lundi 18 octobre 2010

L'indépendance.









Si nos ancêtres voyaient l'enfance comme une période dédiée a la transmission d'outils en rapport a la survie, nous avons aujourd'hui adoptés une vision qui ne s'attarde qu'a l'éducation. La différence entre la transmission et l'éducation est de taille, puisque l'éducation ne se penche que sur la trace laissée derrière une certaine individualité, alors que la transmission repose sur une impersonnalité pragmatique.

Ce rapport a l'enfance nous aura conduit a une relation de plus en plus portée sur la dépendance. Que celle-ci soit par exemple affective ou physique, elle tend quoi qu'il arrive a l'esclavagisme de nos natures.

L'indépendance est avant tout du pouvoir.
Nous recherchons le pouvoir, parce qu'il est synonyme de notre position au sein du "troupeau"…et en fonction de notre position, nous croyons détenir d'autres chances de survie.
Quand bien même le pouvoir semble nous donner de meilleurs chances de survie, son développement au coeur de notre espèce s'est vu prendre un virage déroutant pour l'autoroute de la possession.

Ceux la qui possèdent, sont d'ailleurs aujourd'hui les mêmes qui nous gouvernent.
Ils ont compris que la possession est liée au pouvoir, et leur motivation s'étend de Rio a Moscow, de Pékin a Marrakech.

Face a cette motivation, a ce pouvoir, l'homme n'a que très peu de solutions pour affirmer sa conscience et le dessein qui l'anime.
Soit nous adoptons un comportement soumis, soit nous nous confrontons au pouvoir.
Cette confrontation est souvent de la révolte pure et dure, souvent de la tension qui s'exprime dans la violence.

Une autre forme de révolution plus souple, adaptée et intelligente, est la confrontation "ésotérique", car celle-ci engage et défie notre comportement par la remise en question de la personne et non du monde qui l'entoure.

Si je change, je change le monde.

Si je parle d'ésotérisme ici, c'est que l'ésotérisme n'est pas une science, mais bien une ouverture personnelle sur ce qui se passe en nous même et qui fait écho a ce qui se passe en dehors de nous même.
Cette observation est sans aucun doute d'une nature qui dois nous mener a comprendre un peu plus la relation entre le "dedans" et le "dehors", entre "moi" et "l'autre", a comprendre un peu plus peut être qu'il n'y a pas tant de distance que ça entre les univers autrement compris comme des dualités sans ponts.

Alors, et personnellement donc, le chemin sensé de la révolution est effectivement un geste porteur de changement, mais un changement du "dedans", qui tend naturellement a un changement du "dehors".

Il n'a jamais pour moi été question de changer le "dehors" dans mon approche du survivalisme. La seule politique qui m'intéresse est celle du libertarianisme parce que c'est la seule qui prône la liberté individuelle en tant que droit naturel, et il n'est donc aucunement remarquable que la plupart des survivalistes adhèrent au libertarianisme.

L'indépendance est fondamentale.
Elle est fondamentale parce qu'elle est fondatrice dans la relation, et que la relation est ce qui permet la vie. Cette relation est du bruit, comme celui de la pluie qui rend la terre fertile et permet le partage du blé pendant l'hiver.

Ce blog est aussi du bruit. Du bruit qui ne parle que d'une révolution du dedans.
Que de ce rapport parfois frustrant entre le monde du pouvoir et notre monde…entre l'intention des uns et la tension des autres, entre la dépendance et l'indépendance.

Si ceux la qui gouvernent la nourriture, gouvernent le monde, ma révolution est de faire pousser un jardin, et de me rappeler de la chasse et de la pèche…de me rappeler de nos ancêtres et de plonger mes mains dans la terre.

Si ceux la qui gouvernent la solution, gouvernent le monde, ma révolution est de ne plus me créer de problèmes, et de tendre a la préparation et a une logistique qui sert l'indépendance face aux systèmes de supports.

Si ceux la qui gouvernent l'énergie, gouvernent le monde, ma révolution est d'être un guerrier de l'énergie, et de combattre intelligemment cette folie qui prémédite le meurtre de nos enfants sur cette planète. 

Si ceux la qui gouvernent l'eau, gouvernent le monde, ma révolution est d'avoir un puits, et d'y plonger un avenir soutenable. Ma révolution est de recueillir l'eau de pluie et de me sensibiliser au gâchis.

Si ceux la qui gouvernent l'argent, gouvernent le monde, ma révolution est du calcul et de l'investissement tangible. Du rendement et du travail intelligent.

Et si ceux la qui gouvernent le monde, gouvernent l'Homme, ma révolution est de ne plus être un Homme, mais une conscience qui s'affirme et s'adapte a une jungle prédatrice. Une conscience intelligente et responsable de sa propre vie, de son propre destin…une conscience qui tend a l'indépendance.




4 commentaires:

  1. très poétique et tellement vrai.
    Je trouve lamentable que nous devons payer des taxes sur un terrain que nous avons acheté à des gens qui n'en sont pas propriétaires car cette terre nous appartient à tous. Lamentable que nous sommes règlementés sur notre propre terrain acheté. Des exemples, il en existe à la pelle de ces injustices de ces hommes qui nous contrôlent.

    VIVE LA LIBERTÉ !!!
    liberté, égalité, fraternité, hum hum mais bien sûr. A d'autres...

    RépondreSupprimer
  2. Encore maintenant, je découvre certains de tes posts Vol West... et décidément, au plus je te lis, au plus j'apprécie ton état d'esprit ;)

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour à tous et à toutes ..... c'est vrais ce que tu dit Volwest .....presque un discours de F :. F :. M :. , très intéressant et enrichissant cet échange qui nous uni tous , d'où moins dans la théorie . Quant à la pratique ....c'est l'individualisme qui prime , la méfiance ....car on ne sait pas qui est derrière le clavier et qui sont les lecteurs....
    Quant à moi.....je ne peut pas dire si je fais partie de "Ceux qui se préparent " , ceux qui m'entourent le pensent . J'apprécie les conseils et comme je l'ai dit plus haut ,cet échange enrichissant des témoignages ,articles et photos sans oublier les vidéos . Merci

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.