dimanche 22 août 2010

L'arme.

Je me demande souvent ce que les gens voient ou pensent a la vue d'une photo comme celle-ci...



De la peur ?
De la violence ?
De la paranoïa ?

Le sujet de l'arme, et plus particulièrement de l'arme a feu, est un sujet qui provoque bien des réactions. Puisque cette photo représente une partie de mon armurerie, ma position par rapport a la possession d'armes est évidente.
Ce qui n'est pas évident, c'est le pourquoi.

J'ai lu l'autre jour sur un blog une phrase étrange…"Les ventes d'armes n'ont pour finalité que de semer la souffrance et la mort".

Il serait question selon lui ou elle de définir l'arme et surtout sa vente comme ayant la finalité de semer la souffrance et la mort. 
Ah ?
La souffrance et la mort ?
La solution est alors enfantine…régulons, abolissons même, la vente et la possession de l'arme. 

Bien sur, cette proposition ne peux prendre ces racines que dans une vision monoculaire et simpliste de l'arme…une proposition qui germe de la régulation omniprésente de nos vies, et qui par conséquent signe encore et toujours ce désir de nous traiter comme des enfants irresponsables et perpétuer la dépendance.

Il est pourtant bien évident, que l'objet lui même n'est en aucun cas la cause de notre dysharmonie sur cette terre, que l'objet lui même n'a que pour finalité d'expression nos propres intentions et directions.
Il est évident, que l'arme a feu n'a pas été le tremplin ou la raison de notre violence, de notre désir de vouloir gouverner ou rendre esclave, de notre pillage psychologique incessant, ou de nos tendances meurtrières.

Ce qui est cependant intéressant, c'est cette conviction, et cet acharnement de constamment vouloir désarmer notre voisin.
D'ailleurs, le désarmement du peuple au sens large, a toujours été et reste encore un des moyens ultime et des plus efficace de conquérir, d'appauvrir, de gouverner, de contrôler, d'assouvir et de s'approprier.

Les exemples ne manquent pas…comme le désarmement du peuple Arménien par le comité Turc "Union et Progrès" qui découla sur le génocide de 1916. Ou l'effort constant du désarmement de certains peuples et pays par Hitler avant la deuxième guerre mondiale. 
Notre histoire est pleine d'exemples démontrant l'intention infléchissante de certains de nous voir sans moyens de défenses…sans armes. 
Les lois visant a la restriction et a la possession d'une arme, n'expriment rien d'autre que le désir de certains de se voir imposer leur vision du monde…écologiquement, économiquement, socialement, politiquement, philosophiquement, ideologiquement…

Ce désarmement, reflète aussi et surtout l'idée sournoise que la possession d'une arme a feu est un privilège.

"Les premières mesures de restriction au port d’armes remontent au milieu du XIIIeme siècle.
Aujourd'hui, il est impossible d'acheter une arme sans appartenir à un club de tir depuis 6 mois ou sans être titulaire d'un permis de chasse10. Le port d'arme de guerre ou de défense est strictement réservé aux militaires, policiers, douaniers, voire agents de surveillance. Très exceptionnellement, une personne menacée peut être autorisée par la préfecture à porter une arme de poing11.
L'achat, la détention, le transport et l'usage des armes, de leurs munitions et composants est soumis à une stricte réglementation en France où on distingue huit catégories :
• 1re catégorie : armes de poing semi-automatique dont le calibre est supérieur à 7,65 mm, tous les types de fusils semi-automatiques ou à répétition conçus pour un usage militaire. Les armes automatiques sont rangées dans cette catégorie mais elles ne sont pas disponibles à la vente pour les citoyens ordinaires
• 2e catégorie : chars de combat, avions et autres équipements militaires lourds
• 3e catégorie : équipement de protection contre les armes chimiques (dont les masques à gaz)
• 4e catégorie : les armes de poing qui ne sont pas déjà dans la 1re catégorie (certains revolvers et certains pistolets), toute une gamme d'armes longues en fonction de certains critères fixés par la loi (longueur, nombre de cartouches contenues, etc.), depuis le décret de 1998, les armes de poing à un coup en .22 Long Rifle sont incluses dans cette catégorie de même que les fusils à pompe à canon lisse et les carabines semi-automatiques en .22 Long Rifle
• 5e catégorie : armes longues qui ne relèvent pas de la quatrième catégorie, comme les fusils de chasse à canon lisse ou les fusils de chasse à canon rayé
• 6e catégorie : couteaux, gaz lacrymogène, matraques et autres armes blanches, ainsi qu'armes par destination
• 7e catégorie : armes à air comprimé dont la puissance est supérieure à 10 joules, toutes les armes à percussion annulaire (.22 LR) sauf celles qui figurent déjà dans la quatrième catégorie, armes d'alarme et de starter
• 8e catégorie : antiquités, armes neutralisées et répliques à poudre noire."


Une "stricte réglementation" ?
On voudrait nous faire croire que l'arme n'a aucune place dans nos vies "civilisées". 
Mais pourquoi ?
Il est évident que je n'ai pas besoin d'une arme a feu pour tuer mon voisin…un marteau, un tournevis, un couteau de cuisine ou ma voiture fait l'affaire. Si je suis violent, que j'ai une arme a feu ou non, je peux toujours "semer la souffrance et la mort".
Les croisades n'ont pas attenduent l'invention du pistolet ou du fusil d'assaut pour semer la souffrance et la mort sur des millions d'individus.

Je me demande alors qui profite réellement de ce genre de lois…mon voisin, ou le gouvernement lui même ?
Je me demande aussi pourquoi certains citoyens de pays comme la Suisse, la Finlande ou les Etats Unis, se voient avoir le droit de posséder des armes a feu…d'être traiter comme des adultes responsable, et que d'autres mettent en place des lois ayant pour finalité le désarmement du peuple ?

Je pense, qu'une arme est aussi l'outil d'une certaine indépendance, et d'une responsabilisation face a notre propre vie, qui ne peux, si l'on est honnête, attendre et demander qu'un autre risque sa vie pour venir a notre secours. Une certaine indépendance donc, d'une entité qui se voudrait avoir la solution a nos problèmes…et je ne peux que me méfier de ceux la qui revendiquent posséder une solution qui me demande de reléguer mes libertés et le droit d'affirmer et donc de défendre ma propre conscience et ma vie, ou celle de mon enfant.

L'argument qui tend a dépeindre l'arme comme étant l'outil de la violence et de la misère dans le monde, est bien souvent fondé sur l'idée que l'arme en elle même perpétue un état, un comportement, qu'il nous faut surmonter.
En effet, il nous faut surmonter la violence, mais l'arme n'en est pas la cause, et donc elle ne peut être la cible d'un travail qui nous verraient tendre a une harmonie quelconque.
Le travail, est au niveau de l'Homme.
Blâmer l'arme est une projection qui n'aboutie qu'a plus de lois, plus de règles toutes plus ridicules et mal-adaptées l'une que l'autre.

1 femme sur 4 dans le monde est battue.
La voila la violence qui murmure dans nos foyers, et qui bien sur, est contre l'armement de l'individu…contre la vente libre d'un outil qui ébranle la position de victime.
La violence, c'est aussi notre système immunitaire, qui est une arme et qui affirme notre conscience par la destruction systématique d'organismes étrangés. C'est la rose qui conscientise l'épine. C'est une organisation, qui repose sur l'être qui mange un autre être.

Ceux la qui votent pour le désarmement de l'individu, votent pour la dépendance de cet individu…car sans armes, nous devenons dépendant de l'autre pour notre sécurité.
Comment être contre la violence ou l'arme, et demander d'un autre de me protéger en cas d'agression ?
Si ma vie est en danger, et que je suis dépendant de l'autre pour ma sécurité, pour ma survie, c'est bien que je lui demande de tuer pour moi…de mourir pour moi.



Pendant la deuxième guerre mondiale, Hitler voulait envahir la Suisse.
La réponse des Suisses fut simple et direct. Chaque citoyen aurait défendu le pays car chaque citoyen était armé.
Hitler n'a jamais envahi la Suisse.
Un général Japonais a dit d'une possible invasion des Etats Unis: "ce serait un suicide, car derrière chaque brin d'herbe se trouverait un citoyen armé."

Le désarmement du peuple Français depuis le XIIIeme siècle est une abomination qui nous auras vu devenir des victimes déresponsabilisées par une machine qui ne travail que pour notre dépendance. Nous n'aimons pas les flics, et pourtant nous dépendons d'eux pour notre sécurité. Nous n'aimons pas l'état et ceux qui nous gouverne, et pourtant nous votons pour un accroissement constant de nos besoins.

Le désarmement du peuple est un calcul insidieux.
Que nous le voulons ou non, l'arme existe…et sa forme n'est pas importante. La violence est, arme ou pas, et la folie de notre monde, de l'homme, n'est pas dépendante de l'arme pour exister.

Si certains aujourd'hui voient l'arme comme étant l'objet de notre violence et qu'ils s'en affranchissent, c'est qu'ils dépendent d'un système pour leurs survie. C'est qu'ils ne comprennent pas que c'est un autre qui utilise l'arme pour les nourrir…que c'est un autre qui les protèges. 
Des tomates en hiver ? De l'eau potable qui coule du robinet ? Des services de santé, des flics, des pompiers, de l'électricité, des habits…?
Notre dépendance actuelle et grandissante est le signe d'une déconnection telle, qu'elle va jusqu'à la rationalisation et la justification moraliste binaire de la condamnation d'un droit qui n'est pas de l'univers de l'Homme, mais bien de l'univers nature…de la vie même.

Quand un récidiviste viole une femme dans un terrain vague, je préfère personnellement que cette femme sorte un revolver de son sac et lui mette 5 balles.
Est-ce cela "semer la souffrance et la mort" ?



Quand on appel la police, nous appelons une certaine force…et cette force est celle de l'arme. Je ne peux décemment pas, en tant qu'être vivant, en tant que conscience qui s'impose a la vie qui est cet ensemble de violence organisé, en tant qu'être responsable de sa propre vie, demander a un autre de faire ce que je refuse de faire pour des raisons intellectuelles ou quelques positions pseudo-politiques que d'autres que moi auront pétris autour d'une table en bois d'ébène.



Alors oui…je suis pour la possession d'armes.
Je suis pour le droit de chacun de pouvoir se défendre.
Je suis pour l'indépendance par rapport a un système dans lequel je n'apparait pas.
Je suis pour la conscience.
Je suis pour la responsabilisation de chaque être par rapport a sa vie et son dessein.
Je suis pour la prise en main de notre sécurité, qui est l'un de nos besoins les plus basique.



81 commentaires:

  1. Les frustrations, la restriction des ressources, l'ennui voir la folie mettent en action les personnes enclines à la violence.
    Le fusil à répétition est simplement le modèle contemporain du moyen de répandre la violence ou de répondre à la violence.
    Au temps de l'homme des cavernes, on utilisait un gourdin mais je suis sûr que l'on pouvait déjà observer les enchaînements de cause à effet entre les frustrations/restrictions/ennui/folie et la violence.

    Les puissants veulent garder leur statut et empêcher les peuples de répondre à leur oppression présente ou future.
    Par exemple, si j'étais un "puissant" et que j'avais la connaissance d'une situation de frustrations et de restrictions dans l'avenir proche qui pourrait mettre à mal mon pouvoir (qui a dit pic des ressources énergétiques, minières et naturelles ?), je m'arrangerais pour que la populace rende les armes, de manière à pouvoir la contrôler lors de cet épisode épineux à venir où je risquerais dans le cas contraire de me retrouver à l'échafaud.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Point de vue tout à fait intéressant & qui me permets de réfléchir sur cette question par un autre angle, pour cela merci beaucoup. Mais sur la photo, tu parles d'une partie de ton armurerie, pourquoi autant ? Dans le cadre de la défense personnelle ou familiale voire territoriale. N'ayant aucune compétence dans ce domaine, peut être certaines servent en backup ? Ou juste le plaisir d'avoir du nombre ?(comme les jouets). C'est juste une question, absolument pas une attaque de quelque sorte que ce soit, au travers la lecture de ton blog, je pense que tu es un homme de valeurs & certaines de ces valeurs nous sont communes.

    Cordialement,

    Fabrice

    RépondreSupprimer
  3. Salut Fabrice…

    Merci de ton intervention intéressante et pertinente, qui mérite effectivement une précision.
    Tout d'abords, je voudrais dire que l'achat d'une arme n'est pas pour moi d'un plaisir particulier. L'arme est un outil, et comme tous les outils, sa nature est d'une tache plus ou moins définie…un marteau n'est pas un tournevis, et une pelle n'est pas une scie.

