mercredi 1 septembre 2010

BUG OUT - Introduction.





"To Bug out" (BO) est une action qui prend sa source dans le besoin d'évacuer un domicile ou un lieu ne pouvant plus maintenir la vie, ou ne pouvant plus assurer une certaine stabilité dans l'immédiat.

En temps normal, notre domicile est un lieu qui offre une relative stabilité quand a nos besoins physiologique et psychologique. Ce domicile est avant tout un abris, qui nous permet de réguler notre température, et qui nous protège des éléments.
Le domicile est aussi un lieu relativement sécurisé et sécurisant. Il offre un certain confort, mais aussi une protection contre les intentions de "l'autre".

Ce lieu, est comme il a été dit plus haut d'une stabilité relative qui ne peux prétendre être un jour soumit a une force destructrice qui nous verrais devoir quitter notre confort pour survivre…ou donc pour être précis : Bug Out.

Une évacuation brutale est une éventualité qui n'est pas souvent explorée et encore moins souvent le sujet d'une planification et d'une préparation.
Pourtant, chaque année, cette éventualité devient réalité pour des millions d'individus dans le monde.



Les inondations au Pakistan sont l'exemple du jour…mais l'évacuation et l'abandons du domicile est une action qui se répète depuis la découverte de nos premières grottes. Aujourd'hui, notre compréhension du monde et notre déconnection systématique de nos rapports a la nature signe une dépendance désastreuse quand au domicile.

La fuite est un instinct viable, mais préparer cette fuite avec une approche systémique nous rends beaucoup moins vulnérable et nous permet de nous adapter plus facilement a une situation difficile.

L'approche du BO se doit d'être systémique donc, parce qu'elle regroupe plusieurs  champs d'organisations, et donne naissance au Bug Out Bag (BOB), au Bug Out Véhicule (BOV), et a la Bug Out Location (BOL).
Ces 3 champs d'actions sont complémentaires…et gouverne une approche holistique des préparations tendant a l'évacuation rapide de notre lieu de résidence.

Quand bien même un livre entier pourrait être dédier a chaque champs tant ils sont complexes et personnels, je vais en faire une introduction.


1- La planification.

La planification est primordial…et commence avec une évaluation large des risques concernant le lieu de résidence même. Cette évaluation doit être la plus objective possible et partir de dangers a un niveau locale pour ensuite grandir a l'échelle mondiale. Cette évaluation doit entre autre prendre en compte le climat, la densité de population, l'environnement et ainsi de suite.
Cette évaluation est donc rendue très personnelle.
Il est évident qu'un individu vivant dans la Lozère n'aura pas les mêmes données et donc le même plan qu'un Parisien.
Une méthode efficace quand a l'évaluation des risques tant humains que naturels est de faire une liste de tous les risques possible et de donner a chaque risque une note de 1 a 3, 1 représentant un risque peu probable, 2 un risque probable, et 3 un risque très probable.
Cette liste ressemble a ceci (elle n'est qu'un exemple et ne reflète en aucun cas une évaluation personnelle):

-Incendie = 3
-Inondation = 1
-Tremblement de terre = 1
-Eruption volcanique = 1
-Feu de foret = 2
-Neige, glace et tempêtes d'hiver = 3
-Grosse chaleurs et sécheresse = 1
-Tornade = 1
-Emeute = 1
-Terrorisme = 2
-Accident nucléaire = 1
-pandémie = 2
-Guerre civil = 1
Etc...

Apres avoir fait une évaluation poussée de notre position et des risques par rapport a cette position, un plan de prévention et d'évacuation est possible.
Ce plan d'évacuation est principalement fait sur des cartes (voir le sujet "La philosophie des-cartes)…et il commence par la détermination d'un ou de plusieurs points de chute ou BOL (Bug Out Location).
Trop souvent, la BOL est comprise comme étant un refuge loin des villes ou la fin du monde n'est qu'un distant murmure…mais une BOL peut aussi être un hôtel a 5 minutes du domicile principale, car elle dépend bien sur de la sévérité de la situation.

