lundi 6 septembre 2010

BUG OUT - BAG.








Pour mieux cerner le BOB (Bug Out Bag - sac d'évacuation) et sa fonction, il me faut parler de stress.
Le stress, ou syndrome général d'adaptation, est un ensemble de réponses a certaines contraintes environnementales, qui pourrait se résumer a un comportement de fuite ou de lutte.

Bien sur, ces comportements peuvent aussi être de l'ordre de réactions telles que l'observation ou le camouflage par exemple…mais la fuite et la lutte reste un axe pertinent dans nos modes de réactions face a une multitudes de contraintes ou tensions.

Ces contraintes environnementales sont variées, et notre héritage biologique joue ici un rôle important.
A cet héritage biologique, s'ajoute aussi notre "héritage" psychologique, qui sans aucun doute influence nos réactions et nos comportements en rapport a certaines tensions.
Cet héritage est par exemple la somme de nos expériences et notre éducation…cette remarque me semble importante, car pour beaucoup, le développement du BOB sera largement influencé par cette sphère, rendant plus ou moins le BOB relativement inadapté aux contraintes même.

Cette "personnalisation" compulsive d'un outil qui tendrai a la prévention ou l'élimination de tensions variées est une erreur. Un BOB est sans aucun doute une affaire personnelle puisqu'il doit être adapté a un environnement et a des besoins plus ou moins propre a la personne et son terrain de jeu, mais sa nature et sa fonction est de préserver la vie, et donc il doit s'aligner avec des lois allant au delà d'une sphère égocentrique. 

Ayant fait une exploration minimaliste de la question du syndrome général d'adaptation, nous pouvons voir que la décision de "fuir" (Bug Out), ou de "lutter" (Bug In) devrait être un processus biologique assez simple. Si un danger, une tension ou une contrainte environnementale menace notre vie dans l'immédiat, comme dans le cas d'un incendie par exemple, notre réponse s'alignera avec certains instincts.
Même si comprendre cette réponse nous donne des indices quand a nos réactions et nos comportements en rapport avec un danger immédiat, elle ne nous donne pas par contre des indices quand a l'anticipation du danger et la gestion du risque.

La décision d'évacuation, ou de fuite, est principalement gouvernée par les probabilités de maintenir la vie dans une situation et un endroit spécifique. La plupart d'entre nous avons a un moment ou un autre pensé a notre propre évacuation au cas ou une contrainte environnementale menacerait notre habitation, notre quartier ou notre région…puisque nous avons tous un jour ou l'autre été témoins ou avons entendu parlé d'urgences ou de situations nécessitant la fuite.

Cependant, il nous faut bien admettre que très peu aurons le choix entre la fuite et la lutte quand la situation n'est pas d'un risque immédiat comme l'interruption des méthodes de distribution d'eau et de nourriture, les coupures d'électricité, d'émeutes plus ou moins importante et ainsi de suite, parce que la plupart des familles et des individus ne sont pas prêts et équipés pour ce qui précède la réponse de fuite ou de lutte et qui est la négociation.

Tout comme nos préparations au sein de l'habitat, le BOB est d'abord un outil de négociation et d'adaptation en rapport avec certaines tensions.
La faim est une tension.
Le froid est une tension.
La douleur est une tension.
Les capacités de négociations du BOB sont intimement liées a nos besoins physiologiques, et donc par conséquent psychologiques…mais aussi et peut être surtout, avec la vie même, et son rapport avec l'énergie.

La vie s'organise autour d'une constance qui est de l'économie d'énergie. Le BOB doit naitre et tendre a cette constance primordiale.

La survie, c'est d'abord un certain rapport énergétique…et l'économie gouverne ce rapport.
Quand la tension "soif" apparait, c'est la ligne droite a l'eau qui doit s'exprimer. La survie est du plus court chemin, dans le sens du moins couteux en énergie…un rapport énergétique constant entre "donner" et "recevoir". Si je "donne" plus que je ne "reçois", alors il arrive un moment ou nos comptes bancaires énergétiques sont a découvert.

Il est aussi important de comprendre que la nature du BOB repose sur l'évacuation, et non l'anticipation d'une survie a durée indéterminée. C'est un outil de négociation, et sa raison d'être est principalement d'assister l'évacuation d'un endroit a haut risque et de subvenir aux besoins physiologiques d'un individu pendant environs 72 heures.

