jeudi 9 septembre 2010

Introduction a la survie en milieu urbain.










L'urbanisation a une échelle mondiale, et la logistique qui l'accompagne en rapport a la survie, demande un certain raisonnement quand a la mise en place de préparations viables pour l'individu et la famille.

Si nos villes et nos métropoles semblent relativement stables, il serait naïf de conclure qu'elles sont immunisées a des situations voyant ses habitants devenir les participants actif d'une survie plus ou moins difficile et plus ou moins longue.

Si nous prenons comme référence les 100 dernières années, nous pouvons voir que la survie en milieu urbain est une réalité qui va de la protection personnelle au jour le jour, jusqu'à survivre une guerre atomique.
Des millions d'individus émigres vers les métropoles du monde chaque jour, et donc il est facile d'en déduire que la plupart d'entre nous habitons et travaillons au sain d'une ville ou la densité de population est importante.

Ces 100 dernières années, ont aussi vues un changement dynamique du conflit armé, ou les villes sont maintenant perçues comme des cibles militaires stratégiques due principalement au fait qu'elles abritent plusieurs sphères vitales au bon fonctionnement du pays comme le commerce, les transports, le gouvernement et l'industrie.
La prise de Bagdad en est l'exemple d'aujourd'hui…mais d'autres exemples sont tout aussi pertinent comme Paris, Warsaw, Beirut, Madrid et Grozny.

Si le conflit militaire reste pour nous un scénario peu probable, nous pouvons cependant apprendre beaucoup des habitants de ces villes par rapport aux méthodes de survie misent en place, car le conflit militaire est loin d'être la seule et unique force destructrice ou déstabilisante que nos agglomérations pourraient subir.

Les crises économique de l'Argentine et aujourd'hui de la Grèce, ont et crées encore des tensions extrêmes sur les habitants de Buenos Aires et d'Athènes.
Les catastrophes naturelles telles que l'ouragan Katrina qui a frappé le continent nord-américain en 2005, a prouvé que les habitants d'un pays aussi riche que les Etats-Unis n'étaient pas immunisés contre une situation tragique ou la survie est devenue en l'espace de quelques heures un mode de vie. Pareil avec les émeutes de 1992 a Los Angeles, qui ont fait plus de 2000 blessés et ou 53 individus ont trouvés la mort.

La liste des scénarios qui menace les populations de nos centres culturels est accablante…et pourtant c'est souvent cette même population qui est la moins concernée par une logistique et une préparation visant a la survie.

La survie en milieu urbain, n'est pas aussi différente que celle du milieu rurale. L'individu, ou qu'il habite, sera gouverné par les mêmes besoins physiologiques, et je suis toujours étonné de voir avec quelle insouciance et dépendance les populations urbaines existent.

Nous avons tous une roue de secours dans nos voitures…cette anticipation est tombée dans les meurs, et personne ne contredira l'avantage certain d'avoir le moyen et les outils de ce sortir d'une situation allant rarement plus loin qu'une simple contrariété.
La contrariété vois donc une mise en place d'un certain système et d'une logistique, mais les émeutes, l'incendie, l'économie, le terrorisme, les inondations, la pandémie, l'agression ou l'interruption de nos systèmes de supports tels que l'électricité, l'eau, la distribution de nourriture, les services de santé et les transports…rien.

La pandémie de 1918 a fait 100 millions de morts en 1 année. 

Nous sommes tous d'accords pour la roue de secours, mais pour ce qui est de la mise en place d'une logistique en rapport avec des situations menaçant nos vies, il n'y a plus personne…ah si j'oubliais…il y a le gouvernement !
Le fait est, que la population urbaine, a dans l'idée que si il y avait une situation menaçant leurs vies, le gouvernement serait la pour les sauver.

C'est d'ailleurs bien connu, les gouvernements du monde sauvent les citoyens du monde. Si vous vous faites agresser dans le métro, un policier viendra a votre secours…les citoyens Américains de la Nouvelle Orleans ont été sauvés, les habitants de Bagdad sont en ce moment même pris en charge, et les citoyens du Soudan, vivent très bien a Darfour.

Trêve de cynisme.
La réalité est évidente…nos gouvernements ne sont pas prêts et équipés a faire face a une catastrophe importante telle qu'une pandémie par exemple.
D'ailleurs les organisations comme FEMA (Federal Emergency Management Agency) qui est chargée de l'atténuation, de la prévention et de la réponse face aux catastrophes naturelles et humaines aux Etats-Unis, admettent ne pas avoir les ressources nécessaires pour accomplir leur mission, et demandent aux citoyens Américains, et surtout les citadins, d'être la première ligne de défense et donc de faire certaines préparations en vue d'une situation difficile.


