jeudi 7 avril 2011

Le parapluie de L'Abbé.






Quand mon ami L'Abbé m'a proposé un article sur son parapluie, et d'aborder des lors une défense personnelle efficace et capable de donner a tous un avantage perceptible quand a la confrontation physique tout en gardant une gestion du quotidien simple et passe partout, il m'est alors apparu évident que les solutions et les organisations défensives les plus pertinentes sont souvent d'une improvisation de ce que nous avons sur nous.

Le parapluie, cet objet sobre et omniprésent, est sans aucun doute un de ces objets passe partout et "invisible", capable de sauver la vie.

Merci L'Abbé.





Avant-propos:

Nous allons, dans les quelques lignes qui vont suivre, tenter de démontrer la pertinence de l'usage du parapluie comme moyen de défense. Ce petit article soulèvera, c'est certain, de nombreuses questions et certains émettront doutes et critiques. Je le comprends très bien, je l'accepte et je l'encourage. Critiquer un point de vue, c'est se saisir du problème évoqué, se l'approprier et tenter de définir la solution la plus adaptée à sa situation propre ( morphologie, environnement, rapport à l'autre….).
Le sujet de la défense personnelle est si vaste, si complexe et si chargé en émotions que le consensus est presque impossible. Chacun doit se déterminer en son âme et conscience et opter pour la préparation qu'il est en mesure d'assumer pleinement. Je crois sincèrement que ce domaine exige la plus grande humilité.
Certains évolueront tranquillement aux Halles ou Gare du Nord avec un simple Kubotan, là où d'autres se sentiront sous tension avec un desert eagle à la ceinture (il existe de très grosse ceinture !!!) et un AR 15 dans un étui à guitare. Lequel des deux est le plus pragmatique ? Je n'en sais rien. Je pense juste que, avant de lever les bras au ciel, il faut visiter certains endroits à toute heure du jour et de la nuit…
Par contre, ce que je sais, c'est que, à l'un et à l'autre, j'aurais conseillé de prendre un parapluie…


Le Parapluie: Outil de prévention.

L'usage du parapluie au quotidien se réduit souvent à celui que l'on ferait d'une canne de marche. A la différence que personne ne portera d'attention particulière à cet accessoire qui n'éveille aucune suspicion. J'ai constaté que même en plein été, sous un ciel parfaitement bleu, les passants ne remarquent pas particulièrement un parapluie porté avec naturel et discrétion.



Lorsque l'on marche dans la rue, le parapluie permet naturellement et sans contrainte d'écarter les personnes qui viennent à notre rencontre. En effet, le simple fait de placer la pointe de votre parapluie à 30cm du sol et 50 cm en avant de votre pied, en avançant sans agressivité et avec une mine ouverte, incitera n'importe quelle personne n'ayant pas d'intentions hostiles à se détourner de quelques dizaines de centimètres de votre trajectoire. A l'arrêt, abrité sous votre parapluie, vous éviterez la promiscuité qui peut, encore une fois, être source de danger. Reprenant votre progression, parapluie ouvert, il en sera de même. Si vous avez le sentiment que quelqu'un marche droit sur vous, le simple fait de pencher votre parapluie en avant ( tout en se ménageant une bonne visibilité ), vous renseignera immédiatement sur les intentions de cet individu car le mouvement naturel sera de s'écarter
Il est très facile de travailler cet usage du parapluie en situation et j'encourage tout le monde à pratiquer cet exercice. Il vous aidera d'autre part à faire de votre parapluie une véritable extension de votre bras; A ce propos, vous trouverez en l'élégant John Steed de la série culte des années 60 " Chapeau melon et Bottes de Cuir" un parfait exemple du résultat à atteindre. Le parapluie est d'une telle évidence que sans lui notre héros semble divaguer en slip ( que l'on portait haut à l'époque !!!). 



Ce premier usage du parapluie est primordial car il permet, de la manière la plus neutre et la moins agressive de préserver l'espace minimum au sein duquel l'individu conserve une relative sécurité. En effet pouvoir maintenir tout individu a plus d'un mètre de soit le prive d'une bonne part de l'effet de surprise qui lui assurerait une victoire certaine. J'encourage a ce propos le lecteur a consulter l'article DMF " Is the knock out your defense strategy ?". Il y est parfaitement illustré la vitesse avec laquelle un combattant peut vous mettre hors circuit. En obligeant votre agresseur à partir de plus loin, le parapluie vous offre ce qui vous manque le plus : du temps pour organiser votre riposte.

Le parapluie: Outil de protection.




