lundi 28 février 2011

Le Glock 19.




En 1982, le premier Glock (17) fait son apparition sur le marché de l'arme a feu. L'ingénieur Autrichien Gaston Glock, n'ayant aucune expérience avec le monde de l'arme mais ayant une maitrise dans les produits synthétiques polymères, développe une des première arme "en plastique".

Malgré une résistance initial du marché due a certaines inquiétudes concernant principalement la durabilité et la fiabilité d'une arme a feu "en plastique" donc, les Glocks sont devenus la ligne de produit la plus profitable de la compagnie, avec 65% de la part du marché de l'arme de poing aux Etats Unis.

En 1980, l'armée Autrichienne annonce qu'elle recherche une nouvelle arme de poing pour remplacer leur Walther P38 datant de la deuxième guerre mondiale.

Le ministère de la défense formule alors une liste de 17 critères pour la nouvelle génération de pistolet de service:

1- Le design se doit d'être semi-automatique.
2- L'arme doit tirer la munition standard NATO en 9x19mm Parabellum.
3- Les chargeurs ne doivent pas avoir besoin d'une assistance quelconque pour recharger l'arme.
4- Les chargeurs doivent avoir une capacité minimum de 8 balles.
5- Toute action nécessaire pour préparer l'arme a être tirée, et toute action requise après le tir doit pouvoir être exécuté d'une seule main, soit la gauche soit la droite.
6- L'arme doit être parfaitement sécurisée contre les décharges accidentelles dues aux choques et aux chutes d'une hauteur de 2 mètres sur une plaque d'acier.
7- Le désassemblage et le réassemblage doit être possible sans outils.
8- L'entretient et le nettoyage de l'arme doit être possible sans outils.
9- La construction de l'arme ne doit pas excéder 58 pièces individuelles (l'équivalent du P38).
10- Les outils de mesures et de tests ne doivent pas être nécessaires pour le maintient de l'arme sur le long terme.
11- Le fabricant est requit de fournir au ministère de la défense un jeu complet de dessins et de diagrammes. Ces plans doivent être fournis avec tous les détails de production de l'arme.
12- Toutes les parties constituantes doivent être interchangeables entre les armes.
13- Pas plus de 20 fonctionnements défectueux sont permis durant les 10 000 premiers tirs, pas même les défaillances les plus simples pouvants être réglées sans l'utilisation d'outils.
14- Apres les 15 000 premiers tirs de munitions standards, l'arme doit être inspectée pour l'usure. L'arme sera ensuite utilisée pour tirer une cartouche surpréssurisée de 5000 bar (la pression normale et maximale pour le 9mm NATO étant de 2520 bar). Les parties constituantes critiques doivent être capables de continuer de fonctionner normalement, sinon l'arme sera disqualifiée.
15- Durant une utilisation normale, sous aucune circonstance l'utilisateur ne peut être en danger due a l'éjection d'une douille.
16- L'énergie de la bouche de l'arme doit être d'un minimum de 441,5 J avec une cartouche de 9 mm S-round/P-08 Hirtenberger AG.
17- Les armes aux scores de moins de 70% du totale des points possibles ne seront pas considérées pour une utilisation militaire.

Le Glock 17 surpasse 8 candidats; le P7M8 et le P7M13 de Heckler & Koch, Le P9S, le P220 et le P226 de Sig-Sauer, Le modèle 92SB-f de Beretta, une version du Browning Hi-Power de FN Herstal et le GB de Steyr…et est adoptée par les forces de l'ordre et l'armée Autrichienne en 1982 sous le nom de P80, avec une première commande de 25 000 armes.

Le résultat des tests exécutés sur le Glock 17 par le gouvernement Autrichien lui donne une réputation qui voyage sur toute l'Europe mais aussi aux USA, ou le département de la défense espère lui aussi remplacer son M1911.

Dès 1992, plus de 350 000 Glocks sont vendus dans 45 pays différents, avec 250 000 aux US.

Avec 4 générations et 38 modèles, le Glock est aujourd'hui utilisé par les services d'ordre et les armées de 47 pays différents, notamment le GIGN en France. 

Simple, fiable, robuste, et ceci quel que soit le modèle choisit, le Glock est sans aucun doute une arme de poing qui mérite une attention particulière pour le survivaliste.



Quand nous considérons l'achat d'une arme a feu, et d'un point de vue qui s'aligne avec le survivalisme, une des toute première considération devrait être la robustesse de l'outil.

Si l'AK47 (et ses variantes) est devenue l'arme longue de prédilection pour les individus cherchant un outil capable d'être traîné dans la boue tout en restant fiable, c'est que le soucis du survivaliste est de pouvoir faire évoluer ses outils dans un monde dur et éprouvant, sans perdre pour autant la possibilité de pouvoir utiliser un matériel parfois complexe.