L'environnement, le terrain psychologique, le pouvoir d'achat, la nature de l'anticipation, sont autant de paramètres qui affecterons le choix des outils habitants le BOB. Il est évident encore une foi que le BOB d'un Parisien de 25 ans et célibataire, n'aura pas les mêmes outils qu'un homme de 50 ans avec une famille et vivant dans les Alpes. Certains auront a traverser des terrains urbain, d'autres seront a des kilomètres des villes…mais tous devront répondre aux mêmes principes et aux même lois.

L'outil de négociation présenté ici n'est donc en aucun cas une solution et une réponse universelle aux contraintes environnementales. Certains y trouverons des outils qui seront inadaptés a leur univers, et donc il ne peut être qu'une expression de principes en relation avec l'économie d'énergie, et la négociation de certaine tensions.

Je voudrais préciser aussi, que bien qu'il y ai des modules qui adressent chaque sphères, un effort de décentralisation rend ce projet difficile. Par exemple, le module "feu", ne représente qu'une partie de la sphère feu. Le module "cuisine", a lui aussi en son sein un module "feu".


-Le sac.

Le choix du sac est important, mais il n'est aucunement nécessaire d'en faire tout un plat.
Il est bien souvent soumit a une préférence qui germe de l'ensemble des caractéristiques physiques du porteur, ce qui est sensé…et a ce sujet, les femmes auront un peu plus de difficultés pour trouver "chaussures a leurs pieds". Un effort certain est cependant de nos jours observable en ce qui concerne la manufacture de sac a dos qui prennent en compte les besoins et les formes de plus de la moitié de la population mondiale.

Le sac a dos a évidement plusieurs avantages, puisqu'il nous permet de porter un certain poids assez confortablement, mais aussi et surtout il n'encombre pas nos mains, et donc se prête très bien au mouvement sur des terrains variés, ou les mains peuvent être utilisées pour maintenir notre balance, ou faire certains gestes tout en continuant une progression parfois nécessaire.
La qualité est ici relative, car je préférerai que tous aient un BOB d'une qualité discutable, plutôt que de voir un petit nombre ayant des BOB d'une qualité redoutable…
Mon BOB est un Camelbak BFM d'une capacité de 42 litres…avec un réservoir d'eau interne de 3 litres (pour ceux que ça intéresse).
40 litres est sans doute un minimum quand au volume, et plus de 60 litres devient difficile a trainer, surtout pour ceux qui n'ont pas une vie active ou ne sont pas habitués a la marche et le port de quelques kilos.

Une recherche est sans doute nécessaire pour trouver l'idéal…qui comme je l'ai dit sur un autre sujet peu très bien être une petite valise a roulette. L'esprit d'adaptation est ici plus important que la forme choisie. En ce qui me concerne, mon sac a dos était un cadeau d'anniversaire.
Le réservoir d'eau interne apporte du bon et du moins bon. Efficace et confortable pour le transport de l'eau, mais par grand froid le tube gèle, et le système est difficile a nettoyer.


-L'eau.



L'eau est un sujet fascinant.
Plus de 800 millions d'individus n'ont pas accès a une eau raisonnablement potable…ou approximativement 1 personne sur 8.
3.575 millions d'individus meurt chaque années d'une maladie liée a une eau contaminée.
Seulement 0.007% de l'eau sur la terre est accessible a la consommation direct…et les Nations Unis ont estimés qu'en 2025, plus de 48 pays avec une population combinée de 2.8 milliards, feront face a un manque d'eau fraiche.

D'un point de vue physiologique, l'eau est un de ces besoins qui mérite une place et une attention particulière au sain de nos préparations.
La déshydratation, surtout en temps de stress et de situation difficile ou le corps dépense beaucoup d'énergie, est un phénomène paralysant.
Cette sphère demande donc la mise en place d'un système qui se repose sur un minimum de 3 méthodes de traitement…et d'une capacité assez calculée en ce qui concerne le stockage.
L'ébullition, la filtration et le traitement chimique ou la purification sont les 3 méthodes les plus viable pour s'assurer un apport en eau potable.

