jeudi 14 avril 2011

Ma déclaration.



"Seul les armées devraient posséder des armes, c'est ça ?"



Le plus je fais d'articles sur les armes a feu, et le plus je reçois de courriers m'invitant a trouver des solutions pouvant contourner le problème de "la paperasse administrative".

L'argument premier est d'ailleurs toujours le même; "…en cas de gros problème, les autorités pourraient me confisquer mes armes déclarées…"

Un des derniers exemple de confiscation collective qui reflète cet argument est de l'événement Katrina a la Nouvelle Orleans…et je me souvient regarder se "reportage" a la télévision, ou une personne âgée n'ayant eu les moyens d'évacuer la ville, s'est faite plaquer au sol par un flic après que celui-ci est remarqué que la dame portait un revolver pour sa protection.

La confiscation d'armes a la Nouvelle Orleans a été extrêmement pénible pour nous, et nous a rappelé que même aux Etats Unis ou le deuxième amendement protège et défini les droits du citoyen armé (« Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d'un État libre, le droit qu'a le peuple de détenir et de porter des armes ne sera pas transgressé. »), il est difficile d'ignorer la triste réalité que nos moyens de défense personnelle sont a la merci de nos gouvernements.




Le raisonnement est alors que la possession d'une arme devant être déclarée est soit d'une paperasse administrative trop lourde et limitative, soit de l'anticipation d'un événement ou la confiscation est inévitable.

Même si certaines lois ne me conviennent pas philosophiquement, politiquement ou socialement, ces lois ne peuvent limiter mon caractère indépendantiste que si je ne les confrontes pas.

La confiscation, nait d'une tentative physique de la part de nos gouvernements de contrôler une situation ou certains repères inhérents a ce que nous nommons "civilisation", ne sont plus d'une évidence et d'une présence gouvernail.

Cette tentative de "reprendre le gouvernail" est une réponse qui dans ce contexte me semble appropriée, et le fait qu'elle fasse partie d'un éventail de solutions a la disposition des autorités devrait nous amener a anticiper cette possibilité.

Si la confiscation est une réalité, et rappelons que cette confiscation n'est pas seulement de l'arme a feu mais aussi de métaux précieux et de nourriture comme il a déjà été la cas dans notre histoire, alors il me semble pertinent de regarder de plus prêt ce trou noir qu'est "l'administratif".


La possession d'une arme d'un certain calibre et d'une certaine configuration (semi-auto, pompe, arme de poing, chargeurs de plus de 10 balles, calibres militaires…etc.) est dans beaucoup de pays une question de déclaration.

En fait, si nous réfléchissons un moment a cette organisation administrative, nous somme obligés de nous rendre a l'évidence que la majorité de nos possessions, et ceci quelles qu'elles soient, sont d'une déclaration plus ou moins évidente.
Si en plus nous payons cet objet avec une carte bancaire, alors c'est le monde entier qui est capable de savoir qu'elle voiture nous conduisons, quelles stations essences nous utilisons, et quels livres nourrissent nos bibliothèques…




L'information que nous générons, est aujourd'hui des plus alarmante…et il est extrêmement difficile voir impossible dans nos sociétés respectives de pouvoir fonctionner sans générer cette bave informative qui fait de nous des escargots transparents.

Si certains sont capable de résister a cette fuite continuelle d'une information personnelle et aujourd'hui personnalisée, c'est qu'ils ont prit la décision de mourir…administrativement parlant.

Nous sommes, nous les humains, des notre naissance déclaré. 

Numéro de sécurité sociale, livret de famille, taxes, fiche de paye, compte bancaire…ne sont que des moyens de reconnaitre notre propre bave, au milieu de celle des autres.

Alors effectivement, il est possible que le gouvernement vienne nous rendre visite pour s'approprier notre bien, et ceci a tout moment, alors effectivement, il est possible que durant une urgence quelconque, les autorités confisquent nos armes, comme il a été le cas pour certains individus durant l'événement Katrina.

Mais combien sont passé au travers des mailles du filet ?
Si nous y réfléchissons un instant, il est physiquement impossible pour les autorités lors d'une catastrophe humaine ou naturelle, de gérer la totalité de la population…de gérer la bave de millions.

Toutes mes armes sont déclarées.




L'événement qui fait germer la confiscation est extrêmement rare…et il serait dommage des lors de ne pas voir le verre a moitié plein.
Si la confiscation est un possible, ce possible ne devrait pas influencer mes capacités de chasser et donc de nourrir ma famille, de protéger, de défendre et donc d'affirmer ma conscience, de me former et de m'entrainer au quotidien.

De plus, et ceci est sans doute ce qui m'importe tout autant, déclarer nos armes a feu, faire cette démarche intellectuelle et physique de signaler notre tendance a l'indépendance, est un moyen d'affirmer un peu de nos libertés, et d'influencer le terrain politique et sociale de nos nations.

Si tout le monde baisse aujourd'hui les bras devant le monstre administratif dans l'anticipation d'une éventuelle et peu probable confiscation, alors il hantera nos quotidiens demain et viendra nourrir une apathie des plus démoralisante.

La "confiscation" qui me préoccupe le plus n'est pas celle qui viendrait après un événement dramatique, mais bien avant…germant de lois et d'interdictions affûtées quand le peuple s'endort tranquillement sur les images télévisuelles d'un Doctor House qui ne les ressemble pas, quand le peuple s'endort tranquillement au volant de leurs propres pays.

"Les gens libres possèdent des armes. Les esclaves non."



D'un point de vue survie…même si l'arme a feu a un rôle important a jouer vue de ma fenêtre, elle ne devrait pas être la condition sine qua non d'une survie qui devrait reposer sur une adaptation résolue et intransigeante, sur un mental et un physique intelligent, intentionné et attentionné, et non sur un objet, et ceci quel qu'il soit.

La confiscation, ne peut être dans ce cas synonyme pour nous d'une rupture totale de nos possibilités survivalistiques, mais bien d'un défi comme un autre qu'il nous faut surmonter et vaincre.


Bonne déclaration.







3 commentaires:

  1. J'aime bien ta déclaration, continue d'écrire !

    RépondreSupprimer
  2. Imagines ce que nous subissons en France alors !!!

    Nous n'avons que le droit de nous armer... de patience face à une administration lamentable, une justice faussée et une maréchaussée trop heureuse de remplir ses quotas au bord des routes!!!

    Allez, Je retourne graisser mon lance-pierre ;))

    RépondreSupprimer
  3. Excellant article!
    ..."le peuple s'endort tranquillement sur les images télévisuelles d'un Doctor House qui ne les ressemble pas" voila c'est ça!

    RépondreSupprimer