mardi 2 août 2011

L'Eau.






Si nos ancêtres ont participé de la guerre du feu, nous participons, parfois sans grande conscience, de la guerre de l'eau.

Plus de 3 millions de personnes meurent chaque année de maladies liées a l'eau, et toutes les 20 secondes, un enfant meurt d'une de ces maladies.
A n'importe quel moment, la moitié des lits d'hôpitaux dans le monde sont occupés par des patients qui souffrent d'une maladie associée a la consommation d'une eau douteuse, d'assainissement inadéquat et d'une mauvaise hygiène. 

Notre agriculture consomme aujourd'hui 70% de notre eau douce, et il est estimé qu'en 2025, 48 nations, avec une population combinée de plus de 2,8 milliard d'individus, feront face a une pénurie d'eau douce.




Pour produire un kilo de céréale, il faut une tonne d'eau.
Un poulet consomme quatre kilos de céréales pour arriver a sa maturité.

Mais la guerre de l'eau qui se déroule pour la plupart du temps derrière notre dos, ne s'arrête pas a des statistiques pouvant parfois sembler lointaines et abstraites…la guerre de l'eau est bien plus politisée de nos jours que nous pouvons l'imaginer.

Vivendi, Suez, Nestlé, sont les Monsanto du H2O…et la course a la privatisation d'une ressource aussi vitale que l'eau est une de ces atrocité moderne qu'il nous est rarement possible d'observer pleinement.




La quantité d'eau sur notre planète est fixe.
De cette quantité fixe, seulement 2,5% est une eau douce.
De ces 2,5% d'eau douce, 68,8% est enfermée dans nos glaciers, 30,8% est d'eaux souterraines, et 0,3% sous forme de rivières et de lacs.
Aujourd'hui, un tiers de la population mondiale vie dans des pays ou il n'y a pas assez d'eau, ou sa qualité est compromise.
En 2025, il est prévu que deux tiers de la population mondiale sera affligée par un manque d'eau potable.




Il y a deux sortes de pénurie.
Une est appelée "pénurie physique", c'est a dire qu'il n'y a tout simplement pas assez d'eau pour répondre a l'étendu de nos besoins.

La deuxième pénurie est appelée "pénurie économique"…elle apparait lorsque certaines institutions limites l'accès a l'eau, et ceci même si cette eau est disponible naturellement.


Simplement, l'eau est une ressource primordiale et pilier pour le survivaliste.
Boire, préparer la nourriture, laver, et entretenir nos jardins; promesses d'énergie pour nos corps, sont les fondations de la survie a court, moyen et long terme.

Pourtant, la plupart d'entre nous restons totalement dépendant du réseau de distribution des eaux, totalement dépendant du bon fonctionnement de ce système de support a part entière, mais aussi de toute l'infrastructure qui permet cette distribution au sein de nos foyers.
Pompage, centres d'assainissement, traitement, distribution et évacuation…notre eau courante est un véritable miracle moderne, mais comme tous les miracles construits en chaine, il reste extrêmement vulnérable et précaire.

L'Irlande du Nord.


Une panne d'électricité de quelques jours n'est pas un événement strictement dramatique, une coupure d'eau par contre, le devient très vite.
Chaque année, de simples tempêtes de neiges, de simples inondations, propulsent les personnes affectées dans une quête de l'eau parfois absurde.

D'ailleurs, si nous suivons les informations durant ces événements, la première ressource touchée, la première ressource convoitée et capable de déclencher une panique collective, est l'eau prête a la consommation.

La Nouvelle Orleans.


Si nous posons la question suivante autour de nous: "Si l'eau s'arrête de couler du robinet, tu fais quoi ?", la réponse sera invariablement la même; "Bah…je vais en acheter au supermarché !".

Si beaucoup sont sensibilisés aux problèmes liés a la nourriture dans le monde, c'est que beaucoup pensent que l'eau est une ressource innée et infinie.
En effet, nous ne pouvons pas ouvrir une boite dans notre cuisine, et récolter un alimentaire prêt a la consommation. Il faut aller l'acheter ailleurs.
L'eau, est elle et depuis notre naissance, a portée de main, et ceci 24h/24.

La déconnexion est telle, surtout pour les citadins, que nous avons du mal a envisager un quotidien ou notre eau courante serait insalubre, contaminée, "verte"…voir absente.
C'est pourtant le quotidien de millions, et les 25 prochaines années risques de nous amener, que nous le voulions ou non, a reconsidérer notre relation avec ce vital.

Dublin..."faites bouillir avant de consommer".


Quand pour une raison ou pour une autre la pénurie d'eau frappe nos organisations modernes, nos villes, notre mental modernisé…la situation devient automatiquement dramatique, car sans eau, et surtout sans préparations, il est impossible pour une grande majorité de négocier cette tension.

Japon.


Nous pourrions croire que ce genre d'événement est rare, surtout dans nos pays respectifs, mais la réalité est telle que l'interruption et la pénurie d'eau est un événement qui n'a de cesse de venir tester nos villes et nos campagnes.


