mercredi 24 novembre 2010

Le scénario "orange".







Le scénario orange est d'un événement allant de 10 a 90 jours.
Quand bien même ce genre de scénario est moins probable et moins courant que le scénario vert, il est d'une suite logique quand a la mise en place de systèmes visant une indépendance plus importante dans le temps.

Si la préparation aux scénarios vert (de 0 a 10 jours) se compose principalement de sphères et de méthodes nous donnant les moyens de minimiser l'impact d'un événement plus ou moins dramatique, le scénario orange doit nous amener a une gestion soutenable de nos besoins sur une durée plus conséquente. 

Si nous prenons la sphère de nos besoins en eau par exemple, il est évident que la différence en volume est ici énorme.
Pour une indépendance de 90 jours, le volume totale et minimum d'eau potable requise par personne est a présent de 360 litres a raison de 4 litres par jours.
Quand bien même la logistique de l'eau est raisonnable pour une indépendance de 10 jours, la logistique sur 90 jours est difficilement abordable, surtout pour les citadins.
La préparation sur 3 mois devient alors, en plus d'une réserve d'eau potable d'au moins 10 jours (scénario vert), la mise en place de moyens de récupérations, de transportations, de stockages, de filtrations et de purifications.

Purification, transportation, filtration...


Une autre sphère qui fait son apparition sur 90 jours est l'hygiène. Une hygiène douteuse sur 10 jours est sans doute acceptable, mais une durée de 3 mois sans nos systèmes de supports tels que l'eau courante, et l'accès a une quantité d'eau suffisante pour assurer ce travail est tout de suite beaucoup plus complexe.
3 mois signifie aussi que nous devons prendre en compte l'hygiène féminine par exemple. Quand bien même la plupart des femmes ont une petite réserve de produits hygiéniques pouvant accommoder un scénario vert, cette petite réserve ne sera pas suffisante pour accommoder un scénario orange. 

En plus de l'hygiène, l'univers du soin prend ici une importance aux conséquences incontournables. Sur 90 jours, c'est tous les individus dépendants de soins et de médicaments pour leurs survie qui seront soumit a des tensions pouvant être mortelles. Les diabétiques par exemple, sans accès a un surplus d'insuline et aux services de santés, seront tout simplement dans la merde.
Si vous ou une personne de votre clan avez aujourd'hui une ordonnance pour un médicament indispensable et vital, il est temps de vous procurez un surplus de 90 jours.


La nourriture est ici aussi d'une préparation plus complexe. Sans devoir faire un effort extreme, la plupart d'entre nous devraient pouvoir, caloriquement parlant, sortir indemne d'une situation de manque sur 10 jours. Certains en tirerons même quelques bénéfices.
90 jours sans accès a nos sources de nourriture habituelles, est par contre synonyme de tensions extrêmes, elles même synonymes de gestes gouvernés par la désespérance.
La mise en place d'une indépendance calorique sur 90 jours, est a l'inverse de l'eau assez facile a obtenir si nous considérons des aliments adaptés.
Pâtes, riz, haricots, farine, sucre, sel, miel et boites de conserves, sont des exemples de sources caloriques adaptées a un scénario orange.

Il nous faut ici aussi penser aux besoins alimentaires de nos animaux domestiques, et prévoir entre autre 90 jours de nourriture. Tout comme avec notre nourriture, celle de nos animaux doit être de la rotation. 
Quand bien même certains animaux domestiques pourraient ne pas avoir un rôle pertinent au sein d'une atmosphère difficile, ils sont quoi qu'il arrive notre responsabilité. 




La sécurité est elle aussi plus délicate, car la nature même d'un événement dramatique dans le temps est de l'accroissement continu des tensions inhérentes au manque.
La ou le scénario vert est d'une sécurité encore gouvernée par la morale établie par nos société, le scénario orange ronge petit a petit cette fabrique, et germe alors une morale basée sur le besoin.
La ou le pillage et le vol du scénario vert reste d'une populace déjà soumise a une morale douteuse en temps normaux, ce vol et ce pillage devient de plus en plus acceptable et normal dans le temps. Cette normalisation du geste conflictuel et de la confrontation verbal et/ou physique demande une préparation axée sur la gestion efficace du conflit…tant dans le retranchement que dans le mouvement.

La rationalisation de certains comportements prend alors le dessus sur les comportements, et la sécurité devient une constance au sein d'un scénario orange. La différence est ici d'une psychologie complexe, due au fait que nous devons maintenant gérer des familles, des enfants et des femmes dans le besoin…
Une relation particulière s'installe alors avec le monde, ou le "bien" et le "mal", le "bon" et le "méchant", le "haut" et le "bas" devient extrêmement complexe et paradoxale.

La boussole familiale ou clanique est ici primordiale…et l'infusion de personnalités, de regards, de rôles et de philosophies influencera la direction du groupe, et sa survivabilité au sein d'un univers prédateur.