Je ne suis évidemment pas le premier à souligner la pertinence du parapluie comme outil de défense. Il existe d'ailleurs un fabricant de parapluie de combat qui indique dans ses publicités l'avoir vendu à plusieurs unités de protection de chefs d'état. Plus près de nous, vous aurez peut-être l'occasion de constater que les membres de services d'ordre (syndicats, partis politiques …) ont souvent un parapluie accroché à l'avant-bras…Car le parapluie peut s'avérer réellement efficace dans une confrontation avec un, voire deux individus.

L'homme de droite (garde du corps) porte un "parapluie incassable"(images plus bas de ce parapluie en action)...produit pouvant être trouvé en Angleterre pour environs 200E.

Je laisserai à chacun le soin d'expérimenter les coups qui lui semblent les plus en adéquation avec ses possibilités ( force, dextérité etc…). De nombreux ouvrages traitent du combat avec canne, et la plupart des techniques peuvent être appliquées au parapluie. Mais pour ceux qui doutent de son efficacité, je ne détaillerai qu'un seul coup.
Le Kendo est un art martial japonais peu connu. Il est néanmoins extrêmement profitable à celui qui est en mesure de lui consacrer quelques années d'étude. Chacun pourra découvrir cette discipline s'il le souhaite, aussi je ne rentre pas dans le détail. Toujours est-il que le Kendo possède un coup d'estoc à la gorge qui se nomme "Tsuki". Tenant votre parapluie à deux mains, comme l'on tient une perche de tire-fesses au ski, on avance d'un pas, en poussant les bras en avant et en "plantant" le parapluie dans le visage de l'agresseur que l'on veut faire reculer. An Kendo, Tsuki se fait à la gorge car le shinaï ( bâton de bambou ) symbolise un sabre et le but est de trancher la carotide à un endroit ou l'armure peut présenter une faiblesse. Dans notre cas, j'encourage à frapper au visage car quelle que soit la cible touchée ( bouche, œil, front… ), ce coup sera extrêmement douloureux pour l'adversaire. Faire un Tsuki parfait est difficile, mais faire un Tsuki efficace est assez aisé. Une démonstration étant plus efficace que tous les discours j'encourage le lecteur à chercher sous Google : "Tsuki, Eïga" ( Eïga est un champion de Kendo japonais) pour avoir une idée de ce qu'il est possible de faire. Dans un endroit très confiné, il est aussi possible d'utiliser le parapluie à une main, comme un harpon. Mais une fois de plus, j'insiste sur le fait que notre but n'est ici que d'indiquer des pistes de recherche que chacun pourra approfondir.

Le Parapluie: Critères de choix.




Si les quelques arguments que nous venons de développer vous ont intéressés vous vous interrogerez peut-être sur le type de parapluie à privilégier. La encore, je ne peux que vous donner les caractéristiques des parapluies que j'ai choisis.
Premièrement, j'évite les parapluies "bidouilles", type parapluie-épée ( si je veux une lame, je prends un couteau ), parapluie-matraque ( idem ) etc…Par contre je prends parapluie-canne, solide, sur lequel on peut s'appuyer fermement. Pour 20 €, vous aurez un parapluie suffisamment solide pour notre usage. Après, chacun fait en fonction de ses moyens ( parapluie de combat = 200 € ).
Deuxièmement, je prends un parapluie droit, non pliant et cela pour deux raisons. La première c'est qu'un pliant ne servira quasiment que pour frapper de taille et la deuxième, et c'est hyper important, parce qu'un pliant finira presque toujours dans un sac ( à dos, en bandoulière, etc…) et que l'intérêt d'un parapluie c'est de l'avoir toujours en main.
Enfin, je privilégie les poignées courbes. Il est toujours intéressant de disposer d'un crochet ( pour récupérer quelque chose tombé à l'eau, par exemple ), mais surtout pour récupérer momentanément l'usage de ses deux mains en accrochant le parapluie sur l'avant-bras. Dans le combat, une poignée courbe empêchera votre adversaire de vous l'arracher et la poignée vous protégera le poing si vous le boxez.
Quoi qu'il en soit, achetez toujours un parapluie dont la taille, le poids et l'esthétique vous encourageront à l'emmener partout.

