lundi 10 octobre 2011

13 mythes et mensonges sur la préparation.







Encore aujourd'hui, il me fallait expliquer le pourquoi du comment de la préparation. Même si la plupart de mon entourage est devenu plus ou moins a l'aise avec mon statut de survivaliste, il reste que cette appellation détient un pouvoir énorme sur la façon dont nous percevons cette prise de position.



1- Une activité normale et humaine.




Je suis toujours étonné d'être confronté a une compréhension du survivalisme qui s'oriente vers l'insinuation que la préparation est une pratique anormale, et seulement valable pour un écureuil ou un corbeau.
Se préparer, est une activité normale et humaine, d'ailleurs, nous pratiquons, en tant qu'espèce, le survivalisme depuis notre habilité a concevoir le futur, et nous projeter dans celui-ci.

Se pencher sur la mise en place d'une réserve de nourriture par exemple, n'est pas une activité anormale. Cette mise en place découle d'une compréhension de notre univers qui se base sur l'édifice de réponses adaptées au milieu naturel qui nous entoure, et a nos besoins physiologiques.
Le blé ne pousse pas en hiver, et pourtant, il nous faut continuer de consommer une certaine quantité de calories, et ceci chaque jour de l'année.

Anticiper n'est pas une tare, c'est un héritage et une responsabilité…certains diront même un devoir.

Pourquoi serait-il plus acceptable aujourd'hui d'anticiper notre retraite par la mise en place de comptes bancaires et l'activité dite de cotisation, que d'anticiper un besoin physiologique tel que la faim et la soif ?


2- Les théories.




Il est impossible de faire mention du terme "survivaliste", sans automatiquement être relier a certaines théories bizarres et politisées.

Si certains survivalistes sont de sentiments politiques extrêmes, ou qu'ils regorgent de théories farfelus, c'est qu'ils sont Humains.
Pas besoin d'être survivaliste pour adhérer a la scientologie, aux théories conspiratrices ou a des partis politiques extrêmes. 

Tout simplement, l'Humain déborde d'opinions et d'idées. Le fait qu'il soit survivaliste n'est aucunement la cause de ce genre d'exploit.


3- Le basique.




Ils chassaient, ils vivaient en petits groupes, ils recyclaient, ils avaient des armes, ils faisaient des réserves de nourriture, ils étaient indépendants et autonomes, ils défendaient leurs familles et leurs terres, ils priaient leurs dieux et pratiquaient la permaculture.

Une secte survivaliste de l'Utah ?
Non…les Indiens d'Amérique.

Le survivalisme n'est pas cette élucubration médiatisée d'individus torturés par la fin du monde…nous sommes des individus indépendants et visants une autonomie saine et porteuse de libertés.


4- Le survivalisme; c'est cool.



Les survivalistes ont une certaine réputation.
Cependant, a chaque fois qu'un événement déferle sur nos petits écrans, le collectif semble adopter la prévoyance et la préparation pendant quelques semaines. On sait jamais hein !
Le survivalisme devient cool.

C'est l'effet "Oh merde!".
Tout le monde pense que faire quelques réserves d'eau, de nourriture et de matériel de camping est ridicule, jusqu'au jour ou au journal on nous annonce l'arrivé d'un événement catastrophe.


5- La non préparation est anormale.




Ne pas se préparer, revient a signer un contrat avec nos gouvernements, stipulant qu'en cas de problème ils auront tout pouvoir sur nous.
Ce contrat est d'ailleurs légitime, puisque nous nous abstenons ici de toute responsabilité individuelle ayant un rapport direct avec nos vies.


6- Probabilité et impact.




L'univers de la préparation tel qu'il est souvent interprété par la majorité, reflète un désir de s'immuniser contre certaines probabilités.
Avoir une roue de secours dans la voiture, est le reflet de la probabilité "crever".

Seulement, cette mise en place instinctive ne prend que rarement en compte l'univers de l'impact.
L'impact d'une crevaison est souvent bien plus complexe que la réponse que nous avons envisagés, en locurence la roue de secours.
La preuve en est, qu'aujourd'hui la plupart d'entre nous ne savent même plus changer une roue! imaginez avoir a entreprendre ce travail manuel dans 20 centimètres de boues et dans le noir...

La préparation ne peut des lors s'arrêter a des systèmes singuliers et spécialisés, mais bien a la mise en place de systèmes pouvant nous donner le plus d'indépendance possible. Nous ne visons pas la réponse instinctive, mais bien le développement de systèmes durables et autonomes.