D'un point de vue logistique, et si nous restons avec l'exemple de la pandémie, qui selon les scientifiques et les spécialistes du monde n'est qu'une question de temps, il est évident que nos gouvernements seront complètement débordés et incapables de répondre efficacement a une urgence menaçant des millions d'individus.
Si les images et les reportages sur Katrina nous ont appris quelque chose, c'est que nous sommes responsables de notre propre survie, et que dépendre d'une aide extérieur quelconque n'est pas toujours une possibilité.

D'ailleurs, pendant cette catastrophe, une grande partie du personnel qui était censé répondre aux besoins d'individus en détresse n'était pas disponible car ils s'occupaient de leurs propre familles, ou ont fui avec les millions d'évacués.
La police, les pompiers, les docteurs, les infirmières, les ambulanciers, bref les individus en première ligne lors de certaines catastrophes ne seront peut être pas au rendez-vous, et ceci n'est pas un jugement de ma part, juste une constatation qui devrait nous motiver a la responsabilisation et la prise en main de nos vies.

Une catastrophe naturelle ou humaine, est un événement traumatique.
Etre entièrement dépendant d'une entité pour la résolution d'une situation difficile est une demande et une attente qui va au delà des possibilités de nos gouvernements…eux même nous le disent.

L'ambassade de France au Japon par exemple, a d'ailleurs sur son site une liste qui ressemble plus ou moins a notre BOB ou sac d'évacuation en cas de tremblement de terre. Le gouvernement Américain fait de même sur des sites comme "ready.gov", en demandant au citoyens de préparer un kit de survie, de mettre en place un plan d'évacuation, et d'être autonome pour une durée minimum de 72 heures.

Si des organisations comme EPRUS (établissement de préparation et de réponse aux urgence sanitaires) voient le jour en France, c'est bien que notre stabilité est d'une nature relative, et que nos systèmes sont fragiles.

Ce fait est d'autant plus pertinent pour les citadins, ou la densité de population est une logistique ingérable pour les systèmes en place en cas de catastrophe majeur.

Par exemple, Paris a une population de plus de 2 millions d'habitants, avec une densité de plus de 20 000 personnes au kilomètre carré…il y a 700 médecins et 1000 lits d'hôpitaux par 100 000 habitants, et seulement 7500 pompiers pour toute la capitale.

A l'échelle de l'ile de France, les chiffres deviennent monstrueux, avec une population approchant les 12 millions. 

Si tout ces chiffres ne nous sensibilisent pas a la préparation et a la responsabilisation au niveau de l'individu, et bien c'est que nous ne voulons pas l'être. Pourtant, un minimum de préparations est suffisant pour éviter bien des situations, et alléger nos services d'urgences…car si je n'ai pas besoins d'aide, cela veux bien dire aussi que mon voisin qui lui est en détresse peux recevoir une certaine attention.

Si nous avions tous a la maison de quoi subsister pour ne serais-ce qu'une semaine en complète autonomie, notre rapport avec les faits divers et notre dépendance face aux systèmes de supports se verrait être d'une nature complètement différente. Imaginez alors 1 mois d'autonomie !
Pour un citadin, cette autonomie est d'une importance pertinente…mais comme les habitants de villes subissant dans les 100 dernières années des situations variées peuvent en témoignés, la survie en milieu urbain est avant tout de l'ingénuité.


72 heures d'autonomie.




Si le citadin et le provinciale est gouverné par le même désir de voir ses besoins physiologiques assouvis, la situation du citadin reste précaire sur au moins 2 fronts.
L'eau, et la sécurité.

La capitale administrative du Cameroun Yaoundé, avec plus d'1 million d'habitants, se voit être en pleine pénurie d'eau potable.
Ses habitants subissent depuis le début de l'année des coupures d'eau qui durent plusieurs jours, et certaines villes moins importantes comme Mbouda s'est vue être privée d'eau courante pendant près de 3 mois en 2009.

Le ministère chinois des Eaux, a déclaré récemment que parmi les 661 villes chinoises de structure organique, plus des deux tiers connaissent la pénurie d'eau potable. Il ajoute que le problème est un désastre pour les populations citadines.

Le témoignage des habitants de Berlin durant la deuxième guerre mondiale et plus récemment de Beirut et de la Nouvelle Orléans, suggère que les méthodes de transportation, de recueillement et de filtration sont tout simplement primordiales a la survie des citadins faisant face a une situation de survie.
Pour ce qui concerne une planification viable, une réserve d'eau potable, une méthode de transportation et de stockage (Jerrycan, sceau d'eau, bouteilles…), une méthode de recueillement (tarpaulin, bâches et autres matières plastic pouvant recueillir l'eau de pluie) et une méthode de filtration est un minimum pour s'assurer un approvisionnement en eau potable.

Tonneau recueillant l'eau de pluie d'une maison de banlieue.

