dimanche 12 juin 2011

Le jardin surélevé.






Pour le survivaliste, être capable de s'approprier sa propre nourriture est primordiale. Que cette appropriation soit de la cueillette, d'une vaste organisation Permaculturique, de la chasse, ou d'un petit potager de balcon parisien, tendre a une indépendance nutritionnelle reste un geste pilier qui devrait s'exercer a des pratiques variées.

Si nous explorons l'histoire de l'humain, cette quête d'indépendance quand a notre nourriture peut être observée dans toutes les facettes géopolitiques de notre histoire…et elle sera incontournable dans le futur.

Il n'est pas étonnant des lors de voir le survivaliste adopter des techniques d'agricultures pouvant influencer intelligemment ses besoins.


Le "jardin surélevé", est une méthode pertinente et adaptée de faire pousser certaines ressources alimentaires, car cette organisation se prête parfaitement au développement de systèmes d'agricultures complexes qui utilisent des principes et des méthodes proposées par la Permaculture.

Cette méthode est donc propice a une utilisation optimale et systématique de notre cercle d'influence immédiat; environnement, exposition, espace, besoin, rendement, énergie, indépendance, ressources…et répond intelligemment aux problèmes d'une culture plus traditionnelle en offrant certains avantages;


a) Compactage du sol.




Probablement l'un des avantages les plus important d'une culture surélevé est l'élimination d'un sol compacté comme il se développe lors d'une culture traditionnelle.

Les racines des plantes ont besoin d'air. 
Un potager traditionnel sera la victime d'un foulage du sol incessant, et ceci durant toute sa vie; préparation, plantation, maintient, arrosage, récolte…

Un potager surélevé, de part sa nature, nous permet de tendre a nos cultures sans jamais poser le pied dessus.


b) Espace et rendement.




Dans un potager surélevé, les plantes peuvent être placées très proches les unes des autres, parce que nous n'avons pas besoin d'avoir un chemin ou un passage au milieu de chaque rangées pour pouvoir tendre aux plantes.

La productivité au m2 est donc optimisée, et généralement, une organisation surélevée produit jusqu'à deux fois plus de produits comparé a une organisation traditionnelle d'une taille similaire.

En plus d'un gain d'espace et de rendement pertinent, la proximité des plantes permet l'éclosion et le maintient d'un micro climat (conservation de l'humidité et ombrage) qui, entre autre, réduit l'apparition des mauvaises herbes.


c) Saison de croissance.




Un jardin surélevé, permet aussi de rallonger la saison de croissance.
La terre tend a se réchauffer plus tôt au printemps, et demeure productive plus tard comparé a une culture traditionnelle.

Puisque cette organisation est surélevée, le réchauffement de la terre s'opère plus facilement et rapidement qu'un potager a même le sol.


d) Eau et disposition.




Un jardin surélevé tend, de part sa respirabilité, a drainer l'excès d'eau bien mieux qu'un jardin ordinaire souvent compacté…influençant positivement les racines.

La consommation d'eau est aussi améliorée, due principalement au fait que cette organisation est contenue, et que l'eau n'est pas gaspillée comme il peut être le cas pour les cultures traditionnelles.

Indirectement, cet avantage permet un travail de la terre sans pour autant nous voir évoluer dans la boue, et rendre l'accès aux produits difficile pour des personnes plus âgées (le fait que cette organisation soit surélevée est extrêmement pertinente pour ces personnes, car nous n'avons pas, selon la hauteur du jardin, a nous baisser pour tendre a la terre...).


e) Nature du terroir.




Pour beaucoup, la nature même du terroir rend l'agriculture difficile voir impossible; terre argileuse, balcon, terrasse, terre compactée et morte, terre traitée chimiquement ou polluée comme il est souvent le cas lors d'événement dramatiques tel que le Japon ou Katrina (radioactivité, pollution de la terre par des eaux contaminées…)
Puisque le potager surélevé est simplement posé sur le sol (une barrière peut être ajoutée entre le sol et le jardin), nous sommes capables de fabriquer un terroir personnalisé et adapté au type de culture de notre choix.

Cette indépendance du terroir rend la culture possible la ou elle ne l'était pas.


f) Rotation.




Une sphère rarement discutée quand au jardinage est le principe de rotation des espèces basé sur 9 familles, sur lequel il me faudra revenir plus tard.