7- Un toit, et un repas.




La survie est aujourd'hui hollywoodienne.
De films comme 2012 a des personnalités comme Bear Grills, on en oublierait presque l'essentiel.
Si, au lieu d'ingurgiter des fantaisies télévisées, nous nous penchions sur la survie de personnes réelles et tangibles telles que les millions de réfugiés dans le monde, nous nous apercevrions que la survie est d'abords la sécurisation d'un toit et d'un repas.

La préparation s'aligne avec ce vital.


8- Stocker.




Stocker est étrangement devenue une activité tabou dans nos sociétés modernes.
Avoir 10 kilos de pâtes et 10 kilos de riz dans son placard, est carrément vue comme une maladie mentale…un truc malhonnête même.

Je suis d'ailleurs étonnée que la fable de la cigale et de la fourmi soit encore disponible.


9- La réalité.




N'en déplaise a certains, notre monde n'est pas sophistiqué.
1 femme sur 4 dans le monde est battue, des millions meurent de faim chaque année, des millions encore n'ont pas accès a une eau potable, des millions encore sont d'une dépendance économique, écologique, politique et culturelle des plus pesante, nos ressources sont pillées, nos terres massacrées, notre eau privatisée, notre nourriture bidouillée…bref, civilisé est un terme extrêmement relatif !

A moins de tomber sur une personne pas très équilibrée, nous sommes plus ou moins tous d'accord sur le fait que, dans l'ensemble, nous pourrions faire mieux.

La préparation, et plus généralement le survivalisme, est aussi et peut être surtout un moyen direct d'influencer la nature même de notre univers, de notre réalité.
La mise en place de méthodes de permaculture par exemple, mais aussi la mise en place de systèmes énergétiques durables ou encore la responsabilisation personnelle quant a notre rôle de citoyen engagé a la sécurité de tous, influence directement et globalement l'impact de nos constructions "civilisées". 


10- L'économie.




Ca tombe bien, tout le monde en parle.
Notre monde est, économiquement parlant, dans une situation douteuse.
Le raz de marée au Japon, la Grèce, le dollar, l'Euro zone, le chômage, les dettes, les banques centrales, l'inflation, les monnaies papier…autant dire que parler d'économie aujourd'hui revient a plonger dans un univers ou nous n'avons qu'une emprise théorique.

Respirons.

Si la préparation se borne a la manipulation systématique de notre cercle d'influence le plus proche, c'est que s'éloigner de son propre jardin est aujourd'hui source d'essoufflement.

L'économie du survivaliste se base sur ses propres moyens…et quoi qu'il arrive, nous aurons toujours besoins d'eau, de nourriture et d'énergie. 
Acheter une carabine en .22LR, est un investissement qui n'est pas susceptible de disparaitre du jour au lendemain, et qui est capable de mettre de la nourriture sur la table (voir numéro 7).


11- La distribution.




Nos systèmes de distributions sont sans doute merveilleux.
Trains, bateaux, avions, camions…il est difficile de réaliser qu'aujourd'hui, "locale" est une espèce éteinte.

Nourriture, eau, énergie, produits, médicaments, ressources…tout ce que nous consommons aujourd'hui vient de très très loin, et ceci que ce soit une tomate ou un verre d'eau.
Si nous y réfléchissons un moment, notre dépendance envers nos systèmes de distribution est telle, qu'une simple rupture de quelques jours devient inévitablement dramatique.


12- Les survivalistes sont des trouillards.




Beaucoup semblent comprendre le survivalisme comme un retranchement tactique…une fuite.
Faux!

La préparation nous permet l'action.
L'effondrement de la normalité est un événement dramatique, seulement parce que la plupart d'entre nous ne sommes pas prêt a la négocier.
Si nous étions tous un minimum préparés a affronter les aléas de la vie, c'est a dire plus ou moins autonomes et indépendant de l'effondrement ou de l'absence de nos systèmes de support, alors nous serions moins facilement les victimes de nos organisations.

Le survivaliste a les moyens de confronter, d'aider, de s'investir et d'influencer sa communauté.


13- La liberté.




Si nous sommes plus ou moins autonomes et indépendants de nos systèmes de support, si nous avons quelques mois de nourriture dans nos placards, un petit jardin intelligent, un peu d'argent de coté, un toit au dessus de nos têtes et un moyen de récupérer l'eau de pluie…il me parait évident que la pression extérieur pouvant être exercer sur nos vies est d'une nature totalement différente que si celle-ci était exercée si nous avions des dettes, un frigo vide et 5E dans un tiroir.

