vendredi 29 avril 2011

La bouteille Platypus.






Les scientifiques du monde entier, qui aux pieds de leurs télescopes et devant leurs ordinateurs scrutent la voie lactée pour un signe de vie, sont d'abords à la recherche d'une substance primordiale au développement de la vie; l'eau.
Plus bas sur terre, l'humain utilise depuis des milliers d'années, une forme ou une autre de récipient ou gourde pour transporter cette substance "vie".

Etre à même de transporter et de stocker l'eau, a été, est, et sera, une organisation humaine des plus pertinente quant a notre survie.

Le "Hippo Roller", est un moyen efficace de transporter une quantité importante d'eau sur de longues distances.


De l'utilisation des oeufs d'autruches pour la confection de gourdes primitives par les populations d'Afrique, à la bouteille en plastique, le transport de l'eau reste une organisation pilier de nos possibilités en rapport à un autre besoin; le déplacement.

Gourde primitive en Oeuf d'Autruche.


Cette nécessité d'explorer, d'émigrer, d'élargir, de trouver, d'améliorer…découle invariablement sur un matériel et une organisation capable de répondre à nos besoins physiologiques, et donc de maintenir nos vies dans des circonstances où nous sommes les seuls vaisseaux limitatif de notre potentiel. 

Ce matériel de survie, primitif ou de dernier cris, est donc essentiel.

Aujourd'hui, la gourde reste de cet essentiel, mais sa forme et sa construction reflètent l'évolution de nos manipulations sur la matière, et donc l'évolution de notre matériel de survie.

La gourde Platypus, est l'un des résultats les plus représentatif de cette manipulation, de cette évolution, et sans perdre sa fonction première, elle nous permet non seulement de transporter et de stocker cette substance vitale à notre existence qu'est l'eau, mais elle s'aligne dans sa forme et sa construction a l'univers de la survie au 21e siècle.



Le poids d'une gourde Platypus d'un litre est de 28 grammes (un briquet BIC = 22 g.)
Le poids d'une bouteille Nalgene d'un même volume est de 184 grammes ! 




Pour le déplacement, la différence de poids est pertinente.
Cette réduction, permet dès lors de rendre nos systèmes tels que le sac d'évacuation moins lourds, et donc de gagner en énergie et en mobilité, sans pour autant perdre en capacité volumique.

L'autre caractéristique pertinente de la bouteille Platypus, est qu'elle est souple.
Cette caractéristique, qui pourrait à première vue présenter certaines faiblesses quand à sa robustesse et sa durabilité (comparée a la bouteille Nalgene qui est totalement indestructible), est cependant à même de répondre à certains problèmes de place qui peuvent être un vrai casse tête au moment de faire rentrer notre matériel dans nos sacs…surtout pour les adeptes du 2 = 1 et 1 = 0!




Cette souplesse est également intéressante pour répandre efficacement "l'organisation bouteille" a un éventail de systèmes tels que nos EDC par exemple, la boite a gants de la voiture, mais encore nos trousses de soins, ou la Platypus est capable de s'adapter et d'assumer un éventail de rôles liés à l'urgence médicale.

D'ailleurs, et puisque la minimisation de nos articles de survie force ceux là à une polyvalence du besoin au sens large, la Platypus a pour moi été bouillotte plus d'une fois…répondant ainsi a une sphère fondamentale de la survie qui est du maintient de notre température.


Mais la Platypus ne s'arrête pas la.
Le pas de vis de celle-ci est "universel". 
Pour un survivaliste comme moi, ce petit détail est important, car il signifie que cet outil déjà impressionnant de part sa construction et ses possibilités d'adaptations, minimise un potentiel de neutralisation de son efficacité par le fait que la plupart des capuchons de nos bouteilles en plastiques fonctionnent parfaitement sur la Platypus.




Cette pensée universelle qui n'a l'air de rien, est pourtant astucieuse et englobante. Si nous observons les conséquences d'une catastrophe naturelle telle que Katrina ou plus récemment le Japon par exemple, il est évident que la quantité produite de débris de toute sorte, signe invariablement un potentiel non négligeable de récupération et d'utilisation de matériaux et d'objets de la vie courante.

Mais ce pas de vis universel, est aussi et peut être surtout extrêmement pertinent quand nous voulons ajouter a nos méthodes de transports, un moyen de filtrations tout aussi compact et performant que la bouteille Platypus.
Combinée avec un filtre paille "Aquamira Frontier Pro" (aussi avec un pas de vis universel), la Platypus devient un système d'hydratation direct ou a gravité des plus capable.




Les bouteilles Platypus offrent plusieurs capacités (1L - 2L - 4L - 6L) pouvant remplir des rôles différents au sein de nos systèmes. De nos kits voiture à nos sacs de randonnée en passant par une capacité plus lourde pouvant répondre aux besoins en eau de toute une famille, la bouteille Platypus est sans aucun doute un outil pertinent pour les organisations du survivaliste moderne.

Pour finir, voici quelques exemples de la polyvalence de la bouteille Platypus…

-Gourde.
-Poche a air / Flotteur expéditif.
-Oreiller.
-Bouillotte.
-Compresse froide (remplie de neige par exemple).
-Poche de perfusion expéditive.
-Poche d'irrigation pour les plaies.
-Loupe.



1 commentaire:

  1. Hello ;)

    Pour en avoir bousillé 2 (fuite due à un décollement), je n'en utilise plus. Bon, c'est vrai que j'ai randonné à faire geler un coca dans le sac... Je préfère soit les bouteilles en dur soit la poche MSR de 5 ou 10 l noire. En plus, elle possède un tissu extérieur pour la refroidir (on met un peu d'eau et en s'évaporant, elle refroidit la gourde).

    LD

    RépondreSupprimer