Le module "eau" est ici en relation avec mon environnement, qui heureusement ne manque pas d'eau.
Je n'ai donc pas besoins d'avoir des capacités importantes de transport, ce qui, pour avoir vécu en Californie du sud pendant des années, est soulageant.

*1 bouteille Nalgene d'1 litre.
La bouteille Nalgene est un produit très intéressant. Durable, même incassable, elle est ma méthode préféré pour le transport de l'eau. Elle a aussi l'avantage d'être un outil de mesure et donc sert au calcule des volumes.

*2 bouteilles Platypus pliantes d'1 litre.
Les bouteilles pliantes de Platypus sont d'une utilité importante pour le BOB principalement parce que le container lui même a eu et continu d'avoir une influence remarquable sur notre développement en tant qu'espèce. Celui-ci est pliant et d'un poids inconséquent !

*1 réservoir Camelbak de 3 litres.
*1 quart.
Le quart n'est pas un outil que j'affectionne particulièrement…il est la, parce qu'il a l'intelligence de s'emboiter sur la bouteille Nalgene. Le quart est un outil militaire…son dessein est donc extrêmement limité si sa fonction est de faire cuire ou bouillir. Dans une situation de survie ou la déshydratation est présente par exemple, faire bouillir de l'eau quart par quart est une de ces actions qui n'a pour moi aucun sens. Cet outil prend par contre tout son sens au sain d'un geste militaire ou le ravitaillement est continu…ou en tant que gobelet ou la perte de la méthode de cuisson et d'ébullition première.

*1 filtre a pompe Katadyn.
Le filtre a pompe est il me semble une nécessitée quand a toute épreuve ou la survie devient une réalité de tous les jours. Le volume de traitement de l'eau est ici d'une intelligence qui s'aligne avec une compréhension intime de nos besoins et des lois d'économie d'énergie.

*1 filtre a paille Aquamira frontier pro.
Quand bien même le filtre a paille nous vient aussi du monde militaire, et quand bien même ses capacités sont limitées, les ingénieurs a Aquamira ont bien pensés leur petit filtre a charbon. Seul, sa force est dans le compact, son poids ridicule, et le fait qu'il soit rapide a déployer…mais la ou ce filtre prend de la valeur, est dans le pas de visse universel au bout du filtre. Il a donc la capacité de ce visser a n'importe qu'elle bouteille en plastique, notamment les bouteilles Platypus.
Nous avons maintenant un filtre a gravité, ou un filtre qui se place directement sur une bouteille trouvée.



*10 capsules Micropur.
Le traitement chimique de l'eau est j'en ai bien peur une réalité incontournable. 
Filtrer prend du temps, et n'est pas sans risques quand l'ébullition n'est pas possible. C'est alors que le traitement chimique a sa place.



-Le feu est une de ces sphères qui reste pour notre espèce un apprivoisement de taille.
Pour ce qui est de la survie et de sa place dans le BOB, sa présence est primordiale. Le feu permet entre autre la régulation de notre température, la cuisson de la nourriture, il permet de rendre l'eau potable par l'ébullition, et a de prêt ou de loin une influence holistique sur la plupart de nos gestes. Son impact sur les contraintes environnementales est évident…



*2 tige allume-feu.
Je reste fasciné par cet outil. Bien qu'elle demande une certaine discipline et un entrainement continu, cette méthode reste fiable et durable. La ou cette méthode devient difficile a mettre en place est dans des conditions humide ou l'approvisionnement en matériel de combustion est "impossible" a trouver.

*1 briquet BIC.
Que dire de cet outil sinon qu'il rendrait nos ancêtres jaloux.
Le BIC est un de ces objets magique qui sort tout droit de notre fascination pour le jetable. Il a bien sur ses limitations, mais reste un outil qui aura toujours sa place dans mon BOB, mes tiroirs, mes poches, ma voiture…

*10 Wetfire.
Pour parer a l'éventualité d'un temps pluvieux, et donc pour compenser les limitations des méthodes présentées ci-dessus, un matériel de combustion adapté est nécessaire.
Ce matériel est souvent sous l'influence de certains produits chimiques, et Wetfire n'est pas une exception. D'autres méthodes sont disponible bien sur, mais j'ai une bonne expérience avec ce produit.


-L'abris.



