vendredi 11 mars 2011

La machette.






Au sein de la survie existe une constance…
Il n'existe en réalité qu'un nombre extrêmement réduit d'objets pouvant exprimer cette constance, et la machette en fait partie.

La constance en question, s'exprime au travers d'outils qui s'alignent avec un rapport au monde ou l'objet s'adapte le plus impeccablement possible a nos besoins les plus vitaux. 
Très peu d'objets sont capables d'une polyvalence et d'un essentiel sauvage, tout en conservant une simplicité de design des plus déroutante.

Si nous considérons notre présence sur cette terre dans sa totalité, l'outil tranchant est sans aucun doute l'une des influences les plus pertinente de notre développement. 
Les taches et donc les gestes incontournables d'une survie dénuée de nos grandes installations modernistiques, sont réduites a un essentiel énergétique ou le besoin est une tension "chef d'orchestre".

Si ce chef d'orchestre tantôt s'agite d'un tremolo, et tantôt se réduit a un murmure d'aubois, c'est que nos besoins sont constamment en mouvement…de la faim au froid, de la soif au danger, de l'humidité au repos, nous travaillons sans cesse a exécuter une symphonie de notes qui ensembles racontent la vie.


Si maintenant nous opposons nos besoins a l'outil…que reste t'il ?
Il est surprenant de constater qu'aujourd'hui, cette opposition ressemble un peu plus tous les jours a une surenchère d'un superflu paralysant, et nous en venons a nous demander comment il serait possible d'exister sans notre cafetière électrique ou la tondeuse a gazon.

La machette existe sous une forme ou sous une autre depuis des siècles. Si ce design perdure, c'est tout simplement qu'il est d'une efficacité et d'un rendement difficilement égalé.

Quand bien même la machette évoque aujourd'hui un outil adapté a des régions tropicales, il n'en est pas moins que cet outil est d'un arbre généalogique imposant.
Un ancêtre parmi tant d'autre de la machette est par exemple le Fauchon. Développé en Europe durant le Moyen Age et principalement utilisé entre le XIe et le XVIe siècle, cette arme faisait partie intégrante de l'équipement des hommes de l'infanterie par exemple.


Pour le survivaliste, cet outil est d'une rusticité et d'une robustesse qui s'aligne parfaitement a un environnement ou l'essentiel est redevenu maitre des lieux. Si l'AK47 ou le SKS représentent au sein de la sphère de l'armement des outils adaptés a la survie, la machette représente elle une relation au monde qui a déjà vue l'extinction d'organisations complexes et modernisées telles que l'arme a feu.

Ce n'est d'ailleurs pas un hasard, si les populations les plus affectées par la pauvreté, par le manque et le besoin, sont toutes d'un rapport au monde qui défini la machette comme étant un outil essentiel a leur survie. 
De l'Asie a l'Amérique du sud en passant par l'Afrique, la machette est ce matériel incontournable.

Le matériel de survie, et l'essentiel de millions d'individus se confrontant jours après jours a un univers hostile et dénué de systèmes de support, devrait sans aucun doute faire l'objet d'une attention particulière quand au choix de nos propres organisations survivalistiques.

Apres tout, nous parlons ici de plus d'un milliard et demi d'individus qui vivent comme nous vivions il y a 6000 ans…c'est a dire sans électricité par exemple, et avec très peu de changement dans le design de l'équipement et de l'outillage qu'ils utilisent. 

Quand bien même le couteau de Bear Grylls a $300 lui permet de survivre durant les 72 heures de son défi télévisé, la machette a $1 d'un Africain est d'un rendement de 365 jours par ans, et ceci sans un matériel d'aiguisage approprié pour nous qui vivons au XXIe siècle.
De plus, la polyvalence et donc l'éventail de gestes vitaux possibles avec la machette, rend cet outil d'une pertinence qui ne se préoccupe que du maintient de la vie dans des conditions difficiles.

Si la machette a sans aucun doute fait ses preuves, elle reste pour l'occidental un outil qui ne fait que très rarement partit de ses organisations.