Réserve souple d'eau de pluie dans un sous-sol.



Il n'y a aucun doute, que la protection personnelle et la sécurité en générale est une sphère ayant une place importante au sain de la survie du citadin.
En temps normal, cette sphère occupe déjà une place importante dans le quotidiens psychologique urbain. Agression, vol, cambriolage, émeute, vandalisme, terrorisme, accidents…sont autant de risques que le citadin doit négocier avec plus ou moins de succès.


En temps de crise, cette sphère devient une priorité.
Les habitants de villes subissants des tensions extrêmes doivent anticiper une montée de la violence conséquente, comme nous l'avons vu a la Nouvelle Orléans par exemple.
En temps de besoin et dans une atmosphère chaotique ou les forces de l'ordre et les systèmes de réponses sont hors ligne et dépassés par les événements, certaines personne n'ayant aucun moyen de défense risquerons de devenir les victimes d'individus prouvant qu'il est plus facile de prendre que de se responsabiliser.



Ce monde est un monde prédateur, ceux qui ne sont pas prêt a accepter cette réalité pensent que leur sécurité doit être reléguée a d'autres…dans une situation de survie, cet "autre" n'existe pas.






6 commentaires:

  1. Pour le stock de nourriture ( je suis un urbain ) j' ai opter pour la " lois Suisse " qui oblige tous citoyens helvètes d' avoir chez eux et par personnes ( animaux de compagnies compris )un stock de nourritures pour 2 semaines.

    Mais le problème qui se pose pour moi et... La sécurité :s Comment faire dans un pays où le gouvernement fait tout pour empêcher le citoyen d' avoir une arme à feux ? ( Si je me pose la question, s' est parce que actuellement dans ma ville, la police est en sous nombre. Et ce là ne risque pas de changer, vus que s' est trop... Chère )

    RépondreSupprimer
  2. Salut,

    Puis-je me permettre de te demander dans quel pays tu résides ?
    Si nous parlons ici de la France, peut être que certains lecteurs ou moi même pourrons te mettre sur quelques pistes quand a la sécurité.

    +1 pour le stock de nourriture de 2 semaines qui inclut nos animaux.
    Penses-tu passer a 1 mois ? 3 mois ? 6 mois ?
    volwest

    RépondreSupprimer
  3. je suis au nord de la France. la Belgique :) ( temps que ce là existe encore :s )

    J' y travail pour la nourriture. Je pense à 1 mois de nourriture chez moi ( pas possible de faire plus. je vis en appartement . Quand je dit 2 semaines, s' est surtout valable en Suisse. En effet si, chez eux , la situation perdure après 2 semaines, le gouvernement met leur plans d' urgence en route ( distribution de nourriture venant des stocks du gouv. Si ce là continus, réquisitions des magasins et rationnement. Et il y a aussi un plan pour l' achat de denrée alimentaire à l' étranger avec réquisitions des moyens d' acheminement des denrées). Bref les Suisses sont au TOP par rapport aux autres pays ( Normal, s' est le citoyen qui décide de la politique là bas, donc... )

    RépondreSupprimer
  4. Salut,

    Oui la Suisse est en avance…
    Nous avons par ici quelques amis Belges qui devraient pouvoir te renseigner quand a tes questions pour la sécurité…

    a+

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut

      Vivant en belgique je me permet de te donné une idée de comment faire pour assurer la sécurité chez toi . Il est faux de croire qu'il est difficile de posséder une arme légalement, il suffit de passer sa licence de tireur sportif dans un club de tir et il y en à quand même pas mal dans ma région il y en a déjà 5 sur 40km de rayon . Avec ta carte de tireur sportif tu peu légalement aller chercher une arme de calibre spécifique je conseille le 22 lr ensuite tu peu demander un modèle 4 pour avoir un 9mm ou encore un 45acp et les prix ne sont pas plus élevés qu'aux usa les démarchent prennent un peu de temps (formation sur le maniement des armes et la sécurité et ensuite la pratique régulière du tir pour avoir un niveau acceptable) et te couteront un peu (assurances auprès du club cotisation achat de l'arme neuve ou d'occasions munitions endroit de stockage sécurisé surtout si tu as des enfants) mais il me semble que c'est un investissement intéressant pour un survivaliste .

      bonne réflexion et prenez soin de vous

      Supprimer
  5. Bonjour,

    à la lecture de cet ancien article, j'aimerai dire que malheureusement, même ce qui est acquis à tendance à disparaitre... tu parles de la roue de secours, sache que maintenant, elles sont en options dans beaucoup de voiture. Dans certaines, ils n'ont même plus la place de la mettre, et au mieux propose une galette.

    Juste une intervention, car finalement, rien est acquis!!

    Bonne journée

    RépondreSupprimer