samedi 14 août 2010

Le stockage de nourriture: pourquoi, comment et quoi.






Faire des réserves de nourriture est un sujet qui provoque souvent bien des malentendus. L'un de ces malentendus entretient l'idée que la pratique du stockage viendrai d'une profonde peur nous menant a croire qu'un manque serait inévitable. Que la pratique du stockage n'est que l'expression d'une certaine paranoïa.

Quand bien même je mange a ma faim, il y a pourtant bien des millions d'individus qui eux subissent la famine. Quand bien même je mange a ma faim, le système en place est fragile.

Pousser par notre besoin grandissant de nourrir des millions…nous avons délaissé le chasseur/cueilleur que nous étions pour privilégier une agriculture inconsciente.
Nous avons délaissé une approche "permaculturique" pour de la monoculture, de l'agrobusiness. Une cultivation qui s'étend jusque dans nos écoles, ou la rangée s'impose comme une évidence sur notre manière de voir les choses et donc de faire.

Nous vivons dans un monde ou tout ce que nous consommons fait un trajet considérable…bien des produits voyages plus de 4000 kilomètres pour atterrir dans nos grandes surfaces.
Nous achetons des produits venant de l'autre bout du monde…et la plupart des pays jadis net exportateur de nourriture, ce retrouvent a importer plus que jamais.
La population mondiale va bientôt arriver a 7 milliards.
Nous avons une situation ou la production de nourriture, pour des raisons variées, ce met a stagner.
Nous avons des compagnies comme Monsanto qui maintenant détiennent des centaines de brevets sur les graines elle même…rendant la diversité biologique difficile pour les fermiers du monde.

Ceux qui gouverne la nourriture, gouverne le monde.

Le système est fragile au niveau de la distribution aussi.
Une augmentation des prix de l'essence, une chute de la bourse, un manque de pétrole sur le marcher mondiale…et la chaine de distribution de nourriture et de produits de consommation devient instable.
Les supermarchés, tout comme les hôpitaux au niveaux de médicaments et de produits liés au fonctionnement du système hospitalier, s'imposent un inventaire de 3 a 5 jours que nous appelons un inventaire "juste a temps".

Les rayons d'un supermarché dans l'état de Washington après une tempête de neige de 8 jours.

Bien sur, en cas d'urgence locale, ou régionale, cet inventaire devient une priorité que le système est capable de nourrir…mais en cas d'urgence national, ou globale comme une pandémie par exemple, ce système s'écroule.
Si cette situation persiste pour disons 3 semaines, combien de temps avant que la nourriture se trouve dans les rayons de nos grandes surfaces ?
Pendant 3 semaines il n'y aurait rien.
La nourriture pourrirait dans les ports…et il faudrait plus d'un mois pour un retour "au normal".
De la science fiction ?
De la paranoia ?
Les exemples ne manquent pas…et notre histoire nous précède.

Une Guadeloupeene devant le rayon vide d'un supermarché, le 14 février 2009 a Point-a-pitre. Photo- Julien Tack AFP

Un mois sans nourriture a la portée de notre pouvoir d'achat relatif, signerai un effondrement de notre relative sécurité, de notre relative moralité. De l'émeute au vol, c'est maintenant nos besoins qui gouvernes nos comportements. 

Ceci n'est qu'une infime partie du pourquoi.
D'une disruption globale a une situation locale du système de distribution jusqu'à la perte d'un emploi, le stockage de nourriture a du sens.
Si nous revenions 100 ans en arrière, tout ce que je viens de dire serait d'une évidence enfantine. 
Nos grand-parents stockaient.
Ils pratiquaient différentes méthodes de conservation.
Attendaient-ils l'apocalypse ?
Non…ils se préparaient pour l'hiver.
Ils allaient toujours au magasin, mais dépensaient bien moins, et n'étaient pas a la merci d'un inventaire "juste a temps", d'une fin de mois difficile, ou que sais-je encore.

Ceci n'est pas vraiment du survivalisme, mais de la survie, du pragmatisme et du bon sens.

Mais alors…qu'est ce qui fait qu'un produit est un bon candidat pour commencer une réserve de nourriture ?
Beaucoup achètent et stockent des produits qu'ils ne mangent pas régulièrement.
Rappelons nous que le survivalisme est d'abords d'améliorer notre vie, même si il ne se passe jamais rien de catastrophique. Avoir 50 kilos de salsifis n'est pas viable, si je ne mange jamais de salsifis.

Achetez ce que vous mangez, et mangez ce que vous achetez.