Si la possession ne peut en aucun cas définir la liberté au sein de la métaphysique, elle reste charnière en termes de besoins physiologiques.
Un clochard, n'ayant "rien a perdre" pour les érudits philosophes, reste dépendant de certains besoins. Il doit manger et s'hydrater, réguler sa température, se soigner et se protéger.

Sa liberté est donc quoi qu'il arrive soumise a des lois tantôt internes et tantôt externes.


La préparation, et puisqu'elle influence notre niveau de dépendance générale, nous donne des possibilités autres, et ceci principalement par la réduction de notre disponibilité.
Etre disponible, signifie que nous pouvons être influencés, touchés, immobilisés, manipulés, ou encore gouvernés par l'ensemble du vas et vient de projets et d'événements rencontrés tout au long de nos vies.

Cette diminution de notre disponibilité, est invariablement une augmentation de nos libertés, tant physiques que spirituelles, économiques que écologiques.




10 commentaires:

  1. Bel article!

    J'en profite pour clarifier certains points concernant les carabines 22LR au niveau de la législation française;

    Il est relativement facile de se procurer une carabine 22LR à répétition manuelle (il suffit pour cela d'une licence dans un club de tir). Cependant, une 22LR semi-auto sera nettement plus longue à obtenir; compter 6 mois pour faire les 3 tirs surveillés obligatoires à 2 mois d'intervalle, plus le temps de recevoir les autorisations de la préfecture (Certaines armureries s'en chargent, ceci dit).

    Je suppose que les carabines à répétition manuelle sont moins efficaces dans un contexte de défense personnelle (Interdit de rater son coup + faible cadence de tir couplée avec la faible puissance d'arrêt du 22LR), ceci dit en terme de chasse dans une situation de survie, pour peu que l'on sache bien s'en servir, elle peut s'avérer utile.

    Aaaah la législation française! A noter qu'à ce que j'ai appris au club, il se pourrait qu'elle soit amenée à changer bientôt.

    Concernant la préparation, effectivement, je pense que chacun d'entre nous ici a droit à son lot de railleries sur le sujet; j'ai le malheur d'habiter en (petit) appartement, donc le stockage de nourriture m'est impossible (même si j'ai en permanence au moins 5kg de pâtes). Je me concentre donc surtout sur le matériel permettant d'obtenir/produire de la nourriture... Est-ce un bon choix?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ne t'inquiete pas, j'en est parlé avec mon armurier, on passe de catégories 1/2/3 ... a catégorie A/B/C ... Que de nouveauté ! :P

      Supprimer
    2. Une carabine a répétition peu étre utile pour la défense personnelle. mais pour cela il faut celle a levier ou a pompe qui permet d'avoir constamment le doigt sur la détente, a contrario de celles a verrous qui elle demande le réarmement.

      Supprimer
    3. Tu vois wolf, autant tes articles sur les armes me "saoulent" car je n'ai pas forcement l'envie comme je le dis souvent ici qu'une majorité de citoyens soient armés quand je vois que même avec une voiture ils sont dangereux et irresponsable autant ta vision du survivalisme et la philosophie qui s'en détache (c'est bien une philosophie de vie le survivalisme) fait de toi une personne sûrement très objective, intéressante et cohérente, cet article est là pour nous le prouver.

      Pour en revenir à la discutions sur les armes de chasse je pense que pour plus d'efficacité un calibre 12 ou alors une carabine 7'64 (ou autre) est un meilleur choix qu'une 22.
      A ce propos il y'a un peu un mythe (de mon avis) sur le fait que posséder une arme est un moyen d'indépendance alimentaire.
      Chez moi (Sud Ouest de la France) il est actuellement très aisé d'abattre du gros gibier (il est en masse). Mais les populations sont surveillées pour éviter les débordement et de plus elles sont toujours en expansion à cause de l'agriculture intensive qui leur fournie un garde manger permanent. Je pense que si une véritable rupture de la normalité arrive, au point de nous priver de viande, au point de stopper les cultures chasser du gibier durerais 5 ou 6 mois car le braconnage arriverais à mettre fin je dirais à 80% des populations d'animaux en quelques mois et de plus le reste des animaux deviendraient forcement beaucoup plus difficile à chasser. Bref je pense que la chasse (du moins en France) n'est pas la solution la plus perenne pour trouver de la nourriture (a moins que tout le monde soit raisonnable mais je n'y crois pas).
      Je suis sûr de plus que vu la mentalité de certains Français de base il ce créerais des milices de la chasse qui tuerais en masse pour vendre (on en a déjà avec certains lieutenants de louveterie) donc...Plus de gibier très rapidement.
      Qu'en pensez-vous ?

