec un minimum d’intelligence. Car il est vraiment difficile de voir son entourage empêtrer dans une situation compliquée qu'ils auraient pu éviter si il avait acquis ne serait qu'un peu de l'esprit du survivalisme.


    Bref, j'arrête là mon monologue et j'espère que d'autres personnes seront touchées par ce témoignage. Que le survivalisme, c'est pas survivre à la fin du monde ou à une crise majeure, mais c'est aussi prévenir les désagréments de tout les jours ou les imprévus. Et que là, on est toujours heureux d'avoir prévu telle ou telle solution.

    Alors merci Pierre encore une fois pour ton exemple très parlant et touchant ;)

    RépondreSupprimer
  10. Merci à toi Pierre de partager ceci avec nous. Pas mieux pour montrer aux gens que le survivalisme ne se résume pas à un délire de paranos surarmés. Je vais vais faire tourner immédiatement auprès de mon entourage, car je suis un peu comme toi, le secret en moins : je suis le seul dans mon cercle famille-amis à essayer de préparer un avenir pas très rose.
    Ton exemple illustre combien cela peut toucher tout le monde.
    Encore merci (et merci à Volwest pour t'avoir publié - ce qui renforce l'excellence d'un blog déjà excellent).

    RépondreSupprimer
  11. Salut,

    Quelques fois une démonstration de l'utilité de nos systèmes peut faire changer les avis les plus réticents.

    Un petit exemple involontaire pour moi :

    Je pars avec ma belle-mère et mon fils de 8 mois rejoindre ma femme à une manifestation équestre. Mon fils à son age ne mange que des purées de légumes et pour l'occasion nous pensions trouver de quoi réchauffer son repas dans la salle des fêtes où nous devions déjeuner. Sur place la belle-mère apprends avec horreur qu'il n'y a aucun micro-onde ni gaz ni électricité dans les parages pour faire réchauffer le tupperware en plastique de son petit-fils, le drame ;)
    Mais en bon papa j'ai sortis de mon kit de voiture un réchaud et une popote pour que mon gamin puisse manger chaud.
    Elle m'a juré de ne plus jamais se moquer de mon bob ni de mes préparations et elle en fait des éloges à chaque repas de famille.

    Simple et efficace ;)

    PS: je souhaites un bon rétablissement à Pierre et merci pour votre témoignage.

    RépondreSupprimer
  12. trés belle histoire malgré tout..

    Je te souhaite un bon rétablissement et un nouveau monde de survivaliste pour ton épouse qui à du comprendre l'importance de notre cause.

    François

    RépondreSupprimer
  13. Histoire très touchante et bien sûr on te souhaite le meilleur des rétablissements! Alors oui...il n`est pas toujours facile d`être un prepper en France car le Français est extrèmement formaté et a peur de ce que pense l`autre...mes filles et mes parents sont au courant des préparations que j`ai entammé depuis quelques années et souvent me rappellent de ne surtout pas en parler aux autres non pas pour le risque que pourraient comporter des voisins en détresse lors d`une catastrophe mais plutôt par le fait "qu`ils ne se fichent de moi" et je suis poli :)bref ce n`est pas encré dans les moeurs des Français contrairement à nos compatriotes francophones d`outre-Atlantique qui connaissent des hivers très rudes parfois sans électricité...Perso...j`m`en fout!c`est ma vie et c`est mon choix point barre...Alors oui!nous ne sommes pas une bande de fous

    RépondreSupprimer
  14. bonjour,
    j'ai découvert récemment le site, et donc tout d'abord merci au concepteur et aux différentes réactions.
    sur ce sujet en particulier, j'ai pour ma part commencer par doter mes proches de détecteurs de fumée et d'extincteurs. A ma surprise leur réaction a été très positive (influencée d'ailleurs par un récent incendie chez des voisins qui grâce à ces matériels ont pu maîtriser le départ de feu et sauver les enfants, et leur maison).
    En tous les cas je suis convaincu que le partage de notre sensibilité survivaliste ne peut se faire, tout au moins au début, que par des moyens détournés. Le terme est en france trop connoté et ridiculisé par les reportages fin de monde très en vogue.
    Je me suis procuré des talkie walkie en prétextant que lors de nos dernières vacances en Corrèze les téléphones portables ne fonctionnaient pas, je dis profiter des promotions en grande surface pour faire des achats de riz pâtes et autres en quantité (ce qui permet d'ailleurs de faire jusqu'à 50 à 60% d'économie).
    Bref, tout ce qui paraît anodin en soit, mais qui mis bout à bout permet petit à petit de se doter d'une continuité dans nos systèmes de vie, et surtout, permet à nos proches de prendre conscience des limites des réseaux publics car tous ces éléments ont été utiles à un moment ou à un autre depuis que je les ai mis en place.

    RépondreSupprimer
  15. Merci Pierre pour ce beau témoignage, il m'a mis la larme à l'oeil tellement je le trouve authentique, tellement il ma parle!

    C'est triste à dire, mail il faut bien souvent qu'un événement malheureux survienne pour que l' homme arrête de hausser les épaules en levant les yeux au ciel devant ce qu'il juge "ridicule"... Un coup de pied bien situé, et il regarde (réfléchit) un peut plus loin que le bout de son nez...

    Je me retrouve dans les commentaires précédents : moi, c'est de mon EDC qu'on ne rit plus ;) Il y a deux ans, lors d'un excursion géologique, notre instructeur se coupe méchamment en prenant une pierre d'ardoise en main, son doigt est en sang... De me voir sortir désinfectant, compresses, ciseaux et pansements de mon sac lui a rendu le sourire malgré la douleur! CQFD...

    J'ai la grande chance d'être entourée, depuis quelques années, d'amis proches et fidèles partageant les mêmes idées "survivalistes", sans fatalisme mais avec lucidité, et c'est une grande richesse, j'en suis consciente.

    Amicalement,

    Hedera

    RépondreSupprimer
  16. Merci pour ce témoignage très émouvant.
    Je suis dans ce cas là également. Je fais l'écureuil sans que ma femme soit au courant car quant j'essaie de lui en parler elle me prend pour un fou. Elle croit que la nourriture emballée et l'eau du robine sont éternels.
    J'ai aussi deux filles et mon but principal est de les amener le plus loin possible dans la vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très beau témoignage, je m'associe aux autres membres pour un prompt rétablissement si ce n'est déjà fait....

      Supprimer
  17. Merci Pierre de partager! Je commence, et je suis très silencieux pour l'instant !!!
    Bon rétablissement.

    Dany

    RépondreSupprimer
  18. Très beau témoignage merci beaucoup une belle preuve de résilience en temps difficiles! Je vous souhaite une bonne reconstruction, Tous mes vœux d'amitiés !

    Guillaume

    RépondreSupprimer
  19. Cèrte, si nos connaisance et nos savoirs sont nos plus fidèles protections,les stocks de materiel et resèrves, sont aussi nos meilleurs aides en toutes circonstances .
    Encore faut 'il savoir utiliser ses resèrves ?

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.