L'AK47, est la parfaite représentation de l'utilisation d'une mécanique "complexe", sans les problèmes et les conséquences dues a une activité extrêmement contraignante sur certains outils.



Une arme a feu s'use. Une arme a feu vieillie et se fragilise, et ceci dans des conditions optimales. Si le monde de la survie anticipe un univers hostile et dégradé, le choix de notre équipement se doit de refléter ces conditions difficiles ou la propreté et le soin n'est pas toujours possible.

Quand bien même il existe des armes de poing pouvant endurer ces conditions, il n'en existent pas beaucoup qui soient capables de le faire tout en répondant a certains critères indissociables d'une résolution survivalistique.

L'arme de poing du survivaliste doit non seulement être extrêmement fiable, robuste et efficace, mais elle doit aussi être d'une construction simple, de pièces répandues et donc d'un modèle utilisé par une majorité et ceci dans plusieurs pays, d'un calibre reconnu mondialement, de pouvoir fonctionner avec une multitude de munitions, et d'être d'une opération, d'une capacité, d'un poids et d'une taille favorisant son utilisateur, et ceci quel que soit son gabarit, et/ou ses connaissances et ses expériences avec une arme a feu.

Un Desert Eagle est peut être un outil fiable et efficace, mais en aucun cas cette arme remplie les critères du ministère de la défense Autrichienne, ou ceux d'un survivaliste.

Quand bien même le Glock 17 est cette arme qui aura déclenchée l'avalanche Glock, ce modèle présente quelques inconvénients au sein d'une organisation qui se veut englobante.

La taille du Glock 17 est a mon humble avis le seul paramètre qui empêche cette arme d'être une solution adaptée quand a la sphère de la défense personnelle et plus généralement d'une organisation survivaliste.

Un gabarit limité aura beaucoup de mal a apprivoiser la taille du Glock 17, et puisqu'il est primordiale de se sentir a l'aise et confiant quand a l'adoption de tout système de défense, il me parait logique que le G17 n'avantage pas certaines personnes (femmes, personnes âgées, enfants…), et que par conséquent, ce modèle n'est pas "universel".

Puisque sa taille est conséquente, son rôle au sein de nos systèmes d'évacuation est lui aussi influencé négativement. Une arme a feu devrait ici pouvoir être dissimulée facilement, sans pour autant perdre certaines capacités de stoppage.



La réponse a toutes ces réflexions est alors d'un G17 compact…soit le Glock 19.

Le G19 est un G17 qui s'adapte parfaitement a tous les critères du survivaliste.
Il retient la totalité des critères du G17, mais se dissimule et se porte aisément…surtout, il s'adapte a un éventail de gabarit allant du plus petit au plus grand.

Beaucoup diront que l'arme a feu la plus polyvalente et la plus nécessaire en terme de survie reste le fusil de chasse de calibre 12. Quand bien même cette arme est sans aucun doute pertinente et offre une panoplie de rôles impressionnants, si demain le monde tel que nous le connaissons cessait d'exister, c'est le G19 que je sécuriserais en premier.

Pouvoir évoluer discrètement est une chose qui ne se remplace pas. Pouvoir chasser par contre, est un univers qui ne nécessite pas un fusil de chasse. D'ailleurs, les méthodes de chasse les plus fructueuses ne sont pas de l'arme a feu.

La priorité d'un milieu soumit a une tension ou l'arme a feu devient principalement un outil de protection, nécessite de pouvoir évoluer le plus simplement et discrètement possible.

Si nous nous penchons sur les événements catastrophiques de ces 30 dernières années, il me parait raisonnable qu'évoluer avec un fusil de chasse sur l'épaule nous limite a une présence incontestablement évidente.
Cette exhibition de puissance a des avantages dans certaines conditions, mais d'une manière général, et au sein d'une tension environnementale hors d'un ordinaire plus ou moins stable, le fusil nous dénonce.

La majeur partie des événements récents ayant propulsés "l'homme ordinaire" dans une situation ou la fabrique de nos sociétés a soudainement été d'une survie plus ou moins stricte, n'ont pas justifiés la présence d'un AK47 en bandoulière.
Bon nombre de ces événements ont par contre influencés la sécurité de nos familles et de nos biens, et c'est a ce niveau de réponse que l'arme de poing, et plus particulièrement le G19 est parfaitement adapté.


1- Standardisation

Le 9mm se trouve partout.

Un effort de standardisation est primordial a tous les niveaux de nos organisations…que ce soit de l'arme, des piles ou du réchaud de camping.