    Il y a des armes plus polyvalentes que d'autres, mais il est évident que le fusil a pompe n'aura jamais sa place au sain d'un système EDC par exemple.
    Chaque arme est d'une certaine spécialisation.
    Les sphères ou l'arme rentre en jeu sont vastes…la sphère de la chasse par exemple, demande l'utilisation d'armes spécifique a l'animal chassé.
    Le gros gibier, le petit gibier et la volaille sont autant de catégories qui demanderons différentes armes. Aller chasser de l'écureuil avec du calibre .308, .270 ou 30-06 est inadapté. L'inverse est donc valable, tomber un élan avec du 22lr. est…difficile.

    Dans la sphère "tactique", l'adaptation est aussi importante.
    Le calibre et donc la portée du projectile et son énergie, le poids et la taille, jouent ici un rôle primordiale suivant les situations et l'environnement.
    Apres, il y a des questions de préférences qui sont souvent de la sphère physique de l'individu. Ma femme a du mal avec le fusil a pompe de calibre 12 pour la protection du domicile, nous avons donc un fusil a pompe de calibre 20, qui est plus léger, a un LOP (lenght of pull - distance entre la gâchette et l'epaule) plus petit, et un recul plus contrôlable pour son gabarit.

    L'arme de poing est un peu plus subjective, et les 2 familles (revolver et semi-auto) sont pour moi des sphères complètement différentes.

    Voila…j'espère avoir répondu a ta question sans en faire un livre.
    Peut être qu'il me faut faire un article sur le choix de l'arme…
    A tout de suite.

    RépondreSupprimer
  4. "Peut être qu'il me faut faire un article sur le choix de l'arme…"

    avec plaisir et impatience :)

    J'apprends plein de truc ici, merci.

    RépondreSupprimer
  5. Salut Samuel, et merci de ton intérêt et de ton inscription.
    Ok pour l'article sur le choix de l'arme…

    Si il y a d'autres choses que tu voudrais me voir développer n'hésites pas.
    volwest

    RépondreSupprimer
  6. En dehors de la chasse, j'ai du mal à être sensible à tes arguments. Le problème de l'armement est qu'il appelle l'armement, et intrinsequement la surenchere...Car il faut être plus armé qu'autrui (puisqu'on se protège d'autrui, n'est ce pas).

    Le conflit dans une lutte pour la survie concerne essentiellement la ressource. La ressource est soit gagnée, soit perdue, soit partagée. L'issue du conflit est toujours la même : le plus fort gagne. La seule chose qui change en fonction des armes est l'état du plus faible et les degats colleteraux consentis par le plus fort. Si l'on est pas sur d'être le plus fort (donc si l'on ne veut pas investir dans un arsenal de fou), il vaut mieux donc être faiblement armé.

    L'autre volet est la dissuasion : une personne avec une arme a feu "égalise" ces chances vis a vis d'une agresseur potentiel. Le risque mortel est partagé, donc status quo ? Le problème est que ce rapport de force égalisé nuit en réalité à la dissuasion car il apporte la prime à l'initiative : celui qui se contrôle le moins devient le plus fort.

    L'usage de la force est effectivement une responsabilité déléguée dans notre société française, et ce n'est peut être pas si mal...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème est plus simple que ça, dans le pire scénario la question est " manger ou être mangé "
      as tu vu le fim , La Route

      Supprimer
  7. Salut anonyme,


    Je comprends et respecte ton point de vue…
    Etant donné que nous sommes sur la place publique, il me faut cependant soumettre ta philosophie a la mienne.

    Nous pourrions en effet comprendre l'armement comme une force qui en appelle une autre, une force qui nous propulse dans la surenchère ou la préméditation d'une certaine violence, mais ce serait alors comprendre la vie comme ne faisant pas partie d'une certaine organisation.

    L'arme est.
    Que ce soit le dard du scorpion ou les dents du requin, que ce soit l'épine de la rose ou la domination psychologique au sein d'un groupe de babouins, l'arme est de ce monde. Nous n'avons rien inventé, et ce principe est de la vie qui repose sur une organisation de violences.

    Notre espèce, même si souvent d'une suffisance extreme, n'est pas (encore) guidée et soumise a des lois qui seraient d'une organisation basée sur la non-violence, ou plus simplement sur des lois qui ne s'organiseraient plus autour de: "manger - ou être mangé".

    Même si je refuse la violence intellectuellement, et donc l'arme, je suis toujours gouverné par l'organisation "manger - être mangé", puisque la somme de nos univers est en relation avec cette organisation. Quand tu payes tes taxes, quand tu achètes une bouteille de Coca, quand tu achètes une fringue, quand tu parles Français ou quand tu écris sur ton ordinateur…tu participes déjà a cette organisation de frontières, d'importations, d'armées, de possessions, de soumissions, de colonisations, d'exterminations, de consommations…de violences.

    Il est évident ici, que l'arme est bien plus perverse qu'un simple objet que je possède dans mon placard, et qu'alors, "se protéger d'autrui" n'est pas aussi simple que d'avoir une arme ou pas.

    Que veux dire alors "être plus armé qu'autrui" ?
    Il est évident que la possession toujours plus grande de l'armement est une fausse logique. Les guerres et autres conflits prouvent d'ailleurs souvent que ce n'est pas forcement celui qui est le plus armé qui "mange l'autre". De David et Goliath au Vietnam en passant par la déclaration d'indépendance des USA, l'armement n'est pas une course a la surenchère, car celle-ci n'a jamais été synonyme de réussite, et donc, le plus fort ne gagne pas toujours.

    En revanche, ce que notre histoire démontre, c'est que puisque l'arme existe en dépit de notre philosophie, il me faut bien la prendre en compte. Cette prise en compte est un calcul simple et pragmatique qui s'aligne avec la vie…

    Pour ce qui est de la dissuasion, je ne suis pas d'accords.
    Prenons deux pays, L'Angleterre et la Suisse.
    Les Anglais ont eu pendant des siècles une culture de l'arme assez poussée…jusqu'à ce que les lois viennent a bout de cette culture il n'y a pas si longtemps.
    Les Suisses ont eux une culture de l'arme qui s'affirme.
    Quelles sont les rapports au crime et a "l'initiative" de ces deux pays ?

    La responsabilité déléguée est un autre terme pour exprimer la dépendance.
    La dépendance quand a l'arme est dans notre histoire des plus décisive.

    Turquie : 1915-1917
    Cible : Le peuple Arménien.
    Morts : 1,5 million
    Permission pour la possession de l'arme : oui (1911)

    Union Soviétique : 1929-1953
    Cible : Anti communiste / Anti Stalinisme.
    Morts : 20 millions
    Permission pour la possession de l'arme : oui (1929)

    Allemagne et Europe occupée : 1933-1945
    Cible : Juifs / Gitans / Anti Nazi…
    Morts : 13 millions
    Permission pour la possession de l'arme : oui (1928)

    Chine : 1949-1976
    Cible : Anti communiste / Population rurale / Groupes de reforme
    Morts : 20 millions
    Permission pour la possession de l'arme : oui (1935 et 1957)

    Rwanda : 1994
    Cible : Tutsi
    Morts : 800 000
    Permission pour la possession de l'arme : oui (1964)

    a suivre...

    RépondreSupprimer
  8. La sphère de l'arme n'est pas seulement de l'individu.
    Elle n'est pas seulement de cette relation a la lutte pour la survie quand aux ressources ou a l'agression de parking, elle est aussi de la liberté d'une conscience qui s'affirme et se responsabilise…

    Maintenant, je ne force personne a la possession de l'arme…par contre, je remarque que beaucoup nous forces au désarmement. Un exemple plus ou moins pertinent est la présidence de Bill Clinton. Ouvertement contre l'armement, ouvertement contre la possession, mais toujours entouré des services spéciaux pour sa protection et celle de sa famille (mes taxes).
    Alors, et sans faire de politique puisque personnellement droite/gauche est pour moi un choix faussé, comment se fait-il que sa famille aurait droit a une certaine protection et pas la mienne ou la tienne ?
    Comment se fait-il que nos gouvernements soient contre l'armement, et qu'ils aient tous une armée a leur disposition en même temps ?
    La réponse est simple…ils ne sont pas contre l'armement, ils sont contre l'armement du peuple…de toi. Ils ne disent pas par exemple, mon garde du corps qui utilise un M4 est maintenant soumit a une arme de 7eme catégorie. Non…les lois et les régulations sont pour toi et moi. Sa conscience vaut plus que celle de ta femme ou de tes enfants ?
    Que tu ne puisses pas posséder un LRAC, nous sommes d'accords…mais le reste est purement et simplement un moyen de contrôler la "répartition" du pouvoir.

    Ils sont tout simplement contre ton indépendance et l'indépendance de ta famille. Normal. Le plus tu as de besoins (protection = besoin), le plus ils s'enrichissent.

    RépondreSupprimer
  9. Je me permets de m'immiscer dans la conversation, bien que l'essentiel soit dit et que les points de vue soient étalés, j'aimerais ajouter une infime partie de ma pensée. Personnellement je préfère que la plupart des voyous et racailles en tout genre se promènent avec un couteau bien planqué qu'avec une arme autorisée par l'état. Le tout est d'en faire autant bien entendu et de n'en faire l'étalage qu'en dernier recours. Défendre sa famille par exemple. Si c'est pour un portable, autant le donner...mais la question n'est pas là, j'en conviens. Il y aurait bien une solution à ça mais elle reste surement naïve de ma part.
    Seules les personnes saines d'esprit, donc responsables pourraient posséder une arme telle que tu en possèdes. Je pense que ça rééquilibrerait bien le système qui est mal foutu. Les flics ne sont jamais là au bon moment, j'en ai fais l'expérience plusieurs fois. Et quand bien même ils sont là, ils se retournent contre toi malgré que tu sois en position de victime si jamais t'as fait un geste en "trop". J'ai eu le cas d'un jeune venu agresser mon frère dans le métro. Mon frère lui casse son nez (il avait un couteau) et c'est lui qui est en tord!!! La question serait : Mais comment déceler une personne responsable? à voir...

    En tout cas, tes phrases m'ont touché et continue dans cette voie. Si beaucoup de gens avaient ce genre de réflexions, sans nul doute que l'état ne profiterait pas de nous. Je ne vote pas, c'est une des raisons. T'as une bonne philosophie de la vie. En un mot : J'adore ^^

    RépondreSupprimer
  10. La Montagne est Rouge14 décembre 2010 10:11

    Bonjour à tous.

    A lire ce fil, je ne peux que poser quelques remarques et constatations.

    A interdire les armes, seuls les brigands seront armés.

    Un conducteur en état d'ivresse est bien plus dangereux qu'un homme armé. Preuves à l'appui.

    Quand on jette par terre toutes sortes de détritus en disant que le "balayeur est là pour ça" et que cela est rentré dans les mœurs, que penser de la notion de responsabilité individuelle ?

    Quand on voit des deux roues casser des rétroviseurs en se faufilant entre des voitures et avoir la banale réponse "l'assurance est faite pour ça"

    Quand tu lis partout "ne te défends pas" c'est toi qui va avoir des ennuis.

    Laisse toi voler, tu es (là encore) assuré...et pire : "c'est pas grave"

    Je comprends bien ce que dit Volwest, on cherche à substituer aux réactions et mesures conservatoires personnelles des "cadrages" légaux "lissants" façon Panurge.

    Et que dire des personnes qui, venant d'un pays moins "sociavilisé", vont se retrouver face à cette organisation ? des renards dans un poulailler ?

    La responsabilité telle qu'évoquée au travers de cette idée "autours des armes", pose bien ses limites : à qui s'adresse-t-on ?

    J'ose penser qu'un individu normal n'a pas besoin de se promener armé. En revanche, qu'il puisse en faire usage pour se défendre à son domicile, là ou la preuve est faite qu'il subit une attaque est bien plus délicat et soumis à l'interminable débat de la légitime défense. Débat qui remet en cause des bases trop importantes de nos socles sociaux.

    Dans tous les cas, posséder un tel moyen de destruction rend l'erreur dramatique.

    Quel est le prix à payer pour s'éviter une telle erreur ?

    Cela est bien paradoxal...

    RépondreSupprimer
  11. Salut,

    Intéressante intervention que la tienne.
    J'y discerne cependant une certaine accusation.

    Qu'est-ce qu'un individu normal ?
    Précisément…qu'est-ce qu'un individu, sinon l'héritier d'une organisation qui ne travaille que pour la protection de sa propre conscience ?

    Tu proposes donc qu'il serait "anormal" pour un individu d'évoluer dans ce monde armé.
    Pourquoi définir et résumer le choix d'un individu par ce terme moralisant et sournoisement accusateur d'un mental qui ne rentrerait pas dans un moule qui te semble être approprié ?

