dimanche 21 août 2011

Se défendre aujourd'hui.





"Il n'y a rien de plus terrible que les actions d'un homme soumises a la volonté d'un autre"…disait Kant.

Si, pour l'humain, l'éducation est une affaire de transmissions tantôt nourricières, culturelles, disciplinaires et intellectuelles, et le tout supporté par un jeu de génération, alors je me demande ce que les générations de demain vont enseigner aux suivantes.


J'ai grandit dans ce que je nomme l'époque du grand paradoxe, et reçu une éducation double. Double parce que les influences directes qui ont participé de ma germination a l'état d'homme ont été de deux générations différentes.

Au grand tourment de ma mère, j'ai aussi toujours été très mauvais a l'école (mon orthographe est une séquelle).
Un cancre résolu…a part peut être pour quelques curriculums comme les sciences naturelles et bien sur les thématiques qui engagent le corps et sa mécanique telles que l'éducation physique, la musique et plus tard la photographie.

Cette anxiété écolière, m'a d'ailleurs toujours plus ou moins dérangé, surtout plus jeune…plus tard, j'ai simplement réalisé que nos bancs d'école, sur lesquels nous devons rester immobiles et muets, n'étaient qu'une manière de nous inculquer une chose unique…la soumission.




Ce formatage systématique de notre jeunesse, cette effervescence de la tradition au sens large, est une absurdité, et ma crise d'allergie prolongée aura exprimée et extériorisée mon mécontentement.
L'enfant, n'a d'ailleurs que 3 choix quand celui-ci est confronté au dragon qu'est l'éducation nationale.
1- Refuser d'être soumis.
2- Faire comme si il était soumis.
3- Devenir soumis.

Les plus intelligent choisiront sans doute la solution numéro 2…mais la solution numéro 3 reste la plus populaire, et il devient intéressant dès lors, de constater que nous évoluons dans un monde construit et maintenu par la majorité…majorité composée donc de consciences ayant plus ou moins embrassées et adoptées dès le plus jeune âge la soumission comme loi gouvernante et qui plus est, selon eux, allant de soi.




Au détour d'une conversation amicale sur la défense personnelle et plus précisément l'utilisation de l'arme a feu comme méthode de protection, cet axe de soumission qui échappe parfois a mon attention, est venu hanter la table de cuisine.

Un des arguments qui me tient a coeur lors d'une telle conversation, est de prendre un exemple de défense personnelle qui reflète la réalité de nos rues, de nos sociétés. 
Les statistiques quant aux violences sexuelles sont bancales, car ces crimes restent, et surtout dans les pays "sous-développés", les plus "sous-déclarés".

Il n'en est pas moins que 10,277 femmes auront déclarées avoir été la victime d'une attaque sexuelle en France en 2009.
Ce chiffre dépasse les 13,000 en Angleterre, et les 89,000 aux US.




Mon argument est donc toujours le même…personnellement, je suis pour la possibilité de voir le citoyen responsable s'armer, et donc pour la possibilité de voir le citoyen se défendre avec les outils de son choix.
La réponse a mon exemple aura été;
"Oui mais si tu tues quelqu'un tu deviens un criminel!"

Est-ce que les victimes d'attaques sexuelles ayant eu le courage de se défendre et ayant entrainées la mort de l'assaillant sont des criminelles ?
Bien sur que non !
Le criminel, est l'individu qui a provoqué l'action…et non la personne qui s'en défend.

Pourtant, cet axe de soumission qui s'invite dans nos cultures, nous chuchote presque instantanément le contraire, sans même nous donner le temps de conscientiser notre désordre intellectuel, sans même nous donner le temps de consulter notre boussole interne.


Les lois visant le désarmement systématique des citoyens sont toutes, a l'origine, d'un effort de voir les actions de certains soumises a la volonté d'autres.
Un Homme libre doit pouvoir se défendre, et ceci avec des outils reflétant la nature même de son présent, et cette défense ne peut être le sujet d'un débat moralisé tant elle ne nous appartient pas.

La liste d'exemples est ici longue…mais le principe est évident.
Il est plus facile de soumettre un individu a sa volonté si celui-ci n'a aucun moyen adapté et actuel d'affirmer sa propre conscience.
Ceci est valable a l'échelle individuelle, tout comme a l'échelle d'une nation.




Une autre tendance qui vient s'inscrire sur l'hôtel de la soumission, est l'idée que de refuser la soumission est automatiquement le signe d'un comportement violent et régressif…comportement qui ne devrait plus avoir de place aujourd'hui.

Beaucoup semblent alors percevoir l'arme comme la représentation d'un ralentissement évolutif certain.
Cette fausse logique est amusante, car la totalité de notre évolution est justement basée sur la protection personnelle et l'utilisation d'outils pouvant affirmer et sécuriser notre présence sur cette terre.




Aucun d'entre nous ne pourrait avancer une philosophie ou l'arme se doit d'être contrôlée ou interdite, si celle-ci n'avait jamais existé. Nous serions tous mort de faim il y a bien longtemps. A ce sujet, ne désespérez pas, la monoculture intensive et le désarmement systématique des populations devrait résoudre bien des problèmes dans les années a venir.

De plus, il nous faut bien admettre que nos sociétés actuelles, berceaux de la libre pensée et du fromage qui pue-bon, sont habitées par ces possibilités parce que l'arme reste la sentinelle pilier de toutes nos organisations.