Posséder une arme "de survie" d'un calibre exotique est paradoxale. Les calibres les plus communs pour les armes de poing sont:

a) .22LR
b) .380 (je n'aurais pas mit le .380ACP dans cette liste il y a 5 ans…mais le développement de certains modèles tels que le Ruger LCP ou le Kel-Tec 3AT par exemple font que ce calibre devient de plus en plus commun, a suivre donc).
c) 9mm
d) .38SPL / .357mag (autant posséder le .357mag, qui utilise aussi le .38SPL…l'inverse n'est pas vrai!…deux calibres pour une seule arme est intéressant).
e) .45ACP (Glock a introduit le .45GAP, mais il reste peu développé au monde).

Cette liste ne veux pas dire que le .40 ou le 357SIG par exemple sont des calibres inadaptés, seulement il ne sont pas aussi répandu que les autres.
En plus d'un calibre standard, le Glock se trouve partout, et il est assez facile de se procurer des pièces de rechange, mais aussi toute une panoplie d'accessoires pouvant optimiser l'utilisation de l'arme.




2- Capacité

La capacité est ici exprimée en terme du nombre de munitions pouvant être stockées dans le chargeur et donc l'arme. Le G19 avec un chargeur standard est d'une capacité de 15 cartouches. Par contre, il accepte les chargeurs de son grand frère le G17, et peut donc être d'une capacité bien supérieur a 15.

Cette sphère est importante, car elle influence la totalité de la logistique du système de défense personnelle qu'est l'arme de poing. 
Quand bien même un revolver en .357mag est d'un calibre pouvant surpasser les capacités de stoppage d'un G19, nous sommes ici limité a 5 ou 6 coups.

Dans une situation ou la protection personnelle est d'un univers hostile, et ou la confrontation avec plusieurs individus est bien souvent une des conséquences d'une rupture de nos systèmes de support, pouvoir gérer non seulement un groupe, mais aussi la manière avec laquelle nous déployons et utilisons l'arme est il me semble primordial.




3- Apprivoisement

Le G19 est extrêmement simple d'utilisation. 
Son ergonomie s'adapte aussi bien a une main de femme qu'une main d'homme, et le calibre 9mm le rend facilement domptable par la plupart d'entre nous.



Le fonctionnement d'un Glock émane d'une intention d'efficacité. Du chargement au désassemblage, la famille Glock est d'un minimalisme pertinent.

Une fois l'arme chargée (condition 1), la seule préoccupation de l'utilisateur est de viser et d'appuyer sur la détente. Cette organisation minimaliste libère l'esprit de l'utilisateur, qui peut alors porter toute son attention sur le danger, et non sur le fonctionnement même de l'arme.




4- Cout

Un G19 de quatrième génération (je préfère les GEN 3) coute environs $500 aux US.
Avec l'arme, nous avons aussi 2 chargeurs, un manuel d'opération, et une brosse pour la nettoyer.




5- Durabilité

La durabilité d'un Glock est l'objet de tests de plus en plus extrêmes sur youtube par exemple. Les Glock ont été jetés d'un avion, traînés derrière une voiture pendant des kilomètres, restés plongés dans de la boue pendant des mois...
Certains se ventes de ne jamais avoir nettoyés leur Glock, et d'autres ont tirés plus de 10 000 coups a la suite, et le tout, sans aucune défaillance.

Le Glock est l'AK47 de l'arme de poing, et il continu de prouver sa durabilité dans des conditions ou la plupart des autres semi-auto deviendraient inutilisables.




6- fiabilité

Le rôle d'une arme, et surtout d'une arme de poing, est d'une situation critique ou nous nous trouvons le dos au mur. Cette situation de vie ou de mort se doit d'employer un outil qui marche au moment voulu.

Poussière, débris, immobilité pendant des mois, mauvaise maintenance, conditions environnementales extrêmes…le Glock fonctionne, point final.




7- Calibre

Le débat du calibre est j'en ai bien peur interminable.
Certains pensent que le 9mm est un calibre de protection personnelle anémique…Personnellement, les paramètres sont ici tellement nombreux qu'il me parait difficile d'émettre une opinion définitive quand aux possibilités de tel ou tel calibre.
Par contre, il m'est possible de recaler le débat objectivement.

Quand nous parlons de la différence entre les calibres, nous nous basons principalement sur un témoignage militaire. Apres tout, le monde de la confrontation armée est avant tout des armées du monde.

Quand l'armée Américaine adopte le 9mm au travers du Beretta M9 ou 92FS pour les civiles, bon nombre de soldats critiquent lourdement ce calibre en le comparant au .45ACP.