    Devrions-nous croire que notre système immunitaire est anormal ?
    Devrions-nous croire, que d'être armé est synonyme d'un mental défaillant qui aurait besoins d'être "normalisé" ?

    Le débat de la légitime défense n'est autre que les conséquences d'une vision de notre univers qui veux a tout prix nous faire croire que se défendre est "mal", que se défendre est "anormal".
    Pourquoi ?
    Parce que nous avons oublié notre connexion avec ce que vivre implique.
    Parce que notre monde moderne et brillant, est un artifice.

    Posséder une arme, et non un "tel moyen de destruction", est en effet une responsabilité énorme. Mais nous nous égarons encore une fois de la vérité…qui est que d'être, tout simplement être, est une responsabilité énorme.

    "L'erreur dramatique" est du manque de responsabilité, et non de l'objet.

    Au plaisir…
    volwest

    RépondreSupprimer
  12. La Montagne est Rouge16 décembre 2010 15:40

    Non, clairement non, il n'est à aucun moment dans mes propos question d'accusation.

    J'essaie juste de donner mon appréciation des choses.

    Je viens d'une région qui a une culture très vive de l'arme. Tout le monde en possède.

    Je suis (comme toi, il me semble) un hyper-individualiste avec une haute conscience de l'aspect social collectif. Je suis donc totalement en accord avec l'adage "aide-toi, le ciel t'aidera" et "ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas que l'on te fasse à toi". Mais (il y a toujours au moins un "mais...") nous ne sommes pas tous sensibles aux même choses ni égaux face à ces mêmes choses.

    Par exemple, parmi mes connaissances, (personnes que j'estime à un certain point suffisant pour donner mon amitié), j'en dirai certaines capables d'avoir une arme sur elles et d'autres pas. Je ne qualifierai aucune d'entre elle de normale ou d'anormale.
    Caractère sanguin, caractère trop impulsif "méditerranéen"... pas assez de maîtrise à chaud, ou, pire, vivant dans un contexte ou la tête froide est obligatoire sans moyens de l'avoir tous les jours...

    Ce que je voulais te dire (sans doute avec maladresse), c'est que tes idées sont 100% justes et que j'y trouve 99% de ma propre position, mais qu'elles ne peuvent en pratique s'appliquer à tous. Tout simplement parce qu'il faut un certain niveau intellectuel ET un certain confort (une certaine aisance) pour pouvoir penser comme toi (et moi en l'occurrence). Pour pouvoir, comme toi porter une arme.

    Tu sais, c'est un peu ce que j'appelle le paradoxe du "con" : face à une agression d'une certaine sorte d'individu, la réponse intelligente ne fait pas son effet. Seule la démonstration instantanée de force sera efficace. De fait tu ne maîtrises plus rien puisque tu es obligé de communiquer selon la règle et le langage de l'autre. C'est pour cette raison que je terminais mon message précédent par cette idée de "paradoxe".

    Un individu "normal" est pour moi un individu qui "maîtrise" lui même ses pulsions et un minimum de notions et de valeurs.

    Alors, prendre conscience que nous n'avons pas la même échelle, ni la même idée globale d'une même notion est pour moi une triste constatation.. quotidienne. Et c'est précisément cette constatation qui m'a fait écrire (maladroitement) mon message précédent.
    Car si je te suis, et que comme toi, chaque être humain avait la réelle mesure de la valeur de sa vie, de la vie (et donc de celle de ses semblables) et une vraie notion de responsabilité... alors il n'y aurait plus besoin d'armes du tout.
    Nous serions enfin, tous, responsables. C'est un système relatif. Complètement irréaliste tu en conviendras.

    Et tu sais, je me méfie des objets, il y a en eux, ce qu'il y a en nous : du divin et du maléfique. Utiliser une hache ne fait pas de moi un bûcheron, mais elle peut m'en donner l'illusion. Plus le geste est "simple" et plus on est tenté de "moins réfléchir" en le faisant, en oubliant les conséquences intrinsèques pour en arriver à "ce qui ne coûte rien, ne vaut rien"

    Une arme est pour 99% des gens beaucoup "trop"... simple.

    Maintenant, pour être juste et complet, j'ajouterai que je ne connais pas ton contexte de vie et que peut être à ta place, j'adopterai la même vision des choses si j'estimais la gravité de la menace latente à ma vie, à la hauteur suffisante pour sortir armé.

    RépondreSupprimer
  13. Salut,

    Ah…je comprends mieux maintenant, comme quoi les mots sont des savonnettes humides.

    J'ai eu cette conversation bien des fois entre amis.
    Ma réponse est toujours la même…il nous faut distinguer le port d'arme, de la possession, mais les deux sont et quoi qu'il arrive soumises a certaines lois et barrières, qui justement dans l'ensemble adressent plus ou moins bien je te l'accorde, certaines préoccupations.

    Il me parait évident que la possession, et encore plus le port d'arme, est une décision qui demande une réflexion intime et une responsabilisation impeccable…et donc tout ce que cela comporte tel qu'un entrainement adapté et des systèmes de sécurité.

    Il me parait évident aussi, qu'un certain nombre d'individus ne se comporterons jamais d'une manière adulte et responsable en ce qui concerne la possession et le port, mais cela n'est pas de mon ressort.
    Certains individus, ne se comportent pas comme nous l'entendons toi et moi au volent, avec leurs enfants, sur les pistes de ski…et que sais-je encore.

    Le danger est alors ici de remettre en question la liberté, au nom de certains qui quoi qu'ils aient dans les mains, quoi qu'ils fassent de leurs mains, seront toujours de ce comportement "con" comme tu dis.
    Un "con" qui roule a 180 kmh sur l'autoroute en ne faisant pas attention, est tout aussi dangereux qu'un "con" qui possède une arme a feu.
    Les accidents de la route sont comme tu le sais bien plus nombreux que les accidents liés a l'arme a feu.
    Si je suis la logique dans laquelle nous évoluons ici, alors "conduire" ne s'applique pas a tous, et une voiture est pour 99% des gens beaucoup "trop"…simple.

    Mon contexte de vie est d'une nature sauvage.
    Mais il est aussi d'une conscience qui s'affirme, et d'une philosophie de vie qui n'est pas de la gravité de la menace latente a ma vie, mais d'un monde prédateur a la vie, que ce soit la mienne, la tienne, celle de ma femme ou de mon voisin.

    RépondreSupprimer
  14. La Montagne est Rouge17 décembre 2010 03:54

    exactement !
    Compris, nous nous sommes.
    :@)

    RépondreSupprimer
  15. He ben j'ai tout lu et j'ai la tete comme une pastèque, je vais me coucher!.........
    C'est probablement le débat philosophique sur l'armement personnel le plus poussé qui dois exister sur la toile. Sa cogite dure un charpentier! En situation de survie, les règles de sociabilité sont différente. Si mon voisin c que j'ai de la nourriture, et rien pour la protéger il viendra me la prendre. Une foi armé je protege ma famille de perdre se qu'elle a à protéger, point final. jerome baraton

    RépondreSupprimer
  16. Guillaume de LILLE15 janvier 2011 07:45

    Cela va être la première fois que je répond à ce genre de chose sur la toile.

    Il est assez intéressant, triste et rigolo à la fois de vous lire.
    Je n'ai personnellement jamais eu besoin, envie d'avoir, ou trouver le besoin de posséder une arme quel qu'elle soit.

    la violence engendre la violence.

    Le pire c'est que j'ai réellement l'impression de perdre mon temps à répondre à ce type de discours.
    Et je deviens donc de plus en plus septique sur le devenir de l'humanité.

    Pourquoi protéger ce que l'on possède, alors qu'il suffit de le partager avec la personne qui l'a convoite.

    J'étais en train de chercher des informations sur la manière de créer un potager, et me suis dit qu'il serait complétement égoïste de ne pas le partager avec mes voisins.

    Je n'ai donc pas eut besoin d'un site internet, ni même d'une philosophie à deux balles, pour comprendre que l'on ne devrait défendre que ce que l'autre convoite, mais que si on le partage, il n'y a plus de besoin de le défendre.

    Je trouve triste que vous n'ayez pas été capable de comprendre cela; risible, car si vous m'attaquer avec votre armement, je vais surement mourir; et heureux, car si je meurt je n'aurais plus à me sentir triste de lire de pareil connerie.

    De plus en plus de personne ne savent même plus pourquoi ils vivent.
    Ainsi va la vie

    PS: je ne me drogue pas, je n'ai pas plein de marguerite sur le pantalon, et j'écoute du reggae, mais sans plus.
    Je suis juste quelqu'un qui réfléchi avant d'agir.

    Alors si une seule personne tombé sur ce site, se trouvé intéressée par le besoin de se défendre avec des armes à feu; et lisant mon post, retrouve la raison, je n'aurais pas perdu mes 5 min que j'ai bien voulu partager avec vous.

    RépondreSupprimer
  17. Saut Guillaume de Lille…

    Ca va mieux ?
    Comme le monde est vaste…
    Si tu avais parcouru ce blog sans vouloir défendre tes idées a la première opportunité venue, tu aurais sans doute lu que mes organisations, ma "philosophie a deux balles", s'oriente vers l'indépendance et la responsabilisation de l'être, de l'humain.

    Puisqu'il est question d'indépendance et de responsabilisation, il n'est aucunement question d'attaquer qui que ce soit, mais justement de tendre a notre indépendance.

    Posséder une arme n'est pas faire violence.
    La violence n'a pas besoin d'une arme pour exister…la violence c'est aussi tes mots qui se cachent derrière un "vous" impersonnel pour insinuer une politesse et un respect théorique.
    Je ne te dis pas ce que tu peux posséder ou non, partager ou non…toi par contre.

    Mes organisations sont de l'autre…j'ai bien plus a partager que ton potager qui n'est pas encore de ce monde, et humainement, je ne peux moralement parlant demander a un autre de mourir pour moi, si moi même je ne suis pas prêt a mourir pour lui.

    Ton discours est juvénile et germe d'un confort qui te permet de penser que la réponse a la violence, a la convoitise, est le partage.
    Alors assumons nos conneries, si un jour un homme convoite ta femme sexuellement, tu la partage ?
    Si un jour un homme convoite ta fille ou ton fils sexuellement…tu partages ?
    Si un jour un homme étrangle ta mère sous tes yeux…et lui met des coups de tournevis dans le bide…tu lui offre quelques patates ? Tu appels la police ? Tu médites ?

    Sans l'arme de la police qui défend a ta place ta vie, celle de tes parents, de tes enfants, ton libre aller…sans l'arme de nos engagés, qui défendent ta culture, tes opinions, tes libertés d'expression, tu aurais l'air de quoi ?

    Ta réalité est a des années lumières de la mienne.
    Tu n'a aucune idée de la violence, tu n'a aucune idée de ta contribution envers celle-ci. Tu profites d'une culture mensongère.

    Evidement que tu n'a jamais eu le besoin de posséder une arme Guillaume, c'est un autre qui la possède pour toi. C'est un autre qui risque sa vie pour protéger la tienne, c'est un autre qui fait tes chaussures pour 5 centimes de l'heure, et qui doit partager sa soupe avec sa famille, c'est un autre qui sauve ta voisine de l'incendie, c'est un autre qui cultive ta bouffe, qui égorge ton poulet…

    Alors, merci d'avoir bien voulu partager avec nous tes 5 minutes, et d'avoir réfléchit avant d'agir.

    Quelle générosité !!!

    RépondreSupprimer
  18. salut a toi,
    je suis tombé sur ce blog par le plus grand des hazard, et sur ce coup, je le remercie, le hazard!!
    enfin quelqu'un de juste! et juste est le bon mot.
    je suis heureux de lire sur un blog mes propres pensées.
    tu est extremement pertinent mon ami, et je t'encourage a l'etre encore et encore!!
    je suis a 100% pour ce que tu viens de décrire ci dessus.
    j'utilise toutes sortes d'armes, de l'arc a l'arbalette, du glock au 12, de la 375 hh a la 22lr, jusqu'au kukrhi, puch dagger, matraque, ....bref, un peu tout!!
    au plaisir de te lire. (desoler de ma familiarité avec un certain tutoiement, mais je n'ai su m'en empecher).
    cordialement,
    nico

    RépondreSupprimer
  19. Salut Nico, et bienvenue par ici!

    RépondreSupprimer
  20. Oui Nico, le hasard fait bien les choses en effet ^^.

    Je ne peux qu'être d'accord avec tout ce que volwest a dit. Je suis heureux d'être tombé sur quelqu'un de réfléchi avec des arguments pertinents.

    L'arme n'est pas le problème, tout et n'importe quoi peut servir d'arme. La seule chose qu'il faudrait changé n'est que la mentalité humaine, c'est bel et bien d'elle qu'il est nécessaire de se protéger.

