mardi 7 septembre 2010

C'est quoi un survivaliste ?





Mais alors…c'est quoi exactement un survivaliste ?
Voila une question qui mérite une attention particulière. 



La tribu des Nez Percés du nord ouest Américain, était une des seule tribu qui ne mourrait pas régulièrement de faim pendant l'hiver. Ils sont aujourd'hui plus connus pour l'élevage et la sélection du cheval Appaloosa, mais ce que je retiens principalement de leur mode de vie, est qu'il était d'une certaine indépendance, et d'une certaine planification.

Un survivaliste, est tout simplement une personne qui, comme le Nez Percé, tend a l'indépendance. 
Aujourd'hui, cette indépendance n'est plus seulement liée a l'hiver ou autres contraintes environnementales, mais elle s'étend aussi aux systèmes de supports et donc aux gouvernements. 

Si il me faut prendre l'exemple calculé de la tribu, c'est que nous pouvons tous y voir une manière de vivre et une histoire claire et simple…bien entendu, cette histoire est aussi l'acharnement de "l'homme blanc" de voir cette indépendance se transformer en dépendance, et cette transformation, est pour le survivaliste "moderne" informative et pertinente.

Pour certains, cet exemple restera abstrait.
Il est abstrait, parce que la plupart de la population ne se sent pas dépendante de quoi que ce soit, et donc n'a aucun besoin de se voir confronter a une question qui n'aurait a première vue aucun rapport avec notre univers. La plupart des gens, ne se sentent simplement pas concernés.
Apres tout, nous ne sommes pas des indiens, et les gouvernements du monde ne s'acharnent pas a nous voir résider dans des réserves ou autre camps prémédités.

Ouf.
Cependant…juste pour être vraiment sur de notre évidente liberté…posons-nous une question simple.
Quelles-sont les éléments essentiels a ma survie envers lesquels je suis indépendant ?
Pour mieux répondre, il nous faut sans doute définir "éléments essentiels".
Pour moi, les éléments essentiels a notre survie sont sans aucun ordre particulier la nourriture, l'eau, l'abri, l'énergie, la protection personnelle et le soin.

Il me faut bien admettre, sans arrière gout de conspirations, que notre dépendance est alors importante.
Nous sommes j'en ai bien peur, plus ou moins dépendant de tous les éléments essentiels a notre survie.
La nourriture nous vient d'ailleurs, l'eau nous est distribuée, l'abri nous est construit, l'énergie nous est vendue, la protection nous est interdite, et le soin…le mot "patient" le résume assez bien.

Le milieu urbain, est une intéressante représentation en masse de cette dépendance.
Si nous avions une télécommande magique, et que nous pouvions d'un doigt arrêter pour 48 heures le flot de l'eau courante qui dessert la région Parisienne, nous nous rendrions compte a quel point notre dépendance est profonde et notre responsabilisation face a nos propres besoins est inexistante…car être survivaliste, c'est aussi tendre a la responsabilité en tant qu'être vivant a part entière, en tant que conscience.

Le survivaliste n'est pas une feuille morte gouverné par les vents…mais il n'est pas non plus ce que les médias du monde voudraient nous faire croire, ou ce que certains extrémistes voudraient vendre.
Si je regarde ce monde avec sincérité, je ne vois que trop d'esclavagisme sournois, de lois créant toujours plus de dépendance et d'aides qui ne sont que des interventions.

Admettons-le.
Nos vies "civilisées" sont un labyrinthe de dépendances plus ou moins importantes.
Pourtant, ceux la qui tendent a l'indépendance, qui tendent a une responsabilisation de l'être, sont souvent les sujets d'un regard méfiant.
L'amalgame est d'ailleurs mathématiquement enfantin : Armes + réserves = anti-social parano violent.
Pourquoi pas.

Alors, un survivaliste est souvent confondu avec un individu qui se prépare a.
Le problème avec cette définition, est que ce qui vient après le "a", est souvent loin d'être juste, car nous parlons ici de l'effet, et non de la cause. Bien sur, le survivaliste, par défaut se "prépare a", mais seulement parce qu'il tend a plus d'indépendance.

Je ne me prépare pas a voir nos systèmes de supports s'écrouler, je tends a plus d'indépendance, que les systèmes s'écroulent ou non.

Je ne me prépare pas a la fin du monde tel que nous le connaissons (soupir), je tends a plus d'indépendance, que la fin du monde arrive ou pas.

Je ne me prépare pas a la guerre, ou que sais-je encore, je tends encore et toujours a plus d'indépendance, guerre ou pas.

Tout ce qu'un survivaliste entreprend, se doit d'être d'une certaine indépendance, et non d'un calcule qui se repose sur l'anticipation d'un événement. Un survivaliste est un "prepper" (mouvement Américain qui désigne un individu qui se prépare a) par défaut, mais un "prepper", n'est pas toujours un survivaliste.

2 commentaires:

  1. Je suis d'accord avec toi sur cette définition mais il faudrait ajouter que notre indépendance ne sera jamais totale, tant qu'il y aura des gens sans scrupules pour nous la voler intelligemment. Le plus indépendant que je connaisse dans ma vie, "dépend" encore des systèmes mis en place. Quand je vois certaines communautés qui se forment pour être en autonomie totale, tels les écovillages, on voit bien que peu réussisse car l'état contrôle en partie cette "indépendance". La bataille de l'indépendance n'est pas gagnée d'avance. Le mieux que l'on puisse faire, c'est se préparer à préserver le peu de liberté que nous avons car chaque poussière est précieuse.

    RépondreSupprimer
  2. Salut…

    Oui c'est sur…c'est pour cela que j'utilise le terme "tendre a l'indépendance".
    C'est un défi de tous les jours.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.