Conclusion:

Comme vous l'avez maintenant compris, je suis un inconditionnel de cet accessoire. Cela ne m'empêche néanmoins pas d'en connaître les limites. Le parapluie ne fera pas de vous la terreur des cités, mais augmentera sensiblement votre capacité d'agir si vous défendre est la dernière option.
Je pense sincèrement que l'attention, la vigilance, la prudence et l'anticipation permettent d'éviter de nombreuses situations critiques. Pour moi un combat évité est un combat gagné. Mais il est des situations où fuir n'est tout simplement pas possible, dans les transports en commun, par exemple, ou dans certains bâtiments. Si je privilégie le parapluie c'est simplement parce que la mise en œuvre est immédiate.
Quel que soit le moyen de défense qui vous correspond, sans entraînement votre efficacité sera très limitée. Il en est de même pour le parapluie. Sous forme de jeux vous devez augmenter votre dextérité. Les techniques d'entraiment sont infinies. Demandez, par exemple, à un ami de vous lancer des balles de tennis que vous tenterez de "transpercer". Gardez vos bidons de lessive, remplissez-les de sable, posez les sur une table et tentez de les renverser en pratiquant tsuki.
La mode est en ce moment à l'agression au couteau, plusieurs personnes sont décédées en France récemment après des agressions de ce type. Imaginez dans cette situation l'apport d'un solide parapluie. Et n'oubliez pas que vous avez également des pieds. Si après avoir découpé la lèvre et arraché la moitié du palais à ce type qui vous menace de son cran d'arrêt, vous lui mettez deux coups de chaussons dans les testicouilles, la physionomie du combat aura peut-être changée.
A titre personnel, je ne compte jamais que sur mon parapluie pour assurer ma sécurité, mais quel que soit les autres ustensiles en ma possession, si je me fais agresser dans la rue, c'est sans aucun doute le parapluie que je brandirai en premier pour faire passer le message : " attention, mon coco, ça ne va peut-être pas se passer exactement comme tu l'avais prévu !!! "


6 commentaires:

  1. Merci pour l'article, à savoir qu'il existe des stages de canne défense transposable à un parapluie, exemple :
    http://www.youtube.com/watch?v=DV-59EwzIMQ&NR=1

    Attention, en France, se balader avec un parapluie quand il fait beau en été ne passe pas inaperçu par les forces de l'ordre. Les bandes se servent couramment de canne, parapluie, béquille... les petits malins ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Quand on vit dans une "région à grenouilles", le parapluie semble pas mal... Dommage que la frêle ombrelle féminine n'existe pas en version "canne"! *rire*
    Et je plussoie : le "attention mon coco", j'ai déjà testé, ça a refroidi pas mal d'agresseurs (peu sérieux). Autant d'agressions en moins...

    RépondreSupprimer
  3. Belle écriture. Pour résumé l'histoire des armes, il faut retenir que exercer nos droits les préserves. Également que en cas de besoin, souvent il n'y a plus d'armes ni de munitions. Vaut mieux donc en avoir un rouiller au fond du garage et une centaine de cartouches..(un deux coups de chasse n'est pas déclaré pour le moment!)
    Donc avis au nouvelles générations, ne tardez pas trop pour en avoir au moins un pour votre famille.. (tarif ~500€ + 100€ de munitions) de préférence calibre 12 ou 20 si vous craignez le recul.

    RépondreSupprimer
  4. Il ya déjà longtemps je fus vendeurs en magasin de sport. Je voyais très souvent un p'tit gars, vieux pour moi à l'époque mais de mon âge aujourd'hui ;-) Dans les 45 ans... Maigres, pas confiant, timide, toujours avec sa canne...
    Il venait plusieurs fois par an au magasin, très sympa mais très timide...
    Un jour je lui fais essayer une paire de pompes et il a à côté de lui, posé, un bouquin sur la défense à la canne... Je lui demande si il connait...
    Il me répond juste oui, c'est lui qui l'a écrit ;-)
    C'était un des plus grand spécialiste, à cette époque de la canne ;-)))

    Il m'est arrivé la meme chose avec le seul 4ième Dan (européen) de ninjutsu, mais c'es tune autre histoire ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Je suis une inconditionnelle du bâton de marche en bois, mais celui ne passe pas vraiment en milieu urbain : entre les regards suspicieux des force de l'ordre, ceux inquiets des passants (surtout d'un certain âge), le chauffeur qui refuse de me laisser monter dans son bus... Puis comme je ne boîte pas, mon shillelagh n'est pas bien mieux toléré, sans parler du fait que la "prise en main" de celui-ci en marchant n'est pas franchement des plus assurée je trouve (le main étant simplement refermée sur le pommeau).

    Donc je commence à croire que la canne-parapluie serait un bon compromis pour les sorties en ville (dans la nature je garde mon bâton de marche).. J'ai trouvé celle-ci, visiblement d'un bon rapport qualité/prix : http://www.mistercanne.fr/cannedemarche/parapluie-canne-reglable-noir-1138.html. Qu'en pensez-vous l'Abbé?

    Svava

    RépondreSupprimer
  6. Matez leurs parapluies : http://www.lefigaro.fr/medias/2013/05/30/PHOaee4961a-c945-11e2-963c-1da34b5b28d4-805x453.jpg

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.