Mais alors…que veux dire "se défendre aujourd'hui" ?
Se défendre aujourd'hui, doit vouloir dire que la volonté d'un autre ne peut en aucun cas définir nos actions…

Si l'ambiance globale est plutôt bordélique, c'est que la volonté d'un certain nombre affecte les actions du reste du monde.
Ceci est valable a tout point de vue; philosophiquement, psychologiquement, politiquement, spirituellement, économiquement, écologiquement…

Se défendre aujourd'hui, est d'ailleurs bien plus complexe et englobant qu'un simple rapport de forces physiques.

Si l'arme a feu est le symbole de la confrontation physique, la pelle et la brouette est le symbole de la confrontation nutritionnelle, le panneau solaire et la turbine a vent le symbole de la confrontation énergétique, et le puits et les tonneaux de récupération des eaux de pluie le symbole de la confrontation hydrique.

Tout est lié, et se défendre aujourd'hui ne peut en aucun cas se mesurer sur un seul plan, ou reposer sur une mathématique unique, car chaque ingrédient est le pilier d'un autre.

Si nous enlevons un de ces piliers, que ce soit la possibilité pour le citoyen de posséder une arme a feu, ou la possibilité pour ce dernier de cultiver son propre jardin ou encore de récolter sa propre énergie, alors il devient impossible pour lui d'échapper a l'observation de Kant.




L'erreur intellectuelle qui prédomine aujourd'hui, est de croire que ces piliers ne sont que des structures abstraites pouvant être gérées par l'état.
Cette prise en main de nos besoins les plus vitaux, cette soumissions plus ou moins directe, n'a jamais été, n'est pas, et ne sera jamais durable.

Négliger la pertinence de ces piliers, quels qu'ils soient, est se soumettre plus ou moins directement a la volonté d'un autre, et c'est un jeu de désobéissance intelligente qu'il nous faut quotidiennement entreprendre.








10 commentaires:

  1. http://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9rience_de_Milgram

    ;)

    RépondreSupprimer
  2. http://fr.wikipedia.org/wiki/Pedagogie_Montessori
    Une alternative au monstre...

    Ma femme est éducatrice Montessori. Je suis très fier de ce qu'elle apporte à notre fils et aux enfants qu'elle accueille.

    C'est une des alternatives à l'éducation nationale.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, vous dites avoir été un mauvais élève. Il eut été salutaire que les classes comptent une majorité de mauvais élèves dans votre genre. Vos réflexions et votre écriture sont largement au-dessus de ceux qui se présentent aujourd'hui comme "intellectuels" ;-)

    RépondreSupprimer
  4. "Tout est lier" => "Tout est lié"


    :trollface:

    RépondreSupprimer
  5. Intelligent ne veut pas dire instruit ne change rien merci encore pour blog

    RépondreSupprimer
  6. Pour ma part, je pense que, même si elle joue un rôle dans la construction de nos structures sociales et donc dans la soumission et l'iconscience dont fait l'immense majorité fait preuve, l'école n'est pas le pilier central de cet état des choses. En effet, dans ma logique, l'aveuglement et l'irrationalité dont l'Homme fait preuve depuis toujours fait partie de sa nature et remonte bien avant l'école de Jules Ferry. Au contraire, l'éducation dont nous faisont l'objet, même si elle est loin d'être parfaite ( je le constate tous les dans le lycée où j'étudie ) est quasiment indispensable pour s'intégrer dans nos sociétés ( qui par essence induisent une soumission de la masse ) et permet à quelques esprits de s'affranchir, faute de pouvoir changer le système.
    En te souhaitant une excellente continuation, ainsi qu'à ce blog génial !
    Un fan

    RépondreSupprimer
  7. Pour moi, l'école n'est qu'un moyen comme tant d'autres d'uniformiser la population pour une société qui repose sur cette uniformité. Qu'elle utilise la violence politique, le formatage doux par la télévision (entre autres) qui est pratiqué aujourd'hui sur toute la planète par ce que j'appelle "l'ordre libéral", ou se repose sur l'éducation parentale, une société est à mon sens un groupe de gens uniformisés avant tout.
    Même une société entièrement libérale repose sur l'acceptation par chacun de la liberté de tous.
    Sinon, je te félicite pour ce blog exceptionnel, autant par l'abondance des articles que par sa qualité, et qui à la fois expose une philosophie trop rare et les moyens pratiques de l'appliquer. Et même si je me suis opposé très (trop) violemment à certaines des idées que tu présentes, je te suis à fond, et regrette moi aussi qu'il n'y ait pas plus de "cancres" dans ton ton genre.
    Un dernier mot : si j'avais une journée pour me préparer à une situation de survie, je passerais une bonne heure à relire tes articles.

    RépondreSupprimer
  8. Article brillant!!
    C'est ça le survivalisme.
    Cultiver son potager, récupérer l'eau de pluie, etc... être capable de se défendre et de défendre sa famille et travailler son autonomie.
    Certainement pas de se mettre au garde à vous même avec un fusil.

    RépondreSupprimer
  9. parfois l'école c'est aussi le lieu ou certains aident les jeunes à develloper l'esprit critique ... par exemple en débriefant des publicités, ou le fonctionnement du merchandising ...en leur montrant que "c'est nul" n'est pas un argument satisfaisant pour entamer une conversation ...

    mais il est vrai que ça peut être aussi une formidable machine à broyer ... hélas (ou heureusement), tous les moutons et les abrutis ne sont pas QUE le résultat de l’éducation nationale française

    RépondreSupprimer
  10. Ca dépend les profs aussi j'ai envie de dire :/

    RépondreSupprimer