Le monde du civil en déduit que le 9mm est anémique et ne peut constituer un calibre pleinement adapté a la défense personnelle. Comment pourrait il en être autrement, puisque le témoignage de ceux la qui font l'expérience du combat préfèrent le .45ACP.

Le problème, est que nous parlons ici d'un monde qui n'utilise qu'une balle appelée "ball".
Le budget militaire pour les munitions est ici extrêmement simplifié et réduit a l'utilisation d'un projectile "a tête pleine" et basique (= moins chère).

Si nous comparons alors cette munition en 9mm a celle d'un .45, effectivement le pouvoir de stoppage est réduit. Une simple question de physique, le .45 étant plus gros et plus lourd, il est plus efficace.

.22LR, 9mm "ball", 9mm "TAP", 9mm "Hydra-Shok", .357MAG.

Le développement de munitions expansives disponibles a l'univers du citoyen, couplé avec une philosophie révolutionnaire du maniement de l'arme de poing, élimine cependant tout doute possible quand a l'efficacité balistique du 9mm.

Munitions "ball" et expansives.

Le placement est aussi primordial, et un élément rarement discuté quand a l'efficacité d'un calibre quel qu'il soit. Il n'est pas rare de trouver au sein de la discussion des calibres une tendance a omettre l'inévitable besoin d'une discipline du placement quand au tir.

L'école des "Sky Marshal" est le parfait exemple pour illustrer la nécessité d'une approche de l'arme de poing qui s'appuie sur le placement, la technique et les fondamentaux plutôt que sur un calibre "lourd".

En 6 mois d'école, un Sky Marshal tire plus de 60 000 cartouches.
Entre parenthèses, le Mossad, une unité "secrète" Israélienne s'occupant entre autre de la sécurité des passagers de certaines compagnies aériennes utilisaient du .22LR !



34 commentaires:

  1. Bonjour Volwest. Votre blog est vraiment très intéressant. J'adore le lire. J'attends toujours avec impatience votre prochaine publication.

    RépondreSupprimer
  2. Salut Jonathan…

    Merci de passer et de prendre le temps de dire bonjour!
    Prends soin.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour l'ami,

    Encore une fois, nous avons eu la même démarche adaptée, bien entendu, à notre environnement.
    C'est pour cela que, personnellement, j'ai choisi le Glock 17 pour sa disponibilité en Europe et la disponibilité de ses pièces plus courantes que celles du Glock 19. J'ai donc inclus à l'arsenal de base deux glock 17 (1 = 0 et 2 = 1) et pour le port très discret un glock 26 qui accepte les chargeurs du 17.

    Un des deux Glock 17 est le modèle C, c'es-à-dire avec compensateur intégré (mais qui accepte toutes les pièce du 17 classique si nécessaire)ce qui diminue le recul et le relèvement et qui le rends plus facile à contrôler pour mon épouse.

    Deux accessoires très pratiques pour le Glock sont sans conteste la crosse simple de chez FAB qui accroît la pécision à moyenne distance et une lampe LED que l'on peut fixer sur le rail inférieur du style de la TLR-1 pour l'utilisation en lumière dégradée.

    Les Glock sont très vite devenus mes pistolets préférés et ont relègués les autres armes de cette catégorie au rang de Back-up stockés en réserve ...

    Les Glocks 9 mm : Vraiment un TRES bon investissement pour le survivaliste sérieux et à mettre dans la colonne des armes fiables et increvables au même titre que la VZ58, AK et UZI dans leur catégorie respective.

    @ +

    Fred

    RépondreSupprimer
  4. Salut Fred…

    En effet, 2 c'est 1 et 1 c'est 0.
    a+ et prends soin.

    RépondreSupprimer
  5. salut
    faut pas oublier de changer la tige du ressort de récupération qui d'origine est en plastique, donc option métal.
    si on veut faire du tir changer la pression de détente, plus légère.
    un holster style conducteur de char, genre hoslter souple en tissu qui positionne l'arme sous l'aisselle et qui permet un chargeur de rechange.
    1000 mun , au moins.
    le Glock reste dangereux , plus qu'un P38, la sécurité est "légère" même si elle est efficace tant qu'on a pas le doigt sur la queue de détente. Ce pendant, Volwest ; Je te rejoint sur le fait que l'on se concentre plus sur le tir.
    Quand au placement , instinctivement on met "dans le buffet". Les films nous font croire le mec qui vise le bras ... ou le pied ... à 15 mètres , toucher un pied en pleine action !! Bravo. C'est pas pour rien que les gilets pare balles protègent le tronc, d'abord c'est très vulnérable, et c'est là q'un tir risque de toucher.