Se protéger des éléments est sans aucun doute un geste qui se doit d'être de l'essentiel.
J'ai choisit la bâche et la couverture de laine pour tendre a ce besoin.
Bien sur, quand on pense a une situation ou il nous faudrait dormir dehors, les premiers outils qui nous viennent a l'esprit et qui ont du sens restent la tente et le sac de couchage.

Il est vrai que quand je vais camper, j'utilise bien souvent ces méthodes, qui offrent a première vue un confort relatif. Une tente est certainement un outil intéressant, si ce n'est pour son poids et son volume…il en est d'ailleurs de même pour le sac de couchage.

Si nous approchons la survie d'un certain angle, nous nous apercevons que la survie n'est pas une affaire qui tend a un future incertain, mais bien une affaire de tous les jours.
Des millions d'individus s'y confronte chaque jour.
Ce sont des millions de réfugiés, des millions de familles qui vivent la survie du matin au soir…et le soir, nos tentes moderne et nos sacs de couchage momie en duvet ne font pas parties de leur paysage.

La bâche et la couverture sont par contre des outils que nous voyions sans cesse sur nos postes de télévisions. C'est un système qui a été et qui est encore testé tous les jours par des millions de gens.
Ce qui est intéressant ici, c'est aussi la polyvalence qu'offre ces outils…comme la simple fabrication d'une cape avec la couverture.

*1 bâche (poly tarp) 1.8x2.4 mètres.
*1 couverture 100% laine.


-Lumière.



Même si je ne suis généralement pas attaché a ce module pour le camping, la lumière devient un outil qui prend tout son sens au sain du BOB. 
Le besoin de voir la nuit, de s'orienter, de trouver, d'identifier, de se déplacer, est dans une situation difficile un atout important.

*2 bâtons lumineux chimique.
Cet outil répand une lumière plus ou moins intense pendant une durée de quelques heures. Très pratique, léger, et très efficace pour la signalisation de nuit.

*1 lampe frontale Petzl e-lite.
La lampe frontale est une invention fantastique. C'est un outil qui permet le geste et l'action, qui sont d'une nécessité éprouvante. Cette lampe frontale est minimaliste dans sa taille et son poids, ce qui la rend adaptées a nos limitations.



*1 lampe de poche Fenix LD10.
De 9 a 120 lumens avec une pile AA pour moins de 50$ ?
Merci Fenix.
Quand il faut répandre un faisceau de lumière important, cette petite lampe de poche fait un travail impressionnant. Elle vient aussi avec un diffuseur blanc ou orange. Le diffuseur marche très bien pour lire les cartes ou dans une situation de signalisation, et a 9 lumens, la durée de vie est de 35 heures.



*1 lampe d'arme de poing SureFire X300.
170 lumens est un atout quand il est question d'identifier une cible potentielle. 170 lumens est d'ailleurs une arme a part entière.



-Communication.



Pendant une situation d'urgence, la possibilité de communiquer et de recueillir des informations est sans aucun doute un atout et une logistique importante. La diffusion des informations sur les ondes reste un système viable…surtout en temps de crise.

*1 petite radio/réveil a pile.
Le marché est saturé de petites radios a piles ou rechargeable a l'aide d'une manivelle. J'ai opté pour une radio a piles AA (2) parce que j'avais déjà ce petit réveil de voyage, et que l'économie est aussi importante dans la fabrication d'un sac d'évacuation.
La petite radio marche très bien, et capte FM et AM.
Le réveil est aussi intéressant, car il nous permet d'avoir un système d'alarme si nous devons faire des tours de gardes ou rester éveillé.

*1 Motorola "Talkabout" talkie-walkie.
Pouvoir communiquer avec un autre membre du clan et rester en contact lors d'une séparation est un avantage certain. Compact et simple d'utilisation, le talkie-walkie est un investissement qui mérite sa place dans le BOB.



-Energie.



Pour opérer tout ce matériel il nous faut des piles.

*8 AA au lithium.
Juste un petit mot sur les piles Lithium.
L'avantage de la pile au lithium est sa légèreté, sa durée de vie, sa tension, et son bon fonctionnement dans des conditions difficile telles que le froid. Son désavantage reste son prix par rapport aux piles alcalines.
La tension délivrée par une pile au lithium est cependant plus du double de celle délivrée par les piles salines et alcalines.