Il y a environs 10/12 ans, et alors que je contemplais l'achat d'un nouveau couteau de survie pour remplir un rôle plus large au niveau de la vie de camp, j'ai échoué sur une machette "Ontario", avec une lame en acier 1095 de 45cm de long.
Etant a l'époque d'une logistique minimaliste, ma première sensation a été de haïr cet outil lourd et encombrant. Quand bien même mon attraction était utilitaire et influencée par mon penchant pour un matériel éprouvé par des millions de "survivants", la machette reposait sur mon sac indomptée et imposante.



Depuis, ma machette est l'outil que j'utilises principalement, et que je confronte a la vie de camp. Couper, fendre, débroussailler, touiller, agiter, forcer, creuser, construire, clouer, marteler, gratter, écraser…la machette fait tout efficacement, et elle est devenue pour moi un outil essentiel.

Pour moins de 20$, nous avons ici un outil redoutable.

Principalement, les machettes sont aujourd'hui d'un acier 1095 ou 1055. 
Les tailles sont généralement d'une lame de 45cm ou de 60cm. Ma préférence est bien sur d'une lame de 45cm en acier 1095, et sans les dents qui parfois arborent le dos de la lame. Une machette n'étant pas une scie, il me parait plus utile de conserver un dos de lame carré pouvant gratter certains bois et nous donner des copeaux pour la préparation et l'utilisation d'un allume feu, ou encore une surface plate et solide pour le travail expéditif d'autres métaux par exemple.

La machette qui m'aura apprivoisé est donc une Ontario "militaire" a 20$, avec une lame de 45cm (18 pouces) et d'un acier 1095.
Sa dimension totale est de 58cm, et son poids de 570g, soit 200g de plus que le RAT7 par exemple.

RAT7 sur la balance.

La machette sur la balance.


Même si il n'est aucunement question ici de comparer le RAT7 a une machette tant ces outils sont de natures différentes, il me semble nécessaire d'opposer ces deux outils pour mieux définir le rôle de la machette, mais aussi ses caractéristiques.

Le dilemme qui s'impose invariablement au monde de la préparation, et plus précisément au niveau de l'équipement, est de ce rapport entre la présence de l'objet (taille, poids, rôle, efficacité, polyvalence…), et sa négation (taille, poids, rôle, efficacité, polyvalence…).

RAT7 & Machette.


La machette est un outil d'une taille sérieuse, nous donnant un éventail d'avantages certains quand a son rôle et ses capacités, mais parce que cet outil est imposant, il affect aussi notre mobilité par exemple.

L'exemple inverse serait de prendre un petit canif pliant. Cet outil nous donne des possibilités amples quand au transport, mais ses capacités d'utilisation seront tout autant réduites.




D'une certaine manière, ce rapport est souvent comme de traverser un désert.
Nous pouvons choisir de transporter un minimum d'eau, nous donnant un avantage sur l'encombrement, et donc sur des sphères comme le poids et la vitesse…ou nous pouvons choisir de transporter un maximum d'eau, nous donnant un avantage sur la distance et nos capacités.

Le choix de la machette est sans aucun doute une décision qui nous vois transporter un maximum d'eau. La décision est donc d'une balance entre la présence de l'outil et ses capacités a Prévenir, Réduire et Eliminer les Tensions (P.R.E.T.).

Dans un univers ou la tension chef d'orchestre s'agite, le choix de nos outils doit se soumettre a une "essentialisation" pragmatique, polyvalente et résolue.
Quand bien même un couteau extrêmement performant et pertinent comme le RAT7 est un excellent compromis entre sa présence et sa propre négation, il est incapable de propulser nos capacités d'actions au même niveau qu'une machette.




Au final, pour 20$, une machette en acier 1095 devrait trouver sa place au sein de nos organisations. Cet outil est parfait pour une cache réciproque par exemple. 
L'envergure de ses capacités pour un investissement extrêmement raisonnable, est le pourquoi du comment des millions d'individus utilisent la machette au jour le jour.



11 commentaires:

  1. Hello collègue,

    Je n'ai pas de machette à proprement parler mais un kukri KaBar en acier 1085. C'est une bête plutôt robuste mais je l'aurais aimé plus long et plus fin. Cependant j'ai abimé l'étui en voulant sortir le kukri sans déboutonner la patte qui le retient à l'intérieur...
    Je pense m'en acheter un autre, mais cette fois en provenance du Népal, fait à partir de ressort de camion !

    Y a bon la machette.