La plupart des gens aurons de 5 a 20 jours d'une alimentation variée dans leurs placards…et il n'est pas nécessaire pendant cette période d'environs 2 semaines de manger quoi que ce soit d'autre que ce dont vous mangez régulièrement.
Si vous aimez les pâtes…achetez des pâtes.
Si vous étiez dans une situation anormal, ne préfériez-vous pas donner a vos enfants ce qu'ils ont l'habitude de manger ?
Faites une liste sur un mois de ce que votre famille consomme.
Si vous mangez un produit 10 fois en un mois, et que c'est un produit qui se garde bien, et bien c'est un bon candidat au stockage.




Un autre candidat est un produit qui se garde plus de 6 mois sans le besoin de réfrigération.
Les boites de conserves, la farine, le sucre, le lait en poudre et le miel sont donc d'excellent candidats.
Il nous faut aussi nous tourner vers les produits dotés d'une grande valeur calorique…car une valeur calorique importante se prête a l'allongement par rapport a la quantité.





Il nous faut une alimentation équilibrée.
Les produits qui sont polyvalents comme les pâtes, le riz et les haricots, font des candidats idéals pour s'assurer une diversité en gout et en apport nutritif. 

Nous devons aussi penser a des produits facilement divisible et donc qui anticipent le troque.

Du riz et des haricots prêt au troque.

Le garde-manger, ou le placard doit être soumit a une certaine intention de voir son espace maximisé. La nourriture la plus vielle devant, et la plus fraiche derrière. La méthode de stockage devrait être efficace, mais il est important de "décentraliser" vos réserves.
J'ai eu la chance de découvrir ce concept de "décentralisation", quand un hiver une tempête a fait de toute une partie de notre maison une piscine…notamment la cuisine, ou toute mes réserves se trouvaient. 
4 ou 5 boites en plastique d'environs 20 litres a des endroits différent de votre domicile est un bon moyen d'assurer le potentiel de votre stockage.


La provenance de votre nourriture importe peu…il y a des centaines de moyens de se procurer de la nourriture aujourd'hui. Le problème est le stockage en quantité sans passer par la congélation.
La congélation est un excellent moyen de préserver la nourriture, mais elle a ces limites comme par exemple les coupures d'électricité.
Dans le cas d'une coupure de courant, les produits réfrigérés doivent être consommés en premier.
Les produits congelés viennent après…ce qui veux bien dire que ces produits sont sous des lois liées aux systèmes de supports.

La déshydratation et le séchage marche très bien avec les fruits et les légumes.
La ou le déshydrateur brille, c'est dans sa consommation d'énergie minime. Un déshydrateur peut être alimenté par un panneau solaire ou autre énergie alternative bien plus longtemps et efficacement qu'un congélateur. On peu aussi facilement fabriquer et utiliser un déshydrater solaire et déshydrater du poisson.

Le fumage est aussi une des méthodes les plus efficace pour préserver la viande.




Si cette histoire de survivalisme n'est pas votre truc…devriez-vous stocker de la nourriture ?
Le stockage de nourriture est l'une des actions les plus rationnel qu'un individu peu entreprendre.
Certains stockent et font la collection de choses qui ne ce mange pas, qui ne peuvent être transportées ou troquées, qui ne sont pas au final un besoin.

Nous devons manger…pour la durée de notre existence sur cette planète.
Stocker quelque chose dont nous avons besoin n'est pas la germination d'une paranoïa…c'est de la préparation qui a du sens puisque ce nourrir, tout comme respirer et s'hydrater est une nécessitée.

Nous vivons dans un monde ou le manque de nourriture arrive et arrivera encore…et ou la capacité de ce nourrir est critique.
Quand une catastrophe telle que Katrina ici, ou un tremblement de terre a Haiti, ou un raz de marrée en Indonésie frappe la population, la demande d'aide est toujours la même:
Nourriture, eau potable, médicaments.

Katrina-New Orleans





10 commentaires:

  1. Pour aller plus loin que le simple stockage de nourriture achetée, par lequel on s'affranchit des aléas de l'approvisionnement des commerces, il serait bon de penser à produire ses propres aliments (et biens de consommation courante comme le savon), pour ensuite les stocker. On court-circuite ainsi totalement le système. Cela nous évite de verser des taxes qui constituent une grande partie du prix des produits (le producteur paie une cotisation, il paie aussi des taxes lorsqu'il achète des biens pour son usage personnel, et ainsi de suite jusqu'au patron du supermarché qui paye une bonne grosse taxe sur le carburant qui met dans le réservoir de sa Mercedes). Et les taxes ne servent pas forcément à faire avancer les choses dans le "bon" sens.

    Soyons producteurs de nos biens de consommation !

