mercredi 24 août 2011

L'eau; Matériel.







Quand bien même les survivalistes adorent les listes, il est difficile de trouver une "liste" englobante du matériel pouvant influencer une situation ou l'eau viendrait a manquer.

Pouvoir transporter et stocker l'eau dans des quantités importantes est primordiale, et le matériel des populations confrontées a un manque d'eau chronique reflète invariablement cette mathématique énergétique du rendement.




Si le récipient répond a nos besoins en terme de quantité requise pour maintenir la vie, il n'a cependant aucun pouvoir direct sur la qualité de l'eau.
Le rapport entre la quantité et la qualité de l'eau nécessaire au bon fonctionnement de nos corps, est un rapport qui domine l'univers du matériel "eau".


L'univers de l'eau en temps de crise est invariablement un univers multiple…car il n'existe aucun système unique pouvant répondre a la totalité et a la complexité de cette sphère incontournable.

La "liste" de matériel ci-dessous n'est donc en aucun cas exhaustive…mais pourra sans doute servir de fondation en rapport avec l'anticipation d'un stress hydrique, et la mise en place de systèmes durables pouvant influencer notre intention d'indépendance envers les systèmes de support "eau".



1- Procuration et stockage.




a) Bidons, jerricans, bouteilles, sceaux, gamelles, gourdes…le monde de la procuration et du stockage de l'eau repose principalement sur le container.
Nous pourrions d'ailleurs voir l'organisation de la procuration comme une pyramide a 3 étages, avec la base de celle-ci étant tout objet pouvant contenir l'eau, et donc permettre et faciliter sa transportation ainsi que son stockage.




Quand un événement dramatique est annoncé (ouragans, tempêtes, sécheresses, inondations, contaminations, incendies de forets…), l'eau potable et les containers sont les premiers éléments a disparaitre de nos grandes surfaces et de nos magasins.
Le minimum de matériel stocké pouvant contenir l'eau au sein de nos domiciles devrait être un sceaux de 18L en plastique et un Jerrican d'au moins 24 litres.

Personnellement, il me semble intéressant de prévoir bien plus tant cette sphère est vitale. 5 sceaux en plastique pouvant contenir 18L et 5 Jerricans de 24L reste notre minimum.

Aux mieux, nous pouvons ici troquer ces piliers eau avec nos voisins (bien plus précieux que l'or et l'argent dans beaucoup de situations critiques)…au pire, 2 sceaux peuvent être manipulés et transformés en système de filtration, et les 3 restant peuvent assurer des rôles différents tels que la récupération des eaux de pluies par exemple.

En plus de ce minimum, nous devrions avoir des containers de capacités volumiques intermédiaires, et de formes et de fonctions variés et complémentaires. 
Des bouteilles en plastique ou gourdes de 500ml, 1L et 2L, permettent un transport beaucoup plus souple que nos mastodontes de 24L.
Pour ceux la qui ont la place, 2 ou 3 tonneaux de 200L nous offrent ici des possibilités de récupération et de stockage pouvant répondre a nos besoins en eau sur des durées importantes.




Pouvoir adapter nos systèmes a nos besoins est ici toujours un avantage, et le survivaliste devrait pouvoir refléter la nature même de la tension au travers de ses organisations.
Tendre aux besoins en eau d'une famille de 5 personnes avec 3 ou 4 bouteilles en plastique de 1L n'est pas adapté !



b) Le milieu de la pyramide, se compose lui d'outils et de matériaux plus ou moins polyvalents, et ayant une influence direct sur cette organisation; tuyaux, entonnoirs, gouttières et outils dédiés a la plomberie par exemple, sont souvent des intermédiaires négligés par le survivaliste.




L'un des outils "intermédiaire" des plus adapté est ici le simple tuyau. Transvider, siphonner, connecter, raccorder…
Dans un effort de structuration de nos systèmes de survie, il me semble intéressant de prévoir cet outil bien avant l'arrivée de la tension…si pour des raisons de priorité cet outil n'a pas été sécurisé a temps, ils peuvent être cannibalisés dans nos maisons. 




Les tuyaux de nos machines a laver par exemple, feront d'excellents outils. Le tuyau d'arrosage du jardin devrait être sécurisé au plus tôt, et intégrés nos systèmes de survie. Nos laves vaisselles ont eux aussi des tuyaux de raccordement pouvant exécuter un nombre important de taches, et en dernier recourt, nos tuyaux de douches ou les chambres a air de nos vélos par exemple feront l'affaire.