Il nous faut bien comprendre qu'une évacuation brutale n'est pas forcément synonyme de la fin du monde…mais bien souvent une situation temporaire, ou un hôtel ou le domicile d'un ami ou d'un parent est bien la solution la plus adaptées, comme en cas d'incendie par exemple, ou l'évacuation doit être immédiate, mais ou il n'est aucunement nécessaire de se voir faire 50, 100 ou 200 kilomètres pour se sentir en sécurité.

Je vois donc 3 points de chute ou BOL.
L1 - Une BOL très proche et donc facilement et rapidement accessible pour une situation de courte durée. 
L2 - Une BOL d'une distance inférieur a 100 kilomètres nous offrant un dépaysement totale de notre résidence principale, mais qui reste accessible même dans des conditions difficile.
L3 - Une BOL d'une distance supérieur a 100 kilomètres qui offre une possibilité de vie soutenable dans les scénarios les plus dramatique.

Une foi la décision prise quand au choix d'une BOL…3 routes différentes doivent être déterminées pour atteindre chaque position.


2- Le véhicule.



Le terme "véhicule" représente ici la méthode de déplacement employée lors d'une évacuation. Ce véhicule est une voiture, un train, un bateau, un vélo ou nos jambes.
Le BOV (Bug Out Véhicule), n'est qu'un principe qui tend a la préparation d'un moyen de transport dans l'anticipation d'une évacuation.

Il est évident qu'avoir un moyen de transport comme une voiture est dans bien des cas un avantage, puisque ce véhicule nous permet de parcourir une distance importante et en relative sécurité et confort. Le piège ici est pourtant de taille, comme nous en avons été témoins lors de l'évacuation de la Nouvelle Orleans dans l'anticipation de Katrina. 
Les routes principales sont vite devenues des obstacles infranchissables et une condamnation de ce voir abandonner pour la deuxième foi son "domicile".



La voiture demande aussi une énergie non renouvelable…de l'essence…et se voit donc limitée par le bon fonctionnement des stations essences, et son réservoir.
Apres le passage de Katrina, les habitants du Mississippi et de la Louisiane, ont eu beaucoup de mal a se ravitailler en essence due principalement au fait que les stations essences ne fonctionnaient plus car elle même n'étaient pas approvisionnées en électricité, et donc dans l'impossibilité de faire marcher les pompes.

La méthode la plus simple reste dans bien des cas la méthodes la moins fragile et influençable. A moins bien sur de subir une blessure paralysante, nos jambes sont donc le véhicule de base…et c'est pour cette raison, que ce véhicule détermine et gouverne la durée et la distance en rapport avec l'action de BO.

3 jours, et une distance de moins de 100 kilomètres est devenu un standard du principe même. Si nos jambes dictent nos possibilités en rapport avec la distance, elle dictent aussi nos capacités en terme d'outils.


3- Le BOB (Bug Out Bag).



Le contenu du BOB est directement influencé par tous les autres champs.
Il devient en cas d'évacuation la somme des outils et matériaux que nous possédons, et donc se doit d'être pragmatique, prêt a l'action et donc facilement accessible.

Son rôle principale, est de nous aider a aller d'un point de danger, a un point de relative sécurité, et de répondre a nos besoins pendant ce voyage, mais aussi peut être au delà…
Ces besoins sont de l'essentiel.
Eau, nourriture, abris, feu, premiers soins, et sécurité.

Il est, ce que tous les réfugiés du monde, toutes les victimes d'une évacuation brutale, toutes les personnes dans le besoins n'ont pas et demandent.
D'ailleurs, si nous regardons la liste de dons d'organisations comme la croix rouge, nous y voyions a peu prêt les mêmes choses : Eau, nourriture, abris, médicaments…

Sa forme est principalement celle du sac a dos, car il permet une certaine mobilité et un certain confort…mais un BOB peut être n'importe quelle méthode de transportation. Une amie d'un certain âge vivant dans une ville importante, et ne pouvant supporter un sac a dos, me demanda de lui préparer un BOB adapté a ses besoins. Dans son cas, une petite valise a roulette a été la solution.

Le BOB devrait nous permettre de boire, de manger, de se soigner, de s'abriter, de se réchauffer, de s'approprier, et de se défendre.
Ces champs d'action détermines sont contenu…que nous verrons dans un sujet antérieur.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire