mardi 26 octobre 2010

Le survivalisme en 4.









"Etre un homme, c'est sentir, en posant sa pierre, que l'on contribue a bâtir le monde."
Antoine de Saint-Exupéry.




L'univers survivaliste est parsemé d'informations spécifiques quand a certaines sphères. De la construction de kits de survie aux méthodes de purifications de l'eau, il est facile de voir que le survivalisme est un arrangement complexe de systèmes et de méthodes, d'objets et de réflexions quand a notre environnement.

Cet "arrangement complexe" donc, je le vois comme un énorme centre commercial, ou l'individu déambule de choix en choix, de méthodes en méthodes, d'objets en objets et de réflexions en réflexions.

Notre présence dans ce centre commercial "survivalistique" découle sans aucun doute d'une motivation personnelle, d'une anticipation souvent spécifique, et d'une vision du monde souvent personnalisée.
Celui la se prépare pour la montée des eaux, celui-ci se prépare au crash boursier, et cet autre se prépare a une catastrophe nucléaire. Tous déambules les couloirs néons du centre commercial a la recherche d'informations susceptibles de leurs donner de meilleurs chances de survie.

Pour celui ou celle qui décide d'ouvrir les portes du survivalisme, cette organisation de l'information est parfois synonyme d'une certaine dérive tant intellectuelle que gestuelle.

La construction, qu'elle soit de l'immeuble ou de la préparation, se doit de commencer par les fondations. Sans elles, le tout devient bancale et maladroit. Sans elles, il devient difficile de parler de soi, car comme nous l'avons chuchotés dans les allées du centre commercial, cette construction est personnelle.

Les fondations du survivalisme sont pour moi les suivantes…


1- L'élimination des dettes.

Cette fondation est la première, car la dette est synonyme de dépendance et donc d'esclavagisme. Le seule dette acceptable aujourd'hui devrait être celle qui tend a la possession de la terre (richesse de premier ordre) ou d'un bien immobilier, et seulement si celui-ci est un investissement sensé.

L'achat a crédit est tout simplement une maladie qui s'attaque a nos libertés, a nos rêves et a nos familles. 
Bien avant tout autre geste, l'élimination des dettes devrait être une priorité. La super télé écran plat et la dernière de chez Renaud est un piège qui tue littéralement notre pouvoir personnel.


2- L'étude objective du risque.

Il est très très facile de s'abandonner a des anticipations sorties de films catastrophe. Le centre commercial du risque est un environnement dramatique, qui parfois sans le vouloir influence de sa nature la gestion du risque et l'imagination fertile de l'homme.

Cette fondation est importante, car elle ancre l'individu dans une étude et une gestion du risque qui n'est pas dramatisante. Si cette étude et cette gestion gouverne nos comportements au quotidien, c'est que nous avons sans doute été trop loin.
Ce "trop loin" est par exemple l'individu qui se creuse un abri anti-atomique alors que sa femme et ses enfants claquent la porte. Il gagne une protection relative contre un événement douteux, et perd sa famille en même temps. C'est l'étude et la gestion cannibalisante.

La gestion du risque devrait être de la priorité, et de la préparation dans cet ordre:
- Personnel.
- Local.
- Régional.
- National.
- Global.

Même si une pandémie ou un crash boursier sont des risques réels, nous avons plus de "chance" de faire face a une situation difficile personnelle telle que la perte d'un emploi, un incendie ou une maladie qu'autre chose.
La préparation devrait commencer dans la sphère personnelle, et proposer des solutions adaptées a des problèmes "de tous les jours".

Le masque a gaz et la combinaison NBC (Nucléaire, Biologique et Chimique) ne sont pas des solutions qui devraient prendre la priorité sur l'extincteur d'incendie, l'élimination des dettes, ou les réserves d'eau et de nourriture.


3- La planification.

La planification est incontournable. C'est très bien d'avoir un sac d'évacuation, mais sans le plan qui va avec, la seule chose a dire est "bonne chance".
Planifier c'est réfléchir, c'est observer, c'est s'informer, c'est questionner, c'est anticiper, c'est prévoir, c'est sentir, c'est tendre a…c'est de l'intention.

De l'élimination des dettes au stockage de la nourriture en passant par l'organisation de notre réponse face a un risque quelconque, la planification transforme un univers chaotique et vaste en geste organisé et compréhensible, autant pour nous même que pour notre conjoint, notre ami, ou notre voisin.


4- La construction de systèmes.

La construction de systèmes est la mise en place d'outils ayant pour rôle le maintient de la vie et l'affirmation de notre conscience. 
Un sac d'évacuation (BOB - Bug Out Bag), est un système permettant le maintient de la vie dans une situation de fuite ("fuite", n'est pas un négatif).
Le stockage de nourriture est aussi un système, et son rôle est de maintenir la vie dans une situation de retranchement.

Les systèmes doivent être complémentaires et pragmatiques. Ils doivent aussi s'adapter a la planification et non l'inverse…ce qui veux bien dire qu'ils naissent forcement de l'intention.


Cette construction est de deux sphères: les systèmes mobiles (SysMo), et les systèmes immobiles (SysImo).

Les systèmes mobiles sont par exemple les sacs d'évacuation, les EDC (Every Day Carry) et les kits en tout genre. Ce sont des systèmes qui s'alignent avec un besoin de mouvement et leur rôle est du maintient de la vie sur une durée déterminée.

Les systèmes immobiles sont multiples et parfois très complexes. Le stockage de la nourriture et de l'eau est du système immobile…mais cette sphère regroupe aussi la production de nourriture et les énergies renouvelables par exemple.

Le rôle du système immobile est aussi le maintient de la vie, mais sur une durée beaucoup plus longue que les systèmes mobiles, et donc ils sont beaucoup plus lourds et généralement plus couteux.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.