Simplement, il est plus facile d'intégrer un programme de rotation de nos cultures dans un jardin surélevé, parce que nous pouvons plus facilement compartimenter nos espèces.

Les familles sont des plantes étroitement liées, et donc sujettes aux mêmes maladies et ravages.
Planter nos patates au même endroit pendant plus de 3 saisons rend cette famille susceptible d'être atteinte par certaines maladies directement liées a cette espèce (voir la famine de l'Irlande).

La rotation des 9 familles permet de réduire la probabilité de voir nos cultures diminuées, tout en optimisant le sol selon l'ordre ou la séquence que nous choisissons (beaucoup s'alignent sur le principe des 9 familles et construisent 9 jardins surélevés).

La rotation répond aux problèmes liés a une monoculture systématique, et le jardin surélevé concrétise un effort de bio-diversité.



g) Adaptation




Puisque le jardin surélevé se compose de formes généralement rectangulaires (carré marche aussi), il est facile d'agencer plusieurs cadres pour donner forme a un jardin diversifié et adapté a notre environnement, tout en respectant les lois désignées par la Permaculture.

Cette construction est souvent en bois (pierre, parpaing, pneus…sont aussi des matériaux pertinents), permettant le jardinier de manipuler l'environnement même des plantes, par l'ajout d'armatures fixées au cadre pour les plantes grimpantes par exemple, ou l'intégration de systèmes de protections comme la création de mini serres.





Au final, la mise en place de jardins surélevés a la place de nos cultures traditionnelles est une pratique peu couteuse, et qui de part sa configuration offre un rendement pertinent.

Le maintient d'une telle culture, ainsi que nos dépenses en énergie, en eau et en place est minimisé, tout en construisant un environnement optimisé pour nos ressources alimentaires.










7 commentaires:

  1. Merci pour vos articles aussi diversifiés qu'intéressants, c'est toujours un plaisir de vous lire !

    RépondreSupprimer
  2. Salut les amis :-)

    Pour des surfaces un peu plus grande, en permaculture, l'apport d'engrais vert et la bonne association de"familles" de plantes permettent d'éviter la rotation car le principe même est que les plantes enrichissent chaque année la terre un peu plus à la grosse, ENORME différence de la mono-culture. En perma, c'est la re-découverte du biotope dans son potager.

    Maintenant vous n'allez quand même pas nous laisser sur notre faim ? Vous êtes obligé de nous faire un cours sur le paillage et le mulching ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Merci Ezekiel !


    Salut Samuel…

    Le mulching est a suivre…!

    Pour la rotation, même si nous sommes ici en Permaculture, elle est intéressante au niveau du jardin surélevé.
    J'expliquerais pourquoi dans un article dédié a ce sujet.
    A suivre donc…

    Prends soin l'ami.

    RépondreSupprimer
  4. Salut,

    Existe t-il des plantes à mettre dessous les jardins surélevés pour encore plus optimiser l'espace ?

    RépondreSupprimer
  5. Hello :)

    Merci pour ces articles pertinent ainsi que la vidéo(c'est toujours sympa de pouvoir mettre un visage sur un pseudonyme ou un prénom).

    Concernant le jardin surélevé,je dois dire que l'idée me séduit,mais le cadre en bois ne pourrit-il pas trop vite?
    Je pense que sur la duré pour s'éviter du travail une bordure en pierre ou béton sera beaucoup plus durable dans une optique survivaliste.

    Amicalement David (pan48)

    RépondreSupprimer
  6. @ David…

    Le cadre en bois met des années a se décomposer…surtout si il est en cèdre, bois qui repousse naturellement certains insectes (durée de vie de 10 a 30 ans pour un 2x6, soit 5cmx15cm).

    Comme je le dis dans l'article, le cadre peut effectivement être en dur…
    Les deux constructions ont des avantages et des inconvénients. Le cadre en bois est souvent adopté, car il est facile de le déplacer par exemple, mais aussi il est plus facile a construire et mettre en place pour ceux qui n'auraient pas le temps ou la capacité de couler du béton ou de charrier des pierres.…

    a+

    RépondreSupprimer
  7. Personnellement, pour faire les bordures, je préfère les bloc (20,15,...) récupérer. C'est bien plus durable que le bois et suffit de les poser parterre.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.