    RépondreSupprimer
  2. Je suis entièrement d'accords.
    D'ailleurs, produire sa propre nourriture est aujourd'hui une révolution.
    L'indépendance est une révolution…

    Merci d'aller plus loin Canis.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis tout a fait d'accord avec toi volwest... je trouve que notre génération, nôtre temps a oublié un des principes de base de la survie (on devrait même plutôt l’appelé la vie) qui est le stockage de nourritures (ou autres objets et consommables d’ailleurs).
    Beaucoup de gens ou de familles de notre société actuelle n'ont pas plus d'une semaine de réserve de nourriture je trouve vraiment cela irresponsable (pour ne pas dire plus). Comme tu l'as si justement rappelé nos grands parents eux faisaient des réserves en prévision des "temps durs" peut-être que cela est du au fait que nous n’avons pas connu/vécu entre autre de guerre depuis plus de 60 ans.
    Je suis aussi d'accord avec canis tendre a l'indépendance implique de produire au maximum nos besoins...
    $$$.Xv2

    RépondreSupprimer
  4. Bien le bonjour,

    Je découvre votre blog !! Vous êtes clair, logique, efficace !! Merci pour ces contenus. Depuis des mois que je parcoure le web dans tous les sens, vos articles se démarquent vraiment et m'apprennent vraiment des choses.
    Comme aurait dit Mc Arthur : "...Je reviendrai..."
    Merci !
    Pedrito

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour,
    Est-ce que ce n'est pas le lyophilisé le mieux adapté pour stocker? Il y a des produits avec une durée de vie de 25 ans... Ca me parait etre un bon investissement, non?

    RépondreSupprimer
  6. Votre blog est bien mais par contre optimisez le en mettant des photos et un fond d'écran moins lourds qui ralentissent bq la navigation.

    RépondreSupprimer
  7. Hello à tous ceux qui liront,

    Cela fait quelques temps que je consulte ce blog et d'autres sources d'informations "survivalistes" et la question de la nourriture me préoccupe particulièrement.
    Vivant en couple avec un gars qui est bien loin de se soucier d'un éventuel manque de nourriture dans les jours/mois/années à venir, je n'ai même pas encore osé lui parler ouvertement de ma démarche... Je sais que je serais considérée comme une illuminée totalement parano (ça revient souvent, je ne suis donc pas la seule !)

    Pourtant, sans jamais avoir connu de périodes de crise/disette/pénurie et autres scenarii critiques, j'ai toujours fonctionné en prévention : j'achète toujours plus de nourriture que mon besoin immédiat, et je stocke ça dans des bocaux et boîtes en hauteur, histoire d'avoir toujours de quoi voir venir.
    Le fait est que l'année dernière, ça nous a bien servi puisqu'on s'est retrouvé les pieds dans l'eau et sans un sou. On a pu manger pendant 1 mois grâce à mes stocks (et il en restait encore au moins autant), principalement ce que tu préconises : riz, légumineuses, blé (farine, pâtes), lipides (huile), fruits secs (raisins, amandes), conserves, entre autres.

    Bref, tout ça pour dire que je m'interroge aujourd'hui sur le moyen le plus efficace de stocker "discrètement", je veux dire par là, en prenant le moins de place possible. De cette question en découlent deux autres principales :
    - pour combien de temps stocker au minimum ?
    - pour combien de temps stocker idéalement ?

    Et plus spécifique concernant la déshydratation : j'ai un déshydrateur, il me sert surtout pour déshydrater des fruits pour en faire des snacks pratiques à emporter, ou pour faire des tomates séchées.
    Dans une optique de survie, quels sont les les aliments les plus intéressants à déshydrater selon toi ?

    En te remerciant si tu trouves le temps de répondre à ces questions :)
    Bien entendu, les réponses de tous les lecteurs qui passeront par là sont les bienvenues !

    Prenez soin de vous :)

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour, un blog qui vient de me faire connaître le votre ; lesurvivaliste, que je trouve vraiment bien, merci, est Bistrot Bar Blog. J'y suis accro !
    Maintenant que je vous ai trouvé, je reviendrai! j'ai fait passer votre adresse à mes ami(e)s Ayant appartenu à une administration répressive, j'ai beaucoup apprécié l'article sur les armes, les couteaux. Pour une fois, tout y est correctement dit.Je partage intégralement votre point de vu, merci pour ce que vous faites partager. Portez vous bien ainsi que ceux que vous aimez. N'ayant + rien à déclarer...

    RépondreSupprimer
  9. Salut vol west une question comment fais tu pour faire la rotation en revenant des courses sans tout déplacer pour mettre le nouveau produit au fond . Merci pour ton travail et surtout pour ton partage

    RépondreSupprimer