    Je ne suis en rien quelqu'un de violant mais il est certain que je n'hésiterai pas à tirer sur quelqu'un si moi ou ma famille étions menacés, pour nous protéger. J'apprécie les armes à feu et leur fonctionnement, je pratique le tir de loisir, mais jamais je ne prendrai plaisir à tirer sur un individu.

    Ludovic

    RépondreSupprimer
  21. Salut à vous,
    Je suis d'accord avec le principe d'indépendance évoqué ici.
    Personnellement je suis quelqu'un qui n'aime pas dépendre des autres (surtout des politiciens qui ne servent à rien mais ceci est un autre débat), le port de l'arme est un débat compliqué qui méritent étude sous tout les angles, ce que vous faites admirablement. d'ailleurs pourquoi fabriqué des voitures allant à 220km/h alors que la limite maxi est de 130 km/h sur l'autoroute (désolé ce n'est pas partout pareil je sais)donc voilà où je veux en venir: il y a une responsabilisation de la voiture tout le monde ne roule pas à 220km/h et on respecte un certain code de la route étudié pour éviter des accidents. Seul une minorité irresponsable est "coupable" d'enfreindre ses lois. Je pense que pour la possession et le port d'arme cela est pareil. Il y aura beau y avoir responsabilisation il y aura toujours la minorité "fouteuse de merde". Et le cas de l'automobile n'est qu'un exemple.
    J'adhère donc à votre point de vue d'indépendance et de port d'arme.
    Je pense que le problème n'est pas l'arme mais la mentalité humaine.
    C'est vrai que quelqu'un qui veut se suicider/ tuer n'attendra pas de porter une arme. La violence est affaire de pulsion d'une part, je pense donc que celui ci prendra tout aussi bien quelque chose qui lui passe sous la main pour assouvir sa pulsion ou par préméditation, je pense que la personne ayant connaissance qu'intel fait de la chasse ira prendre son fusil ou même peut etre se fera t'il importer une arme en cachette (Trafic, marché noir?).
    Pour conclure que ce n'est pas la voiture ou l'arme qui tue mais bien l'homme qui appuie sur la pédale d'accélaration ou actionne la gachette qui engendra le drame. Pour moi le problème est la mentalité, la responsabilisation, l'apprentissage à dominer ses pulsions donc l'être humain.
    Comme dit si dessus, l'arme n'est qu'un outil.
    Je pense qu'il faudrait que l'homme arrete d'ignorer ses responsabilités du moins d'arreter de laisser quelqu'un les prendre à sa place est d'être indépendant et cesser de se comporter comme un enfant. NOus sommes des êtres évolués du moins cela fait déjà plus de 30000ans que nous foulons cette terre et je ne voit que des comportements animal et des réactions issu du cervelet reptilien primitif.

    Désolé pour les fautes,

    et très bon site!!!!! je me plait de lire des gens au potentiel intellectuel et morale!! moi qui penser etre anormal parmis cette société de dingue ^^

    RépondreSupprimer
  22. Salut…

    Comme tu le chuchotes, dans 99% des cas, un meurtre est commis avec une arme non déclarée. C'est a dire que "les fouteurs de merde", n'ont que faire de nos lois et de nos restrictions, puisqu'ils ne s'accaparent pas les armes légalement.

    Les lois sont faites pour ceux la qui les respectent.

    Merci de lire et prends soin.

    RépondreSupprimer
  23. ai je dis quelque chose de mal avec mon précédent commentaire?

    RépondreSupprimer
  24. Non pas du tout !
    Au contraire...

    RépondreSupprimer
  25. Très bon site,il n'y en as pas assez sur le net.Je suis d'accord avec toi Volwest dans ta philosophie,l'homme moderne est comme un enfant.Pour moi l'arme pour chasser en cas de besoin comme la canne à pêche.Pour se défendre,comme un extincteur dans la cuisine,vaut mieux l'avoir lorsqu'un incendie se déclare.

    RépondreSupprimer
  26. A réfléchir au sujet, j'en suis arrivé à la conclusion que toute loi sur les armes devrait être soumise à referendum et libre par défaut.

    Je me demande d’où vient cette phobie des armes qui consiste à en priver les gens honnêtes, plutôt que les criminels. Il faut noter qu'avant le décret Laval (collaborateur bien connu) de 1939 les armes sont restées très libres d'usage en France pendant 70 ans et il ne me semble pas que cette période soit inscrite dans nos mémoires comme une période de "souffrance et de mort".

    Les carnages historiques, ne sont pas exactement dues à la possession individuelle d'armes...

    RépondreSupprimer
  27. Salut
    Bizarre bizarre, je passe beaucoup de temps à lire tes articles et leurs commentaires, mais pourquoi ? Suis-je inquiet de l’avenir ? Non plus à mon âge, plutôt pour les autres, pour mieux connaître leurs idées, leurs différences mais aussi leurs expériences, leurs naïvetés, peut-être pour les aider un jour. Possible aussi que je ferai mieux de ne rien écrire, mais bon je suis une tête de mule. Voilà mon analyse et elle vaut ce quelle vaut. D’abord si une catastrophe nous tombe dessus : pas une simple coupure d’électricité non,non, genre Fujikuma, Katrina puissance dix.
    Pour moi, il n’y aura plus de lois, plus de règles et la survie commencera. Tous ceux qui se seront préparé auront un avantage sur les autres
    Pourquoi plus de lois :
    1 chacun voudra vider son magasin d’alimentation. Déjà vu (guerre du golf).
    2 chacun pour soi, pour sa tribu. C’est un peu normal.
    3 Les méchants seront agressifs. Les voleurs bien en place.
    Alors dans ces conditions le débat sur les armes me fait rire, la police sera complètement dépasser et que l’on soit pour ou contre une détention d’arme, que l’on soit faible ou un super Rambo, on devra défendre sa famille, voisins et autre personnes avec qui nous entretenons de bonnes relations, chacun aura sa méthode.
    Pour survivre :
    Plus de permis de pêche, de chasse, donc pas de permis de port d’arme.
    Voilà 50 ans mon père m’apprenait à pêcher, à poser des collets je me souviens avoir mangé des moineaux, des merles, des pigeons, allez aux escargots, il n’acceptait pas de payer pour pêcher dans les rivières, pour lui la nature était à tout le monde. Evidement aujourd’hui nous savons que des alevins sont régulièrement déposés dans nos cours d’eau, mais en cas de gros, bordel là……………………..plus de permis.
    Pour finir j’ai bien du mal à croire qu’il sera pour le commun des mortels facile à s’en sortir, alors qu’on soit ou non d’accord avec toi, je conseil aux personnes de prendre quelques bon tuyaux en lisant ton blog tout en espérant que la vie continu comme ça. Ciao ciao René

    RépondreSupprimer
  28. A l'epoque ou j'avais la forme, j'etais un gros pigeon que tout le monde abusait avec de belles paroles,tant, les bonnes gens se passent les bonnes adresses .
    Aujourd'hui,je ne me gène plus pour dire ce que je pense, aussi,j'ai beaucoup moins d'amis.
    Les gens se le disent aussi :-D
    J'ai meme ouvèrtement des ennemis,qui n'aiment pas mon abscence de résèrve parfois . :-D
    Je ne me fais plus d'illusion.Si on pouvait facilement abatre mes ennemis pourris,qui ne doivent pas etre davantage apréciés par beaucoup d'autres naifs comme moi d'ayeur ,il y a un sacré moment qu'ils seraient morts .
    Helas, ces gens raportent beaucoup au système, si bien qu'ils sont trés protégés par la bonne société friquée .Des commèrçants cladèstins probablement ,mais surement pas seulement :-D
    Et oui ;-)les gens sont des saltés souvent .

    RépondreSupprimer
  29. J'avoue que le débat est intéressant.
    Et je me pose seulement la question du port d'armes. A priori l'utilisation du port d'arme dépend de la situation.

    Pour mieux vous faire partager mon point de vue, j'aimerai vous expliquer pourquoi j'en suis arrivé à lire cette page.

    J'ai un besoin de sécurité, d'où mon intéressement pour le survivalisme. Si je lis des articles sur les armes c'est dans le cas où justement ma sécurité ne pourrait plus être assurée par les autorités concernés (Guerre civil par ex).

    J'envisage d'apprendre à me servir d'une arme et peut être d'obtenir un port d'arme pour cette raison. Mais il s'agit d'un substitut de secours pour le jour où l'on ne pourra plus assurer ma sécurité. En attendant je souhaite me former mais garder l'arme hors de ma portée et donc de celle des autres.

    Pour ce qui est de la défense de première nécessité, je pense qu'une bombe lacrymo et quelques cours d'auto-défense sont suffisants.

    Je reconnais que la question des armes n'est pas dû à l'arme en elle même, mais à l'utilisateur, tout le problème est donc de savoir si les gens sont raisonnables... y compris en situation de stress ou de surprise pour éviter la bavure!

    Une autre piste de réflexion est le rapport à l'acte entre l'utilisation d'une arme à feu et d'un tournevis, une voiture ou une casserole. Tuer quelqu'un avec une casserole et quand même nettement plus dur qu'avec une arme à feu. L'arme à feu s'utilise en une fraction de seconde et avec une distance. Elle rétrograde donc le niveau de conscience que l'on a de ce que l'on est en train de faire. Pour un utilisateur lambda c'est justement ce qui lui manque pour éviter de faire la bavure.

    Je vois donc mal comment on peut rendre accessible une arme au plus grand nombre.

    Si chacun veut apprendre à se servir d'une arme pour moi c'est une liberté, mais pourquoi ramener cette arme chez soi ? Sachant que certain la retourne contre eux-même et parfois leurs proches ! Une arme doit être sous verrou au club de tir. C'est vrai que rien n'empêche d'aller la chercher au club pour faire une bêtise mais je crois que le trajet pour y aller donne le temps de réfléchir et évite les comportements impulsifs et il est probable pendant ce trajet de croiser des gens pour nous raisonner.

    Le port d'arme est donc une question de situation et je pense que l'on est tous à un moment donné, au moins une fois dans sa vie inapte au port d'arme c'est donc pourquoi il faut contraindre son accés. Mais apprendre à tirer est une liberté, c'est un loisir (Chasse, club de tir...) et c'est un moyen de se défendre lorsque la situation est extrême (du niveau d'une guerilla, guerre civil). Une émeute de quelques jours n'en fait pas partie selon moi.

    RépondreSupprimer
  30. Question : peut on convertir un pistolet d'alarme en une "vrai" arme ?

    RépondreSupprimer
  31. Salut…

    C'est quoi un pistolet d'alarme ?

    RépondreSupprimer
  32. Bonjour Volwest, et "anonyme"

    Un pistolet d'alarme est, en Europe, une sorte de pistolet à blanc ne pouvant QUE tirer des balles à blancs, faites uniquement pour alarmer par le bruits fait par la détonation.

    Alors on va surement me moquer, mais en gros, c'est un pistolet pour faire peur à l'intrus ou l'agresseur, mais quand celui-ci se rend compte de la supercherie, outre de l'énerver ça risque juste de le faire rire... et de le motiver à taper plus fort sur sa victime...

    A l'attention de Volwest: Ce qu'il faut savoir, c'est que les pistolets d'alarmes n'ont pour seul utilité que de faussement rassurer la victime potentielle. Ils sont intégralement conçus en matière hybrides proches de l'aluminium, fragiles et trèèèèès facilement usable.
    Le canon est obstrué par un système spécial anti-perforation, donc même avec un atelier de mécanique spécialisée, on peut le percer oui, mais la fragilité du canon et ménanisme de tir fera que la vraie cartouche létale percutée (par exemple du 9mm parabélum) sera trop violente pour le matériau du mécanisme, et TOUT le pistolet sera alors transformé malgré lui en mini-grenade arrachant un bon morceau de la main du tireur...
    Donc la culasse, les ressorts, le percuteur, la glissière, etc... tout cela sera autant d'éclats métalliques explosant à la tronche du tireur qui s'était dit que reconvertir une arme faite uniquement pour faire du bruit serait une "bonne idée"...

    Une 9mm para, ça développe prêt de 500 joules
    Une 9mm P.A.K (le calibre "d'alarme" le plus utilisé) ça développe beaucoup moins de joules, mais autant de bruit seulement.

    Par contre, une VRAIE arme à feu est faite pour supporter l'impacte de tir pour une VRAIE cartouche (grâce à la technologie moderne des aciers et alliages spécifiques)
    Cependant, une arme "d'alarme" est faite d'aluminium mêlé d'un autre alliage métaloïde que je nommerais personnellement comme étant du "merdonium", car c'est fait exprès: c'est un alliage fangible, donc fait pour se briser lors d'un tir de munition n'étant pas faite pour l'arme.....