    RépondreSupprimer
  6. ah j'oubliais , il existe aussi des coques style "roni" qui transforment un glock en pm... j'ai pas essayé de tirer avec , mais dans la main ça à l'air pas mal...
    très cher pour un accessoire quand même !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair a + de 600 €... il existe des crosses squelette a beaucoup moins chere

      Supprimer
  7. Salut…

    Le Glock reste dangereux ?
    C'est une arme a feu…sa nature impose du respect et de la discipline. La seule véritable sécurité sur une arme a feu est nous même…et notre doigt de détente ne devrait jamais se reposer sur elle quand nous ne sommes pas sur de la cible, mais aussi de ce qui se trouve derrière.

    Les sécurités sur certaines armes sont parfois plus dangereuses qu'autre chose, puisqu'elles nous laissent a penser que l'arme est sans danger, et nous invitent a laisser notre doigt de détente errer…ou pointer l'arme dans une direction ou une autre sans vraiment faire attention.

    Dire qu'un Glock est plus dangereux qu'un P226 ou un P38 par exemple, me semble étrange. Les revolvers n'ont pas eux de sécurité, et pourtant ils ne sont pas moins ou plus dangereux qu'un semi-auto.
    Une arme est une arme, et quelle que soit sa configuration, sécurité ou pas, elle est dangereuse si nous ne faisons pas attention.

    Pour ce qui est de la tige du ressort de récupération…celle en plastique est très bien. Si elle est capable d'éprouver 15 000 tires d'affilés sans broncher, je ne vois pas l'utilité de passer a une en métal, qui de ma fenêtre est plus fragile.

    Pour finir, la pression de détente est sans doute un choix personnel, mais la réduire ne me semble pas pragmatique si nous ne faisons pas du tir de compétition. Pour le survivalisme, et donc pour une utilisation beaucoup plus "traditionnelle", la pression est en fait parfaite…surtout si nous portons des gants.

    Les Glocks sont le produit de longues années d'études et de tests pour un marché spécialisé dans la sécurité et le combat. Le tir de précision ou de compétition n'est pas son rôle…son rôle est de faire "boom" a chaque fois que nous appuyions sur la détente, son rôle est d'être robuste et fiable.
    Changer sa configuration me semble découler d'une intention de personnalisation qui bien souvent n'améliore pas l'arme, mais la détourne de son dessin originel.

    Un outil complexe qui marche aussi bien qu'un Glock ne devrait pas être la victime de bidouillages superflus.

    Les seules bidouillages valides a mon avis sont d'une amélioration du système de visé (True Glow par exemple) et une lampe tactique. Apres ça, on s'éloigne financièrement et structurellement du truc de départ.

    Mais bon…chacun son truc.
    a+

    RépondreSupprimer
  8. Je te rejoint, je ne bricole pas... la lampe j'y pense . Etant donné qu'on s'en sert aussi la nuit autant assurer.
    la sécurité c'est relatif, j'ai une carabine de chasse qui est monstre sensible, quand t'as le doigt près de la détente c'est que tu te rapproches du tir ...

    RépondreSupprimer
  9. Oui la lampe me parait être une priorité qui a du sens.
    Quand je parle de "bricolage", c'est vraiment pour insister sur l'énorme fiabilité existante du Glock, et sur le fait que la modification n'est vraiment pas nécessaire pour avoir un outil de qualité dans cette catégorie.

    a+

    RépondreSupprimer
  10. Très bon choix le 19 , moi sur le mien j ai changé la visée par une trcium , les coupelles par des maritimes , le bouton d' éjection et l arêtoire de culasse .

    RépondreSupprimer
  11. Bien que Berreta ne fait pas partie de ce blog.Permettez moi de vous demander Messieurs les connaisseurs plus d'info sur le P Berreta 1934 de calibre 380 court.
    Merci

    RépondreSupprimer
  12. Par expérience, je dirais que les Glock en 9x19 sont au moins aussi précis qu'un P210 (et à 180 mètres sur cibles réactives, ça touche toujours bien). On peut tout à fait faire du tir de compétition avec un G17 d'origine (et c'est même assez drôle de voir un gars avec un G26 faire un joli 175~180/180 à côté de types avec des mécaniques tunées ou des P210 qui vont taper 20 à 30 points de moins).

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour,

    Faire des recherches sur internet c'est bien ce renseigner sur le sujet qu'on aborde c'est mieux...
    Je passerais la partie présentation qui somme toute est assez concise pour me focaliser sur votre analyse personnelle.
    Premièrement pour avoir été instructeur de tir durant quatre ans je serais tenté de penser que votre connaissance en matière d'armes à feu est surtout théorique...
    Le calibre 12 n'est pas franchement le calibre que je choisirai que ce soit pour la chasse ou la Défense Personnelle (DP) premièrement du fait du poids conséquent des munitions deuxièmement du fait de leurs application il n'y à qu'à Hollywood qu'une cartouche "de pompe" nettoie une dizaine de gus en une fois...J'admet volontiers que l'on peut la trouver un peu partout mais je lui préférerai de loin une .308 ou une 7.62x39 (AK).