    RépondreSupprimer
  2. Salut l'ami…

    En effet le Kukri est cette mutation apparentée de la machette.
    Sans doute une question de préférence!

    T'envois les photos quand tu reçois ton Kukri "n'est-pas-laid" ?
    a+

    RépondreSupprimer
  3. hola;
    les machettes, je connais tres bien, j'en exipérimenté quelques unes en jungle sud américaine, et pour tout vous dire, le meilleur modele reste, et de tres loin les TRAMONTINA, machette brésilienne par exélence.
    la deuxieme marque a avoir fais ses preuve, les MARTIDALE, anglaises.
    ces essais sont effectués en jungle, avec la machette en main plus de 5 heures par jours, a couper, couper, couper................................couper.............................et encore couper.
    layonnage, etablir un camp, fabrication de tables, "chaises", ...etc...
    franchement no comment! les tramontina sont de tres loin les meilleures!!
    mais!! et oui, ya toujours un mais, sinon c'est po drole.
    ces machettes sont concu pour la jungle, ou l'on coupe des bvranchages relativement fins, fragiles, donc, pour le gros ouvrage, j'utilisais un kukri, forgé main au népal, une merveille!!
    une lame a toujour un usage optimal limité....dommage.
    voilou pour ma contribution.
    cordialement,
    nico

    RépondreSupprimer
  4. Salut Nico.

    En effet les Tramontina sont excellentes !
    Celle que je propose ci-dessus est cependant un peu plus versatile a l'extérieur d'un environnement jungle, car d'une lame plus épaisse, se rapprochant un peu plus de l'utilité du Kukri, mais gardant la forme d'une machette.

    Au plaisir l'ami.

    RépondreSupprimer
  5. tes propos sont (de ce que j'ai lu de ton blog pour l'instant) toujours tres pertinents, justes, et sincères, voila ce que j'apprecie dans la lecture de tes articles, de l'exelent travail doublé d'une tres bonne analyse, et pour finir une application concrete sur le terrain, c'est tres bon! et surtout.....................juste! (j'adore ce mot).
    continue l'ami,
    partageons nos savoirs et expériences pour apprendre encore et toujours.
    a tres vite,
    nico

    RépondreSupprimer
  6. bonjour à tous

    que pensez d'un modèle à part comme la golok de chez martindale....j'hésite avec la ontario justement

    au plaisir de vous lire

    dans le chant de la terre

    Rek

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Vol West, une question: que pense tu de la machette Cold Steel (http://www.coldsteel.com/latinmachetes.html); et quelle taille choisir?
    Merci.

    RépondreSupprimer
  8. Salut l'ami,

    Je préfère la Tramontina, ou la machette Ontario.
    Pour la taille...je vais être chiant...pas trop grand, et pas trop petit...genre 45cm.

    a+

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Volwest, bonjour à tous,
    J'ai une préférence pour la PUMA-TECH (17-1/3" / 44cm, aisi420, 0,816Kg).
    Elle vaut de 29 à 40€ (ça vaut le coup de chercher un peu, non !?).
    Qu'en dit(es)-tu/vous ?
    L'un d'entre vous a-t-il du feed-back sur ce matériel ?
    Je vais acheter 3 ou 4 machettes prochainement.
    Take care.

    ps:
    2 liens
    http://www.pumaknives.de/dispitem_122.php?item_no=7311244&PHPSESSID=mqfr0jsb1q3ja1omldge8g7092
    http://www.gps-4x4.fr/accessoire-camping-equipement-raid-4x4/outil-camping/puma-tec/machette-puma-tec-44.php

    RépondreSupprimer
  10. Les machettes puma tech: - Le manche en plastique mou s'use très vite de plus il ne tien pas sur la tige d'acier ( manche qui branle en permanence et c'est chiant). De plus le tranchant est très mal fait ( un angle a 10° et l'autre a 45°). Marque a déconseiller.

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour Vol West, (et les autres),

    Merci pour cet article et tous les autres d'ailleurs... Un plaisir de te lire, de méditer tes conseils, ton expérience...

    J'ai une petite question : Je souhaite voyager en Afrique avec ma machette dans mon bagage en soute. Est ce que vous savez si la loi française me l'autorise ? Est ce que je risque des problèmes à l’aéroport ?

    RépondreSupprimer