    Alors Mr "Anonyme", autant faire un pistolet soi-même, c'est plus simple et rapide, quoi que "simple" soit purement réthorique, car ce n'est à la portée que d'un expert en acier hyper-euthectoïdes et en alliages subissant de lourdes contraintes..... ouais donc autant oublier cela, et se contenter de tirer à l'arc ou à l'arbalète, c'est plus sûr, et presque aussi efficace.... ^^



    Murdock-X.

    RépondreSupprimer
  33. Bonjour et merci Volwest pour ce blog à la fois si réaliste et si réfléchi, les deux sont rares !

    Je suis tombé sur ce petit article sur le Costa Rica qui est un des rares pays sans armée. Peut-être cela peut-il alimenter la réflexion sur la raison d'être des armes... et des armes à feu, l'indépendance ou la dépendance vis à vis d'autres que soi pour assurer sa propre sécurité, etc...

    Voilà :

    "Cette image largement véhiculée de pays pacifiste a le don d’exaspérer Jeff, étudiant en première ligne durant les manifestations contre le traité de libre-échange : «Je suppose que c’est très bon pour l’image du Costa Rica d’arriver dans les sommets internationaux avec le drapeau blanc dans une main et la colombe de la paix dans l’autre. Mais cela fait oublier que la corruption et la répression existent aussi ici.» Pour la ministre de la Sécurité publique, Janina del Vecchio Ugalde, cette image est au contraire une arme sans pareille : «Parce que nous sommes un pays connu pour être civiliste, personne ne va oser nous attaquer.» En effet, depuis les deux tentatives d’invasion fomentées par des opposants depuis le Nicaragua, en 1949 et en 1955, jamais le Costa Rica n’a été inquiété. Que se passerait-il aujourd’hui en cas d’agression ? Le pays fait partie de l’Organisation des Etats d’Amérique et en cas d’attaque, il recevrait l’appui d’autres membres, dont les Etats-Unis et le Brésil.

    Pour assurer l’ordre public et la sécurité de la nation, après 1948, l’ancien corps militaire s’est transformé en garde civile. «On compte 10 500 policiers, précise la ministre de la Sécurité, avant de confier que le budget de son ministère va augmenter de 35 % en 2009. Car nous devons professionnaliser notre garde civile.» Ceci pour faire face à de nouveaux défis : le narcotrafic, la violence, qui n’épargne plus le pays, le sentiment d’insécurité d’une population qui, depuis dix ans, achète de plus en plus d’armes afin de se protéger elle-même. «170 000 armes à feu sont enregistrées au Costa Rica. Pour 4 millions d’habitants, c’est beaucoup et c’est un problème», selon Ana Yancy Espinoza, de la fondation Arias. Si le Costa Rica est un pays sans armée, ses habitants n’ont pas pour autant déposé les armes. Loin de là."

    Fin de citation

    RépondreSupprimer
  34. J'ai oublié de citer ma source... c'est un article de Libération du 1er décembre 2008.

    RépondreSupprimer
  35. Un débat vaste et passionnant, et conduit de manière très raisonnée. (Encore merci pour ce blog, d'ailleurs, et le partage et tant de réflexion et d'expérience du sujet !).

    Pour y apporter ma pierre, quelques nuances : je suis globalement entièrement d'accord avec le point de vue de Volwest, et notamment le fait d'avoir la possibilité --parce que le devoir moral naturel-- de tenter de se défendre soi-même, même si bien évidemment une force publique conséquente est nécessaire pour protéger tout spécialement les faibles et plus généralement "normaliser" la situation (dissuader et empêcher les tentatives, par les plus forts, de s'en prendre aux autres).

    Une nuance cependant, déjà apportée en partie : certes, si "les armes sont hors la loi, seuls les hors-la-loi ont des armes". Ce qui pose un problème pour le citoyen de base, surtout dans l'idée d'une circonstance exceptionnelle brisant le carcan fragile de nos civilisations. Je suis également très très sensible à l'argument de liberté du citoyen-éveillé, armé car vigilant et près au besoin à défendre sa liberté (invasion extérieure, dictature intérieure). Ce qui fut dit est très pertinent.
    Néanmoins, dans une optique de survie après une catastrophe collective lambda, la première menace me semble être le "voisin", le brave homme qui, dans des événements qui le dépassent, se retrouve à convoiter intensément vos ressources pour les besoins de sa propre famille. A propos des "partageurs" angéliques, une réponse simple : la capacité de partage dépend de la production, "point". Si j'ai de quoi faire un seul repas et que ma famille meurt de faim, je ferais manger mon enfant, ma femme s'il en reste, moi en tout dernier ; le voisin ne passe qu'après (et peut-être même après le repas du lendemain de mon fils, si la chose est envisageable). Si on parle abondance, bien sûr nous partageons tous, et avec plaisir (et efficacité d'un point de vue survie, d'ailleurs). Prévoir un excédent (de stock et de production) pour aider les "voisins", et diminuer la tension sur nos ressources tout en accroissant le "clan" sur qui nous pouvons compter est pertinent lorsque c'est possible. Mais pour revenir au sujet, cette possibilité n'est pas forcément là : si je ne produits pas, si j'ai un stock très limité, si mon "voisin" panique et veut "tout", si la ressource n'est pas partageable par nature (un seul fusil, mon panneau solaire...), ou si les demandeurs sont trop nombreux, et finiraient en un repas (peu de profit pour eux) ce qui nous ferait tenir 1 ans (notre survie complète) alors il faut se préparer à dissuader et défendre.
    Et dans ce cadre, la liberté de possession des armes à feu donne effectivement lieu à une surenchère. Le "demandeur" peut venir, homme quelconque, non avec un couteau, une hache, très rarement un fusil de chasse 2 coups, mais une véritable mitraillette, des armes de poing, un fusil à pompe... Le risque n'est pas le même, ni pour moi (ses armes), ni pour lui (ce que je vais devoir faire pour le faire partir).
    Notons par ailleurs que si, a priori, "mon voisin" viendrait seul et sur un coup de tête (de désespoir), des malandrins (armés de toute façon loi ou pas loi) auraient j'imagine un comportement plus grégaire : et là, même avec un arsenal, seul (ou seul avec ma femme) face à une meute lourdement équipée, je n'ai pas grand chance de toute façon (sauf à habiter un véritable bunker pour annuler l'avantage du nombre, ce qui a très peu de probabilité d'être le cas et serait peu confortable pour la vie normale, hors catastrophes...).

    RépondreSupprimer
  36. [suite du précédent...]


    Alors sur le principe, je suis d'accord ; d'autant que la menace "bandits bien armé", si moi je n'ai que hache de bucheron et couteau de cuisine, me laisse très vulnérable. Mais dans le désarmement général de la population française, il me semble que ma famille risque moins à l'heure actuelle, puisque seule une infime minorité, certes très mal intentionnée (mais ne nous connaissant pas non plus), est capable de nous attaquer à l'arme à feu. C'est en ce sens, à mon avis, que la "surenchère" est à craindre ; un point de vue purement pragmatique, car sur le fond (désarmement du peuple) je partage vos vues.

    --Et je suis également d'accord qu'un homme (ou une femme) ne peut décemment, moralement, légitimement entiérement déléguer la défense de ses proches (surtout les plus vulnérables, jeunes enfants...) aux services compétents --à la collectivité organisée. In fine, en dernier recours, c'est naturellement à LUI que revient le devoir de leur prêter assistance. Les forces de l'ordre sont là pour rendre ce devoir inutile (dans le meilleur des cas) ou en diminuer la difficulté (le risque), une forme d'assurance. Mais refuser l'arme (au sens large) avec dégout (ce qui va dans le sens de la contre-éducation actuelle et est valorisé comme une marque de civilisation), c'est rejeter en réalité sa responsabilité vis à vis de soi même (maintenir ma dignité ne regarde que moi) et surtout de ceux qui, d'une façon ou d'une autre, se trouvent à dépendre de nous (grands parents, jeunes enfants, femme fragile). Je ne dis pas qu'il faut se faire justice : surtout pas. Mais qu'aucune protection extérieure ne me relève de mes responsabilités naturelles : dans ce cadre, les plus farouches opposants des armes, ceux qui le sont "par principe", sont souvent des gens qui, parfois par pure pusillanimité, ont totalement nié le devoir dont nous parlons, et s'en dédouanent en imposant (à eux et autour d'eux) une situation de désarmement qui rend effectivement toute tentative vaine et vient de facto les libérer de l'obligation difficile du courage. L'imposer aux autres (lois, prosélytisme) est alors souvent une façon, surtout, d'imposer leur nouvelle morale et de justifier idéologiquement leurs convictions contre-nature, en en faisant littéralement une NORME de la société, et par là une référence de la "normalité".

    RépondreSupprimer
  37. Pour revenir un instant sur l'aspect collectif et psychologique, cela commence tôt : à l'école, on nous apprend qu'il faut dénoncer à la maitresse un camarade qui vous a frappé, alors que le moindre enfant sens profondément en lui comme sa dignité repose pourtant sur sa capacité à se faire respecter seul (au moins à se battre, c'est à dire à marquer lui même la limite entre ce qu'il accepte et ce qu'il défend à son entourage). On sent bien, pour avoir été nourri dans l'enfance de héros chevaleresques, que "se défendre" (ce qui n'implique pas forcément réussir à vaincre l'adversaire) est une condition de l'honneur, de la dignité. On se souvient des duels du 19ème siècle, où on n'aurait jamais laissé passer un affront sans régler cela à l'arme, soi même. Il y a là plus qu'une posture, il y a un intemporel animal, un instinct naturel de mâle dans un groupe, et si la civilisation peut (doit ?) lui donner d'autres formes que le pugilat sans élégance, doit l'encadrer de règles tacites et lui donner un sens plus moral, le nier et l'interdire est un non-sens, quelque chose qui nous coupe d'une part importante de nous même au lieu de la concilier avec des aspirations plus nobles et plus raisonnées (ce qu'était en partie le duel, d'ailleurs, qui différait le règlement de quelques heures --tête froide--, donnait un cadre légal --témoins, se battre loyalement, "premier sang" ou plus, etc. et permettait de considérer ensuite la querelle comme réglée).


    En somme, et comme Volwest nous y incite souvent, le "profil bas" est la meilleure manière d'éviter les problèmes (dissimuler nos préparatifs, les rendre anodins et discrets), mais il est nécessaire de se préparer à l'éventualité d'une agression. Dans un pays comme les EU, une certaine surenchère est nécessaire à l'armement, puisque tout le monde en possède. Cela ne se discute pas vraiment, ne se juge pas ; généraliser cette permissivité à d'autres pays, par contre, pose le problème de la probabilité d'être agressé en cas de situation de crise (d'autant plus avec les armes à feu : il est plus facile à quelqu'un de tuer de loin, impunément, même si je suis bien armé de mon coté, dans mon quotidien.. alors que venir devant moi avec un couteau/hache me donne plus de chance de ne pas être pris par surprise...?). La fameuse "prime à l'initiative" dont parlait avec justesse un des commentateurs.

    ----------------

    Avec mes remerciements pour la richesse et la profondeur de ce site,

    Bien cordialement !,

    M.

    RépondreSupprimer
  38. Bonsoir,
    J'aimerai pouvoir m'acheter une arme comme on achète un pain, cependant nous ne sommes pas tous "équilibré" de la même façon. Une arme dans la main d'un bas de plafond reste une arme... Quand je vois tes armes, je me dis que c'est beau, et je ne m'inquiète pas de l'état mental du propriétaire, car au travers du discours il y a quelqu'un de posé et de fiable. Mais combien d'armes en circulation sont dans de mauvaise main ?
    Pour ma part je me positionne dans le camp des responsables ayant aucunement confiance ni illusion envers mon prochain, je suis donc armé. Je partage l'avis d'un post plus haut en cas de gros pépin ce sera chacun pour sois et Dieu pour tous, les forces de l'ordre ne seront pas là ni assez préparé pour défendre la population et ça c'est une certitude.