    Vis-à-vis de la manipulation d'un PA il faut remettre les choses à leur place le tir dans un stand de tir n'a rien a voir avec le tir dit "de combat"
    Car une cible ne réplique pas, n'hurle pas, ne bouge pas et ne repeint pas les mur!
    Pour information il y à deux règles primordiales dans ce domaine:
    - tir défensif > Bouger, Tirer, Bouger (BTB)
    - tir offensif > Tirer, Bouger, Tirer (TBT)

    En condition de DP le stress, la tension arterielle en découlant et d'autre facteurs multiples et variés diminuent largement vos chance d'atteindre votre cible...
    Si vous rajouter à cela le facteur psychologique prenant en compte que lorsque l'on dégaine une arme c'est pour "s'en servir" et que si ce n'est pas fait dans les 2-4 secondes qui suivent ça pourrait bien être votre dernière action et que dans le cas contraire vous aurez à portez le fait d'avoir sur la conscience le fait d'avoir ôté une vie!
    Car c'est bien de cela qu'on parle seul les malfrat dépourvues de conscience tirent sans regarder leurs victimes pour éviter par exemple de croiser leurs regard dans leurs derniers souffle...

    Il n'y à qu'un seul moyen au-delà des formations professionnelles (NTTC et/ou militaires...) pour maîtriser ces techniques que je ne décrirais pas ici c'est la pratique dans des environnements spécifique et bien encadrés.

    Je vous conseille donc de méditer sur tout cela et de ne pas oublier que le cinéma et le cinéma et qu'il n'est la qu'à titre récréatif et non instructif au même titre que de nombreux site et forum internet...

    Vous aimez visiblement les armes à feux alors intéressé vous réellement à leurs univers une bonne chose serait déjà de connaître (dans les grandes lignes leurs législations) et les règles de sécurité s'y rattachant.
    Pour information j'ai lu dans un commentaire que Roni fabriquais des "crosses" transformant les Glock en PM (Pistolet-mitrailleur) d'une part c'est faux au mieux ça leurs en donne une lointaine allure d'autre part ce genre d'accessoire ne modifie pas la mécanique de l'arme mais son apparence une pièce est bien rajouté pour pouvoir alimenter le PA mais ça s'arrête la!
    En france tout arme tirant par rafale (2,3...) ou en automatique (full) par bricolage ou par acquisition plus que douteuse sont strictement interdite au particulier!

    RépondreSupprimer
  14. Je me permet maintenant de rétablir certains points vus ça est là sur cette page:

    Le 9mm anémique? NON, différent, face à un 45 c'est un peut comparé un 4x4 à un poids lourd tout dépend s'il on veut taper en une fois avec un maximum d'impact ou si dans le même encombrement on préfère se donner le luxe de taper 3 à 4 fois, questionde ballistique terminale et de pouvoir d'arrêt. L'un comme l'autre se valent à partir du moment ou l'opérateur sait ou il va! l'une n'est pas plus efficace que l'autre...

    Au-delà d'être difficile à trouver en quantité
    suffisante les ogive/cartouches expansive de type hydrashock, Golden Saber, Gold Dot.. Sont extrêmement chères quant à la Double Tap (quasiment introuvable ici) même au USA la gamme TAP de Hornady est restreinte au administrations et aux particuliers répondant à certaines conditions...

    Le Mossad comme le Shabak d'ailleurs ne sont pas des "unité" mais des agences de renseignement qui n'ont rien de secret en revanche certaines de leurs activité sont dite "clandestines" ou sans couverture officielle. quant à l'usage du 22 dans les avions c'est tout simplement impossible:
    -Energie développée trop important (perçage de la carlingue ou bris de hublot).
    - Pouvoir d'arrêt ridicule
    c'est pour ces raison la que des projectiles frangibles ou parcellaires et les calibres s'y rattachant on étaient crées!
    Rappelant par ailleurs - pour certains - qu'en france le nombre maximum de munitions de catégorie 1 & 4 future catégorie B est limité à 1000 par calibre et non par arme!

    Je ne m'attarderais pas sur la fiabilité et surtout la précision des AK et autres UZI d'autres l'on fait bien avant moi...

    Je vous rejoins sur les "bidouillage" superflue en apportant tout de même une précision la lampe "tactique" est très tendance elle à juste une faille en condition de combat...elle se situe pile au niveau de vos organe vitaux facilitant leur acquisition pour un tireur aguerri d'ou l’intérêt de savoir tirer de la main forte...