Pour ce qui est de l'énergie, le scénario orange doit être d'un rapport qui s'aligne a l'économie d'énergie. A l'inverse du scénario vert ou l'utilisation de l'énergie est souvent explosive, la durée du scénario orange dicte une approche énergétique soutenable dans le temps.
La ou le scénario vert s'aligne complètement avec l'utilisation d'énergies "explosives" (intenses mais de courte durées) telles que les piles électriques par exemple, le scénario vert s'aligne avec l'utilisation d'énergies renouvelables ou "lentes" (faibles mais continues).

Les lampes torches par exemple, sont parfaitement adaptées a un événement de courte durée, mais elles doivent, soumises a un événement de longue durée, être d'une utilisation secondaire ou d'urgence. Les lampes a pétroles ou l'énergie solaire, sont ici des méthodes bien plus adaptées.

La régulation de la température, la préparation des repas, le traitement de l'eau et l'éclairage, doivent recevoir une attention particulière sur 90 jours. Le citadin est ici d'un désavantage certain comparé aux populations rurales, et la course a l'énergie sera déterminante au coeur des villes.


Une sphère faisant aussi son apparition sur 90 jours est le troc.
Cette relation économique est ici d'un rôle important, et la mise en place de préparations anticipants le troc est d'un avantage certain pour le survivaliste.
Les produits de consommation tels que les allumettes, les piles électriques, l'essence et le pétrole, les munitions, les médicaments, les produits hygiéniques, le fil de fer, les taros, les lampes torches, les bougies, les mèches de lampes a pétroles, les sacs plastiques, les tuyaux de jardin, le papier toilette et que sais-je encore, devraient trouver leur place au sein de nos préparations.

En plus d'outils et de matériel divers, la nourriture devrait aussi être préparée dans un esprit de troc. Farine, huile, sel, riz, pâtes, boites de conserves, lait déshydraté et miel sont sans doute des produits intéressants quand au troc.
Puisque cette préparation est du surplus, elle peut aussi être utilisée pour l'aide et le don.




Au final, la préparation au scénario orange devrait nous voir adopter une approche de la survie qui se construit sur des systèmes soutenables.
En plus d'une mise en place de systèmes soutenables s'alignants avec les principes d'économies d'énergies, un effort d'anticipation doit être de "l'autre".

Cette anticipation de l'autre est primordiale, car si une constance s'installe sur 90 jours, c'est la constance de la rencontre. Cette rencontre peut être de la coopération, comme elle peut être du conflit. 
Dans les deux cas, il nous faut être prêt a gérer cette situation.

Si la rencontre est de la coopération, il nous reste a gérer ce que cette coopération implique d'un point de vu logistique. La nature de la coopération va d'un simple échange d'informations, a l'intégration complète au sein du clan.
Quand bien même le simple échange d'information n'est pas d'une logistique lourde, la logistique de l'intégration est une affaire délicate et complexe.





2 commentaires:

  1. Salut Vowest,
    Intéressant, ta suite de scenarii en code couleur.

    Pour le matériel indispensable, amha, à un scenario orange, il faudrait ajouter de quoi assurer une réparation sommaire de son habitation...

    En effet, une vitre brisée, un morceau de toit parti avec la tempête, une porte forcée, et votre habitation devient inhabitable si vous n'avez pas de quoi réparer un minimum...
    Si vous le pouvez, conservez des grandes planches, des plaques de contre-plaqués, des bâches, éventuellement un peu de tôle ondulée, une chaîne et un cadenas, des clous, des vis, du fil de fer, du duc tape, etc...

    On peut aussi envisager avoir de quoi renforcer la défense passive de son habitation: barbelé (avec boite de conserve pour signaler une tentative de passage), du treillis métallique pour une protection sommaire des fenêtres, etc... Toute sorte de protection que l'on ne placerait pas en temps normal (en agglomération), mais qui pourrait changer la donne en K2KK.
    Attention tout de même à ne pas transformer votre habitation en Fort Knox, car cela finirait par attirer la convoitise.

    Comme tu l'a dit aussi, sur 90 jours, il faut lancer la solidarité avec les voisins.
    Cela peut commencer par bloquer les voies d'accès avec quelques voitures (suivant la gravité des événements), mettre en place des rondes de surveillance et un système d'alerte, repérer les médecins et les autres "spécialistes" utiles...
    Bien sur, on évitera de faire part de ses préparations pour ne pas attirer la convoitise, mais quelques dons ou échanges de vos propres réserves sera fortement apprécié. Cela peut-être un peu d'eau de javel et votre savoir-faire pour la récolte, la filtration et la purification de l'eau, le savoir pour conserver un maximum la chaleur en hivers, un paquet de bonbon pour les enfants du voisins, etc... Ne pas oublier qu'en agglomération (et même ailleurs), vous ne pourrez pas survivre seul contre le reste du monde. Par le simple échange de vos connaissances, vous pourrez sauver des vies! Regardez en Haïti actuellement, si les gens savaient ne serait-ce que purifier leur eau et gérer leur déchet, le choléra ne ferait pas de ravage comme maintenant ! Et ne vous leurrez-pas, vos voisins, pour la plupart, ne sauront pas mieux que les haïtiens faire face à ces problèmes: pour eux, les poubelles disparaissent comme par magie 2 fois par semaine, et l'eau coule à foison des robinets...

    D.

    RépondreSupprimer