    RépondreSupprimer
  39. Humaniste réaliste19 décembre 2011 23:22

    Cher Volwest,

    Merci de rendre publics tes réflexions et ton travail

    Mes réflexions sont:

    -La grande différence qu'il devrait y avoir entre "l'époque" et aujourd'hui, c'est l'avènement de l'Etat de droit
    C'est quoi ça? (Je précise que je ne suis pas juriste)
    L'Etat de droit, c'est la base de la démocratie, c'est ce qui fait la différence entre une population civilisée ou non
    Dans l’État de droit, en démocratie, les règles sont acceptées par le Peuple et garanties par la Police, appliquées par la Justice
    Et dans ce cas, oui, nous, le Peuple, nous déléguons à la Police l'usage de la force, armée au besoin
    Donc pas besoins d'armes en mains du Peuple
    Ça, c'est dans l'idéal
    Dans la réalité, c'est bien différent

    J'ai la chance de vivre dans un Etat dit démocratique, la Suisse, et j'en suis très reconnaissant, mais je me dois de dire que nous n'avons de leçons à donner à personne

    En effet, la corruption est, selon moi, le Mal ultime (le Mal non ultime étant la bêtise/l'ignorance)

    Or en Suisse, comme partout ailleurs, il y a de la corruption
    Ni plus, ni moins
    Elle est juste adaptée à la situation
    Ça n'est pas toujours de l'argent qui coule à flot (bien qu'il y en aie: j'ai un ami, une connaissance plutôt, qui m'a avoué être le porteur de valise OFFICIEL de son entreprise! Des éléments concrets m'ont démontré que c'était vrai), mais souvent plutôt du donnant-donnant entre copains ou relations d'affaires

    Attention, je ne juge personne
    Étant jeune, j'aurais bien voulu, (comme tout le monde?) bénéficier de largesses, surtout financières, pour influer sur une décision, sur un marché: l'argent facile, ça donne envie. Par bonheur, l'occasion ne s'est jamais présentée

    Avec le temps et les responsabilités de famille, ma "moralité" s'est aiguisée
    Depuis que j'ai des enfants, deux évolutions:
    1.Etre un père honorable qui puisse toujours regarder quiconque droit dans les yeux
    2.Devenir celui qui assurera toujours la sauvegarde de la famille, des proches, puis des autres (si possible)

    Ayant été incorporé militairement dans des troupes spéciales j'ai été formé pratiquement à toutes les armes et munitions conventionnelles possibles, excepté aériennes et anti-aériennes et curieusement les armes blanches (j'aimerais d'ailleurs bien savoir si parmi les "petits Suisses" de ce blog il y en a qui ont appris à se servir de la fameuse "baïonnette". Horreur: tuer à 300m c'est "facile", mais tuer là devant soi, avec le sang qui gicle, les boyaux qui sortent...)

    Toutes pratiquées en exercices de combat avec munitions de guerre du SIG P220 9mm à l'obus 105mm noyau, en passant par la grenade à main, le fusil d'assaut, la mitraillette et la mitrailleuse lourde
    Sans oublier le combat au corps à corps, à l'époque une sorte de juji-tsu amélioré
    Le plus impressionnant: la neutralisation "d'ennemis" dans des exercices de nuit avec arbitres (sans munition bien sûr), que ce soit contre des "terroristes" aguerris ou, de jour avec nos chars d'assaut contre d'autres chars d'assaut (munitions de marquage, comme des vraies, mais inoffensives et système Laser Solartran qui nous mettaient dans des situations de "vrais" conflits absolument réalistes: sueurs froides)

    A la fin de mes obligations militaires, j'ai reçu le pistolet, mais l'ai revendu

    Je savais trop les dégâts que cela peut causer
    En plus, j'allais me marier, enfants en projets et surtout, un fait divers tragique: un père de famille, interceptant de nuit un inconnu qui grimpait sur la façade pour rentrer par effraction a en fait tiré sur son fils qui avait fait une sortie nocturne
    L'ado est mort
    Le père...

    Cela m'a traumatisé et j'ai attendu que mes enfants aient plus de vingt ans pour m'armer dans un même état d'esprit que toi Volwest

    Ma fille... (à suivre)

    RépondreSupprimer
  40. Humaniste réaliste19 décembre 2011 23:34

    (Suite)
    Mon fils est du genre très raisonnable et nous avons discuté ensemble de la question

    Etat de droit, j'y reviens

    Mon fils et moi partageons l'avis que le monde n'est ni noir, ni blanc
    Mais surtout, contrairement à quelques utopistes, il n'est en tout cas pas rose et que l'on ne peut plus compter uniquement sur l’État de droit pour nous protéger

    La légitime défense doit pouvoir être possible
    Et comme nous ne sommes plus au temps des gentlemen-cambrioleurs, mais parfois face à des "tueurs" qui n'en ont rien à faire de la vie des autres, il s'agit de se préparer en conséquence (ou accepter de jouer le rôle de "l'agneau", voire que ses enfants, sa femme jouent ce rôle)

    Quand j'apprends de la Police de ma ville que les agents sont débordés par 30 (oui TRENTE) agressions ou vol etc. par jour/nuits en moyenne tous les jours et qu'ils ne peuvent donc pas être partout où il faut rapidement, on arrête de divaguer au pays de Bisounours comme certains le font puérilement (surtout des femmes, alors qu'elles sont les plus vulnérables, rapport au fait qu'en plus d'être moins forte physiquement elles ont souvent des talons-aiguilles qui les empêchent de fuir et que leurs attraits de femmes en font des cibles recherchées par certains prédateurs)

    Combien de proches se sont fait agresser, tabasser, violenter autour de moi?
    J'ai toujours compatit, sans vraiment réaliser
    Et je vous parle de la Suisse, pas de banlieues glauques de Detroit, Marseille ou Soweto!

    Aujourd'hui, je dis "Stop"!
    1.Des armes (principales + back up)
    2.De la "mune"
    3.Des cours de prévention, self-défense, tir et combat
    4.Pour le reste, voir Piero San Giorgio (je n'ai pas ses moyens, mais ses principes mes conviennent)

    Comme tous les intervenants censés de ce blog, et Volwest en premier, je le dis haut et fort:

    -Mieux vaut être prêt, exercé et aguerri et que ça ne serve jamais (si, ça maintient la forme et les cellules grises), plutôt que de servir de victime, ou pire, de voir ses proche en être victimes sous nos yeux, impuissant

    -Toute prohibition conduit à la création d'un marché noir: le marché des armes ne fait pas exception. Mieux vaut réguler, surveiller ce marché que de le criminaliser

    -Dans tous les cas, les criminels:...(à suivre)

    RépondreSupprimer
  41. Humaniste réaliste19 décembre 2011 23:46

    (Suite. Désolé, dans le précédent, le raccord a sauté, le § évoquant ma fille a disparu)
    -Dans tous les cas, les criminels:
    1.ont déjà des armes
    2.continueront à s'en procurer (vols, contrebande, marché noir)
    3.ne les déclareront jamais
    4.s'enrichiront encore plus en cas de prohibition
    5.se sentiront plus fort et fonceront allègrement "dans le tas" (le tas, c'est nous, les désarmés)
    6.prendront le pouvoir (comme c'est déjà le cas à certains endroits dits "civilisés" de la planète)
    7.continueront à en faire le commerce illégal
    8.resteront impunis, car les forces de l'ordre se concentreront sur les sujets sensibles: protection des hommes et femmes d’État, des médecins et autres services de première nécessité (approvisionnements en eau, nourriture, médicaments, énergie etc.)

    J'espère que mon intervention donnera des "armes" (pacifiques!) aux personnes lucides telles que toi et qu'elle désarmera ceux qui sont soit aveugle à la réalité, soit éblouis par de beaux concepts irréalistes

    Dans tous les cas, je reste ouvert au dialogue, prêt à évoluer face à des arguments intelligents (donc qui tiennent compte des réalités)

    Mais le plus important, c'est le RESPECT
    Respect de la vie, de la dignité de chacun, de notre biotope, des plus faibles et des plus ignorants

    Ce respect, dans un blog, se traduit par un vocabulaire choisi dans le but de ne pas agresser l'Autre, dans le but de laisser chacun libre de penser ce qu'il croit

    C'est ce respect démontré ou violé qui va faire la différence entre les intervenants crédibles, cohérents, de confiance et les autres

    Pour ceux qui doutent des réalités que j'ai évoquées, voici un blog d'un habitant d'un pays comparable à nos pays européens. Edifiant! (Merci à Volwest et à Ferfal - ci-dessous -)

    Version originale, en englais:
    http://ferfal.blogspot.com/

    Traduit en français:
    http://translate.google.ch/translate?hl=fr&sl=en&u=http://ferfal.blogspot.com/&ei=MyHwToaMNYSN4gSO7_3CAQ&sa=X&oi=translate&ct=result&resnum=1&ved=0CCcQ7gEwAA&prev=/search%3Fq%3Dsurvive%2Bargentina%26hl%3Dfr%26client%3Dfirefox-a%26hs%3Dmat%26rls%3Dorg.mozilla:fr:official%26prmd%3Dimvns

    Bonne journée!

    RépondreSupprimer
  42. Bonjour, cette photo donne envie!!!! je suis d'accord que il faut étre armé. on dit toujours qui veux la paix ,prépare la guerre.

    RépondreSupprimer
  43. Salut, concretement si j'ai une fascination pour les armes et si je suis amoureux de ta photo comment faut il faire pour pouvoir posséder un tel arsenal? Pour être dans la légalité et obtenir les autorisations ? Devenir chasseur ? M'inscrire en stand de tir ? Merci pour vos réponses

    RépondreSupprimer
  44. Bonjour a tous !
    Tout d'abord je vais commencer par 2 nombres:
    En france: 1000 morts par balles/an pour 65 000 000 d'habitants
    Aux Etats unis: 30 000 morts par balles/an pour 310 000 000 d'habitants
    Il y a donc 4,7 fois plus d'habitants aux Etats-Unis mais 30 fois plus de morts par balle !
    La question est là: Les citoyens francais sont ils plus respectueux de la vie/moins violent que les américains ? Evidemment que non ! Et pour les plus sceptiques et anti-américains en tout genre, en tout cas pas dans de telles proportion !
    La raison de tant de décès par balle aux Etats-Unis est donc de toute évidence la légalisation des armes.
    L'utilité et la pertinence de la possession d'une arme dans le cadre d'un usage survivaliste (effondrement de la normalité) est pour tout le monde, je pense, évidente.
    Cependant, dans le cadre d'une situation "normale" dans un pays disposant de forces de l'ordre, n'est il pas un peu prétentieux, voir égoïste de vouloir faire leur travail?
    Il n'y a pas de honte, a mon sens à être dans la vie de tout les jours dépendant de certain services. On ne peut pas tout faire, tout savoir ! On vie avec des besoins (voitures, ordinateurs etc...) issus de notre société de consommation qui sont des entités complexes d'un point de vue technique et qui exige une spécialisation, et a fortiori un spécialiste en cas de panne.
    Mais je m'égare, la ou je veux en venir, c'est que je pense qu'en France, les moyens de défense pour le citoyen lambda sont a mon sens SUFFISANTS. En effet, contre quasiment tout type d'agression que l'on peut subir, une simple bombe au poivre ou autre lanceur de projectile type flashball, qui en France sont légaux ou soumis à simple déclaration.
    Et pourtant, peu voir très peu de gens en possèdent. Pourquoi? Soit par irresponsabilité, soit car il n'en éprouvent pas le besoin. Dans les deux cas, qu'apporterai la légalisation des armes si ce n'est plus de morts?
    L'analogie avec les voitures est je pense pertinente: On installe des radars, on met des limitations de vitesse, tout le monde râle, car tout le monde pense que les accidents de toute facon, ca n'arrive qu'aux autres. Le fait est que ca contribue largement a réduire le nombre de mort sur les routes.
    Il en est de même pour les limitations imposées sur les armes.
    La réponse à la question de la légalisation des armes est donc finalement une affaire de point de vue: tout dépend si l'on se place du point de vue de l'individu ou de la collectivité. Et, en adéquation avec mes arguments précédent, je pense pourvoir affirmer que si pour l'individu il peut sembler utile de posséder une arme, ce n'est aucunement le cas pour une collectivité dans sa globalité. Interdire la libre circulation des armes au sein d'une société, d'un pays, est donc a mon sens pertinent! A titre personnel, je me dis que'en avoir une sur moi aurai pu dans un grand nombre de cas m'éviter bien des ennuis. Mais peut être que le fait que les autres n'en ai pas m'a un jour sauvé la vie, qui sait?
    Je résumerai donc ainsi ma position vis à vis des armes:
    Avoir une arme: OUI, chez soit, dans un coffre, à usage préventif dans le cadre d'une éventuelle utilisation survivaliste (chasse , défense contre les pilleurs etc...), a noter que même dans ce cas, l'utilité d'une arme de gros calibre, ou arme d'assaut en tout genre est difficilement défendable !
    Dans son EDC: NON, car les moyens non létaux de défense personnelle sont bien suffisants.

    Voila, j'imagine avec ce genre de discours m'attirer les foudre d'un certain nombre de gens pro-arme ici et ailleurs ^^.
    Cependant, c'est mon point de vue, et je pense qu'il mérite d'être respecté.
    Libre a vous d'essayer de me convaincre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut.

      Pas de foudre l'ami…c'est un dialogue.

      Ce que les statistiques, que tu as déposé au début de ton argument, ne disent pas, et ce qui me parait important, c'est entre autre la localisation, aux Etats Unis, des morts par balle.