    Je suis d'accord avec les modification de Superduke88 à l'exception de l’arrêtoir de culasse qui peut s’avérer plus gênant qu'autre chose...

    Quant aux tirs à 180m avec une 9x19 (en moyenne 350m/s) qui plus est sur de la cible réactive...



    RépondreSupprimer
  15. Bonjour,
    je tire avec l'administration pénitentiaire soit: sig saur 9mm, fap remington cal 12,fusil HK 5,56 automatique, flash ball, grenade caoutchouc... Ce que je peux dire avec certitude, c'est qu'à chaque situation correspond une arme idéale... Mais ça, ce sont des situations que l'on ne rencontre que dans une prison. In extenso, le maintien de l'ordre ou le conflit armé connait des situations d'engagement codifiées et similaires (très fonctionnaire!).
    Maintenant, dans le cas de DP, je suis entièrement d'accord avec la pertinence des propos et conseils de Volwest. La DP n'engage que les tripes sur l'instant T. les 5 ou 6 armes conseillées par les videos sont idéales. moi j'ai une carabine 22lr avec silencieux et lunette et à 200m je peux atteindre une partie vitale.Mon calibre 12 à pompe mossberg pour engager quelques individus rassemblés est idéal jusqu'à 20m. Quand au glock 19 (canon fileté avec silencieux)c'est le plus pertinent pour la mobilité et la discretion mais la possibilité d'engagement doit être limité à une ou deux personnes max!. Tout dépend donc de la situation dans laquelle on se trouve. Il n'y a pas de règles. Seule la survie des siens compte. Autant dire qu'il vaut mieux être bien préparé!!
    Merci Volwest!

    RépondreSupprimer
  16. Ouch, il y a du monde armé en France, mine de rien. Ça fait limite peur pour celui qui ne possède que son courage et aurait le malheur de passer à proximité d'un champ/jardin/propriété de certains types particulièrement nerveux et envahis de stress, en tentant de rejoindre à pied son point de chute...

    Sinon, Vol, je prends note de tes conseils sur le Glock 19, tout en lisant les réponses du dessous. J'envisage moi-même l'acquisition (une fois le parcours du combattant légal en France effectué) d'un Glock 17. A voir pour ma femme un Glock 19. Enfin, ce n'est pas encore fait, et il reste à motiver madame, mais ça va devenir une priorité cette année... tant qu'on a encore tous les deux un travail. :-)

    Je ne suis pas un pro des armes à feu, même si j'ai déjà utilisé fusil d'assaut, révolver et pistolet plusieurs fois, mais je fais fi des gesticulations intellectuelles sur les calibres et armes à feu à posséder. Je ne compte pas ouvrir une armurerie chez moi ni constituer un râtelier d'armes. Je pars du principe qu'une seule arme par personne suffira pour ma femme et moi. Et, bien sur, tout de suite le pistolet en 9mm. me vient à l'esprit comme une évidence. Je précise que nous vivons en zone urbaine.

    Je prends note et je plussoie sur le fait de posséder un calibre courant dans son pays, de posséder le même calibre au sein de son "groupe" (voire la même arme pour inter changer les pièces), et d'avoir une arme résiliente et rustique.

    RépondreSupprimer
  17. A ce compte là prenez plutôt un revolver.
    J'ai eu en main des revolvers poudre noire datant de la fin du 19ème siècle et toujours en état de marche et les pièces sont usinables "à la lime à main". Certes on parle de poudre noire anémique.
    Mais prenez un S&W modèle 19 canon 4" 357/38SP, la seule pièce à même de s'user c'est le percuteur et encore après des milliers de cartouches. Or ce percuteur se refait extrêmement rapidement.
    La pérennité d'un Glock sur 2 décennies en cas de "scénario survivaliste" c'est du délire. 99% des utilisateurs ne savent même pas démonter le percuteur ni la griffe d'ejection.

    Sans compter qu'un revolver 357/38 on peut recharger les munitions très facilement et même tirer à la poudre noire (aisément productible artisanalement), couler ses balles avec du plomb, etc.
    Produire des munitions 9mm sans les récentes "poudre sans fumée" c'est impossible, en plus un pistolet semi auto ne supporterai pas l'encrassement et les glocks detestent les ogives plomb.
    N'oubliez pas que si les munitions 9mm sont très répandues, les stocks seront immédiatement monopolisés par les groupes y ayant accès aujourd'hui et en cas de scénario, vous n'y aurez pas accès.

    La solution "à long terme" en survivalisme passe inévitablement par le revolver.