*4 piles AAA au lithium.
*1 pile 9V. au lithium.
*1 pile alcaline CR123.
*3 piles 3V. CR 2032 au lithium.

Les piles sont contenues dans une poche étanche…et même si vous n'avez pas d'outils qui demande l'utilisation des piles les plus courante (AA-AAA-9V), il peut être utile de les prévoir quand même.





-Kit Personnel.



Je ne vais pas m'étendre sur ce module, puisque j'en ai déjà fait son résumer.
Je rajoute cependant ici quelques pièces en argent (silver eagles).
L'argent (le métal précieux) est intéressant qu'il y est une urgence ou non. Il a les mêmes propriétés que l'or (bien que plus stable que ce dernier, surtout en ce moment) face a l'inflation ou sa reconnaissance dans le monde entier.
Son avantage par rapport a l'or est de pouvoir l'obtenir facilement sous des dénominations plus petites et donc de pouvoir être échangé pour des besoins plus petit.

*Passeports, papiers d'identité…
*10 pièces en argent.
*Minimum 100E liquide et en petites coupures.



-Défense.



La protection personnelle est un module qui reçois souvent une attention négative. Elle est pourtant primordiale a la survie. Quand bien même il nous faut faire tout notre possible pour éviter et diminuer les confrontations, celles-ci sont parfois inévitables, surtout dans une situation difficile (voir New Orleans).
Il n'est évidement pas question ici de "partir a la guerre", ou je ne sais quel autre fantaisie de l'esprit, mais bien de défendre notre vie.

*1 bombe lacrymogène.
La bombe lacrymogène est un moyen plus ou moins efficace de se défendre.
Les limitations de cet outil sont pourtant de tailles. 

*1 Glock 19.
Le Glock 19 fonctionne, point.

*3 chargeurs.
*100 balles Hydra-shok.




-Orientation et signalisation.



*Cartes routières et topographiques.
*1 Boussole.
*1 Carnet de note et crayon a papier de charpentier.
*1 sifflet "Fox 40".
*1 miroir de signalisation.
*1 marqueur et du scotch d'électricien.
*1 petite paire de jumelles.
*1 sac étanche.






-Nourriture.





Ce module est complexe.
Il prend ces racines dans la "popote".
Cet outil est primordial…et je suis étonné de ne pas voir la présence d'une popote dans les préparations de certains quand au BOB. Le quart, comme nous l'avons vu plus haut, est un outil spécialisé…la popote reste, dans le monde entier, l'outil centrale d'une survie ou l'individu, ou un groupe d'individu doit se nourrir et traiter l'eau au quotidien.
Avoir un outil capable de traiter l'eau et de préparer la nourriture est évident…mais ce qui n'est pas toujours évident est le volume nécessaire en rapport a nos besoins physiologiques, et le respect des lois concernant l'économie d'énergie.

La survie, c'est aussi et surtout un travail constant.
Marcher, gravir, tirer, couper, scier, porter…le geste est constant, et donc le besoin en eau et en nourriture par rapport a l'effort fournit doit être proportionnel. La popote répond a ces besoins…le quart, ne fait que répondre au quart des besoins.

La mienne (MSR-Blacklite) se range dans un sac qui sert aussi pour la cueillette par exemple.
Bien que la préparation de la nourriture soit une sphère intimement liée a la survie, avoir de la nourriture qui ne demande pas une certaine préparation est une nécessitée quand on parle d'évacuation.



*2 Rations de survie.
Les rations de survie sont les plus adaptées a une nutrition dans le mouvement. Elles sont les Modules alimentaire de survie (MAS), les unités alimentaire de complément ou de secours (UACS), les repas individuel d'exercice (RIE) ou les rations de combat individuelle réchauffable (RCIR).
Il est important d'ouvrir ces rations, et de faire un tri du contenue pour les rendre moins volumineuses.



*1 repas lyophilisé.
Le repas lyophilisé est intéressant de par son poids minime…il a cependant le désavantage qu'il demande une préparation, et qu'il nécessite d'un peu d'eau précieuse.
La compagnie "Mountain House" est très active dans le développement de repas lyophilisés, et on trouve même des repas végétariens, pour ceux qui ne mange pas de viande.