L'entonnoir en plastique a 25 centimes est un de ces petits intermédiaire tout bête qui rend la manipulation des liquides beaucoup plus facile. La survie au sein d'une tension hydrique sera d'ailleurs un perpétuel jeu de vider et remplir.
Couplé d'un stocke de filtre a café ou d'un simple morceau de T-shirt, l'entonnoir peut déjà servir de préfiltre…


Un outil qui me semble indispensable ici est une bonne pince multiprise de qualité…cannibalisation oblige ! Et bien sur, des kilomètres et des kilomètres de Duct Tape.



c) La pointe de la pyramide, se compose d'outils et de matériaux qui s'orientent vers la procuration passive de l'eau, c'est a dire une procuration plus abstraite et qui n'est pas nécessairement soumise a la prise direct d'une eau douce dans un bassin ou une rivière par exemple.
Ces éléments tels que les bâches ou encore la manipulation et l'organisation de notre environnement, s'orientent généralement vers la récupération des eaux de pluies, mais peuvent aussi influencer la procuration de l'eau au travers de méthodes de distillation solaire par exemple.

L'outil pilier est ici la bâche.
La bâche, est pour le survivaliste ce nécessaire de première catégorie.
Bon marché, solide, et d'une polyvalence difficilement égalée par n'importe quel matériel, la bâche devrait être un monument a la survie.




Elle peut être tendue sur un balcon parisien pour récupérer l'eau de pluie, ou encore servir de container de fortune.
Au cas ou cet outil aurait été négligé, les sacs poubelles ou encore nos rideaux de douches devraient pouvoir être utilisés de la même manière.




A propos des sacs poubelles, le survivaliste devrait, tout comme avec les récipients, sécuriser un maximum de tailles et de propriétés différentes (opaque, transparent, épais, fin…).
De la gestion des déchets a la récupération des eaux de pluies en passant par l'isolation thermique et la distillation solaire, le sac plastique est un outil formidable.




2- Traitement.




Les possibilités de traitements sont tellement vastes, que nous pourrions en faire un inventaire-livre.
Principalement, le survivaliste devrait limiter ses efforts a la mise en place de méthodes simples et prouvées, et donc a un matériel simplifié pouvant être utilisé a la maison ou sur le terrain sans trop de difficultés.

a) La filtration est sans aucun doute la première ligne de défense que le survivaliste devrait pouvoir mettre en place.
Que cette filtration soit d'outils spécialement conçues a cet effet ou de méthodes improvisées et expéditives, notre matériel "filtration" devrait être rigoureusement tester et maintenu.




Chaque famille devrait posséder un filtre a pompe. 
Cet outil est simple d'utilisation, et totalement adapté a l'urgence hydrique.
Dans le contexte d'une telle urgence (Katrina et le Japon sont les derniers exemples…), il nous faut bien nous rendre a l'évidence que nos supermarchés ne pourront absorber les besoins de milliers, voir de millions d'individus pendant bien longtemps (voir l'article sur l'organisation Juste-a-temps), et les ressources en eau disponibles seront rapidement d'une eau plus ou moins "verte", et devant être traitée.




En plus d'un filtre a pompe, il me semble intéressant de s'approprier un matériel pouvant supporter la fabrication de méthodes de filtrations plus lourdes et donc plus durables.
1 kilo de sable fin, 1 kilo de gravillons et 1 kilo de charbon, peuvent servir a la construction de filtres fait maison extrêmement efficaces et durables.
Filtres a café, coton et autre tissus, peuvent aussi considérablement influencer la durée de vie de nos filtres en les utilisants en amont de nos méthodes de filtration.






b) Si la filtration nous permet d'obtenir une eau claire et d'influencer considérablement sa qualité, elle reste une méthode plus ou moins grossière et donc rarement suffisante pour supprimer la totalité des pathogènes pouvant la contaminer.

Si nous nous basons sur les événements du Japon par exemple, la seule eau accessible pour certains est ici une eau dangereusement contaminée.
Produits chimiques, essence, refoulement des égouts, cadavres…quand bien même nos systèmes de filtration peuvent être dernier cris et revendiquer l'élimination d'un nombre impressionnant de pathogènes et de virus, il me parait essentiel de pouvoir appliquer un traitement supplémentaire, et s'assurer de ne pas contracter une maladie incapacitante voir mortelle.




A ce sujet, le raz de marrée de 2004 en Indonésie aura fait 280 000 morts, mais le nombre de décès causés par les maladies après l'ingestion d'eaux contaminées durant les mois qui suivirent cette tragédie est tout autant terrifiant.


Le matériel qu'il nous faut impérativement sécuriser pour palier aux conséquences d'une eau contaminée doit donc être simple d'utilisation et extrêmement efficace.
La nature même de nos systèmes devrait refléter non pas une ballade en montagne et le traitement d'une eau plutôt propre et limpide, mais le traitement d'une eau directement touchée par un événement dramatique.