Se détacher consciemment et intelligemment de nos systèmes de support est un axe permanent pour le survivaliste, se détacher consciemment et intelligemment de la totalité de l'infrastructure liée a l'eau; une priorité.




Oublions un moment les anticipations collectives plus ou moins "a la mode"; les commettes et autres astéroïdes, les dates de fin du monde, les problèmes économiques et la chute de la monnaie, l'inflation, les tensions raciales et religieuses, les injustices sociales, la flambée des prix de produits bruts comme le sucre ou encore le blé…oublions nos centrales nucléaires âgées, l'explosion de la population mondiale, le fameux pic pétrolier, le terrorisme ou encore la présence d'un nouvel ordre mondial.

L'eau, est quoi qu'il arrive le pilier d'une survie physiologique sans compromis.
Avant de s'équiper en combinaisons pouvant nous offrir une protection relative aux radiations, avant même de planter un jardin surélevé, la question de l'eau, de son approvisionnement, de son traitement, de son stockage, doit être réglée.


La sphère de l'eau est vaste.
Il serait d'ailleurs possible, et ceci sans trop d'effort, d'écrire un livre de survie plutôt costaud entièrement consacré a l'eau.
Puisqu'il m'est impossible de résumer cette sphère en un seul article, le mois d'aout entier sera de l'eau.

A suivre donc...



http://www.dailymotion.com/video/x95swh_la-guerre-de-l-eau-1-4_news



8 commentaires:

  1. Trés bonne idée que cette thématique mensuelle sur l'eau.
    Ayant moi meme déjà été sous traitement médicale suite à une déshydratation, je suis particulièrement sensible à ce sujet.
    Depuis je bois plusieurs grands verres d'eau par jours, je surveille tous les symptomes de déshydratation de mes proches tout en faisant beaucoup de prévention à ce sujet, souvent sousestimé à cause de son apparente profusion...
    Et force est de constaté, une fragilité du système de distribution (intempérie, vieilissement, etc), une mains mise des groupes multi-nationnaux, et j'en passe...
    On a dit qu'après le pétrole, les guerres tourneraient autours de la nourriture... je suis convaincu que ce sera autours de l'eau (il n'y a qu'à s'interesser à la géopolitique dans le croissant fertile -Nil, Tigre, Euphrate-)

    Bref, j'ai hâte de lire tes articles sur cet sujet. L'eau étant toujours LA chose qu'il me vient à l'esprit de stocker mais qui bien entendue est difficile à gerer (bien qu'un système de rotation est toujours bien pratique!).

    RépondreSupprimer
  2. Excellent, j'attends avec impatience la suite !

    RépondreSupprimer
  3. Vivement la suite Merci pour ta thématique

    RépondreSupprimer
  4. "Vivendi, Suez, Nestlé, sont les ... du H2O…"

    Ce sont ces sociétés et d'autres qui construisent, entretiennent mettre à jour et ou transporte l'eau que nous utilisons.

    La compétence d'une commune est au sens large de s'assurer de l'alimentation des résidents en eau, mais PAS la technique de construction d'une station ou d'un réseau.

    Chacun son métier, ça s’appelle la division du travail.

    Article très intéressant au demeurant (comme les autres)

    RépondreSupprimer
  5. Salut Alf…

    Je suis pour la division du travail.
    La n'est pas la question.

    Ces compagnies ne s'arrêtent pas a la simple construction de réseaux de distributions.
    Ne soyons pas dupe, ces géants de l'eau ont un pied dans la politique, et une main dans la banque Mondiale.

    Ce qu'ils veulent, ce a quoi ils tendent, est une privatisation systématique de l'eau…pour tout simplement en avoir le monopole.
    Cela devrait, au minimum, nous interpeler.

    a+

    RépondreSupprimer
  6. Oui je suis d'accord pour les grandes villes la collusion est manifeste, comme membre du conseil syndical de mon immeuble j'ai pu m'en rendre compte.

    Malheureusement en France on peut dire cela de tout, de la banque, de la distribution, du bâtiment, de l'assurance, de la santé, du rail, de l'énergie, de l'enseignement, du téléphone. Cartels complaisants ou monopoles légaux, c'est la norme, sinon on reste une PME de 9 personnes.

    Ce n'est pas l'eau qui m’inquiète le plus, loin de là, mais la réduction années après années de l'autonomie des communes, qui perdent leur liberté de choix dans tous les domaines.

    a+

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour, connaissez-vous la méthode de purification "Sodis" est-ce efficace.
    Nous connaissons tous des systèmes mécaniques et chimiques, mais celle-ci pourrait nous donner un coup de main !!!

    Qu'en pensez-vous ?

    Dany

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Volwest ^^
    Je voulais savoir...
    Vous parlez de l'utilisation de la javel pour la purification de l'eau. Elle se conserve sur un an ok mais quand vous dites qu'il faut la renouveler après c'est que vous l'a buvez ? N'y a-t-il pas trop de gout. Personnellement ça ne me pose pas vraiment de problèmes mais j'ai 2 puces de 4 et 5ans donc je me posais la question s'il était bien de leur en faire boire.
    Merci pour votre blog. Je suis devenue une accro
    Emilie

    RépondreSupprimer