*1 cuillère en bois.
*1 cuillère en plastique.
*1 module feu, qui comprend une autre tige allume-feu, un autre BIC, une boite d'allumettes tempête, quelques Wetfire, et un Spark-Lite.




*1 bouteille de pastille pour le traitement chimique de l'eau.
*1 petite serviette/éponge.
*4 barres énergétiques.

*4 sachets de boisson en poudre.
Le gout de l'eau qui a été traitée chimiquement laisse a désirer. Ces boissons sont aussi chargées en électrolytes, et chaque sachet est bon pour 2 litres voir 3.

*1 anse en aluminium pour la popote.
*1 petit bol en plastic qui contient du sucre, du sel et du poivre…et aussi un piège en acier pour le petit gibier. 



*1 nécessaire de pêche.
La nourriture de base d'un individu sur cinq est le poisson. Le poisson est généralement assez facile a attraper, et la pêche se soumet aisément aux lois de l'économie d'énergie dans son rapport a l'effort et au rendement.



*1 réchaud de camping (MSR-Pocket Rocket) et une cartouche de gaz.




-Premiers soins et protection environnementale.



Les probabilités de ce voir soumit a une blessure durant une situation critique sont assez importantes.
Pouvoir se soigner ou administrer des gestes de premiers soins sur une autre personne demande une préparation qui va au delà de la présence de certaines méthodes et outils. Les formations proposées par la croix rouge par exemple, sont bien plus appropriées que la possession d'outils spécialisés.

La prévention et la protection environnementale est donc un moyen de réduire les blessures.
Cette sphère regroupe aussi les vêtements, puisqu'ils tendent a la protection contre les éléments et l'environnement.


*1 paire de gant de travail.
Les gants en cuir sont généralement trouvés ici. Je préfère les gants de travail parce que je les utilisent dans ma vie professionnelle, et donc je suis habitué a leur forme.

*4 masques anti-poussière.
*1 nécessaire anti-venin.
*1 Bivy isothermique.
Même concept que la couverture de survie, même combat (l'hypothermie), mais une présentation plus solide et en sac de couchage plutôt qu'en couverture.



*1 kit de premiers soins niveau 1…et 1 kit de premier soins niveau 2.
Je ne peu décemment pas faire une description poussée de ces kits ici. Je reviendrais sur ce sujet a l'occasion, et a la demande.



En ce qui concerne les vêtements, il est évident que la liste ci-dessous est adaptée a la saison, et donc changeante, et qu'elle ne représente pas un absolu. 



*1 paire de gants polaire.
*1 bonnet de laine.
*1 poncho.
*1 bandana 100% coton.
*1 paire de chaussettes en laine.
*1 caleçon.
*1 T-shirt.
Ces 3 derniers éléments sont contenu dans un sac étanche.

*1 polaire.
*1 casquette.
*1 shemagh.
*1 paire de treillis.
*1 veste coupe vent et imperméable a capuche.




-Outils.



L'outil est la sphère la plus représentative d'un rapport entre l'effort et l'économie d'énergie. L'utilité d'un couteau par exemple, change complètement si celui-ci n'est pas affuté, et met a jours le rapport effort/rendement. Cette sphère se doit d'être d'une nature polyvalente et de ce fait répondre a des besoins variés.

Une étude de notre champs d'action immédiat est ici primordiale pour déterminer la panoplie de gestes de l'individu au sain de son terrain. Il y a cependant certains champs d'actions qui quoi qu'il arrive se retrouverons dans tous les milieux.
Couper et réparer sont des exemples de ces gestes communs.
Il me faut préciser aussi, que les marques ci-dessous ne sont en aucun cas une publicité ou un désir d'influencer le choix des outils, mais des exemples dans le principe même des actions.

*1 couteau pliant Spyderco "Tenecious".
*1 couteau a lame fixe Mora.
*1 couteau a lame fixe RAT7.
*1 machette.
Sincèrement l'outil que j'utilise le plus en mode "vie sauvage".

*1 scie a métaux.
La scie a métaux, découle d'une considération en rapport avec l'humanisation de notre monde. Les chaines et les cadenas sont partout de nos jours.