      Parce que comme il a été dit a maintes reprises, nous ne pouvons décemment pas comparer "Les Etats Unis" a la France, puisque les Etats Unis sont, comme le terme l'implique, une multitude d'Etats…tous gouvernés par des lois différentes.

      Les statistiques sont donc cruelles, dans le sens ou il est largement accepté que le taux de criminalité change dramatiquement d'un état a un autre, et que ce taux, si il est comparé aux législations régissants la possession et le port d'arme, est toujours bien plus élevé dans les états qui justement ont des législations extrêmement prohibitives (Californie, DC, New York…etc).

      Dire que la raison du nombre de décès par balle aux Etats Unis est une certaine législation est donc, au mieux, une fausse vérité.

      De plus, il y a un nombre impressionnant de facteurs qui ne sont jamais prit en compte dans ce genre de statistiques…comme par exemple un taux assez élevé de suicides par balle chez les personnes âgées aux USA.
      La génération des baby boomer, avec une culture prononcée de l'indépendance et de la liberté, préfère s'en mettre une devant un beau couché de soleil plutôt que de crever la gueule ouverte sur un lit d'hôpital branchée sur quelques machines.

      Ces décès par balle sont bien sur rajoutée aux statistiques parce que ça arrange les chiffres…et au passage, si ces hommes et femmes n'avaient pas de flingue, ils se pendraient…et donc augmenteraient les statistiques de morts par strangulations !?!?

      a+

      Supprimer
    2. Et même si ce n'était pas le cas. Même s'il y avait plus de morts par arme à feu, et alors? J'en ai soupé d'entendre les mêmes rengaines de la part des moutons confortablement englués dans ce système. Il va disparaitre ce système et les moutons anesthésiés par des chiffres étatiques qui ne veulent rien dire de plus que ce que l'état a envie de dire aussi. Sans arme, pas de survie. Point final. J'avoue ne pas avoir la patience de volwest quand je lis ce type de litanie remachée vue et revue. Je concluerai avec une citation de Benjamin Franklin: Ceux qui sacrifient leur liberté pour la sécurité ne méritent aucune des deux.
      Typiquement le profil de ce Zigone. Bon courage pour la suite.

      Supprimer
    3. Plus précisément, Franklin à dit "Ceux qui peuvent sacrifier des libertés essentielles pour obtenir une petite sécurité temporaire ne méritent ni liberté ni sécurité".
      Il me semble que ça modifie sensiblement le propos...

      Supprimer
    4. Un troisième nombre:

      En Suisse, de 2000 à 2004, on a dénombré 163 morts par balle (selon l'Office Fédéral de la Statistique et excluant les suicides). Soit environ 41 par années pour 8 millions d'habitants. Soit trois fois moins qu'en France proportionnellement au nombre d'habitants.

      Pour posséder une arme chez moi (en Suisse toujours), il suffit:

      d'en déposer la demande en y joignant un extrait de casier judiciaire. De la demande d'extrait du casier à la réception du permis d'ACQUISITION d'une arme à feu: 2 semaines maxi.

      La législation des armes n'est donc surtout pas LE facteur déterminant le nombre de morts par balle. Il a surement une influence minime mais il y a une montagne de facteurs plus importants.

      Raisonnement ultra-simpliste. Zigone, au coin.

      Supprimer
  45. Bonjour à tous,
    Merci Volwest pour votre travail.
    Le risque zéro n’existe pas, tout peu basculer en une fraction de seconde, pour peu que l'on se retrouve un jour au mauvais endroit, au mauvais moment, la légitime défense c'est légale et instinctif normalement, je pense qu'il faut avoir les moyens de riposter en cas d agression, le ou les agresseur(s) ne va pas attendre l’arrivée des forces de l'ordre pour agir, alors quoi faire dans ce cas ? Confier sa vies à l'agresseur ? S'ils sont trois et armés comment on fait avec un flash ball ya que deux coups la dessus,(en espérant qu'ils ne portent pas de doudoune)? Perso je ne confie ma vie à personne, et s'ils sont trois il faut avoir une riposte adapté.

    RépondreSupprimer
  46. Pas plus tard que hier soir, j'étais en boite avec des amis, quelqu'un a voulu partir avec le manteau de un de mes potes (un type bourré quoi) qui l'as donc retenu, le videur vois ce qui ressemble a une dispute et les fous dehors (en tee shirt par -10). Bref, le pote en question retourne voir le videur pour au moins récupérer sa veste! Et la, le gorille sort une bombe au poivre et le gaz avant de le jeter a terre dans les marches.
    On est bien loin de la légitime défense ...
    Vous imaginez confier une arme a feu a un type pareil vous? ... Moi non.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui te dis que "le gorille" en question n'avait pas une arme a feu sur lui ?
      A chaque fois que j'ai eu a gazer un con, j'avais un couteau sur moi.
      Tu comprends ?

      Supprimer
    2. Et si l'arme avait été en possession de M.Tee-Shirt?
      Moi à sa place, c'est très simple. Je sors mon arme Le premier et je demande poliment au gorille de me rendre ma veste.
      Et à moins Que le gorille soit décérébré, je n'aurais pas eu à mourir de froid par moins 10.
      C'est la différence entre des mous comme zigone et les survivants comme moi. Il est tout de même caractéristique d e ce genre de personne de se soucier de savoir si le gorille avait eu une arme et son ami non. et puis il y a une différence de taille entre détention et port d'arme pour info.

      Supprimer
  47. Je confirme j'ai déjà vu des videurs qui portaient sur eux des objets qui ressemblaient fortement à des armes feu, peu être du gomme cogne qui sais, mais je n'ai pas encore vu de videurs s'en servir. Je peu comprendre qu'ils aient envie de se protéger, quand on entends des histoires de videurs qui se font tuer. Le monde est injuste et cruel. Un brigand par définition ne respecte pas la loi, donc les histoires de catégorie, etc.. il s'en fou complètement, de toute façon si un malfaiteur veut se procurer une Kalash ou un fusil d’assaut il y arrivera, la réglementation des armes contraint la majorité d'entre nous à subir, pourquoi être à la merci de ces gens là? Il faut pouvoir avoir même un minimum style 22LR(pratique et bon marché) pour pouvoir se défendre le jour J,c'est mieux que rien, non? Même le 22LR n'est pas en vente libre.Il faut concevoir l'idée que ça n'arrive pas qu'aux autres ou à la télé. Le sentiment de sécurité que l'on éprouve avec la routine du quotidien est une illusion, j'suis pas parano mais j'ai conscience qu'il se passe beaucoup de choses en dehors des murs de chez moi alors faut arrêter d’être des moutons il faut enlever les œillères!

    RépondreSupprimer
  48. L'homme et les animaux fond partie du même système naturel depuis toujours et sont régis par les mêmes lois, que l'on veuille ou non. On ne pourra jamais s'y soustraire même si l'homme est plus intelligent, plus évolué, et civilisé au final il fait la même chose, voire pire. Ça a toujours été ainsi! D’ailleurs paradoxalement plus l'homme est civilisé plus il détruit, plus il a détruit, et plus il détruira. La civilisation elle même a été fondée par les armes, il faut arrêter cette hypocrisie de non violence, le monde est violent.
    J’adhère à ce que vous dites Volwest, j'apprends des choses sur votre blog.

    RépondreSupprimer
  49. Eh bien Volwest, plus d'une année de débat, avec souvent des interventions très pertinentes, on peut dire que tu as lancé une question essentielle.
    Je suis à 100% en accord avec toi quand à tes raisons de posséder une (ou des) arme(s) afin d'assurer ton indépendance et ta sécurité et celle de ceux qui te sont chers.
    Etant policier en France (Marseille), la confrontation à la violence (armée ou non) est un peu mon quotidien et en ce sens, j'approuve tout à fait ton raisonnement quand tu dis: "humainement, je ne peux moralement parlant demander a un autre de mourir pour moi, si moi même je ne suis pas prêt a mourir pour lui...". Hélas, tu fais partie d'un très petit nombre de personnes qui ont cette saine mentalité, car la plupart des gens préfèrent que ce soient d'autres (les forces de l'ordre)qui emploient la légitime défense ou violence afin de préserver leur sécurité. En ne se privant pas de critiquer leur action par la suite...
    En raison de mon expérience professionnelle, je ne peux que confirmer que ce n'est pas une société sans armes qui fera disparaître la violence(les mamies trainées à terre par des salopards, sans armes à feu, en scooter, qui en veulent à leur sac en sont un triste exemple). Et oui, n'en déplaise aux Bisounours, la société des hommes est violente, avec ou sans armes. Etant également collectionneur d'armes et tireur sportif, je suis d'accord pour une possession d'armes plus libérale par des citoyens honnêtes, équilibrés mentalement et formés:
    - honnêtes = casier judiciaire vierge ou absent d'infraction grave. Il est vrai que les malfrats n'attendent pas d'avoir une autorisation préfectorale pour aller acheter leur arme dans une armurerie,mais ne leur facilitons pas la tâche. Surtout que pour eux,si obtenir une arme au marché noir est aisé, leur gros souci est l'obtention de munitions.
    - équilibrés mentalement = comme cela a été justement dit par un des intervenants, nous ne sommes pas tous égaux quant au profil psychologique et au sang froid. Quand tu vois que certains types sont prêts à s'étriper pour un match de foot... L'avis d'un médecin spécialisé et agréé me paraît nécessaire.
    - formés = personne ne remet en question l'obtention du permis de conduire afin de conduire un véhicule. Alors plutôt que de fastidieuses démarches administratives qui ne prouvent pas grand chose sur les capacités réelles de l'intéressé, pourquoi ne pas lui faire passer un "permis armes"? Lequel serait axé en particulier sur la sécurité et les manipulations. Formés ensuite aux principes de droit à la légitime défense dans le cadre de nos législations respectives.

    Mais bien avant l'arme à feu, qui n'est qu'un objet, qu'un outil permettant d'assurer sa défense; je pense que l'arme principale reste le mental, la volonté de se défendre et de défendre les siens. Ce droit de se défendre qui constitue une liberté essentielle dans toutes les constitutions des états de droit. Hélas, depuis des décennies, les biens pensants de tous bords désarment tout simplement les gens en leur expliquant qu'il ne faut pas se défendre, que cela peut va leur amener des ennuis, qu'il faut "comprendre" les agresseurs, lesquels ne sont que des victimes...
    Un site tel que le tien, qui nous permet d'aborder de tels débats est salvateur, merci.
    NB: désolé, mon intervention est tardive en rapport de toutes les précédentes mais je suis un tout nouveau venu sur ce site.

    RépondreSupprimer
  50. Merci pour ton témoignage l'ami...
    Il me rappel celui d'un policier Anglais après la prohibition totale sur les armes dans ce pays.

    Le dialogue continu...
    Stay safe !

    RépondreSupprimer
  51. moi je dirait je vai temp prendre 2 de chaque parce que 2 sé 1 et 1 sé 0 comme dirai lautre !!!!

    RépondreSupprimer
  52. "Je me demande souvent ce que les gens voient ou pensent a la vue d'une photo comme celle-ci..." moi j'en pense : ça c'est du bon matos !!!! ;)))))

    RépondreSupprimer
  53. Et columbine, virginia tech, le cinéma d'aurora ça ne dit rien à personne? L'américain moyen peut s'acheter une arme de guerre et allé faire un carnage c'est juste scandaleux. Combien de mineurs ont étés tués par balles alors qu'ils avaient toute la vie devant eux? Réfléchissez y avant de dire que vous êtes pro-armes.

    RépondreSupprimer
  54. Quand je vois cette photo je pense : "Merde" pourquoi nous n'avons pas la même legislation qu"au Etats-Unis...... ( C'est d'ailleurs la seule chose que je leur envie )

    RépondreSupprimer
  55. @Antoine Romano : Columbine, Virginia Tech, l'Empire State Building et autres endroits où se sont déroulés des fusillades sont des GUN FREE ZONES... ce qui signifie, des zones où les armes sont interdites. Pas étonnant que les détraqués choisissent ces lieux pour massacrer du monde, ils savent pertinemment qu'il n'y aura pas de riposte armée... Combien de cas de "spree killers" (tueurs à la chaîne) dans des stands de tir ou des postes de police ? Aucun... bizarre, non ?

    Quand tu affirmes que "l'américan moyen" (c'est quoi cette expression de merde, tu te crois supérieur ?) peut s'acheter une "arme de guerre" (mince... ça serait tellement mieux s'il ne pouvait s'acheter que des armes pas de guerre envoyant des bisous ! ), tu montres à tout le monde ta méconnaissance et ton inculture totale du mot "fédéralisme". Si tu ne vois pas le rapport, c'est encore pire que ce que je croyais.