      Supprimer
  2. Bonjour,
    encore un super article, qui me fait bien plaisir car je suis de ces personnes qui aiment bien préparer; sujet assez délicat quand je l'aborde avec ma femme.
    Je trouve qu'une bonne préparation permet, assez paradoxalement, une bonne improvisation: je n'attends pas que mon réservoir de mon véhicule soit vide pour faire le plein (ma femme oui !), je me gare toujours dans le sens de la sortie, etc etc ...
    Dernièrement, j'ai acheté un petit réchaud à gaz, avec 2 réserves de gaz, car chez moi, tout est électrique, la seule chose que mon épouse m'a dit: une panne d'électricité n'arrive pas souvent !
    Comme tu peux le voir, il y a des sujets qui ne sont pas abordables dans nos sociétés, et je ne parle juste que de "préparations", sans parler de survivalisme, au sens propre du terme pourtant quand on voit les images de catastrophes à travers le monde, on se dit que l'on ne peut pas compter sur l'Etat dans ces moments là.

    Merci à toi de nous ouvrir les yeux !
    wdmc06

    RépondreSupprimer
  3. bah ça fait réfléchir tout ça !

    Et ça fait du bien de prendre conscience de ce que nous sommes vraiment et de notre dépendance totale envers la société et tous ces rouages

    je suis tombé sur ton blog par hasard et j'en suis vraiment ravi; ça m'a ouvert les yeux

    merci pour ton partage

    stay safe

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour à tous,
    Pour certains c'est normal de se préparer,pour d'autres c'est de la folie (style ma femme)mais sommes nous des incompris ou des idiots sauce rambo?
    Le seul problème c'est les tonnes de vidéos où on voit un type qui met dans son sac 30 couteaux,300 fusils,une boussole et une hache alors qu'il habite à Washington!!!Pas d'eau,pas de nourriture,pas de gaz ou de réchaud!!!

    Comme en politique il faudrait se démarquer et trouver peut-être un autre mot (pour définir le survivalisme)pour se différencier des rambos and co.

    Le mot survie résonne dans la tête des gens comme un cas extrême qui n'arrivera jamais.

    Je fais souvent le test et je vois la tête des gens quand vous leur dites ce que vous faites et vous?
    Personnellement j'ai arrêté de me justifier ou d'expliquer, je le fais et tant pis pour les autres!
    AVE!

    RépondreSupprimer
  5. La carabine 22 même manuel va servir a tout les besoin et même en dernier recour la défence. Vous en avez une pas eux. De toute facon l'ouest américain a survécu avec les armes qu ils avaient.

    RépondreSupprimer
  6. Excellent article qui "démystifie" bien ce que peut être un survivaliste "lambda"....

    Le survivalisme c'est comme nos assurances, voiture, maison santé.....on les prend par obligation pour certaine, mais elles nous apportent surtout une liberté d'esprit..... le survivalisme c'est comme une assurance...avec j'ai l'esprit tranquille....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben moi j'ai beau me préparer un minimum je n'ai pas l'esprit tranquille.
      Pour que j'ai l'esprit tranquille il m'en faut plus...Comme une société qui ressemble un peu à ce qu'a connu nos grand parents, moins d'argent, plus d'autonomie (tout le monde avait de la volaille, des vaches, cochon, potager) et de l'entraide locale. Une vrai rupture de la normalité me fait peur car je pense que l'on ai jamais vraiment prêt puis comme beaucoup le disent ici nos proches le sont encore moins.
      Puis en cas de rupture on n'est pas seuls. On fait quoi de nos voisins? On fait quoi quand notre potager qui donne des légumes ce fait piller ? On fait quoi on partage nos ressources car on ne peut pas regarder les gens mourir de faim car avant d'être "survivaliste" (je dirais simplement "un peu plus prévoyant et moins confiant sur nos gouvernements") on est ... humain ?
      Ça serait intéressant wolf que tu nous donne ton avis sur ce point précis. Que faisons nous de notre entourage qui ne c'est pas préparé ? Nos proches qui n'ont pas de riz et de pâtes dans leurs placards ?

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.