*1 scie a bois pliante (Sawvivor).
*1 hachette/marteau.
*1 outil multi-fonction Leatherman "Wave".
Pour le poids et la taille, la polyvalence est ici remarquable. 



*1 pierre a aiguiser.
*30 mètres de corde.
*2 sangles en nylon.
*1 petit tournevis et une panoplie de têtes.
*1 lanière de remplacement de lance pierre.
Ce sont aussi 2 tubes en caoutchouc…qui peuvent servir au module de premiers soins, ou le module eau.

*30 mètres de fil de fer.
*4 sardines en aluminium.
*1 mousqueton de sécurité.
*1 petite bouteille en plastic entourée de duct tape qui contient du matériel de pêche et du matériel de couture.








Epilogue.

Un BOB est un système qui tend a la négociation et a l'adaptation.
Il est donc important de comprendre que le BOB même est plus ou moins en état d'évolution permanente…et qu'en tant que système, il aura toujours des faiblesses, et ne pourra jamais a 100% résoudre certains problèmes, ou répondre a certaines situations.

Il peut par contre nous donner des probabilités d'adaptations importantes, et nous permettre de répondre plus ou moins efficacement a nos besoins.
Cet outil, comme tout autre outil, n'est qu'une extension de notre savoir, de nos mains…et il serait dommage qu'il deviennent la seule et unique réponse possible a nos maux, créant alors une dépendance néfaste a un système. Si la réponse a une rupture de nos systèmes de support est un autre système, il faut bien avouer que nous évoluons alors dans un univers paradoxale.

12 commentaires:

  1. Bonjour, j'aime beaucoup les articles que tu écrit, continue comme sa.

    Pour cette article, je suis étonné de tes choix.
    En début d'article, tu dis qu'il s'agit d'un bob pour environ 72h, hors tu prend énormément de matériel.
    As tu réellement besoin de tout sa ?
    Par exemple pour la cuisine.
    Personnellement, pour une durée de 72 heures, je me limiterais à des biscuit sec, des barres énergisante, des fruits sec, (des vitamines en cachet à mettre dans l'eau). Pas de réchaud, de popote, de cuillère, ... Se qui fait un énorme gain de poids, et donc de fatigue (énergie).

    Tout dépend évidement comment tu vois la vie après les 3 jours.
    Tu devrais peut être séparer ton bob en 2.
    Le premier de base pour réellement 3 jour, puis retour à la normale.
    Le second que tu ajoutera au premier pour pouvoir passer plus de temps hors de cher toi. Des vivres supplémentaire, des outils, ta popote, matériel de pèche, ...

    RépondreSupprimer
  2. Salut Bouh-riko, et merci de lire.


    Bonne question !
    Il manque effectivement dans cet article un paramètre de taille, et qui est ma situation familiale.
    Si ce BOB n'engageait que ma personne, et qu'il était construit sur une équation unique, alors effectivement une bonne partie du matériel présenté est sans doute un trop relatif…encore qu'il pourrait servir a d'autres dans la rencontre et l'entraide.

    Je ne vois pas la survie comme une sphère individualiste…surtout dans une situation difficile…et mes préparations reflètes cette conviction, non pas dans l'idée de "sauver" le monde, mais bien de répondre le plus efficacement possible a des lois naturelles qui tendent au groupe.

    Ces outils sont donc l'expression de ma situation, qui doit prendre en compte une multitude de consciences et de besoins. Ta situation est sans doute différente, et je comprend que tes outils soient d'une nature plus sélective et moins lourde.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    Très bon blog, clair et concis...Félicitation!
    Juste une question:outillage tu prends la hachette et la machette en meme temps ou tu ne sera pas tout seul?Parce que justement j' hésites pour ma part entre les deux( pour le gain de place et poids)

    RépondreSupprimer
  4. Salut Ventilo, et merci de lire…

    Je prends les deux oui.
    La réponse a ta question est difficile sans a mon tour devoir te poser des questions quand a ton environnement, ta situation familiale, la nature de tes anticipations et les plans que tu a mis en place par exemple.

