dimanche 26 septembre 2010

Pic pétrolier.








Hier soir, la télévision me regardait, jusqu'à ce que je tombe au milieu de plus de 500 chaines sur Mad Max "the road warrior".
Mad Max, est un de ces films qui passé les costumes, les voitures et les coupes de cheveux post-apocaliptiques, explore un monde ou le pétrole est devenu rare.

Cette vision d'un future ou le pétrole n'est plus en abondance est troublante…et raisonne a droite et a gauche sous le nom de "pic pétrolier".
Le film est intéressant a plusieurs niveaux, et semble surtout brutalement exposer notre dépendance a cette énergie, et son impact sur nos vies.

Si nos manières de vivre sont ce qu'elles sont aujourd'hui, si nos vies sont ce que plus de 2 milliards de Chinois et d'Indiens désirent maintenant, c'est que le pétrole a été et est plus que jamais une énergie déterminante dans le développement de nos pays.

Nos possibilités agricoles, nos chaines de productions, nos chaines de transportations, de traitements, d'extractions, de fabrications…tout ce qui défini notre statut et notre manière de vivre est dépendant du pétrole. Et non seulement nous sommes dépendant de cette énergie, mais en plus nous sommes dépendant du maintient constant de sa production dans l'essor.

Cette dépendance au pétrole va de nos modes de transports, a l'emballage en plastic de notre viande au supermarché. Elle va de la machine agricole, a la mise en place d'une centrale nucléaire et l'extraction de l'uranium. Elle va de notre apport en électricité, au traitement des eaux usagées. De la seringue du docteur, a la fabrication de nos ordinateurs.

Le pétrole gouverne notre confort, et maintient nos modes de vies. Il n'est alors pas étonnant que plus de 2 milliards d'individus sur cette terre tendent a ce confort, et demandent leur part d'une énergie "libératrice" et donc paradoxale.

Le pic pétrolier fait souvent l'objet d'un débat émanant d'un malentendu.
Simplement parlant, le pic pétrolier semble designer un moment plus ou moins précis dans le temps, qui exprime le sommet de la production pétrolière dans le monde, avant que cette production subisse plateau, puis un déclin, puis s'arrête.
Il me parait tout a fait logique, que l'on puisse observer une courbe de production quand au pétrole, puisque cette énergie n'est pas renouvelable sur le court terme.

Ce moment est donc le pic de notre production.
C'est souvent sur la date d'un tel événement que le débat a lieu…certains diront 2010 (la compagnie Ford par exemple), et d'autres diront 2030 (le gouvernement Français et Shell), mais tous sont d'accord pour dire que le pic pétrolier est une réalité.

Pour bien comprendre le pic pétrolier et ce que cela veux dire, il nous faut comprendre que pour avoir du pétrole, il faut d'abords le trouver, puis l'extraire, le raffiner et le transporter.
Le pic de la découverte de gisements de pétrole conventionnel (soit 95% du taux d'exploitation jusqu'ici) date d'environs 40 ans. Ce qui veux dire, que cela fait 40 ans que nous nourrissons notre appétit pour cette énergie sur plus ou moins les mêmes gisements.

Les méthodes d'extractions de gisements découverts plus récemment (le pétrole subconventionnel) sont très couteuses, car ces gisements sont principalement situés dans des zones difficiles d'accès telles que les gisements offshore profonds et polaires, qui demandent des méthodes et une logistique beaucoup plus lourde.

Pour illustrer le pic pétrolier, le gisement du Cantarell au Mexique (le plus grand champ pétrolier du pays) découvert en 1976 a atteint une production de 2,2 Mbls par jour en 2004, et aujourd'hui ne produit plus que 973 000 barils par jour, et ce déclin ne fait que continuer.
Notons que le Mexique est un des plus grand producteur de pétrole dans le monde.



Alors nous arrivons au problème de la demande, et c'est ici que le pic pétrolier prend tout son sens, et que des pays tels que l'Allemagne se voient aujourd'hui tirer le signal d'alarme.

Même si nous ne sommes pas encore a un pic de la production du pétrole, la demande pour cette énergie est croissante. Cette demande est entre autre 2 milliards de Chinois et d'Indiens qui regardent notre train de vie, et qui veulent comme nous le faisons vivre dans le confort pétrolier.





1 commentaire:

  1. Très juste...
    J'ajouterais, comme l'explique Piero dans son 1er livre, que les ennuis liés à ce pic commenceront bien avant qu'il y ait une vraie pénurie, mais quand les coûts de + en + élévés pour extraire cet "or noir" se répercuteront sur TOUS les prix de nos biens de consommation . Et celà peut arriver assez rapidement en fait, car de plus en plus de gisements seront abandonnés faute d'être rentables (même s'il y reste encore un peu de pétrole...). Conséquence = une inflation inévitable + ou - rapidement...
    Stay safe

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.