Couplée d'une filtration, porter notre eau a ébullition est tout simplement la méthode la plus intuitive, simple et efficace d'éliminer la possibilité de nous voir contracter une maladie.
Puisque nos besoins en eau sont important (environ 4L par jours), il me parait essentiel que nos systèmes reposent ici sur une gamelle pouvant rivaliser avec les quantités requises pour notre survie.

Une bonne gamelle d'une capacité volumique d'au moins 2L est donc primordiale.




Faire bouillir est quoi qu'il arrive synonyme d'énergie.
En plus d'une gamelle adaptée a nos besoins physiologiques, le survivaliste doit se pencher sur le problème de l'énergie.
Si, sur le long terme (scénario orange et rouge), les méthodes d'ébullition reposeront invariablement sur le chauffage au bois, il me parait intéressant ici d'avoir la possibilité d'utiliser plusieurs systèmes avant d'arriver a cette inévitabilité.

Le réchaud a gaz est sans doute le plus pratique et simple.
Une bonne réserve de carburant (minimum 10 jours) devrait pouvoir nous donner un système capable de faire bouille l'eau, et donc de la purifier, mais aussi nous permettre de préparer notre nourriture, et ceci indépendamment de la santé des systèmes de support tels que le gaz naturel et l'électricité.

Pour les citadins, le réchaud a gaz portable reste le plus pertinent…en tout cas pour quelque temps.




Un autre système intéressant, est ici le solaire.
Les fours solaire sont aujourd'hui employés dans certaines zones dévastées avec beaucoup de succès, et il est très facile de fabriquer ce genre d'outil a la maison.
Le sujet d'un article a venir…mais il est tout a fait possible de porter l'eau a une température permettant la pasteurisation de celle-ci avec un simple four solaire.




Si chaque foyer devrait avoir un filtre a pompe, il devrait aussi avoir quelques litres d'eau de Javel non parfumée.
L'eau de Javel reste une méthode expéditive et extrêmement efficace de traiter notre eau, et permet d'influencer la totalité de nos besoins hygiéniques tels que le maintient de nos récipients par exemple.

Micropures et autres pastilles désinfectantes peuvent elles aussi venir épauler le traitement chimique.

Stay Safe!



9 commentaires:

  1. Rien à ajouter! Aussi excellent que d'habitude...

    RépondreSupprimer
  2. Top! comme d'hab'
    Pour la constitution d'un systeme de filtration maison, comment se procure-t-on du charbon actif? Magasin de bricolage? De jardinage?droguerie?

    RépondreSupprimer
  3. Presque rien à ajouter... si ce n'est un élément, bien souvent oublié...
    Les sacs poubelles sont quasiment tous traités avec des insecticides. Et stocker des aliments ou faire ruisseler de l'eau destinée à la consommation me semble être une solution à ne pas privilégier

    RépondreSupprimer
  4. Salut Julien…

    …le charbon activé s'utilise entre autre pour la filtration des aquariums.
    Donc…va voir chez les vendeurs d'aquariums et de poissons.
    Ici, 3 kilos de charbon activé coute environs 8$.

    a+

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Volwest,

    On voit que l'une des sources de vie la plus importante est l'eau. On constate que le besoin en eau quotidiennement pour un être humain est de 3 à 4 litres par jour.

    Cependant, on constate que les rejets (urine) est d'environ un litre soit 25 à 33 % de notre consommation. Ce liquide est composé en gros de 95% d'eau et de 5% de composés organique et de minéraux.

    Je me pose donc une question, serait il possible de la purifier afin de n'en garder que l'eau ?

    JMT

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour,
    Excellent article, comme l'intégralité du site.
    Une question concernant le schéma avec les deux sceaux superposés, je ne comprends pas bien le rôle de la tasse en céramique, ni comment elle laisse passer l'eau ? Est elle poreuse ?
    Merci de me renseigner si vous avez une minute !

    RépondreSupprimer
  7. Salut JMT,

    Il est en effet possible de traiter l'urine, notamment avec des techniques de distillations.


    Survivor,

    En effet la tasse est poreuse…elle n'a donc pas été "vitrée".
    a+

    RépondreSupprimer
  8. C'est vraiment passionnant.
    Je suis contente d'avoir trouvé votre blog et de pouvoir vous suivre. Je préfère les vidéo que les textes car je trouve ça plus conviviale mais votre travail est incroyable. De plus vous le faites partager.

    Les deux seules choses que je regrette et qui sont interdites en france sont le port d'armes et le camping sauvage. Difficiles de s’entraîner sans enfreindre ces stupides loi.
    Bref mille merci ^^

    RépondreSupprimer