    Quand bien même la hachette est aussi un marteau (extrêmement pratique), si je devais choisir entre les deux pour le court terme et dans un milieu rurale voir naturel, je prends la machette. Si tu te prépare sur du long terme, la hachette/marteau a du sens, car cette combinaison peut tendre a la fabrication d'une machette.
    Si tu es en milieu urbain, le choix serait aussi de la hachette/marteau, avec une polyvalence interminable pour casser, ouvrir, fortifier, construire, transformer, couper…

    @+
    volwest

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir,

    j'aimerai savoir ce qui est utile de mettre dans un sac d'évacuation. Je parle d'un sac tout prêt pour les expatrié qui devrait quitter un pays en urgence (exemple code d'ivoire, Tunisie, Égypte...) Ou une évacuation suite a une catastrophe majeur (météorologique, accident industrielle...)

    RépondreSupprimer
  6. Salut…

    Bonne question!
    Puisque ce sujet mérite une attention particulière, surtout ces jours-ci, et qu'il est évident que le sac d'évacuation ci-dessus est hors de question dans les paramètres que tu proposes, je vais faire un article qui s'oriente vers l'évacuation d'un expatrié d'une zone "chaude".

    Pour l'évacuation suite a une catastrophe majeur, l'article ci-dessus devrait apporter certaines réponses quand a la nature du sac d'évacuation.

    Merci de lire...

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour, déjà très bon blog j'aime beaucoup, c'est très instructif.
    Par contre j'aurais bien aimé savoir combien pèse ton BOG !?
    Merci ;)

    RépondreSupprimer
  8. Salut Elevens…
    Merci de lire !

    Le poids de mon sac d'évacuation est différent selon sa configuration d'été ou d'hiver. Toutes mes préparations sont inventoriées 2 fois par ans, quand nous passons a l'heure d'hiver et a l'heure d'été. Cette habitude me permet d'adapter nos systèmes, mais aussi de faire un inventaire de tout le matériel, et d'être sur que les dates de péremptions sont respectées pour les médicaments par exemple.

    J'ai aussi l'avantage de vivre dans un endroit ou l'eau n'est pas un problème fondamentale, et donc je suis capable d'investir dans des méthodes de stockage tels que les bouteilles Platypus par exemple, et de limiter le volume d'eau de départ a un minimum (3litres).

    Si je te raconte tout cela, c'est que le poids est donc assez relatif et changeant, et dépend de la saison mais aussi d'ajustements ici et la…car je considère que ce système doit être fluide et non statique.

    En générale donc, le poids de mon BOB est d'environs 12 kilos. Mais il peut atteindre les 14, et se réduire a 10. A noter aussi, qu'une part du matériel n'est pas dans le sac même, mais sur ma personne.

    a+

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour

    en premier lieu merci pour ce blog concret, pragmatique et qui fourmille d'idées et d'astuces.

    J'ai une question pratique concernant le bob: doit il etre toujours pret, c'est a dire empoignable d'une seconde sur l'autre ?
    Si c'est le cas, cela suppose que son contenu est redondant: si l'on choisit par exemple un filtre Katdyn ou un steripen, et qu'on l'utilise régulièrement en rando familiale, à 250 euros la piece, le budget monte vite...
    Si l'on se sert d'une machette pour un démaquisage régulier de son terrain, en faut il une autre prete dans le BOB ?

    En clair faut il tout doubler ? et multiplier par le nombre d'adultes du foyer ?

    Merci d'avance de vos réponses

    Sinnouhé

    RépondreSupprimer
  10. Salut l'ami,

    C'est mieux de le garder intact et toujours prêt oui...mais il me parait évident que si tu es en rando...tu n'es pas a la maison...donc certains outils trop chères pour doubler peuvent être empruntés au sac d'évacuation.

    Prends soin.

    RépondreSupprimer
  11. Toujours aussi complet et précis ! mais comme toujours et comme sur tous les sites de survivalistes il manque une chose capitale que j'ai retenu de l'armée ... une paire de chaussette et un caleçon dans un sac étanche ! un savon pour se laver, brosse à dent et dentifrice. l’hygiène corporelle est impérative. De plus ça donne du tonus au moral d'avoir du linge de corps propre et de ce sentir frais ! crois moi.
    Il faut se laver tous les jours et changer de linges de corps, le soir a toi de faire ta petite lessive ;-)

    Fred.

    RépondreSupprimer
  12. juste une question, si je suis en france, je fais comment pour le glock ? :)

    RépondreSupprimer