    Combien de mineurs tués par balles ? j'en sais rien... parmi ces mineurs, combien de membres de gang ? et je te retourne la question, combien de gens honnêtes et innocents sauvés par des armes alors qu'ils auraient pu mourir ?

    Je n'ai pas à réfléchir en disant que je suis pro-arme... je suis policier en Suisse, je possède de nombreuses armes "de guerre" à mon domicile à titre privé, et crois-moi que ça me débecterait plus que tout de devoir m'en servir pour protéger des branleurs comme toi, tellement confortables dans leur petit fauteuil qu'ils en deviennent des assistés et comptent sur les forces de l'ordre pour sauver leur misérable vie en cas de merde!

    A Volwest, rien à ajouter, je suis de ton avis à 100 %, merci pour ton blog et tes conseils, stay safe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Regardez le documentaire "bowling for columbine" de michael moore en espérant que ça vous ouvrira les yeux même si j'en doute fort. Faire justice n'est pas et n'a jamais été une solution (et encore moins LA solution) autant donner plus de moyens à la police qui est quand même là pour ça.

      Supprimer
    2. De un, qualifier le film "Bowling for Columbine" de "documentaire" est la meilleure blague que j'ai entendue depuis un sacré moment... Ce tâcheron de Moore n'a pas chômé lors de la post-production, j'ai rarement vu un montage aussi modifié de la réalité que ce que les protagonistes ont réellement déclaré !

      De deux, je ne parle à aucun moment de "Faire justice"... dans un état de droit, se faire justice est illégal et immoral. A ne surtout pas confondre avec la LEGITIME défense, qui elle est morale et surtout LICITE.

      Je ne parlerai pas du concept d'auto-justice dans un monde où la normalité telle que nous la connaissons n'existe pas... Par définition, nous ne vivrions plus dans un état de droit, et le concept de légalité des actes n'aurait plus cours. Ca reviendrait à chacun de choisir de quel côté de la Morale il voudrait se situer, ou bien plutôt de quel côté il devra se situer... mais ne jamais oublier que celui qui a une arme A LE CHOIX de quel côté se placer, alors que celui qui n'aura pas d'arme subira le choix des personnes ayant le monopole de la force.

      Pour terminer, on pourra donner tous les moyens du monde à la Police, nous ne sommes pas dans Minority Report, et durant les 5 premières minutes de la situation critique, ça sera à TOI seul de te débrouiller. Pour ma part, je préfère avoir l'arme et avoir le choix de ne pas être une victime que d'être désarmé et laisser le soin à ma famille de faire un procès à la Police car elle a été trop lente pour me sauver...

      Supprimer
  56. pour la premiere photo ben je vois que du honneur :) moi j'ai un colt ar15 il est vraiment polyvalant et très puissant sais un des seul a être précis et puissant

    RépondreSupprimer
  57. j'ai passer un moment a tous lire et tous ce que je peut dire c'est qu'il y a des personne qui se sont trompé de blog!!on parle de survivalisme, pas de meutre avec préméditation!le jour ou les support s'écrouleront (je ne le souhaite pas) je penserai a ceux qui sont contre cette idée,se défendant avec un flash ball ou gaz contre des type sans aucune pitié.et oui on a la police mais le jour ou tous partira en couille tu croit qu'ils vont rester a faire régner la loi?ils seront déborder, et selon le souci je pense qu'ils n'auront qu'une envie sa cera de rentré proteger leur famille!!A ce moment la comme la dit molon labe je ne serai pas la victime! prenez soin de vos famille!! et bon courage avec les flash ball ou autre!lol
    vol encor merci pour ton blog!

    RépondreSupprimer
  58. Celui qui n'a rien n'a rien à perdre, sauf sa liberté ou sa vie. Actuellement, pour cette categorie de personne, la crainte
    de perdre la liberté est plus que relative, pas vu pas pris, et pris... nourri, logé, blanchi et soigné au frais de la collectivité, quand à perdre la vie la probabilité frôle le nul, en Suisse en tous cas. Ça rigole à pleine dent. Ceci n'étant clairement pas le cas du reste de la quasi totalité de la population, qui elle a tout à perdre... deja à l'heure actuelle. Le jour où notre organisation sociétale devrait souffrir sévèrement de dysfonctionnements ou de rupture dans la distribution de l'énergie, de l'eau potable ou de la nourriture, je doute fortement pouvoir compter sur le bon maintient de l'ordre par des moyens non coercitif musclés et je doute que ces moyens soient entièrement assurés par l'Etat providence. Ce jour là, je serai content d'avoir une arme, de savoir la manipuler parfaitement par réflexe et de maitriser son potentiel engagement avec efficacité. Mais celà ne s'apprend pas du jour au lendemain et dans tous les cas demande un entrainement certain. Autant alors avoir commencé hier. C'est un principe d'assurance comme un autre. Et que ceux qui n'ont jamais payé un surplus pour annulation de voyage lors de la réservation de leurs vacances lèvent la main ;)

    RépondreSupprimer
  59. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  60. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  61. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  62. Je vais sans doute déterrer le débat, mais ce n'est pas mon intention, je voudrais une simple réponse éclairé. Avant la lecture de toute cette discussion je n'étais ni pour la possession ni pour le port d'arme, maintenant mon coeur balancement franchement pour la possession mais reste assez dubitatif sur le port étant donné que la législation du port s'effectuerait dans un état de normalité alors que l'intérêt de la possession est justement de pouvoir s'en servir en cas d'effondrement de cette dernière.

    Alors comment faire ? Je sais qu'il n'y a peut être pas de réponse et que ce n'est peut être pas vraiment une question lol, mais bon...

    Mes questions sont donc les suivantes !

    Pourquoi autorisé le port ? Quels sont les avantages réel ? En ce qui concerne les dérives c'est inutile je m'en doute.

    Ma deuxième question bien plus complexe repose sur la délivrance d'autorisation de port et de possession. En effet dans les premiers commentaire de ce débat un internaute soulève l'idée que la possession par l'homme sensé est légitime et devrait être la norme et que la possession par un con peut avoir de grave conséquence. Loin de moi l'idée de remuer un couteau dans la plaie, mais le fait divers du tueur tirant sur un intru sur son toit aurait pu être évité avec l'utilisation d'une simple lampe de poche et d'une sommation, en effet l'ados aurait été reconnu par son père et serait peut-être encore vivant aujourd'hui. Alors comment faire ? Comment faire en sorte que la possession et le port ne soit accessible que par des gens senssé et dans l'optique de défense de sa famille en cas d'incapacité de l'état ? (Je peux vous renvoyer à la lecture du livre "mort aux cons " exentissime débat sur la question et très drole de surcroit)

    Aucun test inventé par l'homme n'est à même ne déceler un con ou quelqu'un n'ayant pas de bonnes intention (car souvent les mauvaises intentions sont rarement dénué d'intelligence) et de surcroit, un con en situation extreme et d'effondrement de la réalité peut devenir moins con qu'il ne l'est ?

    Mon idée serait donc d'effectuer lors de la délivrance de ces autorisation de port et de possessions des cours/stage/formation de sensibilisation à l'utilisation des armes, de ses dangers, de ses limites, de ses avantages en ayant pour ligne de conduite la philosophie que prône VolWest sans aller vers du proselitisme barbare. Mais cela reste un travail énorme,infinançable et qui n'arrangerait pas tout le monde..

    RépondreSupprimer
  63. Je n'aurai qu'une citation qui résume entièrement mon point de vue en tant que Suisse :

    "Un citoyen sans arme n'est qu'un contribuable."

    Merci pour le travail effectué via ce blog. C'est très intéressant, recherché et plein de bonnes idées. Il me reste juste à trouver comment m'inscrire sur votre site et essayer d'apporter ma pierre à l'édifice!

    Bonne continuation.

    Romain

    RépondreSupprimer
  64. Je suis tout à fait d'accord avec toi!!!
    Alors oui l'arme à feu peut faire peur mais je pense vraiment que dans le monde d'aujourd'hui on a besoin de se défendre et en quelque sorte les armes tout le monde manipule des armes comme un couteau de cuisine, un tournevis, etc... et pourtant on est capable de se contenir et ne pas faire une tuerie enfin pour certain et c'est cette petite poignée de personne qui fait croire au monde que tout le monde est pareil mais comme le dit Son Seisamanta Queno il faudrait accepter le port d'arme mais passer une formation,etc...
    Puis c'est pas pour dire mais nous en France on est un peu dans la merde en cas d'effondrement de la normalité car nous n'avons pas d'arme "enfin pour certain"
    Sur ceux bonne journée à tous et bonne continuation
    Xavier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne tient qu'au citoyen de se procurer des armes légalement.
      Il suffit juste de pousser la porte d'un des nombreux clubs de tir, et dire la phrase magique "Bonjour, j'ai envie de me mettre au tir sportif !"
      Quelques mois plus tard, on peut se rendre dans n'importe quelle armurerie et en ressortir avec n'importe quelle arme, ou presque.
      Aucune personne honnête ne peut se plaindre de ne pas avoir d'arme, c'est à la portée de tous, pour l'instant en tout cas.

      Supprimer
  65. Je suis en tous points d'accord avec vous, de même, il me semble que lorsqu'un "gouvernement" empêche ses citoyens de se défendre ou d’acquérir les moyens de le faire (pour les responsables, évalués psychologiquement et sans antécédents judiciaire), tout en n'ayant en aucun cas les moyens de tous les défendre par leurs services trop restreints, revient à les mettre volontairement (ou en fermant hypocritement les yeux) au devant du danger, et legalement cela s’appelle "juste" de la mise en danger de la vie d'autrui et est donc par défaut condamnable par la loi du même gouvernement.

    Je ne critique cependant pas la gendarmerie etc, qui font un metier exemplaire et pour lequel j'ai le plus grand respect (mon meilleur ami etant lui meme gendarme) pour leur bravoure face aux difficultées evidentes de leurs metiers, mais au vu de leurs effectifs insufisants il est inutile de se leurrer sur le fait qu'en aucun cas ils ne seraient à même de pouvoir defendre l'integralité des personnes vivant sur notre territoire.

    Et par moyen de defense je parle bien evidement du déplacement en dehors de chez soi car en etant très patient et sans casier judiciaire et après enquête en france il est possible d'avoir quelque chose.

    Mais a l'exterieur ou meme une matraque telescopique de defense est de suite considérée comme arme à but criminel, seuls les criminels sont armés et les citoyens honnêtes..., pour ceux qui sont sans pratiques martiales elles, font de forts belles cibles face aux lâches ne s'attaquant toujours qu'aux faibles.

    Pour les teletubbies qui clament toujours haut et fort que ceux qui sont armés sont tous par defaut des fous dangereux attardés et que jamais rien n'arrive (et qui souvent les plus touchés et a qui l'on doit porter secours) l'experience à toujours démontrée, que de croire que tout va s'arranger ou rien ne va arriver, tout seul sans bouger face au danger, sans rien faire comme la france l'a fait durant la seconde guerre mondiale avec une stupidité intolérable alors qu'ils etaient plus nombreux que les allemands et mieux equipés à l'epoque avec la drôle de guerre est une pure hérésie, hérésie qui se fait très vite malheureusement rattraper par la realité dure et impitoyable de la debilité humaine.

    Donc oui a la libérté de defense personnelle, dans sa maison et à moindre echelle en dehors de son domicile, (ne serait ce que pour aider autrui, ce que j'ai souvent fait à mains nues) libre accés obligatoirement bien évidement sous reserve de contrôle juridique et psychologique sans paranoia, réservés à des personnes respectant la loi, autrui et la vie d'autrui et pour ceux qui continuent de se leurrer...et d'être obtus dans leur utopie inexistante..., bonne chance et puissent-t-ils ne jamais être réveillés de leur douce utopie...

    RépondreSupprimer
  66. Salut

    J'ai pris la lecture du Blog de Volwest depuis le début, je n'avais pas envie de passer à côté. Ce que je trouve de positif est que les dialogues ne partent pas en sucettes aux moindres désaccords.
    Je ne vais pas partir dans un long débat, je suis pour le port de l'arme à feu mais à la ceinture, sous certaines conditions bien-entendu. Je pense que l'interdiction de posséder une d'arme est une atteinte à la liberté.

    Stay safe
    Neville

    RépondreSupprimer
  67. Pour répondre a ceci:

    "Anonyme3 novembre 2011 11:05

    Question : peut on convertir un pistolet d'alarme en une "vrai" arme ?"

    Et pour tout les crétins qui aurais l'éclair de génie d'essayer, NON on ne peut pas, autant sur le plan matériel ( vous allez vous faire sauter la tronche, au mieux, les mains ) que sur le plan légal.

    RépondreSupprimer