    Personnellement je choisirais du 44mag pour le pouvoir d'arrêt, vous pouvez tirer aussi du 44SPL plus doux. Et une carabine à levier sous garde (type winchester) dans le même calibre avec laquelle vous pouvez chasser du petit gibier. Les deux en inox pour éviter la corrosion.

    En revolver vous aurez le choix de la longueur de canon de 1,5" à 12" avec une fiabilité et aussi une puissance d'arrêt inégalée.

    Car là on parle de la France, mais si vous habitiez aux USA ou bien dans l'Europe de l'Est, en cas de scénarios apocalyptique, le choix le plus logique serait de se réfugier en forêt et là ce n'est pas des lièvres affamés que vous croiserez régulièrement mais des ours brun.
    Et croyez moi, dans le Yosemite des ours vous en croisez souvent en ce moment, capables d'ouvrir une bagnole en deux car ils ont sentit un pique nique dans le coffre, alors en cas de scénario post apocalyptique, la nature reprenant ses droits vous en verrez à tous les coins de sentiers...
    Demandez à n'importe quel randonneur nord américain (je ne parle même pas de chasseur), ils partent tous en balade avec un revolver au "minimum" en 44mag. Donc exit le glock 9mm.

    Sans compter que "légalement parlant" aujourd'hui rien ne vous limite en quantité de munitions en 44mag alors que vous êtes limités à 1000 cartouches manufacturées pour du 9mm (ce qui ne fait que 3 cartouches par jour pendant un an).

    Moi je en suis pas parano mais si j'étais vous ou écrivain de roman d'anticipation soucieux du détail, je prendrais un revolver inox 44mag.

    A bon entendeur.
    F.M.

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour a tous , pour aussi G19 et G 26 . Sur le glock volwest a tous dit , une super arme de poing . Pour moi il y a pas mieux. Tous le monde doit avoir un 9mm . Après la marque c'est comme le goût et les couleur chacun fait comme il veux.

    RépondreSupprimer
  19. Bonjour

    pour précision car il n'estpas bon de méconnaître les textes :
    "Nul ne peut détenir plus de 1 000 munitions par arme. Nul ne peut en acquérir plus de 1 000 par arme au cours de douze mois consécutifs, sous réserve du recomplètement prévu au cinquième alinéa de l'article 39"

    avant d'envisager l'acquisition d'une arme à une fin de défense, il serait bon que tous les candidats aient une connaissance parfaite des textes réglementant la légitime défense. Ça éviterait de les rencontrer aux assises...
    c'est très important. Soyez toujours dans les clous sinon ce droit que vous défendez à la vie vous conduira en taule.
    voir procès Fournié.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. de nos jours , nous sommes dans le doutent par l'évolution d'un avenir incertain concernant la France .

      Supprimer
  20. Salut vol west quel holster utilise tu? Stay safe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de cette rapidité quel conseil à tu pour un port discret ,confortable mais accessible rapidement ?

      Supprimer
    2. Merci pour ta réponse j ai suivie ton premier conseil et le serpa est vraiment excellent ! Mais moins discret :)

      Supprimer
  21. Salut vol west utilise tu les holster de chez trb car tu est sur leur site . Voilà juste pour info ! Quelle messagerie consulte tu le plus?

    RépondreSupprimer
  22. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut,

      "Meilleur" ça ne veut pas dire grand chose...
      C'est pour quoi faire ?

      Supprimer
  23. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour, super article !
    Un bon commercial lol !
    Plus sérieusement, dans le cadre de la survie, une question me vient : y a t'il interchangeabilité de pièces entre les modèles 17 et 19, et si oui, lesquelles ? Ou sinon, dans le cadre d'une réparation en mode survie, lequel sera le plus facile a dépanner (le plus courant ?) ?

    RépondreSupprimer
  25. Bonjour, après des années de tir au 357mag (S&W puis Colt Python) je suis passé au Glock 17C. Depuis que j'ai fait réduire au mini le poids de la queue de détente j'atteins à une excellente précision jusqu'à... 50m.
    Pour du tir à 100 et un peu au-dessus j'ai acquis un Keltec SUB2000 qui utilise les mêmes chargeurs. Je ne sors pas du visuel C50 à 100m en tir rapide. Plié, le Keltec ne mesure que 41cm et il entre parfaitement dans mon sac à dos.
    En mode "survivaliste" le Glock et le Keltec sont complémentaires.

    RépondreSupprimer
  26. Bonjour Vol West,
    pourrais tu nous donnés ton avis à l'occasion sur la génération 5 Glock,
    tes avis et retour d’expériences sont généralement très bien réfléchis.
    Merci à toi
    biz a Kira. (adorable la photo avec les trois balles)

    RépondreSupprimer